Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Existe-t-il des gouvernements qu’il est normal de combattre, et d’autres qu’il est intolérable de vouloir renverser?

Existe-t-il des gouvernements qu’il est normal de combattre, et d’autres qu’il est intolérable de vouloir renverser?

Par Saucratès 

Saint-Denis de la Reunion, lundi 16 janvier 2023


En quoi le fait que des supporters de Bolsonaro aient envahi les principaux lieux de pouvoir brésilien, le bâtiment du congrès à Brasilia, représente-t-il une si grave menace pour la démocratie, que l’ensemble des dirigeants des États démocratiques occidentaux se sentent obliger de le dénoncer de manière aussi virulente ? De la même manière, en quoi l’irruption du peuple américain, cette fraction du peuple américain qui supportait inconditionnellement Donald Trump, dans le temple de la démocratie américaine, à savoir le congrès, était-il à ce point-là choquant qu’il devait être contesté par tous les médias occidentaux défendant la démocratie, par tous les gouvernements des États démocratiques occidentaux ?

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2023/01/09/tentative-d-insurrection-au-bresil-joe-biden-juge-scandaleuses-les-violences-des-pro-bolsonaro-emmanuel-macron-assure-lula-du-soutien-indefectible-de-la-france_6157098_3210.html

  

https://www.lemonde.fr/international/article/2023/01/08/au-bresil-des-centaines-de-partisans-de-bolsonaro-envahissent-l-exterieur-du-congres_6157090_3210.html

 

Soyons clair, je ne cherche pas à me prononcer sur l’invasion du Capitole américain ou du Congrès brésilien. Je ne suis pas vraiment ni pro-Trump, ni pro-Bolsonaro. Je cherche plutôt à comprendre pour quelles raisons les dirigeants, les médias et les élites politiques de pays supposément démocratiques, nés de violentes révolutions menées non pas par le peuple, mais en fait par des fractions de ce peuple, peuvent réagir aussi violemment, de manière aussi virulente, peuvent dénoncer de manière aussi intransigeante, des mouvements sociaux qui ne sont en fait pas très différents des mouvements sociaux qui sont à l’origine de leurs propres régimes démocratiques.

 

Au fond, le problème n’est pas tant ces foules acclamant Trump ou Bolsonaro et tentant d’occuper des lieux de pouvoir, que la peur que l’on ressent chez tous ceux qui s’en offusquent, tout ceux qui les condamnent. Le mouvement des gilets jaunes n’aurait pas saccagé l’Arc de Triomphe le 1er décembre 2018, mais aurait marché sur l’Elysee et l’aurait occupé, renversant le pouvoir autoproclamé de notre Jupitérien président, que l’on aurait vu fleurir également dans tous les pays se disant démocratique une formidable condamnation. Les armées de l’UE auraient peut-être même marché sur Paris pour libérer le monarque jupitérien injustement emprisonné par le peuple.

 

On en saura évidemment rien. Le mouvement des gilets jaunes a avorté et a raté sa révolution ce jour-là. Le pouvoir policier lui a ensuite fait payer sa peur et sa terreur. Le macronisme est passé ce jour-là tout près de sa chute. Les énucléations des gilets jaunes ne sont que le prix à payer pour cette peur des puissants, pour cette vengeance des puissants envers les sans-dents.

 

Au fond, les dirigeants du monde entier n’ont jamais agi différemment après une révolte du peuple. Chercher des coupables, de préférence parmi leurs opposants politiques, parmi leurs adversaires, et punir des victimes expiatoires, afin de terroriser leurs adversaires, leurs contestataires.

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2023/01/14/anderson-torres-ancien-ministre-de-jair-bolsonaro-arrete-dans-le-cadre-de-l-enquete-sur-le-saccage-a-brasilia_6157886_3210.html

 
https://www.lemonde.fr/international/article/2023/01/14/bresil-une-enquete-pourrait-etre-ouverte-contre-jair-bolsonaro-apres-la-tentative-d-insurrection-de-l-extreme-droite-a-brasilia_6157821_3210.html

 

La peine doit être la plus afflictive possible afin que le prix à payer pour une prochaine révolte fasse reculer les prochains qui seraient tentés de se révolter. C’est la raison pour laquelle les jacqueries du moyen-âge furent réprimer le plus sauvagement possible, le plus violemment possible, de la même manière que Macron a fait charger sans arrêt, à condamner sans arrêt le mouvement des gilets jaunes.

 

Les dirigeants, les médias de la France, du Royaume-Uni, des États-Unis d’Amérique sont donc les plus virulents pour condamner l’occupation du congrès brésilien par les partisans de Bolsonaro, ou précédemment l’occupation du congrès américain par les partisans de Trump. Ont-ils oublié que la France célèbre un mouvement social comparable : le renversement de la royauté et de son pouvoir, par le peuple de Paris, ou plutôt par des membres du peuple de Paris. Ils ont occupé puis rasé la prison de la Bastille, occupé le palais des Tuileries et Versailles, puis emprisonné et guillotiné le roi légitime de la France. 

Le régime parlementaire anglais est né d’un régicide. Et quant aux États-Unis d’Amérique, aux glorieux États-Unis d’Amérique, ils se sont révoltés et libérés du carcan d’un merveilleux régime démocratique et parlementaire. Tous les états démocratiques sont nés dans le sang et dans la fureur. En quoi le combat d’une partie du peuple d’autres pays merite-t-il d’être condamné et lynché aussi violemment, si ce n’est parce que ces régimes meurent de peur ? Leur violence et leur virulence, et celle des médias qui les défendent et qui se nourrissent d’eux, se nourrissent de leur peur, de leur terreur d’être les prochains sur la liste.

 

Car ils n’ont aucun peuple qui se lèvera pour les protéger. Ils n’ont qu’un État policier pour les protéger, ils n’ont que l’armée, la police et la gendarmerie pour les garantir de la colère et de la haine du peuple qu’ils méprisent si ouvertement. «Il suffit de traverser la rue pour trouver du travail».

Rien n’empêche donc des personnes qui glorifient la Révolution française, anglaise ou américaine, de condamner le plus vigoureusement possible des mouvements populaires tout à fait respectables.

 

Il existe donc des gouvernements qu’il est normal de renverser, et d’autres qu’il est intolérable de vouloir renverser.

Lorsque les partisans de Trump ou de Bolsonaro cherchent à renverser leurs adversaires gauchistes ou démocrates, c’est ignoble, abject, insupportable. Lorsque les partisans de Gaino cherchent à renverser Maduro ou lorsque celui-ci s’autoproclame président, les démocraties occidentales applaudissent et chantent ses louanges, et lui confie la gestion des avoirs de réserves du Venezuela en Occident. Demain, le peuple russe renverserait Poutine qu’il serait acclamé par tous les dirigeants et médias occidentaux.

 

Pourquoi donc ces différences ? Sur quoi se fondent-elles ? Qu’est-ce qui sépare l’élection qui a porté Macron, Biden, ou Lula des élections qui ont porté Poutine ou Maduro au pouvoir ? La forme démocratique ou non démocratique de ces élections ? Lorsque tous les pouvoirs constitués, pratiquement tous les partis politiques de la droite à l’extrême gauche, tous les syndicats, toutes les associations, ont appelé à voter Macron et à faire barrage à l’extrême droite ? Ceci serait différent des élections russes ou vénézuéliennes ? Parce qu’on appelle cela une démocratie ? Et malgré le fait qu’elle se batte pratiquement seule contre une multitude, Marine Le Pen fait pratiquement 45% des suffrages !

 

Il y a des gouvernements qu’on a le droit ou le devoir moral de combattre, parce qu’ils sont le MAL par nature, et ceux qu’il serait anti-démocratique de combattre, contre lesquels il ne faut pas résister, parce qu’ils seraient BONS par nature.

 

Voilà la raison de ces réactions internationales outragées. En raison d’une vision manichéenne des gouvernements, selon qu’ils sont catalogués comme BONS, conformes aux valeurs, aux principes occidentaux, au règne de l’argent et au respect des puissants et des élites, ou alors catalogués comme MAUVAIS, comme LE MAL, contraires aux valeurs ou aux principes occidentaux. Et puis au-delà du manichéisme, il y a la Chine, trop puissante, trop riche, trop dangereuse pour être classée dans les forces du MAL. 

 

Si la Révolution française se rejouait aujourd’hui, que se passerait-il ?

La Révolution française est supposée être un symbole mondial de l’histoire de la démocratie et des droits de l’homme. Mais elle se rejouerait, ou se jouerait sous nos yeux, quelles seraient les réactions internationales ou médiatiques ? Dithyrambiques ? Ou condamnation unanime des médias et de nos partenaires occidentaux ? Vous le savez évidemment.

 

La fin des privilèges de naissance ? Il en existe encore tout autant, liés notamment à l’héritage financier, et personne n’a utilisé cet argument pour excuser ou défendre le mouvement des gilets jaunes. Et aucun média français. Et les privilèges des lords anglais ou la richesse des Windsor ne gênent personne en Occident ! En fait, la Revolution française se jouerait aujourd’hui sous nos yeux que le monde entier condamnerait le peuple français, ou la fraction du peuple français qui aurait osé raser et brûler la Bastille ou fait décapiter le Roi, seul gouvernement légitime reconnu.

 

On célèbre ainsi un événement qui serait condamné s’il était effectué à notre époque. Nos dirigeants le célèbrent en grande pompe, des dirigeants étrangers y sont invités, mais ces célébrations n’ont pour seul objectif que de boucher les yeux du peuple. La plus grande crainte de nos dirigeants est que le peuple français se révolte à nouveau contre ses nouveaux maîtres.

 

Ce qui sépare la Révolution française de l’assaut du congrès américain par les supporters de Trump ou de l’assaut du congres brésilien par les défenseurs de Bolsonaro n’est pas une différence de valeur, n’est pas la différence entre le BIEN et le MAL, mais simplement une question de réussite. Ils eussent réussi que dans deux siècles, le peuple américain ou brésilien chanteraient encore les louanges des émeutiers, ainsi que leurs dirigeants ‘démocratiquement’ élus. Mais ils ont échoué, et les condamnations pénales ou internationales vont leur tomber dessus comme la grêle, comme la vérole.

 


Saucratès



15/01/2023
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres