Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Que dénote la diabolisation médiatique dont semble victime un Parti comme le Rassemblement National ?

Saint-Denis de La Réunion, samedi 16 mars 2019

 

En ce samedi en fin d'après-midi, à cette heure où la chaleur commence à diminuer, où la lumière commence déjà à décroître sur notre belle île tropicale, à cette heure rêvée pour arrêter de s'agiter et pour commencer à boire une bière bien forte et bien fraîche, je prends la plume (ou plutôt le clavier de mon iPad) pour écrire quelques mots sur l'actualité, sur la vie, sur la politique.

 

Il y a de nombreux sujets qui m'interpellent simplement en lisant les nouvelles sur un journal comme Le Monde. Mes écrits de cette fin d'après-midi se limiteront simplement à la couverture médiatique offerte par Le Monde au Rassemblement National et à sa présidente, Marine Le Pen. Couverture médiatique, c'est un bien grand mot pour traiter de la manière dont Le Monde traité Marine Le Pen. Mais pas seulement Le Monde ; plus largement la majeure partie des médias, comme si Marine Le Pen était un adversaire tellement dangereux qu'il nécessitait une alliance sacrée des médias et de tous pour la combattre et tenter d'influencer les lecteurs qui pourraient être tentés de voter pour elle ! 

 

Comme si cela servait à quelque chose sous cette forme ! Ceux qui choisissent de voter pour elle sont déjà dans l'antisystème. Ils savent deja que les médias, le système plus largement, n'est pas neutre à son égard et que tous ce qui s'entend, tout ce qui y est dit, n'a pas forcément de réalités. Ils ne votent pas vraiment pour elle pour certains mais contre un système, de la même manière que tous ceux qui ont voté en 2002 pour Chirac ou en 2017 pour Macron ne votaient pas forcément pour ces derniers mais surtout contre le Front National et contre Jean Marie ou Marine Le Pen. 

 

Des journaux télévisés relaient donc l'idée que tout le monde se moque de la prestation de Marine Le Pen lors de son débat politique. Entendu par tout le monde : l'ensemble des médias ! C'est-à-dire personne. C'est-à-dire un tout petit microcosme éventuellement faiseur d'opinions ... Mais cela, c'était avant la crise des gilets jaunes et la démonstration que le peuple de France ne se reconnaît pas dans les médias. Le Monde et Les Décodeurs du Monde mettent donc en exergue les fautes, les erreurs de Marine Le Pen, d'une manière que je pourrais décrire comme proche de l'acharnement médiatique.

 

Le 5 mars : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/03/05/migrants-contre-retraites-le-theatre-des-intox-du-rassemblement-national_5431597_4355770.html

 

Le 13 mars : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/03/13/a-l-offensive-contre-les-medias-qui-relevent-ses-erreurs-marine-le-pen-s-enfonce_5435534_4355770.html

 

Le 15 mars : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/03/15/vaccins-smic-europe-les-intox-de-marine-le-pen-dans-l-emission-politique_5436342_4355770.html

 

Et je n'adhérerais pas à l'idée que cet acharnement, ces critiques, sont nécessaires parce que les interventions de Marine Le Pen sont coupables d'hérésies, parce que complètement fausses. Des interventions farfelues, remplies de contre-vérités de petits candidats à l'élection présidentielle ont souvent été observées, mais jamais ces dernières n'ont fait l'objet d'une telle couverture médiatique, d'un tel acharnement des médias ... Preuve comme je l'indiquais que l'impact de Marine Le Pen fait peur aux puissants, aux partis de gouvernement, aux médias eux-mêmes. Et qu'ils leur faut l'abattre médiatiquement pour tenter de combattre son influence auprès des électeurs. 

 

Je n'ai pas vu la prestation de Marine Le Pen, de même que je n'ai pas plus regarder le match du PSG. Mais cela ne m'empêche pas d'en lire les analyses, les interprétations ou les extraits. Et l'extrait sur le smic horaire ne me semble pas si fondamental. Marine Le Pen réagit sur la mise en place d'un SMIC européen et commet l'erreur, en parlant du SMIC européen, de comparer le coût du travail moyen francais, toute charges patronales comprises, au coût du travail des pays d'Europe de l'Est. 36 euros pour la France contre entre 4,50 euros à 5,50 euros pour certains pays européens. Il n'en faut pas moins pour que la ministre du gouvernement Macron présente en face d'elle se jette sur cette erreur. Marine Le Pen ne connait pas la valeur du SMIC en France ! Quelle faute ! Moi non plus d'ailleurs. Je paye ma femme de ménage vers 12 euros et quelques  sans même savoir à quel tarif je devrais véritablement la payer, si je pouvais la payer moins cher. De la même manière que je suis très loin d'être payé moi-même au SMIC. Quelle importance cela a-t-il ? Continuerais-je de travailler pour cet employeur s'il me payait au SMIC ? Et ma femme de ménage continuerait-elle de travailler pour moi si je la payais au SMIC ?

 

Au-delà de ce point, tout ceci fait apparaître la difficulté de débattre face aux énarques, comme l'est Emmanuel Macron, ses ministres et leurs conseillers ministériels qui les préparent pour ces interviews et débats politiques. J'ai moi-même dû affronter des énarques dans des instances représentatives du personnel, et ces enarques ne sont pas comme vous et moi. On ne peut pas les affronter sur les terrains. Ils ne sont pas comme vous et moi. On les a preparé pendant des années à exceller dans des exercices oraux. Ils ne sont pas plus intelligents, pas plus humains, pas meilleurs ; ils sont justes plus compétents dans les débats oraux. Vous et moi faisons des approximations ; on retient certaines données mais on fera des erreurs, on se trompera sur une donnée, on mélangera une notion avec une autre surtout si ce n'est pas notre spécialité. Pas eux. Certains énarques face à moi et à mes collègues syndicalistes prenaient plaisir sans avoir pris aucune note à nous déclarer qu'ils allaient répondre aux questions que nous avions posées dans le sens chronologique inverse. Et si vous découvriez qu'il avait oublié votre question et que vous le relanciez, il vous répondait immédiatement qu'il allait y venir. Ne jamais se laisser démonter ! Et une mémoire mentale parfaitement entrainée. Mais ce n'est qu'un entrainement ; cela n'a rien à voir avec l'intelligence ou la compétence. Cela ne les rend pas meilleurs pour diriger la France. Cela les rend simplement plus dangereux à affronter sur leur terrain dans une interview ou un débat televisé ! 

 

Comme ce débat télévisé avec Marine Le Pen l'a démontré. La ministre présente cherchait juste la faute. Qu'elle a trouvé. Et les journalistes présents ou les commentateurs du lendemain n'avaient plus qu'à s'acharner sur cette erreur. 

 

Tout ceci me rappelle la lecture de Platon et de Socrate. Les énarques d'aujourd'hui ne sont rien d'autres que les  sophistes que Socrate dénonçait. La méthode de briller oralement des énarques n'est qu'une forme de sophisme. La forme plus que le fond ! Les énarques d'aujourd'hui ne sont rien d'autres que des sophistes qui brillent en société et dans le monde grâce à des techniques orales sophistiquées tout à fait comparables au sophisme qui était enseigné à l'époque de Platon et de Socrate pour briller dans les debats de la cité. Sauf que l'on apprend pas si facilement à combattre des sophistes aujourd'hui ! Et les journalistes, les commentateurs médiatiques de notre époque sont également formés aux mêmes méthodes sophistiqués. Ils sont formés dans les mêmes écoles, comme Sciences Po. Les plus mauvais d'entre eux finissent dans les écoles de journalistes apres Sciences Po. Les meilleurs réussissent l'ENA. Mais jamais ils n'oublieront qu'ils sortent tous des mêmes écoles, qu'ils aspirent tous aux mêmes postes prestigieux, qu'ils appartiennent tous au même Monde des puissants qu'il leur faut défendre contre les autres, les sans grades, contre le peuple et ceux qui n'appartiennent pas au même Monde qu'eux !

 

Face à ces gens-là, il ne faut pas combattre sur leur terrain mais tout ramener à quelques sujets que l'on connaît et sur lesquels on peut les attaquer. Il faut plagier Georges Marchais et ne pas hésiter à répondre à côté de leurs questions : «vous avez apporté vos questions ; j'ai apporté mes réponses» !

 

On peut aussi penser que l'existence des énarques, issus d'une école pensée pour fabriquer une élite d'administrateurs capables de gérer la France, et leur omnipotence au sommet de l'Etat, au gouvernement, à la direction des administrations centrales, des grandes entreprises et des établissements publics, le fait que les ministres et responsables politiques depuis des décennies soient issus du rang des énarques, peut faire que les journalistes, les observateurs et les commentateurs politiques, le public dans son ensemble, ont désormais une attente particulière en matière de débats publics. L'homme ou la femme politique doit tout savoir sur tout, doit savoir discourir et savoir se tirer de toutes les situations. Peut-être l'omnipotence des énarques au sommet de l'Etat fait que cette sphère des débats publics n'est plus accessible aux communs des mortels. Je pense que la France doit être une exception au niveau européen et mondial. Les politiques y constituent une élite sociale qui s'autoreproduit, logée et protégée comme des stars. À la différence des États nordiques par exemple. Et je pense également que le discours politique, le langage médiatique y est aussi différent. Seule cette élite française dispose désormais des clefs pour y accéder, cette élite et ceux qui ont suivi les mêmes écoles qu'eux, à savoir les aspirants à l'ENA, ceux issus de Sciences-Po ou d'autres grandes écoles. J'imagine que c'est moins vrai dans les États nordiques, en Allemagne ou ailleurs en Europe. Evidemment, certains hommes politiques y sont des tribuns. Mais il doit y rester une place dans le débat public pour les humains normaux, face à des journalistes eux-aussi normaux, et non pas formatés pour ressembler aux énarques auxquels ils rêvent de ressembler.

 

J'avais retrouvé la même gêne en découvrant l'histoire de Jérôme Kerviel, son envie de rejoindre l'élite du trading de la Société Générale issue des grandes écoles ; lui qui comme moi ne sortait que d'une obscure petite université de Bretagne. Le besoin de faire aussi bien que les traders rois issus des grandes écoles, lui qui sortait de la plèbe des techniciens, l'avait conduit à prendre des risques insensés pour au final devenir l'un des hommes les plus pauvres du monde ! Sans que l'on sache jamais s'il est reellement à l'origine de la perte financière que la Societe Générale avait annoncé en 2008, ou si l'élite de cette Banque avait trouvé la victime parfaite pour lui faire porter le chapeau. 

 

Il ne faut pas se tromper. Derrière l'hallali sonnée par la multitude de présentateurs de télévision et de la presse écrite contre Marine Le Pen et sa prestation télévisuelle de début de semaine, comme derrière l'hallali sonnée par la même caste et les mêmes hauts dirigeants contre Jerome Kerviel, il s'agit toujours d'un même mépris de classe d'une élite formée dans des grandes écoles, à Sciences Po et rêvant (ou ayant réussi) de/à faire l'ENA. Le même mépris de classe qui habite également ces mêmes présentateurs, politiques, journalistes à l'encontre du mouvement des gilets jaunes et de leur niveau scolaire ou intellectuels. Il s'agit à la fois d'un mépris de classe, mais aussi du signe d'une peur bleue que leur causent à la fois les gilets jaunes et leur rejet légitime de la presse, et Marine Le Pen, qu'ils ne réussissent pas à éliminer politiquement.

 

C'est pour cette raison que je ne saurais pas me taire devant ces informations insupportablement partisanes. Je ne peux pas accepter le mepris de classe de nos dirigeants et des journaleux de tout bord parce que comme Marine Le Pen, comme Jérôme Kerviel et comme des centaines d'autres humains normaux, comme des milliers de gilets jaunes révoltés, j'en suis également victime. Evidemment pas de manière visible ; je suis trop insignifiant et invisible pour mériter qu'ils s'intéressent à moi ... heureusement pour moi ... Ce n'est que par procuration ...

 

 

Saucratès



16/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres