Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

De la nécessité de remettre en question l'idée de noter dur pour le bien des élèves au Lycée Levavasseur

Saint-Denis de la Réunion, mercredi 15 juillet 2020

 
Paradoxe au lycée Levavasseur ! Jamais les résultats du baccalauréat n’ont été aussi élevés en France et à La Réunion. Plus de 90% de réussite au premier tour. Et sûrement beaucoup plus attendu après les oraux de rattrapage. Et malgré tout, jamais le lycée Levavasseur de Saint-Denis de la Réunion n’aura affiché un aussi faible taux de réussite au baccalauréat ! Paradoxe réellement ? Ou bien était-ce une évidence en regard des méthodes de notation de cet établissement privé ? En tant que parent d’un lycéen de Levavasseur, je tiens à exprimer mon ressenti sur cette situation inquiétante.

 
Le lycée Levavasseur était ce que l’on appelait autrefois une boite à Bac. Un établissement privé catholique dans lequel on inscrivait ses enfants avec la quasi certitude qu’ils obtiendraient leur baccalauréat, avec le plus souvent une mention «Bien» ou «Très bien». Y faire entrer ses enfants était souvent compliqué, la scolarité y était relativement onéreuse, mais les enfants y étaient préparés aux études supérieures.

 

Je ne souhaite cependant pas critiquer ce lycée. Installé dans le centre historique de Saint-Denis, le lycée Levavasseur est un endroit magnifique pour y passer ces années de lycée. Il y a bien pire ! Mais il y a aussi un problème de notation des enseignants ... un problème de sous-notation chronique, qui a toujours existé, qui n’a jamais posé problème jusqu’à cette année, mais qui continuera à poser problème dans les années futures dans le cadre du nouveau Baccalauréat.
 

Une partie des enseignants de ce lycée partent du principe qu’ils préparent leurs élèves aux études supérieures, et pour cela, ils les notent comme ils estiment que leurs élèves seront notés ultérieurement dans le supérieur. Il y a même certains enseignants du lycée qui ne font pas seulement que truffer leurs devoirs de pièges, ils truffent également leurs corrections de pièges pour s’assurer que leurs élèves sont attentifs et travaillent ! Aberrant ? Non, juste la réalité d’un lycée élitiste.
 

Ce qui était une force autrefois, ce qui était une force les années précédentes, ce qui permettait au lycée d’afficher un taux de réussite invraisemblable proche de 100% aux épreuves du Baccalauréat, devient désormais une faiblesse, dès lors que l’on prend en compte des notes issues du contrôle continu, comme par exemple pour le Baccalauréat de cette année 2020, ou des années ultérieures. 
 

Je ne vais pas argumenter autour de l’aberration de l’utilisation du contrôle continu pour l’attribution du Bac. La réforme du Bac est passée et elle entrera en application pour la première fois l’année prochaine.

 

Non, la véritable aberration, c’est le système de notation des enseignants des lycées privés, et en particulier du lycée Levavasseur. Il est aberrant qu’un enfant ne puisse pas être noté de la même manière, qu’il ne puisse pas être évalué de la même manière quel que soit le lycée où il étudie ! Puisqu’une telle objectivité des notations n’est pas possible, n’est-il pas aberrant que les notes du contrôle continu servent à l’obtention du Bac ? En tout cas, il est aberrant que les enseignants du lycée Levavasseur ne se remettent pas en cause, que la direction de ce lycée ne se saisisse pas de ce problème colossal.

 

Car lorsqu’il deviendra clair qu’en raison du système de sous-notation, un lycéen de Levavasseur aura moins de chance d’avoir son Bac dans ce lycée que dans un lycée public comme Bellepierre ou Leconte, puisqu’il perd 3 ou 4 points de moyenne générale, le lycée se trouvera face à une fuite de ses élèves et des parents !

 

Mais pour l’instant, il n’y a aucune remise en cause de la part des enseignants et de la direction de Levavasseur. Les mauvais résultats du baccalauréat 2020 ne sont dûs qu’à l’absence de travail suffisant des élèves selon leurs enseignants ! On met en cause le travail des élèves, on va nous parler de la nécessité d’un travail régulier de nos enfants tout au long de l’année scolaire, mais à aucun moment, les enseignants ne reconnaitront que le souci vient de leur méthode de sous-noter leurs élèves, supposément pour les préparer aux études supérieures ... Mais encore faut-il qu’ils réussissent à avoir leur Bac à Levavasseur !

 

Pour citer le magazine «Famille & éducation» n°532 de Mai-juin 2020 : «... si les mentions baissaient dans certains établissements cette année - en raison du contrôle continu imprévu - cela permettrait peut-être de remettre en question l'idée de noter dur pour le bien des élèves.» Cette citation est attribuée à M. Pierre Mathiot, concepteur de la réforme du baccalauréat et du lycée.

 

Nombre de parents des lycéens de Levavasseur seraient certainement d’accord avec cette remise en question ! Le lycée Levavasseur va-t-il communiquer sur les mauvais résultats du Bac 2020 ? Sur le plus faible taux de mention «Bien» et «Très bien» en regard des années précédentes ? Sans se défausser de cette responsabilité sur les enfants et sur leur supposé absence de travail ... Chiche !

 

 

Saucratès



14/07/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres