Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Pensées


Idées saugrenues d'un samedi soir

Saint-Denis de la Réunion, samedi 8 février 2020 (fini d'être redigé et publié le vendredi 14 février 2020)

 

Les samedi soir se suivent et se ressemblent très souvent. Et loin d'être une corvée ou une condamnation à une sorte de peine de prison, c'est un bonheur que de pouvoir vivre ces soirées de samedi les unes après les autres. Est-ce l'âge qui permet de prendre conscience de cette chance, de la chance de pouvoir vivre et profiter des moments qui arrivent ? Est-ce l'âge qui permet de prendre conscience de ce que l'on a, et de cesser de se morfondre de tout ce que l'on pourrait avoir d'autre et que l'on n'a pas ? Est-ce triste de devoir attendre d'avoir mon âge pour découvrir cette satisfaction ? Nul besoin de partir à l'autre bout de la Terre pour trouver le bonheur et la paix. Un chanteur (Cabrel) le chantait il y a bien longtemps. C'est sous notre nez que se trouve le bonheur. Evidemment, il y a des endroits où c'est un peu plus simple d'être heureux que dans d'autres ! L'Ile de La Réunion en fait partie.

 

Je vais parler de politique. Je pense que je hais le monde de la politique. Je hais plus particulièrement le nouveau monde politique né de l'élection d'Emmanuel Macron. Pendant longtemps, le monde politique était partagé entre droite et gauche, entre gaullistes, centristes, socialistes et communistes. Du moins, c'est l'image que j'en avais ... Il y avait les méchants et les gentils, d'un côté ceux qui défendaient les travailleurs, et qui nationalisaient les entreprises des capitalistes, et de l'autre ceux qui défendaient les grandes fortunes, les bourgeois, les riches. Et puis, en 2012, nous avons eu des socialistes, qui s'étaient présentés comme les ennemis de la Finance, qui conduisirent dans les faits une politique de droite, de réforme du droit du travail, favorable aux entreprises. Ensuite, ce fut la politique du nouveau monde, un jeune premier qui proposa d'ouvrir la politique au peuple, mais qui ne choisit que des gens de son Monde, des DRH, des gestionnaires de carrière, des cadres des entreprises privées, des anciens députés de gauche ou de droite qui acceptaient de tourner leur veste pour avoir une chance d'être élu. Des députés de gauche qui se montraient tels qu'ils étaient réellement : des salauds avec des idées de droite que des électeurs socialistes avaient élus pour qu'ils détruisent la République française et le droit du travail ! Et enfin des députés de droite qui avaient senti le vent tourner ou qui étaient encartés dans telle ou telle loge d'obédience. 

 

Effectivement, je hais les faux-semblants de ce monde politique. L'article suivant publié par Le Monde avait attiré mon attention justement pour cette raison. On apprend ainsi que les députés socialistes issus précédemment du Parti Socialiste, avait fondé une association à la gauche, au sein de LRM, pour supposément pouvoir faire contrepoids aux élus de droite au sein de LRM. Et on apprenait que cette initiative avait l'assentiment empressée de LRM. Mais ceci n'est qu'une gigantesque ruse, un attrape nigauds de grande envergure.

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/02/03/l-aile-gauche-de-la-majorite-s-organise-pour-faire-contrepoids-a-la-droite_6028235_823448.html

 

Comme il est effectivement indiqué dans l'article du Monde, cette aile gauche au sein de LRM est supposée pouvoir attirer des députés de gauche qui ne sont pas à LRM. Mais selon moi, c'est en fait son seul et unique objectif, tout juste esquissé par ses fondateurs ... Attirer des représentants demeurés au Parti socialiste ... encore et toujours ... Comme si on voulait nous faire croire que ces ministres et ces députés s'étant ralliés à Emmanuel Macron avaient encore une fibre socialiste, une fibre de gauche, un peu d'humanité en eux !

 

Quelle tragédie que cette histoire, cette aventure macroniste. Le Parti socialiste est encore certainement rempli de représentants du peuple qui avaient basculé du côté de Macron mais qui ont été battus. Et qui sont revenus oeuvrer dans l'ombre au Parti socialiste pour continuer leur sale besogne au bénéfice de son entreprise de démolition de la politique. Evidemment, le monde politique ancien se chargeait déjà très bien de cette entreprise de démolition, avec toutes ces affaires de détournement de fonds. Evidemment ...

 

Marre néanmoins que la presse, que les médias, et en premier lieu le journal Le Monde, nous prennent à chaque fois pour des guignols et qu'ils nous vendent des histoires cousues de fil blanc, des histoires rocambolesques visant juste à nous cacher les manipulations des uns et des autres, les basses volontés politiciennes qui sont à l'oeuvre dans le monde de la Macronie sans coeur et sans humanité.

 

Un deuxième sujet, et un deuxième article, avait attiré ces derniers jours mon attention. La politique de répression policière actuellement à l'oeuvre dans le monde des bisounours macronistes. On peut donc déférer devant le Parquet de Paris des adolescents à la suite du blocage d'un lycée et à la mise à feu d'une poubelle ? 

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/02/01/trois-mineurs-deferes-devant-le-parquet-de-paris-apres-un-blocage-au-lycee-ravel_6028098_3224.html

 

On va le dire vite : la Macronie est devenue une machine folle dévorant ses propres enfants et s'attaquant à tout le monde, à toute forme de contestations, lycéens, gilets jaunes, syndicalistes, parce que la Macronie crève de peur, crève de son manque de coeur, crève de rage à l'idée de ne pas pouvoir transformer en la gigantesque entreprise (ou start-up) en laquelle ces hauts managers rêvent de changer la France. 

 

Voilà ce que c'est de mettre des nouveaux venus et des girouettes à des postes de responsabilité politique, députés ou ministres ... Ils ont réussi à transformer la France en ce monstre qui dévore désormais ces enfants et tous ceux qui s'opposent à eux. Et tout ceci grâce à une police qui applique tristement les ordres illégitimes de maintien de l'ordre qui leur sont donnés. A partir de quel moment un gouvernement peut-il être considéré comme illégitime et partir de quand un peuple a-t-il le droit de se révolter et de renverser un tel gouvernement par tous les moyens, comme en 1789 ? 

 

Dernier lien, un article traitant des manoeuvres des patrons américains pour empêcher les syndicats d'exister dans les entreprises. Gageons que de telles idées fourmillent déjà dans les têtes des énarques et des maçons à l'oeuvre à la tête de l'Etat et des administrations. Dans la majeure partie des Etats américains, «pour former une cellule syndicale, il faut que 30% du personnel en fasse la demande et que 50% l’approuve lors d’une élection à bulletin secret organisée par le National Labor Relations Board. Argument des consultants : les syndicats rançonnent les salariés avec des cotisations élevées et les soumettent à leurs diktats.» 

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/04/en-californie-le-syndicalisme-est-redevenu-cool_6028313_3232.html

 

Quelle idée aussi sotte que grenue (saugrenue) ! Comme dirait les macronistes, vive le Libéralisme ! A quand le rétablissement de l'esclavage et de ses chaines ?

 

 

Saucratès


14/02/2020
0 Poster un commentaire

Pensées autour de la guerre et de Carlos Ghosn

Saint-Denis de La Réunion, samedi 4 janvier 2020

 

Nous sommes un samedi soir, le premier de la nouvelle année 2020, il est proche de 19 heures alors que je commence à écrire, je suis sous ma terrasse à quelques centimètres des gouttes de pluie qui tombent sans discontinuer depuis le début de cette journée. Le ciel est gris. Le paysage autour de moi est gris, ou vert. Et j'ai ouvert une bouteille du vin préféré de mon ami John, un Léoville Barton de 2008, sur quelques morceaux de fromage découpés. Il est parfait. Neanmoins, ce temps me pose un problème existentielle : comment faire des grillades au feu de bois sous une pluie battante ? Mes entrecôtes de bœuf grillées sont en danger ! Un plan de secours s'impose. 

 

Bon, au moins, je profite de mon délicieux vin et de mon fromage. Autre grande question : Sur quoi vais-je écrire ce samedi soir ? De quoi vais-je vous parler ? Je ne vous parlerai pas de temps, malgré les incendies dantesques et les vagues de chaleur qui frappent l'Australie et qui me conduisent à me sentir moins catégorique quant au fait d'affirmer que le réchauffement climatique est essentiellement une construction médiatique. Ce qui se passe en Australie me semble particulièrement inquiétant et témoigne du futur possible de nombre de nos contrées dans un Monde futur où les temperatures se seraient élevées de plusieurs degrés. Cela risque même de conduire un climato-sceptique comme Donal Trump à se découvrir une âme de défendeur de la planète et du climat ! En même temps, je ne peux m'empêcher de repenser à l'intervention de Macron concernant les incendies en Amazonie. Bizarre que Macron ne se propose pas de venir combattre les incendies en Australie de la même manière qu'il l'avait proposé pour le Brésil et pour l'Amazonie ? Mettre l'Australie sous mandat international, puisqu'ils ne combattent pas efficacement les incendies australiens ? Et pourquoi cette différence de traitement entre les incendies australiens et les incendies en Amazonie ? L'Australie lui paraît moins importante que l'Amazonie ? L'Amazonie serait un bien commun planétaire, le poumon de la planète et une réserve bio-végétale ? Au contraire de l'Australie ? Mais pourtant l'Australie est un écosystème unique, qui s'est separé du reste de l'humanité il y a 50.000 ans. C'est également un trésor bio-végétal. A moins que l'Australie ne soit un État developpé comme la France, un État du G7, et non pas un pays en développement auquel on peut donner sans prise de risque des leçons ?

 

Je ne vous parlerai pas plus des risques de guerre entre les Etats-Unis et l'Iran, suite à l'assassinat par des drones americains d'un Général iranien en plein cœur de l'Irak. Et j'observe avec inquiétude le rapprochement qui semble s'opérer entre l'Irak et l'Iran autour de cet assassinat, de cette frappe américaine. Le problème n'est pas de savoir si cette frappe americaine était légitime ou illégitime. Le problème n'est pas de savoir si les américains sont autorisés à frapper des cibles ennemies un peu partout dans le monde, en fonction de leurs intérêts géostratégiques. Le problème est plutôt de savoir qu'elles en seront les conséquences dans le Moyen-Orient et si les États-Unis ont les moyens de mener une guerre victorieuse au Moyen-Orient. Alors que l'Iran a maté dans le sang et dans un silence assourdissant une révolte populaire, les Etats-Unis ne viennent-ils pas de fournir un ennemi commun à tous les iraniens et à tous les irakiens ? Le renversement du régime iranien n'est-il pas hors de portée des armées américaines et occidentales, près de quarante ans après les événements de l'ambassade américaine en Iran, en 1979 ? 

 

Non, je vous parlerais d'un sujet moins brûlant. L'évasion spectaculaire de Carlos Ghosn du Japon et de sa fuite au Liban, dont il est un ressortissant. Une évasion rocambolesque assurément, mais ce n'est pas ce qui m'interpelle. Ce qui m'interpelle, ce sont les raisons qui l'ont conduit à fuir le Japon. Le fait qu'il estime le systeme judiciaire japonais comme négateur des droits de l'homme. Je pense que c'est une immense bonne nouvelle pour tous les pauvres gens qui sont broyés par le systeme judiciaire français ! Carlos Ghosn, le milliardaire génial dirigeant de l'alliance Renault-Nissan, comprend enfin leur malheur et leur désespoir. Le même Carlos Ghosn qui avait jeté dans les crocs de la justice et de la police certains de ses collaborateurs dans le cadre de l'affaire fabriquée de toute pièces de l'espionnage des voitures électriques de Renault ! Chouette, je suis rassuré ! Entre parenthèses, ce qui arrive à Carlos Ghosn doit certainement réjouir les cadres injustement soupçonnés et jetés en prison dans cette histoire d'espionnage des moteurs électriques des Renault. Les droits de l'homme, l'injustice du système judiciaire français ; Carlos Ghosn n'en avait absolument rien à branler à cette époque-là ! Rappelons-nous que cette histoire d'espionnage industriel s'était révélée comme une gigantesque affaire fabriquée de toute pièce, une affabulation d'un responsable de la securité qui cherchait à se faire mousser aux yeux des dirigeants de l'entreprise. Mais des pauvres gens avaient été traînés dans la boue et salis, et jetés en prison. Et à la différence de Carlos Ghosn, ils étaient totalement innocents.

 

En s'enfuyant de cette manière du Japon, Carlos Ghosn démontre à mes yeux qu'il reconnaît sa culpabilité. Il ne lui sera pas possible de démontrer judiciairement son innocence. Deuxièmement, il donne absolument raison à l'accusation japonaise qui s'opposait à sa remise en liberté conditionnelle. Sa fuite est terrible pour tous ceux qui demain pourraient être tentés de demander une libération conditionnelle. Sa fuite démontre son absence d'honneur. Ses avocats seront-ils obligés de se faire hara-kiri pour expier la faute de l'homme qu'ils ont aidé dans sa fuite ? Par rapport à la justice francaise, la justice japonaise démontre neanmoins qu'ellé ne s'attaque pas seulement aux faibles, auxpauvres, aux sans-grades ou à ceux qui sont lâchés par leurs soutiens. La justice japonaise n'a pas hésité à s'attaquer à un dirigeant au fait de sa puissance comme Carlos Ghosn. Nous savons tous très bien que jamais la justice francaise n'oserait s'attaquer de cette manière à un puissant introduit au cœur du pouvoir. Ou bien ce sera une condamnation à quelques mois de prison comme l'ex PDG de France Telecom, alors que celui-ci n'a jamais dû voir une prison de toute la procédure, et qu'il ne fera jamais une seconde des quelques mois de prison ferme auxquels il a pourtant été condamné. Mais le petit jeune poursuivi pour une agression ou un vol fera lui des mois de prison préventives, et on n'oubliera pas de lui faire faire les quelques mois de prison auxquels il aura finalement été condamné. 

 

MMais bon, il y a de l'espoir, Carlos Ghosn vient de découvrir que la justice est violente, et que les droits de l'homme y sont bafoués. N'importe quel gilet jaune français aurait pu le lui dire et le lui faire comprendre. Avec un peu de chance, lors des prochaines années, ce sera notre tortionnaire à tous, le petit chef qui réforme la France, qui s'en apercevra lui-aussi. Et peut-être lui également appellera au secours et prendra le peuple de France, le peuple des gilets jaunes, à témoin de l'injustice et de la violence du système judiciaire français. 

 

Comme Carlos Ghosn :

 

L’ancien patron dénonce également le système judiciaire japonais, «où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée, et où les droits de l’homme sont bafoués, cela au mépris absolu des lois et traités internationaux, que le Japon a ratifiés et qu’il est tenu de respecter». Et d’ajouter : «Je n’ai pas fui la justice — je me suis libéré de l’injustice et de la persécution politique.»

Le Monde 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/01/02/carlos-ghosn-les-questions-apres-sa-fuite-au-liban_6024599_3234.html

 

Si cette année 2020 ne voit pas le déclenchement d'une nouvelle guerre au Moyen-Orient, ou une troisième guerre mondiale, ce devrait être une très bonne nouvelle année ! Que ces puissants sont bêtes !

 

 

Saucratès


04/01/2020
0 Poster un commentaire

Pensées d'un samedi soir de 2019

Saint-Denis de La Réunion, samedi 21 décembre 2019

 

Noël approche à grand pas, de même que la prochaine année 2020 ! Plus que quelques jours avant ces deux événements liturgiques d'exception. Liturgie, le mot est-il trop fort ou incorrect ? L'un du domaine du sacré, avec une grosse dose commerciale ; l'autre du domaine du profane. Mais malgré tout, tous les deux enfants de la religion chrétienne, puisque le calendrier lui-même est bien une construction religieuse de la réalité. Il y a vingt ans déjà, à la même époque de l'année, on s'approchait de la fin du deuxième millénaire, et à l'approche de l'an 2000, sans savoir de quoi demain serait fait. Et il ne s'est rien passé de concret. Aucun bug majeur. Rien. Nada. L'an 2000 a été un gros flop. Cette date qui hantait notre imaginaire collectif depuis des décennies, voire depuis un siècle, s'est retrouvée étrangement sans intérêt, sans rupture, communément commune !

 

En regard, 2020 peut nous paraître plus simple, moins dangereuse, mais juste à nos yeux. On ne peut pas oublier nos amis anglais qui ont fait le choix de sortir de l'Union Européenne. Fin janvier 2020, ils sortiront de la construction européenne, avec tous les aléas que cela comporte. Comme pour le bug de l'an 2000, peut-être que cela n'influera en rien sur leur vie. L'Angleterre redeviendra peut-être cette île isolée au large d'un continent ennemi, ce dernier espoir face à la barbarie totalitaire que le Royaume-Uni a pu être en 1940, cette tête de pont des États Unis d'Amerique à nos portes. La construction européenne est-elle encore un grand et beau projet, ou bien une construction folle et sans avenir, sans âme, un principe bureaucratique qui permet aux intérêts privés des grands groupes, des multinationales, de transcender, de s'imposer aux décisions nationales, aux choix des électeurs ? L'Europe est-elle encore un facteur de paix, une possibilité pour de petits États sur la scène internationale de peser face aux autres grandes Nations, aux mastodontes multinationales, les GAFA et les grandes entreprises chinoises ? En tant que citoyens, on connaît et on contrôle si peu de choses de l'Europe ! 

 

En comparaison de l'an 2000, il est amusant d'observer que l'an 2050 ou l'an 2100 ne transcendent absolument pas nos rêves ! Depuis des décennies, l'an 2000 était une promesse de voitures volantes, de villes tentaculaires, de merveilles technologiques. En regard, l'an 2050 ou l'an 2100 ne me semblent être que des promesses de mondes post-apocalyptiques. Terre ravagée, océans et mers débordées, climat détraqué, et migrations mondiales. L'humanité ne croit plus aujourd'hui en un monde meilleur, en un futur radieux. Le futur est synonyme de catastrophes apocalyptiques à venir, attendues. L'homme ne croit plus en la science pour le sortir de cette situation. Bizarrement, la littérature et le cinéma semblent déteindre sur l'imaginaire de toute l'humanité, du moins sa fraction occidentale. Ou bien c'est l'inverse. Ils ne font que reproduire les pensées, les croyances de la fraction occidentale de l'humanité.

 

A quoi rêve l'autre fraction de l'humanité, cette fraction majoritaire constituée de près de 4 à 5 milliards d'individus, voire plus. Les peuples africains, russes, chinois, asiatiques, sud-américains ? De quoi sont constitués leurs rêves ? Comment imaginent-ils le futur ? De quoi l'imaginent-ils constitués ? Leurs rêves ne sont-ils que de rejoindre le mirage de la lointaine Europe, de la lointaine Amérique ? Sans savoir qu'ils n'y seront que des parias, des miséreux, dans un monde mille fois plus moche que leur vie actuelle ? 

 

La nuit s'est installée autour de la terrasse. Les lampadaires trouent toujours la nuit, perforant les ombres de la forêt qui m'entoure. 2019 est toujours là, rassurante, avec son lot de grèves et de mouvements de contestation à la politique de Macron. Je plonge toujours mes lèvres dans un vin agréable, délicieux. Mes enfants apparaissent enfin, attirés par l'odeur du repas. Et mon feu de bois est enfin à point pour griller nos entrecôtes.

 

Joyeux réveillon à tous.

 

 

Saucratès


21/12/2019
4 Poster un commentaire

De l'importance de la confiance dans notre histoire personnelle

Saint-Denis de La Réunion, samedi 24 août 2019

 

Samedi soir, dans la nuit tombée, un feu de bois tente de démarrer au fond de mon jardin. Je bois un verre de vin rouge de ma cave, un petit Saint-Julien sans aucune prétention de 2008 et je pense au monde qui nous entoure. Notre vie entière repose sur la confiance que l'on peut accorder à d'autres gens. La confiance, c'est la clef de voûte de toute notre vie, de la vie de chacun d'entre nous.

 

Evidemment, notre vie commence dans cette confiance. Bébé et enfant, nous sommes incapables de nous défendre et nous dépendons des parents chez lesquels nous vivons, ou chez lesquels nous avons été placés par la DDASS éventuellement. On ne choisit pas ces parents pas plus qu'on ne choisit sa famille. Toute notre vie sera conditionnée en grande partie par ces quelques dix-huit ou vingt ans que l'on passera avec eux, au milieu d'eux.

 

La confiance est aussi au fondement de la vie en couple, du mariage, de la famille. Derrière le couple, derrière l'amour, derrière le sexe, tout est avant tout question de confiance, confiance en l'autre certes, mais surtout confiance en sa bonté, en sa mansuétude, confiance en le fait qu'elle ou lui ne cherchera pas qu'à nous détruire, à nous faire payer quelque chose, à se venger (de quoi de rien éventuellement), à nous battre ou nous frapper éventuellement, parfois à nous tuer. La mise en couple est un pari, un jeu de hasard, un moment où on cherche la personne idoine et on espère pouvoir lui faire confiance.

 

La confiance est aussi à la base de nombreux autres phases ou situations de notre vie. Lorsque l'on conduit, cas où notre vie et celles de nos proches reposent sur la confiance que l'on peut avoir sur le comportement des autres usagers de la route, même si certains comme les motards font peu de cas du respect des autres usagers ... Heureusement, leurs motos sont si fragiles qu'ils ne représentent pas un véritable danger ... même si certains comme les chauffeurs de camions et de bus font peu de cas également des autres usagers ... mais heureusement aussi, la majorité connaissent la dangerosité des mastodontes qu'ils conduisent ... et puis ils ne sont pas si nombreux. La conduite automobile repose sur la confiance, et aussi sur les probabilités. Quelle probabilité y aurait-il pour que le gars suicidaire ou terroriste choisisse justement le moment où vous les croisez pour se suicider ou pour se sacrifier en emportant  vie. Pour le reste des situations dangereuses, comme les personnes saoules ou zamalées, ou les tombeaux roulants qui ne devraient pas circuler, on fait aussi confiance à l'action des forces de l'ordre, des forces de police qui devraient être capables d'arrêter les dangers publics. Et parfois, l'un d'eux échappe aux contrôles, et sèment parfois la mort.

 

Autre situation qui repose sur la confiance, les moments où on prend l'avion, mais également les moments où l'on doit être opéré. Cela peut presque paraître le moment le plus important ; ce moment où notre vie, deja en danger, repose entre les mains, sous le scalpel d'un chirurgien, d'un anesthésiste ou d'un docteur. Un moment où nous sommes absolument sans protection, un peu comme à notre naissance, lors de nos premiers mois ou premières années chez nos parents, dans notre famille.

 

Et d'une certaine manière, c'est aussi le cas en cas de guerre, lorsque des hommes et des femmes désarmés peuvent se retrouver entre les griffes d'hommes armés. Même si nous n'avons plus connu ces situations en Occident depuis plusieurs décennies.

 

Mais l'endroit qui repose le plus sur la confiance, c'est le couple. C'est cette histoire dans laquelle nous vivons presque tous les jours, presque toute notre vie d'adulte, à laquelle nous avons peut-être révé depuis notre plus petite enfance, ou au moins depuis notre adolescence, cette recherche de la personne presque parfaite à laquelle nous avons toujours aspiré, et cette certitude que nous ne pourrons pas non plus correspondre à la personne presque parfaite à laquelle notre autre, notre moitié, aspire également vraisemblablement. 

 

Voilà les quelques pensées nées en cette soirée, ce samedi 24 août 2019, nées des difficultés racontées par une personne rencontrée au cours de mes courses, au supermarché, un vigile avec lequel j'ai sympathisé, empêtré dans des difficultés avec une ex petite amie qui lui réclame le règlement de pensions alimentaires.

 

 

Saucratès


24/08/2019
5 Poster un commentaire

Agir ou se cacher

Saint-Denis de La Réunion, samedi 10 août 2019

 

Un samedi soir à écrire dehors, dans la fraîcheur du soir naissant, devant un bon feu de bois éclairant un jardin entennebré, un bon verre de vin à la main, en mangeant un petit fromage de chèvre ... Tout ceci ne fait pas trop, voire pas du tout révolutionnaire. Il y a quelques dizaines de minutes, je finissais d'écrire un article appelant à la revolution, pourfendant macronistes et puissants de ce monde ... Peut-on se limiter à prôner la revolution depuis son jardin, depuis son salon, sans jamais en sortir et sans jamais s'engager, ni même s'exposer ? L'un de mes lecteurs, Frédéric, m'engageait à agir, à m'exposer, à prendre des risques, parce qu'il y avait tant de choses à faire selon lui. Mais s'exposer, s'exhiber, cesser de se cacher derrière un anonymat fragile, mais malgré tout utile si on soupçonne le gouvernement qui nous dirige de velléités dictatoriales, totalitaires, c'est particulièrement dangereux et inquiétant. Il est tellement plus rassurant de rester anonyme, cacher dans la pseudo invisibilité d'internet. Au fond, l'anonymat nous protège surtout des abrutis de tout bord, bien plus que d'un gouvernement ou d'une administration qui auraient de nombreux outils pour percer nos déguisements. 

 

Dans ce sens-là, je me rappelle de Julien Coupat, soupçonné par un gouvernement de droite, sous Nicolas Sarkozy, d'être celui qui se cachait sous le nom de «comité invisible», d'en être le chef, le leader, la plume. Ce groupuscule anonyme avait publié un petit opuscule appelant à la révolution, intitulé «L'insurrection à venir». Ce livre écrit sous la présidence de Nicolas Sarkozy trouve sa mise en application, sa mise en œuvre, sous la présidence d'Emmanuel Macron, avec le mouvement des gilets jaunes. Il n'est pas tant prophétique que décrivant un malaise généralisé. 

 

Le mouvement des gilets jaunes n'a pas tant que cela à voir avec les principes décrits dans «L'insurrection à venir». On ne voit pas dans ce mouvement spontané, de rejet du pouvoir et des élites, cette reference aux sept cercles de l'enfer ! 

 

Mais ce que je retiens de cette histoire, c'est plutôt l'importance de demeurer invisible, imparfaitement invisible évidemment ... mais le plus invisible possible malgré tout. Cela ne suffira jamais à nous protéger d'un éventuel intérêt de l'Etat, des forces coercitives de l'Etat ... mais la probabilité que les forces coercitives de l'Etat francais s'intéressent à ma petite personne sont après tout insignifiantes, epsilonesques. Heureusement ...

 

 

Saucratès


10/08/2019
2 Poster un commentaire