Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Répression judiciaire et manipulations médiatiques à l'encontre du mouvement des gilets jaunes

Saint-Denis de la Réunion, dimanche 5 mai 2019

 

Un ministre de l'intérieur qui transforme et présente une fuite désordonnée de manifestants comme une attaque d'un hôpital par des gilets jaunes et des black blocks. C'est le quotidien de cette guerre que livrent Emmanuel Macron, Édouard Philippe et le gouvernement macroniste au mouvement des gilets jaunes et à leurs plus populaires porte-paroles ! Chaque samedi de manifestations présente son lot de manipulations médiatiques, de scènes détournées de la part d'une majorité et d'un gouvernement aux abois, apeurés, qui ne tiennent que par la protection des forces de police et de l'armée, que par la peur de la violence étatique. 

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/05/04/1er-mai-les-gardes-a-vue-de-la-pitie-salpetriere-denoncent-un-engrenage-politique_5458338_3224.html

 

On en a vu des scènes édifiantes sur quelques chaînes télévisées de débats, des scènes surréalistes où des vieux messieurs et de vieilles dames, réfugiés derrière des rideaux métalliques, se font frapper, rouer de coups, gifler, tabasser par des policiers ou des gendarmes mobiles visiblement excédés, dépassés, violents. Et ce même gouvernement, ce même président de la République nous expliquent doctement qu'on ne peut parler de violences policières, qu'il n'y a pas de violences policières. Très bizarrement, pour ce gouvernement, lorsque l'on voit des violences policières se produire, il faut toujours se rapporter aux événements qui les ont précédés. Par contre, lorsque des violences proviennent de gilets jaunes ou de citoyens, il n'est jamais fait référence aux événements qui ont précédé. Je pense notamment au boxeur de flics de la passerelle Léopold Sedar Senghor à Paris ; a-t-on entendu un membre du gouvernement indiquer qu'il fallait regarder ce qui s'était passé juste avant, lorsque ces mêmes policiers frappaient des gilets jaunes, des femmes et des enfants, avant de rencontrer quelqu'un qui soit de leur taille, qui soit capable de se défendre ? Non ! Ce qui marche pour les flics ne marche pas pour les gilets jaunes. Pour les gilets jaunes, on ne parle que répression policière, répression judiciaire et acharnement médiatique !

 

Cette fois-ci, l'arnaque de Castaner a échoué ! Des médias de presse ont démontré et ramené la supposée attaque terroriste de l'hôpital parisien de la Salpetrière à sa juste proportion. Des politiques de droite, de gauche, d'extrême droite ou d'extrême droite ont exigé la démission du ministre de l'intérieur, pour avoir menti éhonteusement à la représentation nationale et aux médias. Mais pour une manipulation macroniste des esprits qui a échoué, combien d'autres manipulations médiatiques de ce même gouvernement n'ont pas échoué, ont réussi, ont payé ? Combien de fois les politiques à l’unisson ont condamné les horribles gilets jaunes criminels ? Comme dans le cas de ces manifestants qui avaient osé railler les suicides des policiers et des gendarmes en les 'incitant' à se suicider (comme si c'était possible d'inciter à un tel acte !).

 

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2019/04/30/un-gilet-jaune-condamne-a-huit-mois-de-prison-avec-sursis-pour-avoir-crie-suicidez-vous-a-des-policiers_5456517_1653578.html

 

Ou bien le cas de ce boxeur qui s’est laissé aller à boxer des policiers ou des gendarmes, alors qu’il aurait dû laisser ces brutes frapper des femmes, des vieux et des enfants, sans rencontrer de résistance, comme ils aiment tellement le faire. Ou encore celui de ces manifestants qui osent parler de guillotine à un député LREM, qui s’était senti tellement menacé et choqué. Et qui seront aussi condamnés par la justice aux ordres. Ou bien ceux de ces manifestants qui ont osé dégrader l’arc de triomphe sur les Champs Elysées. 

 

Et après ces condamnations politiques unanimes, à l’unisson, on voit intervenir la pénalisation à outrance, immédiate à l’encontre de ces monstres, de ces horribles terroristes, de ces affreux fâcheux qui ont osé troubler la tranquille et éclairée présidence jupitérienne du dieu réincarné de la politique, le héraut de la sociale démocratie française. Alors que les violences perpétrées par les forces de l’ordre restent impunies, sont peut-être même encouragées par le pouvoir en place, par leur hiérarchie, la justice est expéditive à l’encontre des gilets jaunes. 

 

Ce n’est pas simplement incompréhensible, ce n’est pas inaudible, c’est la preuve que la France n’est plus une démocratie, la preuve que l’élection de François Hollande puis d’Emmanuel Macron nous a fait basculer hors du champ démocratique, dans le champ d’une anti-démocratie ultra libérale. Il faut lire à ce sujet la charge du Monde Diplomatique contre les réformes judiciaires en matière de droit du travail de ces deux derniers gouvernements.

 

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/05/MEYNAUD/59867

 

 

Saucratès



05/05/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres