Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Retour à la politique

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 7 juillet 2019

 

L'actualité récente va me ramener à la politique et au Macronisme. Un de mes meilleurs amis (et lecteur) semble me dépeindre, me considérer comme un anti-macroniste acharné, maladif, compulsif. Selon lui, j'en ferais une fixation ! Certes ...

 

Emmanuel Macron devait représenter une autre manière de faire de la politique. Ni de droite ni de gauche, c'était son leitmotiv. Mais ce n'était qu'une forme de marketing ; pour battre des adversaires de droite et de gauche, il lui fallait se présenter hors des clivages politiques. On a appris depuis que des groupes d'influence, des milliardaires et leurs nombreux journaux, avaient programmé sa victoire, les nombreux ralliements de personnalités politiques qui lui ont permis de s'affirmer comme un recours. Et programmer la défaite de son principal concurrent : François Fillon qui était le seul capable de l'empêcher de passer le premier tour.

 

Les francais ont été manipulés par la presse et par des groupes de pression et d'influence. Aujourd'hui, le parti politique que ces groupes ont créé (à savoir LaREM) essaie de détruire ses adversaires idéologiques à sa droite et à sa gauche. Sur les ruines du PS et de LR, ils veulent construire un nouveau parti, hégémonique. Mais c'est peine perdue. Macron risque de ne pas représenter une nouvelle manière de faire de la politique ; il risque plutôt de devenir le fossoyeur de la démocratie à la française. Et au fond, il a déjà été le fossoyeur de notre démocratie : en volant et en trompant les francais sur son personnage, sur son histoire, en manipulant l'élection présidentielle de 2017, une grande partie des français ont compris qu'ils avaient été trompés. Les gilets jaunes ne sont qu'une forme de la révolte, du refus de se laisser manipuler. 2017 n'aura-t-il été que le dernier cri du cygne, avant que les extrêmes ne l'emportent ? 

 

Macron et son gouvernement continuent donc de nous manipuler. Nous sommes entrés dans l'acte II du quinquennat d'Emmanuel Macron et de ses réformes. Les macronistes veulent s'implanter dans les municipalités locales et ils essaient de capturer le maximum d'élus dans leurs filets. Prendre Paris aux socialistes ! Mais les francais se révolteront-ils enfin contre Macron ou bien vont-ils continuer à voter aveuglement pour les candidats de Macron sous prétexte qu'ils ont juste l'étiquette Macron ?

 

Le Monde titrait sur les agissements sur les réseaux sociaux des macronistes qui se radicalisent pour défendre la politique de leur champion et de leur gouvernement. Les réseaux sociaux sont ainsi devenus un lieu de bataille. Des militants extrémistes macronistes qui se croient victimes d'une cabale journalistique avec l'affaire Benalla, ou avec les gilets jaunes qu'ils semblent abhorrer !

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/07/06/anonymat-represailles-ciblees-et-faux-comptes-voyage-dans-la-macronie-numerique_5486029_4355770.html

 

Mais ces militants n'ont connu que les unes dithyrambiques des journaux manipulés par leurs propriétaires milliardaires voulant faire élire leur petit protégé à la présidentielle de 2017 ; le retour à la réalité et à une présentation normale et moins complaisante du pouvoir macroniste a ainsi dû leur paraître comme une injuste et incompréhensible trahison, eux qui se croyaient investis d'une mission civilisatrice ou divine ...

 

Le pouvoir macroniste a un deuxième souci. Son absence de tolérance de la contestation, cette croyance en sa toute-puissance. Les gilets jaunes en ont forcément fait les frais, tombés sous les balles (de défense) des forces de l'ordre. Mais les syndicalistes et les professeurs contestataires en font aujourd'hui aussi les frais. Comment des enseignants peuvent-ils oser vouloir contester une loi écrite par un ministre de l'Education nationale omnipotent et tout-sachant ! 

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/07/05/resultats-du-bac-jean-michel-blanquer-mene-l-epreuve-de-force_5485715_3224.html

 

J'ai vu ce triste personnage passer vendredi soir aux informations télévisées, et les menaces qu'il portait vis-à-vis des grévistes qui avaient osé conserver des copies du baccalauréat. Il semble ainsi interdit à ses yeux de contester une réforme du baccalauréat et du lycée qu'il a décidé de faire envers et contre tous, et que les parlementaires ont voté ... Mais le parlement est entièrement acquis aux macronistes et remplis de députés godillots incompétents choisis pour obéir aveuglément aux ordres de la Macronie. Et en France, ce sont les députés qui ont le dernier mot. 

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/07/05/bac-sortir-du-face-a-face_5485689_3232.html

 

Cette réforme du lycée et du baccalauréat est une ineptie remarquable. Une aberration absolument pas préparée, et dont nos jeunes qui vont devoir en faire les frais et qui en seront les premiers cobayes, risquent d'en être aussi les premières victimes. Il est anormal de lancer une telle réforme dans une telle impréparation. Les jeunes qui passent l'année prochaine en première générale n'ont pas bénéficié en 2018-2019 des nouveaux programmes de seconde. Alors que les programmes scolaires de première sont sensés reposer sur ces mêmes acquis de seconde. La mise en œuvre de cette réforme est bien trop rapide, désorganisée, incompréhensible. Il n'est même pas sûr que les jeunes lycéens de première auront des manuels terminés et à jour début septembre (voire mi-août dans le département de La Réunion) pour la rentrée scolaire !

 

Est également une ineptie cette idée de sortir du principe des séries litteraires ou scientifiques en faisant disparaître les mathématiques des enseignements généraux en première et en terminale et en rabaissant les sciences à des enseignements de spécialité ! Pourquoi l'histoire, le francais, la philosophie, les langues étrangères ou même le sport continuent-ils d'être enseignés à tous les jeunes lycéens en première et en terminale du baccalauréat général, mais pas les mathématiques, les sciences physiques et la biologie ? Des enseignants et des parents idiots expliquent que c'est pour les enfants qui n'aiment pas les mathématiques  !

 

Mais c'est idiot ! Et si je n'aime pas le francais, l'histoire, l'anglais ou le sport ? Pourquoi devrais-je continuer à en faire malgré tout ? Et pour quelle raison ce serait différent pour les mathématiques ? Une immense majorité des enfants et des parents leur ont d'ailleurs donné tord ! Une immense proportion des futurs lycéens de première ont choisi cette année comme enseignements de spécialité les mathématiques, la physique et les SVT. La réforme voulait faire disparaître la prépondérance du baccalaureat scientifique ou S ... elle va démontrer la prépondérance des enseignements de spécialité scientifique. Mais avec un risque terrible. Les parents et les enfants n'ont aucune possibilité de contester le refus du choix des enseignements de spécialité pour leur enfant ! Et les places dans ces enseignements sont extrêmement chères, des lors que tout le monde les demande !

 

Vive la contestation des enseignants ! Et NON à la réforme du lycée ! NON à la dictature de Macron et de ses valets ! Et on appelle cela une nouvelle façon de faire de la politique ?

 

https://www.lemonde.fr/education/article/2019/07/04/des-jurys-fortement-perturbes-a-la-veille-de-l-annonce-prevue-des-resultats-du-bac_5485391_1473685.html

 

 

Saucratès



07/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres