Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Passe sanitaire : fin de démocratie en France - Suite et Fin

Saint-Denis de la Réunion, mercredi 14 juillet 2021

 

En ce mercredi 14 juillet 2021, nous sommes sensés fêter la fin de l’autocratie monarchique des Bourbon et nous sommes sensés célébrer l’avènement de la démocratie et de la République en France. Mais ce jour n’est plus une fête, car cette démocratie, car la République, n’existent plus. Macron et son gouvernement l’ont tué, l’ont assassiné, de la même manière que Laval et Pétain avaient assassiné la troisième République en 1940. Mais eux au moins avaient eu la décence de ne pas faire porter cette honte, celle de la collaboration avec l’Allemagne nazie, avec l’envahisseur, celle de la collaboration avec l’entreprise génocidaire nazie, à la République française et en faisant porter le poids de cette honte à ce qu’ils avaient nommé l’Etat français de Vichy. 

Macron, Castex, Véran n’ont même pas cette décence. C’est à la cinquième République, ce régime démocratique mis en place par le Général de Gaulle, qu’ils font adopter des lois scélérates visant à discriminer, à parquer, à violer les droits publics d’une partie des français parce que ceux-ci ne sont pas vaccinés ! Quelle honte ! Quelle abomination !


Avec ces futures lois scélérates, une partie des français devra et pourra montrer patte blanche pour sortir dans des restaurants, des bars, faire des courses en supermarché, se faire soigner tout simplement, partir travailler également, et l’autre partie des français, ces monstres non vaccinés, seront exclus de tous ces endroits, sauf à réaliser et à présenter tous les deux jours des tests de dépistage négatif du Covid ! Test dit de confort qui ne seront plus remboursés par la Sécurité Sociale ...

 

A quand l’obligation de porter un signe distinctif pour les non vaccinés, pour ceux qui refusent la vaccination, à quand des rafles organisées par la police française (on n’osera pas les appeler la milice de sinistre mémoire) pour parquer ces sous-français non vaccinés, ces français de seconde zone ? Macron et son gouvernement pourraient même utiliser la belle expression allemande si conforme à leur idéologie : «Untermenschen».

 

Mais il y a plus triste que ces lois scélérates de Macron ; il y a la rage et la haine des bien-pensants, de tous ceux qui traitent les non-vaccinés d’égoïstes, qui les accusent de chercher à les contaminer, à les empoisonner. Comme si eux courraient le moindre risque ! Comme si le vaccin n’était pas sensé les protéger de toutes les formes graves de Covid ? Comme si la vaccination généralisée allait empêcher la propagation du virus !

 

On nage en plein délire, comme en 1940. Les pires passions sont désormais déchaînées. Nous sommes gouvernés par des déments, nous vivons en dictature et les nouveaux pestiférés de notre époque sont désormais les non vaccinés, qu’il faut menacer d’enfermement, de relégation, de privation de droits publics, d’emploi, pour qu’ils acceptent de se faire vacciner et de possiblement mourir du fait du vaccin, à très court terme ou à moyen terme. 

Comme pour le procès du sang contaminé, comme pour le médiator, comme lors de la Révolution francaise et de la Terreur, pourra-t-on un jour traduire en justice et faire condamner Macron et ses séides, gouvernement et préfectures, pour la promulgation de ces lois scélérates et pour avoir fait empoisonner tous ceux qui seront décédés du fait de la vaccination obligatoire? 

Est-il possible de résister à ces lois scélérates ? De telles lois scélérates sont-elles même simplement conformes à la Constitution française et aux droits de l’homme et du citoyen ? La constitution de 1958, dans son article premier, ne dit-elle pas que «La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.»

 

La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ne dit-elle pas dans son article premier que «Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.»

 

Et dans son article deux, ne dit-elle pas, cette même déclaration, que «Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.»

 

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/allocution-d-emmanuel-macron-le-pass-sanitaire-introduit-une-rupture-fondamentale-dans-notre-contrat-social-20210713


Evidemment, comment résister à ces lois scélérates ? À moins d’une intervention très rapide des plus hautes juridictions françaises, du Conseil Constitutionnel ou du Conseil d’Etat, je serais obligé comme tant d’autres d’accepter de me faire vacciner. Mais je ne voterais plus jamais pour aucun de ceux qui auront participé à cette oppression, à la mise en place et en œuvre de ces lois scélérates. 

 

 

Saucratès

 

 

Article précédent sur le même sujet

Passe-sanitaire : la fin de la démocratie ?



14/07/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres