Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Aberrations politiques et dernières volontés

Saint-Denis de La Réunion, jeudi 28 février 2019

 

Je vais être hospitalisé demain et je ne sais pas si je serais encore en vie après. Comment vivre normalement quand on risque de mourir, quand on peut mourir le lendemain ou le jour même. Oh évidemment, vous me direz qu'on risque tous de mourir du jour au lendemain, que ce soit en raison d'un apocalypse nucléaire ou stellaire, d'une attaque terroriste aveugle, ou d'un simple accident de voiture débile. 

 

Dans le cas où l'on viendrait à mourir, que faudrait-il faire de sa ou de ses dernières journées de vie ? Écrire des articles dans un blog ? Jouer à des jeux électroniques tout aussi débiles que la mort ? Regarder la nature ou marcher dans la nature ? Lire de bons livres, comme s'il fallait les avoir fini avant de mourir, comme s'ils allaient vous expliquer la vie ou si Saint-Pierre allait nous faire une interrogation ? Profiter de nos derniers instants avec ceux que l'on aime pour en profiter une dernière fois ? Ou bien est-ce que tout ceci ne sert finalement à rien et il ne reste plus qu'à vivre normalement puisqu'au final, on ne sait jamais si on risque de mourir ou non, puisqu'on risque de mourir à n'importe quel moment ...

 

Mon dernier article sur ce blog peut-il être un message de haine, de rage, d'incompréhension ? L'actualité de ces derniers jours et de ses dernières semaines me fout régulièrement en rogne. Ou plutôt les affirmations de ce gouvernement ni de droite ni de gauche mais certainement ultralibéral, les propositions ou affirmations des députés de ce bloc NDDNDGMCU, à savoir de La République en Marche (ou plutôt en recul, terrée dans son Assemblée nationale ou cachée dans les ministères, toujours prête à fuir les méchants manifestants en gilets jaunes), me paraissent terriblement ridicules ou débiles (comme la mort).

 

Je commence par la volonté des députés LREM et du gouvernement d'instaurer un jour de carence pour tous les salariés du privé, puisque certains méchants salariés du secteur privé se voient parfois rémunérer cette journée de carence par leur entreprise. Un ou une député LREM estimait que ce serait faire preuve d'équité que d'instaurer cette mesure, puisque les salariés du public ne sont pas remboursés de leur journée de carence ! Pourquoi cela est-il une aberration absolue ? Pourquoi une telle décision me paraît inconcevable, ou plutôt simplement être une idée ou un argument d'abrutis ? D'abord parce que la journée de carence des fonctionnaires du public a déjà elle-même été mise en place dans un but d'équité ! Il fallait appliquer aux fonctionnaires une journée de carence puisque les salariés du privé avaient trois jours de carence. Maintenant on les utilise eux pour diminuer les avantages des salariés du privé qui n'étaient pas touchés. Et au passage pour avantager les entreprises qui ne seront plus tenues de rembourser cette première journée de carence. La Banque de France, qui n'est ni du domaine privé, ni fonctionnaire, applique déjà cette premiere journée de carence depuis debut 2019. 

 

La prochaine étape après cela, toujours pas équité, c'est quoi ? Introduire une deuxième et troisième journée de carence pour les fonctionnaires, que l'on généralisera ensuite aux salaries du privé toujours dans le même souci d'équité ? Au fait, pourquoi par équité, n'oblige-t-on pas tous les employeurs du privé à rémunérer les trois premiers mois d'arrêt maladie en complément des indemnités versées par la Securité Sociale, comme pour les fonctionnaires ? Ca, ce serait de l'équité où je me trompe ? Mais non, suis-je bête, cela ne plairait pas aux entreprises chères à Macron ! Et les députés eux-mêmes, leur décompte-t-on déjà une ou des journées de carence non remboursables ? Avant d'imposer des réformes aux autres, ce gouvernement NDDNDGMCU ne devrait-il pas d'abord se les appliquer à lui-même, à Macron et à ses ministres ?

 

Comme le disait le chanteur Pierre Perret dans une entrevue reproduit dans le journal Le Monde du 17 et du 18 février 2018,

 

« La soupape a jailli d'un coup, c'est très difficile d'arrêter un peuple en colère. Je regrette que les gilets jaunes commencent à etre déstabilisés par des casseurs, récupérés par des politiques, parce qu'il y a une générosité. La sincérité de leur discours doit être respectée. Mais le gouvernement est à des années lumière de leur quotidien. Il a charge d'âmes auxquelles il ne comprend rien. C'est le combat de ceux qui souffrent dans leur quotidien et qui ont été blessés, humiliés. On n'a pas le droit de traiter les gens comme ça quand on dirige un pays. À côté de Liberté, Égalité, Fraternité, dans la devise française, on devrait inscrire Dignité.»

 

Ce gouvernement LREM est à des années lumière des préoccupations des francais. Il porte un programme ultra libéral, decidé par un aréopage d'abrutis de hauts fonctionnaires, ou de jeunes cadres dynamiques, de DRH hautains et de politiques transfuges. C'est un groupe que l'on nous a vendu comme issu du peuple, de la société civile, des gens comme vous et moi, mais au fond, on a été trahi. On a été trompé, méprisé. Et pourtant certains continuent à croire en eux, à leur faire confiance. 

 

J'ai noté dans l'actualité de ces derniers jours un autre point amusant. Ou plutôt d'aujourd'hui... La réaction ulcérée du gouvernement français à une prise de participation à hauteur de près de 12% de l'Etat néerlandais dans le capital d'Air France ! 

 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/02/27/la-haye-porte-a-14-sa-part-dans-air-france-klm-proche-de-la-part-de-paris_5429184_3234.html

 

Le gouvernement francais a le droit d'avoir une participation dans le capital d'Air France-KLM mais pas le gouvernement néerlandais, alors qu'Air France est une fusion des deux compagnies aériennes nationales ? Je lisais justement que les petits États européens comme les Pays Baltes souffraient souvent «d'un certain paternalisme allemand et francais» à leur égard (Le Monde du 17 et 18 février 2019, page 3, «Israël courtise les frondeurs de l'UE»). 

 

Cette histoire entre la France et les Pays-Bas nous démontre une nouvelle fois que ce gouvernement LREM, qu'Emmanuel Macron et ses affidés, sont complètement à côté de la plaque. Comment peut-on à la fois défendre l'ultra-libéralisme, le règne sans partage du marché et refuser à un autre État européen, à ses égaux, de prendre les mêmes décisions et les memes protections que lui-même (à vérifier toutefois qu'il s'agit bien d'une protection pour les français que Macron et le gouvernement LREM dispose d'une minorité du capital d'Air France KLM ... C'est peut-être juste pour s'assurer que l'entreprise écrase bien ses propres salariés ?). On marche sacrément sur la tête dans cette histoire. Et dans le même temps, les gouvernements francais et allemands voulaient faire fusionner Siemens et Alstom pour créer un champion européen du rail ! Fusion refusée par Bruxelles à raison. Et si demain d'autres Etats européens, ou l'Allemagne, avaient osé vouloir monter au capital du nouveau groupe, cela aurait-il aussi ulcéré le gouvernement français ?

 

La reponse du gouvernement francais ? Menacer de ne pas appliquer un accord négocié par Air France visant la préservation des intérêts de l'aéroport néerlandais. Et les interventions des ministres francais frisent le ridicule : 

 

Bruno Le Maire, Ministre de l'économie, dans Les Echos : «Il est essentiel de respecter les principes de bonne gouvernance et qu’Air France-KLM soit géré dans l’esprit de son intérêt social sans interférence étatique nationale»

 

Gérald Darmanin. ministre de l’action et des comptes publics, sur Europe 1 : «Il faut surtout que les Etats se mêlent le moins possible de la marche d’une grande entreprise comme celle-ci ».

 

Tout ceci vient de ministres d'un État détenant lui-même une participation de plus de 14% dans le même avionneur européen. Heureusement que le ridicule ne tue pas !

 

J'allais oublier une autre aberration, non politique celle-là mais économique. Le fait que Décathlon est decidé de vendre un produit islamique dans sa gamme : un foulard islamique de course à pied, pour se faire un maximum d'argent avec les acheteurs musulmans tout en se faisant aussi un maximum d'argent avec les autres acheteurs. Cette histoire me rappelle la décision de QUICK de transformer ses restaurants en restaurants Halal, pour capter la clientèle musulmane tout en faisant manger à sa clientèle française chrétienne ou athée de la nourriture halal ! Le maximum de bénéfices possibles en se moquant ouvertement de leurs usagers. 

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/26/decathlon-propose-un-hijab-de-course-puis-renonce-face-a-l-ire-de-politiques_5428624_3224.html

 

L'actualité est remplie de ces aberrations. Le grand débat de Macron en est évidemment aussi une belle démonstration. Une entreprise de démolition du mouvement des gilets jaunes, de faux débats auxquels ni les gilets jaunes ni les francais ne peuvent participer, une enorme entreprise publicitaire, mais au final, il ne sortira rien de nouveau de cet exercice, si ce n'est la mise en avant des propres décisions et idées de Macron, la diminution des dépenses publiques et la mise sous pression du secteur public et des fonctionnaires, toujours moins de services publics, faire toujours plus payer les francais de la haute classe moyenne, pour à tout prix les ramener vers le bas, pour les précariser, pour les tondre, afin qu'ils ne sortent plus du lot, pour que seuls Macron, ses affidés, les hauts fonctionnaires, les hauts cadres du privé, cette classe des managers, et leurs amis milliardaires, puissent être vraiment heureux, puissants, riches, sans devoir envier quelques classes moyennes heureuses dans leur vie. Écraser les autres pour mieux dominer ! Ce gouvernement doit disparaître, il doit être emporté par une révolution, telle la monarchie et l'aristocratie sous Louis XVI. 

 

Disons que ce sera peut-être mon dernier écrit ...

 

 

Saucratès



28/02/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres