Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Retour sur les affaires

Quelques dates marquantes pour ces quelques affaires qui m'interpellent :

- 2006, l'affaire du meurtre d'Ilan Halimi et du gang des barbares

- 2007, l'affaire de l'Arche de Zoé

- 2008, l'affaire Jérôme Kerviel vs la Société Générale

- 2008 (toujours), l'affaire du groupe de Tarnac

- 2010, l'affaire du livre d'Aurélie Boulet alias Zoé Shepard

 

Cinq affaires et cinq histoires terribles, signe soit de l'impuissance de la justice française face au Mal, soit de l'imbécilité humaine et des accointances politiques, soit de la toute puissance de l'argent et du fait que certains d'entre nous seront facilement broyés, soit de l'aberration de la politique et de la lutte contre la délinquance lorsque celles-ci décident de broyer des innocents ... Au fond, toutes ces histoires relèvent du même élément : le fait que l'on peut être facilement broyé, soit par la stupidité, la haine et le Mal (Ilan Halimi), soit par la stupidité des imbéciles (les victimes de Breteau et Lelouch), soit par la toute-puissance de l'argent (Jérôme Kerviel), soit par la stupidité des politiques et de la justice (Julien Coupat), soit enfin par la stupidité de nos abrutis de collègues de travail (Aurélie Boulet).

 

 

Réflexion cinq (19 octobre 2017)

L'affaire Jérôme Kerviel ou l'histoire du pot de fer contre le pot de terre

 

Cette histoire commence le 24 janvier 2008. La Société Générale communique sur une perte de plusieurs milliards d'euros de pertes (6,3 milliards d'euros), survenue au cours des trois jours précédents, due aux agissements d'un de ses courtiers, qui aurait exposé la banque à un risque de marché majeur (positions acheteuses sur les contrats à terme portant sur indice), qui se serait élevé à plus de cinquante milliards d'euros. C'est le PDG de la banque, Daniel Bouton, qui se présentera en victime. On apprendra ultérieurement (au cours de l'après-mid) le nom du trader incriminé : Jérôme Kerviel.

http://saucrates.blog4ever.com/l-affaire-societe-generale-vs-kerviel

 

On découvre à cette occasion ce 24 janvier 2008 l'une des raisons de l'effondrement des places boursières intervenu le lundi 21 janvier 2008, journée où le CAC 40 avait reculé de 6,83%, repli d'une ampleur rarement observée depuis le 11 septembre 2001. Les places asiatiques s'étaient également effondrées dans la nuit. Les autres bourses européennes reculeront elles aussi fortement (-5,48% pour Londres, -7,16% pour Francfort et -7,54% pour Madrid).

http://votreargent.lexpress.fr/bourse/21-janvier-2008-un-lundi-noir_1585011.html

http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/01/21/les-bourses-europeennes-connaissent-leur-plus-forte-chute-depuis-le-11-septembre-2001_1002052_3234.html

 

Ainsi commence l'affaire Jérôme Kerviel, ou comment un obscur et minable petit trader aura failli ruiner l'immense et vénérable Société Générale. Nous aurons à cette occasion droit à un gros énervement du président (de la république française) Nicolas Sarkozy qui ne supporte pas de ne pas avoir été informé de ces difficultés. J'imagine qu'il aurait pu perdre beaucoup d'argent s'il avait investi dans la Société Générale et qu'il aurait aimé en être informé. Le gouverneur de la Banque de France en était par contre apparemment informé. Jérôme Kerviel sera dès lors jeté en pâture à l'opinion publique, traîné dans la boue, présenté comme un minable trader, même pas issu des grandes écoles, mais génial escroc, ayant été capable de duper toute sa hiérarchie à la Banque et tous les mécanismes de contrôle interne et d'inspection, qui n'auront rien vu pendant de nombreux mois, malgré l´ampleur des positions prises (près de 50 milliards d'euros). Précédemment, courant 2007, ces positions lui auraient permis de gagner 1,4 milliard d'euros, ce dont la Société Générale ne se serait pas non plus aperçu, même si ces 1,4 milliard d'euros se trouvaient bien dans les résultats 2007 de l'établissement.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Crise_financière_de_janvier_2008_à_la_Société_générale

 

On ne saura jamais le fin mot de cette histoire. Est-il possible que Daniel Bouton et la hiérarchie de Jérôme Kerviel n'ait rien su de l'ampleur des positions et des bénéfices dégagés ? Cela semble inconcevable sauf à avoir des doutes monstrueux sur les carences du contrôle interne et de l'inspection de la Banque. Et comment également ne pas avoir des doutes sur l'activité même de la Banque, si on peut être capable de masquer des gains de 1,4 milliard d'euros ou de ne pas chercher à comprendre leur origine ! Est-il possible qu'un simple trader, même passé par les métiers de back office du trading, ait pu engager aussi immensément la Société Generale, jusqu'à hauteur de 1,8 fois ses fonds propres, sans qu'aucune alarme ne se soit déclenchée. Cette histoire éclaire aussi sur l'importance des fonds propres d'un établissement comme la Société Générale à cette époque, s'élevant à près de 30 milliards d'euros. Combien aujourd'hui ?

 

La Société Générale et son PDG Daniel Bouton tenteront pendant toutes ces années à se présenter comme une victime de Jérôme Kerviel ; un peu comme si un gigantesque requin essayait de se présenter comme la victime d'un malheureux petit poisson rouge ... ou d'une malheureuse sardine ! Voilà pour cette histoire invraisemblable de la sardine et du mégalodon. Jérôme Kerviel sera d'abord largement condamné, notamment à rembourser les 4,9 milliards d'euros supposément perdus par la Société Générale. Il fera egalement 150 jours d'emprisonnement avant de voir le reste de sa peine aménagée par le port d'un bracelet électronique. Mais, contrairement aux efforts désespérés de la Société Générale et des grands médias qui le présenteront des semaines durant comme un fou, un déséquilibré, un terroriste, Jérôme Kerviel ne perdra jamais la bataille de l'opinion publique, dans cette histoire insensée du mégalodon qui se plaint de la sardine ... 

 

Et puis le mégalodon a commencé à perdre de sa superbe. La Société Générale, qui cherchait à faire porter à son ex-trader la responsabilité de la totalité de sa perte (les 4,9 milliards d'euros supposément perdus), a vu la responsabilité de Jérôme Kerviel être ramené à 1 million d'euros au titre des dommages et intérêts (jugement de la cour d'appel de Versailles en date du 22 septembre 2016) après que la Cour de Cassation ait décidé de casser la partie civile de sa condamnation. En effet, comment un individu pourrait-il se voir imposer de rembourser 4,9 milliards d'euros ? Par ailleurs, un peu plus tôt en 2016, le 7 juin, le conseil des prud’hommes de Paris condamne la Société générale à verser à Jérôme Kerviel plus de 450 000 euros pour licenciement sans cause réelle ni sérieuse et dans des conditions vexatoires.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Jérôme_Kerviel

 

Evidemment, le combat entre le mégalodon (la vénérable ou vénéneuse Société Générale) et la sardine n'est toujours pas terminée, dans l'attente des appels et pourvois en cassation de la Société Générale, qui ne renoncera pas facilement à faire porter à une vraisemblable innocente victime ses manquements et ses échecs, voire ses pertes financieres dantesques lors d'une crise financière qui n'est toujours pas terminée. Mais il faut un certain courage, pour, après avoir été trainé dans la boue de cette manière, par un monstre et des parasites de leur espèce, oser se lever et défier une organisation comme le monde de la finance, comme le fit et le fait toujours Jérôme Kerviel (à noter que la Societe Générale le présentera des le début comme un criminel en fuite ... ils auraient aimé qu'il prenne la fuite ou se suicide, qu'il soit abattu par la police, pour apparaître réellement comme un criminel ... et eux comme les victimes d'un criminel ... sans jamais avoir de comptes à rendre ... mais non, Jérôme Kerviel ne prendra pas la fuite ... il fera face à la meute, seul).

 

Car ne nous trompons pas, derrière ce combat entre un trader et la Societe Generale, c'est contre tout un système que celui-ci se bat, un système qui n'hésite pas à nous écraser, nous, humbles particuliers que nous sommes. Le gouverneur de la Banque de France, ami des socialistes et de Macron, n'est rien d'autre qu'un ancien petit dirigeant de la BNP Paribas, ex haut fonctionnaire au ministere de l'économie, entre autres activités. De même, la BCE est egalement dirigé par un ancien banquier d'affaire italien, Mario Draghi, de la Banque Goldman Sachs, ex haut fonctionnaire. Comme notre actuel président de la république, précédemment banquier d'affaire à la Banque Rothschild et ex haut fonctionnaire. Ironiquement, c'est en septembre 2008 qu'Emmanuel Macron a commencé à travailler à la Banque Rothschild ... cette même année 2008. 

 

 

Réflexion quatre (16 octobre 2017)

Se rappeler de l'affaire du groupe de Tarnac

 

En 2008, on découvre l'affaire des terroristes gauchistes du groupe de Tarnac. Les ennemis publics de la police française et du gouvernement de droite de Nicolas Sarkozy et de sa ministre de l'intérieur Michèle Alliot-Marie   (dit MAM) sont un petit groupe d'idéalistes gauchistes du plateau du Larzac, qui tiennent une épicerie solidaire ! Quelle horreur au lieu de gagner de l'argent ! Ils sont surtout soupçonnés d'appartenir au Comité invisible, et d'avoir écrit ou d'avoir participé à l'écriture d'un petit opuscule criminel : «L'insurrection qui vient».

 

Nous sommes alors en 2008, la droite, l'UMP et Sarkozy sont au pouvoir, la police et la justice s'attaquent à tous ceux qui critiquent ou contestent Sarkozy, sa politique ou sa personne (un peu comme aujourd'hui avec Macron),  à une époque où le terrorisme islamique n'est pas encore considéré comme l'ennemi principal à combattre ; l'UMP et MAM préfèrent les laisser préparer leurs massacres, voyager, se former et s'armer afin de mieux s'attaquer aux extrêmement dangereux terroristes anarcho-gauchistes qui tiennent des épiceries solidaires ! Bienvenue dans le monde de MAM et dans le monde de ses lubies ! 

http://saucrates.blog4ever.com/l-affaire-du-groupe-de-tarnac-1

 

Le crime de ces jeunes gens ? Ils auraient placé des crochets à béton sur des candélabres de la SNCF, dans le but de faire dérailler des trains à grande vitesse ! Entre autres attentats terroristes libertaires ! Aucun incident déploré. Aucun déraillement évidemment. L'ensemble des preuves retenus contre ces nombreux jeunes gens tiennent dans des procès verbaux de traque et de suivi, bidonnés, inventés ... et pourtant, depuis actuellement neuf années, ces élucubrations tiennent et perdurent, sans que la justice n'ait encore réussi à faire la part du vrai et du faux dans cette sordide et terrible affaire. Ces jeunes gens ont fait des mois et des mois de prison ; Yldune Lévy et Julien Coupat sont restés les plus longtemps en prison, puis placés en liberté surveillée ! Et toujours pas innocentés. 

 

On laisse des terroristes islamistes fichés S porter des armes et préparer des attentats meurtriers, mais on s'acharne sur des jeunes gens innocents et leurs proches (en septembre 2012, des proches des mis en examen, forgerons de leur état, seront traités comme des criminels par la police anti-terroriste), dont le principal crime est quand même d'avoir peut-être écrit un très joli petit opuscule anarcho-gauchiste, qui est un sacré succès de librairie, même si ce doit être l'un des rares bouquins à être librement téléchargeable sur internet : «L'insurrection qui vient» (On est d'accord, ce simple fait est déjà un crime crapuleux et mériterait la peine de mort pour risque d'atteinte aux sacro-saints bénéfices des puissants de ce monde !).

 

Ça se passe donc à partir de la nuit du 7 au 8 novembre 2008, alors qu'ils seront soupçonnés d'avoir commis un sabotage des caténaires sur des lignes TGV de nuit à Dhuisy, en Seine-et-Marne. Il est aussi soupçonné par la police antiterroriste d'être le leader d'une structure clandestine anarcho-autonome entretenant des relations conspiratives avec des militants implantés à l'étranger projetant de commettre des actions violentes. Récemment, on l'a aussi soupçonné d'être le cerveau organisant les exactions contre l´adorable et extraordinaire Loi Travail du gouvernement socialiste/ultra-libéral de François Hollande ... les mêmes ministres et députés d'ailleurs qui participent au gouvernement et à la majorité presidentielle de Macron ... ex-ministre d'Hollande et à l'origine justement de la Loi Travail.

http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Qui-est-Julien-Coupat-cerveau-presume-de-l-ultragauche-francaise-793285 

 

Alors, que Julien Coupat soit réellement un révolutionnaire ou non, ce n'est pas la question. Il a juste eu le courage de ses opinions, de combattre un système intolérable où nous, les électeurs, sommes pris pour des abrutis et des idiots par des hommes et des femmes politiques qui se moquent de nous. Alors, ce n'est pas un terroriste ni une personne qui doit être condamnée. C'est juste une personne qui a ouvert les yeux, et qui ne se contente pas d'éviter de regarder ceux qui se moquent de nous. Penser n'est pas un crime, de même que parler, même si c'est parler de révolution ! 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/06/02/01016-20160602ARTFIG00223-loi-travail-le-militant-anarchiste-julien-coupat-vise-par-la-dgsi.php

 

Comment est-il possible qu'il n'y ait toujours pas eu de jugement depuis novembre 2008 concernant cette affaire, plus de neuf ans après le début de cette affaire, alors qu'il n'y a vraisemblablement pratiquement aucune preuve contre les multiples personnes qui ont été poursuivies, mises en examen ou interrogées. Ce n'est qu'en début d'annee 2017 que la qualification terroriste a été abandonnée, malgré de multiples appels du parquet qui tient dur comme fer à son affaire des terroristes de Tarnac ! Et bientôt, ils seront innocentés en raison d'un dossier complètement vide, mis à part les divagations des policiers et des juges antiterroristes, de MAM (Michèle Alliot Marie, d'abord ministre de l'intérieur puis ministre des armées avant d'etre jetee à la rue pour incompétence notoire) et de Sarkozy. Innocentés après vraisemblablement des années à venir d'appel du parquet. 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/01/10/la-justice-ecarte-definitivement-la-qualification-terroriste-dans-l-affaire-de-tarnac_5060419_1653578.html

 

Et pendant ce temps là, les véritables terroristes, islamistes, amis des socialistes, de Sarkozy et des ultra libéraux, vont continuer à préparer tranquillement et à commettre des attentats ! Normal, le véritable ennemi de l'ordre établi, ce ne sont pas les islamistes, qui sont juste là pour faire monter la peur chez les électeurs et autoriser l'instauration de lois liberticides. Le véritable ennemi du pouvoir, de Sarkozy, d'Hollande et de Macron, ce sont ceux qui pensent, qui ne sont pas aveugles devant leurs agissements, ceux qui réfléchissent, ceux qui pourraient vouloir renverser leurs pouvoirs et la domination des puissants sur le monde. ceux-là sont l'ennemi, pas les islamistes barbus assassins et tueurs, qui aident eux à maintenir l'emprise des puissants sur notre monde !

 

 

Réflexion trois (24 août 2017)

Se rappeler du gang des barbares

 

Vous rappelez-vous du gang des barbares ? Vous rappelez-vous de leur derniere victime, Ilan Halimi, torturé puis assassiné par ces bourreaux parce que ceux-ci croyaient que tous les juifs étaient riches ? Vous rappelez-vous de leur chef psychopathe, Youssouf Fofana ?

http://saucrates.blog4ever.com/l-affaire-du-gang-des-barbares

 

C'est le 13 février 2006 que le corps d'Ilan Halimi, enlevé et sequestré pendant 24 jours, est retrouvé.  Il meurt avant d'arriver à l'hôpita. Abandonné et torturé comme un chien par un groupe de psychopathes fous n'ayant plus rien d'humains. Juste des monstres. Vingt-sept personnes ont été accusés d'avoir participé d'une manière ou d'une autre à cette tragique destinée. 

 

Au moins dix-neuf personnes faisant partie de ce groupe des barbares seront condamnées au final : 

- Fofana, Youssouf, perpétuité

- Soumbou, Jean-Christophe, 18 ans de prison

- Aït-Abdelmalek, Samir, 15 ans de prison

- Gavarin, Jean-Christophe, 15 ans de prison

- Moustafa, Nabil, 13 ans de prison

- Birot Saint-Yves, Cédric, 11 ans de prison

- Polygone, Fabrice, 11 ans de prison

- Touré Kaba, Yayia, 11 ans de prison

- Ribeiro, Jérôme, 10 ans de prison

- Martin-Vallet, Christophe, 10 ans de prison

- Arbabzadeh, Sorour, 9 ans de prison

- Gouret, Tiffenn, 9 ans de prison

- Serrurier, Gilles, 9 ans de prison

Sorour Arbabzadeh dit Emma Yalda, 9 ans de prison

- Oussivo N’Gazi, Francis, 7 ans de prison

- Oussivo N’Gazi, Guiri, 7 ans de prison

- Louise, Franco, 5 ans de prison

- Pastisson, Jérémy, 3 ans de prison

- Fontaine, Sabrina, 3 ans de prison

- Lorleach, Audrey, 2 ans, 16 mois de prison avec sursis

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_gang_des_barbares

http://lesobservateurs.ch/2014/05/05/le-gang-des-barbares-veut-quon-les-oublie•-ils-nont-pas-regrette-leur-acte•-et-bien-cest-non/

 

Plus de onze ans après ces faits, l'immense majorité de ces criminels psychopathes sont sortis de prison. Il est tellement difficile d'accepter de se dire qu'ils ont payé leur crime à la société et qu'ils vivent désormais dehors, parmi nous, au milieu d'entre nous, eux qui ont participé à cette sanglante et abominable histoire, à cette dramatique folie. Quelles envies de haine ne doivent pas parfois envahir le cœur des parents d'Ilan Halimi ?Comment ont-ils fait pour ne pas avoir envie de les assassiner les uns après les autres ? Comment font-ils pour ne pas en rêver tous les soirs, depuis onze ans ?

 

Combien de ces psychopathes sont encore en prison ? Emma Yalta Sorour Arbabzadeh est sortie de prison en septembre 2012, soit après à peine un peu plus de six ans de prison, sur les neuf années auxquelles elle avait été condamnée ! Comment est-ce possible de ne pas faire faire intégralement leurs peines à de tels psychopathes ? Il ne doit désormais plus rester que Youssouf Fofana à rester en prison sur ce groupe, et pour combien de temps encore, malgré les multiples nouvelles condamnations qui se sont rajoutées à la peine initiale et les vingt-deux ans de période de sûreté auxquels il avait été condamné. Ce psychopathe sortira avant, évidemment ! Les juges aiment trop relâcher les prisonniers surtout les plus dangereux, ceux qui ont tué, assassiné, violé ... pour bonne conduite disent-ils !

 

Les politiques aussi. Le maire de Bobigny a ainsi embauché la femme de l'un des principaux meurtriers de ce groupe, Lynda Benakouche, épouse de Jean-Christophe Soumbou, sur un poste de chargée de mission à la politique urbaine ! Comme quoi, rien ne vaut la prison et le meurtre pour être considérée comme une spécialiste de la politique urbaine, et de la culture des caves. 

https://www.dreuz.info/2014/06/28/surprenant-la-mairie-de-bobigny-a-embauche-lepouse-dun-membre-du-gang-des-barbares/

 

Cette histoire, comme des milliers d'autres, et la libération de ces monstres ... combien de dizaines d'autres meurtres ces psychopathes vont-ils encore causer avant leur mort ?... me confirment dans ma certitude que la disparition de la peine de mort pour de tels psychopathes est une erreur abominable ! Ces monstres auraient dû être exécutés ! Par la justice ! Ils n'ont rien à faire en vie, rien à faire en liberté, au milieu de nos enfants !

 

Il en va de même des monstres comme ce groupe de psychopathes, et des terroristes ... Qui ne s'est pas réjoui de la mort du terroriste en Espagne, tué alors qu'il s'enfuyait et prévoyait de nouveaux attentats ? Pourquoi les laisser survivre, les juger puis les libérer, pour qu'ensuite, dans cinq ans, ils recommencent et tuent d'autres personnes, qu'ils servent de modèles à leurs frères psychopathes et terroristes !

 

Alors oui, la peine de mort doit être rétablie pour ces malades, pour ces meurtriers, parce que c'est la seule réponse sensée que la société française et européenne peut apporter aux défis que ces monstres inhumains nous posent, à nous humains ! Ils ne font plus partie de l'humanité. Ils ont nié cette part d'eux-mêmes !

 

 

Réflexion deux (20 août 2017)

Que faut-il conclure de l'affaire «Arche de Zoé» ?

Et aussi de l'affaire Zoé Shepard ...

 

Eric Breteau et Émilie Lelouch sont-ils finalement coupables dans cette histoire ? Condamnés au Tchad à huit ans de travaux forcés puis graciés, et jamais condamnés en France pour le projet de voler des enfants pour les faire adopter par des familles en France, sont-ils vraiment coupables ? Devraient-ils être condamnés au Tchad ou bien leur arrestation, leur emprisonnement puis leur condamnation n'étaient-ils quune sanction politique à l'égard de méchants blancs volant de gentils enfants noirs ... une sorte de catharsis pour pauvres africains victimes des méchants blancs esclavagistes ? Au final, toute cette histoire se traduit donc par une condamnaction à deux ans de prison avec sursis, soit rien du tout ... Evidemment, ces deux là se rêvaient comme sauveurs ... et la France les condamne malgré tout... Alain Péligat, l´un de leur collègue, sera quant à lui relaxé. 

 

Au fond, le projet d'Eric Breteau et Émilie Lelouch était-il véritablement un crime ? Aider à l'adoption de jeunes africains victimes, même non orphelins, était-il criminel ? Si oui, ne faudrait-il pas interdire toutes les associations qui aident à l'adoption de jeunes enfants et des bébés ? Interdire toutes les ONG ? Condamner les orphelinats catholiques qui aident tellement de familles à adopter ? Par ailleurs, l'Etat français lui-même n'a pas non plus hésité à voler des enfants réunionnais pour les placer dans des familles en France, dans la Creuse, pour les faire adopter par des familles françaises (creusoises). Comment l'Etat français pourrait-il condamner des faits qu'il a lui-même mis en oeuvre ! Au fond, cette histoire était un casse tête. Le combat d'Eric Breteau et Émilie Lelouch était peu-être juste, mais ni dans la forme, ni dans le fond !

 

Mais est temps de parler d'une autre affaire beaucoup plus simple et à la fin heureuse, celle de Zoé Shepard ! Cette auteur avait sorti en 2010 un livre pamphlet sur la fonction publique territoriale française sous un nom d'emprunt. Sous son vrai nom, elle s'appelait Aurélie Boullet, et travaillait réellement dans la fonction publique territoriale (l'une des trois fonctions publiques française, avec la FP d'état et la FP hospitalière), au conseil régional d'Aquitaine. Son crime ? Elle avait sorti un livre intitulé «Absolument dé-bor-dée ou le paradoxe du fonctionnaire». J'ai adoré ses descriptions de «Coconne» et «Simplet». J'ai longuement parlé et défendu de cette affaire.

http://saucrates.blog4ever.com/l-affaire-aurelie-boulet-alias-zoe-shepard

 

Pour ce crime, Aurélie Boulard a failli être exclue (révoquée) de la Fonction publique. Elle est passée en conseil de discipline, dont les représentants, pour la moitié syndicalistes, ont voté son exclusion. J'ai écrit au président de la région Aquitaine à ce sujet, lui indiquant qu'en tant que socialiste, ce serait une honte s'il révoquait cette agent, niant la liberté d'expression. Au final, elle écopa de 10 mois de suspension, dont 4 mois ferme !

 

Aurelie Boullet a sorti deux autres livres depuis 2010, l'un «Ta carrière est finie» en 2012 et le deuxième «Zoé à Bercy» en 2015. Elle a passée de nombreuses années à être placardisée à la Région Aquitaine, et je ne peux que frémir en pensant à toutes ces années qu'elle a passé sans occupation au milieu d'agents qui la détestent, l'évitent, la fuient ou se liguent contre elle. Elle est sacrément solide Aurelie ! Chapeau ! 

http://www.breizh-info.com/2016/02/06/38687/ministere-economie-finances-publiques-shepard-interview

 

L'histoire finit bien d'une certaine façon. Aurélie Boullet n'a pas été révoquée et travaille toujours à la Région Aquitaine. Elle a sorti trois livres et continue de s'exprimer parfois sur les errements de la Fonction publique territoriale. Les abrutis et les ineptes qu'elle a dépeint existe bien sûr dans la fonction publique territoriale, de même que dans presque toutes les entreprises ... on y trouve souvent des «Simplet», des «Coconnes», mais aussi des «Joli cœur» et des «Manipulateur». Elle aurait aussi pu nous parler beaucoup plus longuement des syndicalistes, qui ne l'ont pas loupé dans cette histoire. Je me rappelle encore d'un élu CGT, Pascal Gomez, qui expliquait en janvier 2011 que «la base s’est sentie atteinte dans son honneur». Le pire de cette histore, c'est qu'à un moment, elle a pourtant été syndiquée à la CGT ! 

 

Certains pourront penser qu'attaquer la Fonction publique est une solution de facilité. Que pour une «Coconne» ou un «Simplet», il y a de nombreux fonctionnaires méritants, courageux, travailleurs et intègres. Certains pourront estimer qu'elle fait le jeu de la droite et de l'extrême-droite dans cette affaire, des ultra-libéraux ...

http://www.lepoint.fr/economie/les-verites-de-zoe-shepard-27-06-2013-1700785_28.php

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-politique/20110110.RUE0280/fonctionnaires-zoe-shepard-la-coconne-de-l-ump.html

 

Zoé Shepard ne dit justement pas le contraire, bien évidemment, en rappelant qu'il y a des milliers d'humbles fonctionnaires dans les mairies, au quotidien et au contact de la population, qui rendent d'insignes services pour une considération et un traitement misérable. 

 

Mais pour autant, il s'agit d'un courant politique (l'ultra-libéralisme) que l'on ne pourra pas stopper ... Parler du réchauffement climatique ne le fait pas arriver plus vite, que je sache ! Pourquoi en irait-il différemment dans le cas d'Aurélie Boullet alias Zoé Shepard ? Ce qu'elle dit n'est pas faux. Juste un florilège des aberrations quotidiennes rencontrées dans la Fonction publique territoriale !

 

 

Réflexion une (19 août 2017)

Le temps des affaires n'est pas celui de la justice

L'affaire de l'Arche de Zoé

 

Un certain nombre d'affaires m'ont interpellé au fil des dernières années. Ces affaires pour certaines ne sont toujours pas terminées, pendant, en cours ... Un peu comme l'affaire de Pénélope et François Fillon ... elle aussi va se poursuivre pendant des années et des années, même si pendant les quelques mois de la campagne présidentielle, de nouvelles révélations se succédaient tous les jours ... mise en examen, auditions ... et puis depuis le retrait de François Fillon de la vie politique ... plus rien ... bizarrement !

 

Donc d'abord l'affaire de l'arche de Zoé ...

http://saucrates.blog4ever.com/l-affaire-arche-de-zoe-2

 

Une sombre affaire de tentative d'enlèvement de jeunes enfants au Tchad, supposés être de jeunes orphelins du Darfour, par une pseudo association humanitaires et de nombreux bénévoles manipulés par le leader du groupe, Eric Breteau, et sa compagne Émilie Lelouch. Affaire qui avait failli conduire cette association humanitaire à voler de jeunes enfants tchadiens à leur famille, familles qui ne les aurait jamais revus s'il avait réussi à faire décoller son avion et sa centaine d'enfants, avec l'objectif de les faire adopter en France par des familles à la recherche d'enfants.

 

L'histoire débute en octobre 2007. L'opération humanitaire échouera avec l'intervention de la police tchadienne, l'emprisonnement d'une partie des bénévoles au Tchad (dans des conditions de détention forcément atroces) en tant que voleurs d'enfants, eux qui se croyaient des sauveurs des orphelins du Darfour ! Puis leur procès au Tchad, leur condamnation à huit de travaux forcés (peine oubliée en France), les interventions diplomatiques notamment de Nicolas Sarkozy pour les rapatrier en France pour qu'ils y effectuent leur peine, peine qu'ils n´effectueront évidemment pas. Ils ont été rapatriés en France le 28 décembre 2007, trois mois à peine après l'éclatement de l'affaire. On ne pourra pas critiquer la justice tchadienne sur sa lenteur. Des intérêts supérieurs plaidaient pour une justice rapide, expéditive (au fond, peu importait la peine, puisque les condamnés devaient être extradés vers la France et leurs peines être annulées). En janvier 2008, leur peine de travaux forcés est commué en une peine classique de prison. Depuis leur retour, ils sont incarcérés à la prison de Fresne. Et en mars 2008, le président tchadien leur accorde une grâce présidentielle, même si bizarrement l'armée française vient d'intervenir au Tchad pour lui permettre de rester au pouvoir. Les six membres emprisonnés sont libérés le 31 mars 2008.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/L%27Arche_de_Zoé

 

Mais cette histoire n'était pas terminée. Eric Breteau, Émilie Lelouch et quelques uns des bénévoles restent poursuivis par la justice française. Signe que la justice francaise est beaucoup plus longue à juger que la justice tchadienne, ce n'est qu'en décembre 2012 que la justice statue sur le sort des membres de l'Arche de Zoé : Eric Breteau, Emilie Lelouch, Philippe Van Winkelberg, Christophe Lentien, 

Alain Péligat, Marie-Agnès Peleran et Nathalie Cholin. A noter qu'Eric Breteau et Émilie Lelouch ne seront pas présents lors de leur procès, vivant alors en Afrique du Sud, laissant leurs collègues et victimes seuls sur le ban des accusés, face au tribunal. Ils seront tous les deux condamnés à deux ans de prison ferme le 12 février 2013. Les ont-ils fait ? Mystère ?

 

Evidemment que non. Ils sont libérés et placés sous contrôle judiciaire en avril 2013, dans l'attente de leur procès en appel. Quand on pense que des gosses sont jetés en prison de manière préventive, parfois sur de simples présomptions, mais que ces deux manipulateurs chevronnés n'auront fait que deux mois de prison sur les deux ans de leur peine. Sacrément injuste !

 

C'est le 14 février que se terminera leur procès en appel, qui les voit être condamnés simplement à deux ans de prison avec sursis. Le troisième prévenu à avoir fait appel de sa condamnation, Alain Péligat, a lui été relaxé. Eric Breteau et Emilie Lelouch se virent aussi interdire d'exercer pour cinq ans toute activité professionnelle d'accueil, d'hébergement ou de placement de mineurs. 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/15/proces-de-l-arche-de-zoe-juste-peine-juste-place_4367139_3224.html

 

Et, apparemment, le pourvoi en cassation de leur condamnation a depuis été rejeté.

 

Aujourd'hui, en 2017, les gamins qu'ils devaient enlever au Tchad ont dix ans de plus ; ils doivent être pour certains de jeunes adultes, dont certains tentent peut-être la traversée de la Méditerranée sur des coques de fortune. A moins qu'ils ne soient devenus riches grâce à cette histoire ; le jugement du Tchad prévoyait le versement d'une amende de plus de 4 milliards de francs CFA aux familles des enfants victimes. Mais ces milliards ont-ils été versés ? Et par qui ? L'Etat Français ? Même si Nicolas Sarkozy avait juré ses grands dieux que le gouvernement ne se substituerait pas aux condamnés ! Mais François Hollande qui n'aime pas les riches ?

 

Eric Breteau est désormais âgé de 47 ans, Émilie Lelouch de 41 ans, et jusqu'en 2019, ils ne devraient plus pouvoir exercer d'activité d'accueil, d'hébergement ou de placement de mineurs ! Où sont-ils ? Répartis en Afrique du Sud ? Au Tchad ?

 

 

Saucratès 



18/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres