Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

De la liberté de se moquer

Saint-Denis de La Réunion, samedi 30 janvier 2021


Je vais vous parler de quelques incidents de ces dernières semaines qui viennent démontrer que la liberté de presse et de se moquer dont il est fait si grand étalage par les politiques et autres n’existe plus véritablement en France de nos jours. Et je pense que l’on peut même dire que cette liberté n’est au fond qu’une imposture intellectuelle, un hoax, une belle invention de l’esprit mais qui n’a réellement jamais existé en France, qu’elle a simplement été toléréé par les puissants tant qu’elle demeurerait dans un certain nombre de limites.

 

Je vais évidemment d’abord vous parler de la censure des dessins des indégivrables de Xavier Gorce, du lâche abandon par le journal Le Monde dont il fut victime, et du déferlement de plaintes de bien-pensants et des imbéciles qui ont visé ses dessins. Xavier Gorce collaborait avec le journal Le Monde et le dernier dessin qu’il aura fait pour Le Monde, sur le sujet de l’inceste, à été jugé extrêmement inapproprié par de nombreux internautes extrémistes et de nombreux politiques qui aiment juger de ce qui peut être dit et de ce qui ne peut pas être dit. Ce dessin de Xavier Gorce est certainement accessible sur Le Monde mais on le trouve aussi sur son blog https://www.lemonde.fr/blog/xaviergorce/.


J’imagine que Xavier Gorce ne me fera pas grief de publier son dessin tiré de son blog. Je trouve ce dessin ou plutôt le texte absolument drolatique. «Si j’ai été abusé par le demi-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre devenu ma mère, est-ce un inceste ?». En tout cas, rien qui ne mérite un tel tintouin. On adore se moquer des «fils du frère du cousin de la tante de l’oncle du père». En quoi rajouter une version 

 

Il existe donc des sujets desquels il est interdit de se moquer, au premier rang l’inceste, et au deuxième rang, ou inversement, les personnes transgenre ? On est sensé pouvoir, être autorisé, à se moquer de l’islam et du prophète, de Dieu et du pape, mais pas des victimes d’inceste ni des pauvres personnes trans-genres. Et j’imagine qu’il ne faut pas non plus se moquer des homosexuels et des homosexuelles, ou des femmes. Seules victimes expiatoires acceptées par ces bien-pensants et ces extrémistes de la pensée autorisée, les hommes hétérosexuels et les musulmans, pour quelques jours ou semaines ... Il existerait donc des sujets trop sérieux pour accepter d’être caricaturé ou simplement moqué !

 

Je pense que la lecture de la tentative d’auto explication des journalistes du Monde au sujet de cette tentative réussie de censure vaut son paquet de cacahouètes.

 

https://www.lemonde.fr/le-monde-et-vous/article/2021/01/23/paroles-de-lecteurs-au-sujet-du-dessin-de-xavier-gorce-sur-l-inceste-et-des-excuses-du-monde_6067350_6065879.html

 

Grosse modo, pour les traduire, les pauvres ont été confrontés à une pluie de plaintes suite au dessin de Xavier Gorce incriminé et ils ne comprennent pas pourquoi ils sont également confrontés à une nouvelle pluie de plaintes suite à leur reddition en basse campagne lorsqu’ils ont abandonné Xavier Gorce à la vindicte populaire. Bizarrement, ceux qui demandaient la tête de Xavier Gorce ne sont pas manifestés lorsque le journal la leur a offerte sur un plateau en s’excusant platement de cet abominable dessin !

 

L’article du Figaro suivant est bien plus intéressant. Il fait réellement le parallèle entre cette triste et banale affaire, d’une sorte de police des moeurs, et le droit à la caricature affirmé pour Charlie Hebdo lorsque cela concerne les religions et l’Islam. 

 

https://www.lefigaro.fr/vox/medias/l-affaire-xavier-gorce-nouveau-symptome-d-une-regression-democratique-20210121

 

Evidemment, le journal Le Figaro, supposé être à l’exact opposé politique du Monde (mais tous deux ne défendent-iIs pas au fond des sujets très proches, d’un côté les Républicains, de l’autre le gouvernement macroniste qui a tiré des Républicains ses premiers ministres et nombre de ministres), a peut-être beau jeu de critiquer son adversaire. Certes. Mais lorsque l’on parle de respect du droit à la caricature, on ne peut pas interdire en même temps des dessins humoristiques relativisant l’inceste ou parlant de trans-genre».

«On a vu, dans certaines réactions au dessin de Xavier Gorce, des personnalités de gauche expliquer, avec l’arrogante certitude de ceux qui ne pensent pas, que la liberté d’expression ne pouvait pas être la liberté de choquer ou de se moquer, en particulier envers ceux qui ont déjà beaucoup souffert, et que la caricature est misérable quand elle s’en prend aux faibles. Mais qui sont-ils pour décider de ce qui est autorisé de dire et de ne pas dire? Qui sont-ils pour redéfinir à leur manière ce qu’est la liberté d’expression en France?»

 

Je n’aimais pas franchement Le Figaro, mais là, ils me donnent envie de les lire. Le problème n’est pas les 66 millions de procureurs que comptent La France, comme l’exprime le President Emanuel Macron, mais les millions de procureurs de la vertu, les extrémistes moraux et les extrémistes écologistes qui polluent notre espace médiatique et politique. 

 

Saucratès



30/01/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres