Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Est-il possible de critiquer la presse télévisuelle ? Une lecture du procès de Jean-Luc Mélanchon

Saint-Denis de La Réunion, samedi 28 septembre 2019

 

Assis à ma terrasse, devant un petit fromage de chèvre arrosé d'un verre de Saint-Julien, j'ai une pensée (plusieurs pensées) pour une de mes amies, qui se prépare pour une délicate intervention chirurgicale, pas loin de la patrie de ce vin que je bois. Le soleil se couche lentement sur son île, et j'espère que tout se passera bien ...

 

Et j'en arrive à mon écrit de ce début de soirée. Jusqu'où est-il possible de critiquer la presse télévisuelle ? C'est la question qu'il est possible de se poser en lisant le blog de Jean-Luc Mélanchon ou en lisant certains articles de presse traitant de son procès. En tant que téléspectateur, j’adore certaines émissions de TMC, telle l’émission Quotidien. J’aime beaucoup le présentateur de cette émission, Yann Barthès, qui me fait souvent rire, notamment ces scènes qui passe en boucle qui démontent les discours des puissants, des hommes ou des femmes politiques ... J’aime beaucoup certaines parties de cette émission comme le Petit Q (petit cul ?). Mais j’apprécie un peu moins l’humour et les interventions du journaliste Azzeddibe Ahmed-Chaouch, que je vois pourtant régulièrement, certainement parce qu’il passe régulièrement aux horaires où je regarde Quotidien ou dans le Petit Q. Et pourtant, aimerais-je autant cette émission si j’étais une personnalité publique ou politique, ou si j’étais exposé médiatiquement ? 

 

Le parti politique «La France Insoumise» (LFI) veut ainsi exclure les journalistes de l’émission Quotidien de ces évènements, comme les journalistes de l’émission sont déjà interdits, ou considérés comme «personna non grata», par d’autres partis politiques ou dans certaines institutions. C’est justement peut-être pour cela que je n’aime pas vraiment Azzeddibe Ahmed-Chaouch, qui adore faire en direct son numéro de pauvre petit Calimero de journaliste exclu et rejeté par ses interlocuteurs, et qui doit me renvoyer cette image de Calimero et d’exclu me rappelant vraisemblablement quelques mauvais souvenirs ... Certainement est-ce pour cela ...

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/09/23/jean-luc-melenchon-ne-veut-plus-accrediter-quotidien-sur-ses-evenements_6012747_823448.html

 

La lecture du blog de Jean Luc Mélenchon laisse très rapidement une impression d’étrangeté. Toute cette violence, ce discours sonne creux. On se donne en spectacle en lâchant de grandes phrases, de grandes idées, et en appelant plus ou moins à l'insurrection tout en sachant pertinemment que l'on n'appellera pas à l'insurrection, que Jean-Luc Melanchon serait bien ennuyé, bien embêté si le peuple le prenait au mot. À quoi sert donc la violence de ce discours ? A se poser en victime du pouvoir, des journalistes, du pouvoir médiatique ? À se construire une légitimité de premier opposant au président Macron ? Mais tout ceci n'est donc que du spectacle, comme pour donner raison à Guy Debord et aux Situationnistes, mais Jean-Luc Mélanchon n'en est-il pas un adepte ?

 

https://melenchon.fr/2018/02/26/la-semaine-ou-macron-devisse-bain-de-boue-pour-tous/

 

Certes, moi aussi, je critique les médias, au premier rang desquels mon Journal Le Monde. Mais c'est parce que j'aime lire ce Journal et que je ne me retrouve pas dans la manière dont il rend compte de ce gouvernement, de sa politique, et des événements actuels. Je critique surtout son obséquiosité vis-à-vis d'Emmanuel Macron, de son Parti politique et de son gouvernement. Comme si le fait d'être obséquieux était une qualité pour les journalistes du Monde, ou dans une entreprise ... Comme si les lecteurs du Monde le lisait parce qu'il était obséquieux avec un ultralibéral comme Emmanuel Macron ! Mais c'est une erreur. Je lirais le Journal Le Figaro si j'etais un liberal, si j'étais de droite !

 

Evidemment, et surtout, je ne suis pas un personnage public comme peut l'être Jean-Luc Mélanchon. Mon opinion n'est donc pas comparable. 

 

Spectacle toujours lorsque le ministre de l'intérieur entend poursuivre Jean-Luc Mélanchon pour avoir dit que les policiers, ou les forces de l'ordre, sont des «barbares» ! Quelle horreur ! Comment a-t-il osé ! Le gouvernement entend donc poursuivre Jean-Luc Melanchon et signaler les propos de Mélanchon au procureur de la République. Il aurait pu les traiter d'escadrons de la mort, de troupes nazies, mais il en a parlé comme de barbares et c'est une insulte et un terme devant être signalé au parquet ? Où va-t-on ? À quelle extremité de peur le gouvernement est-il arrivé pour avoir une telle trouille de la moindre critique, de la moindre contestation ? Il arrive souvent que l'on est honte d'être citoyen d'un pays. Parfois, c'est à cause d'un président qui se ridiculise. D'autres fois, c'est à cause du traitement consenti à des étrangers (même si je ne pense pas qu'il faille accueillir toute la misère de la Terre en France ... je ne pensais pas aux migrants tentant de traverser la Méditerranée mais plutot aux aux traitements réservés au peuple juif au cours de la deuxième guerre mondiale ...). Là, c'est le gouvernement français qui se couvre de honte, ainsi que les médias qui se refusent à critiquer ce gouvernement par principe d'obséquiosité. Quelle honte !

 

https://www.lepoint.fr/politique/policiers-barbares-castaner-va-signaler-les-propos-de-melenchon-a-la-justice-26-09-2019-2337916_20.php 

 

 

Saucratès  



28/09/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres