Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

France, pays d’interdictions

France, pays d’interdictions
Par Saucratès 


La France est un pays d’interdictions, ou plutôt d’obligations assorties d’amendes. On est ainsi l’un des rares pays d’Europe et du monde (si on oublie la Chine et les United States of America de Biden) à avoir rendu obligatoire la vaccination contre le Covid 19, à moins d’être totalement exclu de la vie publique. Interdit de cinéma, de restaurant, de bar, d’exposition, même lorsqu’elles se tiennent dans des églises ... interdiction de travailler dans certains métiers de réception du public ou professions de santé, et bientôt interdiction d’apprendre ou de se former ...

 

La France confond allègrement les interdictions, les obligations et le respect de la santé et de la sécurité des personnes. L’obligation du port du masque est une autre obligation sous peine de sanction, merveilleuse trouvaille ressuscitée des années 1919 de grippe espagnole, mais pourquoi est-il si nécessaire d’utiliser la menace de la sanction. Pourquoi le pouvoir a-t-il si peu confiance dans le peuple français qu’il se sente obligé d’imposer l’obligation et la menace de la sanction ?

 

L’exemple de la route et de la circulation automobile est le grand argument de nos amis pro-vaccins quant à la nécessité de limiter nos libertés. Nos amis pro-vaccins adorent si les stops et les limitations de vitesse, nécessaires à notre sécurité selon eux. Mais mon fils Nicolas me demandait ce matin la raison du A d’apprenti que doivent porter a l’arrière de leurs véhicules les jeunes chauffeurs de moins de trois ans. Voilà encore une obligation à la Con ! Si un jeune chauffeur ne porte pas son A au cul, il écopera d’une amende. À quoi sert donc ce A ? Les protègent-ils ? Non. Quand vous voyez un automobiliste qui conduit comme un pied, vous pensez juste qu’il conduit comme un pied. Mais si il a un A au cul, vous envisagez déjà à l’avance qu’il ne sait pas conduire et qu'il faut le dépasser le plus vite possible ! Ou que vous pouvez l’insulter. Mais ce non respect de l’affichage du A vaudra à un jeune conducteur pris en faite sans son A une amende dissuasive.

 

La France est la championne de ces idioties, de ces obligations idiotes et stupides, tout ceci pour la sécurité (malgré eux) des français. Aujourd’hui, depuis les gilets jaunes, on sait qu’il est interdit de manifester en France. On n’est autorisé de manifester que si on prévient les autorités du trajet et des moyens de contrôle de la manifestation pris par les organisateurs ! 

Et nos chères députées LREM ont eu l’extrêmement bonne idée de proposer un nouveau texte interdisant les thérapies de conversion des homosexuels. C’est clair, il manquait encore quelques interdictions en France ! 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/10/05/therapies-de-conversion-des-homosexuels-que-changera-la-creation-d-un-nouveau-delit_6097141_4355770.html

 

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/10/03/on-a-vraiment-l-impression-qu-on-va-finir-maudite-en-enfer-stephanie-b-a-subi-une-therapie-de-conversion-pour-guerir-de-son-homosexualite_6096932_4500055.html


On tombe ici en plein débat philosophique. À l’heure des mouvements de pression LGBTQ+, il est de très mauvais ton de dire que l’homosexualité est un dérèglement de la personnalité. Non, l’homosexualité, qui n’est pas encore devenue la norme sexuelle (mais cela ne saurait tarder), est considérée par les mouvements LGBTQ+ comme une simple remise en cause du genre. Et ce projet de loi vise à criminaliser toute autre opinion de l’homosexualité, ou trouble du genre, et à interdire que des parents, des amis, des homosexuels, puissent chercher à faire guérir, ou à se guérir, de cette forme de souffrance. Dire cela me fait probablement tomber sous le joug de cette loi ou d’une autre. On ne guérit que d’une maladie.

 

Vive la répression. Vive les interdictions. Et le plus triste, c’est que ceux qui pondent ces lois liberticides sont les premiers à se présenter comme libéraux. Et ceux qui pondent ses lois sont aussi ceux qui soit ont écrit en 1968 «il est interdit d’interdire», soit se réclament de ce mouvement de mai 1968. Quelle tristesse ! Tous ces journalistes se taisent, véhiculent justement ces opinions visant à criminaliser toutes les opinions qui ne se sont pas conformes à leur doxa libérale ! N’est interdit que ce qui défend des valeurs contraires à leurs propres normes.

 

 

Saucratès 



09/10/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres