Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Conventions chronologiques en archéologie et mythe des cités englouties - Une lecture du livre de Graham Hancock «Civilisations englouties»

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 26 janvier 2020

 

En quelques mots, je voudrais aborder l'un des sujets qui m'interpelle le plus, à savoir l'origine de la vie en société et l'origine du pouvoir. Pour cela, il me semble nécessaire de faire un point sur un certain nombre de faits remontant au passé très ancien de l'homme sur la Terre. On peut dire que l'histoire de l'homme sur Terre repose sur un certain nombre de conventions chronologiques, mais aussi sur un certain nombre de présupposés archéologiques. Tout ce qui sort des conventions acceptées par le consensus des archéologues et des historiens académiques reconnus par leur profession relève de l'hérésie, ou du charlatanisme. Néanmoins, on parle ici essentiellement d'un consensus occidental sur la préhistoire, puisque nous n'avons aucune idée du consensus qui existe sur cette théorie en Russie, en Chine, au Japon ou en Inde, sans parler des autres grandes ères culturelles que sont l'Afrique ou l'Amérique du Sud. 

 

L'histoire humaine a été découpée en périodes historiques (ou plutôt préhistoriques), qui varient très sensiblement d'un continent à l'autre, d'une région à l'autre. On parle ainsi du paléolithique par opposition au néolithique. Les sources que j'indiquerais reposeront sur Wikipédia, qui représente d'une certaine façon le consensus dans ce domaine ...

 

- Le Paléolithique. De -3,3 millions d'années à -12.700 ans av. JC dans la région du Proche-Orient et jusqu'à -9.700 ans av. JC en Europe (c'est-à-dire la fin de la dernière période glaciaire).

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Paléolithique

 

- Le Mésolithique. Littéralement «âge moyen de la pierre». De -9.700 ans av. JC à -6.500 ans av. JC en Grèce et dans les Balkans. Jusqu'à -2.300 ans av. JC en Europe septentrionale. Et dès -12.000 ans av. JC au Proche-Orient.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Mésolithique

 

- Le Néolithique. Ou «nouvel âge de la pierre». De -8.500 ans av. JC à -3.000 ans av. JC au Proche-Orient et dans le Croissant fertile. À partir de -6.500 ans av. JC en Grèce archaïque et à partir de -6.000 ans av. JC en Chine.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Néolithique

 

- Le Chalcolithique. Ou âge du cuivre. Cette période est considérée comme appartenant à la fin du Néolithique. Dès -5.000 ans av. JC dans la région des grands lacs américains, dès -4.800 ans av. JC dans la Culture de Mehrgarh au Pakistan, dès -4.000 ans av. JC en Egypte, dès -2.500 ans av. JC dans la civilisation harappéenne, dès -2.300 ans av. JC à Chypre, et à Troie.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Âge_du_cuivre

 

-L'âge du bronze. De -3.000 ans av. JC à -1.000 av. JC, avec de fortes variations temporelles selon les régions étudiées. 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Âge_du_bronze

 

- L'âge du fer. À partir de -1.100 ans av. JC dans le Monde méditerranéen, -800 ans av. JC dans le nord de l'Europe et dès -1.000 av. JC en Afrique. On se trouve d'ailleurs toujours dans l'âge du fer, devenu l'âge de l'acier depuis le dix-huitième ou le dix-neuvième siècle.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Âge_du_fer

 

Vous me demanderez pourquoi je vous cite ces différentes époques proto ou préhistoriques. Parce qu'il s'agit de dates communément admises, constituant une forme de consensus. Il s'agit aussi de date moyenne. Certains peuples étudiés par des anthropologues en étaient restés à l'âge de la pierre, au Paléolithique, en plein milieu des années 1970 lorsqu'on les a découvert, ignorant l'existence du reste du monde, comme par exemple les Guayakis de Pierre Clastres en Amazonie, les Bushmens en Afrique du Sud ou certaines tribus papous en Papouasie-Nouvelle-Guinée. 

 

Mais il s'agit aussi et surtout d'un consensus qui élimine complètement le fait têtu et problématique que toutes les preuves archéologiques antérieures au dernier réchauffement climatique sont parcellaires. Les archéologues du consensus ignorent volontairement que des centaines de kilomètres carrés de rivage de la dernière époque glaciaire ont été submergées lors de la remontée des océans, élévation des mers et des océans qui a atteint près de 130 mètres.

 

La dernière période glaciaire s'étend de -110.000 ans jusqu'au début de l'holocène, vers -9.700 ans av. JC. Le dernier maximum glaciaire est daté pour sa part entre -20.000 et -18.000 ans av. JC, période où les calottes glaciaires sont à leur maximum. La représentation ci-dessous présente l'apparence de l'Europe du Nord lors de ce maximum avec une Manche et une Mer du Nord presque complètement asséchées. Le résultat est relativement comparable en Méditerranée, avec des îles de Malte, de Sardaigne, de Sicile et de Corse relativement différentes d'aujourd'hui, ainsi qu'aux franges des côtes indiennes et du Croissant Fertile (non dessinées sur cette représentation). 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Dernière_période_glaciaire

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Holocène

737px-Weichsel-Würm-Glaciation.png

 

Le niveau des océans aurait finalement atteint son niveau actuel (à +130 mètres par rapport au minimum de la dernière période glaciaire) vers -4.000 ans av. JC.

 

Il me semble invraisemblable que, sauf exception, l'historiographie savante ne s'intéresse pas aux conséquences de la submersion sous 130 mètres d'eau de la plus grande partie de ces côtes émergées, entre -20.000 ans av. JC et -4.000 ans av. JC. La montée des eaux et des océans n'est d'ailleurs même pas régulière. Wikipédia indiquerait ainsi qu'aux alentours de -14.000 ans av. JC, pendant une période de 350 ans, les océans auraient remonté de 22 mètres, soit 6 mètres par siècle, ou 60 centimètres tous les dix ans. 

 

Combien de secrets, combien de sites archéologiques majeurs, d'indices, se trouvent sur les pourtours littoraux des grandes zones de civilisations humaines ? 

 

Pour conclure, je rappellerais quelques autres dates concernant quelques faits acceptés et reconnus par la communauté des préhistoriens occidentaux, sur les dates d'apparition des principales sociétés historiques humaines.

 

- La première construction mégalithique connue, Göbekli Tepe, située en Turquie, a été construite entre -12.000 av. JC et -10.000 av. JC

https://fr.wikipedia.org/wiki/Göbekli_Tepe

- La structure de Yonaguni au Japon, dont l'origine humaine ou naturelle est discutée, pourrait remonter à -8.000 ans av. JC

https://fr.wikipedia.org/wiki/Structure_sous-marine_de_Yonaguni

- La première cité, Mehrgahr au Pakistan, dans le Baloutchistan, aurait été construite à partir de -7.000 ans av. JC

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mehrgarh

- La cité ou village engloutie de Atlit Yam, en Israël, aurait été construite vers -6.900 ans av. JC. Plusieurs autres villages sur la côte israélienne aurait également été engloutis, comme Kfar Samir (-5.500 ans av. JC), Hel Hreiz (-5.000 ans av. JC) et Megadim (-4.400 ans av. JC). Les restes de ces villes et de ces villages se trouvent à une distance de quelques centaines de mètres du bord de la côte, à une dizaine de mètres de profondeur.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Atlit_Yam 

 

Et si d'autres cités humaines s'étaient trouvées submergées, dans ces zones géographiques aujourd'hui enfouies sous les eaux, entre -20.000 ans av. JC et -4.000 ans av. JC ? S'il y avait d'autres cités submergées ? Et si ces cités remontaient avant les dates connues d'apparition des civilisations ? C'est une possibilité après tout.

 

Sans oublier que ces submersions de cités sous les eaux pourraient expliquer les divers récits de déluge diluvien, ou de submersion de cités. L'une de celle qui m'a le plus marqué est tout particulièrement celle de la Ville d'Ys en Bretagne, et la légende du roi Gradlon, dans le Finistère Sud. Une ville engloutie en baie de Douarnenez ou dans la baie des Trépassés, submergée par l'océan, dont seul le roi Gradlon avait pu s'échapper, poursuivi par les vagues jusqu'à ce qu'il accepte de se séparer de sa fille Dahut. Une fois par an, la légende dit que l'on peut accéder à la ville d'Ys mais on doit resortir avant la fin de la journée, sinon on y est enfermé pour un an. Mais on trouve aussi de très nombreuses légendes de cités englouties ailleurs dans le monde, presque partout d'ailleurs, par exemple en Inde, mais aussi dans d'autres parties du Monde (l'Atlantide, Mû ...).

 

Des centaines de milliers de kilomètres carrés engloutis par les flots de la mer, immergés parfois sous 130 mètres d'eau ... Pourquoi n'y aurait-il pas des ruines englouties remontant au moins à quelques milliers d'années. Et si l'histoire des premières civilisations humaines n'était pas exactement semblable à celle que l'on nous a enseigné, avec l'invention de l'écriture en -3.000 av. JC à Sumer et en Mésopotamie ? Et si les conventions chronologiques en vigueur sur le Néolithique et le Chalcolithique ignoraient des vestiges qui auraient été ultérieurement submergés lors de la déglaciation de notre monde ?

 

 

Saucratès

 

 

Nota : La lecture du livre de Graham Hancock, intitulé «Civilisations englouties» (éditions Pygmalion - 2002), a légèrement alimenté cet article. L'une des théories de Graham Hancock serait que plusieurs déluges auraient accompagné la remontée des mers et des océans entre -13.000, -9.600 et -6.000 ans av. JC, lié à la rupture brutale et au déversement d'énormes lacs provenant de la fonte des glaciers et des inlandsis américains, européens ou asiatiques. De tels cataclysmes et les tsunamis associés auraient pu être assimilés à des déluges divins, et auraient pu entraîner des remontées brutales du niveau des océans en quelques années ou décennies.

 

03-glac.gif

 

Voir aussi le site suivant 

https://zakhor-online.com/?p=13563



28/01/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres