Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Ce n’est pas en France que l’on verrait des médias enquêter sur des fêtes privées du pouvoir en place

Ce n’est pas en France que l’on verrait des médias enquêter sur des fêtes privées du pouvoir en place


Par Saucratès 

 

Saint-Denis de la Réunion, jeudi 17 février 2022


Bien plus encore qu’en Angleterre, la France est une monarchie. Une monarchie où les rois et princes sont issus d’une caste, d’un parti politique. La déférence, la soumission, des grands médias au pouvoir en place, au maître, n’a pas d’égal dans les autres pays démocratiques occidentaux. 

Ce n’est pas en France que l’on verrait des médias enquêter sur des fêtes privées du pouvoir en place, en plein confinement et en pleine interdiction de déplacement des français. Évidemment, il y a eu l’histoire des crustacés du président de l’Assemblée nationale, M. de Rugy. Mais c’était bien antérieur à la pandémie et au confinement.

 

En France, les lois ne semblent pas s’appliquer de la même manière à tous, dès lors que l’on est puissant ou pauvre. Le souci, c’est lorsque les médias ne jouent pas leur rôle de contre-pouvoir au pouvoir en place, mais cherchent au contraire à quémander quelques passe-droits et quelques places juteuses. Aucun journal ne s’est intéressé à de possibles réceptions, coquetelles, apéritifs ou dîners donnés en plein confinement au Château de l’Elysée, au Château de Matignon, ou dans quelques ministères. La mise en cause médiatique de 10 Downing Street par les médias anglais ; jamais on ne pourrait voir cela en France, vraisemblablement parce que les journalistes eux-mêmes y étaient invités ou que leurs actionnaires milliardaires ne seraient pas favorables à de telles enquêtes ou à de tels articles. Et une enquête parlementaire sur de tels dérapages ; la Majorité parlementaire de la République en marche ne le permettrait non plus en aucun cas !

 

Et cette même France monarchique se prétend être une démocratie et une terre de liberté d’opinion et de liberté d’informer ??? Mieux vaut en rire.

 

Sur le fait que les lois ne s’appliquent pas de la même manière pour tout le monde, j’en veux pour preuve la manière dont s’applique les couvre-feux pour l’immense partie des citoyens, même ceux déchus (ou surtout ceux déchus) de leurs droits civiques sur décision du président de la république, puisqu’il cherche à les emmerder. Par contre, imagine-t-on que M. le ministre Le Cornu se trouve lui aussi confiné dans une chambre d’hôtel où dans la préfecture passé 21 heures ? Imagine-t-on M. Le Préfet s’astreignant à respecter le couvre-feu sans bouger de son domicile, sans organiser de petites réceptions pour gens importants, sans organiser de petits repas où seront servis de tout aussi délicieux crustacés. Comme disait M. de Rugy, «j’en ai crustacé»!!!

Et de toute façon, comment démontrer de tels manquements, de tels irrespects des règles … Nous sommes tous confrontés au couvre-feu et les forces de police et de gendarmerie rôdent pour verbaliser et incarcérer tous ceux qui voudraient vérifier de leurs propres yeux les manquements de nos dirigeants … tous ceux hormis les puissants et les invités des puissants. Les puissants peuvent donc continuer à s’exonérer de toutes les règles qui frappent la multitude des citoyens, et que ceux-ci doivent respecter scrupuleusement à défaut de contravention ou de verbalisation !

 

Triste époque que la nôtre !



16/02/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres