Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Écrire sur l'homosexualité

Saint-Denis de La Réunion, mercredi 1er janvier 2020

 

Ce sera mon premier article de cette nouvelle année 2020, en ce premier jour de cette nouvelle décennie qui s'ouvre à nous. À tous mes quelques lecteurs, je souhaite une bonne et heureuse année.

 

Mon premier écrit de 2020 portera sur un sujet sensible, l'homosexualité masculine. Drôle de sujet pour un début d'année penserons peut-être certains d'entre vous. L'origine de cette envie d'écrire sur ce sujet est à rechercher dans un article du Monde Diplomatique du mois d'août 2019, intitulé «Difficile affirmation homosexuelle en Algérie».

 

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/08/SCHEMBRI/60160

 

Comme de nombreux papiers du Monde Diplomatique, c'est un article particulièrement intéressant sur un sujet sensible. Bizarrement, je ne suis ni vraiment d'extrême gauche, ni vraiment communiste (voire vraiment pas), ni vraiment favorable aux migrations des populations (voire pas du tout encore une fois), je ne partage pas du tout leur vision sur nombre de sauveurs et grands hommes providentiels qu'ils ont pu encenser par le passé (je pense notamment à Pierre Vergès qu'ils avaient présenté comme un grand homme martyrisé par un pouvoir fachiste). Et pourtant, je suis très souvent en accord avec leurs articles qui alimentent chez moi un sentiment de révolte contre les multiples injustices de la société et de l'histoire !

 

J'en reviens donc à l'homosexualité masculine. Que puis-je en dire ? Pour en revenir à l'article du Monde Diplomatique, selon le journaliste, il est important que l'homosexualité apparaisse dans les séries télévisées (ou tout autre canal) parce qu'il est important qu'un jeune (ou moins jeune) homosexuel puisse s'y référer et comprenne qu'il n'est pas anormal, que l'homosexualité n'est pas anormale, mais bien au contraire que d'autres personnes vivent la même chose que lui. Des personnes publiques ou célèbres auxquelles il pourra se comparer, se référer. Evidemment, l'article du Monde Diplomatique ne traite pas que de ce point, puisqu'il traite de l'Algerie et de la difficile cohabitation entre l'homosexualité et le modèle de la famille algérienne, entre autres choses.

 

Cette histoire permet en quelque sorte de mieux comprendre pourquoi la présence de personnes LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuelle et Transsexuelle) dans le paysage médiatique, dans les séries télévisées, est un tel enjeu pour nombre de défenseurs de la cause LGBT. Leur objectif n'est pas seulement de véhiculer, de faire de la publicité pour leur orientation sexuelle, comme on pourrait le penser, mais surtout de permettre de casser l'isolement des personnes LGBT, et notamment les jeunes adolescents chez lesquels le suicide reste encore une cause de mortalité importante. Cela reste vrai en France. éest encore plus indispensable pour une société comme la société algérienne, beaucoup plus conservatrice en matière de mœurs que la France.

 

Malgré tout, en disant tout ceci, je ne règle pas mon propre problème vis-à-vis de l'homosexualité masculine et son affichage public. L'homosexualité me gêne en effet profondément, sans que je puisse l'expliquer précisément. Penchants homosexuels refoulés, comme dirait ou pense ma femme ? Mon enfance et mon adolescence ont évidemment été marquées par une stigmatisation de tout ce qui pouvait apparaitre féminin dans les comportements et dans les mots de tous, dans le milieu familial, à l'école et au collège. Il n'était pas bon, en France, dans les années 1970-1980, de paraître même très légèrement différent de la norme moyenne. Et je crains que ce ne soit pas différent même aujourd'hui, dans la majeure partie des écoles et des collèges français. Donc effectivement, je pense avoir l'objet d'un formatage hétérosexuel pendant mes années d'enfance et d'adolescence, et on ne s'arrache pas facilement d'un tel formatage !

 

Et je peux comprendre que même si cela ne m'a personnellement posé aucun problème ni regret, un tel formatage peut causer de terribles ravages sur des personnes qui pourront mettre des années à le combattre, si leur orientation sexuelle est différente de la norme ! Meme après des années de mariage hétérosexuel tout à fait normales, avec une femme tout à fait normale. Surtout que, si j'ai fait l'objet d'un tel formatage, comme toute ma génération je le pense, d'autres jeunes avaient un rôle beaucoup plus actif dans ce formatage et dans les brimades, railleries et humiliations qui accompagnaient ce formatage. 

 

La normalité ! Je semble n'avoir que ce seul mot à la bouche, me direz-vous. Comment puis-je écrire et accepter ce que je veux écrire sur l'homosexualité ? Qu'est-ce que la norme ? Et comment la norme est-elle construite ? Les relations hétérosexuelles, entre un homme et une femme, d'un âge comparable, proche, est-elle la norme ? Et comment peut-on qualifier les autres formes d'orientation sexuelle ? Anormalité ? Qu'est-ce qui fait la norme ? Le fait que ce soit la forme la plus répandue dans la société ? Ce qui voudrait dire que si demain l'homosexualité était plus répandue et supplantait l'heterosexualité, des relations sexuelles entre un homme et une femme deviendraient du coup anormales ? Sinon, qu'est-ce que la norme ? La religion ? La conformité à ce qui est écrit dans les principaux textes religieux, comme la bible ou le coran ?

 

Il me reste encore à traiter de mon ressenti face à l'affichage public de l'homosexualité masculine. Effectivement, je suis particulièrement mal à l'aise avec cet affichage, sans que je puisse véritablement l'expliquer. Autant un baiser d'un couple hétérosexuel ne me gêne pas, je le trouve même plutôt romantique, autant un baiser entre des homosexuels me gêne. Et je ne parle même pas d'une scène de sexe entre homosexuels ! Et pourtant, là encore, quoi de plus romantique qu'une scène de sexe entre hétérosexuels, comme dans le film «Top Gun», par exemple. Un baiser entre homosexuels est le meilleur moyen pour me faire abandonner la télévision ou changer de chaînes télévisées. Mais après tout, c'est peut être normal. Mes enfants se sont bien cachés les yeux jusqu'à leurs 13 ans dès qu'un baiser ou une scène de sexe apparaissait dans un film !

 

Je fréquente d'ailleurs peu de couples homosexuels, voire pas du tout. Pourtant, je ne les rejette en aucun cas. Simplement, je n'en fréquente pas. Mais le meilleur ami d'une de mes très bonnes amies est homosexuel (elle est beaucoup plus ouverte que moi !). Au fond, malgré toutes les avancées des dernières décennies en France, entre le PACS, le mariage pour tous, la libéralisation des mœurs et la dépénalisation de l'homosexualité, le carcan social des mœurs continue de façonner notre société et nos relations, et il continue de rendre difficile d'afficher librement et ouvertement une orientation sexuelle différente de la norme reconnue. 

 

Reste un dernier sujet : de quoi l'homosexualité est-elle le résultat ? Forme de maladie mentale comme les anglais l'ont longtemps cru, par exemple ? D'où l'internement de nombre de personnages anglais célèbres, comme Alan Turing. Ou bien s'agit-il du résultat de relations difficiles au père ou à la mère ? Mon épouse vivrait ainsi très difficilement l'éventuelle homosexualité de mes enfants (dans le cas improbable où ils s'en ouvriraient à nous), qu'elle aurait vraisemblablement tendance à se reprocher ... ou à me reprocher peut-être ! Mais l'annonce de l'homosexualité d'un enfant est vraisemblablement une épreuve pour nombre de parents ... comme peut-être après tout l'annonce de son hétérosexualité dans une famille d'homosexuels ? 

 

Je pense que ce n'est rien de tout cela. Autre chose. Contrôle-t-on toujours ses aspirations ou ce que l'on aime ? Non. Et en plus, je crois en la réincarnation, et dans les âmes sœurs ... et comme il est très peu probable qu'une âme se réincarne toujours dans son même sexe, je peux avoir une âme sœur homme dont j'ai pu être très proche dans une autre vie ... Ce serait juste la faute à pas de chance. Mais aussi une chance extraordinaire que toutes mes âmes sœurs soient toutes du sexe opposé ! Bon en écrivant cela (en plus de me couvrir de ridicule), je ne résouds rien du tout. Certains homosexuels ne sont pas juste attirés par une âme sœur du même sexe qu'eux, mais ils ont simplement une autre orientation sexuelle !

 

Voilà ce que je voulais écrire en ce premier jour de 2020. En espérant n'avoir blessé personne par des paroles ou des idées maladroites. En vous souhaitant encore énormément de bonheur et de bons moments pour 2020. Et une bonne santé !

 

 

Saucratès



01/01/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres