Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Les juges contre le peuple

Saint-Denis de la Réunion, dimanche 8 août 2021


La décision rendue le 5 août 2021 par le Conseil constitutionnel, instance suprême du système républicain français, cet organe juridique qui est sensé défendre la cinquième république de toute velléité fasciste, de toute dérive fascisante, monarchique ou impériale, de toute violation de la Constitution, cette décision est incompréhensible et inacceptable par ce peuple qui est dans la rue, et plus largement, par une grande partie du peuple français, que celui-ci soit dans la rue ou non.

Le Conseil constitutionnel avait une décision importante à prendre ce jour-là, et il ne l’a pas prise. Il pouvait s’ériger en défenseur de nos libertés publiques mais il ne l’a pas fait. Il pouvait enfin dire stop aux atteintes invraisemblables de ce gouvernement aux libertés publiques mais il n’a pas souhaité remplir son office. Depuis la seconde guerre mondiale, jamais de telles entraves n’avaient été décidées par un gouvernement républicain : confinement de la population, attestation dérogatoire pour circuler, couvre-feu en vigueur, et désormais ségrégation de la population selon qu’elle soit vaccinée ou non.

 

On nous parle de situation de guerre, mais même en période de guerre, ce ne sont pas les gouvernements amis, en guerre, qui mettent en œuvre de tels moyens, mais ce sont les gouvernements occupants. D’ailleurs, les seuls exemples historiques que l’on croit être comparables sont sortis de pratiquement toutes les mémoires. 

 

Les juges du Conseil constitutionnel ont failli. Collectivement. De la même manière que les parlementaires avaient failli en 1940 en donnant les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain et en s’auto-dissolvant. Le Conseil constitutionnel a de la même manière abdiqué devant les velléités dictatoriales d’Emmanuel Macron. Evidemment, sans que l’on sache s‘il s’agit d’une intox, il semblerait que le fils du président du Conseil constitutionnel, M. Fabius junior, serait un des conseils du gouvernement Macron sur ces aspects des contraintes sanitaires. Dans ces conditions, il allait évidemment de soi que jamais le Conseil constitutionnel n’aurait pris une position contraire aux décisions gouvernementales. 

La question désormais n’est plus de savoir si on est pour ou contre la vaccination, ni même si on est ou non vacciné. La question est de savoir si on se satisfait ou non d’une restriction drastique des libertés publiques d’une partie de la population française, selon qu’elle est, ou non, vaccinée. 

Cette limite, ce choix, ne sépare plus les bons français des mauvais, les démocrates des fascistes, bien au contraire. Comme dans les pires moments traversés par les démocraties, les seuls partis politiques que l’on voit aux côtés du peuple, des gens de rien, ce sont les partis représentant les extremes, de droite et de gauche. Les partis de gouvernement, de droite ou de gauche, de LR au Parti socialiste, sans oublier LaREM, sont eux du côté de la coercition, de la violation des droits, de la séparation des français en deux catégories, une catégorie de citoyens privée de droits et l’autre non, on comprend qu’on a atteint un point de non-retour. Et lorsque le Conseil constitutionnel l’autorise, on comprend que la Cinquième République n’a plus de sens, n’existe plus, qu’il ne sert à rien de la défendre, que l’oeuvre du Général de Gaulle a échoué. Que les juges ont échoué à défendre son œuvre, la Constitution qu’ils devaient défendre, protéger, meme au péril de leur carrière, de leurs intérêts, de leur vie.

 

Aujourd’hui, les fascistes ne sont plus où l’on croit qu’ils sont. Les fascistes ne sont plus à l’extrême droite et à l’extrême gauche. Ils sont dans tous ces énarques qui nous apportent la bonne parole, dans tous ces bourgeois et ces gens si propres sur eux qui défendent mordicus la vaccination, jusqu’à souhaiter la mort de ceux qui refusent la vaccination, ces gens si propres sur eux qui rêvent de pouvoir refuser que les non-vaccinés puissent avoir accès aux lits de réanimation, faisant fi de leur serment d’Hippocrate qui les obligent à soigner meme un soldat ennemi ! C’est comme si le fait de refuser la vaccination ravalait leurs adversaires au rang d’animaux, comme si le serment d’Hippocrate ne s’appliquait plus !

 

L’histoire est écrite par les vainqueurs, mais vaincu ou vainqueur, l’Histoire jugera un jour notre époque, et les politiques qui auront sévit pendant ces années de plomb. Nul doute que l’histoire jugera un jour Macron et ses séides, et que ces moments seront ramenés aux pires jours de la démocratie française ! Comme je le disais, la question désormais n’est plus de savoir si on est pour ou contre la vaccination, mais seulement si on est pour ou contre le pass-sanitaire et cette atteinte aux libertés publiques.

 

 

Saucratès



08/08/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres