Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Que dire de la COP26 de Glasgow ?

Que dire de la COP26 de Glasgow ?

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de la Réunion, Dimanche 14 novembre 2021
 

La COP 26 se tenait donc jusqu’à hier, samedi 13 novembre, à Glasgow, au Royaume-Uni. Comme pratiquement chaque année, à la même époque, c’est le sommet où il faut être vu, que l’on soit dirigeant de la planète, leader d’un groupe qui se bat pour la planète, responsable ou militant d’une organisation non gouvernementale, ou patron d’un établissement finançant le développement. C’est le lieu où il faut être vu ! «It’s the place to be !»

 
>> Quelques rappels sur ce que représentent les COP ...

 

COP est l’acronyme anglais signifiant «Conférence of Parties», ou «Conférence des parties» signataires de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Son nom anglais est «United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC)». Ce terme ne concerne pas uniquement cette convention cadre et le climat en régle générale, puisque «COP» désigne simplement l’organe suprême de suivi d’un certain nombre de conventions internationales (sur l’interdiction des armes chimiques, contre la désertification …). 

 

Pour mémoire, la première conférence, dite COP1, s’est déroulée à Berlin du 28 mars 1995 au 7 avril 1995. Elle faisait suite au Sommet de la Terre de Rio qui s’était déroulé à Rio de Janeiro au Brésil du 3 juin 1992 au 14 juin 1992 et qui avait donné lieu à l’adoption de trois conventions dites de Rio, sur la diversité biologique (CDB), sur la lutte contre la diversification (CLD) et donc sur les changements climatiques (CCNUCC).

https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/il-etait-une-fois-la-cop1-la-premiere-conference-de-lonu-sur-le-climat$

 

Depuis 1995, pratiquement chaque année se déroule donc une nouvelle réunion COP, même si rares sont celles qui ont marqué les esprits ou bien sont passées à la postérité, essentiellement en raison des accords conclus à ces occasions. On pense ainsi à la COP21 qui s’était déroulée à Paris du 30 novembre au 12 décembre 2015, qui avait accouché du célèbre accord de Paris sur le climat. Mais on se rappelle aussi et surtout de la très célèbre COP3 qui s’est tenue du 1er au 10 décembre 1997 à Kyoto et qui a conduit à l’adoption du Protocole de Kyoto, où pour la première fois, les principaux Etats prirent des engagements contraignants de réduction des gaz à effet de serre.

https://saucrates.blog4ever.com/rechauffement-climatique-abecedaire

 

On peut aussi citer parmi les principales COP celle de novembre 2001 (COP7), qui donna naissance aux accords de Marrakesh, ou bien celle de novembre 2005 (COP11) qui conduit au processus de Montréal (mise en application et sur le financement des mécanismes de flexibilité du marché du carbone prévus au Protocole de Kyoto).

 

>> Sur la COP26 et le rapprochement qu’on peut en faire avec la COP21

 

Que peut-on donc penser de cette conférence de Glasgow ? Personnellement, nous français avons connu de l’intérieur les préparatifs de la COP21 de Paris sur le climat. On a vécu toute cette effervescence gouvernementale. On a vu se déployer toute une signalétique autour de cette conférence. C’était comme si l’honneur de la France était en jeu, si l’aura de la France et du président de la République, François Hollande à l’époque, dépendait des résultats de cette conférence sur le climat. Il fallait que cette COP débouche sur un accord ambitieux, mais pas tant pour la planète, mais plutôt pour l’aura de la France !

 
Glasgow, c’est donc d’abord et avant tout une mise en avant du pays qui la reçoit et de son dirigeant Boris Johnson, et des quelques personnalités auxquelles on a confié la responsabilité de son organisation, de sa préparation, des discussions en vue de parvenir à des accords. Pour la COP21, ces personnalités peu connues du grand public était Laurence Tubiana, mais aussi les dirigeants de l’AFD. Mais évidemment, ces conventions sont également des lieux de rencontre de rivalités internationales.

 

Rivalités internationales entre le Royaume-Uni et l’Union Europeenne et/ou la France. Que la Cop26 débouche sur un accord extrêmement ambitieux pour le climat n’est-il pas dangereux dans le cadre de la rivalité entretenue entre la France, l’Europe et le Royaume-Uni ? Heureusement pour Boris Johnson, la prochaine COP ne se déroulera pas dans un grand pays concurrent. La COP27 se déroulera ainsi en 2022 en Égypte, dans la station balnéaire de Charm el Cheikh, tandis que la Cop28 se déroulera en 2023 aux Emirats arabes unis. 
 

En effet, pour en revenir à 2015, à la COP21, et aux COP l’ayant précédée, peut-on imaginer que la France aurait accepté de signer un accord et accepter la signature d’un accord un an avant la COP21 ? Aurait-elle pu tolérer que la COP20, qui s’était tenue à Lima au Pérou, du 1er au 14 décembre 2014, débouche un an avant la COP21 de Paris, sur la signature d’un accord ambitieux sur le climat ? Jamais la France n’aurait pu le tolérer évidemment.  
 

On nous a ainsi vendu, à nous téléspectateurs français, les trésors de diplomatie de Francois Hollande, qui avait réussi à persuader tous les grands chefs d’Etat qui comptent de la planète de se mettre d’accord à Paris et de parvenir à un accord, que l’on présentera ensuite comme un accord extrêmement ambitieux ... Mais au fond, qui se souvient encore de François Hollande et de son rôle pendant la COP21 ?
 

>> Du rôle des médias dans l’interprétation des avancées obtenues en matière de lutte contre le réchauffement climatique

 

Je ne prendrais qu’un exemple. D’un côté, la couverture médiatique accordée à l’annonce que l’Inde promettait la neutralité carbone de son économie pour 2070. Heureuse nouvelle ou grande surprise pour les médias relayant cette nouvelle !

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/11/02/cop26-l-inde-cree-la-surprise-en-promettant-la-neutralite-carbone-pour-2070_6100669_3244.html

 

Et de l’autre côté, la couverture médiatique consentie à l’annonce russe d’atteindre la neutralité carbone en 2060, que Le Monde ou d’autres médias comme LCI considéraient comme tout à fait insuffisant et inacceptable. Mythe. Aveuglement d’un dirigeant précipitant la planète, et son pays, dans les affres du dérèglement climatique et des incendies. Tout ceci me semble bien bizarre. L’image donnéé par un dirigeant est-elle plus importanté que les annonces elles-mêmes ? 

https://www.lci.fr/planete/rechauffement-climatique-derriere-l-annonce-d-un-plan-climat-la-russie-de-vladimir-poutine-a-la-traine-sur-l-environnement-2142073.html

 

Lutte de pouvoir, d’influence au plan interne tout comme au plan international ; il est à craindre que la COP26 de Glasgow, comme la COP21 et toutes les autres conférences qui se sont déjà tenues, se préoccupent en fait très peu du climat et de la lutte contre le réchauffement climatique. Tout n’y est qu’affichage et lutte de pouvoirs et lieu d’affrontement. Gageons que les COP qui se tiendront à Pékin et à Washington déboucheront toutes deux sur de très grands accords, s’il est un jour prévu qu’une COP se tienne dans leurs murs. De même pour la prochaine COP qui se tiendra un jour à Paris.

 

>> Les résultats de la COP26 sont déjà considérés comme insuffisants … comme c’était déjà le cas à la sortie de la COP21 … sans qu’aucun média français n’ose le relayer …

 

Défiance maximale entre pays pauvres et pays riches … Effort insuffisant en faveur du climat. Mais tout ceci n’est qu’une gigantesque blague, une farce médiatique, un compte-rendu médiatique visant avant tout à nous culpabiliser dans la vie de tous les jours. 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/11/13/climat-la-cop26-accouche-d-un-accord-en-demi-teinte-notamment-sur-le-charbon_6101980_3244.html

 

Les pays riches ne sont pas seulement des États occidentaux consommateurs de pétrole, mais aussi les États producteurs de pétrole, directement impactés par les mesures anti-énergies fossiles.

 

Et enfin et surtout, le réchauffement climatique n’a pas uniquement pour cause des émissions de gaz à effet de serre, mais également le rythme de progression de la population humaine et les migrations de population qui en résultent ! Et les responsables de cette inflation insoutenable des naissances ne se trouvent pas forcément dans les pays riches, ni ne sont issus des populations des pays riches. Mais tel n’est pas le mandat ou les préoccupations des COP de la CCNUCC.

 

 

Saucratès

 

 
Post scriptum : 
Liste des 26 conférences des parties de la CCNUCC

 

- COP 1 à Berlin (Allemagne) en mars-avril 1995, qui donna naissance à la décision connue sous le nom de 'mandat de Berlin', où les parties entamèrent un cycle de négociations en vue de décider d'engagements plus solides et plus détaillés pour les pays industrialisés.

- COP 2 à Genève (Suisse) du 8 au 19 juillet 1996.

- COP 3 à Kyoto (Japon) du 1er au 12 décembre 1997, et qui vit l'adoption du Protocole de Kyoto.

- COP 4 à Bueno Aires (Argentine) du 2 au 14 novembre 1998.

- COP 5 à Bonn (Allemagne) du 25 octobre au 5 novembre 1999.

- COP 6 à La Haye (Pays Bas) du 13 au 24 novembre 2000.

- COP 7 à Marrakech (Maroc) du 29 octobre au 10 novembre 2001, qui débouchera sur la signature des accords dits de Marrakech, qui présentent la traduction juridique des règles de mise en œuvre du Protocole de Kyoto.

- COP 8 à New Delhi (Inde) en novembre 2002.

- COP 9 à Milan (Italie) en novembre 2003.

- COP 10 à Buenos Aires (Argentine) en novembre 2004.

- COP 11 à Montréal (Canada) en novembre 2005, qui donnera naissance au processus de Montréal.

- COP 12 à Nairobi (Kenya) du 6 au 17 novembre 2006.

- COP 13 à Bali (Indonesie) du 3 au 14 décembre 2007.

- COP 14 à Poznan (Pologne) du 1er au 12 décembre 2008.

- COP 15 à Copenhague (Danemak) du 7 au 18 décembre 2009, qui débouchera sur la signature d'un accord non contraignant dit de Copenhague.

- COP 16 à Cancun (Mexique) du 29 novembre au 10 décembre 2010.

- COP 17 à Durban (Afrique du Sud) du 28 novembre au 11 décembre 2011.

- COP 18 à Doha (Qatar) du 26 novembre au 7 décembre 2012.

- COP 19 à Varsovie (Pologne) du 11 au 23 novembre 2013.

- COP 20 à Lima (Pérou) du 1er au 14 décembre 2014.

- COP 21 à Paris (France) du 30 novembre au 12 décembre 2015, qui a donné lieu à la signature de l'accord de Paris.

- COP 22 à Marrakech (Maroc) du 7 au 18 novembre 2016.

- COP 23 à Bonn (Allemagne) du 6 au 17 novembre 2017, qui a donné lieu au lancement du dialogue de Talanoa, à l'invitation du Premier ministre fidjien Frank Bainimaram.

- COP 24 à Katowice (Pologne) du 3 au 14 décembre 2018.

- COP 25 à Madrid (Espagne) du 2 au 13 décembre 2019, dans les faits présidée par le gouvernement du Chili et organisée avec le soutien de l’Espagne

- COP 26 à Glasgow (Royaume-Uni) du 31 octobre au 12 novembre 2021



14/11/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres