Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Libra - La question n'est pas de savoir s'il va s'effondrer mais quand il s'effondrera

Saint-Denis de La Réunion, vendredi 21 juin 2019

 

Avant de vouloir pronostiquer l'effondrement du Libra, il nous faut d'abord revenir à la question primordiale : qu'est-ce que le Libra ! La nouvelle monnaie de Facebook n'est pas encore créée qu'elle agité désormais la toile entiere et le Landerneau économique et monétaire. Le Libra, qui devrait etre lancé en 2020, est sensé être une cryptomonnaie émise par Facebook et contrôlée par un ensemble d'une vingtaine de grandes entreprises mondiales. J'ai sélectionné deux articles (dont un article Wikipédia) présentant et traitant de ce projet.

 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/06/18/ce-qu-il-faut-savoir-sur-le-libra-la-cryptomonnaie-de-facebook_5477887_4408996.html

 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Libra_(cryptomonnaie)

 

J'écoutais en fin d'après-midi une émission de France Culture traitant du Libra. Le Libra serait donc d'abord et avant tout une cryptomonnaie. Qu'est-ce qu'une cryptomonnaie ? Le Bitcoin est l'une des principales cryptomonnaies existantes, c'est-à-dire une monnaie dont les livres de comptes ne sont pas détenus par un seul établissement bancaire (comme pour nos comptes bancaires normaux) mais par l'ensemble des participants du réseau informatique. On parle dans ce cas de monnaie décentralisée par opposition aux monnaies normales qui sont des monnaies centralisées. Les principes du Libra ne sont pas très bien connus à ce jour, ni la manière dont il pourra fonctionner, mais il ne semble pas que le Libra sera véritablement une cryptomonnaie. Si un groupe très restreint d'intermédiaires du réseau réalisent et archivent les transactions sur le Libra, le Libra ne sera pas alors très différent d'une simple monnaie scripturale bancaire, c'est-à-dire reposant sur des écritures informatiques sur des livres de comptes. Mais évidemment, il est beaucoup plus moderne et vendeur de parler d'une cryptomonnaie et de blockchain que d'une simple monnaie bancaire ou d'un simple moyen de paiement !

 

Je n'ai pas non plus défini le terme de blockchain, technologie inséparable du principe de cryptomonnaie. La blockchain (ou block de chaîne) est simplement un système informatique permettant de tenir une «sorte de registre public, infalsifiable, sur lequel sont inscrites toutes les transactions». Mais il n'y a pas grand chose à voir entre le futur Libra et la plus célèbre des cryptomonnaies, le Bitcoin, rendue célèbre par le niveau de son cours (plusieurs dizaines de milliers d'euros à son plus haut niveau) mais aussi son utilisation préférentielle par de nombreux terroristes ou hackeurs informatiques pour ranconner des particuliers ou des entreprises. Le Bitcoin fait intervenir des mineurs qui fabriquent les Bitcoins et d'autres utilisateurs qui conservent des traces des blockchains et des échanges. Et toute nouvelle transaction vient s'ajouter à la chaîne des transactions déjà enregistrées. 

 

Si on lit ou on écoute la presse et les médias, les États et les Banques centrales seraient particulièrement alarmés par le développement du Libra ! Ne faisant partie d'aucunes de ces personnes, je ne peux guère répondre à cette question. 

 

https://francais.rt.com/economie/63149-libra-cryptomonnaie-facebook-qui-inquiete-etats

 

Mais il y a plusieurs raisons qui pourraient expliquer que des banques centrales et des régulateurs nationaux ou internationaux s'intéressent au projet de Facebook. L'émission de France Culture mentionnait d'abord les contraintes LAB-FT (lutte anti-blanchiment et financement du terrorisme). Les autorités de régulation internationales imposent à toutes les banques de contrôler les identités de leurs clients et de vérifier toutes les opérations de paiement ou de financement que leur clientèle ou leurs correspondants bancaires leur demandent d'exécuter. Facebook et le Libra devra donc permettre de réaliser toutes ses diligences. L'émission de France Culture que j'écoutais rappelait également les diligences KYC (Know your customer) qui doivent être realisées par les établissements bancaires - et qui se déclinent aussi en «connaitre vos intermédiaires» (KYI) et «connaître vos fournisseurs» (KYS). Pour mémoire, les autorités de contrôles nationales (ACPR pour la France) peuvent suspendre l'agrément d'un établissement financier qui ne respecterait pas ces diligences ou démettre son dirigeant. Le besoin de respect des diligences LAB-FT n'est donc pas anodin.

 

C'est une première raison. La deuxième raison citée par l'émission de France Culture avait trait aux obligations réglementaires liées à Bâle III auxquelles devraient répondre les multinationales servant de banques centrales au Libra. Ces réglementations ne s'appliquent qu'aux établissements bancaires ou financière et sont là pour protéger le système financier international des conséquences d'une possible catastrophe financiere ou de faillites en chaîne. 

 

Il y en a forcément une dernière. Facebook est une entreprise gigantesque qui veut émettre une monnaie, qui risque d'avoir une importance démesurée avec potentiellement plusieurs milliards d'utilisateurs de sa monnaie. Une faillite ou une panique financière sur le Libra aurait potentiellement un impact extrêmement important et il est du devoir des autorités monétaires ou des États de tenter de protéger au maximum ces futurs utilisateurs. Ainsi que les autres intermédiaires du système financier mondial ...

 

J'ai, il me semble, jusqu'à maintenant, grossièrement dépeint et expliqué ce que représentera le Libra. Avant d'en arriver à ma conclusion et à mon titre introductif selon lesquels la question à se poser n'était pas de savoir si le Libra allait un jour s'effondrer, ce qui me semble certain, mais plutôt de savoir quand le Libra va s'effondrer, il faut rappeler quelques débats anciens en matière monétaire et se poser quelques questions sur le futur fonctionnement de ce Libra. Ce que j'aborderais dans un prochain post.

 

 

Saucratès



21/06/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres