Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Où l'on réentend parler de Julien Coupat en marge du mouvement des gilets jaunes

Saint-Denis de La Réunion

Le 11 décembre 2018

 

Les informations télévisuelles s'étaient fait l'écho que les violences des gilets jaunes commises à Paris étaient attribuées par le gouvernement français à des groupuscules d'extrême/ultra droite et d'extrême/ultra gauche. Et lorsqu'on parle de groupes d'ultra-gauche, cela me rappelle immédiatement l'affaire du groupe de Tarnac, et notamment l'un de ses principaux protagonistes, celui qui était présenté comme le diable lui-même, Julien Coupat, ainsi que sa compagne, Yildune Lévy. 

 

Et je découvre aujourd'hui un article publié dans le journal Le Monde qui explique que Julien Coupat a été interpelé à Paris de manière certainement totalement fortuite en marge des manifestations parisiennes du 8 décembre. 

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/12/10/julien-coupat-interpelle-a-paris-ne-fera-finalement-l-objet-que-d-un-rappel-a-loi_5395171_1653578.html

 

Pour ceux qui ne sauraient pas qui est Julien Coupat, il faut revenir au prélude de l'affaire du groupe de Tarnac. En 2008, l'ennemi numéro 1 du gouvernement UMP francais et de la ministre de l'intérieur, Mme Michèle Alliot-Marie, sont déjà les groupuscules d'ultra-gauche, au sein desquels les services secrets européens ont introduit une taupe qui les renseigne régulièrement. Et le groupe de Tarnac, dont le leader semble être un jeune étudiant nommé Julien Coupat, ferait partie des plus dangereux, des plus extrémistes. Il s'agit d'un petit groupe de personnes qui ont décidé de faire revivre une épicerie solidaire, une petite communauté (mais sans anneau de pouvoir) dans une petite ville nommée Tarnac. Les groupes d'ultra-gauche étant la hantise de MAM et de Sarkozy, le groupe de Tarnac fait l'objet d'une surveillance policière régulière. Et en 2008, l'ensemble des personnes composant le groupe sont arrêtés suite a la pose de crochets à béton sur le réseau ferré des TGV. Il n'y a pas d'incidents, on ne sait même pas si un TGV est passé sur ces rails, mais Julien Coupat et sa petite amie Yildune Lévy sont sensés être les dangereux terroristes criminels traqués et arrêtés parles vaillantes forces de police et par le vaillant gouvernement Sarkozy !

 

Il faudra attendre 10 ans pour que la justice se prononce enfin sur cette histoire, et pour que Julien Coupat et Yildune Lévy soient finalement relaxé par le tribunal, en ce début d'année 2018. Ils auront passé de nombreuses années en prison à partir de 2008, ils auront été traînés dans la boue par des nombreux journalistes (qui n'ont pas toujours respecté leur présomption d'innocence ... et encore moins MAM qui les avait déjà condamné et qui les eusse exécuté si elle l'avait pu ...). Mais la surveillance par la DST dont Julien Coupat fait l'objet ne semble pas s'être relachée malgré cela ! Apparemment, il devrait neanmoins échapper à l'exécution capitale dans l'immédiat malgré l'énorme délit commis par Julien Coupat et son camarade : ils possédaient dans leur véhicule «un gilet jaune, des bombes de peinture et un masque de chantier» ! 

 

«Suffisant, selon le parquet de Paris, pour ouvrir une enquête de flagrance pour participation à un groupement formé en vue de la commission de dégradation ou de violence et pour renouveler sa garde à vue après vingt-quatre heures pour la même période. L’intellectuel (...) a vu sa garde à vue levée dimanche soir et devait être présenté, lundi, au parquet aux fins de notification d’un rappel à la loi». Entre parenthèses, tous les francais ont dans leur véhicule automobile un gilet jaune, et même un triangle de signalisation. C'est une obligation ! 

 

Julien Coupat et son avocat, Jérémie Assous, semblent penser, premièrement que Julien Coupat semblait «suivi par les services de renseignement depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois». Deuxièmement, qu'il s'agit d'une vengeance des services de renseignements intérieurs français qui cherchent toujours à le faire tomber pour terrorisme et à se venger du fiasco de l'affaire du groupe de Tarnac, de la filature et du procès où la police française et la DST ont démontré leur carence et leur dangerosité. Troisièmement, que l'ultra-gauche est à nouveau l'ennemi principal du gouvernement ultra libéral Philippe/Macron, comme elle l'était déjà en 2008, du temps du gouvernement Sarkozy. 

 

A nouveau, les ennemis de ce gouvernement sont donc les groupes français d'extrême-droite et d'extrême-gauche, et on n'oublie complètement les dangers de l'islamisme et des groupes terroristes islamistes étrangers ou des jeunes radicalisés issus des cités, qui peuvent préparer des attentats contre des citoyens français sans que cela ne gêne nullement ce gouvernement. 

 

Le plus amusant : on reparle à nouveau du Comité invisible et de son opuscule publié quelques années avant 2008 : «L’Insurrection qui vient» (La Fabrique, 2007), que je m'etais amusé à relire il y a peu. Dans ce petit bouquin, «le Comité invisible a théorisé l’opposition au pouvoir logistique par des blocages de points stratégiques comme les dépôts d’essence et raffineries, l’envahissement des voies ferrées».

 

A lire la revue en ligne «Lundimatin»

https://lundi.am/

 

« Nous ne sommes pas à l’abri que, ce samedi, le dispositif décidé par le ministère de l’intérieur se montre plus insidieux, évitant les conflits frontaux au profit d’interpellations ciblées – à l’allemande, pour ainsi dire – de façon à contenir la tension jusqu’à essoufflement. Et d’appeler à un approfondissement du mouvement, au niveau local : Viser juste, donc, mais aussi durer, avant toute chose. Paris est une émeute, mais Paris, aussi bien, est un leurre. Une vitrine spectaculaire. L’échelle du mouvement est locale. Ce sont surtout les auteurs – Des agents destitués du Parti imaginaire – qui ont pu intéresser les services de renseignement. La signature n’est pas mystérieuse pour les initiés. En effet, Tiqqun, revue philosophique fondée, en 1999, entre autres par Julien Coupat, se revendiquait comme organe conscient du Parti imaginaire ». (citation tirée de l'article du Monde de Simon Pie, et Abel Mestre)

 

 

Saucratès



11/12/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres