Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Conspirationnisme et médias

Saint-Denis de La Réunion, mardi 31 mars 2020

 

C'est une des litotes du Journal Le Monde et d'une fouletitude de jeunes techno-intellectuels gauchisants. Le combat contre la désinformation et contre le «conspirationnisme». Deux articles récents du Monde surfent sur cette tendance, mais de nombreux autres articles du site des Décodeurs du Monde se rattachent à ce même combat.

  

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/03/28/le-coronavirus-terrain-fertile-pour-le-conspirationnisme_6034764_823448.html

 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/03/28/comment-didier-raoult-est-devenu-la-nouvelle-egerie-des-complotistes_6034761_4408996.html

 

Pourquoi me sens-je concerné par les idées énoncées dans ces deux articles ? Parce que j'imagine les pires objectifs, les pires calculs de la part des hommes et des femmes qui nous gouvernent, derrière la majeure partie des actions de ce gouvernement et de ses prédécesseurs, et que cela fait de moi, selon Le Monde, un conspirationniste, un complotiste et un partisan de l'extrême-droite ? 

 

Voilà donc ceux qui doutent des explications officielles qualifiés d'antisémites («une infodémie – comme l’a qualifiée l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – à la rhétorique conspirationniste et aux relents souvent antisémites»), d'appartenance aux classes sociales les plus modestes («le portrait-robot des Français les plus perméables aux théories conspirationnistes sur la pandémie vient valider ce qu’avaient déjà montré les éditions précédentes de ce sondage : les plus jeunes et les classes sociales les plus modestes sont les plus susceptibles d’y adhérer») ... puisque je ne suis plus parmi les plus jeune, et évidemment de partisans des idées véhiculés par l'extrême droite ...

 

Ces articles mettent également en lumière la méthodologie du Monde ; donner la parole à de multiples reprises à des grands pontes, à des spécialistes du combat contre les idées conspirationnistes, comme le site Conspiracy Watch (ainsi, «dans son analyse de texte pour le site Conspiracy Watch, l’historienne Valérie Igounet explique que le député européen RN - Gilbert Collard - use ici d’une rhétorique conspirationniste bien connue consistant à souligner des coïncidences prétendument troublantes») ou encore («la base du complotisme, c’est d’être suffisamment elliptique pour que chacun puisse mettre ce qu’il veut derrière, renchérit Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch»).

 

Ce même personnage est d'ailleurs présenté dans le deuxième article sous un autre titre en tant que «Rudy Reichstadt, fondateur de l’Observatoire du conspirationnisme». Sous cette deuxième appellation, il permet au Monde d'asséner une nouvelle certitude :  «Comme après le 7 janvier 2015 [jour de l’attentat contre Charlie Hebdo] ou après l’incendie de Notre-Dame de Paris, tout à coup, on s’aperçoit qu’il existe des théories du complot et que certains y adhèrent. Mais on a été si complaisants pendant des années». Mais qu'aurait-il voulu qu'on fasse ? Qu'on assassine les gens qui croient au complotisme et au conspirationnisme ?

  

Nous avons donc deux articles du Monde traçant apparemment un tableau sans complaisance des complotistes ravalés au rang de partisans des thèses d'extrême-droite, d'antisémites, d'appartenance aux classes sociales les moins favorisées, tout ceci basé sur les dires d'une personne, fondateur de Conspiracy Watch et de l'observatoire du conspirationnisme (en anglais et en français, à moins que ce ne soit la même chose) !

 

Ou comment faire croire à la solidité théorique d'une analyse critique du conspirationnisme et des conspirationnsites sur la base d'un seul et unique contradicteur ! Et faire croire par la même occasion à une immense majorité des français qui s'interrogent et commencent aujourd'hui à être persuadés qu'on leur cache des choses, qu'ils ont tord, et qu'ils doivent avoir honte de leurs pensées et de leurs interrogations.

 

En rattachant toute forme de conspirationnisme à l'extrême droite et à l'antisémitisme, on oublie une composante majeure du conspirationnisme et du complotisme : l'absence de confiance envers le gouvernement et envers les hommes politiques. En fait, envers l'ensemble des hommes et des femmes qui ont du pouvoir, qu'ils soient des hommes politiques, des riches industriels ou dirigeants d'entreprises, ou simplement des syndicalistes ou dirigeants d'associations. Faut-il faire remonter la naissance du complotisme à l'assassinat de JFK, ou bien à l'affaire du Watergate que Richard Nixon essaya d'étouffer ? Ou bien est-ce plus récent, comme l'invasion de l'Irak par les forces américaines sous le prétexte futile de l'invasion du Koweït et de l'argument de la dangerosité extrême de la quatrième armée mondiale ? 

 

Plus simplement, face à des décisions ou à des faits qu'aucun d'entre nous ne peut comprendre, il est humain de s'interroger sur l'existence de buts cachés et inavouables de la part des gens qui nous gouvernent ou des puissants qui sont influents dans le monde ! Si tout le monde avait une chance égale d'accéder aux plus hauts postes, il y aurait peut-être moins d'incompréhension. Mais dès lors qu'il existe des organisations ou des associations secrètes, comme le groupe de Bilderberg, des loges maçonniques et autres organismes, il y a forcément un terrain fertile pour les thèses complotistes ou conspirationnistes. 

 

D'ailleurs, le conspirationnisme est a la base même du libéralisme économique et de la théorie des économistes libéraux à la suite des travaux de Milton Friedman, au travers notamment de ce que l'on appelle l'illusion monétaire. 

 

«Dans l'analyse de Milton Friedman, l'illusion monétaire est due au fait que les agents font des anticipations adaptatives. Pour Friedman, les agents font des erreurs d'anticipation qu'ils ne corrigent que progressivement. En particulier, pour Friedman, les gouvernements trompent les agents économiques en faisant varier de manière discrétionnaire et inattendue la quantité de monnaie. Il faut alors un certain temps pour que les agents comprennent que les variations des prix relatifs qu'ils perçoivent tout d'abord ne sont que le produit d'une variation du niveau général des prix. L'illusion monétaire est donc le produit d'une insuffisance d'information sur la politique économique du gouvernement et non d'une irrationalité des agents économiques.

 

Héritiers de Friedman, les nouveaux classiques s'en écartent sur ce point : en levant l'hypothèse d'information imparfaite des agents, ils suppriment par conséquent l'illusion monétaire. Les agents anticipent parfaitement les politiques économiques des gouvernements. Ils raisonnent, par conséquent, en termes réels et ne sont jamais victimes d'illusion monétaire.»

(source Wikipédia :  https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Illusion_monétaire

 

L'absence d'illusion monétaire et les anticipations rationelles des agents économiques conduisent ainsi ces derniers à anticiper parfaitement les hausses futures d'impôts qui seront les conséquences futures des décisions de relance budgétaire des gouvernements, les poussant à épargner les gains immédiats de pouvoir d'achat, rendant inopérant les politiques de relance budgetaire. Une hausse des dépenses publiques ou une augmentation des ressources des individus sera immédiatement épargnée parce que les ménages anticiperont une hausse future des impôts. Le complotisme et le conspirationnisme sont ainsi à la base même de la théorie des nouveaux classiques et de l'ultra-libéralisme, dont nos dirigeants sont les tenants.

 

Mais autant le complotisme les sert lorsqu'ils leur sert de fondement pour leurs discours politiques, autant ils le combattent lorsque ce complotisme de leurs électeurs leur prête de sombres desseins et d'encore plus sombres projets.

 

Oui, comme des millions de mes concitoyens, je trouve invraisemblable et hautement suspecte à la fois l'existence de cette épidémie ou de cette pandémie et les moyens d'urgence sanitaire utilisés dans le monde entier, l'absence de toute critique médiatique, ou plutôt faudrait-il dire l'insupportable mutisme médiatique, de même que j'ai trouvé hautement suspect l'incendie de la Cathédrale Notre Dame de Paris, et surtout l'incroyable pression médiatique pour interdire immédiatement tout discours complotiste, ou simplement interrogatif sur les causes réels d'un tel incendie. 

 

Effectivement, je suis complotiste ! Mais c'est surtout le mutisme médiatique qui m'interpelle. Que nos dirigeants ourdissent des complots, c'est naturel. Ils ne vivent que par le pouvoir ou pour le pouvoir, comme les ambitieux qu'ils sont (Le Monde n'écrit pas autre chose lorsqu'il décrit le nouveau ministre de la santé) ! Mais les journaux et médias doivent avoir une vision critique, même si ce ne serait possible que s'ils n'appartenaient pas tous aux plus grandes fortunes de notre société, ou s'ils ne rêvaient pas uniquement de rejoindre l'élite politique, médiatique ou financière de notre pays !

 

 

Saucratès

 

 

Post scriptum : Troisième article mardi 31 mars toujours sur le même sujet du complotisme, citant toujours et encore le même Rudy Reichstadt, présenté désormais comme Directeur de Conspiracy Watch et auteur de «L'opium des imbéciles. Essai sur la question complotistes» (Grasset, 2019).  Dans cet article, les complotistes sont une nouvelle fois sympathiquement décrits : méfiants, analphabètes, incompétents, et non respectueux de la parole des experts !

 

«C’est la conjugaison d’une très grande méfiance et d’un profond analphabétisme», se désespère Rudy Reichstadt (...). Une importante partie de la population n’a aucune conscience de son incompétence - c’est l'effet Dunning-Kruger - et les réseaux sociaux désinhibent beaucoup. Avant, on respectait davantage la parole des experts.»

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/31/l-etrange-obsession-d-un-quart-des-francais-pour-la-these-du-virus-cree-en-laboratoire_6035093_4355770.html



31/03/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres