Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

De la collapsologie et des collapsologues

Saint-Denis de La Réunion, Samedi 7 septembre 2019

 

En profitant ce matin du calme du début de la journée pendant mon petit déjeuner, en écoutant les oiseaux chanter pour le soleil levant, je me rendais compte qu'une grande majorité des humains ont cessé de célébrer la nature, le soleil levant, l'aurore, le soleil couchant, le crépuscule. Qui n'a pas un jour entendu le raffut des oiseaux dans les bosquets d'arbres chantant au soleil levant ou au soleil couchant, en marchant ou immobile entouré de milliers de pépiements. Une sorte d'ode à la nature, au soleil, à la vie. Ces moments ont quelque chose de magique. Alors que tant d'entre nous passent leur vie enfermés entre quatre murs, au mieux derrière des fenêtres, sans plus voir le soleil, pendant ces longues journées d'hiver où nul ne voit plus le soleil le matin ou le soir, enfermés au travail ou à l'école. Tant de millions ou de milliards d'humains ne pensent plus à célébrer la nature, le soleil, la vie.

 

Mon premier écrit de cette semaine traitera ainsi de la collapsologie. Ou plutôt des collapsologues. C'est un terme particulièrement à la mode. Les médias regorgent de leurs prises de parole, de leurs prises de position, de leurs chaînes YouTube ou de leur file d'actualité pour les plus jeunes. Même sur le site réunionnais ZINFO974, on est envahi par des prédicateurs de la fin du monde en herbe. La collapsologie est donc cette pseudoscience de l'effondrement des sociétés. Elle se réfère au terme médical «collapsus» qui signifie au choix «affaiblissement d'un organe» ou «effondrement des fonctions physiologiques, ou même de la structure d'un organe».

(François Bournérias, Encyclopædia Universalis. http://www.universalis.fr/encyclopedie/collapsus/)

 

Pourquoi les grands prédicateurs de la fin du monde me posent-ils problème ? Pourquoi les chantres de l'effondrement à venir de la société occidentale me fatiguent-ils ? Après tout, ceci n'est pas si nouveau. Autrefois, dès les années 1970, c'était le thème de la décroissance qui était l'un des thèmes en vogue dans les sciences économiques. Aujourd'hui, des grandes prêtresses de la fin des temps (et de l'école buissonnière), des grands gourous de l'apocalypse prolifèrent sur les peurs des consommateurs et sur l'avidité financière des grands groupes médiatiques détenus par des milliardaires souhaitant contrôler des pays ou le monde entier. 

 

Et c'est ce que je reproche aux collapsologues. Il s'agit soit de gourous autoproclamés, des capitalistes du catastrophisme, intéressés par le rendement financier de leurs petites entreprises surfant sur la fin du monde, soit des gourous du retour à la nature, perdus dans leurs montagnes ou campagnes profondes, qui n'en sortent que pour publier leur énième bouquin catastrophe, pour courir les plateaux de télévision afin de vendre plus de bouquins, tout en s'affichant comme les sauveurs de l'humanité. Il y a tous ceux qui rêvent de devenir célèbres, qui doivent trouver plus simple de parler de la fin du monde plutôt que de chanter à la Star Ac ou à The Voice, ou bien qui n'aucun talent. Et puis il y a aussi tous ceux qui sont persuadés d'avoir un message à transmettre, des nouveaux messies de la fin des temps, des nouveaux Moïse ou des nouveaux Mahomet. À d'autres époques, ils auraient créé des Eglises et des religions et aujourd'hui ils surfent sur les médias, désespérant d'attirer l'attention sur leurs petites personnes, leurs si importants combats.

 

Ils ne tiennent nullement compte de l'immense masse des travailleurs qui seraient touché, frappé par leurs propositions d'évolution de nos sociétés, de leurs remèdes de collapsologues. La masse des citoyens de nos pays, de l'humanité (mais l'humanité dans son ensemble ne les lit pas) ne vit pas royalement des sommes gagnées avec la vente de leurs livres, les dons de leurs admirateurs aveuglés. Il est à craindre que derrière chacun de ces prêtres et prêtresses de l'apocalypse, il y a une entreprise dont l'objet est pécunier et financier, des prophètes ou des proches dont l'objectif est de s'enrichir, sous prétexte de sermonner les masses ou d'influencer les puissants. La masse des citoyens de nos pays vivent chichement, difficilement, peinent à finir le mois. La masse des citoyens du monde entier vivent enfermer dans des appartements étriqués, quand ils ont la chance d'avoir un toit à eux, d'un toit qui leur appartient, pour la possession duquel ils ont trimé toute leur vie, et on voudrait le leur enlever ? Les collapsologues veulent les rendre responsables de l'état du monde, de l'état de la planete, les faire payer toujours plus ou au contraire leur interdire de se déplacer. Une nouvelle loi les rend responsable d'habiter dès passoire thermique et leur imposera soit des dépenses somptuaires pour les mettre aux normes, soit leur interdira de pouvoir vendre leur bien, voire bientot de le louer. 

 

La collapsologie oublie les hommes et les femmes, les humains derriere ses grandes théories fumeuses.  Tout ceci est évidemment fait pour les prochaines générations, pour les pauvres des autres pays en développement ... peut-être ... sauf qu'ils sont absolument comme la masse des travailleurs et des exploités de nos pays occidentaux, et que la collapsologie ne pense absolument pas à eux. La collapsologie est juste un courant à la mode, rempli soit de capitalistes qui ont trouvé le filon pour s'enrichir et/ou devenir celebres, soit de prêtresses et de prophetes qui se croient investis d'une mission sacrée. 

 

Pour finir, je reprendrais une citation de Matrix que j'ai revu récemment :

 

Smith à Morphéus : «Je souhaiterais vous faire part d’une révélation surprenante, j’ai longtemps observé les humains, et ce qui m’est apparu quand j’ai tenté de qualifier votre espèce, c’est que vous n’étiez pas réellement des mammifères… Tous les mammifères sur cette planète ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les humains vous êtes différents. Vous vous installez quelque part, et vous vous multipliez, vous vous multipliez, jusqu’à ce que toutes vos ressources naturelles soient épuisées, et votre espoir de réussir à survivre, c’est de vous déplacer jusqu’à un autre endroit… Il y a d’autres organismes sur cette planète qui ont adopté cette méthode, vous savez lesquels ?... Les virus. Les humains sont une maladie contagieuse, le cancer de cette planète, vous êtes la peste ...»

 

J'ai trouvé cela tellement en rapport avec le sujet de ce soir. Suis-je collapsologue ? Non.

 

Ce qui fait la force des collapsologues, c'est que notre monde a déjà vécu des effondrements de sociétés. Celles de peuples du nouveau Monde comme les Incas ou les Mayas. L'effondrement de l'empire romain au cinquième siècle. Ou bien plus tôt dans l'histoire humaine, les multiples 'effondrements' des sociétés mésopotamiennes. Sauf qu'aujourd'hui il ne s'agira plus de se déplacer de quelques centaines de kilomètres et d'abandonner nos villes pour trouver de nouvelles terres sur lesquelles s'installer, ou de nouvelles ressources naturelles à collecter ou à chasser. C'est la force des collapsologues de jouer sur cette peur, de demander à la multitude exploitée de se serrer toujours plus la ceinture, tout en s'enrichissant sur leurs peurs. Tout en sachant qu'ils ne sont que l'autre face de ceux qui s'enrichiront sur les solutions technologiques luttant contre l'effondrement. Mais le monde moderne ne peut tourner que si les élites qui profitent des bienfaits du monde et de la technologie ne sont qu'une poignée et si la masse des exploités ne profitent pas d'un train de vie trop élevé. Ce sont les classes moyennes occidentales qui posent problème aux collapsologues, ces classes moyennes qui osent polluer la planète et dont le style de vie est tellement répréhensible, parce qu'il copie celui des puissants.

 

 

Saucratès



08/09/2019
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres