Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Le CNRS donne accès à la base de données des compensations versées en 1849 aux propriétaires d’esclaves - Quelques enseignements

Saint-Denis de La Réunion, vendredi 14 mai 2021


Un site du CNRS publie deux bases de données traitant des compensations versées par l’Etat francais aux propriétaires d’esclaves. L’une des deux bases concerne l’indemnité versée en 1825 par la nouvelle République libre de Haïti, et la seconde base concerne les indemnités versées en 1849 aux propriétaires d’esclaves des colonies de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane, de la Réunion, du Sénégal et des iles de Sainte Marie et de Nosy Be. Dans un cas, pour Haïti, on parle d’une indemnité de 150 millions de francs, destinée à dédommager les anciens colons qui réclameront une indemnité, et dans la deuxième, pour les autres colonies, on parle d’une indemnisation de 126 millions de franc or (soit l’équivalent de 27 milliards d’euros d’aujourd’hui - selon Le Monde).

https://www.lemonde.fr/afrique/video/2021/05/08/esclavage-qui-a-profite-de-l-argent-de-l-abolition_6079569_3212.html

 

Dixit Le Monde, «Gratuit et collaboratif, ce fichier inédit en France, fruit d’un travail de deux ans sur des milliers d’archives, pourrait relancer le débat sur les réparations».

 

https://esclavage-indemnites.fr/public/ 

 

Dans l’article qui suit, on va s’intéresser à la seule base des indemnisations de 1849 mais l'histoire de Haïti et des 150 millions de francs or que Haïti a dû payer à la France pour prix de leur indépendance me paraît également intéressante, par son injustice. Haïti a plus payé pour son indépendance que les indemnités versées pour l’ensemble des autres colonies françaises !

L’intérêt de ce site est aussi de rappeler cette injustice.

 

«Le 1er janvier 1804, après deux ans de combats acharnés contre les troupes du général Leclerc puis de Donatien de Rochambeau, venus rétablir l’esclavage, au nom de Napoléon Bonaparte, Jean-Jacques Dessalines proclame, l’indépendance de l’ancienne colonie française de Saint-Domingue, sous le nom d’Haïti. Pour la première fois de l’histoire, d’anciens esclavisés émancipés depuis 1793, fondent un état indépendant (...)

Le 3 juillet 1815, trois navires de guerre suivis quelques jours plus tard par deux escadres arrivent en rade de Port-au-Prince. A leur bord se trouve le capitaine de Mackau qui est chargé par Charles X d’obtenir l’agrément du président Boyer aux conditions de la France, y compris par la contrainte.

 

Le 11 juillet 1825, le Sénat haïtien autorise le président Boyer à ratifier l’ordonnance de Charles X datée du 17 avril 1825 et dont les 2 principaux articles sont :
 
Article 2 : Les habitants actuels de la partie française de Saint-Domingue verseront à la Caisse Centrale des Dépôts et Consignations de France, en cinq termes égaux, d’année en année, le premier échéant le 31 décembre 1825, la somme de 150 millions de francs, destinée à dédommager les anciens colons qui réclameront une indemnité.

Article 3 : Nous concédons à ces conditions, par la présente ordonnance, aux habitants actuels de la partie française de Saint-Domingue, l’indépendance pleine et entière de leur gouvernement.
 
La première République noire s’est acquittée complètement de l’indemnité en 1885, et de l’emprunt, en 1887, mais cela l'a plongée dans un endettement chronique qui l'a affaiblie durablement.»

Et Haïti devait ensuite être occupée militairement par les États-Unis d’Amérique à compter de juillet 1915 et ce jusqu’en août 1934, afin d’y combattre l’influence de l’empire allemand, qui y était particulièrement bien implanté.

 
Mais pour en revenir à la base des indemnisations des propriétaires d’esclaves dite base 1849, le site donne un certain nombre d’informations extrêmement intéressantes (au-dela de la liste des noms des proprietaires d’esclaves et des sommes perçues en 1849).


En voici la présentation des données selon le site :

«Lorsque la France abolit l’esclavage pour la seconde fois le 27 avril 1848, elle accorde dans le même temps une indemnité aux anciens propriétaires d’esclaves de l’Empire français. La loi du 30 avril 1849 et son décret d’application du 24 novembre 1849 leur attribuent 126 millions de francs, selon des modalités différentes pour chacune des colonies (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, Sénégal, Sainte Marie et Nosy Be). Un telle dépense, dans un tel contexte de crise économique, ne peut que susciter débats et interrogations.

 

En tête de file des défenseurs de l'indemnité se trouvent les anciens propriétaires, dont la diversité de profils est insoupçonnée. À leurs côtés, les marchands et créanciers coloniaux constituent le second groupe dans l'attente. Tous plébiscitent des arguments juridiques et économiques pour justifier cet octroi. Face à eux, les abolitionnistes présentent l'esclavage comme contraire à la morale, et certains vont même jusqu'à suggérer une indemnisation à destination des nouveaux libres. Aucunes propositions n'aboutirent dans ce sens.

 

À travers cette mesure âprement débattue au sein de la commission d'indemnisation et de l'Assemblée Nationale, l'État tente de préserver ses grands intérêts économiques dans les colonies dont la possession se trouve menacée. D'un côté, les colons menacent de quitter les territoires, de l'autre, la menace d'une révolte inspirée par l'exemple haïtien pousse les législateurs à adopter cette mesure d'indemnisation permettant la mise à l'oeuvre du processus d'abolition. L'indemnité coloniale apparaît comme une condition sine qua non à l'abolition.»

 

https://esclavage-indemnites.fr/public/Base/2/DonneesChiffrees

 

Ainsi, les sommes perçues par la colonie de la Réunion s’élèvent à 39,460 millions de francs or, correspondant à un nombre de 60.651 esclaves libérés (soit un prix par esclave de 671,79 francs or). Les femmes y détiennent 36,3% des 10.593 titres de propriété d’esclaves. J’ai décompté dans cette base environ 4.200 noms de propriétaires indemnisés pour la Réunion.

Pour les colonies de Martinique et de Guadeloupe, les sommes perçues se sont élevées à 57,335 millions de francs or, correspondant à 161.534 esclaves libérés (soit des indemnités par esclave de 447,28 francs en Guadeloupe et 409,98 francs en Martinique). Le site dénombre 23.360 titres de propriété d’esclaves, détenus par des femmes à hauteur de 31,5% en Guadeloupe et de 42,0% en Martinique. 

En Guyane, les indemnités s’élèveront à 6,557 millions d’euros pour 12.252 esclaves libérés, soit une indemnité par esclave de 589,32 francs. Au Sénégal, ce seront 0,368 million de francs or qui seront versés, pour 10.350 esclaves libérés. Et enfin, dans les îles malgaches de Nosy Be et de Sainte-Marie, ce seront 0,094 million de francs qui seront versés pour 3.500 esclaves libérés.  

 

D’autres enseignements sont à retirer de cette base de données immensément riche, même si de nombreuses informations n’y sont pas encore disponibles, et notamment tout ce qui aura trait à la biographie des différents propriétaires d’esclaves indemnisés. À noter par exemple que sur les 4.200 personnes mentionnées dans cette base pour La Réunion, 1.900 d’entre eux sont mentionnés comme ayant reçu 0 franc d’indemnités, ce qui signifie que ces propriétaires avaient déjà cédés ou transférés leur créances à certains de leurs créanciers. Inversement, seuls 76 personnes ont perçus plus de 100.000 francs or d’indemnités à La Réunion (et pour certains d’entre eux ces montants incluent des indemnités perçues au titre d’autres colonies).

Le journal Le Monde indique également, en parlant de ce site du CNRS, «que ces informations permettent de mieux comprendre la société esclavagiste de l’epoque et de retracer l’origine d’investissements qui ont donné naissance à des dynasties entrepreneuriales ou des entreprises qui existent encore aujourd’hui».

 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/05/08/les-compensations-versees-aux-proprietaires-d-esclaves-par-la-france-au-xixe-siecle-rendues-publiques_6079584_3212.html

Sauf qu’une fois encore, ceci correspond certainement parfaitement à la situation des Antilles, mais que cela ne s’applique en aucun cas à la situation réunionnaise. Ainsi, parmi les 76 propriétaires réunionnais ayant perçu plus de 100.000 francs or d'indemnités, que ce soit au titre des esclaves détenus ou des titres récupérés, on ne trouve aucune des grandes familles entrepreneuriales réunionnaises d’aujourd’hui. Pas de Chateauvieux, ni de Caillé, ni de Ravate ou autre. On y trouve plutôt des noms de lieux topographiques, de lieu-dit. Les plus riches de cette époque-là ont certes marqué la société réunionnaise coloniale de l’époque, mais ils semblent avoir presque disparu, quitté la grande histoire. Qui se souvient par exemple encore des Lecoat de Kerveguen (à part un nom approchant dans une série télévisée), ou des Thomas, des Dandré ou de Rattaire (pour citer les quatre plus importants bénéficiaires d’indemnités cités dans cette liste).

 

Ainsi, une fois encore, c’est la réalité antillaise de l’esclavage de cette époque qui vient illustrer son histoire, et La Réunion, plus grande colonie de cette époque-là, et le plus grand et le plus peuplé des départements d’outre-mer d’aujourd’hui, n’est absolument pas pris en compte.


Au moins, notre département semble avoir fait sienne les adages bibliques qui veulent que «l’argent ne fasse pas le bonheur» et que «Bien mal acquis ne profite jamais» ! Autrement dit, en hébreu, «Lo yoilou otsarott racha».

 
 

Saucratès



14/05/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres