Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Le lâche assassinat de Samuel Paty - Enchères et surenchères

Saint-Denis de La Réunion, samedi 24 octobre 2020

 

Quels enseignements tirés de l’assassinat de Samuel Paty devant son collège où il enseignait, où il a été désigné par quelques jeunes collégiens au monstre qui l’a decapité sauvagement ? Que faut-il en tirer comme conséquences, comme pistes de réflexions, comme sources de haine et de rage ? 


Je reste persuadé que la réponse idoine serait d’afficher devant chaque école, devant chaque collège, devant chaque lycée, devant chaque université, ces putains de caricatures de Mahomet telles que Charlie Hebdo les avaient publiées, de la même manière que quelques courageux journaux les ont aussi publiées. Mais je ne serais vraiment pas rassuré de travailler dans un tel établissement, ou que mes enfants y étudient. 

Les effets bénéfiques du lâche attentat perpétré contre Samuel Paty ...


D’une certaine façon, le lâche assassinat dont a été victime l’enseignant Samuel Paty, devant son collège de Conflans-Sainte-Honoriné, aura eu un effet bénéfique : réveiller les consciences d’une partie des citoyens français non musulmans qu’un certain nombre d’associations de bien-pensants, qu’un certain nombre de partis politiques et d‘organisations syndicales gauchistes (ou islamo-gauchistes pour reprendre les mots du ministre de l’Education Nationale) avaient pratiquement réussi à anesthésier, à les faire s’éteindre devant l’obligation de tout accepter. 

 

Cet ignoble attentat, cet horrible assassinat, perpétré contre un homme qui a dû se sentir certainement parfois très seul face à la stupidité d’une frange des élèves, des enseignants et des parents d’élèves, sera le révélateur que nous ne sommes pas forcément impuissants contre les dérives sectaires de certains communautarismes.

D’une certaine façon, son combat lui survivra, lui aura survécu. Ainsi, cette élève mise en examen à Toulouse pour avoir insulté une enseignante qui s'était exprimé sur la liberté d’expression. L’eleve n’avait pas été présente dans ce cours et elle avait pris à partie l’enseignante pendant la pause. 

 

https://www.leparisien.fr/faits-divers/port-du-voile-une-eleve-mise-en-examen-pour-avoir-insulte-une-prof-a-toulouse-21-10-2020-8404384.php


Ou encore cette jeune musulmane qui a eut la mauvaise idée d’écrire sur la page Facebook du journal L’Est Républicain que Samuel Paty «ne méritait pas d’être décapité, mais de mourir, oui». 

 

Cette jeune algérienne, ayant supposément fui les violences en Algérie, a été condamnée vendredi 23 octobre, par le tribunal correctionnel de Besançon à quatre mois de prison avec sursis pour apologie du terrorisme, et à effectuer un stage de citoyenneté dans les six mois à venir. Mais j’y reviendrais plus loin, dans ma conclusion.

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/23/samuel-paty-meritait-de-mourir-quatre-mois-de-prison-avec-sursis-pour-une-etudiante_6057181_3224.html

 

De la même manière, on peut enfin s’exprimer sur des sujets jugés trop sensibles précédemment, comme la tentation Islamo-gauchiste de partis politiques comme La France Insoumise ou des syndicats étudiants comme l’Unef.

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/23/polemique-apres-les-propos-de-jean-michel-blanquer-sur-l-islamo-gauchisme-a-l-universite_6057164_3224.html

 

Le respect des croyances musulmanes d’une petite partie de nos concitoyens obligeait tous les citoyens français à trouver naturel le port du voile et le fait de manger de halal. Pour un peu, on nous expliquerait que c’était meilleur pour la santé de nos enfants de manger halal dans les cantines. Contester la bien-pensance de nos élites, des médias, c'était la certitude d‘être immédiatement traité d’islamophobie et de racisme. 

 

Mais la contre-offensive des milieux islamo-gauchistes est déjà commencée ...

 

Le jour même de l’assassinat de Samuel Paty, les médias s’étalent sur une agression dans Paris que les jeunes femmes victimes d’une agression au couteau lient au port du voile et au fait qu’elles sont musulmanes. 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/10/20/enquete-ouverte-apres-une-agression-contre-deux-femmes-au-champ-de-mars-a-paris_6056731_4355770.html

 
Cela conduit ainsi un site (qui se veut) journalistique comme www.arabnews.fr à titrer que cette agression est «un crime du racisme ordinaire aussi hideux que l’assassinat de Samuel Paty» !


https://arab.news/bvms7 

Languet ta momon !

 

Il n’y a rien de comparable entre une agression raciste (s’il s’agit bien de cela, sachant que les agresseurs nient avoir proféré des insultes racistes, potentiellement inventées par des victimes soucieuses de se victimiser en tant que musulmanes) et un attentat terroriste perpétré contre un enseignant de la République française, assassiné pour avoir montré des caricatures de Mahomet telles que publiées dans un journal satirique français, qui avait été lui-même victime d’un attentat islamiste pour avoir publié de telles caricatures, dont le procès se déroulait au même moment à Paris ! www.arabnews.fr est une caricature de ses sites islamo-gauchistes dont je parlais à l’instant. 

 

De la même manière, les journaux télévisés semblent persuadés que la nécessité d’être objectivement neutre sur les questions des religions doit les conduire à faire longuement état des dégradations et des menaces commises à l’encontre de lieux de prière musulmans à la suite de l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine. Comme si ces mêmes journaux s’appesantissaient autant sur les dégradations commises contre des églises, des temples et des synagogues ou sur les menaces reçues par des quidams moyens ?

 

Mais au fond, Le Monde et les journaux télévisés sont-ils islamo-gauchistes, ou bien sont-ils juste victimes d’une éthique journalistique qui leur interdit, qui leur donne l’impression, qu’ils doivent accorder la même couverture journalistique aux deux positions opposées ? Du coup, la couverture médiatique d’un attentat islamiste ne leur impose-y-il pas de faire état des difficultés des membres de la religion musulmanes ? 


Et ceci n’est rien. L’offensive des islamo-gauchistes ne tardera pas, et nous retomberont à nouveau dans l’impossibilité de nous exprimer, d’exprimer la moindre position critique sur l’islam et sur son exposition dans l’espace public.

 

Même si je pense néanmoins que la réponse judiciaire et institutionnelle va peut-être actuellement trop loin ...

 

Malgré tout, même si je ne suis aucunement islamo-gauchiste, je ne peux m’empêcher de penser que la réponse judiciaire à cette jeune musulmane qui poste un commentaire validant la mort de Samuel Paty est exagérée. Quatre mois de prison avec sursis pour un commentaire, c’est excessif ! Inapproprié ! Il a été puni sévèrement pour tous les djihadistes qui répandent sur la toile leurs commentaires abjectes et leurs appels au meurtre. Mais cette réponse judiciaire semble excessive.

 

Il en va de même pour cette élève mise en examen à Toulouse pour avoir insulté une enseignante. Au fond, celle-ci, en comparant la liberté en France et en Arabie Saoudite, a exprimé non pas une position doctorale, mais une simple opinion subjective. Et alors que cette enseignante veut parler de liberté d’expression, comment peut-on faire entendre à des jeunes qu'un débat en cours est autorisé mais qu’un tel débat n’est plus autorisé à la fin du cours, entre cette même enseignante et d’autres élèves. Où se trouve la limite de la liberté d’expression ? Et où se trouve la limite entre les endroits où elle peut s’exprimer et ceux où elle n’est plus autorisée ? 

Il y a d’une certaine façon un durcissement de la réponse pénale à l’encontre des opinions dissidentes. Il ne faut pas se réjouir, selon moi, qu’elle vise aujourd’hui les musulmans et les islamo-gauchistes, parce que demain, elle risque de viser chacun d’entre nous, nous tous, sans distinction.

 

Mais je ne condamne néanmoins aucunement la réponse pénale donnée à l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, à l’encontre du père de la collégienne à l’origine de ce scandale, M. Brahim Chnina, ou à la volonté de dissoudre un certain nombre d’associations prônant le séparatisme musulman.

 

J’espère également que cette collégienne, Mlle Chnina, à l’origine de cet abject attentat, sera exclue et renvoyée, et que nul n’oubliera jamais sa responsabilité dans l’abject assassinat de son enseignant dans son collège de Conflans-Sainte-Honorine.

 

Saucratès



24/10/2020
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres