Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Du déboulonnage des statues et autres inepties de tous ceux qui militent dans les nouveaux mouvements antiracistes

Saint-Denis de La Réunion, samedi 18 juillet 2020


A la suite de mouvements anti-racistes afro-américains nés aux Etats-Unis à la suite d’une bavure policière ayant entraîné la mort d’un noir américain, des mouvements correspondants sont nés un peu partout de par le monde, et notamment en France, pour contester les violences et la brutalité policière à l’encontre supposément des personnes noires de peau, les contrôles d’identité au faciès, et plus largement le racisme dont ces personnes s’estiment faire l’objet. 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/06/26/racise-racisme-d-etat-decolonial-privilege-blanc-les-mots-neufs-de-l-antiracisme_6044230_3232.html

 

Je ne partage absolument pas cette vision des choses. Evidemment il existe des violences policières, qui ont été particulièrement bien mises en lumière pendant l’épisode des gilets jaunes, et précédemment au cours des manifestations contre la Loi Travail. Cette violence vise les contestataires du pouvoir en place, tout ceux qui ont le malheur d’être au mauvais endroit au mauvais moment, jeune ou vieux, blanc ou noir, riche ou pauvre. Le pouvoir réfrène militairement toute contestation sociale qui met sa survie en danger, même si ce n’est que théoriquement. Mais au-delà de cette violence institutionnelle, je ne crois pas en une violence visant spécifiquement les noirs en France. 

 

Les personnes de couleur sont évidemment victimes plus fréquemment de contrôle policiers d’identité en France que les personnes blanches. Certains jeunes des cités doivent pouvoir avoir cette impression. Ou les domiens qui ne sont pas blanc de peau. Mais les jeunes doivent aussi être l’objet plus fréquemment de contrôle d’identité que les petits vieux ou les petites vieilles tirant leur cabas.

 

A quoi servent les contrôles d’identité ? Sauf erreur de ma part, ils servent à contrôler les délinquants probables, les criminels évadés de prison ou les personnes en situation irrégulière de séjour sur le territoire français. Et il se trouve que les personnes en situation irrégulière en France, que les vendeurs de drogue et la petite ou grande délinquance, sont majoritairement noirs de couleur de peau, et non pas blanc de peau. Ils sont plutôt jeunes, et non pas vieux.

 

Ce que j’écris est-il raciste ? Si on veut la fin des contrôles au faciès, il y a deux possibilités. Imposer qu’il y est aussi un quota de blancs, de vieux, et de filles qui soient contrôlés, mais ceux-ci se demanderont avec juste raison pourquoi ? Ou la deuxième possibilité, qu’il n’y est plus aucun contrôle d’identité. Le jour où de nombreux gangs de petites vieilles blanches tirant des cabas séviront dans nos villes, que des gangs de petits vieux blancs fourgueront de la came à tous les coins de rue, et que les immigrés en situation irrégulière seront aussi des petits vieux et des petites vielles blancs de peau, ce jour-là les contrôles au faciès concerneront uniquement les petits vieux blancs et les petites vieilles blanches de France et de Navarre. Et ce sont ces derniers qui contesteront les contrôles au faciès. Mais ce n’est pas le cas aujourd’hui. ce ne sont pas eux les potentiels délinquants !

 

Toutes les critiques qui visent les forces de l’ordre me font rire, hormis celles en période de gilets jaunes. Même si au fond je n’ai jamais varié dans ma position. Les forces de l’ordre doivent nous protéger de la violence gratuite. Et lorsque cette violence gratuite est le propre des forces de l’ordre elles-mêmes, comme pendant l’épisode des gilets jaunes, je ne peux que rejoindre ceux qui décident de résister. Comme l’histoire de ce boxeur professionnel qui avait attaqué des gendarmes mobiles qui se délectaient quelques minutes précédemment à frapper de pauvres badauds ou manifestants innocents. De quel acharnement du gouvernement ce pauvre homme ne fut-il pas immédiatement l’objet. Alors que je le comprenais parfaitement. C’est si facile de frapper des femmes et des gens sans défense. Mais contre une personne de leur taille et de leur force, comment réagissent ces agresseurs ? Pas de chance pour lui, il aurait attaqué des terroristes, il aurait reçu la légion d’honneur. Mais il a réagi contre des gendarmes, et ce fut la prison ou une peine d’intérêt général.

 

Mais ces faits éliminés, on peut rigoler en voyant des habitants des quartiers qui sont les premiers à combattre les forces de l’ordre et à participer à des marches blanches parce qu’un jeune délinquant est tombé de sa moto où s’est scratché en voiture dans un rodéo sauvage, ou bien se sont électrocutés dans une centrale électrique parce qu’ils étaient poursuivis par des forces de l’ordre, se plaindre aujourd’hui du fait que les policiers ne se sont pas déplacés alors qu’ils étaient les victimes d’un raid de tchétchènes. Et là, pour ces mêmes contestataires, les policiers et les gendarmes auraient dû être présents et combattre ces groupes de tchétchènes ! Mais surtout pas de contrôle au faciès. Evidemment. Après, aucun d’eux ne semblent pouvoir nous dire comme des gendarmes peuvent contrôler des tchétchènes sans procéder à des contrôles d’identité. En somme, c’est : pas de contrôles d’identité au faciès pour les noirs mais uniquement pour les blancs et les tchétchènes ! Je suis sûr que là, il n’y aurait aucun problème.

 

Enfin, dans cette histoire de supposé racisme et de supposé néo-colonialisme, il y a une dernière chose, un dernier sujet qui m’obsède et m’insupporte. C’est la volonté des autoproclamés descendants des colonisés, et des bien-pensants, de déboulonner les statues des anciens colonisateurs.

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/15/jean-loup-amselle-il-ne-suffit-pas-de-deboulonner-les-statues-des-colonisateurs-pour-se-debarrasser-de-leur-empreinte-intellectuelle_6046274_3232.html

 

Cela semble presque, pour cette frange d’irréductibles haineux du mouvement antifasciste et antiracisme, une obligation de nos sociétés occidentales, qui se devraient selon eux d’expurger leur histoire et leurs musées (notre histoire et nos musées) de tous ceux qui défendirent ou profitèrent de l’esclavage et de la colonisation, à un moment quelconque de leur vie. Mais pour certaines ultra-féministes, cela concerne aussi ceux qui abusèrent ou chantèrent les louanges des jeunes filles, actes que les féministes d’aujourd’hui considèrent comme étant de la pédophilie ... Ces gens sont tellement emplis de haine à l’égard des hommes blancs qu’ils ne vivent plus que pour se venger de ce qu’ils n’ont pas.

 

Ceux-ci ont néanmoins la chance de pouvoir mettre un nom sur tout ce qui ne va pas dans leur vie, de tous leurs désagréments, de toutes les misères et les pas de chances qui leur tombent dessus. Le racisme et les relents néocolonialistes de la France, de sa police et des français. Voilà leurs ennemis, voilà les responsables de leur manque de travail à l’école, des difficultés de leurs parents et de leur propres difficultés à trouver un travail où ils puissent être suffisamment payés à leur juste valeur ! Le racisme des hommes blancs qui rend légitime toutes leur haine, tout leur propre racisme, qui occupent les emplois qui devraient être les leurs ...

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/15/noelle-lenoir-certains-mouvements-feministes-sont-revelateurs-d-une-evolution-vers-un-radicalisme-teinte-de-communautarisme_6046209_3232.html

 

 

Saucratès



18/07/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres