Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Réchauffement climatique (5)

 

 

Réflexion quarante-quatre (16 décembre 2011)
La place des énergies fossiles - Données et enjeux en 2010


1) La place du charbon dans les énergies

 

Dans un nouveau rapport publié mardi 13 décembre, l'agence internationale de l'énergie, bras énergétique de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), fait un point sur la consommation de charbon dans le monde.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/12/13/la-consommation-de-charbon-dans-le-monde-continuera-a-croitre-d-ici-2016_1618126_3244.html

 

L'une des difficultés de ces études et publications, c'est la multitude des mesures existantes ... Dans un précédent article, je mentionnais que le charbon représentait la deuxième source d'énergie du bilan énergétique mondial soit 3,1 Gtep (giga tonnes équivalent pétrole) dans les années 2006-2007, et que les réserves prouvées actuelles représentaient entre deux et trois siècles de consommation ...

 

Le rapport de l'AIE chiffre la demande en charbon en 2010 à 5,225 milliards de tonnes équivalent carbone. Exprimée en tonne équivalent pétrole, elle a atteint 3,55 Gtep en 2010. Elle devrait atteindre 6,184 Gtce en 2016, soit une hausse prévue de +18%. Les réserves prouvées atteignent quant à elles 861 milliards de tonnes, soit au rythme actuel de consommation à peine plus d'un siècle désormais de consommation (à noter que je n'ai pas été capable de trouver une mesure de conversion entre les Mtce et les Gtep et que l'AIE publie normalement des études exprimées en Gtep).

 

La Chine est le plus gros consommateur actuel de charbon, soit 48% de la consommation mondiale, devant les Etats-Unis (15%) et l'Inde (8%). Selon l'AIE, les Etats-Unis ont longtemps été le premier consommateur de charbon de la planète, même si cela fait quelques années que la Chine les a dépassé. D'ici 2016, la consommation de charbon en Chine devrait encore progresser de +24% et celle de l'Inde de +40%. A noter que les Etats-Unis possèdent 28% des réserves de charbon prouvées contre 13% seulement pour la Chine (soit une trentaine d'années à peine de consommation).

http://www.commodesk.com/v2/fondamentaux/44/charbon

 

L'accroissement de la consommation chinoise (+0,4 Gtep) et indienne (+0,1 Gtep) dans une moindre mesure pose le problème des émissions de gaz à effet de serre induit par l'utilisation du charbon (CO² et autres gaz toxiques : SO², NOx et mercure notamment). En effet, il existe des solutions (technologie de centrales à charbon propres) pour limiter les rejets de ces gaz dans l'atmosphère dans le cadre de la production d'électricité à partir de centrales électriques brûlant du charbon mais la Chine et l'Inde ont un parc de centrales polluantes et les nouvelles centrales à charbon qu'ils vont construire ne seront pas toutes 'propres'.

 

Les technologies de centrales à charbon propres existantes actuellement ou encore à l'état de recherche :

a) installations à charbon pulvérisé à cycle supercritique (rendement de l'ordre de 43% à 46%)

b) cycle ultra-supercritique (rendement de l'ordre de 51% à 58%)

c) centrales à lits fluidisés circulants (LFC), permettant la destruction complète de certains polluants mais handicapées par un rendement encore faible

d) centrales à gazéification du charbon intégrée à un cycle combiné (IGCC)

Ces nouvelles technologies ont ou auront l'avantage de limiter les rejets de polluants dans l'atmosphère ou dans la nature ... Associées à des technologies de captage et de stockage du CO², elles permettraient de réduire l'impact de la production d'électricité sur le climat et l'environnement (mais il demeure le problème des risques liés à l'enfouissement du CO² capté et stocké ... dans des aquifères profonds ou dans des gisements de pétrole ... avec le problème des risques qui seront transférer aux générations qui vont nous suivre ...)

Ces technologies présentent toutefois l'inconvénient d'être coûteuses, ce qui en limite l'opportunité d'investissement pour les pays en développement ... Le marché potentiel concerne aussi la modernisation des installations existantes, que ce soit en Occident mais surtout dans les pays en développement et tout particulièrement en Chine, qui dispose d'installations extrêmement polluantes ... Une grosse vague de renouvellement des centrales électriques des pays de l'OCDE interviendra à compter des années 2020 et à partir des années 2040 dans les pays émergents ...

2) Le problème de la valorisation des réserves d'énergie fossile des grands groupes pétroliers ou miniers occidentaux

 

Autre article du Monde, traitant de la vraie valeur des réserves d'énergie fossile des majors pétrolières et minières occidentales.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/11/14/quelle-est-la-vraie-valeur-des-reserves-d-energie-fossile_1603275_3234.html

 

L'agence internationale de l'énergie mentionnait dans son rapport publié le 9 novembre 2011 que la combustion de l'énergie fossile (pétrole, gaz et charbon) produite actuellement et dans les années à venir par les équipements existants en 2010 (usines, transports, bâtiment) provoquera, à l'horizon 2050, un réchauffement du climat de 6 degrés celcius, alors que les climatologues estiment que nos écosystèmes et notre économie planétaire ne pourraient absorber sans catastrophe majeure qu'une élévation de température de 2 degrés.

 

Pour l'ONG britannique Carbon Tracker Initiative (CTI), soit les réserves d'énergie fossile prouvées, qui représenteront l'émission de 2 795 gigatonnes d'émissions de CO², seront effectivement utilisées et provoqueront une catastrophe climatique ; soit elles ne seront pas utilisées, pour éviter cette catastrophe, et la valorisation actuelle des entreprises du secteur énergétique n'a pas de sens économique, car elle ne tient pas compte de ce risque climatique.

 

La valorisation des grands groupes occidentaux du secteur énergétique devrait ainsi intégrer les possibilités de taxation dissuassive de la production de ces énergies, les difficultés croissantes des compagnies à faire accepter par l'opinion, les pouvoirs publics et les consommateurs l'extension ou la poursuite d'une activité considérée comme dommageable pour l'environnement, et /ou le coût des actions futures de lutte contre le réchauffement climatique.

 

A noter que les majors occidentales disent intégrer une telle réflexion. Ainsi, selon Shell, «même si l'on réussissait à conserver la part actuelle des énergies fossiles par rapport à l'ensemble des énergies et à répondre ainsi à la demande croissante, les émissions de CO² pourraient atteindre un niveau tel qu'elles constitueraient une véritable menace pour le bien-être de l'homme. (...) Il va être de plus en plus difficile de maintenir les niveaux souhaitables de concentration de CO² dans l'atmosphère».

 

L'article du Monde souligne également les investissements de ces majors des énergies fossiles dans les énergies renouvelables (éolien et solaire). Mais leurs investissements dans ce secteur sont faibles en regard de leurs investissements en exploration-production d'hydrocarbures (Total projette ainsi d'investir 7 milliards de dollars sur la période 2010-2020 dans les énergies renouvelables contre 16 milliards en exploration-production d'hydrocarbures pour la seule année 2011).

 

Cette situation est confortée par les hésitations des politiques énergétiques des états occidentaux. 285 fonds d'investissement internationaux, gérant au total plus de 20 milliards de dollars d'actifs, ont publié le 19 octobre un appel à «une action politique urgente sur le changement climatique». Ils la jugent nécessaire pour «stimuler l'investissement du secteur privé dans la lutte contre le changement climatique» et «assurer la soutenabilité à long terme et la stabilité du système économique mondial».

 

Marchés et investisseurs ne réagiront à temps que si une volonté politique forte et cohérente incite à l'efficience énergétique, à l'investissement massif dans les énergies nouvelles et à l'augmentation régulière et programmée (et non erratique) du prix des énergies fossiles. «Les politiques en place pour les cinq années à venir forgent les investissements pour les dix années à venir, qui façonneront largement le tableau énergétique global jusqu'en 2050.» (Shell)

 

3) Autres sujets

 

Dernier article du Monde que je ne ferais que citer sur ce sujet des projets de captage de CO2 ...

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/12/07/pourquoi-les-projets-de-captage-de-co2-ont-ete-abandonnes-en-europe_1801705_3244.html

 

 

Saucratès

 


Mes autres écrits sur le Réchauffement climatique :
1.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2012175-rechauffement_climatique__1_.html

2.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2020927-rechauffement_climatique__2_.html

3.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2020949-rechauffement_climatique__3_.html

4.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2020964-rechauffement_climatique__4_.html



13/12/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres