Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Les révélateurs d’une profonde crise de la démocratie en France

Les révélateurs d’une profonde crise de la démocratie en France

 

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de La Réunion, mercredi 30 mars 2022
 
La guerre en Ukraine et la fin de la présidence Macron sont les révélateurs d’une profonde crise de la démocratie en France. Une démocratie est par essence un État dans lequel il existe un socle de valeurs sur lesquelles la majeure partie des citoyens se reconnaissent. Une démocratie n’est pas seulement un régime politique dans lequel un certain nombre de droits, dont la liberté d’expression et la liberté d’opinion, existent. Non, c’est aussi et surtout un pays dans lequel il existe un certain consensus sur un certain nombre de sujets primordiaux, dont fait partie la reconnaissance de la liberté d’opinion, d’expression et de s’informer.

 

Et ce sont ces droits, ce consensus, qui sont petit à petit en train de s’étioler en France sous la présidence Macron, ainsi que sous son prédécesseur. Alors que jamais les idées de droite n’ont aussi largement dominé l’opinion publique, il y a une telle cristallisation autour du président Macron et de la politique de son gouvernement que plusieurs France s’affrontent les unes contre les autres, sous l’œil goguenard des adeptes du président Macron qui attisent l’incendie qui couve, opposant français contre français, ressemblant à une guerre civile qui ne dit pas son nom, gilets jaunes contre les anti-gilets jaunes, vaccinés contre les non-vaccinés, hommes contre femmes et français contre étrangers.

 

Et au milieu de cette tempête, face à ce silence médiatique, face à des médias qui se contentent de répandre les messages et les mensonges gouvernementaux sur la pandémie, sur les bienfaits de la vaccination, sur l’immense générosité du gouvernement Macron, sur le courage exemplaire, l’action héroïque du président Macron face au sinistre Dark Poutine, le peuple se trouve perdu, interdit de s’exprimer, interdit de s’informer librement, interdit d’être informé autrement que par les mensonges et les manipulations médiatiques dictés par ce gouvernement et son président.

 

Évidemment, il se pourrait que rien de tout cela ne soit manipulation, que l’attaque de l’Ukraine par Poutine soit injustifiable, que les sanctions contre le régime russe soient justifiées … mais on ne peut plus y croire. 
 

C’est parce que la possibilité de s’informer, de voir expliquer les raisons de cette méfiance, sont interdites, nous sont niées, que la méfiance envers le déluge médiatique d’informations est aussi fort, aussi large dans l’opinion publique. C’est parce qu’aucun média n’accepte désormais de représenter les français, ceux qui doutent, ceux qui s’interrogent, ceux qui s’insurgent contre la vie chère, contre les fins de mois difficiles, contre les politiques injustes, que ces mêmes français sont aussi méfiants, aussi désespérés. 1789 nous rappelle qu’il n’y a pas plus dangereux qu’un peuple qui ne croit plus en son roi, en son régime politique.

 

La crise des gilets jaunes, les événements du saccage de l’Arc de triomphe aurait dû conduire à la prise d’assaut du palais de l’Elysée et à la mise à bas de son occupant. Il n’en a rien été. Mais maintenant, deux ou trois ans plus tard, le sentiment de colère du peuple n’est-il pas encore plus fort ? Les nouvelles divisions entre vaccinés et non-vaccinés, les mesures de confinement et de bâillonnement des français ont-elles fait disparaître cette colère ou bien au contraire l’ont-elles encore exacerbée ?

 

Alors effectivement, cette rage et cette méfiance face à ces gouvernement et aux médias peuvent conduire nombre d’entre nous à soutenir Poutine et l’offensive russe, à acclamer des dictatures comme le Venezuela ou d’autres. Ceux que nos dirigeants attaquent, ceux que les médias noircissent à longueur de journaux, ne peuvent être que de courageux combattants. Après tout, ne dit-on pas que les ennemis de nos ennemis sont nos amis !

 

Qui ne s’étonne pas que le président ukrainien puisse s’exprimer devant le parlement français, le parlement européen, la Knesset israélienne pour les exhorter à agir, à intervenir en Ukraine, ou à intégrer l’Ukraine à l’Union européenne ? Qui ne s’étonne pas que des dirigeants ukrainiens ou des responsables diplomatiques ukrainiens puissent lancer des fatwas, des appels au boycott contre des entreprises francaises ou européennes, et que les médias, les médias sociaux puissent donner une telle visibilité à ces déclarations dont la légitimité n’est pas seulement totalement insignifiante, mais complètement nulle. Et pourtant, les médias les relèvent, s’en font l’écho ! Mais par qui sont-ils payés, par qui sont-ils instrumentalisés, pour se faire à ce point-là l’écho de telles inepties ?

 

Le Monde peut publier des articles sur le scandale des dépenses des cabinets d’expertise comme Mac Kinsey du gouvernement Macron et de leurs préconisations. Mais au fond, le mal est fait, il est profond. Où s’arrête l’influence des cabinets d’expertise comme Mc Kinsey ? N’ont-ils déjà pas envahi l’ensemble de l’Etat français et de la presse ? Y a-t-il encore seulement une possibilité en France de combattre l’omnipotence de ces médias, de ces consultants, des adeptes de la Macronie, de la pensée unique, du nouveau monde de la nouvelle politique ?

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/03/29/mckinsey-et-macron-le-vrai-et-le-faux-sur-la-polemique_6119680_4355770.html

 

C’est donc cela le nouveau monde de la nouvelle politique ? Une race de leaders qui ne peuvent plus sortir dans les rues, dans le monde réel, sans risquer de se faire agresser, de se faire entartrer, baffer, frapper par des millions de français qui ne supportent plus leur président, leurs députés et les journalistes des médias qui relaient de manière incessante la litanie de leurs manipulations. Surprise : Jean Lassale peut toujours prendre des bains de foule, aller à la rencontre des français, comme François Bayrou avant lui, mais ni Macron ni aucun des membres hautains de son gouvernement. Quand les gouvernants ont peur du peuple, le pire n’est plus loin !

 

 

Saucratès

 

 

Nota : Et pourtant, le président Macron accuse aujourd’hui l’extrême droite de chercher à diviser les français. N’y a-t-il pas là une sacrée inversion des rôles et des responsabilités de chacun dans une telle accusation :

 

«… M. Macron a estimé qu’il n’y avait que deux forces principales dans le pays : les progressistes et les populistes. Il y a très clairement une force politique qui regroupe, qui est celle du rassemblement, pour l’unité du pays derrière les valeurs de la République, avec des femmes et des hommes qui viennent de la gauche, du centre, de la droite (…) et il y a l’extrême droite, qui est toujours là. Et qui, face à nous, est toujours portée par un clan et veut la division …».

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/03/28/emmanuel-macron-riposte-apres-le-meeting-d-eric-zemmour-et-evoque-son-indignite_6119528_823448.html



30/03/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres