Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

De l’inéluctabilité de l’accord post-Brexit, ou nous aurait-on menti durant tous ces mois ?

Saint-Denis de la Réunion, vendredi 25 décembre 2020


Bizarrement, toutes les parties autour de la table des négociations peuvent-elles se satisfaire et s’estimer gagnantes d’un même et unique accord autour du Brexit ? Toutes les parties peuvent-elles clamer qu’elles ont gagné à l’issue de ces négociations sans que l’une de ces parties ne se soit fait avoir dans ces négociations ?

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/24/retour-des-douanes-et-baisse-des-quotas-de-peche-europeens-ce-que-contient-l-accord-post-brexit_6064456_3210.html

 

Le Royaume-Uni et l’Union Européenne sont donc arrivés à un accord sur les relations financières et commerciales qui les régiront dans le futur, à la veille de ce jour de Noël. Magnifique me direz-vous ? Le premier ministre anglais proclame que c’est un bon accord qui rétablit l’indépendance du Royaume-Uni. Idem pour les principaux dirigeants européens ou pour le Président de la république française. 

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/24/britanniques-et-europeens-saluent-un-bon-accord-sur-les-relations-post-brexit_6064452_3210.html

 

Ces négociations étaient selon moi courues d’avance, et le résultat prévisible avant même d’avoir été commencées. Evidemment, lire et décortiquer un accord de 1.500 pages n’est pas à la portée de n’importe lequel d’être nous, et les journalistes et les journaux français qui fanfaronnent et nous abreuvent d’articles dithyrambiques sur le français montagnard ayant négocié pour l’Europe ou sur l’accord post-Brexit ne l’auront vraisemblablement pas plus lu que nous ; ils ne restituent probablement que des éléments de langage fournis par les négociateurs ou par les services de la Commission Européenne. Je doute qu’ils aient lu et analysé les 1.500 pages de l'accord signé, et j’ignore même la langue dans laquelle cet accord a été écrit. On ne trouve d’ailleurs à ma connaissance aucun lien vers ce texte. Et aucun article de presse ne semble renvoyer vers lui.

 

Ces négociations post-Brexit n’ont jamais été claires. Lorsque Theresa May était encore premier ministre, la date limite de conclusion de cet accord était fixée au 31 décembre 2019 et l’absence d’accord à cette date signifierait la mise en œuvre du hard-Brexit rêvé par les hard-brexiters anglais les plus acharnés. Et puis malgré l’absence d’accord négocié, l’Europe et le Royaume-Uni se sont brutalement mis d’accord sur le report d’un an de cette négociation, sans droit de douane ni contrôle des marchandises, malgré la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne, ce qui lui a par exemple permis de commencer les vaccinations sur le coronavirus avant l’accord des autorités sanitaires européennes. Bizarrement, dès la nomination de Boris Johnson comme premier-ministre, ce qui bloquait tant quelques semaines auparavant, a brutalement disparu, et l’absence d’accord n’était plus gênant. 

Qu’est-ce qui a été abandonné par les européens dans cette négociation ? Qu’est-ce qui va réellement changer par rapport à autrefois ? Le Royaume-Uni (et l’Union européenne) accéderont ainsi sans droit de douane et sans quotas au marché de l’autre partenaire. Les industriels installés au Royaume-Uni continueront ainsi de pouvoir commercer leurs productions en France et en Europe. Et personne ne parle du passeport financier que les établissements financiers anglais voulaient à tout prix conserver pour continuer à accéder au marché bancaire européen. Qu’est-ce que l’Europe a encore abandonné dans cette négociation ? 

 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/11/15/londres-accepte-de-reconnaitre-une-partie-de-la-regulation-financiere-europeenne_6059821_3234.html

Il ne faut pas non plus oublier de parler de la pêche, qui monopolisait tant les médias comme s’il s’agissait de la chose de la plus importante du monde, comme si on voulait occulter tout le reste des négociations, des compromis et des abandons européens dans cette négociation post-Brexit. 

 

Je crains que toutes ces négociations n’aient été qu’une gigantesque escroquerie, qu’il leur fallait conclure le plus tard possible, dans les dernières minutes de l’année 2020, comme pour bien montrer aux opinions publiques anglaises, françaises, et européennes que chaque partie avait négocié jusqu’au bout du suspens. Que l’on était passé très près d’une sortie sans accord ! Le même accord aurait été obtenu il y a 5 ou 6 mois qu’il aurait été étrillé par les journalistes et l’opinion publique, que chacune des deux parties, des parlements les aurait vraisemblablement rejeté estimant qu’un meilleur accord était possible. Mais présenté comme un cadeau de Noël, à une semaine de la date limite, comment pourrait-on rejeter cet accord ?

 

Une gigantesque escroquerie intellectuelle. Tu m’étonnes que Boris Johnson soit satisfait, les pouces en l’air, après la conclusion de cet accord.

 

 

Saucratès



25/12/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres