Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

FaceBook et Twitter - Exemple des évolutions liberticides de nos sociétés occidentales actuelles

Saint-Denis de la Réunion, samedi 23 janvier 2021


Ce qui s’est passé aux Etats-Unis ces dernières semaines doit me semblerait-il nous alerter sur les évolutions liberticides de nos sociétés occidentales actuelles. Je ne parle pas des diverses interventions et prises de parole de l’ancien président Donal Trump ni de l’assaut du Capitole américain par ses partisans et des militants de l’extrême droite américaine. Non, je veux parler de la manière partisane dont la presse rend compte, qui est particulièrement visible dans le cadre de la passation de pouvoir entre Joe Biden et Donald Trump. On nous parle même du chien du président, du moindre de ses secrétaires d’Etat nommé pour peu qu’ils soient hispaniques, transgenre ou que sais-je encore, du moindre des premiers decrets que le président prend de toute urgence, et le contraste est frappant avec la manière dans cette même presse rendait compte de la moindre des décisions de Donal Trump, immédiatement catalogué de mégalomane, de désaxé, de malade mental, de fou. La réalité ne peut pas être si binaire, si extrême. 

Cette même presse a suivi avec délectation les affrontements et les émeutes orchestrés par le mouvement «black live matter» et a passé sous silence les pires exactions de ces mouvements comme les incendies de certains postes de police dans certaines villes. Comme si les médias avaient déjà fait leur choix entre les émeutiers et les représentants des forces de l’ordre qui ne comptaient pas sous prétexte qu’ils étaient très majoritairement favorables à la présidence de Donald Trump. Ces émeutes urbaines des mouvements «black live matter» seront indissociables des derniers mois de la présidence de Donald Trump et témoigneraient du fractionnement de la société americaine que Donald Trump aurait encouragé, mais personne ne s’interroge sur les commanditaires de ces événements ? Ce serait des mouvements nés spontanémeut d’une colère liée à des exactions policières à l’encontre de jeunes noirs ? Moi, cela ne me convainc pas. 

 

Au delà ce rendu de ces événements médiatiques, il me semble aussi qu’il nous faut traiter du précédent catastrophique de l’irruption de la censure d’un président démocratiquement élu par des médias sociaux qui n’ont absolument aucune légitimité démocratique pour agir de la sorte. Pour quelles raisons Twitter ou FaceBook pourraient avoir une légitimité pour censurer le président des Etats-Unis ? Evidemment, la majorité des analystes politiques estiment que Twitter aurait dû exclure Donald Trump bien auparavant. Mais 90% des journalistes américains sont démocrates. Normal, l‘électorat principal du parti démocrate sont ces classes aisées, de toute origine et tous sexe, tandis que l’électorat républicain est désormais rural, populaire et ouvriériste, soit aux antipodes du milieu journalistique en général. 

Evidemment, jamais un président des Etats-Unis n’avait autant utilisé un réseau social que Donal Trump n’a utilisé Twitter, que ce soit en matière de politique intérieure ou surtout en matière de politique internationale ! C’était du jamais vu, et j’imagine que la censure du président en exercice tout comme le retour à une communication politique normale sous la présidence démocrate de Joe Biden et Kamela Harris doit amplement les satisfaire. Nul autre président au monde ne fait un tel usage de Twitter ou de FaceBook. Mais cette censure opportuniste doit être analysée d’une autre manière, sous l’angle de la legitimité et du risque de precedent.

 

S’ils ont pu censurer le président en exercice Donald Trump, ils pourront désormais censurer n’importe qui, quelque soit la réalité de leurs accusations, ou même en l’absence de tout motif.

 

Quant à FaceBook, on n’a appris récemment (ce jeudi 21 janvier 2021) que celui-ci demandait à sa cour suprême de valider la suspension du compte personnel de Donald Trump. 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/01/21/suspension-du-compte-de-trump-facebook-demande-a-sa-cour-supreme-de-se-prononcer_6067122_4408996.html


Je n’avais pas encore eu le temps d‘écrire sur cette aberration intellectuelle et politique que représente cette notion de «cour suprême» de FaceBook. Cet article date de mai 2020.

 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/05/06/facebook-reussit-a-reunir-vingt-membres-pour-sa-cour-supreme_6038898_3234.html

 

Le terme de «Cour suprême» n’est pas rien ; c’est la plus haute juridiction judiciaire et constitutionnelle américaine. C’est l’équivalent de notre Conseil d’Etat (français), de notre Cour de cassation et de notre Conseil constitutionnel tous ensemble réunis. Et le fondateur de FaceBook, dans sa mégalomanie, n’a pas eu ni peur ni honte d’appeler «Cour suprême» la sorte de Conseil sensé se prononcer sur certains sujets concernant FaceBook ! En y faisant nommer et en y faisant désigner un certain nombre de membres de la société civile mondiale, comme si son fondateur avait le pouvoir d’un président des États-Unis d’Amerique ! Et cela n’inquiète personne ? Effectivement, il est même plus puissant que le président des Etats-Unis puisqu’il est capable de suspendre son compte ! Extrêmement inquiétant sachant que le même personnage envisage également de se doter d’une monnaie de réserve sensée se substituer au dollar et à l’euro. Et cette manœuvre est sensée mettre à l’abri FaceBook et Twitter des poursuites du nouveau pouvoir démocrate. 

Une société qui n’a aucune légitimité démocratique, si ce n’est d’avoir conçu une application informatique et inventé le concept de médias sociaux, peut-elle s’estimer au-dessus de la Loi de son pays d’origine et de la justice internationale en se dotant supposément d’une sorte de tribunal d’exception.

 

Non, ce qui s’est passé en janvier 2021 aux États-Unis d’Amérique est catastrophique dans le cadre de l'évolution démocratique et de la liberté de presse de notre civilisation occidentale pseudo-démocratique. Ces événements seront l’an 0 de notre futur ; un futur où la liberté de la presse et de l’opinion sera désormais conditionnée à sa conformité à la doxa dominante. 

 
 

Saucratès



23/01/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres