Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Réchauffement climatique et migrants : sommes-nous manipulés ?

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 11 août 2019

 

On nous parle tellement des risques et des méfaits du réchauffement climatique, à longueur de médias, à longueur d'émissions télévisées, à longueur de journaux ! Chaque année, nous sommes matraqués par des informations catastrophiques sur le fait qu'on enregistre à chaque fois les plus fortes températures moyennes sur le globe ! Chaque année, les sommets internationaux sur le climat sont l'occasion de publier les informations les plus sensationnelles, les plus catastrophiques. La puissance des médias leur permet de nous noyer sous ces informations. Chaque année, des pays, des organisations non gouvernementales, des sociétés de financement, profitent des sommets sur le climat pour essayer de se mettre en avant.

 

Pour l'une des dernières COP, qui s'était tenue à Paris, le Président Hollande, la présidente et le directeur général de l'Agence francaise de développement (AFD), leurs équipes de subalternes, avaient pour seule ambition, pour seul objectif, de déboucher sur un accord, contraignant, lors de la COP de Paris. Leur ambition personnelle. L'acmée de leur carrière internationale d'homme d'état, de hauts fonctionnaires. Le simple fait de pouvoir être l'endroit où un accord majeur sur le climat serait signé, le simple de pouvoir participer à la signature d'un tel accord, le simple fait de pouvoir  associer son nom à un tel accord majeur, en tant qu'homme politique, en tant que directeur général d'une société multilatérale de financement, serait considéré comme la consécration suprême. On se rappelle encore du premier sommet sur la Terre de Rio, ou bien de l'accord de Kyoto de 1997. Quel honneur pour ses personnes si elles pouvaient associer leur nom à un tel accord majeur. Mais il n'y eut pas d'accord majeur signé et contraignant à Paris. Il y eut bien sûr un petit accord signé à Paris ; l'honneur de la France et de ces illustres personnages était en jeu ... Leurs équivalents sur l'ensemble du monde font les mêmes calculs ; ils font tous le même calcul politique : arriver à faire signer l'accord du siècle dans leur COP. Et ils font tous le même calcul : ne surtout pas permettre la signautre d'un tel accord chez leurs voisins !

 

Une catastrophe climatique pointe donc si en on croit les médias et les annonciateurs de mauvais augure. Les grandes prêtresses médiatiques du changement climatique veillent particulièrement à ce que nous ne l'oublions pas. Et l'une des premières d'entre elles, Greta Thurnberg, qui se croit la représentante de tous les enfants occidentaux, qui parle d'elle-même à la troisième personne du singulier, va faire des discours dans à peu près tous les lieux les plus importants de la planete, en s'y rendant en train ou en bateau !

 

Les horribles climatosceptiques, les politiques amoraux qui comme Donald Trump, osent ne pas croire en la thèse du réchauffement climatique, sont traînés dans la boue mediatique. Parce qu'il est désormais de bon ton de croire qu'une catastrophe pointe son nez, que le réchauffement climatique est inéluctable, qu'un emballement du réchauffement climatique est imminent, et qu'il sera bientôt trop tard pour y mettre fin, que les océans risquent alors de remonter de plusieurs mètres dans les prochaines decennies, que les espèces animales seront incapables de s'adapter, et que des millions ou des milliards de réfugiés climatiques se jetteront sur les routes de l'exil ! Je ne crois pas avoir oublier quelque chose. Ou plutôt si, forcément, parce que ce qui nous attend est tellement catastrophique que les conséquences en seront démentielles. 

 

J'y ai cru à cette histoire du réchauffement climatique. Mes nombreux anciens écrits dans ce blog sont là pour en témoigner. Il y a certainement un impact de l'activité humaine sur le climat. Evidemment. Ce que je conteste, c'est l'acharnement médiatique actuellement en œuvre, de telle sorte que les opinions divergentes y sont caricaturées, niées, ridiculisées. Les positions de Donald Trump ou des climatosceptiques n'ont pas à être ignorées de cette manière ; elles n'ont peut-être aucun fondement scientifique et ne tiennent pas la route, mais encore faut-il le démontrer ! Au lieu de seulement les ridiculiser !

 

L'intelligence n'a jamais été aussi déniée au public que depuis l'avènement de la toute-puissance des médias. Les grands prêtres et les grandes prêtresses médiatiques, les spécialistes autodéclarés et les hauts fonctionnaires décident désormais de ce que l'on doit croire, faire, dire, penser !

 

Donc reprenons et discutons sans idées préconçues. Les rapports et les conclusions du GIEC sont-ils où sont-elles inattaquables ? Les manières de calculer de déterminer la temperature moyenne globale à l'échelle du globe sont-elles par ailleurs elles-aussi inattaquables, objectives, fiables ? Comment peut-on déclarer que 2019 serait à nouveau une des années les plus chaudes du siècle, ou de ces cent dernières années, alors que des vagues de froid sans précédent, des froids polaires, ont frappés cet hiver les Etats-Unis ? Les Etats-Unis ne sont certes pas le centre du monde, mais comment calcule-t-on la température moyenne à l'échelle globale ? Selon quelle méthodologie ? Un article interessant à lire des décodeurs du Monde, pour une fois interessantes, même s'ils participent à la manipulation médiatique sur de nombreux sujets, sous couvert d'objectivité :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/08/02/dereglement-climatique-les-cinq-critiques-recurrentes-adressees-au-giec_5495740_4355770.html

 

Ma deuxième interpellation portera sur le caractère catastrophique du réchauffement climatique actuel. Il y a douze mille ans débutait la fin de la dernière glaciation (dite de Würm) et le démarrage de la période interglaciaire que nous vivons aujourd'hui (correspondante à la période géologique dite Holocène). Les températures à l'échelle de l'Europe y sont remontées semblerait-il de l'ordre de dix degrés celcius. Les banquises qui recouvraient l'Europe notamment (et certainement ailleurs mais cette histoire m'échappent) ont peu à peu disparu et le niveau des océans est remonté de pres de 100 metres, isolant les îles britanniques du reste de l'Europe. Ces modifications climatiques ont dû s'étaler sur un millier d'années, au pire deux milliers d'années. En comparaison, le rechauffement climatique actuel fait office de petit incident de parcours. Pour quelles raisons le climat, la faune et la flore auraient-elles pu s'adapter à une remontée des températures d'une dizaine de degrés, à une montée des eaux d'une centaine de mètres, mais une hausse des températures de 2 ou 3 degrés et une montée des eaux de 1 à 2 mètres au cours des 80 prochaines annees seraient-elles une catastrophe climatique irréparable et jamais vu ? Cela ne me semble pas logique. Si la faune, la flore, et l'écosystème terrestre ont pu s'adapter à une telle remontée des températures et des océans, pour quelles raisons en serait-il différemment aujourd'hui ? Pour quelles raisons un risque d'emballement climatique de type vénusien est-il aujourd'hui mis en avant par les grands prêtres et les grandes prêtresses du catastrophisme ? L'emballement et le temps tres court ? Une remontée des eaux de 100 mètres en 1.000 ans correspond à une remontée des océans de 10 mètres par siecle, et une remontée des températures de 1 degré par siècle ! Le GIEC ne prévoit un rythme beaucoup plus rapide.

 

Evidemment, le problème des populations humaines est sans commune mesure. Nous sommes aujourd'hui 8 milliards d'humains sur Terre et une bonne partie de cette population vit dans les zones géographiques les plus impactées potentiellement. Il y a entre 11.700 ans et 10.000 ans de cela, la population humaine était vraisemblablement beaucoup plus restreinte. Cette période est peut-être à l'origine de certains de nos mythes, comme le déluge. Mais il était forcément plus simple pour les hommes et les femmes préhistoriques de fuire la montée des océans. Quelques guerres entre clans ont vraisemblablement dû également avoir lieu, entre autochtones et population migrante. Nous sommes juste aujourd'hui beaucoup trop nombreux sur Terre.

 

C'est également un point de manipulation médiatique. Les médias n'insistent pas sur les problèmes de surnatalité et de croissance de la population mondiale. Non, les médias, mais aussi les spécialistes et les experts autoproclamés aiment remettre en cause le mode de vie des occidentaux et de surconsommation. Pourtant, nous serions deux fois moins nombreux sur Terre que nous n'épuiserions pas les ressources terrestres, le jour du dépassement n'existerait pas ...

 

Heureusement que les médias ne devaient pas exister sur Terre il y a 11.700 ans et le millénaire qui a suivi. Sinon, les gros titres des journaux de l'époque aurait été rempli d'articles catastrophistes, d'images des immenses glaciers reculant, des océans montant, des températures montant en flèche et des animaux incapables de s'adapter à un tel réchauffement climatique ! Heureusement pour nous et pour la civilisation humaine ! Aujourd'hui, certains trouvent intelligents de pleurer sur les glaciers qui reculent, sur les derniers glaciers, voire à construire des murs pour protéger les glaciers et les banquises du réchauffement climatique ! Putain, qu'auraient-ils fait, ces bonnes âmes chafouines, il y a de cela 11.700 ans et les siècles suivants ? Ils eussent pleurer sur la banquise européenne qui disparaissait, et sur les mammouths qui mourraient ?

 

Dernier sujet de manipulation ; les migrants et les migrations des peuples africains qui se déversent sur l'Europe. Là aussi, il y a une manipulation des médias, des spécialistes et des experts autoproclamés. Pour quelle raison veut-on nous faire croire que les migrations climatiques sont une raison objective et acceptable de migration ? Que ces peuples doivent être acceptés chez nous, sur nos terres, dans nos États. Mais évidemment, ce sujet ne peut pas être évoqué. Les bonnes âmes européennes se battent donc pour sauver les migrants, les aider à traverser la Méditerranée, les accueillir et leur permettre de devenir citoyens europeens. Et les médias valorisent ces actions courageuses, parce que c'est vendeur, parce que cela donne d'eux une bonne image. Et les opinions adverses, contraires, y sont ridiculisées, comme d'habitude. 

 

 

Saucratès



11/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres