Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Pourquoi cherche-t-on toujours un responsable aux drames qui nous frappent

Pourquoi cherche-t-on toujours un responsable, un coupable aux drames qui nous frappent ?

 

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de La Réunion, mardi 31 mai 2022

 

Il parait qu’il faut toujours trouver un ou des responsables aux drames qui nous touchent, et c’est vraisemblablement encore plus vrai lorsque ce sont nos enfants qui meurent. 


L’affaire du balcon effondré de la résidence Surcouf à Angers vient démontrer la véracité de cette hypothèse. En 2016, le balcon d’un appartement s’effondre pendant une fête étudiante. Il s’effondrera de quatre étages, emportant avec lui les balcons des étages qui sont en dessous de lui. Quatre étudiants décèderont dans cet accident. 

On pense forcément malfaçon, et pas inconscience. C’est en tout ce que le tribunal a jugé en condamnant trois des cinq prévenus à des peines de prison, même s’il a relaxé deux des cinq prévenus poursuivis. 

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/05/31/balcon-effondre-a-angers-prison-avec-sursis-pour-trois-prevenus-et-deux-relaxes_6128322_3224.html

 

Et pourtant, sur un balcon au final relativement petit, ce sont dix-huit etudiants et étudiantes qui y étaient massés lorsque ce balcon s’est effondré, «dans un craquement glaçant» dixit Le Monde. Dix-huit jeunes massés sur un balcon de quelques mètres carrés ! Si ce n’est pas de la plus grande inconscience, qu’est-ce qu’il leur faut ! Plus d’une tonne de gamins entassés sur un balcon ! Même si les normes de construction devaient permettre à ce balcon de résister à un tel poids, à un tel effet de levier, à la base, c’est l’inconscience des dix-huit gamins qui aurait dû être pointée du doigt, et leur responsabilité engagée vis-à-vis des quatre d’entre eux décédés. 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/02/08/drame-des-balcons-effondres-quatre-semaines-de-proces-a-angers_6112769_3224.html

 

0A63D94E-219A-4ADD-A95E-EA28AF337E21.jpeg

(nota, on voit à l’autre bout de la façade du bâtiment l’équivalent des balcons qui se sont effondrés - photo du 16 octobre 2016, lendemain du drame)

 

Mais évidemment, le monde est ainsi fait que ces quatorze jeunes blessés dans l’effondrement du balcon, et les quatre jeunes décédés, sont des victimes innocentes, et que les responsables sont forcément les méchants architectes, responsables des travaux, et chef d’entreprise, qui ont participé à la construction de cette résidence. 

Alors oui, effectivement, comment dire à des familles effondrées, en pleurs, plus de cinq ans après le drame, que c’est l’inconscience et la connerie de leurs gamins et de leurs gamines qui est responsable de ces morts et des blessures des survivants et des survivantes ? Le tribunal ne le pouvait pas apparemment.

 

Parce que dix-huit jeunes inconscients se sont perchés sur un balcon, on va chercher et trouver la responsabilité de ceux qui ont participé à la construction de l’immeuble. Résultat, on doit faire des balcons capables de résister à des charges de 40 ou 100 personnes sous prétexte que des inconscients pourraient se masser à un tel nombre sur un balcon maintenu par quelques ferraillages sans aucun autre bras d’appui. Et effectivement, face à la justice, face à ses parents aigris et cherchant un responsable, il est forcément de bon ton de reconnaitre sa faute, de s’excuser, de se dire profondément affecté par ce drame. 

Mais merde, dix-huit gamins ou gamines sur le balcon au moment où il s’effondre, et combien quelques minutes auparavant … C’est de la pure inconscience. 

Comment aucun des parents présents lors de ce procès n’a-t-il eu l’intelligence, la capacité de reconnaître que leurs enfants étaient des fous et que c’était eux, en fait, leurs enfants, les véritables responsables de cette tragédie, et non pas les coupables poursuivis ! Mais ces pauvres parents qui auraient osé reconnaître cette responsabilité auraient vraisemblablement été immédiatement mis à mort par les autres parents !

 

Cette soif de trouver un responsable, de rendre responsable quelqu’un, n’importe qui, du drame qui nous frappe, semble être une constance de l’humain. Triste humanité !

 

 

Saucratès

 

 

Nota : ci-après un article à peine postérieur à cet accident mortel interrogeant les normes de résistance des balcons au poids. Apparemment, un balcon de ce type devait être capable de supporter le poids d’une vingtaine de personnes. Mais on met aussi en garde contre le poids des jardinières suspendues aux balustrades des balcons ! L’article interroge aussi les traces d’humidité que l’on voit sous les balcons.

 

https://www.batiactu.com/edito/que-disent-normes-construction-balcons-46646.php



31/05/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres