Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Théorie du complot et conspirationnisme


L’infamie n’est peut-être pas là où l’on croit !

Saint-Denis de la Réunion, jeudi 7 janvier 2021


Ce qui se passe aux Etats-Unis est-il OUI ou NON une infamie ? Ce qui se passe en France autour de la gestion de l’épidémie de coronavirus et de la vaccination est-il également OUI ou NON une infamie ? Et un journal comme Le Monde peut-il prendre aveuglément parti dans la manière de rendre compte des événements politiques se déroulant dans un autre pays étranger ? Ce sont les questions qui me tarabustent lorsque je suis l’actualité politique de ce début d’année 2021.

 

Le président d’un Etat démocratique comme les Etats-Unis peut-il appeler le peuple, ses électeurs, ses partisans, ceux qui ont voté pour lui, à manifester devant le parlement américain contre le vote de reconnaissance de la victoire de son adversaire ? Et ce dernier est-il responsable si ces manifestants réussissent à pénétrer dans le parlement et à empêcher le vote reconnaissant la victoire de son adversaire démocrate ? Le parlement américain, comme le parlement français, ne sont-ils pas la demeure du peuple et de ses représentants, et en quoi l’irruption de ce peuple dans sa maison serait-il la pire infamie de l’histoire des Etats-Unis et un jour de honte ? Pour quelle raison ces élus ne peuvent-ils voter devant le peuple ? Pourquoi le Peuple américain (ou français) ne peut-il plus avoir accès à son parlement ? 

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/07/violences-au-capitole-jour-de-honte-aux-etats-unis_6065464_3232.html

 

Oui, je peux comprendre la rage des électeurs du parti républicain qui ont l’impression, la certitude que les élections présidentielles et sénatoriales leur ont été volées. La société américaine est évidemment fracturée entre partisans et ennemis de Donald Trump, de même que la société française va l’être dans quelques mois lors des prochaines présidentielles. Il n’y a d’ailleurs aucune raison pour les électeurs américains de ne pas douter également des deux dernières élections sénatoriales en Géorgie, qui ont vu la supposée victoire des deux candidats démocrates au Sénat. Si les démocrates ont pu voler l’élection présidentielle, ils ont également pu voler ces deux élections partielles.

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/07/le-senat-ayant-bascule-dans-le-camp-democrate-joe-biden-se-retrouve-les-mains-libres_6065442_3210.html

 

Evidemment, écrire cela, c’est propager des théories complotistes, c’est être complotiste. Penser que les élections en Turquie, en Russie, en Chine ou au Vénézuéla ne sont pas démocratiques, c’est normal, c’est la vérité. C’est la raison pour laquelle un simple député du Venezuela peut être considéré par tous les Etats occidentaux comme le véritable chef de l’Etat vénézuélien, même s’il n’est même plus élu. Par contre, contester les résultats des élections dans une démocratie occidentale comme la France ou les Etats-Unis, c’est être complotiste !

 

Je trouve cela improbable. Il y aurait donc d’un côté les Etats où les élections sont forcément contestables et sujettes à suspicion, et de l’autre côté, les États forcément et indubitablement démocratiques, et où la validité des scrutins ne peut être remise en cause ? C’est contraire à toute forme de logique, à tout traitement équitable de l’information.

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/07/chaos-a-washington-le-monde-stupefait-partage-entre-solidarite-et-sarcasmes_6065469_3210.html 

 
J’en arrive ainsi à mon autre question touchant le droit du journal Le Monde de prendre parti dans le rendu de l’actualité politique française et internationale et de ne plus traiter l’information de manière objective et non partisane.

 

On lit ainsi dans l’article ci-dessus :

 

«Les images des émeutiers pénétrant dans l’enceinte parlementaire, mercredi 6 janvier, ont fait le tour du monde de façon instantanée, provoquant l’effarement des alliés des Etats-Unis. Elles ont aussi suscité des sarcasmes, à peine dissimulés, chez les Etats carnivores, qui ont profité ces dernières années du vide laissé par l’Amérique dans les affaires du monde. 

 

De nombreux dirigeants occidentaux se sont fendus d’un Tweet de réaction, à l’instar du premier ministre canadien, Justin Trudeau, ou de son homologue britannique, Boris Johnson. La violence ne parviendra jamais à renverser la volonté du peuple, a clamé le premier, tandis que le second a évoqué des scènes honteuses au Capitole. Mais l’intervention la plus spectaculaire est venue de Paris.»

 

D’abord un Cocorico retentissant à cause d’une banale intervention sur Twitter du si génialissime président français Emmanuel Macron. Ensuite, on parle de «renversement de la volonté du peuple» ... Alléluia ! Enfin, il faudrait m’expliquer ce qu’est un «Etat carnivore» ? Les états qui sont citer ultérieurement dans l’article du monde sont la Russie, l’Iran et la Turquie. Qu’est-ce donc qu’un «Etat carnivore» ? Un Etat qui dévore ses citoyens ? Comment peut-on écrire cela ?

 

Le Monde se permet d’ailleurs même d’écrire sur l’intervention d’un élu turc le commentaire suivant : «De son côté, Mustafa Sentop, président du Parlement turc, a invité toutes les parties concernées au calme. Nous croyons que les problèmes seront toujours résolus dans le cadre de la loi et de la démocratie, a-t-il osé.»

 

Cet article est truffé de prise de position partisane et subjective, mais ce n’est pas le seul. Dans cet autre article, l’éditorial du Monde daté d’aujourd’hui, 7janvier 2021, le président Trump est décrit comme un fou furieux, comme cela est habituel dans les colonnes du Monde. 

«Elu il y a quatre ans sur la promesse de rendre sa grandeur à l’Amérique, le président Donald Trump achève son mandat en la couvrant de honte. L’histoire retiendra que la démocratie américaine a été défiée, et un moment suspendue, mercredi 6 janvier, par une foule de partisans extrémistes que le président lui-même avait incitée à marcher sur le Capitole pour empêcher son adversaire démocrate, Joe Biden, d’être officiellement déclaré vainqueur de l’élection du 3 novembre 2020.

 

Ce jour noir pour les Etats-Unis est l’aboutissement d’une présidence tumultueuse qui a fini par diviser le pays en deux parties, celle qui respecte l’ordre constitutionnel et les décisions de justice, et celle qui vit dans un univers parallèle. Cet univers, nourri de théories complotistes, est celui d’une réalité alternative dans laquelle Donald Trump n’a pas perdu l’élection par une différence de 7 millions de suffrages populaires et le vote de 302 voix au collège électoral contre 232, mais veut croire qu’elle lui a été volée par une fraude massive et orchestrée.

 

Dans cet univers de déni, peu importe qu’une soixantaine de décisions de justice, y compris au plus haut niveau, celui de la Cour suprême, aient rejeté les recours en annulation de l’élection. Peu importe, puisque le président lui-même, demandant par téléphone le 2 janvier au responsable des opérations électorales de Géorgie de modifier les résultats du scrutin dans son Etat, affirme qu’il ne peut y avoir été battu par 11 779 voix, comme l’indiquent les registres, car il sait qu’il a gagné de probablement un demi-million de voix.

 

La nation américaine a récolté mercredi ce que son président, populiste, démagogue et narcissique, a semé pendant quatre ans, avec la complicité du Parti républicain...»

 

Le Monde y indique aussi que «M. Trump n’a jamais fait mystère de ses intentions séditieuses...»

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/07/violences-au-capitole-jour-de-honte-aux-etats-unis_6065464_3232.html 


Je retiendrais ici la quintessence de cet éditorial du Monde, en séparant la population des Etats-Unis en deux moitiés, «celle qui respecte l’ordre constitutionnel et les décisions de justice, et celle qui vit dans un univers parallèle.» 

 

Accessoirement, on est bien d’accord que l’on parle de cette même moitié de l’électorat idéalisée qui entretient des émeutes urbaines dans le cadre du mouvement Black Lives Matter ... ce que Le Monde doit penser correspondre au respect de l’ordre constitutionnel et des décisions de justice ... ce même mouvement qui récuse les decisions de la justice américaine lorsqu’elle ne condamne pas les policiers blancs, ou cette même moitié qui avait refusé de reconnaître en 2000 la victoire du Républicain Georges W. Bush junior contre le Démocrate Al Gore dans l’Etat de Floride.

 

Dernier sujet que j’avais indiqué, peut-on dire si ce qui se passe en France autour de la gestion de l’épidémie de coronavirus et de la vaccination est également une infamie ? Mon interprétation des faits évoqués est que le Président Macron veut nous refaire le coup de Trafalgar de la Convention citoyenne sur le climat. Il a besoin de faire croire aux citoyens français qu’un groupe de citoyens aura préconisé une série de mesures liberticides et impopulaires que le gouvernement pourra mettre en œuvre sous la pression médiatique de ce comité des citoyens sur la politique vaccinale française. Extraordinaire capacité du président Macron de vouloir faire avaler des couleuvres aux citoyens français que nous sommes et de nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! Au vu de l’extraordinaire réussite de la Convention citoyenne sur le climat, je comprends que le président Macron puisse tenter de réitérer la même entourloupe.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/05/vaccin-anti-covid-la-fausse-bonne-idee-du-collectif-de-citoyens_6065250_3232.html

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/01/05/vaccins-a-peine-lance-le-collectif-citoyens-voulu-par-macron-est-sous-le-feu-des-critiques_6065217_823448.html

 

Bizarrement, quelques réactions viennent critiquer la création de ce collectif citoyen, même venant du journal Le Monde. Peut-être tous ces penseurs et journalistes n’ont-ils pas compris que la démarche ne présentait aucun risque, que le choix aléatoire des français n’était pas aléatoire, mais que comme lors du choix des candidats Députes d’En Marche en 2017, ne seraient retenus que les candidats défendant l’idéologie du Président, des énarques et des hauts cadres ou DRH de grandes entreprises. Seule certitude (les textes de loi sont peut-être déjà ecrits), ces courageux citoyens préconiseront des mesures liberticides et imposeront la vaccination à tout le monde. Mais chut, il ne faut pas l’écrire ou le dire.



Saucratès


07/01/2021
1 Poster un commentaire

De l’inéluctabilité de l’accord post-Brexit, ou nous aurait-on menti durant tous ces mois ?

Saint-Denis de la Réunion, vendredi 25 décembre 2020


Bizarrement, toutes les parties autour de la table des négociations peuvent-elles se satisfaire et s’estimer gagnantes d’un même et unique accord autour du Brexit ? Toutes les parties peuvent-elles clamer qu’elles ont gagné à l’issue de ces négociations sans que l’une de ces parties ne se soit fait avoir dans ces négociations ?

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/24/retour-des-douanes-et-baisse-des-quotas-de-peche-europeens-ce-que-contient-l-accord-post-brexit_6064456_3210.html

 

Le Royaume-Uni et l’Union Européenne sont donc arrivés à un accord sur les relations financières et commerciales qui les régiront dans le futur, à la veille de ce jour de Noël. Magnifique me direz-vous ? Le premier ministre anglais proclame que c’est un bon accord qui rétablit l’indépendance du Royaume-Uni. Idem pour les principaux dirigeants européens ou pour le Président de la république française. 

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/24/britanniques-et-europeens-saluent-un-bon-accord-sur-les-relations-post-brexit_6064452_3210.html

 

Ces négociations étaient selon moi courues d’avance, et le résultat prévisible avant même d’avoir été commencées. Evidemment, lire et décortiquer un accord de 1.500 pages n’est pas à la portée de n’importe lequel d’être nous, et les journalistes et les journaux français qui fanfaronnent et nous abreuvent d’articles dithyrambiques sur le français montagnard ayant négocié pour l’Europe ou sur l’accord post-Brexit ne l’auront vraisemblablement pas plus lu que nous ; ils ne restituent probablement que des éléments de langage fournis par les négociateurs ou par les services de la Commission Européenne. Je doute qu’ils aient lu et analysé les 1.500 pages de l'accord signé, et j’ignore même la langue dans laquelle cet accord a été écrit. On ne trouve d’ailleurs à ma connaissance aucun lien vers ce texte. Et aucun article de presse ne semble renvoyer vers lui.

 

Ces négociations post-Brexit n’ont jamais été claires. Lorsque Theresa May était encore premier ministre, la date limite de conclusion de cet accord était fixée au 31 décembre 2019 et l’absence d’accord à cette date signifierait la mise en œuvre du hard-Brexit rêvé par les hard-brexiters anglais les plus acharnés. Et puis malgré l’absence d’accord négocié, l’Europe et le Royaume-Uni se sont brutalement mis d’accord sur le report d’un an de cette négociation, sans droit de douane ni contrôle des marchandises, malgré la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne, ce qui lui a par exemple permis de commencer les vaccinations sur le coronavirus avant l’accord des autorités sanitaires européennes. Bizarrement, dès la nomination de Boris Johnson comme premier-ministre, ce qui bloquait tant quelques semaines auparavant, a brutalement disparu, et l’absence d’accord n’était plus gênant. 

Qu’est-ce qui a été abandonné par les européens dans cette négociation ? Qu’est-ce qui va réellement changer par rapport à autrefois ? Le Royaume-Uni (et l’Union européenne) accéderont ainsi sans droit de douane et sans quotas au marché de l’autre partenaire. Les industriels installés au Royaume-Uni continueront ainsi de pouvoir commercer leurs productions en France et en Europe. Et personne ne parle du passeport financier que les établissements financiers anglais voulaient à tout prix conserver pour continuer à accéder au marché bancaire européen. Qu’est-ce que l’Europe a encore abandonné dans cette négociation ? 

 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/11/15/londres-accepte-de-reconnaitre-une-partie-de-la-regulation-financiere-europeenne_6059821_3234.html

Il ne faut pas non plus oublier de parler de la pêche, qui monopolisait tant les médias comme s’il s’agissait de la chose de la plus importante du monde, comme si on voulait occulter tout le reste des négociations, des compromis et des abandons européens dans cette négociation post-Brexit. 

 

Je crains que toutes ces négociations n’aient été qu’une gigantesque escroquerie, qu’il leur fallait conclure le plus tard possible, dans les dernières minutes de l’année 2020, comme pour bien montrer aux opinions publiques anglaises, françaises, et européennes que chaque partie avait négocié jusqu’au bout du suspens. Que l’on était passé très près d’une sortie sans accord ! Le même accord aurait été obtenu il y a 5 ou 6 mois qu’il aurait été étrillé par les journalistes et l’opinion publique, que chacune des deux parties, des parlements les aurait vraisemblablement rejeté estimant qu’un meilleur accord était possible. Mais présenté comme un cadeau de Noël, à une semaine de la date limite, comment pourrait-on rejeter cet accord ?

 

Une gigantesque escroquerie intellectuelle. Tu m’étonnes que Boris Johnson soit satisfait, les pouces en l’air, après la conclusion de cet accord.

 

 

Saucratès


25/12/2020
0 Poster un commentaire

Manipulation, désinformation et conspirationnisme

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 5 avril 2020

 

Le monde, ou plutôt la société francaise, se partage en plusieurs groupes. D'un côté, il y a nos dirigeants, passés ou présents, se partageant entre ceux très proches du pouvoir politique au plus haut sommet, ministres, conseillers et membres des ministères, puis députés du Parti majoritaire, et les  autres élus nationaux, d'autant plus influents et informés qu'ils sont proches des plus hautes strates du pouvoir. Il y a aussi les spécialistes de tout et de rien, en tout genre, ceux autorisés à penser pour les autres, ceux titulaires de la reconnaissance de leurs pairs, ceux titulaires de la connaissance, autorisés à s'exprimer sur tel ou tels sujets. Ces specialistes en divers domaines sont en fait instrumentalisés par le pouvoir, par le gouvernement. Il y a des specialistes de l'éducation, de la santé et du Covid19, des incendies de monuments histoiriques dans le cas de l'incendie de Notre-Dame-de-Paris, de la politique monétaire ... etc ...

 

Et puis, de l'autre côté, il y a le reste du peuple, ou plutôt, deux fractions ou plusieurs fractions du peuple. D'une part, cette partie de l'opinion qui croit tout ce qu'on lui raconte, qui croit en la parole des spécialistes qui expriment doctement une vérité, cette fraction de l'opinion, supposément éduquée, intelligente, surtout parfaitement formatée, à laquelle on a appris à croire et à respecter aveuglément la parole scientifique. Cette partie de l'opinion là n'irait jamais remettre en cause la parole officielle. C'est cette même fraction de l'intelligentsia qui ferait d'excellents vecteurs de mouvements totalitaristes. D'autre part, il y a d'autres parties de l'opinion, de moins en moins réceptives aux discours officiels, de plus en plus rétifs à croire en la parole des scientifiques. Certains de ces groupes ont pu pourtant devenir les principaux soutiens de mouvements totalitaires à d'autres époques de l'histoire. La méfiance à l'égard des institutions pouvant devenir le terreau d'un extrémisme, pouvant être récupérés, et avoir été récupérés par des mouvements extrémistes, nazis ou collaborationnistes.

 

Et au milieu de ces diverses fractions, il y a les médias et les journalistes, sources d'informations mais aussi sélecteurs d'informations autorisées. Sans oublier les forces de l'ordre, policiers, gendarmes, militaires, qui sont chargés des basses oeuvres de ce gouvernement comme de ses prédécesseurs. Il s'agit d'ailleurs bien souvent des mêmes responsables politiques, qui ont juste changé de côté leurs vestes, au bon moment, comme le chantait Jacques Dutronc.

 

Cette description de notre société peut paraître schématique, manichéenne. Mais elle est conforme à ce qu'un journal Le Monde nous raconte lorsqu'il traite du complotisme et du conspirationnisme. Il suffit de relire certains des articles du Monde traitant des sujets du complotisme :

 

«C’est la conjugaison d’une très grande méfiance et d’un profond analphabétisme», se désespère Rudy Reichstadt (...). Une importante partie de la population n’a aucune conscience de son incompétence - c’est l'effet Dunning-Kruger - et les réseaux sociaux désinhibent beaucoup. Avant, on respectait davantage la parole des experts.»

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/31/l-etrange-obsession-d-un-quart-des-francais-pour-la-these-du-virus-cree-en-laboratoire_6035093_4355770.html

 

«Respecter la parole des experts», «importante partie de la population [qui] n'a aucune consience de son incompétence» ou bien «profond analphabétisme» ; voilà comment les experts cités (un unique expert en fait, M. Rudy Reischstadt) par le Journal Le Monde décrivent une importante fraction de la population francaise ... En fait, c'est l'immense majorité de la population française, mais une immense fraction silencieuse, privée du droit de s'exprimer, que même les micro-trottoirs des journaux télévisés trient lorsque le discours ne colle pas à l'histoire que les journaux veulent raconter. 

 

Notre société est ainsi devenue une douce dictature (mot de mon fils et de mon épouse au petit déjeuner). L'information est masquée, corsetée, triée et autorisée, et aucun autre discours n'est autorisé à émerger. Cette crise épidémique du Covid 19 met parfaitement en lumière ce fonctionnement de notre société. Une immense fraction de la population confinée, des puissants et des membres du gouvernement pouvant agir et se déplacer comme ils le veulent, sans restriction, sans attestation, sans contrôle. Les discours des spécialistes sont répétés ad nauseam par les médias et les journalistes. Et on nous fait croire à une transparence des prises de décisions parce qu'elles sont disséquées, interpretées, répétées jusqu'à la nausée par les journalistes sans aucune voix discordante. Toute opinion divergente y est immédiatement taxée comme «théorie du complot», comme lors des précédents événements catastrophiques. 

 

Dans les entreprises, on va ou on a déjà sauté sur les assouplissements du droit du travail offertes par le gouvernement et par les ex-DRH qui nous dirigent, et sous prétexte de continuité du paiement des salaires, ou du maintien du paiement de l'avance des salaires dans le cas de chômage partiel, on va imposer aux organisations syndicales, sous prétexte de la poursuite du paiement des salaires, de signer des accords pour imposer la prise de congés pendant cette période de confinement, sous prétexte de préparer et de permettre la reprise de l'activité après le confinement (en clair, de faire en sorte que les salariés ne partent plus en congés après la reprise d'activité ... ou en autres termes, pour permettre de transformer ces jours de confinement en jours de congés pour en diminuer le côut pour les employeurs).

 

Dans le cas des masques, on voit bien que le pouvoir politique à instrumentaliser le discours des spécialistes pour leur faire dire que le port de masques par les citoyens n'avait aucun intérêt, que c'était une perte de temps, et que cela ne protégeait en rien les citoyens, simplement parce que la France a eu une gestion calamiteuse de ses stocks de masques et ne disposait plus de suffisamment de stocks de masques même pour les seuls personnels soignants ! Mais il ne faut pas non plus ignorer que les industries mondiales sont incapables de fournir le nombre de mes questions nécessaires pour les deconfinements de toute la population terrestre. On n'a pas de quoi fournir ne serait-ce que le minimum de 8 milliards de masques par jour pour tous les terriens déconfinés. Sans compter les centaines de millions de masques supplémentaires pour les personnels soignants, qui doivent les changer plusieurs fois par jour.

 

La position courageuse de quelques journalistes spécialistes de la santé (Marina Carrère d'Encausse et Arlette Chabot) qui mettent en cause le discours gouvernemental, et la pression exercée sur les comités scientifiques pour qu'ils valident ce discours extrêmement dangereux et sans aucun fondement, ne sont qu'une simple goutte dans l'océan médiatique. On peut juste en déduire que l'on peut faire dire ce que l'on veut aux soi-disant comités scientifiques ou aux soi-disant spécialistes de telle ou telle matière ou science !

 

https://www.valeursactuelles.com/societe/menti-sciemment-sur-lutilite-des-masques-avoue-la-medecin-et-journaliste-marina-carrere-dencausse-117807

 

Mais comme dirait ce cher M. Jourdain (pardon M. Rudy Reischstadt), «il faut respecter la parole des experts» !

 

Quels spécialistes lieront le manque de moyens de l'hôpital en France, le manque de lits de réanimation, avec la politique de restriction des dépenses médicales et les économies imposées au système hospitalier français depuis plus d'une décennie et sous plusieurs gouvernements de droite ou de gauche, en grands coups d'ONDAM ? Ces mêmes spécialistes n'hésitent pas à imputer aux années Berlusconi les déboires du système de santé italien. Mais lorsqu'il s'agit de comparer le nombre de lits de réanimation de l'Allemagne et de la France, ces mêmes spécialistes sont bizarrement beaucoup plus silencieux.

 

On peut également discuter de l'énumération mortifère réalisée par le gouvernement et par les médias sur les nombres de morts liés au Covid 19. Mais comment ne pas imaginer l'incompréhension de tous les citoyens français s'ils découvraient que la mortalité observée en France n'est pas différente de celle des années précédentes ? Qu'on n'est pas plus mort en France en mars 2020 qu'en mars 2018, malgré le décompte macabre journalier de la direction de la santé. 50.975 décès au 30 mars 2020 contre 50.539 décès en 2018 et 45.566 décès en 2019, année où l'épidémie de grippe saisonnière fut particulièrement peu virulente ... Les morts du fait du coronavirus sont contrebalancés par les morts économisées dans les accidents de la route, dans les accidents du travail, ou du fait de l'épidémie de grippe saisonnière que l'on s'est économisé. Mais tout ceci contrevient tellement à la logique ...

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/04/03/coronavirus-visualisez-la-surmortalite-en-france-par-departement-depuis-le-1er-mars_6035485_4355770.html

 

 

Saucratès


05/04/2020
0 Poster un commentaire

Conspirationnisme et médias

Saint-Denis de La Réunion, mardi 31 mars 2020

 

C'est une des litotes du Journal Le Monde et d'une fouletitude de jeunes techno-intellectuels gauchisants. Le combat contre la désinformation et contre le «conspirationnisme». Deux articles récents du Monde surfent sur cette tendance, mais de nombreux autres articles du site des Décodeurs du Monde se rattachent à ce même combat.

  

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/03/28/le-coronavirus-terrain-fertile-pour-le-conspirationnisme_6034764_823448.html

 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/03/28/comment-didier-raoult-est-devenu-la-nouvelle-egerie-des-complotistes_6034761_4408996.html

 

Pourquoi me sens-je concerné par les idées énoncées dans ces deux articles ? Parce que j'imagine les pires objectifs, les pires calculs de la part des hommes et des femmes qui nous gouvernent, derrière la majeure partie des actions de ce gouvernement et de ses prédécesseurs, et que cela fait de moi, selon Le Monde, un conspirationniste, un complotiste et un partisan de l'extrême-droite ? 

 

Voilà donc ceux qui doutent des explications officielles qualifiés d'antisémites («une infodémie – comme l’a qualifiée l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – à la rhétorique conspirationniste et aux relents souvent antisémites»), d'appartenance aux classes sociales les plus modestes («le portrait-robot des Français les plus perméables aux théories conspirationnistes sur la pandémie vient valider ce qu’avaient déjà montré les éditions précédentes de ce sondage : les plus jeunes et les classes sociales les plus modestes sont les plus susceptibles d’y adhérer») ... puisque je ne suis plus parmi les plus jeune, et évidemment de partisans des idées véhiculés par l'extrême droite ...

 

Ces articles mettent également en lumière la méthodologie du Monde ; donner la parole à de multiples reprises à des grands pontes, à des spécialistes du combat contre les idées conspirationnistes, comme le site Conspiracy Watch (ainsi, «dans son analyse de texte pour le site Conspiracy Watch, l’historienne Valérie Igounet explique que le député européen RN - Gilbert Collard - use ici d’une rhétorique conspirationniste bien connue consistant à souligner des coïncidences prétendument troublantes») ou encore («la base du complotisme, c’est d’être suffisamment elliptique pour que chacun puisse mettre ce qu’il veut derrière, renchérit Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch»).

 

Ce même personnage est d'ailleurs présenté dans le deuxième article sous un autre titre en tant que «Rudy Reichstadt, fondateur de l’Observatoire du conspirationnisme». Sous cette deuxième appellation, il permet au Monde d'asséner une nouvelle certitude :  «Comme après le 7 janvier 2015 [jour de l’attentat contre Charlie Hebdo] ou après l’incendie de Notre-Dame de Paris, tout à coup, on s’aperçoit qu’il existe des théories du complot et que certains y adhèrent. Mais on a été si complaisants pendant des années». Mais qu'aurait-il voulu qu'on fasse ? Qu'on assassine les gens qui croient au complotisme et au conspirationnisme ?

  

Nous avons donc deux articles du Monde traçant apparemment un tableau sans complaisance des complotistes ravalés au rang de partisans des thèses d'extrême-droite, d'antisémites, d'appartenance aux classes sociales les moins favorisées, tout ceci basé sur les dires d'une personne, fondateur de Conspiracy Watch et de l'observatoire du conspirationnisme (en anglais et en français, à moins que ce ne soit la même chose) !

 

Ou comment faire croire à la solidité théorique d'une analyse critique du conspirationnisme et des conspirationnsites sur la base d'un seul et unique contradicteur ! Et faire croire par la même occasion à une immense majorité des français qui s'interrogent et commencent aujourd'hui à être persuadés qu'on leur cache des choses, qu'ils ont tord, et qu'ils doivent avoir honte de leurs pensées et de leurs interrogations.

 

En rattachant toute forme de conspirationnisme à l'extrême droite et à l'antisémitisme, on oublie une composante majeure du conspirationnisme et du complotisme : l'absence de confiance envers le gouvernement et envers les hommes politiques. En fait, envers l'ensemble des hommes et des femmes qui ont du pouvoir, qu'ils soient des hommes politiques, des riches industriels ou dirigeants d'entreprises, ou simplement des syndicalistes ou dirigeants d'associations. Faut-il faire remonter la naissance du complotisme à l'assassinat de JFK, ou bien à l'affaire du Watergate que Richard Nixon essaya d'étouffer ? Ou bien est-ce plus récent, comme l'invasion de l'Irak par les forces américaines sous le prétexte futile de l'invasion du Koweït et de l'argument de la dangerosité extrême de la quatrième armée mondiale ? 

 

Plus simplement, face à des décisions ou à des faits qu'aucun d'entre nous ne peut comprendre, il est humain de s'interroger sur l'existence de buts cachés et inavouables de la part des gens qui nous gouvernent ou des puissants qui sont influents dans le monde ! Si tout le monde avait une chance égale d'accéder aux plus hauts postes, il y aurait peut-être moins d'incompréhension. Mais dès lors qu'il existe des organisations ou des associations secrètes, comme le groupe de Bilderberg, des loges maçonniques et autres organismes, il y a forcément un terrain fertile pour les thèses complotistes ou conspirationnistes. 

 

D'ailleurs, le conspirationnisme est a la base même du libéralisme économique et de la théorie des économistes libéraux à la suite des travaux de Milton Friedman, au travers notamment de ce que l'on appelle l'illusion monétaire. 

 

«Dans l'analyse de Milton Friedman, l'illusion monétaire est due au fait que les agents font des anticipations adaptatives. Pour Friedman, les agents font des erreurs d'anticipation qu'ils ne corrigent que progressivement. En particulier, pour Friedman, les gouvernements trompent les agents économiques en faisant varier de manière discrétionnaire et inattendue la quantité de monnaie. Il faut alors un certain temps pour que les agents comprennent que les variations des prix relatifs qu'ils perçoivent tout d'abord ne sont que le produit d'une variation du niveau général des prix. L'illusion monétaire est donc le produit d'une insuffisance d'information sur la politique économique du gouvernement et non d'une irrationalité des agents économiques.

 

Héritiers de Friedman, les nouveaux classiques s'en écartent sur ce point : en levant l'hypothèse d'information imparfaite des agents, ils suppriment par conséquent l'illusion monétaire. Les agents anticipent parfaitement les politiques économiques des gouvernements. Ils raisonnent, par conséquent, en termes réels et ne sont jamais victimes d'illusion monétaire.»

(source Wikipédia :  https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Illusion_monétaire

 

L'absence d'illusion monétaire et les anticipations rationelles des agents économiques conduisent ainsi ces derniers à anticiper parfaitement les hausses futures d'impôts qui seront les conséquences futures des décisions de relance budgétaire des gouvernements, les poussant à épargner les gains immédiats de pouvoir d'achat, rendant inopérant les politiques de relance budgetaire. Une hausse des dépenses publiques ou une augmentation des ressources des individus sera immédiatement épargnée parce que les ménages anticiperont une hausse future des impôts. Le complotisme et le conspirationnisme sont ainsi à la base même de la théorie des nouveaux classiques et de l'ultra-libéralisme, dont nos dirigeants sont les tenants.

 

Mais autant le complotisme les sert lorsqu'ils leur sert de fondement pour leurs discours politiques, autant ils le combattent lorsque ce complotisme de leurs électeurs leur prête de sombres desseins et d'encore plus sombres projets.

 

Oui, comme des millions de mes concitoyens, je trouve invraisemblable et hautement suspecte à la fois l'existence de cette épidémie ou de cette pandémie et les moyens d'urgence sanitaire utilisés dans le monde entier, l'absence de toute critique médiatique, ou plutôt faudrait-il dire l'insupportable mutisme médiatique, de même que j'ai trouvé hautement suspect l'incendie de la Cathédrale Notre Dame de Paris, et surtout l'incroyable pression médiatique pour interdire immédiatement tout discours complotiste, ou simplement interrogatif sur les causes réels d'un tel incendie. 

 

Effectivement, je suis complotiste ! Mais c'est surtout le mutisme médiatique qui m'interpelle. Que nos dirigeants ourdissent des complots, c'est naturel. Ils ne vivent que par le pouvoir ou pour le pouvoir, comme les ambitieux qu'ils sont (Le Monde n'écrit pas autre chose lorsqu'il décrit le nouveau ministre de la santé) ! Mais les journaux et médias doivent avoir une vision critique, même si ce ne serait possible que s'ils n'appartenaient pas tous aux plus grandes fortunes de notre société, ou s'ils ne rêvaient pas uniquement de rejoindre l'élite politique, médiatique ou financière de notre pays !

 

 

Saucratès

 

 

Post scriptum : Troisième article mardi 31 mars toujours sur le même sujet du complotisme, citant toujours et encore le même Rudy Reichstadt, présenté désormais comme Directeur de Conspiracy Watch et auteur de «L'opium des imbéciles. Essai sur la question complotistes» (Grasset, 2019).  Dans cet article, les complotistes sont une nouvelle fois sympathiquement décrits : méfiants, analphabètes, incompétents, et non respectueux de la parole des experts !

 

«C’est la conjugaison d’une très grande méfiance et d’un profond analphabétisme», se désespère Rudy Reichstadt (...). Une importante partie de la population n’a aucune conscience de son incompétence - c’est l'effet Dunning-Kruger - et les réseaux sociaux désinhibent beaucoup. Avant, on respectait davantage la parole des experts.»

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/31/l-etrange-obsession-d-un-quart-des-francais-pour-la-these-du-virus-cree-en-laboratoire_6035093_4355770.html


31/03/2020
0 Poster un commentaire