Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Égalité entre les hommes et les femmes


De l'égalité entre les hommes et les femmes. Ter

Réflexion quatre (16 novembre 2017)

De l'existence de véritables différences entre les hommes et les femmes

 

Qu'est-ce qui signifie cet acharnement militant des activistes suprémacistes féministes sur l'égalitarisme entre les hommes et les femmes ? Cet acharnement à vouloir s'attaquer à tout, de la place trop importante prise par les hommes dans les transports publics ou dans l'espace public, jusqu'à la conjugaison ou la grammaire inclusive, visant à contester les règles grammaticales de la langue française afin de forcer à faire apparaître le genre féminin en conjugaison au détriment du genre masculin, en passant par les diverses usines à gaz électorales créés pour forcer à l'élection simultanée ou successive d'hommes et de femmes. Sans oublier leur combat pour continuer d'être privilégiées dans les divorces face à leurs maris pour la garde des enfants (sauf si madame ne veut pas de la garde exclusive de ses enfants, et alors là, gare aux maris s'ils ne veulent pas passer pour des monstres ou des misogynes s'ils ne prennent pas leurs enfants !) ou pour les calculs des pensions alimentaires ou des prestations complémentaire !

 

Comme l'indique la fédération nationale «Solidarité Femmes» citée par le journal Le Monde, la proposition de loi du député LRM Philippe Latombe «soulève aussi un enjeu financier, car la résidence alternée pourrait aboutir à la suppression des pensions alimentaires et au partage des allocations familiales». Derrière les grands combats et les grandes causes des femmes se cachent donc de sordides et minables petits intérêts financiers et des histoires de gros sous, à savoir leur traitement privilégié lors des divorces pour la garde des enfants et l'imposition de pensions alimentaires disproportionnées le plus souvent à leur unique bénéfice !

 

Le sujet que je souhaite donc évoquer aujourd'hui traite donc de l'existence ou non de differences réelles entre les hommes et les femmes !

 

Mon premier exemple sera la capacité émotionnelle des femmes. Au départ de notre enfant pour poursuivre des études loin de notre domicile, devant le sas d'embarquement à l'aéroport, ma femme était en pleurs après la scène des adieux. Ni moi, ni mon fils ... La même situation m'a été racontée par ma kinésithérapeute espagnole qui recevait la visite de ses parents. Sa mère et elle-même étaient en pleurs lors de l'arrivee puis lors du départ, même si elle avait des relations compliquées avec ses parents. Mais ni son copain, ni son père ! Bien que son père, selon elle, sentant des larmes monter, aurait abrégé les adieux d'un air bourru. Je n'arracherais pas une larme à mon petit grand garçon de 13 ans, car il semble penser que pleurer démontre une fragilité insupportable. Il fera front, les points serrés, mais il ne pleurera pas. 

 

Ce n'est pas vraiment le résultat de l'éducation donnée aux petits garçons et aux petites filles ; je n'ai jamais interdit à mes fils de pleurer, et aucun père ou aucune mère n'ont jamais incité une petite fille à pleurer ... ou alors pas plus que des garçons qui pleurent ou trépignent pour obtenir un jeu au supermarché ! Qu'est-ce qui peut donc expliquer ces différences émotionnelles entre les garçons et les filles, entre les hommes et les femmes ? N'y a-t-il pas une difference de nature entre les hommes et les femmes en matière d'affichage de leurs émotions et du chagrin ? Et comment cette différence ne pourrait-elle s'expliquer que par des traits culturels et de reproduction de stéréotype, et en aucun cas par des traits naturels, des différences physiques ou hormonales entre les hommes et les femmes !

 

Il existe une autre source de différences naturelles et non pas culturelles entre les hommes et les femmes : la force physique. Evidemment, prises individuellement, il y aura toujours des femmes plus fortes que de nombreux hommes. La femme la plus forte pourrait même être plus forte que les plus forts des hommes. Mais cela n'empêcherait pas qu'en moyenne, les hommes soient plus forts que les femmes, en moyenne. Sinon, pourquoi est-ce toujours les hommes qui doivent changer les bouteilles d'eau dans les distributeurs d'eau au bureau, ou les bouteilles de gaz dans les maisons ? De la même manière, de nombreuses femmes sont beaucoup plus fortes que nombre d'autres hommes, mais dans les classements mondiaux en sport, la majeure partie des meilleurs sportifs seraient des hommes s'il n'y avait pas de classements ou des championnats séparés pour les hommes et pour les femmes ! Au tennis par exemple, les meilleures joueuses professionnelles ne dépasseraient pas la centième place mondiale. Et pourtant, les joueuses professionnelles féminines contestent le fait que les primes qu'elles touchent sont inférieures aux primes des hommes, à Roland Garros ou dans les autres tournois. Si elles valent au mieux un numéro 100 mondial masculin, c'est pourtant normal que leurs cachets soient beaucoup plus faibles que ceux des hommes, non ?

 

Cette différence peut elle être considérée comme un trait culturel ou une reproduction de stéréotypes ? Evidemment non. J'ai lu que le dysmorphisme sexuel était une caractéristique des espèces fortement polygames. Plus les mâles ont un harem important, plus les différences de taille et de force entre les mâles et les femelles sont importantes ; les mâles ayant besoin de se battre entre eux pour conserver ou gagner un harem, à la différence des femelles. Parmi les espèces fortement polygames, présentant un fort dysmorphisme sexuel, on trouve les éléphants de mer ou les gorilles. À l'inverse, les espèces strictement monogames ne présenteraient aucun dysmorphisme sexuel. Le meilleur exemple en serait les gibbons. Et l'espèce humaine présente une dysmorphisme sexuel modéré, mais reel ; les hommes étant en moyenne plus grands, plus gros que les femmes, et également plus forts. La conclusion de cette analyse est ainsi que l'espece humaine est modérément polygame, et non strictement monogame comme leurs cousins les gibbons ! Mais au vu des nombreuses sociétés humaines polygames observées par le passé ou de nos jours, on s'en serait effectivement douté, n'est-ce pas ?

https://www.scienceshumaines.com/la-monogamie-est-elle-naturelle_fr_21607.html

 

Que puis-je en déduire ou conclure de ces quelques exemples ? Simplement qu'il existe des différences physiques naturelles entre les hommes et les femmes. Les uns et les autres ne sont pas physiquement égaux ; nous sommes inégaux. Nos sociétés occidentales peuvent nier cet état de fait sous la pression des féministes dans nos sociétés policées et bien-pensantes par le biais de loi, mais cela restera forcément sous-jaccent !

 

 

Saucratès


16/11/2017
4 Poster un commentaire

De l'égalité entre les hommes et les femmes. Bis

Réflexion trois (11 novembre 2017)

Des déséquilibres réels ou fantasmés entre les hommes et les femmes

 

Deux articles du journal Le Monde mettent en lumière une lecture sexuée des déséquilibres entre les traitements réservés aux hommes et aux femmes dans la société et dans la langue françaises (déséquilibres reels ou fantasmés) .

 

Le premier de ces articles traitait de la grammaire inclusive. Des enseignants (mais il faudrait plutôt dire «enseignantes» en grammaire ou en écriture inclusive) se refusent à apprendre à leurs élèves que «le masculin l'emporte sur le féminin» et leur apprennent (il faudrait plutôt dire «inventent») de nouvelles règles de français où «le féminin l'emporte sur le masculin».

http://www.lemonde.fr/education/article/2017/11/08/apres-l-ecriture-la-grammaire-inclusive_5211949_1473685.html

 

C'était exactement ce que je pronostiquais (ou plutôt imaginais) lors de mon précédent article traitant de l'écriture inclusive. Comment imaginait que des féministes militantes agressives enseignants de français ou professeurs des écoles (je devrais dire des suprémacistes féministes) puissent accepter une telle règle à leurs eleves, jeunes garçons ou jeunes filles ? Ce serait pour elle reconnaître comme de reconnaître la suprematie de l'homme sur la femme. Alors que pourtant, il ne s'agit que d'une règle de grammaire. C'est comme si on devait s'offusquer d'un théorème mathématique, comme le théorème de Pithagore ou le théorème de Thales. Certainement quelques suprémacistes féministes, enseignantes de mathématiques, doivent également rager à l'idée de nommer un théorème qui porte le nom d'un homme et non pas d'une femme. 

 

Comme l'écrit Le Monde dans son article, «la lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes passe-t-elle par un changement des règles de la grammaire ? C’est en tout cas ce que défendent les 314 enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur qui, mardi 7 novembre, ont apposé leur signature en bas d’un « manifeste », dans lequel ils disent avoir cessé – ou s’apprêter à cesser – d’enseigner la règle de grammaire résumée en une petite formule connue de tout un chacun : «Le masculin l’emporte sur le féminin». 

 

«A l’initiative du manifeste, Eliane Viennot, enseignante-chercheuse en littérature du XVIe siècle, partie en guerre contre cette «règle scélérate». Elle se reconnaît comme la chef d’orchestre du mouvement – «surtout si vous l’écrivez cheffe d’orchestre !», souffle cette agrégée de lettres, qui défend le recours à un usage «limité mais assumé» de l’écriture inclusive.»

 

Donc un mouvement de féministes pures et dures, de femmes, et certainement de quelques pseudos hommes vendus et abrutis, gagnés à l'idée du politiquement correct ! 

                                
                               

Je ne résiste pas au plaisir de reprendre ce magnifique dessin publié dans cet article du Monde. 

 

En quoi cela me pose-t-il problème ? Parce que je ne supporte pas l'excès et l'exagération, et que l'idée de s'attaquer à la grammaire française me pose un insupportable problème. Ces suprémacistes féministes n'ont qu'à changer de langue, de pays et de religion si elles le souhaitent, plutôt que de nous emmerder ! Qu'elles passent à l'anglais, qu´elles émigrent en Angleterre ou aux Etats-Unis si elles le souhaitent, et qu'elles se convertissent à la religion musulmane, mais qu'elles cessent d'utiliser la langue française si cela leur pose un problème de conscience. 

 

En quoi cela me gêne-t-il ? Parce que je suis fondamentalement en accord avec l'égalité des sexes et un traitement égalitaire entre les hommes et les femmes, mais en même temps, pas pour des gens que l'égalité ne satisfait pas, mais bien au contraire militent pour la suprématie de la femme sur l'homme. Et qui veulent à la fois bénéficier des avantages de leur sexe et une égalité soit-disant stricte, en fait à leur seul avantage. Celles qui veulent à la fois que les hommes les laissent passer, payent pour elles, leur ouvrent les portes et militent en même temps pour l'égalité, quand cela les avantage ! Celles qui militeront pour «les femmes et les enfants d'abord»  dans un naufrage, dans un bateau qui coule, mais font également assault de plaintes pour discrimination. Voilà ce qui me gêne. Pour l'égalité oui, mais foin alors de toute forme de galanterie et de politesse. 

 

Le deuxième article traitait du choix de la résidence alternée dans le cas des séparations et des divorces.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/11/08/la-residence-alternee-des-enfants-de-parents-separes-revient-en-debat_5211665_3224.html

 

Nous sommes là à l'inverse de la position précédente. Les pères sont très rarement traités égalitairement par la justice, par les juges féminines dans la réalité, et ne bénéficient que très rarement du droit de garde de leurs enfants, et même du simple droit de garde alternée. Si une femme ne veut pas que son mari n'ait pas droit à une garde alternée, il les verra alors un week-end sur deux, les 2eme et 4eme week-end de chaque mois, et une partie des vacances. Et il devra payer une pension alimentaire. Cette inégalité est pratiquement institutionnalisée et considérée comme normale, surtout par les femmes et les juges féminines. Et bien sûr par les suprémacistes féministes. 

 

La proposition de loi visant à faire progresser l'égalité entre les femmes et les hommes émane, bien évidemment, inversement, d'un député homme. L’auteur du texte est le député (MoDem) de Vendée, Philippe Latombe. Une quarantaine de membres du groupe MoDem auraient cosigné la proposition.

 

Alors que le code civil dit aujourd’hui que la résidence de l’enfant «peut être fixée en alternance au domicile de chacun des parents ou au domicile de l’un d’eux», le texte propose de faire de la résidence alternée le principe général, auquel les parents pourraient déroger s’ils se mettent d’accord entre eux, ou auquel le juge peut également s’opposer, la décision finale appartenant à ce dernier. «La résidence de l’enfant est fixée au domicile de chacun des parents, selon les modalités déterminées par convention d’un commun accord entre les parents ou, à défaut, par le juge», précise ainsi le premier alinéa du texte.

 

Là encore, la position des femmes ne me semble pas équilibrée. Elles se satisfont parfaitement d'être privilégiées par la justice en tant que mères face à leurs ex-maris, sans se formaliser que leurs ex-maris soient discriminés ... Comme quoi, la discrimination ne gêne les femmes, et surtout les suprémacistes féministes, que lorsqu'elles en sont les victimes, mais jamais lorsqu'elles en sont les bénéficiaires. 

 

 

Saucratès


11/11/2017
0 Poster un commentaire

De l'égalité entre les hommes et les femmes

 

Réflexion deux (28 octobre 2017)

L'écriture inclusive et l'Académie française ?

 

Je crois que je déteste toute forme d'excès et d'extrémisme, et le féminisme est l'une des formes d'extrémisme (avec l'islamisme et toute les idéologies suprémacistes, qu'elles viennent des suprémacistes blancs ou des suprémacistes noirs). Le journal Le Monde a proposé deux analyses opposées sur la question de l'écriture inclusive, en offrant du même coup deux visions différentes et une définition. 

 

La première vision est celle des Immortels de l'Académie française

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/10/26/l-academie-francaise-met-en-garde-contre-le-peril-mortel-de-l-ecriture-inclusive_5206492_3224.html

 

La seconde est celle des blogueurs décodeurs du Monde

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/10/27/ecriture-inclusive-non-l-academie-francaise-ne-decide-pas-seule-du-bon-usage-de-la-langue_5206995_4355770.html

 

Mais ce sujet est développé par de nombreux autres journaux, par exemple Le Figaro. Un sondage réalisé auprès de ses lecteurs fait apparaître un pourcentage de 95% d'internautes lecteurs opposés à l'écriture inclusive.

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/10/27/32001-20171027ARTFIG00197-le-logiciel-de-traitement-de-texte-word-se-met-a-l-ecriture-inclusive.php

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/10/26/01016-20171026QCMWWW00124-tes-vous-partisanes-de-l-ecriture-inclusive.php

 

Qu'est-ce donc que l'écriture inclusive avant tout ? Afin d'assurer une égalité de représentation entre les hommes et les femmes, l'écriture inclusive consiste à inclure le féminin, entrecoupé de points, dans les noms, les mots, comme dans «mes ami·e·s» ou «les candidat·e·s», pour rendre le féminin plus visible et pour permettre des règles grammaticales plus neutres. Il a évidemment été construit par les mouvements féministes. Plus récemment, en 2015, le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes a publié un guide incitant les pouvoirs publics à adopter une communication sans stéréotype  de sexe. Et une agence de communication (Mots-Clés) a édité un «manuel d'écriture inclusive» (coup médiatique ou nid de féministes ?).

 

Ce qui m'énerve bien sûr dans cette histoire, c'est cette impression d'une agression continue des féministes contre tous les compartiments de notre vie, comme si ces personnes voulaient extirper toute forme de supposé machisme dans les relations humaines et qu'ils ne cherchaient que cela. Dans des relations entre des hommes et des femmes, dans des interrelations humaines, ces personnes sont dans le registre de la méfiance permanente, dans la haine permanente, dans la paranoïa généralisée ! Là où tout le monde ne verrait que des règles historiques, des usages, ces gens-là cherchent les racines du racisme ou du machisme.

 

D'une certaine façon, ce sont des suprémacistes féministes, qui cherchent à extirper usage après usage tout ce qui nourrit leur rancoeur. Pour une féministe professeur de français, ce doit effectivement très dur de devoir expliquer à des jeunes garcons ou des jeunes filles que le masculin l'emporte sur le féminin. Ce doit effectivement être très amusant ! 

 

Pourquoi chercher dans la langue à en extirper toute forme de supposé machisme. Ce ne sont que des règles d'usage de la langue française ! Evidemment, Le Monde, sans le dire, n'est absolument pas en accord avec l'Académie française, comme l'article des Décodeurs le démontre. Normal, Le Monde est un repaire de féministes hommes ou femmes, de bien-pensants ! Ainsi, dans la présentation de la position des Immortels, Le Monde souligne que cela s'explique par le faible nombre de femmes dans cette instance. Evidemment, pour descendre une position, il faut d'abord la présenter comme illégitime. L'écriture inclusive est un combat où ses défenseurs se drapent dans la bien-pensance. 

 

Maintenant, au delà de ce débat entre Immortels et féministes bien-pensants, je reconnais qu'une langue évolue irrémédiablement. Il y a tant de différences  entre la langue de Rabelais, de Nostradamus et le français de nos jours, qu'il en est difficile de les lire dans leur écriture d'origine. Les «os» et les «es» sont devenus des «ô» et des «ê», les «u» sont devenus des «v», les «y» des «i», et les «v» seuls des «u», les «aulx» et les «ault» sont devenus des «aux» et des «aut» ... entre centaines d'autres modifications grammaticales.

 

Le simple fait que le français puisse continuer à évoluer ne me gêne en aucun cas. Une langue vit et évolue. C'est plus la raison cachée de cette evolution, un supposé machisme caché au fond de la Langue française, qui me pose problème, pas l'évolution elle-même. 

 

Le francais est également une langue extrêmement complexe. Des langue comme l'anglais n'ont aucun souci de genre, de féminin, de masculin, ou de pluriel. Rien de ceci n'existe en anglais, et guère plus en allemand ou l'on n'accorde pas les verbes, les mots ou les adjectifs avec le genre et le pluriel des mots ou des sujets. Au pire, l'allemand reconnait le genre des mots avec les «der», «das», «die» et les «ein» et «eine». Et  l'anglais même pas. D'une certaine façon, ces langues ne s'en sortent pas plus mal que le francais et elles sont beaucoup plus simples à apprendre pour les étrangers. 

 

Mais c'est peut-être justement cela que l'Academie française veut empêcher. Car derrière l'ecriture inclusive, on peut voir apparaitre une volonté ultérieure de simplification des règles d'accord des verbes et des mots qui emportera l'appauvrissement de la langue française. 

 

 

Réflexion une (13 et 14 août 2017)

Un problème ?

 

J'aimerais dès le début de cet article clarifier quelques points pour ne pas prêter à confusion. Je crois sincèrement en l'égalité entre un homme et une femme, dans ce qu'ils sont, ce qu'ils méritent, ce qu'ils peuvent faire. Les sociétés humaines sont devenues suffisamment protectrices pour que les éventuelles différences de force brute et les fragilités imposées par la maternité ne soient plus déterminantes pour les tâches des hommes et des femmes. Plus besoin de chasser le bison, le mamouth, le lion ou la baleine ; nul travail n'est inaccessible aux hommes ou aux femmes. 

 

Je ne crois donc pas en une infériorité de la femme sur l'homme, intellectuelle voire même physique ... Il existe des femmes beaucoup plus fortes que moi. Ce n'est qu'une question d'entraînement physique, donc un pur produit de la reproduction sociale. Les femmes peuvent paraître moins fortes en général parce que dans l'imaginaire social, un jeune garçon doit savoir se battre et moins une jeune fille. Mais tout ceci encore n'est que reproduction sociale, et généralisation abusive.

 

Il existe bien sûr des différences physiologiques entre les hommes et les femmes ; chacun d'eux détient une partie du potentiel reproductif de l'espèce humaine, mais il est totalement impossible pour un homme de donner naissance à un de ses petits. La femme de son côté n'a besoin que de quelques spermatozoïdes masculins pour y arriver ! C'est là une énorme injustice, une énorme différence ! Mais au-delà de ce seul point, il n'y a pas d'autres véritables différences entre hommes et femmes.

 

Qu'il y ait des différences de considération entre les hommes et les femmes dans nos organisations sociales, dans les entreprises, Je le reconnais aussi volontiers. Il n'y a pas tant de dirigeantes d'entreprises ou politiques dans le monde, meme si le Royaume Uni a une femme à sa tête de même que l´Allemagne, entre autres. Et les salaires des femmes, à poste ou tâche équivalente, sont bien souvent inférieurs à ceux de leurs homologues masculins. Et je conçois même les politiques visant à imposer de se rapprocher de la parité dans les entreprises en matière d'accès à l'emploi, à l'encadrement ou en matière de salaires, et de droits.

 

Mais le féminisme virulent, de même que la bêtise des bien-pensants en matière d'égalitarisme homme-femme m'énervent et m'insupportent. Que dans certains pays scandinaves, en pointe dans le combat contre ses inégalités, on puisse interdire dans les écoles aux petits garçons de pisser debout pour les forcer à pisser assis, comme les filles, m'a toujours paru insensé. Au nom de l'égalité, on ne peut pas combattre la nature et la simple logique. On peut pisser debout, c'est tellement plus naturel ! N'étant ni scandinave ni danois ni hollandais, et n'y ayant pas étudié, Je ne peux assurer que ce soit des faits vrais, que cette interdiction faite aux garçons de pisser debout dans certaines écoles soit vraie. Ce qui m'a quand même énormément amusé au sujet de ces pays scandinaves tellement avancés et en pointe dans la lutte contre ces inégalités, tellement coercitives contre les hommes, c'est d'apprendre que les festivals y sont le lieu de très nombreuses agressions sexuelles contre les femmes au sein de l'anonymat de la foule. Et les bonnes âmes de choisir d'annuler ces festivals en condamnant le comportement des hommes !

 

Ce qui m'amuse et me réjouit ? Le fait que la nature humaine survit toujours ! Et que malgré toutes les règles absurdes et coercitives contre les hommes pour plier et nier leur nature, celle-ci ressort toujours ! Et je trouve cela rassurant. 

 

Mais le féminisme virulent et la bêtise des bien-pensants font de nombreuses autres victimes. Un pauvre salarié de Google en a fait les frais récemment, et je partage totalement ce qu'il pense (pour une grande part) et je lui apporte mon soutien ! Meme si contrairement à lui, je ne pense pas qu'il y ait réellement des differences entre les hommes et les femmes ... elles sont plus sociales que naturelles ... Et sûrement pas dans les matières scientifiques ou empathiques ! Mais le licencier pour cela ? Ce qui est insupportable, c'est que toute contestation de la pensée bien pensante hégémonique conduit à l'exclusion de ceux qui ne pensent pas comme les autres ! Et cela, c'est intolérable !

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/08/08/google-l-auteur-d-un-manifeste-sexiste-dit-avoir-ete-licencie_5169983_4408996.html

 

Derniere insupportable aberration de la lutte des féministes (je préfère dire des suprémacistes féministes), c'est celui des hommes qui prendraient trop de places dans les transports publics, en écartant de manière indue et obscène les jambes ! (ou «manspreading»). Que l'égalité entre les hommes et les femmes soient à ce point en bonne voie, avancée, que les féministes puissent maintenant s'attaquer à ce genre de détail pourrait paraître rassurant, si ce n'était pas un insupportable nouvelle agression menée contre nous, les hommes. Un jour, nous n'aurons peut être même plus le droit de prendre les transports en commun, de travailler, voire de vivre. Et les suprémacistes féministes trouveront certainement encore des choses à nous reprocher. Et les bonnes âmes masculines, abruties et vendues, confirmeront l'insupportable domination des hommes sur les pauvres et faibles femmes ! Donc les hommes prendraient trop de place dans les transports en public, au détriment des pauvres et faibles femmes ? Il nous faudrait nous serrer, croiser les jambes. Et les hommes s'écartent et prennent de la place pour prouver agresser les pauvres femmes, pour prouver leur capacité de domination sur leurs pauvres voisines ? Soyons sérieux !

http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/07/06/comment-le-manspreading-est-devenu-un-objet-de-lutte-feministe_5156949_4832693.html

 

Non, tout ceci m'insupporte !

 

 

Saucratès


13/08/2017
2 Poster un commentaire