Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Aberrations


Aberrations (5)

Réflexion cinquante (8 décembre 2018)
Retour sur l'affaire Hulot


Je vais faire un petit détour loin de l'actualité des gilets jaunes, que ce soit en France ou à La Réunion. Un petit retour sur Monseigneur Hulot. Relire ou retomber sur ses anciens écrits a quelque chose d'amusant voire d'exaltant. On se rappelle tous la démission récente, à la fin de cet été, de Nicolas Hulot du ministère de l'écologie et du développement durable. On se rappelle ainsi facilement que Nicolas Hulot avait rejoint la macronie victorieuse apres la victoire aux législatives de 2017 de La République en Marche ! Mais je ne me souvenais pas de cet épisode de juillet 2011, et de l'affaire de la désignation du candidat des verts pour l'élection présidentielle de 2012.

 

Nicolas Hulot n'est que l'ancien animateur de télévision d'une vieille émission télévisuelle qui était intitulée «Ushuaia» , dans les années 1990, et qui lui avait permis de s'ériger en protecteur de l'environnement. En juin-juillet 2011, il brigue l'investiture du parti écologiste face à Eva Joly, députée européenne et ancienne magistrate. Le 3 juillet, alors que le second tour de l'investiture écologiste bat son plein, Nicolas Hulot assure devant de nombreux journaux qu'en cas de défaite, il s'engage à ne pas se rapprocher d'un autre candidat (c'est quand même le minimum il me semble !!!).

 

Nicolas Hulot avait pourtant finalement été battu par Eva Joly qui a été désignée par Europe Ecologie pour la présidentielle de 2012. Une fois battu, Nicolas Hulot réglera ses comptes avec les écologistes par presse interposée, en se plaignant d'avoir été trahi, et qu'on ne l'ait pas désigné comme candidat alors qu'on lui avait dit qu'il était le meilleur candidat possible ! Je veux bien de la démocratie, mais seulement si on fait dire ce que je veux à la foule ! Dans cet article, il se demande notamment s'il faut un diplôme de psychologie pour arriver à comprendre les écologistes ...
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/28/nicolas-hulot-accuse-les-ecologistes-de-lui-avoir-complique-la-tache_1553910_823448.html

 

Et voilà qu'en 2017, six ans plus tard, à l'élection présidentielle suivante, Nicolas Hulot n'est plus aux côtés des écologistes mais auprès de Macron, et qu'il deviendra de manière éphémère l'une de ses principales prises de guerre et de ses principales réussites d´ouvertures à la société civile ... Autant que l'on puisse parler de société civile en parlant d'un type ayant rêvé toute sa vie de devenir candidat à l'élection présidentielle (je ne dis pas président de la republique comme avait pu le rêver Nicolas Sarkozy en se rasant le matin, ou bien Emmanuel Macron) et ayant brigué l'investiture d'un Parti politique.

 

Comment se fait-il que les médias soient à ce point incapables de donner de la profondeur, de rappeler les incartades précédentes des hommes politiques qui se présentent au suffrage des électeurs ou qui s'affichent comme des soutiens d'autres candidats ? Par cette puissance d'être capable de se souvenir et de restituer les échanges, les prises de parole, les interviews du passé, les journaux et les médias pourraient être les veilleurs de notre monde, contre les ambitieux et les opportunistes qui foisonnent en politique ! Mais les médias ne remplissent ce rôle que contre une minorité des hommes et femmes politiques, essentiellement ceux de la famille Le Pen (Le Pen ne pouvait pas apparaitre dans un média sans que l'on ressorte les Dufour à chaux) ou ceux du Parti politique du Front National.. Mais pour tous les autres, les médias se taisent dans un silence assourdissant ! Ils peuvent passer à droite, à gauche, chez les écologistes, au centre, cela ne semble pas perturber plus que cela les journalistes !

 

Et pourtant, les foules étant par nature aveugles, et ayant pu moi-même totalement oublier cette histoire alors même que j'ai écrit un article à ce sujet, ce devoir de mémoire passe nécessairement par le rôle des médias. À eux de faire acte de mémoire. Il est dommage que les journalistes s'en gardent bien.

 

Nicolas Hulot est donc un opportuniste de première, un mauvais perdant évidemment comme l'affaire de juillet 2011 nous l'avait enseigné. Cela me rappelle la chanson de Dutronc, qui somme toute va comme un gant à l'ami pseudo écologiste Nicolas Hulot : «l'opportuniste» ! « J'ai tellement retourné ma veste qu'elle craque de tout coté. La prochaine fois, je retourne mon pantalon. » Gageons qu'Hulot ne va pas tarder à retourner son pantalon !

 

 

Réflexion quarante-neuf (31 août 2012)
Retour sur l'assassinat de Rachel Corrie par l'armée israélienne ... Parce qu'il y a des actes atroces dont il faut se souvenir et qui devraient être jugés un jour. Et les coupables condamnés.

 

Le 16 mars 2003, à la frontière de Gaza, à Rafah, Rachel Corrie et d'autres militants pacifistes tentaient une nouvelle fois de s’opposer pacifiquement à des démolitions conduits par l'armée israëlienne. Alors qu'elle était assise dans la trajectoire d'un bulldozer, elle sera recouverte de terre puis écrasée par un bulldozer Caterpillar D9 de l'armée israélienne, devant ses camarades. Elle était âgée de 23 ans. La version de l'armée israëlienne de cet assassinat est différente, démentant la documentation photographique des témoins ... Selon l'armée israëlienne, le conducteur de l’engin ne l’aurait pas vue, car elle se trouvait dans un 'angle mort'. La BBC a produit un documentaire intitulé 'When killing is easy' qui soutient la version selon laquelle Rachel Corrie aurait été tuée volontairement par l'armée israélienne.


Se souvenir également que l'un des bateaux de la flotille de Gaza, parmi ceux qui voulaient défier le blocus israëlien des territoires palestiniens, portait son nom !

Neuf ans après les faits, sept ans après que ses parents aient porté plainte contre l'état d'Israël pour cet assassinat, un tribunal israëlien, présidé par le juge Oded Gershon,  a rejeté mardi 28 août 2012 la plainte de ses parents. «Le juge a ainsi estimé que l'Etat israélien n'était pas responsable des dommages causés dans la mesure où ils s'étaient produits en temps de guerre. Je suis parvenu à la conclusion qu'il n'y a pas eu de négligence de la part du conducteur du bulldozer, a-t-il affirmé, en qualifiant la mort de Rachel Corrie d'incident regrettable».

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/08/28/l-etat-israelien-exonere-de-la-mort-d-une-pacifiste-americaine_1752135_3218.html

 

Je ne sais pas ce qu'il faut à la justice israëlienne pour reconnaître qu'il y a eu assassinat volontaire. «... Habillée d'un gilet orange fluo et armée d'un haut-parleur, Rachel Corrie bataille pendant deux heures avec les autres volontaires pour tenter d'empêcher l'avancée d'un bulldozer. Rachel a tenu tête au bulldozer seule parce qu'elle connaissait cette famille et parce qu'elle pensait que son action était juste. S'approchant de plus en plus de Rachel, le bulldozer a commencé à pousser la terre sous ses pieds. A quatre pattes, elle essayait de rester au sommet de la pile qui ne cessait de monter. A un moment elle s'est retrouvée assez haut, presque sur la pelle. Suffisamment près pour que le conducteur puisse la regarder dans les yeux. Puis elle a commencé à s'enfoncer, avalée dans la terre sous la pelle du bulldozer. Le bulldozer n'a pas ralenti, ne s'est pas arrêté. Il a continué à avancer, pelle au niveau du sol, jusqu'à lui passer sur tout le corps. Alors il s'est mis en marche arrière, la pelle toujours au sol, et lui est repassé dessus, poursuit Dreg Sha.

 

Rachel gisait sur le sol, tordue de douleur et à moitié enterrée. Sa lèvre supérieure déchirée saignait abondamment. Elle ne put que dire 'je me suis cassé le dos'. Après ça elle n'arriva plus à dire son nom ni même à parler. (...) Mais on pouvait voir son état se détériorer rapidement. Des signes indiquant une hémorragie interne à la tête apparurent bientôt. Après environ un quart d'heure des brancardiers sont arrivés et l'ont emmenée à l'hôpital, raconte Dreg Sha. Rachel Corrie est morte des suites de ses blessures à l'hôpital». Manifestement, les bulldozers israëliens ont des angles morts à de drôles d'endroits, vraisemblablement pour éviter de regarder toutes les atrocités qu'ils commettent !


Cette histoire est atroce, infâme. Dire que ces gens vivent/dorment tranquillement malgré toutes ces morts, que ce militaire ne regrette même pas ce meurtre ! Par ailleurs, pour une américaine tuée pour laquelle ses parents leur font un procès, combien de palestiniens ont également été assassinés sans aucune publicité ? Et certains osent avancer qu'Israël est une démocratie ! Ce nouvel exemple démontre une nouvelle fois qu'Israël est bien au contraire plutôt un état militaire et policier pratiquant la discrimination raciale et l'assassinat de ceux qui ne sont pas juifs ou en opposition avec ses positions. Neuf années après ces faits, Israël continue toujours sa politique terroriste envers les palestiniens, niant les droits des palestiniens à avoir un état indépendant et souverain comme initialement prévu à la création d'Israël et de la Palestine ...


Lire également la très belle histoire racontée par Noami Klein, journaliste (canadienne sauf erreur de ma part), auteure de 'No Logo' et de 'La stratégie du choc', sur les histoires de Jessica Lynch, soldate américaine, et Rachel Corrie, pacifiste américaine au lien suivant ... Elle nous rappelle que d'autres occidentaux ou membres de l'ISM avaient également été assassinés après Rachel Corrie par l'armée israëlienne, comme Brian Avery (24 ans), le 5 avril 2008, Tom Hurndall, militant britannique d’ISM, le 11 avril 2008, ou James Miller, caméraman britannique.

 

Et enfin, le beau site in mémoriam de Rachel Corrie ... J'ai lu quelques-uns des mels qu'elle échangea avec sa famille tels qu'ils ont été publié par le Guardian ...

http://www.rachelcorrie.org/

 

(j'ai déjà cité une partie de ces sources et cette histoire en octobre 2008)

http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2047528-aberrations__2_.html

 

 

Réflexion quarante-huit (31 juillet 2011)
L'affaire Hulot chez Europe Ecologie Les Verts


Début de ce mois de juillet, Nicolas Hulot, ancien animateur de télévision, autrefois présentateur de l'émission Ushaïa et défenseur de l'environnement, brigue l'investiture du parti écologiste face à Eva Joly, députée européenne et ancienne magistrate. Le 3 juillet, alors que le second tour de l'investiture écologiste bat son plein, Nicolas Hulot assure devant de nombreux journaux qu'en cas de défaite, il s'engage à ne pas se rapprocher d'un autre candidat.

http://www.lepoint.fr/politique/hulot-je-ne-rejoindrai-pas-un-autre-candidat-03-07-2011-1348661_20.php

Nicolas Hulot a finalement été battu par Eva Joly qui est désignée par Europe Ecologie pour la prochaine présidentielle de 2012. Ce vendredi, Nicolas Hulot réglait ses comptes avec les écologistes par presse interposée, en se plaignant d'avoir été trahi, et qu'on ne l'ait pas désigné comme candidat alors qu'on lui avait dit qu'il était le meilleur candidat possible ! Je veux bien de la démocratie, mais seulement si on fait dire ce que je veux à la foule ! Il semble avoir trop fréquenté Nicolas Sarkozy ! 
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/28/nicolas-hulot-accuse-les-ecologistes-de-lui-avoir-complique-la-tache_1553910_823448.html

 

Nicolas Hulot dans cet article passe simplement pour un mauvais perdant, et repart dans les atermoiements de la précédente élection présidentielle qui l'avait conduit à présenter un pacte écologiste qu'il avait proposé à tous les hommes politiques, et qui l'avait conduit à se rapprocher notamment de Nicolas Sarkozy. Dans cet article, il se demande notamment s'il faut un diplôme de psychologie pour arriver à comprendre les écologistes ...

 

Dans l'article de ce jour, Hulot le mauvais perdant envisage désormais de quitter Europe Ecologie, coupables de ne pas l'avoir choisi ... Pour rallier un autre candidat ? L'avenir nous le dira. Mais il est particulièrement indigne d'agir comme cela, simplement parce que l'on a été battu démocratiquement, comme si la seule chose que l'on recherchait, que Hulot le mauvais perdant voulait, c'était une investiture présidentielle ! Les écologistes ont bien fait de ne pas le choisir !
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/30/nicolas-hulot-envisagerait-de-quitter-europe-ecologie-les-verts_1554564_823448.html

 

 

Réflexion quarante-sept (14 mars 2011)
L'absence d'humanité des élus UMP ... L'affaire du licenciement d'une directrice générale d'un office HLM après un cancer ...


Elle s'appelle Brigitte Brevan. Agée de 49 ans, elle sort d'un cancer du sein qui l'a frappé en décembre 2008. Opérations, chimiothérapies ... Elle qui avait été nommée en 2008 directrice générale de Confluence Habitat, l'office HLM de Montereau-Fault-Yonne en Seine-et-Marne, dont le président est l'ancien ministre de l'outre-mer Yves Yégo, et maire de la ville (après y être entrée en 2002 comme responsable financière.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/03/14/la-directrice-de-l-office-hlm-de-la-ville-d-yves-jego-licenciee-apres-son-cancer_1487653_3224.html

 

Jusqu'en décembre 2008, tout va bien pour elle. Elle prend sa carte à l'UMP après qu'on lui ait fait remarquer que ce serait bien vu ... Mais elle doit s'arrêter le 1er juillet 2009 pour combattre sa maladie et se reposer. Le conseil d'administration de l'office HLM nomme un proche d'Yves Jégo (Jean-Philippe Sudre) pour la remplacer. Le 22 juillet 2009, le conseil d'administration, sur proposition d'Yves Jégo, déclasse Brigitte Brevan en directrice générale adjointe alors qu'elle est censée reprendre son poste début septembre. Elle ne reprendra finalement son poste que début juillet 2010, subissant des faits de harcellement moral ... à l'inspection du travail et le parquet de Fontainebleau ouvre une enquête préliminaire. Le 13 septembre 2010, elle est convoquée pour un entretien préalable à licenciement, pour motif de suppression de poste pour économies (ce qui n'empêche pas apparemment l'office HLM au même moment d'effectuer trois nouveaux recrutements au même moment).

 

Drôle d'image donnée de l'UMP et de ses principaux responsables politiques ! Des hommes comme Yves Jégo n'hésiterait donc pas à placardiser des hommes ou des femmes, victimes de maladie aussi graves que des cancers du sein, pour placer leurs amis à des postes de directeur général ! Il ne faut donc pas être malade devant eux ! Gare aux faibles et aux blessés ! Yves Jégo et ses homologues ne seraient-ils rien d'autres que des prédateurs attirés par l'odeur du sang, de la mort et de la maladie, prêts à abréger les souffrances de ceux qui les entourent et les servent, prêts à sacrifier tous ceux qui ne les serviront pas suffisamment efficacement ?

Ce n'est évidemment pas très surprenant d'un parti politique comme l'UMP, avec son idéologie ultra-libérale pourrie. Ni d'hommes politiques qui n'hésitent pas pour la plupart à se séparer de leurs épouses un peu trop âgées, un peu trop usées et pas assez 'people' à leur goût pour plaire à leur chef ... Et ce sont à des salauds comme Yves Jégo ou Eric Besson que des électeurs et des électrices confient leurs suffrages ??? 


Saucratès


Mes écrits précédents en matière d'aberrations ...
1.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2046727-aberrations__1_.html

2.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2047528-aberrations__2_.html

3.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2047533-aberrations__3_.html
4.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2047557-aberrations__4_.html


14/03/2011
0 Poster un commentaire

Aberrations (4)

 

Réflexion quarante-six (3 septembre 2010)
L'affaire des Quick Halal en France ... Ou de la limite nécessaire à apporter à la liberté d'entreprendre et à la course au profit ...


Pour quelles raisons le fait que la chaîne de restauration rapide Quick, dont l'actionnaire majoritaire est la Caisse des Dépôts et Consignations, transforme en France une partie de ces restaurants en restaurants Halal, pose-t-il autant problème à une partie de sa clientèle ?

Je ne cacherais pas que la décision de Quick de généraliser l'expérience Halal dans une grande partie de ses installations me gêne énormément, et que dorénavant, je ne mettrais plus les pieds dans un restaurant Quick, qu'il soit Halal ou non, pour cette raison, et que j'aimerais qu'un nombre de français catholiques, non musulmans, fassent comme moi. J'appelle sans réserve à un boycott de la marque Quick (même si ce sont mes restaurants rapides préférés et que c'est très agréable en famille avec de jeunes enfants) parce que cette forme de recherche exacerbée du profit, le désir d'occuper un nouveau marché, en faisant fi de sa clientèle traditionnelle, m'est insupportable.

Pourtant, je n'ai rien contre les restaurants Halal même si je n'y met pas souvent les pieds. En tant que chrétien, il est normal que le fait de manger dans un restaurant Halal ne m'attire pas. Mais de la même manière, il ne me viendrait pas à l'idée de manger un couscous ou un tagine dans un restaurant autre qu'un marocain, tunisien ou algérien, et il m'est alors absolument indifférent qu'il s'agisse d'un restaurant Halal. Je fais partie de ces personnes qui estiment qu'il convient de ne manger un plat que lorsque c'est la spécialité du restaurant (un cari dans un restaurant réunionnais, un poulet yassa dans un restaurant sénégalais, une entrecôte dans une brasserie, des crêpes dans une crêperie bretonne ...).

De la même manière, le fait qu'il existe des chaînes de restauration Halal ne me gêne pas, à partir du moment où ses restaurants sont estampillés de cette manière, en direction d'une clientèle particulière. Ce qui me gêne en fait dans l'histoire des restaurants Quick, ce n'est pas tant qu'il s'agisse d'une ethnicisation de la clientèle d'une chaîne de fast food, mais au contraire, qu'il s'agisse d'une opération visant à brouiller les lignes, à faire consommer du Halal à des consommateurs non musulmans sans qu'ils aient le choix ni même parfois sans qu'ils en aient connaissance.

Ce qui me gêne dans cette opération, et qui me conduit à demander un boycott des restaurants Quick, quels qu'ils soient, c'est qu'il s'agisse d'une opération purement commerciale et capitaliste, que les dirigeants de Quick croient sans aucun risque. Ils imaginent pouvoir capter une nouvelle clientèle musulmane grâce à l'estampillage de leurs restaurants comme Halal, sans que leur clientèle traditionnelle européenne et non musulmane ne moufte ni ne réagisse ... Je ne suis pas certain que nombre d'entre nous mettront en pratique leur menace de boycott, mais si nous ne faisons rien, il est à craindre que de plus en plus de marques se mettront sur ce créneau, nous forçant à manger dorénavant de la viande Halal ...
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/17/quick-teste-les-hamburgers-halal-dans-huit-restaurants_1307527_3224.html
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/09/01/imposer-le-halal-est-contraire-a-la-laicite-affirment-des-deputes-ump_1405574_3224.html
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/08/31/quatorze-restaurants-quick-deviennent-halals_1404663_3224.html

 

 

Réflexion quarante-cinq (22 juillet 2010)
Sans oublier la plainte pour meurtre déposée par la compagne de Karim Boudouda ...


Elle ne manque pas d'air, la compagne de Karim Boudouda, mère d'un bambino de 11 mois, ce braqueur de casino, ce voleur à arme lourde, déjà condamné trois fois à la prison, tué après son braquage réussi par la police, après avoir ouvert le feu sur la police qui le poursuivait. Il est mort, et elle veut, comme la mère de ce type, faire ouvrir une enquête sur les circonstances de sa mort. Il eut peut-être mieux valu qu'elles s'intéressent quelques jours avant aux actions de Karim Boudouda, et qu'elles le remettent dans le droit chemin, l'éloignent du grand banditisme, des armes lourdes, de la mort qu'il menaçait de donner à des innocents et qu'il poursuivait.

Ce serait plutôt aux employés qu'il a braqué à l'arme lourde de porter plainte en justice contre Karim Boudouda et sa famille, dont il n'est pas dit, sauf erreur de ma part, qu'ils ignoraient les agissements de leur fils-frère-soeur-compagnon. Il est quand même invraisemblable d'assister à ce genre de péripéties. Jusqu'à preuve du contraire, on peut quand même être aujourd'hui certain que Karim Boudouda ne récidivera plus et que quelques personnes pourront désormais dormir un peu plus tranquilles.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/07/21/la-compagne-du-braqueur-d-uriage-porte-plainte-pour-meurtre_1390813_3224.html


Réflexion quarante-quatre (16 juillet 2010)
Légion d'honneur - Les voyages élyséens - Agence de notation chinoise ... Les dessous de la politique ...


1) Les promus de l'ordre de la Légion d'honneur ... Des difficultés de mesurer ce que l'on entend par mérite au titre de la Nation !


Les nominations au titre de la Légion d'honneur faites par Eric Woerth, en tant que ministre du budget, en charge de la lutte contre le blanchiment et les exilés fiscaux, au bénéfice de Patrice de Maistre, gérant de fortune, et de Robert Peugeot, grand dirigeant capitaliste français, avaient mis en exergue le fait que la Légion d'honneur était plus une reconnaissance d'une certaine position sociale, octroyée aux riches et aux puissants de notre société, à des amis proches, plutôt que le signe d'une réelle reconnaissance d'une activité extraordinaire réalisée au nom de la Nation française.

Les nouvelles nominations à l'occasion du 14 juillet 2010 ne font que conforter cette impression. Il est consternant d'observer que plusieurs proches du président Nicolas Sarkozy font partie de cette promotion :
- Martin Bouygues, le PDG du groupe de construction, de médias et de télécommunications, témoin du deuxième mariage du président et parrain de son plus jeune fils, élevé au grade d'officier.
- François Pérol, ancien conseiller du chef de l'Etat porté en 2009 à la tête du groupe Banque populaire-Caisse d'épargne, élevé au rang de chevalier.
- Emmanuelle Mignon, ancienne directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, aussi élevée au grade de chevalier.

On y trouve aussi son lot de chefs d'entreprise et de capitalistes, amis du pouvoir en place :
- Jean-François Dehecq, président d'honneur du groupe pharmaceutique Sanofi-Aventis, promu grand officier.
- Alain Juillet, ancien responsable de l'intelligence économique, élevé au grade de commandeur.
- Bertrand Collomb, ancien patron de Lafarge, leader mondial des matériaux de construction, également élevé au grade de commandeur.

Je suis désolé. Si la nomination à la dignité de grand-croix du résistant Raymond Aubrac ainsi que l'historien Jean Favier, spécialiste de Napoléon, ou à la dignité de grands officiers du compagnon de la Libération Jean-Louis Crémieux-Brilhac, ou du philosophe et académicien Michel Serres ne me posent aucun problème de conscience, car ces gens ont notamment servi leur patrie au péril de leur vie ou participent au rayonnement de la culture française ou de la connaissance de l'histoire, je ne vois pas ce que peuvent apporter des patrons de grands groupes d'entreprises, qui délocalisent à tour de bras, qui maintiennent leurs salariés dans des conditions de travail et de rémunération lamentables et sont rémunérés en proportion des bénéfices gigantesques qu'ils procurent à leurs actionnaires. Et il faut en plus leur remettre l'ordre de la Légion d'honneur.

Les délégués syndicaux qui défendent tous les jours les droits bafoués des salariés de leurs entreprises méritent mille fois plus qu'eux de recevoir une telle décoration. Mais évidemment, ceux-ci ne sont pas les amis des politiques qui occupent aujourd'hui l'Elysée et le gouvernement, et n'appartiennent pas au Gotha mondain.

Consternant !
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/07/14/legion-d-honneur-aubrac-bouygues-perol-adjani-bolling-parmi-les-promus_1387999_3224.html

2) Autres petites nouvelles

Il y a aussi les coûts des déplacements présidentiels qui sont mis en lumière par la Cour des comptes (même sans Philippe Seguin, celle-ci continue de s'attaquer au gentil chevalier blanc de l'Elysée ... Les méchants ! 22 millions d'euros de déplacements présidentiels, c'est quand même beaucoup ! Pour l'exemple, la délégation française pour l'assemblée générale des Nations unies à New York, du 21 au 24 septembre, comprenait 132 personnes sans compter les 31 membres de l'équipage des trois avions dont l'hébergement et la restauration ont été payés par la présidence. Coût total : 1 145 279 euros.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/07/15/la-cour-des-comptes-s-attarde-sur-le-cout-des-deplacements-presidentiels_1388178_823448.html

Putain, 132 personnes, c'est quand même beaucoup ... Et il faisait quoi, ses 131 autres personnes à New York ? Faut pas déconner ! C'est clairement pas la crise pour tout le monde ...

Et enfin, pour finir, on nous annonce la création d'une nouvelle agence de notation chinoise (Dagong Global Credit Rating), qui évidemment a mis des mauvaises notes (mais pas trop mauvaises pour ne pas paraître trop suspecte) à tous les méchants pays capitalistes occidentaux ... Comme ça, dans quelques années, ils vont pouvoir dégrader fortement les notes des pays occidentaux pour mettre à bas le capitalisme ... Tout cela sur la base paraît-il d'une méthode qui aboutit à une vision plus réaliste des forces en présence, davantage attachée à la capacité des Etats à rembourser leurs dettes. Dagong semble vouloir répondre à cette ambition, assurant qu'elle entend recourir à des méthodes qui ne sont pas affectées par l'idéologie.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/07/15/une-agence-de-notation-chinoise-abaisse-la-note-de-la-france_1388089_3234.html

Résultat : La France est cotée AA- (en recul de trois rangs par rapport aux notations des autres agences ionternationales) comme la Grande-Bretagne, les Etats-Unis sont cotés AA, la Belgique, l'Espagne et l'Italie A-, comme la Malaisie. La Chine, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Canada sont cotés AA+ et la Norvège, le Danemark, la Suisse, Singapour, l'Australie et la Nouvelle-Zélande obtiennent la meilleure note AAA ...

Réflexion quarante-trois (23 juin 2010)
Aberrations, erreurs ou tartufferies ?...

1) Le procès Kerviel

L'ex-trader est accusé d'avoir fait perdre des milliards d'euros à son employeur, la Société générale. Et au cours de ce procès, ses supérieurs hiérarchiques successifs passent à la barre du tribunal les uns à la suite des autres pour assurer qu'ils étaient dans l'incapacité de contrôler l'activité des traders, que les relations de travail au sein des équipes de traders étaient supposées reposer sur la confiance, qu'ils n'avaient aucune connaissance ni aucun moyen de contrôle des activités dont ils s'occupaient, tâches pour lesquelles ils étaient grassement rémunérés et pour lesquelles ils touchaient de très forts bonus, qu'ils étaient en plus chargés de distribuer (ou répartir) entre les traders. Des chefs incompétents, hautement diplômés (polytechniciens) et grassement rémunérés : une belle image tout à fait correcte du monde de l'entreprise française.
http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2010/06/21/proces-kerviel-defile-de-chefs
http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2010/06/22/proces-kerviel-et-daniel-bouton-prit-la-parole

Pour résumer, des incompétents qui ne sont responsables de rien, et une petite fourmi industrieuse qui est la brebis galeuse de l'histoire, accusée d'avoir ruiné l'entreprise et tous les incompétents qu'elle abrite et qu'elle faisait vivre par son travail. Une bien belle histoire si souvent observée !

Juste pour la conclusion, envie de rapporter ce qu'écrit un blogueur (Laurence Lensky) sur le site http://prdchroniques.blog.lemonde.fr en réponse à un de ses articles :

« (...) Quel horrible menteur, quel misérable faux jeton, ce Bouton. Et piètre acteur, avec son “rêve”, soufflé certainement par un gourou en “com”; pitoyable acteur, ou plutôt pitre, se défaussant sur ses subordonnés qui eux mêmes se dérobent à leur tour en se couvrant les uns les autres, de sorte qu’il n’y ait qu’un seul fusible, un seul coupable: Kerviel.

Si Kerviel a mis 1.4 milliards “sous le tapis”, c’était pour avoir une réserve dans les opérations de 2008, puisque à chaque fois qu’un trader atteint son objectif, celui-ci est doublé l’année suivante (jamais de répit donc). Kerviel n’avait certes pas envie d’avoir un objectif assigné de 2.8 milliards alors que celui de 2007 était de 56 millions si je ne m’abuse alors que, de toute façon, on ne l’aurait pas gratifié d’un bonus en rapport avec ce gain pharamineux.

La faute de Kerviel est largement imputable au mode de gestion de la Société Générale qui de manière perverse et sournoise pousse le trader de base à dépasser ses limites dans une pression permanente, en quelque sorte infuse dans la gestion infantile et cruelle de la hiérarchie faisant turbiner ses “gagneuses”.

Les traders confrontés jour après jour à cet univers dément perdent leur repères. Les sommes ne sont plus que des colonnes de nombres qu’il faut maximiser dans une sorte de jeu vidéo idiot. »

2) Autre aberration : le salaire que se ferait verser la nouvelle présidente de la Halde, la haute autorité de lutte contre les discriminations ...

14.000 euros par mois pour présider la Halde, ce serait ce que, selon le Canard enchaîné, sa nouvelle présidente aurait demandé pour ce poste important et honorifique, doublant au passage ce que son ancien président demandait. La présidente de la Halde, nommée par la présidence de la république, suivrait en cela l'exemple donné par Nicolas Sarkozy 'him self' au lendemain de son élection à la présidence de la république française. L'information est démentie par la nouvelle présidente de la Halde qui assure touchée le même salaire que son prédécesseur.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/06/22/la-nouvelle-presidente-de-la-halde-double-son-salaire_1377163_3224.html

Mais au fait, c'est vrai ! Comment fait-on pour vivre avec 6.900 euros par mois (sans compter l'indemnité de logement) ? Je crois que nous ne devons être que quelques dizaines de millions de français (nous tous qui ne faisons pas partie des amis de Nicolas Sarkozy) à devoir vivre avec des salaires aussi indécemment bas.

Mais évidemment, les responsables de la crise sont ces salauds de fonctionnaires ... qui touchent tous moins de 6.900 euros par mois ... et qui vont devoir payer l'addition ... De même qu'à la Société Générale, les responsables sont les petits minus qui ont fait une erreur, et non pas tous les responsables (de rien) qui touchent des dizaines de milliers d'euros à ne rien contrôler ... 


 
Réflexion quarante-deux (11 juin 2010)
Quelques dernières nouvelles et aberrations ...


1) Les 9.500 euros de salaire de Christine Boutin pour une mission sur la mondialisation

Les politiques se servent sans vergogne. 9.500 euros net mensuel jusqu'en novembre-2011 pour une mission sur la mondialisation que lui a confié le Palais de l'Elysée, en cette période de crise économique touchant une bonne partie des français, ce n'est pas seulement énorme et invraisemblable, c'est surtout le comble du mépris vis-à-vis des contribuables et des citoyens français. C'est pire qu'une aberration ; c'est une honte. Par ailleurs, la présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD, allié à l'UMP), Christine Boutin, ancienne ministre, démise du gouvernement en juin 2009, s'est vu mettre à disposition une voiture avec chauffeur, des bureaux dans le 15ème arrondissement de Paris et un secrétariat particulier. C'est ce que révèle le Canard enchaîné de ce mercredi.

Comme le soulignait le blogueur Authueil, il faut par ailleurs rajouter à cette somme une indemnité de conseillère générale des Yvelines de 2.605 euros brut et une retraite de parlementaire qui peut s'élever à près de 6.000 euros mensuels (sachant qu'elle a siégé de 1986 à 2007). Soit un total qui avoisine les 18 000 euros par mois. Ce qui n'est pas si mal en période de crise économique ... 

Selon le Canard enchaîné, l'attribution de cette mission royalement payé pourrait ne pas être étrangère à l'intervention de l'ancienne ministre du logement début mai, lors d'une conférence de presse au siège de l'UMP, où elle n'excluait pas de se présenter à la présidentielle de 2012 si ses idées n'étaient pas prises en compte dans la majorité. Vous aviez dit 'idées' ou 'finances' ?
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/06/09/boutin-confirme-etre-chargee-de-mission-pour-l-executif_1369816_823448.html

La crise n'est clairement pas vécue de la même manière selon le côté de la société où on l'on se trouve ... Mais où va la Sarkozie ?

2) Où il ne fait pas bon être un polygame en France ou escroquer les prestations sociales

Rappelons-nous, Lies Hebbadj, c'est ce commerçant de 35 ans dont l'une des épouses (Sandrine Mouleres, mère de quatre enfants) avait eu une contravention de la maréchaussée pour avoir conduit avec un niqab. En pleine actualité sur le port du voile islamique, ils avaient tous les deux joués les victimes de l'oppression policière en contestant la dangerosité du port du niqab au volant. Les autorités françaises étant connues pour leur extrême incapacité à prendre des décisions, et comptant sur un mouvement de sympathie, ils se croyaient très vraisemblablement dans leur bon droit, s'estimant injustement harcelés dans la pratique de leur religion musulmane.

Mais pour une fois, les politiques français ne reculaient pas. Lies Hebbadj avait le mauvais esprit de pratiquer la polygamie en France (il prétendra simplement avoir plusieurs maîtresses, extrêmement compréhensives puisqu'elles habitaient toutes les unes à côté des autres ... Je rêve de trouver des femmes aussi compréhensives ... Je pourrais essayer avec les siennes dès lors qu'il serait déchu de sa citoyenneté et expulsé du territoire ... Il faudrait peut-être chercher ici la cause du 'harcellement' dont il fait l'objet ... C'est rare de tomber sur des femmes aussi compréhensives que cela ...) et d'escroquer les allocations familiales ... Il a été déféré mercredi matin devant le parquet de Nantes. Il était entendu pour répondre des chefs d'escroqueries, recel d'escroqueries, fraudes aux prestations sociales et recel de fraudes, ainsi que du chef de travail dissimulé. L'une de ses (ou son) épouses, Sandrine Mouleres, avait également été placée en garde à vue lundi matin, de même qu'un autre homme, qui travaillait pour le compte de Lies Hebbadj dans un taxi-phone a fait l'objet d'une procédure de reconduite à la frontière à l'issue de sa garde à vue levée lundi après-midi.

A noter que la contestation par Sandrine Mouleres de la contravention pour port du niqab au volant doit être jugée le 28 juin à Nantes.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/06/09/lies-hebbadj-defere-mercredi-devant-le-parquet-de-nantes_1369926_3224.html

Bizarre, mais l'on n'entend pas monter les hurlements des associations anti-racistes, des minorités musulmanes opprimées, les cris d'orfraie des si sympathiques musulmans défendant la liberté de croyance et le respect de leurs valeurs, à l'encontre de l'injuste harcellement dont fait l'objet ce si gentil commerçant !

J'ai juste un voeu. J'aimerais beaucoup, que sur sa lancée, la maréchaussée française s'intéresse à tous les autres cas de polygamie et plus largement de fraudes aux prestations sociales que tant de nos concitoyens commettent, sur le territoire hexagonal mais aussi dans les départements d'outre-mer ... allocations femme seule demandée par des personnes vivant maritalement ... érèmistes travaillant de manière non déclarée (au noir) ...

Si au moins cette affaire pouvait faire peur à toutes ces personnes qui arnaquent les prestations sociales ... Evidemment, ce souhait pourra paraître bizarre à ceux qui feraient le parallèle avec tous les riches contribuables qui fraudent le fisc ou qui détournent des fonds, et qui échappent à la justice.

3) L'ouverture du procès de Jérôme Kerviel

L'ancien trader de la Société générale sera seul poursuivi dans l'affaire Société générale. Poursuivi pour abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données dans un système informatique, M. Kerviel encourt cinq ans de prison, 375.000 euros d'amende et 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts que lui réclame la Société générale.

Il est tellement simple pour cette banque de tout rejeter sur les épaules d'un vilain mouton noir, alors qu'il semble impossible que la banque est tout ignoré de ses prises de risque et de ses dépassements des procédures de sécurité. Si en plus le mouton noir pouvait rembourser les 4,9 milliards d'euros que le débouclage intempestif de ses positions ont coûté à la banque, ce serait merveilleux (comme quoi même les méchants banquiers croient au petit papa noël). Il a été démontré au cours de l'enquête que la Société générale avait négligé plus de soixante-dix alertes internes et externes sur le comportement de Jérôme Kerviel.

Néanmoins, pour mémoire, les 4,9 milliards d'euros de pertes sont nées de positions spéculatives de 50 milliards d'euros prises par le trader, alors que le desk (salle de plusieurs traders) sur lequel Jérôme Kerviel travaillait, ne devait pas dépasser une position cumulée de 125 millions d'euros ... Alors, soit sa hiérarchie jusqu'au sommet était au courant ... Soit vraiment, il ne faut plus seulement parler d'incompétence de toute la hiérarchie de la banque, mais d'une criminelle inutilité ... Et dans ce cas-là, il faut malgré tout s'interroger si l'absence de contrôle à ce niveau de risques n'est pas une volonté de la banque, une incitation à la prise de risques pour les traders, pour réaliser des bénéfices exorbitants tout en pouvant jurer en cas de problèmes avérés que le trader est seul responsable ... Ce qui est observé avec l'affaire Kerviel ... Un bon trader, c'est simplement celui qui est capable de prendre suffisamment de risques pour être rentable (celui qui n'en prend pas n'est pas conservé), mais pas excessivement pour ne pas perdre d'argent. Jérôme Kerviel, qui ne provenait pas de la noblesse de la banque ni n'avait fait les grandes écoles, ne connaissait peut-être pas toutes les ficelles du métier de trader, comme le fait de ne pas gagner trop d'argent pour ne pas être trop visible.

Si le procès ne se traduisait pas par la reconnaissance de l'innocence de Jérôme Kerviel, ce serait la preuve que la finance est un milieu injuste de requins. Ce qu'elle est ; dommage pour Jérôme Kerviel. Le président du tribunal est néanmoins Dominique Pauthe, le président ayant jugé l'affaire Clearstream/Sarkozy/Villepin.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/06/08/l-ex-trader-jerome-kerviel-devant-la-justice_1369228_3224.html

4) Enfin, cerise sur le gateau, l'opinion des libéraux anglo-saxons sur les leçons à tirer de la crise financière

Il vaut mieux lire cela que rêver. William Hague, le nouveau chef de la diplomatie britannique (Foreign Office), du gouvernement de David Cameron, donnait en début de semaine une interview à un journal français. Il s'y déclarait notamment opposé à une plus grande régulation des services bancaires et financiers. «Réguler davantage le marché du travail et le monde des affaires irait dans la mauvaise direction. C'est le point de vue traditionnel des Britanniques. La crise l'a encore souligné», conclut le responsable de la diplomatie britannique.

A l'entendre, la crise financière aurait donc permis de démontrer que la dérégulation s'en sortait renforcée. Je me doutais bien que les libéraux et les conservateurs une fois la crise passée, ressortiraient leurs vieilles rengaines. Mais c'est une chose de le savoir, et une autre de l'entendre. Vive les anglais qui ont élu ces sales types pour les diriger au cours des prochaines années (David Cameron s'était prononcé contre le sauvetage de la banque Northen Rock pendant la crise financière ... sans lequel la banque aurait fait faillite ... avec la conséquence que l'on peut imaginer pour les épargnants). En même temps, il faudra réfléchir prochainement aux conséquences morales du sauvetage des banques et à la culture d'impunité que cela peut donner à leurs dirigeants ... des gens qui comme David Cameron, sortent essentiellement des plus grandes écoles anglaises comme Cambridge, Oxford ou The Eton College ...

William Hague est également un ancien leader du parti Conservateur anglais (entre 1997 et 2001) et également diplômé d'Oxford, comme David Cameron ...


Réflexion quarante-et-une (12 mai 2010)
La France entre des bourses malades, une crise grecque, un gouvernement austère, un premier ministre aux écarts de langage, des expulsés malades, et des collectivités locales qui suivent l'exemple grec...

Quelle riche actualité ! Lundi matin, la bourse de Paris s'affichait en hausse de plus de 8% suite à l'adoption d'un plan de sauvegarde au niveau de la zone euro, qui rendait euphorique l'ensemble des places financières. Oubliées, envolées les craintes de contagion à la zone euro des marchés financiers. Lundi soir, l'indice CAC 40, indice phare de la bourse de Paris clôturait en hausse de +9,66%, ce qui en soi est tout aussi aberrant que lorsqu'un indice comme le Dow Jone perd près de 10% en quelques dizaines de minutes. Mais dans un cas, cette hausse est saluée, tandis que dans l'autre sens, la baisse est considérée comme le signe de marchés malades, puisque la baisse est considérée comme une baisse de capitalisation, alors que dans le cas inverse, il s'agit d'une progression des capitalisations bursières. Pourtant, dans les deux cas, il y a des perdants et des gagnants.

Mardi, les marchés boursiers s'inscrivent en baisse, en réaction à la correction de la veille. Les marchés financiers (terme nébuleux permettant de dire tout et son contraire ... quelques milliers d'intervenants sur quelques marchés boursiers qui font la tendance d'ensemble) commencent à voir le plan de sauvegarde de la zone euro comme une réponse incohérente à un problème d'excès d'endettement dont souffrent quelques pays européens. On ne répond pas à un problème d'excès d'endettement par un surcroît d'endettement, commencent à penser certains responsables des marchés de banques.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/05/11/on-ne-peut-pas-resoudre-une-crise-de-dette-par-plus-d-endettement_1349521_3234.html

Mercredi, les marchés boursiers sont de nouveau en légère hausse. Oublié les moments sombres de la semaine passée. Mais en bourse, les semaines se suivent parfois et ne se ressemblent pas. La semaine prochaine sera peut-être aussi différente de ces derniers jours que ceux-ci furent différents des semaines précédentes.

Les débats franco-français sur l'austérité budgétaire apparus ces derniers jours peuvent aussi faire rire. Entre un gouvernement qui récuse l'emploi du terme austérité, qui parle d'économies à faire par tous sur les dépenses sociales, mais qui ne veut surtout pas augmenter les prélèvements obligatoires et encore moins faire payer davantage les plus hauts revenus (dont les membres du gouvernement, le président de la république et ses amis milliardaires font évidemment partie ... s'ils payent effectivement leurs impôts ...) ... et leurs opposants socialistes qui poussent des cris d'orfraie en dénonçant l'austérité gouvernementale ... Comment s'y retrouver ? Comment ne comprennent-ils pas tous, qu'ils soient au gouvernement ou dans l'opposition, qu'il faudra forcément couper dans les dépenses sociales et dans les dépenses publiques, tout comme il faudra redresser d'urgence les finances publiques par une hausse des prélèvements publics (par exemple la TVA comme l'Allemagne avant nous ou la Grèce sous la pression des marchés) ... qui permettra ultérieurement une modification de la fiscalité. L'aveuglement des uns, l'opposition des autres et la fermeture d'esprit de tous ...

Quant au jeune kosovar handicapé et sa pauvre famille expulsé de France par un gouvernement de droite borné et sourd à la misère du monde, les braves combattants du coeur ne s'arrêtent devant aucune forme de ridicule. Il semblerait donc que la France soit désormais condamnée à devoir faire soigner gratuitement, au frais du contribuable, tous les braves et forcément admirables malades du monde entier ! Nous sommes devant une belle pagaille ... Malades du monde entier, venez donc en France vous faire soigner, car comment la France pourrait-elle oser rejeter ou expluser de pauvres malades qui viennent se faire soigner chez elle ! Quand même ! Aux français de laisser leur place à l'hôpital, très vraisemblablement si l'on suit l'idée de tous les braves gens qui croient que c'est le rôle de la France ... et aux français surtout de travailler durement pour financer leur système de soins pour que les malades du monde entier puissent être soignés ! On nage en plein délire !

Enfin, à l'image de l'état grec qui rogne sur les salaires des fonctionnaires pour équilibrer les comptes publics (alors que le problème c'est d'abord le problème d'une économie souterraine informelle dont les revenus échappent à toute forme d'imposition), quelques collectivités locales françaises commencent également à s'engager dans cette voie. La commune de Saint-Louis de la Réunion vient ainsi de décider de baisser les salaires de ses employés titulaires (fonctionnaires territoriaux) de 5% (ce mercredi soir) avec l'accord du syndicat CFDT, alors que la municipalité communiste nouvellement élue prodigue ses largesses financières à ses principaux supporters sur les deniers publics ... Populisme et brigandage électoraliste en pleine France (à noter le fait surprenant que la CGT traditionnellement proche du parti communiste réunionnais s'oppose à cette mesure par la grève et des manifestations, qui opposent employés communaux et saint-louisiens en deux camps antagonistes) ... Combien de temps avant que de telles décisions ne se généralisent au niveau du secteur public français ? C'est un pas que le gouvernement français n'a pas encore franchi !



 

Réflexion quarante (24 mars 2010)
De l'humour et des humoristes en France ...

Eric Zemmour et Stéphane Guillon sont sur la sellette pour leur humour douteux ... Il y a les pour et les contre ... Ceux qui les trouvent affligeants, racistes, méchants ou moqueurs ... Et inversement ceux qui estiment qu'à travers eux, c'est la liberté d'expression, la démocratie qui est attaquée ... Je me range personnellement plutôt dans cette dernière catégorie de gens.
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/03/23/eric-zemmour-pourrait-etre-licencie-du-figaro_1323231_3236.html
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/03/23/pour-stephane-guillon-etre-humoriste-devient-de-plus-en-plus-complique_1323064_823448.html
http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2010/03/23/faut-il-guillotiner-stephane-guillon_1323019_3232.html

Le cas d'Eric Zemmour est emblématique à mes yeux depuis qu'un collègue blogueur m'a comparé (méchamment) à lui ... Mais en même temps, je n'arrive pas à trouver que ce qu'il a dit («les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes ... C'est un fait») est franchement raciste. Sauf erreur de ma part, de nombreuses personnes en France pensent des choses comparables, et je ne suis pas certain que ces personnes se retrouvent forcément dans les idées du Front National. Il se pourrait même que cela puisse être l'explication (officieuse) donnée par les milieux policiers aux contrôles d'identité touchant certaines fractions de la population française ... Mais le cas Zemmour rappelle à ceux qui l'aurait oublié que si on a le droit de le faire (des contrôles au faciès), on n'a pas le droit de le dire, ce qui est malgré tout aberrant.

Evidemment, je ne l'aurais pas dit comme cela. Je n'ai aucune idée de la répartition par couleur de peau des délits et infractions, et je doute que l'on ne trouve pas parmi les délinquants de droit commun une grosse masse de personnes non issues de l'immigration, de père et de mère d'ascendance bien gauloise ... Evidemment. Il n'aurait pas parlé de délinquance mais de personnes sans papier, d'immigration clandestine, qu'il aurait eu absolument raison dans les faits, même si les mêmes associations s'en seraient médiatiquement offusquées. 

Les contrôles au faciès sont-ils aberrants ? En clair, je rappellerai qu'il n'existe que trois possibilités pour définir une méthode en matière de contrôle d'identité ...
1) Soit les policiers et les gendarmes contrôlent systématiquement tout le monde, partout et à tout moment ... Mais la police n'en a pas les moyens ... forcément ...
2) Soit ils contrôlent aléatoirement, au hasard, des personnes de temps à autre ... mais alors il faut une méthode aléatoire au dessus de tout soupçon (genre du lancer de dés) pour définir les personnes contrôlées ... Et encore, on pourra encore parler de discrimination puisque les personnes en déveine auraient beaucoup plus de malchance d'être contrôlées que les personnes chanceuses ...
3) Soit enfin ils effectuent des contrôles en fonction de certains critères : leurs perceptions personnelles de la personne susceptibles d'être en contravention avec la loi ... Et il s'agit alors de contrôles au faciès ...

Et les deux premières étant inapplicables, seul le contrôle au faciès est dans les faits possible. Heureusement, comme l'accès à la police est relativement ouvert, le français d'ascendance gauloise a presque autant de risque d'être contrôlé au faciès par des policiers noirs que le français issu de l'immigration d'être contrôlé au faciès par des policiers blancs ... Eric Zemmour avait-il tord de dire tout haut ce que tant de personnes pensent tout bas ...

Quant à Stéphane Guillon, il faut quand même rappeler qu'il ne s'attaque le plus souvent qu'à d'affreux personnages politiques ou à leurs frasques, telles celles de Dominique Strauss-Kahn, que personnellement j'adore, mais dont les aventures féminines sont parfois consternantes ... ou celles d'Eric Besson, que je déteste et dont les évolutions politiques (à défaut de parler de traîtrise) sont également consternantes ... Stéphane Guillon est certes méchant, et caustique ... un certain nombre de personnes l'adore ... en même temps, ces chroniques n'ont pas vocation à être écoutées dans une vingtaine d'années ; il s'agit de satyre en direct, sans plus de prétention ... Pour autant, lui faut-il s'excuser ou voir le patron de France Inter le faire pour complaire au gouvernement et à son chef ... Hees se prépare de bien belle satyre des guignols de Canal Plus ou de Stéphane Guillon ...

Quand à s'être moqué entre autre de l'habillement de Martine Aubry, première secrétaire du parti socialiste, il n'y a souvent que la vérité qui blesse. Martine Aubry n'était pas du genre à s'habiller folichon, à la différence de son adversaire Ségolène Royal qui sait s'habiller de manière coquette (voir son décolleté dimanche soir dernier après sa réélection à la région Poitou-Charentes) ... Pas de quoi fouetter un chat ni licencier un humoriste ... Bizarre que cela fasse autant de bruit parce qu'il s'agit d'un ministre de Sarkozy et que le directeur se sente obligé de présenter des excuses publiques ...

Ce qui nous attend ? Un monde sans liberté d'expression ? Ou un monde sans méchanceté, mais dans lequel seuls les méchants, les plus riches et les plus dangereux seraient protégés ? J'ai pour ma part fait mon choix ! Vive les humoristes !


Réflexion trente-neuf (2 mars 2010)
Travail dominical, volontariat et licenciement ...

Un homme politique nous avait promis de pouvoir gagner plus en travaillant plus. Sous-entendu que ceux qui ne gagnaient pas assez ne travaillaient pas assez. Ou que ceux qui gagnaient beaucoup (notamment quelques dirigeants de grands groupes ou quelques politiques dont lui-même fait parti) travaillaient beaucoup. Il nous avait aussi promis de redynamiser nos centre-villes, de créer de l'emploi, de répondre à notre envie (selon lui légitime) de faire nos emplettes en famille, en permettant l'ouverture des magasins le dimanche. Il prouvait en cela qu'il échappait à l'image suranée des hommes politiques de droite «grenouilles de bénitiers», pour lesquels un dimanche matin devait être réservé à la messe et à Dieu ... Mais il mettait également en pièce l'image ouvrière du dimanche fête champêtre avec des copains, en famille, autour d'un pique-nique ou d'un barbecue ... Avec le travail dominical, ce genre de réunion de copains ou de famille ne serait bientôt plus qu'un lointain souvenir pour tous ceux trop pauvres qui n'auraient pas la chance d'être riches ou de ne pas travailler le dimanche matin ... Le dimanche réservée aux riches ; il fallait y penser ... 

Etelvina Fernandes, 46 ans, et Elise Kongo, 40 ans, employées dans un magasin Ed à Oyonnax dans l'Ain, en ont fait l'amère expérience. Elles ont été licenciées (en juin 2009) pour non-respect des horaires planifiés et insubordination par le groupe Carrefour (le même groupe dont le directeur général touchait une rémunération et des avantages en matière de retraite se chiffrant à plusieurs millions d'euros, soit le salaire annuel de quelques milliers de ses salariées caissières) parce qu'elles ont refusé de travailler le dimanche matin, alors qu'initialement, le groupe devait privilégier le volontariat et les stagiaires.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/02/27/licenciees-pour-insubordination_1312197_3234.html

Mais le volontariat s'est peu à peu mué en obligation pour tous ... Et dans son immense bonté, le groupe Carrefour offrait en plus des conditions de rémunération très supérieures à celles prévues dans la convention collective de la branche, soit 30% de surrémunération pour travailler le dimanche ... «Travailler plus pour gagner plus», qu'il nous avait dit l'homme politique ... Et l'esclavage au bout, il faut supposer ... Y avait-il quelqu'un dans la salle qui l'avait cru ?


Réflexion trente-huit (22 février 2010)
Du symbolisme des Quick Halal en France ...

Pour les opposants aux Quick Halal comme pour les partisans musulmans enchantés d'être reconnus dans leur diversité, cette affaire des Quick Halal relève avant tout du symbole. En effet, il existe de nombreux restaurants spécialisés dans la nourriture Halal en France pour leur clientèle musulmane notamment, mais pas uniquement ... Pour cette raison, les clients musulmans souhaitant respecter leur tradition et leur religion peuvent le faire sans aucune contrainte, et ils n'ont nul besoin de pouvoir manger dans un restaurant Quick Halal pour se sentir reconnus par la société française dans leur diversité.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/20/le-quick-halal-de-roubaix-fait-le-plein-meme-si-certains-clients-se-sentent-limite-un-peu-choques_1309029_3224.html
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/21/amara-et-duflot-refusent-la-polemique-sur-les-quick-halal_1309343_3224.html

Mais inversement, pour la même raison, l'opposition à l'halalisation des Quick en France n'a pas de sens, parce qu'il existe déjà de nombreux restaurants rapides (ou non) investis sur cette clientèle. Cela ne fera qu'une enseigne Halal de plus dans nos centres-villes ...

Non, ce qui pose problème ou enjeu dans le cas présent, c'est le symbole qu'une grande chaîne nationale (française) de restaurants rapides se lance sur ce segment communautaire. C'est d'une certaine façon un monument français, concurrent des Mac Do, qui tombe dans le piège de l'islamisation de la société française. Cette histoire est de l'ordre du symbolique.

Quelques autres points posent également problème. C'est d'abord l'absence de choix clair pris par Quick de se lancer sur ce marché. Aujourd'hui, Quick ne se présente pas comme une enseigne Halal, ce qui trompe la clientèle qui ne se rendrait pas sans cela pour manger dans un restaurant Halal. Il s'agit avant tout d'un enjeu commercial pour la marque Quick, un buzz médiatique, que l'on peut néanmoins espérer voir se retourner contre la marque elle-même si un mouvement de boycott est lancé en France contre l'enseigne. Dans un tel cas, la marque ne vise qu'à renforcer sa fréquentation en obtenant en plus la clientèle musulmane. Mais quelle serait la réaction de la marque si son ancienne clientèle fuyait ses restaurants rapides pour partir à la concurrence ?

Le deuxième point que je souhaite aborder, c'est l'impérialisme musulman actuel dont témoigne cette affaire. Les américains ont inondé la planète de leurs produits standardisés, Mac Do, Coca Cola et Hollywood Chewing-gum ... Et même s'il s'agissait de produits profanes, on a parlé de l'impérialisme capitaliste des yankees. On assiste aujourd'hui à une déferlante inverse, entre la nourriture Halal des musulmans et les produits made in China ...

Le troisième point consiste en l'absence de capacité de réaction des français, entre autres européens. Les américains ont envahi la planète de leurs produits ; ce n'est pas pour autant qu'ils ont abandonné leurs valeurs et leurs références pour cela. En France, les Quick se lancent dans la bouffe Halal mais ce n'est même pas pour s'implanter dans les pays arabes ; c'est simplement pour augmenter leurs ventes en France. De même, les français, au lieu de boycotter une enseigne dont les publicitaires ont décidé de les forcer à manger de la bouffe Halal ; les français continuent de s'y rendre. En Arabie Soudite ou ailleurs dans le monde musulman, toute grande enseigne qui se lancerait dans la bouffe occidentale en ayant pour objectif de faire manger à tous cette nourriture serait brûler très vraisemblablement, et l'impérialisme occidental serait dénoncé par des foules de manifestants qui seraient 'spontanément' réunies devant les ambassades occidentales ... Les français n'ont plus aucun respect d'eux-mêmes, et les dirigeants de leurs groupes commerciaux ne sont plus mus que par le simple profit.

Enfin, quatrième point, il est invraisemblable que tant de sujets semblables sortent en même temps, comme s'il y avait une volonté de monter les croyants les uns contre les autres. Cette histoire de Quick Halal aurait pu être lancée pour faire monter un sentiment anti-musulman, un vote anti-minarets comme en Suisse.

Pour conclure, même si cette histoire est avant tout un symbole, je suis pour ma part favorable à un boycott des restaurants Quick pour cette opération marketing douteuse et honteuse, ne pouvant accepter que mes habitudes alimentaires me soient imposées pour faire plaisir à quelques groupes communautaires dont les valeurs, à l'égard des femmes notamment, en matière d'encouragement également du terrorisme par ailleurs, me sont totalement étrangers. Il faut espérer que Quick fera clairement le choix du Halal, qui positionnera alors cette enseigne sur une clientèle communautaire limitée, incapable de lui fournir suffisamment de clientèle permanente.

(nota bene : Intéressant phénomène de société qui veut que tout un chacun choisisse de buzzer sur le phénomène islam et identité nationale en France. Parallèlement à cette histoire des Quick Halal, lire cet article du Monde sur le problème des programmes d'histoire au lycée ... Vu l'aridité du sujet et son absence total de possibilité de médiatisation en propre, les enseignants n'ont rien trouvé de mieux que de contester l'absence de place laissé à l'étude de la civilisation musulmane (et plus largement aux religions) ... L'islam, encore l'islam ... Pourquoi faudrait-il étudier l'islam dans les programmes d'histoire, lorsque tant de pans de l'histoire de France sont déjà ignorés de nos jeunes condisciples ... L'histoire de la chrétienté est-il enseigné en Iran, en Arabie Saoudite ou au Sénégal ?) ...
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/20/l-enseignement-de-l-islam-au-lycee-alimente-une-nouvelle-polemique_1309018_3224.html


Réflexion trente-sept (18 février 2010)
La généralisation des produits Halal dans le commerce en France pose-t-elle problème ?

La chaîne de restauration rapide Quick s'est lancée en France dans l'expérimentation de la commercialisation de hamburgers exclusivement Halal dans huit de ses trois cent soixante-deux enseignes françaises (Toulouse, Argenteuil-95, Garges-lès-Gonesse-95, Buchelay-78, Villeurbanne-69, Marseille et Roubaix-59). L'expérimentation, censée durer six mois, a commencé en juillet et fin novembre 2009.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/17/quick-teste-les-hamburgers-halal-dans-huit-restaurants_1307527_3224.html

Quelques hommes politiques se sont invités dans le débat, tandis qu'en face, des responsables musulmans s'insurgent du procès en communautarisme qui leur est fait, criant au racisme anti-musulman, arguant pour certains que s'il s'était agi de viande kasher, cela n'eusse poser aucun problème.

La même situation prévaut dans le département français de la Réunion (Océan Indien), où toute la viande de poulets commercialisée dans les grandes surfaces du département, est abattue conformément au précepte de la charia, avec prière d'un imam musulman (de même que dans les Quick réunionnais qui ne sont pourtant pas mentionnés dans la liste). Pourtant, comme en France, les musulmans y sont ultra-minoritaires ... vraisemblablement moins de 10% de la population totale. Cela n'empêche pas toute la population réunionnaise (chrétienne, tamoule, chinoise ...) de consommer de manière forcée de la viande de poulet (ou de boeuf) Halal ... Sans qu'elle en soit morte d'ailleurs ...

Mais, de la même façon, les musulmans n'en mourraient pas non plus de manger de la viande non Halal ... L'argument ne tient donc pas !

Pourquoi ces chaînes de grande distribution ou de restauration rapide choisissent-elles de généraliser la commercialisation de produits Halal ? Certains commentateurs dans l'article du Monde parlaient d'arguments commerciaux. C'est parce que les chaînes de restauration rapide enregistrent une augmentation de leur fréquentation, grâce à l'apport de clientèle musulmane, qu'elles trouvent intéressant de se lancer dans des produits Halal. C'est vraisemblablement vrai. Mais je pense pour ma part que l'explication doit être trouvée ailleurs.

C'est l'extrême tolérance de la population chrétienne française devant la généralisation des produits Halal qui explique que ces grandes chaînes s'engouffrent dans cette brêche. La population chrétienne française ne s'offusque pas qu'un imam musulman fasse une prière (ou prononce une sourate du coran) sur la viande qu'ils vont manger. Elle ne s'offusque que l'animal soit égorgé dans certaines positions, vidé de son sang ... et ainsi de suite ... même si cela ne correspond à ces préceptes alimentaires ... ou que la sourate du coran ne corresponde pas à ses valeurs.

En sens inverse néanmoins, le musulman accorde une importance démesurée à ces préceptes, et se refuserait à manger une viande non Halal ... Peut-on imaginer par exemple que dans la péninsule arabique ou dans d'autres pays musulmans, des Quick ou des Mac Donald généralisent pour tous les consommateurs des viandes non Halal, sous prétexte d'attirer la clientèle des européens chrétiens ? Je pense qu'on entendrait des hurlements des responsables musulmans dans un tel cas ... Ces restaurants seraient mis à sac, saccagés, et des foules en colère défileraient dans les rues d'Europe et des pays musulmans.

Que l'on puisse trouver des produits Halal dans un Quick ou dans une grande surface alimentaire en France ou ailleurs en Occident est ainsi tout à fait normal, dans le strict respect de la différence des êtres humains et du respect des croyances de chacun. C'est même un impératif, une nécessité.

En effet, je ne dénonce pas ces faits pour les mêmes raisons que Marine Le Pen, qui y voit le problème de financement d'organismes de certification Halal. Ce qui me pose problème, c'est l'aspect religieux de la cuisine Halal, qui heurte mon sens religieux ... Pourquoi serais-je obligé de consommer des produits selon des préceptes religieux mahométans, alors qu'en sens inverse, ces mêmes croyants musulmans n'accepteraient pas de manger de la nourriture bénie par un prêtre chrétien (si tant qu'un prêtre chrétien pourrait s'occuper de telles tâches), et dénonceraient alors un prosélytisme chrétien ?

Pourquoi devrait-on en France se voir imposer de manger Halal alors que l'on n'est pas musulman mais chrétien ou laïc, même si ces produits présentent normalement la même qualité sanitaire que la nourriture normale ? La petite sourate prononcée sur l'animal tué ne pose pas vraiment de problème sanitaire, moral ou religieux, pour peu que l'on n'y croit pas, mais en même temps, est-ce si naturel et sans importance ? 

Fondamentalement, vouloir imposer à tout le monde le mode d'abattage de sa nourriture, et voir des grandes chaînes de distribution ou de restauration se lancer dans cette voie, ne peut s'expliquer que par la trop grande tolérance, par la trop grande passivité des chrétiens (ou des laïcs) français (laïcs qui crient au loup si on parle d'imposer l'étude de la bible mais bouffent Halal sans maugréer), et par leur absence de toute volonté de faire respecter leur croyance et leur sens des valeurs ...

Aux consommateurs chrétiens ou laïcs de ne pas se laisser imposer leur choix par des multinationales avides de publicité et de profit, ou par des religions expansionnites et jihadistes, et de ne pas se laisser imposer de manger Halal ... Sus aux Quick de Toulouse, d'Argenteuil, de Garges-lès-Gonesse, de Buchelay, de Villeurbanne, de Marseille et de Roubaix ! Sauf que chez nous, la police est là pour protéger les biens appartenant aux multinationales. Le terrorisme est pourtant parfois la seule réponse à l'arrogance de ceux (les puissants) qui veulent décider à la place des autres ...


Saucratès


Mes écrits précédents en matière d'aberrations ...
1.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2046727-aberrations__1_.html

2.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2047528-aberrations__2_.html

3.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2047533-aberrations__3_.html


23/12/2010
0 Poster un commentaire

Petits scandales bancaires

Les liaisons entre les banques et les politiques néo-libérales nous donnent quelques énormes scandales : la crise des crédits subprimes, les marchés financiers fous, l'argent roi et la spéculation financière effrénée ... Il y a aussi l'affaire Kerviel ... Mais il y a aussi toute une série de petits scandales de tous les jours de presque rien ...

 

 

Réflexion deux (18 juin 2012)
Le renchérissement du coût du crédit aux entreprises et aux particuliers permis par les réformes successives des gouvernements libéraux concernant le taux de l'usure


Le gouvernement de Nicolas Sarkozy, mais également ses prédécesseurs libéraux depuis 2002, sous la présidence de Jacques Chirac, ont régulièrement accouché de réforme de calcul et de pénalisation du taux de l'usure.

 

L'usure sur les crédits aux entreprises avait d'abord été modifié législativement pour permettre soi-disant un meilleur fonctionnement des marchés, laissant à la concurrence le soin de se réformer et de se réguler. Ces premières réformes dataient d'août 2003 et d'août 2005, après la fin de la troisième cohabitation, et visaient à supprimer le délit d'usure pour les prêts consentis à des personnes morales exerçant une activité commerciale, industrielle ou financière. La Banque de France, chargée par la loi du 2 août 2005, d'évaluer les incidences de cette réforme sur les modalités de financement des entreprises, avait publié en décembre 2006 un rapport relativement optimiste sur la question : celle-ci estimant que cette suppression du régime des taux d'usure pour les entreprises avait exercé une incidence globalement favorable sur le financement des petites et moyennes entreprises ...

 «Conformément aux attentes du législateur, la suppression par les lois du 1er août 2003 et du 2 août 2005 de l'essentiel de ce dispositif pour les prêts aux entreprises a facilité l'accès au crédit des PME, en particulier des très petites unités ou des entreprises de création récente. Pour autant, le risque de défaut supporté par les banques ne s'en est pas trouvé accentué : ces dernières ont pu mieux sélectionner leurs emprunteurs et tarifer leurs crédits de manière plus rationnelle dans un contexte de concurrence accrue sur le marché du crédit aux entreprises.

Ce constat laisse à penser que si la déréglementation de l'usure devait être poursuivie, ou le dispositif actuel assoupli, ce pourrait être sur des segments de marché déjà très concurrentiels ou en accompagnant ces mesures d'un effort de renforcement de la concurrence.»
http://www.banque-france.fr/la-banque-de-france/communiques-et-discours-des-autorites-de-la-banque/communiques-de-presse/communique-de-presse-dunbsp28nbspdecembrenbsp2006.html  

Evidemment, il ne fallait pas attendre d'un établissement public aussi libéral que la Banque de France une défense de ce genre de réglementation, ni une position politique opposée aux idées libérales du gouvernement ! Avec le recul des années, il ressort du suivi des taux moyens (ou des taux de l'usure) calculés par la Banque de France sur les crédits consentis aux entreprises par le système bancaire que le coût des crédits aux entreprises a peu varié entre les années 2003-2005 et 2012, même si les années 2005 à 2008 ont enregistré une forte progression (par exemple, un taux proche de 5% pour les prêts à plus de deux ans à taux fixe en 2003-2005 contre 4,78% en 2012 après un maximum de 6,42% fin 2008).

http://www.asf-france.com/taux/Pagestaux/Usure.aspx 

 

Au cours des trois années suivant ces deux réformes, les banques ont ainsi fortement accru leurs taux aux entreprises sans que cela n'empêche la Banque de France de se féliciter de ces réformes et ne la pousse aucunement à communiquer sur ce renchérissement. Des mouvements similaires s'observent sur les autres types de crédit consentis aux entreprises.

 

Mais cette analyse en taux moyens ne peut pas non plus faire apparaître le renchérissement subi par les petites entreprises sur leur taux de financement bancaire. Les banques françaises ont été autorisées en renchérir fortement les plus forts taux demandés aux emprunteurs les plus fragiles, les moins solides financièrement et des taux de crédit de 20% à 25% sont devenus possibles alors qu'ils auraient été usuraires précédemment.

 

Une deuxième réforme du taux de l'usure a été lancée par la ministre de l'économie Christine Lagarde, concernant les prêts à la consommation consentis aux ménages (loi du 1er juillet 2010 s'appliquant depuis le 1er avril 2011). Deux ans après cette loi, et un an après sa mise en application, cette réforme a eu pour conséquence une très forte augmentation des taux des prêts personnels aux ménages, qui selon les encours, se sont renchéris de plus de 3% à plus de 7% en une année (8% contre 11% pour les prêts personnels de plus de 6.000 euros et 15% pour les prêts de moins de 1.500 euros) pour les rapprocher des niveaux des taux des ventes à tempérament.

 

 

La progression sur les derniers trimestres est encore plus forte pour les taux des prêts personnels de montant plus faible. Cette réforme aura eu mécaniquement pour résultat de renchérir fortement les taux d'emprunt des ménages pour leurs crédits à la consommation, améliorant très sensiblement les marges dégagées par les banques sur les ménages présentant les moins bonnes garanties. Une nouvelle fois, l'idée que les marchés s'autorégulent eux-mêmes est battue en brêche et montre que seule la recherche de la rentabilité maximum à court terme compte pour les système bancaire.

 

 

Réflexion une (15 juin 2012)
Les aberrations des lendemains d'élections présidentielles, les banques françaises et le livret A


L'une des plus exceptionnelles aberrations de ce lendemain d'élections présidentielles concerne les hurlements apeurés des banques commerciales françaises qui s'inquiètent d'une des promesses du candidat socialiste désormais président de la république, de doubler le plafond du livret A pour améliorer le financement du logement social. Frédéric Oudéa, président de la Fédération bancaire française et PDG de la Société générale, prévient ainsi «que cette mesure risque de détourner une part importante de l'épargne du financement des entreprises, estimant au contraire que la priorité est d'améliorer la capacité d'autofinancement des entreprises dont les taux de marge sont historiquement faibles.»

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/06/12/livret-a-le-doublement-du-plafond-coutera-cher-aux-banques_1716906_3234.html

 

Pour ceux qui n'auraient pas suivi l'ensemble de cette affaire depuis l'origine, la possibilité de commercialiser des livrets A est une très vieille demande des banques commerciales françaises, pour lesquelles l'ancien monopole de la distribution du livret A pour les deux réseaux de caisses d'épargne (Ecureuil et Poste) était une violation de la libre concurrence bancaire en France. Les banques commerciales françaises ont régulièrement attaquées cette disposition au niveau communautaire, se plaignant d'une discrimination.

 

La généralisation de la commercialisation des livrets A à tous les réseaux bancaires est un octroi des gouvernements libéraux (Sarkozy), qui a pris effet début 2009. C'était une demande forte des banques commerciales françaises. A cette époque, je n'ai pas entendu les banques commerciales françaises se plaindre du coût financier de cette généralisation, ni des risques de transfert de l'épargne de leurs clients au détriment de leurs autres ressources. Elles étaient bien au contraire désireuses et enchantées de proposer enfin ce produit d'épargne à leurs clients, et elles ont bien au contraire dès fin 2008 incité commercialement leur clientèle à ouvrir ou à transférer leurs livrets A chez elles.

 

Car évidemment, ce qui les intéressait particulièrement, c'était de récupérer les livrets A de leur riche clientèle venant des caisses d'épargne. Le texte du gouvernement était d'ailleurs extrêmement restrictif, imposant aux caisses d'épargne d'accepter obligatoirement les transferts demandés par les banques, dans des délais très courts. Et je ne suis même pas certain que les ressources des livrets A collectés par les banques soient transférées dans les mêmes proportions à la Caisse des dépôts et consignations.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120604trib000701926/a-qui-va-profiter-le-doublement-du-plafond-du-livret-a-.html

 

Et aujourd'hui, les banques commerciales rechignent à accepter le relèvement du plafond des livrets A, soi-disant en raison du risque de voire diminuer les ressources à destination du financement des entreprises ? Amusant, n'est-il pas ?

 

 

Saucratès


18/06/2012
1 Poster un commentaire

Aberrations (3)

Réflexion trente-six (10 janvier 2010)
Chasse à l'homme en Calabre en Italie ...

Parce que des travailleurs immigrés avaient été agressés par des inconnus, des immigrés africains (essentiellement) se sont lancés dans des ratonnades dans la région calabraise, en Italie, tout particulièrement dans la ville de Rosarno. Ils ont détruit plusieurs véhicules à coup de barres de fer et agressé leurs occupants, notamment des femmes et des enfants italiens. Les habitants de Rosrno ont répliqué à ces agressions touchant des italiens par des chasses aux immigrés ... certains travailleurs immigrés ayant été renversés par des véhicules avant d'être attaqués. Les affrontements ont opposé jeudi et vendredi de la semaine passée plusieurs centaines de travailleurs migrants, essentiellement africains, aux habitants de Rosarno et à la police. Au moins 37 personnes ont été blessées dans ces émeutes, dont 18 policiers et 5 migrants. La Ligue du Nord, parti politique italien appuie les revendications des habitants de Rosarno qui dénoncent l'afflux de travailleurs immigrés. Inversement, le pape a condamné les violences ayant touché les immigrés, oubliant que les violences aveugles et disproportionnées étaient d'abord de leur fait.

Les agressions qui ont touché des familles italiennes commises par des groupes de travailleurs immigrés africains me rappellent les violences qui frappèrent l'île de Mayotte, où des immigrés comoriens se lancèrent dans une chasse aux blancs, aux M'zungus, il y a deux ans, lorsque la France accepta d'étudier la demande d'asile du dirigeant d'une des îles des Comorres, le colonel Baccar. A cette époque également, les comorriens s'étaient mis à attaquer les voitures des blancs français à coup de barre de fer, et à en bastonner les conducteurs blancs ou blanches. Cela se passait à Mayotte, il y a deux ans. Bizarre que cette sauvagerie demeure toujours si proche de la surface, et qu'elle explose parfois pour pas grand chose. Cette absence de confiance dans la police, dans l'état, dans la civilisation, qui fait qu'au premier accident, au plus infime problème, une demande d'asile d'un dirigeant qui leur déplaît comme à Mayotte, une tentative d'assassinat comme au Rwanda ou en Calabre, un piéton ou une motocyclette renversés par une voiture de police dans une cité quelconque en France, ce soit toujours la même explosion de rage et de haine de la même population africaine, incapable de patience, de réflexion et de légalité.

Mais à entendre le pape, ce serait les italiens qui seraient en tord, d'avoir répondu à la violence par la violence ? Certes, évidemment, ceci est contraire à l'enseignement catholique, de tendre la joue gauche après avoir été frappé sur la joue droite. Certes oui ! Il faut comprendre le pape, qui pas plus pour le port du préservatif que pour l'usage de la violence, ne comprend l'époque actuelle où nous vivons. Comprendre la violence inhérente à l'âme et à l'histoire récente africaine ... Et savoir qu'elle est difficilement compatible avec nos sociétés occidentales policées, individualistes et égoïstes ...

Il me semble en tout cas beaucoup trop simple de condamner les habitants de Rosarno et de les traiter de racistes pour ces faits, dont ils furent malgré tout, pour rappel, les premières victimes de la haine des autres et de leur stupidité. Les condamner est trop facile en oubliant la violence et le racisme dont ils furent d'abord victimes par des hordes d'immigrés sauvages !
http://veilleur.blog.lemonde.fr/2010/01/10/italie-le-racisme-explose/#xtor=RSS-32280322


Réflexion trente-cinq (6 janvier 2010)
Quelques aberrations en ce début de décennie ...

Nous sommes passés de 2009 en 2010, changeant de décennie. On n'enregistre évidemment aucune différence par rapport aux mois et années passés en terme de choses aberrantes ; le contraire aurait été surprenant. En matière de lutte contre le réchauffement climatique, Copenhague n'a apporté aucune évolution ; notre planète continuera de se réchauffer au cours des prochaines années de la même manière qu'elle s'est réchauffée au cours de ces dernières décennies. Le capitalisme conduit toujours les affaires du monde, permettant aux plus riches de s'enrichir toujours plus, et aux plus pauvres de s'appauvrir toujours plus ... Seule évolution perçue ou à attendre, quelques nouvelles défaites de Nicolas Sarkozy en France, après la censure du conseil constitutionnel de sa loi instaurant sa taxe carbone pour excès de favoritisme à l'égard des grandes entreprises pollueuses ... En ligne de mire les élections régionales ...

Pour le pour le plaisr des uns et des autres, au cas où certains de ces articles vous aurez échappé ... d'abord la condamnation par le régime iranien du bilan français en matière d'arrestations pour la nuit de la Saint-Sylvestre (500 personnes arrêtées) ... en réponse aux critiques françaises vis-à-vis des arrestations en liaison avec les manifestations anti-gouvernementales en Iran ... La situation en Iran est certes triste, et aucun pouvoir ne devrait pouvoir se maintenir par la force face à son peuple ... Mais ne le font-ils pas tous, la France comprise. Sans pouvoir policier coercitif, Nicolas Sarkozy resterait-il au pouvoir ? Ce qui est amusant, c'est le parallèle réalisé entre une situation iranienne considérée comme gravissime en matière des droits de l'homme, et une situation française considérée comme normale, mais qui ne l'est peut-être pas tant que cela en matière de respect des droits de l'homme. «Le comportement de la police française (...) constitue un exemple évident de violation des droits civiques, politiques, sociaux, économiques et culturels du peuple français».

Deuxièmement, toujours en liaison avec cette nuit de la Saint-Sylvestre, le bilan 'positif' du gouvernement en matière de voitures brûlées, pourtant monstrueusement élevé (1.137 véhicules brûlés en une nuit) ce qui a conduit l'innénarable ministre de l'intérieur à se féliciter de l'enrayement de la tendance à la hausse. Pourtant, comme le rappelle l'article, il y a dix ou quinze ans, la droite attaquait le gouvernement Jospin de ne pas combattre l'insécurité en s'appuyant sur des chiffres, pourtant beaucoup bas, de véhicules brûlés à l'occasion de la Saint-Sylvestre : une centaine en 1998, 324 en 2004, 337 en 2005, 425 en 2006, 397 en 2007, 878 en 2008 et 1.147 en 2009. Comme quoi le bilan en matière de sécurité du gouvernement Sarkozy laisse à désirer ... Ou bien les cordonniers sont toujours les plus chaussés ... 
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/01/05/en-une-decennie-le-phenomene-des-voitures-brulees-s-est-etendu-et-banalise_1287638_3224.html

Autre article désastreux toujours en liaison avec une autre partie du même sujet, le bilan français en matière de gardes à vue, dont nous sommes non seulement les champions européens, mais qui constituent une forme grave d'atteintes aux droits de l'homme, et surtout d'arbitraire policier. 577 816 personnes ont été placées en garde à vue en 2008, soit près de 1% de la population française. Tous le monde peut être concerné : jeunes des quartiers difficiles, médecins, infirmières, syndicalistes et militants associatifs, enseignants, étrangers en situation irrégulière, conducteurs contrôlés avec un taux d'alcoolémie trop élevé ou trafiquants de stupéfiants, simples citoyens ayant eu le malheur de déplaire à un fonctionnaire de police ... Ce n'est pas une nouveauté, mais cela fait froid dans le dos ... Surtout en se référant à la situation des autres pays d'Europe, où la garde à vue est beaucoup plus strictement encadrée par la loi ...
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/05/triste-exception_1287609_3232.html
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/01/05/le-regime-de-la-garde-a-vue-a-la-francaise-est-une-exception-en-europe_1287637_3224.html

Toujours dans le domaine de justice, cette information du Monde selon laquelle la garde des sceaux, Michèle Alliot-Marie, veut une réécriture de tout le droit pénal français ... Nouvelle lubie du pouvoir sarkoziste, après la réécriture du code du travail, qui a quand même conduit à la modification profonde du droit du travail français et l'élimination de pas de mal de droits des salariés ... L'oeuvre de destruction et de reformulation du droit français entreprise par Sarkozy et ses séides dans les matières qui les intéressent n'est pas terminée. Entre parenthèse, il est intéressant de noter que le conseil constitutionnel n'a pas toujours eu le même regard vigilant sur le respect des principes constitutionnels, notamment en ce qui concerne les droits syndicaux bafoués dans la loi de démocratisation du droit du travail, que pour le rejet de la taxe carbone ...
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/06/michele-alliot-marie-veut-une-reecriture-de-tout-le-droit-penal_1263918_3224.html 

Enfin, dernier article du Monde traitant des clients remerciés par leurs établissements bancaires sous prétexte qu'ils ne consomment pas assez de produits financiers ou qu'ils contestent les frais de gestion de leurs comptes ... Le capitalisme à l'état pur ... avec un risque assez important à terme de prise en otage des clients avec la volonté croissante des banques de se positionner en matière d'assurance dommage, automobile ou immobilière. Il n'y a pas très longtemps, ma chargée de compte (Crédit agricole) a mentionné que j'étais un client 'presque' fidèle (depuis plus de 20 ans) sous prétexte que je n'avais pas mes contrats d'assurance chez elle ...
http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2010/01/04/ces-bons-clients-remercies-par-leur-banque_1287244_3238.html


Réflexion trente-quatre (24 septembre 2009)
Le comble de l'indécence en matière fiscale ...


Dans l'histoire de la liste des trois mille comptes bancaires détenus à l'étranger par le fisc français, on vient d'atteindre le comble de l'indécence, avec la demande d'un avocat parisien, spécialisé en droit des affaires, Maître Henri-Louis Delsol, d'un droit d'accès à ce fichier déposé auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Maître Henri-Louis Delsol, qui représenterait une demi-douzaine de personnes physiques, ainsi que l'association 'Contribuables Associés', a demandé à la CNIL de pouvoir vérifier la présence de ses clients sur cette liste de trois mille noms tout en respectant leur anonymat vis-à-vis de l'administration fiscale. Il interrogeait également la CNIL pour vérifier que cette liste de trois mille noms de contribuables suspectés de fraude fiscale par Bercy avait bien fait l'objet d'une déclaration auprès d'elle.

Réflexion trente-trois (9 septembre 2009)
Pas de têtes qui dépasse ... Lorsque le complexe du Président de la république française au sujet de sa petite taille dérape ...


Franck Louvrier de l'Elysée et Frédéric Lefebvre de l'UMP ont beau contester ; il ne fait pas bon être plus grand que le président de la république française en France. Le problème, c'est que Nicolas Sarkozy n'est pas grand, et que les français plus petits que lui ne sont pas très nombreux. Et que cela ne va pas régler le complexe apparent de Nicolas Sarkozy sur sa petite taille, qui le pousse notamment à se hisser sur la pointe des pieds sur les photos officiels, où se faire apporter des strapontins pour ses discours pour paraître plus grand.

Le 3 septembre 2009, alors que Nicolas Sarkozy visitait avec tout son aéropage une usine de l'équipementier automobile Faurécia en Normandie, les salariés présents lors de sa visite avaient été sélectionnés sur la base de leur petite taille. Une ouvrière retenue l'a ainsi publiquement reconnu pour la télévision belge RTBF. Et d'après des sources internes au groupe Faurécia, selon un délégué syndical CFDT de cette société, la demande venait directement de l'Elysée, histoire de ménager la susceptibilité du Président.
http://www.liberation.fr/brut-de-net/06011196-gare-aux-tetes-qui-depassent-celle-du-president

A quand des lois pour incarcérer tous les français dont la taille dépasse celle de M. Sarkozy (avec ou sans talonnettes ?) ? Ou alors de l'eugénisme, pour éliminer à la naissance tous les bébés dont la taille pourrait dépasser ultérieurement celle de M. Sarkozy. On en arrive là au comble de l'aberration.

A quand une visite de Nicolas Sarkozy chez les nains ? Je crains que Nicolas Sarkozy (ou son père) est mal choisi sa patrie d'adoption. Ce n'est pas en France que Nicolas Sarkozy aurait dû se faire élire président, mais parmi le peuple des pygmées, où les plus grands ne dépassent pas 1,7 mètre, pour une taille moyenne de 1,5 mètre. Nicolas Sarkozy aurait alors trouvé un peuple à son échelle, au sein duquel il aurait même pu passer pour un géant. Seuls les pygmées géants de 1,7 mètre lui auraient alors fait de l'ombre.

Quels autres hommes d'état ont été complexés par leur petite taille ? Pas le général de Gaulle évidemment ... Mais peut-être Adolphe Hitler ? Et parmi les non-hommes d'état, il y a aussi Tom Cruise de l'Eglise de Scientologie, qu'il avait reçu fastueusement lorsqu'il était locataire de Bercy !

... Et pendant le même temps, le penchant du pouvoir exécutif et du pouvoir policier en France pour les accusations terroristes à toutes les sauces continuent. Après l'affaire Julien Coupat, c'est au tour de Pierre Blondeau, un ancien militaire parachutiste, militant communiste actif, opposant aux éoliennes, et de dix de ses camarades, de faire les frais des procédures antiterroristes de la police française et d'interrogatoires musclés, alors que la police ne disposait de peu de preuves contre eux, si ce n'est quelques coïncidences (dont le nom de leur groupe militant, cellule Jacques Roux au lieu de cellule 34, comme le corbeau adressant des balles aux personnalités politiques signe ces courriers ... De nouveau la fixation du pouvoir et de la police sur l'extrême gauche. Pierre Blondeau est ainsi le rédacteur d’un journal d'extrême gauche local intitulé 'La commune'.
http://www.liberation.fr/societe/0101589042-la-traque-au-corbeau-fait-chou-blanc

Combien de temps dureront encore nos libertés publiques en France à ce régime sous la férule de Nicolas Sarkozy, entre une police ayant tout pouvoir sur les citoyens grâce aux lois antiterroristes, une justice aux ordres de l'exécutif condamnant toute critique vis-à-vis de Nicolas Sarkozy ou de ses ministres, et un exécutif aux abois gérant même la taille des personnes autorisées à croiser le président ?


Réflexion trente-deux (30 août 2009)
N'y a-t-il pas un risque d'instrumentalisation de la justice française et du délit de racisme dans ces affaires de plaintes pour injure publique lancées contre de hauts fonctionnaires français ?


Je vais aborder dans ce post le sujet sensible de la couleur de peau ; sujet qui me met relativement mal à l'aise et qu'il est malaisé d'aborder sans être taxé de racisme. Dans ces histoires, il y a plusieurs possibilités, allant de la réalité des injures proférées, jusqu'à l'existence d'une instrumentalisation de la justice française, en passant par des réactions disproportionnées des uns et des autres, sorties de leur contexte.

Il y avait d'abord eu l'affaire Kitenge vs Béranger en avril-mai 2008. Un vigile (noir) du magasin Carrefour de Bercy 2, Pierre-Damien Kitenge, se plaignait d'avoir été insulté par un haut fonctionnaire (blanc) du ministère de l'immigration et de l'identité nationale, Gautier Béranger. Après cela, le vigile se plaindra de pressions de la direction du magasin pour lui faire retirer sa plainte pour injure publique, puis donnera une interview au magazine Entrevue pour dénoncer ses pressions.
http://saucrates.blogs.nouvelobs.com/archive/2007/12/12/aberrations.html

Il avait finalement été débouté de sa plainte comme SOS Racisme qui s'était porté partie civile. Le parquet avait en effet classé sans suite les plaintes déposées par Pierre-Damien Kitenge et SOS Racisme. Ultérieurement, Carrefour avait poursuivi Pierre Damien Kitenge en justice suite à sa mise en cause dans la presse. Elle lui demandait 100.000 euros de dommages et intérêts. Le procès avait démarré devant le tribunal de grande instance de Nanterre, mercredi 24 juin 2009 (jugement en délibéré sauf erreur de ma part).

Un nouveau cas comparable a eu lieu fin juillet 2009. Cette nouvelle affaire met en cause un haut fonctionnaire (blanc de nouveau) du Ministère de l'Intérieur, Paul Girot de Langlade, préfet hors cadre, et des agents de sécurité (douanes ou police des frontières ?) de l'aéroport de Paris Orly, chargés du contrôle de l'accès aux avions. En l'espèce une nouvelle fois, les agents de l'aéroport, noirs, se plaignent d'insultes racistes prononcées par le haut fonctionnaire blanc. Trois plaintes ont été déposées à l'encontre de Paul Girot de Langlade, et il a été immédiatement suspendu (une quinzaine de jours après les faits) pour injures racistes par le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux (auparavant Ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale). Le haut fonctionnaire se plaint pour sa part d'un comportement agressif des agents de l'aéroport à son égard. Heureusement, la scène a été filmée.
http://www.liberation.fr/societe/0101587297-le-prefet-accuse-de-racisme-s-en-prend-a-hortefeux

Quel crédit apporté aux déclarations des uns et des autres. Ces faits me posent néanmoins problème. A priori, j'ai l'impression bizarre que l'on se trouve dans ces deux cas face à une instrumentalisation de la plainte pour injure raciste à l'encontre de personnes importantes dans un but vengeresse à l'encontre de l'ensemble de la population blanche de la France. Un peu comme si une minorité de la population voulait faire passer le message que ce genre de désagrément peut tous nous concerner si nous osons manquer de respect ou oser un regard vers la fraction de la population de couleur noire de la France.

Ces faits ne me surprennent pas non plus. Je voyage en effet régulièrement par l'aéroport d'Orly, et des amis me faisaient justement remarquer que l'ensemble des personnels chargés des contrôles de sécurité, sur certaines portes d'accès, étaient majoritairement noirs, et qu'ils étaient relativement agressifs à l'encontre des voyageurs blancs, donnant parfois l'impression d'abuser avec eux de leur possibilité de fouille au corps, de palpation ou de contrôle des bagages à main. Disons que ces désagréments m'arrivent également chaque fois que je passe ces postes de contrôles. Une sorte de contrôle au faciès inversé, qui n'a rien de très méchant, ni de très contestable, puisque je ne suis pas choqué par les contrôles d'identité au faciès de la police française. 

Dans le cas de l'affaire opposant les agents chargés de la sécurité d'Orly au préfet hors cadre Paul Girot de Langlade, il faut espérer que les bandes vidéo permettront rapidement de vérifier le bien-fondé de l'une ou l'autre des deux versions.

Il y a bien sûr d'autres possibilités dans ces deux affaires. Que ces plaintes visent justement deux hauts fonctionnaires français n'est vraisemblablement pas anodin. Les hauts fonctionnaires sont des personnes imbues de leur autorité, de leur respectabilité, de leur supériorité sur le commun des mortels, habitués au respect et à la déférence qu'ils estiment leur être dû. Je me rappelle cette autre histoire d'une gendarmette ayant arrêté un motard, qui s'était révélé être un sous-préfet chargé de la sécurité routière, et qui avait refusé d'être contrôlé par une petite gendarmette (je ne sais plus si elle était noire ou blanche et cela n'a pas d'importance) et lui avait demandé si elle savait qui il était. Ces personnes, imbus de leur statut de hauts-fonctionnaires français, peuvent ainsi très mal vivre de se voir soumis à un contrôle d'identité qu'ils peuvent estimer dégradant, habitués qu'ils sont à la déférence de leurs vis-à-vis, et au luxe des premières classes. Dans ces conditions, leur réaction eusse été vraisemblablement la même si les personnes chargées du contrôle avaient été des agents de sécurité blancs, mais aucune plainte pour injure raciale n'aurait vraisemblablement alors pu être déposée contre ces deux hauts fonctionnaires pour ce motif ou un autre.

Pour ma part, je pense que ces plaintes pénales pour injure raciale sont exagérées et disproportionnées. Elles n'auraient par ailleurs aucune nécessité si les personnes chargées de la sécurité, dans les aéroports ou dans les hyper-marchés ne se sentaient pas autorisées à abuser de leur pouvoir de contrôle et de leur capacité de nuisance à l'égard de leurs vis-à-vis. Il est à craindre que l'on donne un pouvoir beaucoup trop important à des personnes qui ne rêvent que de prendre une revanche sur la vie et sur ceux qu'ils estiment faire partie de leurs oppresseurs. Vis-à-vis qui n'ont alors que le choix de supporter stoïquement la crise d'autorité de ces petits tyrans dans leur petite fonction ... 

Il est toutefois dommage que des plaintes instrumentalisées viennent rendre illégitimes toutes les plaintes pour les véritables actes racistes dont sont encore régulièrement victimes dans la vie de tous les jours, dans le monde du travail notamment ou dans l'accès au logement, les personnes noires d'origine africaines, antillaises ou réunionnaises.

Ce qui serait enfin également bien, c'est que SOS Racisme cesse de s'intéresser au seul racisme frappant les personnes noires de peau (ou non blanches), et s'intéresse également, comme son nom l'indique également, à toutes les formes de racisme, et notamment au racisme anti-blancs dont les personnes blanches de peau sont également victimes en France ou dans l'outre-mer français, aux Antilles tout particulièrement.


Réflexion trente-et-une (27 août 2009)
La couleur de peau des Miss ... suite de mes réactions au post de M. Lozès sur la couleur de peau de Miss Royaume-Uni ...


Pour en rester au sujet de la couleur de peau des Miss comme indicateur de racisme (ou de non-racisme) d'un peuple, que celui-ci constitue une région que l'on puisse considérée comme issue d'un peuplement historique (comme la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique, la Corse, la Bretagne, le Pays Basque, la Catalogne ...) ou une nation, également issue de flux de peuplement historique (la France, l'Angleterre, le Nigéria ...) à moins qu'on ne l'appréhende comme une construction administrative ou le résultat d'une conquête militaire et de l'extermination des peuples vaincus, je voudrais dire quelques mots sur le concours de Miss Univers.

Le fait que la France, de même que plusieurs autres pays européens (Angleterre, Suisse ...), puisse y être représentée par une Miss dont la couleur de peau est noire, était donc considérée comme un symbole d'absence de racisme de notre part. Dans ce cas-là, je m'étonne que les Miss représentant les quatre-vingt huit autres pays, je pense notamment aux pays africains, ne soient pas inversement majoritairement de couleur de peau blanche (par exemple Miss Nigéria), si cela démontre effectivement une absence de racisme de la part d'un peuple ou d'une nation.

La couleur de peau comme indicateur de racisme ou d'absence de racisme me semble ainsi être un concept aberrant, n'en déplaise à M. Lozès. Il ne s'agit que de l'élection d'une belle jeune femme à un moment donné, qui n'a d'importance que pour cette personne (d'être considérée un jour comme la plus belle jeune femme par rapport à un ensemble de prétendantes à un titre) et qui n'a d'autre signification que celle-là. Au plus peut-on y voir une représentation des canons de la beauté en vigueur à un moment donné dans certaines sphères d'un pays. Y voir un quelconque autre signe, lié par exemple au racisme, relève de l'aberration et pourrait alors nous conduire à nous interroger sur le racisme des autres peuples que le nôtre. Et il ne resterait plus alors, dans ce cas, aux blanches et aux blondes, que d'aller se faire élire pour les concours de beauté en Afrique ou en Asie ...


Réflexion trente (17 août 2009)
La couleur de peau de nos Miss peut-elle être considérée comme un test sur le racisme des peuples ? Et si l'on est d'accord avec M. Lozès du CRAN, quels 'peuples' sont les plus racistes, des français, des bretons, des anglais, des réunionnais ou des antillais ?


A lire M. Lozès, président du CRAN (conseil représentatif des associations noires), dans un papier de ces derniers jours, la couleur de peau d'une Miss semble être un signe indubitable du racisme (ou de l'absence de racisme) d'un peuple. Il citait ainsi l'exemple de la Grande Bretagne qui, pour la première fois de son histoire, avait élu une jeune femme métissée comme Miss Grande Bretagne (ou Miss Angleterre). La diversité, même dans les concours de beauté, lui semblait être un bon indicateur du degré de racisme d'une société anglaise comparée à la société française puisqu'il rappelait que la France avait eu à plusieurs reprises des Miss France métissée avant les deux dernières heureuses élues (Chloé Mortaud en 2009 et Valérie Bègue en 2008), notamment au cours des décennies précédentes.

Cette position fleure trop bon les statistiques ethniques pour me plaire (lire le blog de Usbek pour de plus amples discussions sur le sujet). La couleur de peau et les goûts des concours de beauté organisés par Mme de Fontenay comme indicateur de racisme ? Cela me semble complètement gratuit et débile. On peut aimer les filles 'black' tout en étant au fond raciste et inversement. Quand au racisme touchant les mecs ... mieux vaut ne pas en parler ...

Mais bon, pourquoi pas. Ainsi Bianca Taillard, Miss Bretagne était une belle jeune femme métissée l'année dernière, d'origine malgache (première jeune femme de couleur à représenter cette région ... elle se présenta tout de même trois fois -parait-il- à l'élection avant d'être élue ... j'ignorais que le redoublement était autorisé dans ce genre de concours ...), de même que Chloé Mortaud, Miss Albigeois/Midi-Pyrénées et surtout Miss France 2009. Egalement, Valérie Bègue, Miss Réunion et Miss France 2008, était également une jeune femme métissée originaire de la Réunion. Si l'on entend M. Lozès, les français, les bretons, les habitants du Midi-Pyrénées, ne seraient donc pas majoritairement racistes ...

Mais qu'en est-il des domiens, ces habitants de la Réunion, de la Martinique, de la Guadeloupe, si on suit le raisonnement en béton du sieur Lozès ? On observe dans ces trois départements d'outre-mer (je ne parlerais pas des élections de Miss Tahiti, de Miss Guyane ou autre Miss Mayotte dont je ne connais pas grand chose ...) que la diversité ethnique y est évidemment favorisée, mais qu'à l'inverse, jamais aucune jeune femme typée métropolitaine, blonde aux yeux bleus ou chatain aux yeux verts à la peau blanche, n'y a été, de mémoire, récemment élue ... D'une certaine façon, on peut dire que le phénotype ethnique favorisé pour ces élections est le type créole, et que les jeunes femmes blanche de peau n'y ont pas leur place pour représenter la Réunion, la Martinique ou la Guadeloupe. Cela ne me semble pas phénoménalement incompréhensible, au fond. Miss Réunion ou Miss Guadeloupe doivent ressembler à une réunionnaise ou à une guadeloupéenne, pour que l'élection de Miss France demeure compréhensible, de la même manière que Miss Bretagne devrait ressembler à une bretonne.

Mais évidemment, qu'est-ce qu'une bretonne, une réunionnaise ou une guadeloupéenne, à l'heure du brassage des populations ? La situation dans ces départements d'outre-mer est tellement insidieuse que le choix des postulantes à l'élection des Miss à la Réunion, en Martinique ou en Guadeloupe exclut d'office les filles blanches blondes ou chataines, qui ne sont jamais représentées pour l'élection où le préchoix est réalisé en fonction d'un type idéal de la beauté créole ... vraisemblablement de peur que les téléspectateurs ne votent massivement pour une candidate qui ne correspondrait pas au profil souhaité.

Pourtant, si on suit le raisonnement du sieur Lozès du CRAN et de ses chères statistiques ethniques, si on suit même Miss Bretagne 2008 qui ressent comme une victoire son élection l'année dernière, les réunionnais, les guadeloupéens, les martiniquais seraient majoritairement beaucoup plus racistes que leurs homologues bretons, du Midi-Pyrénées ou métropolitains. CQFD (ce qu'il fallait démontrer).

Alors, RACISME ou pas RACISME ?

(Je n'ai même pas parlé de la dictature de la minceur dans ces concours de Miss qui représente la véritable hérésie de ces concours de beauté et leur donne un caractère artificiel comme à l'ensemble de l'univers de la mode et du manequinat ... la véritable discrimination ne concernant pas en fait la couleur de peau mais le tour de taille, avec un culte de l'apparence anorexique ... sorry Miser Lozès de ne pas être au fond d'accord avec vous ...)


Réflexion vingt-neuf (30 juin 2009)
L'existence de contrôles d'identité au faciès ???


Deux articles de journaux traitent aujourd'hui des contrôles au faciès de la police française. Des chercheurs auraient réussi à prouver que les forces de l'ordre effectueraient des contrôles d'identité discriminatoires vis-à-vis des arabes et des noirs ...
http://www.liberation.fr/societe/0101577120-le-controle-au-facies-demontre-par-a-b
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/06/30/la-police-mise-en-cause-pour-ses-controles-au-facies_1213277_3224.html

Après avoir lu ces articles, ce que je trouve aberrant, ce n'est pas tant les faits observés par ces chercheurs, mais cette volonté de tout le monde, de ces 'scientifiques', des bonnes âmes luttant pour les droits des sans-papiers, pour les noirs ou pour les arabes, contre la police, de vouloir que les contrôles d'identité ne soient pas au faciès. Pour quelles raisons les contrôles au faciès devraient-ils être interdits ? Pour quelles raisons tout le monde devrait-il se faire contrôler ?

Pour quelle raison des femmes enceintes, de bons petits vieux ou de bonnes petites vieilles, qui manifestement ne feraient pas de mal à une mouche, devraient-ils être contrôlés ? Pour quelle raison un français bon teint, en costume cravate, serait-il également contrôlé ? Quel crime pourrait-il avoir commis (à part avoir dillapidé nos économies ...) ? Combien de personnes de son type et de son apparence ont-ils commis des crimes ?

Qu'il y ait des contrôles au faciès ne me gêne pas. Les contrôles d'identité servent en fait à contrôler des personnes à risques, qui ont pu commettre des crimes ou des délits, qui peuvent être en situation irrégulière ... Il est donc pour moi totalement normal que les types de personnes les plus souvent concernées par de tels problèmes, dans les vols, en situation irrégulière, soient le plus concernés par ces contrôles d'identité. Ce sera évidemment de manière préférentielle des jeunes plutôt que des vieux, noirs ou arabes plutôt que blancs, habillés en caïd ou en loubard plutôt qu'en costume cravate ... Que cela ait pu être mesuré scientifiquement ; la belle affaire.

Evidemment, tout le monde aura compris que je ne suis pas concerné. Et que les rares fois où je suis contrôlé, c'est plutôt pour redresser les statistiques, par accident, plutôt que par problème réel ou par risque supposé. Mais ces contrôles d'identité également au faciès, parce que blanc, pour redresser les statistiques, ne posent-ils pas problème également. Ne constituent-ils pas une perte de temps ?

Et les mesures proposées par ces 'chercheurs' sont simplement inopportunes ... Recenser les types raciaux et l'âge des personnes contrôlées n'a pas de sens sans savoir au milieu de quelle population ses contrôles ont eu lieu. A Barbès ou dans le seizième arrondissement, ce n'est pas exactement les mêmes personnes que l'on croise, ni les mêmes types raciaux.

J'ai de plus en plus l'impression que, pour une partie de ceux qui critiquent la société française, qui dénoncent la police ou la justice, pour les bonnes âmes défendant sans papier et autres victimes de discrimination raciale, c'est notre modèle même de société qu'ils contestent. Ils voudraient une société sans police, sans force de l'ordre, sans lois, une sorte de jungle où seuls les plus forts l'emporteraient. Mais peut-être ces personnes (Anna par exemple) se sont-elles trompées de pays ? Peut-être devraient-elles changer de pays, de patrie ? L'Iran leur irait très bien, par exemple ... Ces personnes découvriraient ainsi ce qu'est réellement une dictature !


Réflexion vingt-huit (26 juin 2009)
Les suites de l'affaire Pierre-Damien Kitenge contre Gautier Béranger ...


Rappelez-vous ! C'était en avril-mai 2008. Je m'en étais saisi dans un de mes articles. Un vigile du magasin Carrefour de Bercy 2, Pierre-Damien Kitenge, se plaignait d'avoir été insulté par un haut fonctionnaire du ministère de l'immigration et de l'identité nationale, Gautier Béranger. Après cela, le vigile se plaindra de pressions de la direction du magasin pour jui faire retirer sa plainte pour injure publique, puis donnera une interview au magazine Entrevue pour dénoncer ses pressions.
http://saucrates.blogs.nouvelobs.com/archive/2007/12/12/aberrations.html

Cette histoire semblait s'être arrêtée à ce point. Le parquet avait classé sans suite les plaintes déposées par Pierre-Damien Kitenge et SOS Racisme. Mais Carrefour a poursuivi Pierre Damien Kitenge en justice suite à sa mise en cause dans la presse. Elle lui demande aujourd'hui 100.000 euros de dommages et intérêts. Le procès a démarré devant le tribunal de grande instance de Nanterre, mercredi 24 juin 2009, plus d'un an après les faits. Sauf erreur, Pierre Damien Kitenge ne travaillait plus pour Carrefour Bercy 2 depuis ces évènements.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/06/25/carrefour-poursuit-un-vigile-en-diffamation_1211337_3224.html

A l'époque, les faits reprochés par le vigile au client me paraissaient bizarres, ou pas clairs. De toute façon, je n'accepte pas plus que ce client de me voir contrôler mon identité par des caissiers d'une grande surface, quelque soit leur sexe ou leur couleur de peau. Je me refuse personnellement à devoir prouver mon identité à des personnes autres qu'assermentées par le gouvernement (police ou gendarmerie) et paye pour cette raison tous mes achats depuis des décennies par carte bancaire pour m'éviter ce genre de désagréments ... (j'évite même désormais de payer avec une carte American Express, pour laquelle les caissiers demandent également une pièce d'identité). Je suis particulièrement surpris que des gens puissent faire tout un foin pour quelques contrôles d'identité au faciès de la part de la police ou de la gendarmerie, mais trouvent normal que l'on puisse se faire contrôler systématiquement son identité par des vigiles ou des caissiers. Cela me semble aberrant.

Je m'interrogeais à l'époque pour savoir si une pauvre victime régulière (vraisemblablement) de contrôle au faciès (Pierre-Damien Kitenge) n'aurait pas pu avoir l'envie de se venger sur les clients du supermarché où il travaille, et tout particulièrement sur un haut fonctionnaire du ministère de l'immigration et de l'identité nationale.

Il est clair que si cette histoire n'avait pas été inventée de toute pièce par Pierre Damien Kitenge, et qu'il avait bien été victime d'insultes racistes du haut fonctionnaire incriminé, le déroulement de l'affaire, le procès actuel et la somme réclamée par Carrefour doivent paraître particulièrement injustes. Mais si toute cette histoire a été inventée, alors cette personne n'a que ce qu'elle mérite, et la somme demandée ne me semblent absolument pas disproportionnée, quoique puissent en dire les bonnes âmes si vives à défendre les affaires concernant des personnes issues de l'immigration.


Réflexion vingt-sept (27 mai 2009)
Hervé Eon et l'histoire d'une insulte célèbre ...


Il y a plus d'un an, en février 2008, au salon de l'agriculture, Nicolas Sarkozy gratifiait une personne qui refusait de lui serrer d'un désormais célèbre «casse toi pov'con». Le président de la république ne pouvant être poursuivi par la justice française au cours de son mandat, le pauvre quidam insulté ne pouvait évidemment pas obtenir réparation de cette insulte (jurisprudence que nous devons à notre regretté président Jacques Chirac ...).

Le 28 août 2008, Hervé Eon, militant du Parti de Gauche (de Jean-Luc Ménanchon), ancien conseiller général PS de Laval, et candidat aux prochaines élections européennes, était arrêté en possession d'un pancarte où se trouvait écrit cette même expression, qu'il exhibait sur le passage de Nicolas Sarkozy, lors d'un déplacement présidentiel à Laval, au milieu d'autres contestataires. Cela lui vaudra d'être poursuivi pour délit d'outrage à l'égard du président de la république. Il est ainsi possible de condamner une personne pour des faits, à l'égard de la personne même qui a prononcé cette insulte, et qui n'a jamais été poursuivi pour cela et qui ne peut pas l'être. La preuve par l'absurde de l'absurdité de notre démocratie et de l'inégalité des uns et des autres devant la loi ...

Début novembre 2008, ces faits lui vaudront un procès pour délit d'outrage, qui conduira le parquet a requérir une amende de 1.000 euros contre Hervé Eon. Le jugement du tribunal correctionnel de Laval conclura à une amende symbolique de 30 euros avec sursis, ce qui est soi, était déjà une victoire pour le poursuivi.
http://www.rue89.com/2008/11/06/casse-toi-povcon-30-euros-avec-sursis-pour-herve-eon

Celui-ci ne s'avouera cependant pas satisfait de ce jugement, voulant obtenir sa relaxe. Le délit d'offense au chef de l'état peut pourtant être puni d'une peine de 45.000 euros ; la modicité de la condamnation étant déjà une preuve du malaise de la justice devant une poursuite aussi abusive de la part de l'état. Il fera appel de ce jugement ...
http://www.politis.fr/Casse-toi-pov-con-Herve-Eon,4886.html

Sa peine sera néanmoins confirmé en appel.
http://www.lepost.fr/article/2009/03/26/1471497_angers-30-euros-avec-sursis-pour-herve-eon.html

Hervé Eon vient aujourd'hui de se voir refuser l'aide juridictionnelle pour se pourvoir en cassation contre ce jugement.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090527.OBS8182/cassetoi_povcon__aide_juridictionnelle_refusee_a_herve_.html

Engagé dans sa lutte du pot de terre contre le pot de fer, Hervé Eon se pourvoira-t-il néanmoins en cassation pour obtenir la cassation du jugement contesté ?


Réflexion vingt-six (21 avril 2009)
Les abus en matière de sécurité sociale en France ...


Les traders français exilés à Londres ou à l'étranger du temps de leur splendeur, reviennent désormais en France toucher les allocations chômage, eux qui n'avaient pas de mots suffisamment durs à l'encontre du modèle social français obsolète, et qu'ils se refusaient à financer par leurs impôts et leurs cotisations sociales !

Cette nouvelle m'a évidemment surpris. Des députés s'en sont étonnés à la barre de l'hémicycle parlementaire et ont interrogé le gouvernement, qui n'a pu répondre.

Le mécanisme utilisé par les traders (pas fous dans l'histoire) est assez simple. Les traders de retour d'exil doivent avoir été employés quelques jours dans une entreprise française pour pouvoir bénéficier d'allocations calculées sur la base de leurs revenus en exil (il ne faut pas dépasser un an d'emploi en France, sinon, ce sont ces derniers revenus qui sont pris en compte). Le chic pour les traders licenciés dans leurs beaux pays d'exil (mais moins beaux apparemment lorsqu'il s'agit de couverture chômage ...) est de travailler quelques jours à quelques semaines dans un Mac Donald ... avant de le quitter pour bénéficier des allocations chômage ... Ils bénéficient alors des allocations maximales obtensibles auprès des Assedics (plus de 6.000 euros par mois tout de même) grâce à leurs fiches de paye de golden boy d'exil ...

Cela semble terriblement injuste vu comme cela. Ces traders et ces exilés bénéficient simplement des règles normales des Assedics, qui sont simplement dans ce cas dévoyées pour toucher les Assedics, comme n'importe quel travailleur revenant d'exil ... comme par exemple un français qui aurait été employé dans des restaurants en Espagne ou en Italie ...

Il est aberrant et inacceptable que des personnes qui ont fait en sorte d'éviter de financer la solidarité nationale en s'exilant à l'étranger et en coutournant nos lois sociales, puissent malgré tout revenir en période de crise pour bénéficier de cette même solidarité nationale, sans qu'on ne puisse rien faire contre eux ! Il est encore plus aberrant qu'ils puissent en plus être mieux traités par les Assedics que tous ceux qui ont joué le jeu du financement de la solidarité nationale et qui se retrouvent malgré tout à devoir toucher les Assedics.

L'aberration, c'est à la fois que des golden boys ne jurant que par les pays anglo-saxons et par le libre marché osent revenir vivre en France pour toucher les Assedics lorsque la situation économique se dégrade ... C'est aussi qu'ils puissent être couverts par les Assedics alors qu'ils n'ont pas cotisé au cours des années précédentes ... Et c'est enfin et surtout qu'ils puissent toucher des allocations de plus de 6.000 euros par mois dans ces conditions ...

Et on n'entendra même pas un ... Merci La France ...

Evidemment, il ne s'agit pas des seuls passagers clandestins de notre système social. Ce n'est pas non plus le seul cas de passagers clandestins du système social qui soient mieux traités par le système que les honnêtes cotisants. En matière de sécurité sociale, les bénéficiaires de la CMU (couverture maladie universelle) sont également mieux traités, mieux couverts, que les honnêtes cotisants salariés ... Le problème, c'est évidemment qu'un grand nombre d'entre eux ne sont pas de véritables exclus du système social, mais choisissent la voie du travail non déclaré ou de l'assistanat social pour profiter des failles du système, comme les golden boys français de la finance anglosaxonne, qui viennent désormais profiter des filets de sécurité sociaux de la France.

On s'aperçoit qu'il y a des problèmes chaque fois que l'on mélange des systèmes de sécurité sociale et des systèmes d'assistance sociale et de lutte contre l'exclusion. Le déficit de la Sécurité sociale française est actuellement en train d'exploser et devrait dépasser le plafond de 18 milliards d'euros cette année voté au parlement. Les Assedics devraient également devenir fortement déficitaires, alors que le taux de chômage devrait exploser pour dépasser 10% de la population active en 2009 et 2010.

Les Assedics ne devraient pas avoir à traiter le problème de l'assistance sociale pour les français partis à l'étranger, et les personnes concernées ne devraient pas voir ces périodes être prises en compte pour le calcul de leurs allocations (à moins qu'ils n'aient choisi de cotiser à la caisse des français de l'étranger). Pas plus qu'ils ne devraient traiter du problème des intermittents du spectacle. De même, la Sécurité sociale ne devrait pas financer la CMU, ni leur octroyer des droits sociaux plus intéressants qu'au reste des cotisants ...


Réflexion vingt-cinq (20 février 2009)
La justice et la corruption aux Etats-Unis ...


Deux juges américains (Mark Ciavarella, 58 ans, et Michael Cohahan, 56 ans) condamnaient pour des motifs parfois fantaisistes des jeunes américains à des peines d'enfermement dans des camps disciplinaires privés en échange d'une rémunération substantielle (2,6 millions de dollars entre 2003 et 2006). Cela se passait en Pennsylvanie dans le comté de Luzerne. 5.000 jeunes de 13 à 18 ans auraient été jugés coupables par ces deux juges et 2.000 d'entre eux auraient été envoyés en détention dans un centre de détention privé, Western PA Childcare (qui recevait en échange des fonds de la part du comté de Luzerne pour couvrir les frais d'incarcération, dont une partie est récupérée par les deux juges). Issus de familles dévaforisées et peu instruites, dans une ancienne région minière pauvre à majorité blanche, ces jeunes étaient des cibles faciles.

Les motifs des condamnations pourraient faire sourire si cela n'était pas terrible : trois mois en centre de redressement pour une adolescente pour une fausse page sur Myspace moquant le principal adjoint de son collège ; neuf mois pour un garçon pour avoir volé un flacon d'épices de noix de muscade d'une valeur de 4 dollars ; trois mois pour avoir volé de la monnaie dans une voiture ; plusieurs week-ends en camp de redressement pour un garçon de 13 ans pour avoir exploré un bâtiment désaffecté ... On se croirait revenu dans les livres de Dickens ...

Cela se passait aux Etats-Unis, patrie de la démocratie et des droits civiques ... La soif de l'argent peut pousser les personnes aux pires crimes. Une des faiblesses des Etats-Unis et de leur système judiciaire pourtant ancestral ...

Les deux juges sont accusés de conspiration pour fraude contre les Etats-Unis. Ils ont reconnu devant un tribunal fédéral de Pennsylvanie avoir "conclu un accord pour garantir la fourniture de jeunes délinquants" auprès des deux sociétés privées d'exploitation de prisons. La Cour suprême de Pennsylvanie a nommé un magistrat qui va revoir tous les cas traités par ces juges corrompus. En reconnaissant leur culpabilité, les deux juges, qui ont été suspendus mais laissés en liberté, risquent un minimum de sept ans de prison. Il peuvent être condamnés à une peine supérieure, allant jusqu'à vingt-cinq ans de détention. Leur jugement ne devrait pas intervenir avant plusieurs mois. (source Le Monde)


Saucratès


23/12/2010
0 Poster un commentaire

Aberrations (2)

Réflexion vingt-quatre (16 février 2009)
La libération de prison de Jean Charles Marchiani ...


Jean Charles Marchiani, ancien préfet du Var, est sorti de prison ce lundi matin, après neuf mois d'incarcération. Il avait été condamné à trois ans et à un an de prison dans deux affaires pour avoir perçu des commissions occultes dans le cadre de passations de marchés à la fin des années 1990 (2,7 millions d'euros en marge de contrats publics concernant un équipement de l'aéroport de Roissy et une vente de chars au Moyen-Orient). Sa double condamnation était devenue définitive après le rejet de ses pourvois le 19 mars 2008 par la Cour de Cassation et il avait été incarcéré le 26 mai 2008 à la prison de la Santé. Il avait aussi été emprisonné durant l'enquête entre août 2004 à février 2005. Il a bénéficié d'une remise de peine de six mois accordée par le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, en décembre 2008. On soupçonnait cette mesure de grâce partielle collective d'avoir en fait uniquement pour objectif la libération de Jean Charles Marchiani.

Jean Charles Marchiani aura ainsi passé 16 mois en prison dans cette affaire, au lieu des trois et une années auxquelles il avait été condamné (ramené à 30 mois après la grâce partielle accordée par Nicolas Sarkozy). Il a bénéficié d'aménagement de peine et d'une libération conditionnelle, ordonnée vendredi par un juge d'application des peines du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Il doit être noté que ces juges sont beaucoup plus rapide pour libérer un homme comme Jean Charles Marchiani, qui dispose de soutiens importants à l'UMP et au gouvernement, malgré le fait qu'il a pourtant été condamné pour une peine infâmante, que pour libérer des jeunes gens bénéficiant pourtant de la présomption d'innocence comme Yldune Levy et Julien Coupat, soupçonnés par le gouvernement (et vraisemblablement par certains dans la police ou la justice) d'actes de terrorisme ...

Pourquoi me sens-je plus choqué par la libération de Marchiani que par celle d'Yldune Lévy ? Pourquoi suis-je choqué par le fait qu'un condamné puisse être libéré à peine la moitié de sa peine (réduite) terminée ?

Vraisemblablement parce que dans ces affaires, nous ne sommes pas tous traités de manière égalitaire par la justice. Combien de personnes ont pourtant fait la moitié de leur peine mais ne sortent pas de manière anticipée de prison, même sans avoir tué, violé, volé, blessé ou violenté, simplement parce qu'ils ne bénéficient des mêmes appuis que Jean Charles Marchiani ?


Réflexion vingt-trois (24 janvier 2009)
Les meurtres d'opposants politiques au régime russo-tchétchène de Ramzan Kadyrov ... l'exemple de l'assassinat à Vienne en Autriche d'Oumar Israïlov, qui avait porté plainte pour torture contre le président tchétchène auprès de la Cour européenne des droits de l'homme ... mais auquel les autorités autrichiennes avait refusé une protection en tant que témoin ...


La guerre en Tchétchénie paraît tellement loin. On se focalise sur la situation en Israël, à raison cependant, et on oublie cette guerre atroce à quelques pas de chez nous, et les assassinats et les enlèvements de centaines d'opposants tchétchènes ou de journalistes et de militants des droits de l'homme tchétchènes ou russes ... Oumar Israïlov est mort à Vienne, tué par balles le 13 janvier dernier (il y a onze jours) ... Il avait porté plainte contre le président tchétchène Ramzan Kadyrov pour actes de tortures. Il avait été capturé en avril 2003 par les hommes de Kadyrov, puis détenu et torturé pendant trois mois (passages à tabac, brûler avec une tige métallique chauffée à blanc, électrocution par des fils électiques à l'oreille et à un doigt). Il est ensuite forcé de rejoindre les milices du dirigeant tchétchène. Il assiste à des séances de tortures de combattants tchétchènes et à des exécutions sommaires. En avril 2004, Oumar Israïlov s'enfuit avec son épouse et ses enfants vers la Russie, puis la Pologne et enfin l'Autriche, avant de porter plainte auprès de la CEDH.

D'après certaines informations, une liste de 5.000 opposants politiques tchétchènes à Kadyrov à rapatrier en Tchétchènie existerait, parmi lesquels 300 doivent mourir. Oumar Israïlov en faisait partie. Un département spécial du pouvoir tchétchène est chargé de ces exécutions.

Cela se passe aux portes de l'Union européenne, alors que nos dirigeants politiques, Nicolas Sarkozy en tête, tentent de conserver les meilleures relations avec le pouvoir russe et notamment avec son premier ministre et ex-président Vladimir Poutine ... celui-là même qui protège le président tchétchène Ramzan Kadyrov et lui a même décerné la plus haute décoration russe en 2004 ... la médaille du Héros russe ... Et cet assassinat avait lieu en Europe ... de même que de nombreux autres assassinats et enlèvements ...

200 autres dossiers attendent d'être traités par la Cour européenne des droits de l'homme. Combien d'entre eux seront morts avant que la justice européenne ne traite leurs affaires et condamne leurs tortionnaires ? Ces assassinats rappellent aussi des assassinats de journalistes ou d'avocats russes perpétrés en plein coeur de Mouscou, en Russie, telle la journaliste Anna Politkovskaïa, assassinée en octobre 2006 à Moscou, ou l'avocat Stanislas Markelov et la journaliste Anastassia Babourova, assassinés à Moscou le 19 janvier 2009. Stanislas Markelov défendait de nombreux tchétchènes victimes de crimes de guerre. Il venait de donner une conférence de presse pour dénoncer la remise en liberté d'un militaire russe condamné pour le meurtre d'une jeune tchétchène Elsa Koungaeva ...

Et certains considèrent les dirigeants russes comme des partenaires crédibles et des modèles ? Il ne faut pas avoir peur d'approcher ce genre de personnes.

 

Réflexion vingt-deux (31 décembre 2008)
Pour finir l'année 2008 en beauté ...


Je trouve qu'il y a une formidable aberration à dénoncer le colonialisme passé de la France, à dire le plus de mal possible d'un tel état, tout en dépendant financièrement des subsides versés par le gouvernement de ce même état, tout en étant résident d'un autre état et à hurler en plus au crime et à dénoncer une censure. Il ne faut pas avoir peur du ridicule à cet exercice.

L'écrivain malgache Jean-Luc Raharimanana accuse en effet le gouvernement français de censurer sa pièce de théâtre après que la direction générale de la coopération internationale et du développement (DGCID), dépendant du Quai d'Orsay, ait annulé sa tournée prévue en Afrique australe et dans l'Océan Indien.

Son spectacle nommé '47' a pour thème l'insurrection nationaliste malgache de mars 1947 et sa répression par le pouvoir militaire colonial français. Au cours de ces évènements, de nombreuses morts avaient été enregistrées, que ce soit du côté des insurgés (100.000 selon les sources malgaches) ou du côté des français installés à Madagascar.

Tout le monde ne partage pas mon avis sur l'aberration de cette requête, qui selon moi, serait plus naturelle si elle était faite à l'attention du ministère malgache de la culture ou des affaires étrangères. La Ligue des droits de l'homme et la Société des gens de lettres ont demandé à Bernard Kouchner d'annuler cette décision.

Personnellement, je trouve un peu gros de devoir financer un spectacle qui explique que la France est accusée de « massacre colonial, trahison des valeurs de la Révolution française, trahison de l'honneur de la Résistance et des principes des Droits de l'Homme » ... Que ce spectacle engagé politiquement puisse être montré à l'étranger grâce à des financements de l'état malgache ; je n'ai rien à y redire. C'est la liberté d'opinions ! Mais on ne peut pas en plus être obligé de participer à son financement, voire même d'y assister, ou à défaut être condamné pour censure voire colonialisme.

Certaines personnes comme ce Jean-Luc Raharimanana n'ont pas froid aux yeux. Gageons que certains élus de la république française se feront une joie de laisser cet acolyte produire sa pièce de théâtre en France ...


Réflexion vingt-et-une (17 novembre 2008)
Massacres de dauphins par l'homme aux Iles Féroé ou au Japon ... Ou la part de férocité de l'espèce humaine ...


Le folkore ! Cela se passe dans les Iles Féroé, ancienne colonie Viking qui se situe en plein océan Atlantique, entre l'Ecosse et l'Islande ... « Chaque année, près de 1.500 globicéphales (ou baleines pilote), paisibles et sympathiques cétacés à peau noire, sont rabattus vers des baies où les attend une bande de tueurs ivres de sang et de bière forte, qui les massacrent juste pour le sport, au nom de traditions datant du Moyen Age. Les insulaires, au volant de hors-bord, poussent dans un premier temps les cétacés vers une baie le long des côtes. Cette chasse peut durer longtemps, cela fait aussi partie du plaisir ! Epuisés, terrifiés, hagards, les globicéphales sont progressivement amenés vers des zones de moins en moins profondes. Et c'est là que la vraie fête commence. Les habitants de Iles Féroé plongent à de multiples reprises leurs gaffes de métal lourdes de plus de 2 kilos dans la chair palpitante des malheureux cétacés, jusqu'à ce que le croc s'accroche. Une fois l'animal bien arrimé aux flancs de l'embarcation, un couteau long de 15 centimètres est enfoncé dans sa nuque à travers la couche de graisse et la chair. Les artères et les centres nerveux sont atteints : la mer rougeoie du sang des baleines qui hurlent de douleur et finissent par mourir... plus ou moins vite, selon la dextérité de leur assassin. »

C'est une coutume folklorique, censée marquer le passage dans la vie adulte, et à laquelle assiste de nombreux enfants, qui sont mis en congé scolaire pour l'occasion afin de pouvoir participer à ce massacre collectif. Et pour ceux qui l'ignore, les Iles Féroé dépendent de l'état du Danemark et font donc partie de l'Union Européenne.

Le globicéphale est communément appelé 'baleine pilote' ou 'dauphin pilote' car on le voit fréquemment dans le sillage ou à l’étrave des navires qu'il accompagne. Il appartient à la famille des Delphinidae, sous-famille des Globicephalinae ...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Delphinidae

Des massacres semblables sont également organisés au Japon, où le dauphin est chassé pour la consommation de l'homme, à Izi au sud de Tokyo, sur l'île d'Iki, ou encore à Taiji ou à Futo ... Scènes particulièrement atroces, abominables, terribles ...

Mais vu le comportement de l'homme à l'égard des autres hommes et des femmes, comment s'étonner de cette furie meurtrière de ces féroïens ...
Liens http://www.dauphinlibre.be/feroe.htm ou http://www.vivalille.com/2006/11/13/iles-feroe-paradis-ou-enfer/


Réflexion vingt (24 octobre 2008)
Que signifie l'explosion du nombre des procès actuellement intentés par Nicolas Sarkozy à l'encontre d'untel ou d'untel, pour des motifs économiques, de diffamation ou d'injure ?


Que se passe-t-il donc en France ? Entre Dominique Strauss-Kahn qui menace de poursuivre toute personne qui relaierait les accusations et les rumeurs circulant sur sa situation au Fonds Monétaire International, et Nicolas Sarkozy, dont les avocats multiplient les poursuites judiciaires pour des motifs économiques (Ryanair, le Nouvel Observateur ou Editions K&B ) ou pour outrage ... vers quel type de société se dirige-t-on ?

Ryanair avait ainsi été condamné pour utilisation abusive de l'image du président et de son épouse ... Cela, encore, cela pouvait se comprendre.

Puis Nicolas Sarkozy avait porté plainte contre le journal Le Nouvel Observateur pour une histoire de SMS envoyé à son ex-femme, avec laquelle il était en instance de divorce, et alors qu'il était proche de se remarier avec la chanteuse Carla Bruni ... Déjà, là, cela paraissait très bizarre, dans le genre d'attaque visant à faire peur à tout prix à la presse ...

Le mercredi 22 octobre 2008, la onzième chambre de la cour d'appel de Paris se prononçait sur une plainte pour outrage du chef de l'état à l'encontre d'un citoyen français, Romain Dunand, membre du collectif RESF (Réseau Education sans frontières), pour un courriel adressé le 19 décembre 2006 au secrétariat du ministère de l'Intérieur à l'époque, où il comparait la politique menée par M. Sarkozy à celle du Maréchal Pétain sous Vichy ... "Voilà donc Vichy qui revient : Pétain avait donc oublié ses chiens !". Romain Dunand avait été condamné à 800 euros d'amende en première instance. M. Sarkozy réclame 1 euro de dommages et intérêts. Pour le parquet : "Les mots sont sans équivoques, violents, injurieux, choisis pour salir un ministre dans l'exercice de ses fonctions. On est bien au-delà de la liberté d'expression". Bon, là cela fait très bizarre.

Le jeudi 23 octobre 2008, le tribunal correctionnel de Laval a mis en délibéré (au 6 novembre 2008) son jugement dans l'affaire d'un homme poursuivi une nouvelle fois pour offense au Chef de l'Etat (Nicolas Sarkozy), pour avoir brandi, en août 2008, une affichette dans une manifestation portant la mention "Casse-toi pov'con" devant la voiture de Nicolas Sarkozy. Pour mémoire, c'est justement cette phrase qui avait été prononcée par Nicolas Sarkozy lui-même, au Salon de l'Agriculture, à l'encontre d'un homme qui avait refusé de lui serrer la main. Mais Nicolas Sarkozy ne peut être poursuivi, protégé par son immunité présidentielle. Ce qui ne l'empêche nullement de poursuivre les autres ... sans même risquer d'être inquiété pour poursuite injustifiée ou pour diffamation. Là, vraiment, c'est de plus en plus bizarre et inqiétant.

Le jeudi 16 octobre 2008, Nicolas Sarkozy avait porté plainte contre l'ancien patron des renseignements généraux, Yves Bertrand, pour ses carnets de note ... je ne sais pour quelle raison ... (pour être à l'origine de la manipulation des listings de Clearstream, je suppose, mais l'ancien Premier Ministre de Villepin est déjà poursuivi pour pratiquement les mêmes motifs ...).

Le vendredi 24 octobre au tribunal de Paris, Nicolas Sarkozy poursuivait en référé les éditions K & B pour atteinte à l'image et demandait le retrait de poupées à l'effigie du président de la République qui accompagnent un manuel vaudou (Mme Ségolène Royal est aussi concernée par cette affaire puisqu'elle dispose également d'une poupée vaudou). Mais où va-t-on ?

Et la police fait également du zèle pour retrouver ceux qui s'attaquent au chef de l'état et à sa famille. Après l'affaire du scooter dérobé du fils du chef de l'état et pour lequel des prélèvements ADN avaient été réalisés afin de retrouver les coupables, alors qu'aucun prélèvement ADN n'est jamais réalisé dans de tels cas (vols de voitures ou de scooters) et que les voleurs s'en tirent toujours sans risque ... La police parisienne a également interpellé deux personnes, ressortissants de la République démocratique du Congo et connus comme petits escrocs, mardi 21 octobre, dans le cadre du piratage du compte bancaire personnel de Nicolas Sarkozy. Ils ont été placées en garde à vue à la brigade criminelle à Paris. Courant septembre, le chef de l'Etat avait déposé plainte après avoir constaté qu'une ou des personnes s'étaient servies des coordonnées de son compte bancaire personnel de Neuilly-sur-Seine pour ouvrir plusieurs abonnements de téléphonie mobile. Nicolas Sarkozy envisageait aussi des poursuites à l'encontre du personnel de la banque (soyons fou), d'après un article de presse. Belle scélérité de la part de la police française, mais il est 'bizarre' de contaster une fois encore que les mêmes moyens ne sont pas mis en oeuvre par la police lorsque les mêmes faits délictueux touchent un citoyen lambda ... qui se voit répondre que la police ne peut alors rien faire ...

Dans quel pays vivons-nous donc ? Sommes-nous encore dans une démocratie ? (Aïe ... je risque le procès ! Bien que tant qu'Anna n'est pas poursuivie, je ne risque pas grand chose !) ... Une démocratie bien mal en point, en tout cas ! Heureusement, Nicolas Sarkozy est le garant de l'indépendance de la justice dans notre pays !... (je ne tiens pas à mourir en martyr, moi !...)

Post scriptum : On peut penser ce que l'on veut de Nicolas Sarkozy (tout comme de Thierry Meyssan) ... Mais ce que publie le site internet de ce dernier (http://www.voltairenet.org/) donne froid dans le dos ... Si le dixième seulement de ce qui est raconté est vrai (sur les relations familiales de Nicolas Sarkozy par exemple), c'est à désespérer ... De toute façon, soit c'est de la paranoïa, soit c'est terrible ...


Réflexion dix-neuf (22 octobre 2008)
Quelques mots en souvenir de Rachel Corrie ... Militante pacifiste américaine assassinée en Palestine à Gaza par Israël le 16 mars 2003 à l'âge de 23 ans ... il y a cinq ans et demi ...


Rachel Corrie, née le 10 avril 1979 et décédée le 16 mars 2003, était une jeune étudiante américaine de l’université d’Olympia (Etat de Washington) qui militait pour la Paix.

Avec une première association pacifiste 'Mouvement pour la Justice et la Paix', elle avait organisé des initiatives à l’occasion de l’anniversaire du 11 septembre, à la mémoire des victimes du désastre et de la guerre en Afghanistan. Elle avait ensuite rejoint le mouvement non-violent international de solidarité (ISM) et s'était rendue dans les territoires palestiniens occupés, notamment dans la bande de Gaza pendant l'Intifada d'Al-Aqsa. Avec son association, elle participait à des actions pour bloquer les pelleteuses israeliennes qui d’abattaient les maisons des kamikazes et de leurs familles, en territoire palestinien.

Le 16 mars 2003, à la frontière de Gaza, à Rafah, Rachel Corrie et d'autres militants pacifistes tentaient une nouvelle fois de s’opposer pacifiquement à des démolitions conduits par l'armée israëlienne. Alors qu'elle était assise dans la trajectoire d'un bulldozer, elle sera recouverte de terre puis écrasée par un bulldozer Caterpillar D9 de l'armée israélienne, devant ses camarades. Elle était âgée de 23 ans.

Selon l'armée israélienne la démolition avait pour but de trouver d'éventuels tunnels servant au transport d'armes provenant d'Égypte. La version de l'armée israëlienne de cet assassinat est différente, démentant la documentation photographique des témoins ... Selon l'armée israëlienne, le conducteur de l’engin ne l’aurait pas vue, car elle se trouvait dans un 'angle mort'. La BBC a produit un documentaire intitulé 'When killing is easy' qui soutient la version selon laquelle Rachel Corrie aurait été tuée volontairement par l'armée israélienne.

... Ces quelques mots en souvenir de Rachel Corrie ... jeune femme qui a perdu la vie en défendant, de manière pacifique, avec son corps et ses idées, le droit des citoyens palestiniens à avoir un toit et une terre à eux. Cinq années et demie après ces faits, Israël continue toujours sa politique terroriste envers les palestiniens, niant les droits des palestiniens à avoir un état indépendant et souverain comme initialement prévu à la création d'Israël et de la Palestine ... Et combien d'entre nous se rappellent encore de Rachel Corrie ?

Lire également la très belle histoire racontée par Noami Klein, journaliste (canadienne sauf erreur de ma part), auteure de 'No Logo' et de 'La stratégie du choc', sur les histoires de Jessica Lynch, soldate américaine, et Rachel Corrie, pacifiste américaine au lien suivant ...


Réflexion dix-huit (10 octobre 2008)
Ouverture d'un procès sur la responsabilité de la justice suite à la libération d'un homme dangereux ayant assassiné ensuite son épouse ...


Le 8 octobre 2008 s'est ouvert au tribunal de grande instance de Paris une assignation en responsabilité de l'état pour dysfonctionnement du service public de la justice.

Le 8 juin 2007, un homme dangereux, Pascal Guilbault avait été mis en examen pour viol, actes de torture et de barbarie, et menaces de mort, sur la personne de son épouse, Mireille Guilbault, enseignante âgée de 43 ans, mère de trois enfants (en instance de divorce), sur décision du procureur de Poitiers, Frédéric Fèvre, qui demandait son placement en détention (les faits se déroulaient à Vannes dans le Morbihan).

Mais la juge des libertés et de la détention (JDD) en charge du dossier, Rita Marquis, une juge d'expérience, décidait de relâcher Pascal Guilbault et de le placer simplement sous contrôle judiciaire.

Le procureur interjettait immédiatement appel de cette décision, et le 19 juin 2007 devait se tenir une réunion de la chambre d'instruction pour statuer sur son placement en détention. Mais ce même jour, Pascal Guilbault abattait d'une dizaine de tirs de carabine son épouse, Mireille Guilbault. Il retournait ensuite son arme vers lui pour se suicider.

Actuellement, la juge concernée par cette affaire (Mme Rita Marquis) n'a fait l'objet d'aucune décision disciplinaire, et a bénéficié cet été d'un changement d'affectation aux affaires familiales dans le même tribunal de grande instance de Poitiers.


Réflexion dix-sept (17 août 2008)
L'ère de l'immédiateté ... ou le Sarkozisme à l'état pur ... Réunion d'urgence à Matignon lundi au sujet du recul du PIB enregistré au deuxième trimestre 2008 ...


Nous savions tous que nous vivons dans un monde de la médiatisation à outrance de notre quotidien ... Mais depuis l'élection de Nicolas Sarkozy comme président de la République, nous vivons désormais dans un monde de l'immédiateté, de l'hyper-médiatisation et de l'hyper-réactivité gouvernementale ... Les exemples n'ont pas manqué ces derniers mois ... avec des interventions à tout bout de champ de la Présidence de la République dès lors qu'un évènement malheureux survenait dans le pays ... Au point que lorsque les médias et le Président de la République oublient de parler d'un petit village ayant été ravagé par une tornade, alors que les médias ne se sont occupés que du village voisin également touché par la même tornade, c'est un sentiment de colère et d'injustice qui est ressenti par les pauvres villageois qui s'estiment oubliés. On croirait rêver à voir une telle envie d'être médiatisé ... Il y a encore quelques années, les voisins se seraient entraidés pour héberger et bâcher les maisons ... Aujourd'hui, ils attendent comme un dû une aide et une couverture médiatique, pour passer aux actualités nationales, aux vingt heures et être vu, comme des miséreux, de la France entière ... Et ils estiment injuste de ne pas avoir droit à leur quart d'heure de gloire ... et quelle gloire !

Nous voilà dans l'ère de l'hyper-médiatisation et de l'hyper-réactivité gouvernementale ... Le PIB a baissé de 0,2% au deuxième trimestre 2008 alors qu'il avait progressé de 0,4% au premier trimestre 2008 ... A cette époque, tout le monde s'était félicité de son bout de chiffre, estimant que l'Europe allait échapper à la récession mondiale, grâce à la politique menée par la BCE. Aujourd'hui, patatras ! Ce chiffre malheureux signe de récession va être grossi à l'extrême, comme si le ciel allait nous tomber sur la tête ... Et le gouvernement va faire montre de sa capacité d'action ... Lundi matin, une réunion est convoquée à Matignon entre quelques ministres pour discuter des actions possibles ... Cette ère de l'hyper-réactivité, de l'hyper-action, de l'hyper-président, de l'hyper-gouvernement ... sans limite aucune ... qu'est-ce que cela va nous apporter de plus ... Quelques milliards d'euros de cadeaux fiscaux de plus à donner aux plus riches contribuables et aux grands groupes industriels et commerciaux, régulièrement favorisés par le gouvernement et notre président ?

Se réunir pour faire croire aux français que leurs gouvernants veillent pour eux, que ceux-ci feront le maximum pour que l'expansion économique reprenne. Alors que la France est simplement incapable d'échapper à la récession mondiale ... et que seule la capacité de l'Europe à s'en extraire pourra sauver la croissance française ... Aucune politique de relance ne pourra avoir d'effet sur la croissance française, comme l'exemple de 1981 nous l'avait suffisamment rappelé ...

L'hyper-réactivité comme masque de l'incapacité du gouvernement à réagir ... Mais comment Nicolas Sarkozy pourrait-il accepter un telle incapacité d'action ? De telle sorte que le gouvernement Fillon est obligé de faire comme si ...


Réflexion seize (10 août 2008)
Retour sur l'affaire 'parajudiciaire' de Bernard Tapie et de la justice dévoyée ...


D'une certaine façon, le plus grave dans l'histoire de la procédure arbitrale choisie par le gouvernement Villepin puis Sarkozy-Fillon, ce n'est pas tellement le fait des 400 millions d'euros dus à l'ex-homme d'affaires comédien et acteur Bernard Tapie, que le pied de nez fait à la justice. Et il est terrible que ce pied de nez à la justice de notre pays ait été l'oeuvre de notre gouvernement (mais est-ce bien notre gouvernement, c'est-à-dire le gouvernement des citoyens de notre pays et non celui d'une petite frange de privilégiés ?) mais aussi de trois personnalités du monde judiciaire, parmi lesquelles Pierre Mazeaud, un ancien président du Conseil constitutionnel français et responsable à ce titre de l'architecture judiciaire de la France.

J'ai lu récemment une intervention de ce monsieur dans la presse où il s'étonnait de l'émotion suscitée par ce jugement, en rappelant que le Crédit Lyonnais avait violé le mandat qui lui avait été confié par l'ex-homme d'affaires, et que ceci justifiait amplement le jugement que le tribunal arbitral avait rendu.

Mais cette intervention de Pierre Mazeaud, qui ne peut ignorer la loi qu'il a été chargé de protéger des années durant au Conseil constitutionnel, d'abord en tant que simple membre, puis en tant que président, prouve amplement que ce tribunal arbitral s'est prononcé dans cette affaire en faisant fi des jugements antérieurs des diverses juridictions (puisqu'ils ont proposé un montant d'indemnisation triple des plus fortes sommes jamais octroyées dans les jugements antérieurs) mais également du jugement de la cour de cassation, la plus importante juridiction existant en droit français.

Un tribunal arbitral composée de trois personnalités du droit ont ainsi déjugé la cour de cassation, en dehors de toute forme de légalité, et c'est un ancien président du conseil constitutionnel qui y a participé, ainsi que l'Elysée, en la personne du Président de la République, et le gouvernement, en la personne du Garde des sceaux, Rachida Dati. Ces trois personnes, qui auraient dû être les garants du respect des fondements de notre régime judiciaire, et notamment de l'intangibilité des décisions de la cour de cassation, ont failli à leur devoir à cette occasion, pour des motifs que l'on aimerait connaître, et que j'espère totalement indépendant du domaine financier.


Réflexion quinze (8 août 2008)
Les jeux olympiques ... La Chine ... Nicolas Sarkozy ... et le dalaï lama ... ou comment Nicolas Sarkozy a obéi bien sagement aux obligations qui lui étaient imposées par le gouvernement chinois


C'était l'un des grands débats de ces derniers mois ... Nicolas Sarkozy participerait-il à l'ouverture des Jeux Olympiques à Beijin (Pékin) ... et rencontrerait-il le dalaï lama lors de son séjour en France en août 2008 ... La réponse est tombée il y a quelques jours ... Nicolas Sarkozy a choisi d'obéir, raison d'état oblige, aux injonctions du gouvernement chinois qui lui interdisait de rencontrer le dalaï lama ... coupable aux yeux des officiels chinois d'être un homme aux deux visages ...

Evidemment, cela n'a pas été présenté de cette manière par l'UMP (le parti du président ... pour ceux qui l'ignorerait), ni par l'Elysée ... Ce serait la volonté du dalaï lama, qui n'aurait pas présenté de demande d'audience auprès de l'Elysée ... «Le président de la République comprend les raisons qui conduisent le dalaï lama, compte tenu des circonstances présentes, à ne pas solliciter un entretien durant son séjour au mois d'août en France», selon un communiqué publié mercredi 5 août.

Mais l'honneur de Nicolas Sarkozy est-il sauf pour autant ?... «Ce n'est pas à la Chine de fixer mon agenda, ni de dicter mes rendez-vous» avait-il lancé le 10 juillet 2008 ... Manifestement, un mois plus tard, on s'aperçoit que Nicolas Sarkozy ressemble à un matamor ... mais que la Chine lui dicte effectivement ses rendez-vous ... ou du moins ceux qu'il ne doit pas avoir ...

C'est triste pour la France d'avoir un président aussi peu fier, capable de se déjuger à un mois d'intervalle ... C'est triste pour Rama Yade par laquelle le scandale est arrivé ... C'est aussi triste pour la France et les français de découvrir que nous devons obéir au doigt et à l'oeil à un état comme la Chine ... pour d'obscures raisons d'état ou économiques ...

Heureusement pour l'Europe, l'Espagne offre un autre visage de nos valeurs de démocratie et de justice ... mardi 5 août, la justice espagnole s'est déclarée compétente pour instruire une plainte pour génocide déposée à Madrid contre sept responsables politiques et militaires chinois, six mois après après les émeutes de Lhassa et la répression des troubles par l'armée chinoise. La plainte, qui avait été déposée le 9 juillet, par le Comité de soutien au Tibet (CAT) et deux associations pro-tibétaines, vise notamment le ministre chinois de la défense, Liang Guanglie. Juridiquement, la justice espagnole se reconnaît, depuis 2005, une compétence universelle en matière de génocide et de crimes contre l'humanité au motif que 'le principe de juridiction universelle prime sur l'existence ou non d'intérêts nationaux'. Viva Espana !


Réflexion quatorze (28 juillet 2008)
L'affaire du Lyonnais et de Bernard Tapie ... ou quel est l'intérêt de Nicolas Sarkozy à sauver Bernard Tapie de la faillite ?


Nous avons appris récemment (juillet 2008) que Bernard Tapie venait de remporter une nouvelle phase de son procès contre le Crédit Lyonnais et le CDR (Consortium de réalisation), l'état étant condamné à indemniser Bernard Tapie à hauteur de 285 millions d'euros, soit près de 400 millions d'euros en tenant compte des intérêts depuis 1992.

Le problème, c'est que l'instance qui pris cette décision n'était pas une instance judiciaire normale, mais un tribunal arbitral composé de trois arbitres, Pierre Mazeaud (78 ans, académicien, ancien président du conseil constitutionnel, ancien parlementaire, ancien juge à la Haute Cour de Justice), Jean-Denis Bredin (79 ans, académicien, avocat, ancien professeur d'université en droit, homme politique appartenant au parti des Radicaux de Gauche, comme Bernard Tapie) et Pierre Estoup (81 ans, ancien président de cour d'appel, qui semble être déjà intervenu par le passé en 1997 dans une procédure d'arbitrage dans la procédure Elf entre le président Omar Bongo et André Tarallo) ... arbitres rémunérés chèrement (le Nouvel Obs parle d'un coût d'1 million d'euros) ...

400 millions d'euros à payer sur l'argent des contribuables, qui permettront à Bernard Tapie de rembourser tous les arriérés qu'il doit au fisc français (semblerait-il 300 millions d'euros) et de conserver quelques dizaines de millions d'euros (ou une petite centaine) en pourboire, sur notre dos ...

285 millions d'euros plus les intérêts, soit près du triple des plus fortes sommes jamais octroyées par un tribunal français à Bernard Tapie, dans le cadre de la multitude de procès qui ont opposé Bernard Tapie au Crédit Lyonnais et au Consortium de réalisation ... Que faut-il penser de ce jugement d'arbitrage indépendant, voulu par les titulaires successifs du ministère des Finances (Thierry Breton puis Christine Lagarde).

Rappelons-nous ... après une multitude de procès gagnés ou perdus par Bernard Tapie, un arrêt de la Cour de Cassation, en octobre 2006, déboute Bernard Tapie de pratiquement toutes ses demandes d'indemnisations. L'Etat a pratiquement jugement gagné - la cour d'appel de renvoi ne pouvant véritablement s'écarter de l'arrêt de la cour de cassation (sauf à risquer d'être déjugé) ... Mais Bercy, qui ne voulait pas déjà à l'automne 2005 que le Consortium se pourvoit en cassation contre un jugement d'une cour d'appel (jugement au cours duquel la substitut général près de la cour d'appel, représentant pourtant l'état, fait une plaidoirie favorable à Bernard Tapie et défavorable au Consortium), choisit à la place cette procédure d'arbitrage.

On apprend même aujourd'hui que le tribunal d'arbitrage a entendu Bernard Tapie mais n'a pas souhaité entendre le patron du Crédit Lyonnais à l'époque (Jean Peyrelevade) ... Et Bercy qui veut valider l'arbitrage malgré la polémique ... Qui donc veut que Bernard Tapie soit remis en selle, au détriment des finances de l'état et des impôts des contribuables ?

Réflexion treize (27 juillet 2008)
Comment un père a-t-il pu 'oublier' sa petite fille dans sa voiture une journée durant ... ou de l'inhumanité de certains pères qui n'auraient jamais dû devenir parents ... en réponse à Anna ...


Un article pour faire écho à Anna, dont l'approche a la fois me séduit (sur ce sujet) et à la fois m'insupporte, par ces réactions parfois scandalisées ou agressives, ou par ces jugements ineptes ... sur certains faits ou certaines personnes ...

Une petite fille est donc morte après une journée passée enfermée dans la voiture de son père, sur le parking de l'entreprise de son père, à quelques dizaines de mètres du bureau de son père, au milieu de nombreuses autres voitures, sous un soleil de plomb, par une température d'enfer, seule enfermée dans une voiture fermée ...

Comment l'expliquer ? Comment l'excuser ? Impossible. Alors que tant de parents veillent sur leurs enfants comme sur la prunelle de leurs yeux, que tant de parents se damneraient pour avoir un enfant, et supportent les pires souffrances pour enfanter ... Que d'autres croient être capables de ressentir la peur ou la souffrance de leurs enfants si quelque chose de terrible devait leur arriver ... Evidemment, ils se trompent ... Comme ce père (mais peut-on l'appeler 'père' ?) dont la petite fille est morte à quelques dizaines de mètres sans qu'il s'en rende compte ...

Il a passé une journée à travailler à son bureau après avoir oublié de déposer le matin sa fille chez sa nourrice. Et ce n'est qu'en fin d'après-midi, en ouvrant la portière pour faire monter son frère dans sa voiture, à la sortie de l'école, qu'il a découvert sa petite fille ... mourante ... déshydratée ... Comment peut-on oublier ses enfants une journée complète, sans se rappeler que l'on a oublié de les déposer le matin, et que sa petite fille est demeurée dans sa voiture ?

Anna a cherché à comprendre comment on pouvait ne pas voir une enfant dans une voiture ... Et s'est interrogé sur la marque de la voiture ... Pour ma part, il me semble qu'il y a des personnes qui ne devrait pas devenir parents ... des hommes ou des femmes, qui ne devraient pas être autorisés à être pères ou mères ... des personnes auxquelles la nature ne devrait pas offrir cette chance d'être parents, de rencontrer l'amour, de se marier, de fonder une famille ... Des gens qui devraient demeurer seuls ... Un homme au moins que cette petite fille n'aurait jamais dû avoir pour père ... comme tous ces enfants tués par leur père ou leur mère ... violés par des pères incestueux ...

D'autres pensent que c'est la folie du monde du travail qui peut expliquer cela. Faux. Même dans les pires situations, dans les mines, sous la pire exploitation, sous l'exclavage, dans les camps de concentration nazis, toujours l'humanité a réussi à survivre dans le coeur des hommes et des femmes ... A moins que le simple fait d'être cadre dans une entreprise capitaliste soit pire que les pires formes d'exploitation de l'être humain ... Qu'en devenant cadre, l'homme abdique toute forme d'humanité, ne ressemblant plus qu'à une machine. Lorsque l'on fréquente certaines de ces personnes qui ont mis toute leur énergie et ont choisi d'oublier toute morale pour atteindre le poste d'encadrement qu'ils visaient, en visant toujours plus haut, on peut effectivement s'interroger s'il leur reste un tant soit peu d'humanité dans le muscle qui leur sert de coeur ...

Evidemment, on ne choisit pas ses parents ... Le père s'en sortira peut-être sans être condamné à une peine de prison ... Il aura tué sa petite fille, sans que personne ne puisse savoir si c'était intentionnel ou accidentel ... Comment peut-on tuer une enfant dans de telles circonstances, avec une telle absence de coeur ... et être absous d'un tel crime par la justice humaine ?... Quant à la justice divine, car pour ma part, je crois en une justice divine, en un Dieu vengeur ... J'ai confiance ... Je sais qu'elle fera en sorte qu'il expie ce crime.

 

 

Saucratès

 


23/12/2010
0 Poster un commentaire