Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Billets d'humeur

Réflexion deux (mercredi 8 août 2018)

Le transfert aux entreprises du financement des arrêts maladie des salariés. Fausse bonne idée ou piège ultralibéral

 

Les Echos s’étaient fait l’écho d’un projet, de pistes de réflexion du gouvernement à l’étude, concernant un transfert du paiement des indemnités journalières de maladie de la Sécurité Sociale vers les entreprises. Le Monde s’en est également fait l’écho plus récemment.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/08/07/le-gouvernement-veut-faire-payer-les-indemnites-journalieres-d-arret-maladie-aux-patrons_5339969_3234.html

 

Le projet est assez simple. Aujourd’hui, les arrêts maladies sont indemnisés par la Sécurité Sociale, au-delà des trois premiers jours de carence pour lesquels il n’y a pas d’indemnisation. Mais l’on sait que de nombreuses entreprises maintiennent les salaires de leurs salariés pendant une partie des congés maladie, en couvrant notamment les jours de carence non indemnisés. Le projet du gouvernement viserait à transférer le versement des indemnités journalières pour la première semaine ou pour le premier mois des arrêts maladie en les mettant à la charge des entreprises.

 

Le Monde présente cette réforme comme une mesure inquiétant au plus haut point les principales organisations patronales, au premier rang desquelles le MEDEF et la CPME. Et apparemment, selon le journal Le Monde, le gouvernement « donnerait l’impression de prendre contre-pied de sa politique pro-entreprise » qu’il mène actuellement ! Mais un tel aveuglement d’un tel journal est coupable. A moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle forme de manipulation médiatique : aveugler le bon peuple pour lui masquer une nouvelle attaque des droits des salariés.

 

Car il ne faut pas être idiot. Quel sera la compensation qui sera octroyée/obtenue par le patronat si le financement d’une partie du coût lié aux arrêts de travail leur serait transférée ? Pour quelle raison un gouvernement ouvertement ultralibéral pourrait-il vouloir transférer/mettre à la charge du patronat, des entreprises, le financement des arrêts de travail ? Ne pensez-vous pas qu’en échange de ce financement des arrêts de travail de courte durée, les employeurs n’obtiendront pas une plus grande possibilité de surveillance, de contrôle des salariés en arrêt maladie ? Que ce soit ceux de l’entreprise ou plus largement l’ensemble des salariés ? Pour l’instant, un salarié en arrêt maladie avait impact sur l’organisation des entreprises. Il fallait éventuellement suppléer à l’absence d’un salarié ou au minimum organiser différemment l’entreprise pour pallier à une absence. Demain, un arrêt maladie aura en plus un coût financier supplémentaire et je suis presque certains que les employeurs bénéficieront demain d’une plus grande marge de manœuvre en matière de contrôle de la véracité de la maladie de leurs salariés, ou alors qu’ils seront incités (financièrement) à les contrôler plus précisément, plus méthodiquement.

 

Cette mesure, ce projet aujourd’hui à l’état hypothétique, que l’on voudrait nous faire croire comme un projet anti-entreprise, auquel les organisations patronales commencent à réagir en mettant en avant le coût financier supplémentaire qui devrait peser sur les entreprises, est en fait très vraisemblablement un projet anti-salariés, de régression des droits collectifs des salariés, visant à davantage de contrôle et de souplesse d’un régime de sécurité sociale présenté comme archaïque par un gouvernement ultralibéral. Cette mesure porte en germe le démantèlement de la Sécurité Sociale universelle française pensée au sortir de la seconde guerre mondiale. Dans quelques années, chaque entreprise sera autorisée à faire varier les niveaux de remboursement des arrêts maladie, dans le pur respect des idéaux ultra-libéraux aujourd’hui au pouvoir en France.

 

Cette mesure n’inquièterait pas les organisations patronales, si elle arrivait à être accompagnée de mesures de réduction des cotisations ou de contrôle supplémentaire de leurs salariés en arrêt maladie. Ce n’est qu’un nuage de fumée, alimenté par les organisations patronales, qui se disent alarmées, pas certaines organisations de salariés qui vont se déclarer favorables à cette juste mesure permettant de ramener la barre gouvernementale vers l’intérêt des salariés (réaction typique à attendre de la CFDT nationale) au détriment des entreprises, et enfin par les médias nationaux, qui loin d’essayer d’en analyser les conséquences à plus long terme, vont surtout dépeindre un gouvernement voulant casser son image pro-entreprise !

 

Non, il faut préserver par-dessus tout le fonctionnement de la Sécurité sociale universelle à la base du modèle social français, et éviter toute remise en cause, démantèlement de ce régime. Et combattre dans la rue tous les projets de ce gouvernement ni de droite ni de gauche mais surtout ultralibéral (GNDDNDGMSU). Nous n’avons passé qu’une seule année de ce gouvernement et il reste encore quatre autres années à subir ce gouvernement et sa politique.

 

 

Réflexion une (samedi 14 juillet 2018)

Propos liminaires sur l'acharnement médiatique dont sont victimes tous les hommes qui ont aussi le malheur d'être blanc ou juif en France 

 

Est-il normal que tant de petites choses nous énervent? Est-il normal d'entendre, de rencontrer tant de situations qui nous paraissent inacceptables, incompréhensibles, incohérentes voire injustes et iniques? Est-il normal que tant de décisions prises par ce gouvernement nous paraissent injustes, iniques, incompréhensibles? Pourquoi? Cela fait certes beaucoup de questions sans réponses. Ce sera les sujets traités dans ces prochains billets d'humeur.

 

La lecture d'un journal comme Le Monde est particulièrement instructive sur ce sujet. Bizarrement, j'aime toujours la façon dont ce journal traite l'information même si je ne partage plus forcément certaines des idées qu'il véhicule et surtout la position pro-macroniste qu'il défend ou bien que certaines personnes/actionnaires le contraint à tenir. 

 

1) Naomi Musenga

 

Le premier sujet que j'aborderais dans ces billets d'humeur traite de cette histoire de cette jeune femme, Naomi Musenga, morte fin décembre 2017 malgré un appel passé au SAMU, et des poursuites judiciaires intentées contre la personne ayant reçu/eu à traiter son appel dans ce SAMU. Que peut-on dire de Naomi Musenga, si ce n'est qu'elle avait 22 ans, que ses parents et sa famille sont effondrés et qu'elle est décédée d'une défaillance de plusieurs organes et viscères, suite à une intoxication au paracétamol qu'elle prenait apparemment en surdose depuis pourtant à peine une semaine. Ce qui lui est arrivé est certes dommageable, mais je n'arrive pas à comprendre comment on peut à partir de cette histoire très triste, s'acharner sur le SAMU et sur cette pauvre opératrice en assistance de régulation médicale ! Et l'information judiciaire ouverte du chef de non-assistance à personne en péril contre l'opératrice du centre des appels d'urgence et tous autres, ainsi que du chef d'homicide involontaire contre X, indiqué en ce debut juillet 2018 par la Procureur de la République de Strasbourg, n'est qu'une nouvelle forme d'acharnement contre cette pauvre opératrice, déjà suspendue à titre conservatoire par son employeur.

https://www.lemonde.fr/sante/article/2018/05/12/au-samu-l-onde-de-choc-du-drame-de-strasbourg_5297917_1651302.html

 

Ces parents dont l'unique pensée est de chercher un responsable au décès de leur fille, tous ces politiques qui clament à la faute inexcusable de la fautive, ces médias et ces réseaux sociaux africains qui hurlent au racisme , qui s'inventent des expériences dans les centres d'appel du SAMU, toute cette exagération, toute cette exaspération, me donne envie de vomir. De manière amusante, en lisant un blog comme le  www.bondyblog.fr, on se demande très vite si les partisans de l'antiracismosphère ne sont pas finalement aussi racistes que les pseudo-racistes qu'ils combattent, en décrivant des méchants blancs racistes qui seraient partout selon eux.

 

Rares sont les articles de presse ou les opinions exprimées sur les réseaux sociaux qui mettent en avant les multiples appels factices que les opérateurs du SAMU doivent en permanence subir. Quand les jeunes de certains quartiers cherchant à caillasser des pompiers ou des urgentistes et n'hésitent pas à appeler le SAMU afin  d'attirer les secours dans des guets-apens pour pouvoir s'amuser. Combien d'appels factices cette pauvre opératrice n'avait-elle pas eu à subir dans les heures précédant cet appel de Naomi Musenga, ou dans les jours précédents ? Mais elle aurait dû évidemment savoir l'urgence de la situation ! Les opératrices du SAMU doivent certainement disposer d'une boule de voyance pour savoir reconnaitre les vraies urgences de toutes les faux symptômes que certains trouvent amusants de balancer au SAMU. Mais non, vous avez raison, haro sur l'opératrice !

 

Certes, cette opératrice a osé dire à cette jeune femme qui n'allait pas tarder à décéder, que tout le monde meurt un jour. Certes mais en même temps c'est pourtant vrai. Elle l'a envoyé vers SOS Médecins au lieu de lui passer un médecin référant du SAMU. Mais est-il possible de transférer tous les appels vers les quelques rares médecins présents sur un plateau du SAMU, qui seront vraisemblablement très souvent en ligne dans ce cas-là? D'une certaine façon, ce n'est pas de chance pour cette opératrice que Naomi Musenga soit morte juste après ! Ce qui pose problème, c'est bien la recherche permanente des fautes de certaines personnes, moquées, agressées mais auxquelles on ne reconnaît pas le droit d'être humain et d'être faillible. Mais c'est certainement beaucoup plus facile à dire dans ma position, dans ce blog, et beaucoup plus difficile lorsque l'on se retrouve face à la mort d'un proche. On a alors seulement envie de trouver un coupable, qui que ce soit, que ce soit un médecin, un opérateur du SAMU ou un fou du volant ou du guidon.

 

2) Eric Zemmour et l'islamophobie

 

Autre billet d'humeur, l'ostracisme et les condamnations pénales dont est victime Eric Zemmour. Eric Zemmour est un incompris, condamné pour racisme et islamophobie.

https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2018/07/14/la-chronique-d-eric-zemmour-supprimee-des-programmes-de-rtl_5331330_3236.html

 

On appelle cela le politiquement correct. Il ne faut rien dire ni rien écrire qui ne soit pas politiquement correct, sinon vous êtes immédiatement poursuivis par des islamistes et des bien pensants, des violeurs patentés et vous risquez d'être condamné par la justice française. Cette même justice française incapable de condamner des terroristes ou des islamistes idéologues. Le crime de chrétienophobie ou de catholiscismophobie (ni même les termes d'ailleurs) n'existe pas d'ailleurs. Comment pourrait-on condamner des gens pour un crime voire même un mot qui n'existent même pas ? Des francais sont donc condamnés pour islamophobie alors que les tarés haineux et racistes qui appellent au djihad et à la guerre sainte ne sont même pas inquiétés sur le sol francais (et je ne parle pas de tous ceux qui depuis l'Algerie, le Maroc, la Tunisie, la Lybie, les Comores, l'Arabie Saoudite ou l'indonésie, appelent encore bien plus nombreux et plus violemment au Djihad et à la mort des infidèles chrétiens !).

 

Il n'est donc pas possible en France d'être islamophobe publiquement ou de dire que «la plupart des trafiquants sont noirs et arabes» ? Bon on est d'accord, Zemmour là dessus est idiot, il aurait aussi pu parler des roms qui ne sont ni noirs ni arabes. C'est vachement insultant d'être oublié de cette manière. Ou se trouve le crime dans ce que Zemmour a déclaré ? Est ce parce qu'il est interdit de faire des statistiques ethniques en France qu'il est condamnable de déclarer cela ? Ou bien au contraire est ce parce que les statistiques existent et démontrent le contraire ? Ou bien encore est-ce parce que le fait d'expliciter le trafic par la couleur de peau et la religion revient à réduire les autres facteurs à néant ? Si ces statistiques existaient et étaient accessibles, que démontreraient-elles ? Donneraient-elles tord à Eric Zemmour ? Et n'est-il pas aberrant qu'une personne comme Eric Zemmour puisse être condamné alors qu'il a raison, ou bien sans que personne ne se fatigue à démontrer le contraire ? 

 

N'est-ce pas au fond étonnant et insupportable ? De la même manière que l'acharnement dont est victime Eric Zemmour interroge également ? Pour la justice française, il semble qu'il vaille mieux être une victime noire ou islamique qu'être blanc, chrétien ou juif !

 

3) Les délires ultrafeministes des suprémacistes féministes de #meetoo et de #balancetonporc.org et du journal Le Monde

 

Nouvel article sur les salauds de mecs dans le journal Le Monde. C'est fatigant! Chaque jour, on a droit aux rancœurs de femmes ou de jeunes femmes sur les horribles harceleurs mâles. Pourquoi cette accumulation de témoignages à charge à l'encontre des hommes ? Des témoignages sans aucune possibilité de contrôle ou de vérification. Des putains d'hommes qui se permettent des remarques sexistes sur les femmes qui prennent des douches ou bien qui se permettent des attouchements dans la foule, dans les concerts ou dans le métro ! Y en a marre à la fin de cette fixation anti-homme du Monde !

https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/07/14/en-festival-tous-les-ans-il-y-a-un-mec-pour-me-peloter-pendant-un-concert_5331327_3224.html

 

 

4) La Turquie d'Erdigan

 

Dernier point de ce billet d'humeur, l'absence de toute forme de remise en cause de la position officielle gouvernementale sur les dernières élections présidentielles et législatives turques. A-t-on lu une remise en cause du résultat affiché de la dernière présidentielle, avec Erdogan élu avec 52% des voix? A-t-on lu une analyse critique de ce résultat, de la reconnaissance de leur défaite par les principaux adversaires d'Erdogan, dont Le Monde indiquait qu'ils reconnaissaient leur défaite ? A-t-on même lu une contestation du nombre astronomique de limogeages dans la fonction publique turque, plusieurs centaines de milliers de limogeages depuis la dernière tentative de coup d'état avortée, et 18.000 il y a quelques jours ?

https://www.lemonde.fr/international/article/2018/07/08/turquie-plus-de-18-000-fonctionnaires-renvoyes-par-un-nouveau-decret-loi_5327975_3210.html

 

La veille de l'election présidentielle turque, j'avais lu un article du Monde indiquant que la chaîne de télévision gouvernementale s'était trompé et avait transmis par erreur des résultats de la présidentielle indiquant une victoire d'Erdogan avec 52%. Apres coup, la chaîne avait indiqué qu'il s'agissait d'une erreur. Certains imaginaient que cet essai correspondait à un test des réactions de la population turque. 

 

Finalement, dimanche soir, les résultats de l'élection d'Erdogan tombaient : victoire d'Erdogan avec 52% des voix soit exactement les résultats testés par la chaîne progouvernementale turque ! Donc, soit les médias turcs ont des capacités à prévoir l'avenir et notamment les résultats électoraux de leur glorieux leader, soit c'est un pur hasard que cette chaîne gouvernementale soit tombée sur le même résultat ! 

 

Le plus triste, ce n'est pas simplement qu'un pays aux portes de l'Europe soit une dictature qui travestisse les résultats des opérations électorales pour permettre la réélection d'un dictateur, pays qui soit toujours d'ailleurs candidat à une adhésion a l'Union Européenne ... Ce n'est pas non plus que les droits de l'homme y soient niés ... Non, le plus atroce dans cette histoire, c'est qu'un journal comme Le Monde n'interroge pas ces résultats qu'ils publient. Ne signalent pas cette histoire de test précédant l'élection présidentielle et reflétant exactement les scores d'Erdogan ! Ne se demande même pas si les candidats turcs malheureux reconnaissant leur défaite ne sont pas victimes de chantage ou de violence ? 

 

La Turquie est aux portes de l'Europe. Aux portes même de l'Union Européenne, qu'elle assiège continuellement et qu'elle compte bien envahir grâce à la pression des réfugiés africains qu'il lui serait possible d'encourager ou au contraire de décourager ... Une dictature à l'idéologie islamiste aux portes de notre Europe ! Ceci ne représente-t-il pas un danger particulièrement grand ? Et pourtant le journal Le Monde traite ce pays comme une démocratie insoupçonnable, parfaite, au dessus de tout soupçon ! Incompréhensible ! En 1938, il en avait été de meme avec Hitler et les nazis. L'Allemagne était la démocratie par excellence et Adolphe Hitler le démocrate par essence !

 

 

Saucratès



14/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres