Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Non, ceux qui comparent notre époque aux années 1940 ne sont pas des antisémites

Non, ceux qui comparent notre époque aux années 1940 ne sont pas des antisémites !

 

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de la Réunion, mercredi 20 octobre 2021

 

 

«Vichy abolit les valeurs de la République et pour la première fois en France le principe d’égalité entre les citoyens est renié. Une partie de la population française est ainsi stigmatisée et exclue de la communauté nationale.»

 

https://www.memorializieu.eu/le-memorial/histoire-pourquoi-des-enfants-juifs-a-izieu/

 

  

Cette phrase concernant le régime de Vichy tirée du mémorial de la Maison d’Izieu sur les atrocités commises par les autorités allemandes et les autorités de Vichy ne me parait pas si anachronique que cela. Aujourd’hui à nouveau, un gouvernement de la République française, et non d’un quelconque État français, a rompu le principe d’égalité entre les citoyens français et stigmatisé une partie de sa population, non vaccinée cette fois-ci.


Cassandre Fristot, cette jeune femme qui avait brandi, le 7 août 2021, dans les rues de Metz, lors d’une manifestation d’opposants au passe sanitaire, une pancarte considérée comme antisémite par le gouvernement LREM, par des hommes et femmes politiques LREM, par des associations antiracistes, a été condamnée le mercredi 20 octobre à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Metz.

 

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2021/10/20/cassandre-fristot-la-manifestante-a-la-pancarte-antisemite-mais-qui-condamnee-a-six-mois-de-prison-avec-sursis_6099246_1653578.html 

 
Cette victoire judiciaire enthousiasme les avocats des parties civiles. Ainsi, selon Me Annie Levi-Cyferman, avocate qui défendait la Ligue des droits de l’homme, «pour elle, c’est une défaite, elle a toujours nié, elle fait la vierge effarouchée, la naïve, alors que c’est une militante aguerrie de l’extrême droite qui porte les valeurs antisémites traditionnelles de l’extrême droite».

 
Cassandre Fristot a d’abord été condamnée en raison de son appartenance à la mouvance d’extrême droite, et ensuite pour l’exemple. Par bonheur, une partie des noms mentionnés sur la pancarte qu’elle brandissait était des noms à consonnance juive (un peu plus de la moitié). Une moitié des personnes de cette pancarte aurait été des noms de noirs, on l’aurait poursuivie pour racisme. Mais l’antisémitisme, c’est tellement plus porteur !

 

Plus largement que Cassandre Fristot, la moindre référence aux années 1940, à la répression menée par les nazis et la milice contre les juifs, est une source de condamnation morale ou pénale pour antisémitisme. Tous les partisans des vaccins, du pass-sanitaire, du gouvernement, des mesures liberticides, condamnent les manifestants qui arborent de tels symboles, agitent le torchon de l’antisémitisme.


Comme le sous-titrait Le Monde dans son article du 18 août 2021, «Les comparaisons avec les juifs lors de la seconde guerre mondiale et les manifestations d’antisémitisme – en actes, en mots et à visages découverts – sont visibles chaque samedi dans les cortèges».

 
https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/08/18/l-antisemitisme-d-extreme-droite-refait-surface-a-la-faveur-des-mobilisations-antivaccin-et-antipasse_6091705_3224.html

 

Et pourtant ... Non, exhiber une étoile de David jaune sur sa poitrine comme symbole de la ségrégation, parler de possibles rafles comme le régime de Pétain l’organisait dans les années 1942-1945, comparer Macron et son gouvernement aux nazis, ce n’est pas de l’antisémitisme ! Comparer l’attestation de déplacement du/des confinement aux attestations imposées par l’occupant nazi dans la France des années 1940, tout ceci n’est pas de l’antisémitisme mais le signe que Macron et son gouvernement violent nos droits, violent la constitution française et nos libertés publiques, en un mot, se comportent comme dans une dictature.

 

Et ce n’est pas parce que les principaux médias et chaînes audiovisuelles sont du même avis, répandent sa bonne parole, que les représentants socialistes font assaut de mesures encore plus liberticides, en cherchant par exemple à imposer la vaccination à tout le monde, que ces comparaisons avec la période d’occupation nazie de la France ne sont pas légitimes ! D’ailleurs, la France est l’une des seules nations occidentales, hormis vraisemblablement la Chine, qui a mis en œuvre cette abomination du Pass-sanitaire.

 

Oui, la comparaison avec la période nazie est bien un signe du passage du point de Godwin, et ceci depuis extrêmement longtemps, depuis le début des décisions liberticides de ce gouvernement. Cela est très clair. Les contestataires du gouvernement n’ont d’autres solutions, pour démontrer l’horreur des décisions du gouvernement, que de franchir ce point Godwin, se décrédibilisant immédiatement auprès de tous ceux qui représentent les censeurs ou les faiseurs d’opinion publique.

 

À une autre époque, le philosophe Léo Strauss avait parlé de «reductio ad hitlerium», phénomène permettant de rendre illégitime les arguments ou la politique des personnes que l’on conteste. Macron et ses sbires LREM ne sont aucunement légitimes à nous gouverner et à nous diriger car ils appliquent des politiques que l’on peut comparer aux lois nazies. Mais ceux-ci ont la légitimité électorale et l’ensemble des leviers du pouvoir entre les mains. Tout ceci est donc stérile. 

La liberté d’expression existe-t-elle encore en France. L’épisode Cassandre Fristot est un symbole que cette liberté est menacée, justement et notamment parce que tout ceux qui la condamnent, associations antiracistes ou gouvernement, s’en réclament justement. Comme l’indiquait justement Me Annie Levi-Cyferman qui défendait la Ligue des droits de l’homme dans ce procès, «On a bien considéré qu’elle n’était pas dans le cadre du débat démocratique mais que c’était bien un délit, que c’est une délinquante et qu’elle a été condamnée pour n’avoir pas respecté les règles de la République».

 

L’une des questions qui me vient à l’esprit, c’est de savoir qui est justement ce «ON» ? Le système ? Un groupe ? Les élites qui nous gouvernent ?

 

Croire en l’existence de conspirations ou en l’existence de complots n’est pas encore un délit, n’en déplaise à ce gouvernement et à ces gens-là ... Pas plus que de passer pour un complotiste ... Pas encore ... et pourtant cela fait partie de ce qui est reproché à Cassandre Fristot. 
 
 

#Je suis Cassandre



20/10/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres