Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Le grand bordel du confinement en France

Saint-Denis de La Réunion, mardi 17 mars 2020

 

Nous sommes donc le mardi 17 mars 2020, et le confinement de tous les français à leur domicile à commencé cet après-midi. Et sous prétexte qu'un président de la République, haï de presque tous, et ami des plus riches, nous exhorte à l'unité nationale, il nous faudrait nous réjouir d'une mesure ouvertement attentatoire à nos libertés, nous imposant de nous confiner dans nos appartements, pendant que l'armée patrouille dans nos rues et sous la menace de peines d'amendes et d'emprisonnement pour les contrevenants !!!

 

Il doit se marrer comme un tordu l'ami des plus riches et tous ses copains au gouvernement, de voir tous les français lui obéir docilement, grâce à la collaboration de tous les journalistes de France et de Navarre, qui depuis plusieurs semaines, nous abrutissent d'informations sur les mesures prises en Italie ou maintenant en Espagne, et qui se faisaient l'écho d'un besoin, que dis-je, d'une nécessité de confinement, d'enfermement, et qui en appellent maintenant à des peines d'amende rédhibitoires pour ceux qui oseraient braver les interdictions.

 

A quel jeu malsain jouent le gouvernement et les médias dans cette histoire ? Nous sommes devant une mesure d'exception ; jamais au grand jamais les citoyens d'un pays comme la France ne s'étaient trouvés confinés chez eux avec interdiction presque absolue d'en sortir. Si les forces de police ou l'armée vous trouvent dehors, il faut que vous ayez sur vous une attestation sur l'honneur téléchargée, imprimée et signée explicitant la raison de votre deplacement. Et une telle mesure d'exception n'est absolument pas interrogée par les journalistes et les médias ? Bien au contraire, ils en appellent à des restrictions encore plus grandes. Si les français n'obéissent, disent-ils, claironnent-ils, il faudra que le gouvernement prennent des mesures encore plus restrictives ! Nul mention que jamais de telles mesures d'enfermement de toute une population n'avaient été prises en France ou ailleurs, sauf en période de guerre civile peut-être. Le simple fait qu'une telle mesure ait pu être prise en Italie, par un gouvernement illégitime et impopulaire(avant cet épisode), est-il un argument satisfaisant ? 

 

Je pense que notre Président ami des plus riches n'en croit pas ses yeux de voir la belle obéissance de tous. Quelle est l'étape suivante après ce confinement ? L'état d'urgence et la suppression de tous les pouvoirs démocratiquement élus pour assurer la poursuite de la main mise des macronistes sur notre Etat, de la même manière qu'en Italie, le gouvernement pourrait tenter de dissoudre et rendre illégale leurs opposants de la Ligue, ou qu'en Espagne, ce gouvernement fantoche socialiste pourrait aussi chercher à rendre illégaux leurs opposants ? À moins que tous ces gouvernements n'espèrent-ils bénéficier d'un état de grâce né de l'union sacrée imposée à tous et à leur bénéfice ? Et se satisferont-ils simplement d'élections anticipées après cette crise pour redonner apparemment la voix au peuple - l'Espagne ou l'Italie s'y essaieront et la France suivra si la manœuvre est favorable aux partis de gouvernement !

 

L'hystérie autour de l'épidémie du Covid 19 est-il en train de permettre à des gouvernements d'autocrates de soumettre l'ensemble de leurs peuples à des mesures d'exception, en en appelant le pire à l'union nationale et à l'adhésion de tous à leur propre enfermement, pour leur propre bien et le bien de tous ? Tout ceci pour une maladie qui touche pour l'instant quelques milliers de personnes, que ce gouvernement a sciemment laissé rentrer de zones à risque comme la Chine sans aucune restriction au début de l'épidémie ? Et pour quelques dizaines de morts alors que la grippe touche chaque année bien plus de vieilles personnes qui en meurent ! 

 

Suis-je le seul à penser que si LAREM avait été en tête ou avait remporté les élections municipales à Paris, et dans les plus grandes métropoles françaises, on n'aurait pas assisté à cette déclaration de l'état d'urgence et au confinement de tous, et que l'on voterait dimanche prochain pour le deuxième tour des élections municipales ? 

 

On se trouve confronté à la démonstration ultime de l'idiotie du principe de précaution poussé à son paroxysme ! Enfermer pour la première fois tous les habitants d'un pays à cause d'une maladie de type grippal qui touche quelques milliers de français et a causé une centaine de morts. Demain, on sera de nouveau tous confiné chez nous parce qu'une épidémie de norovirus aura touché quelques milliers de français ? Et les bourses du monde entier s'effondreront à cause d'une épidémie de gastro-entérite ? Soyons sérieux, qu'est-ce qui ne va pas dans ce monde ?

 

Notre gouvernement et notre président, ami des plus riches, gèrent de manière totalement hystérique cet épisode épidémique. Un jour, l'un parle de maintenir les liens sociaux et de sortir dans les bars et restaurants. Le lendement, le second condamne les français qui se rendent dans les restaurants, ce qui le conduit à décréter la fermeture de tous les restaurants et bars. On se trouve entre une gestion cacophonique des événements, et une volonté dictatoriale de gouverner la France. Le gouvernement français comme leurs homologues étrangers nous préparent-ils la fin de la démocratie ? La suite, c'est quoi : État d'urgence et reconduction à vie du Président et de ses députés ? Et tout ceci dans un silence assourdissant des journalistes et des médias qui demanderont à l'unisson toujours plus de répression contre les récalcitrants et les mal-pensants, et qui encenseront toujours plus bruyamment les actions presidentielles et gouvernementales ? Ils ne servent plus de contre-pouvoir mais seulement de courroie de transmission de la parole gouvernementale et de caisse de résonance. Comme s'ils n'attendaient tous qu'une chose : que les portes du pouvoir s'entrouvrent pour accueillir les plus empressés au sein de l'élite qui nous gouverne !

 

À quand un réveil des médias et des journalistes se demandant d'où sort une telle mesure d'exception et comment a-t-elle pu être imposée à pratiquement tous les pays, avec l'armée en faction dans les rues pour maintenir l'ordre avec tout ce que cela comporte d'arbitraire ?

 

Jaurès, réveille-toi, ils sont devenus fous !

 

 

Saucratès



17/03/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres