Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Pensées


FaceBook et Twitter - Exemple des évolutions liberticides de nos sociétés occidentales actuelles

Saint-Denis de la Réunion, samedi 23 janvier 2021


Ce qui s’est passé aux Etats-Unis ces dernières semaines doit me semblerait-il nous alerter sur les évolutions liberticides de nos sociétés occidentales actuelles. Je ne parle pas des diverses interventions et prises de parole de l’ancien président Donal Trump ni de l’assaut du Capitole américain par ses partisans et des militants de l’extrême droite américaine. Non, je veux parler de la manière partisane dont la presse rend compte, qui est particulièrement visible dans le cadre de la passation de pouvoir entre Joe Biden et Donald Trump. On nous parle même du chien du président, du moindre de ses secrétaires d’Etat nommé pour peu qu’ils soient hispaniques, transgenre ou que sais-je encore, du moindre des premiers decrets que le président prend de toute urgence, et le contraste est frappant avec la manière dans cette même presse rendait compte de la moindre des décisions de Donal Trump, immédiatement catalogué de mégalomane, de désaxé, de malade mental, de fou. La réalité ne peut pas être si binaire, si extrême. 

Cette même presse a suivi avec délectation les affrontements et les émeutes orchestrés par le mouvement «black live matter» et a passé sous silence les pires exactions de ces mouvements comme les incendies de certains postes de police dans certaines villes. Comme si les médias avaient déjà fait leur choix entre les émeutiers et les représentants des forces de l’ordre qui ne comptaient pas sous prétexte qu’ils étaient très majoritairement favorables à la présidence de Donald Trump. Ces émeutes urbaines des mouvements «black live matter» seront indissociables des derniers mois de la présidence de Donald Trump et témoigneraient du fractionnement de la société americaine que Donald Trump aurait encouragé, mais personne ne s’interroge sur les commanditaires de ces événements ? Ce serait des mouvements nés spontanémeut d’une colère liée à des exactions policières à l’encontre de jeunes noirs ? Moi, cela ne me convainc pas. 

 

Au delà ce rendu de ces événements médiatiques, il me semble aussi qu’il nous faut traiter du précédent catastrophique de l’irruption de la censure d’un président démocratiquement élu par des médias sociaux qui n’ont absolument aucune légitimité démocratique pour agir de la sorte. Pour quelles raisons Twitter ou FaceBook pourraient avoir une légitimité pour censurer le président des Etats-Unis ? Evidemment, la majorité des analystes politiques estiment que Twitter aurait dû exclure Donald Trump bien auparavant. Mais 90% des journalistes américains sont démocrates. Normal, l‘électorat principal du parti démocrate sont ces classes aisées, de toute origine et tous sexe, tandis que l’électorat républicain est désormais rural, populaire et ouvriériste, soit aux antipodes du milieu journalistique en général. 

Evidemment, jamais un président des Etats-Unis n’avait autant utilisé un réseau social que Donal Trump n’a utilisé Twitter, que ce soit en matière de politique intérieure ou surtout en matière de politique internationale ! C’était du jamais vu, et j’imagine que la censure du président en exercice tout comme le retour à une communication politique normale sous la présidence démocrate de Joe Biden et Kamela Harris doit amplement les satisfaire. Nul autre président au monde ne fait un tel usage de Twitter ou de FaceBook. Mais cette censure opportuniste doit être analysée d’une autre manière, sous l’angle de la legitimité et du risque de precedent.

 

S’ils ont pu censurer le président en exercice Donald Trump, ils pourront désormais censurer n’importe qui, quelque soit la réalité de leurs accusations, ou même en l’absence de tout motif.

 

Quant à FaceBook, on n’a appris récemment (ce jeudi 21 janvier 2021) que celui-ci demandait à sa cour suprême de valider la suspension du compte personnel de Donald Trump. 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/01/21/suspension-du-compte-de-trump-facebook-demande-a-sa-cour-supreme-de-se-prononcer_6067122_4408996.html


Je n’avais pas encore eu le temps d‘écrire sur cette aberration intellectuelle et politique que représente cette notion de «cour suprême» de FaceBook. Cet article date de mai 2020.

 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/05/06/facebook-reussit-a-reunir-vingt-membres-pour-sa-cour-supreme_6038898_3234.html

 

Le terme de «Cour suprême» n’est pas rien ; c’est la plus haute juridiction judiciaire et constitutionnelle américaine. C’est l’équivalent de notre Conseil d’Etat (français), de notre Cour de cassation et de notre Conseil constitutionnel tous ensemble réunis. Et le fondateur de FaceBook, dans sa mégalomanie, n’a pas eu ni peur ni honte d’appeler «Cour suprême» la sorte de Conseil sensé se prononcer sur certains sujets concernant FaceBook ! En y faisant nommer et en y faisant désigner un certain nombre de membres de la société civile mondiale, comme si son fondateur avait le pouvoir d’un président des États-Unis d’Amerique ! Et cela n’inquiète personne ? Effectivement, il est même plus puissant que le président des Etats-Unis puisqu’il est capable de suspendre son compte ! Extrêmement inquiétant sachant que le même personnage envisage également de se doter d’une monnaie de réserve sensée se substituer au dollar et à l’euro. Et cette manœuvre est sensée mettre à l’abri FaceBook et Twitter des poursuites du nouveau pouvoir démocrate. 

Une société qui n’a aucune légitimité démocratique, si ce n’est d’avoir conçu une application informatique et inventé le concept de médias sociaux, peut-elle s’estimer au-dessus de la Loi de son pays d’origine et de la justice internationale en se dotant supposément d’une sorte de tribunal d’exception.

 

Non, ce qui s’est passé en janvier 2021 aux États-Unis d’Amérique est catastrophique dans le cadre de l'évolution démocratique et de la liberté de presse de notre civilisation occidentale pseudo-démocratique. Ces événements seront l’an 0 de notre futur ; un futur où la liberté de la presse et de l’opinion sera désormais conditionnée à sa conformité à la doxa dominante. 

 
 

Saucratès


23/01/2021
0 Poster un commentaire

Premières pensées d’un premier samedi soir de 2021

Saint-Denis de La Réunion, samedi 2 janvier 2021


C’est le tout premier samedi soir de cette nouvelle année 2021 et cette nouvelle année commence comme l’année 2020 s’était terminée. Dans mon jardin, devant la nuit tombante, à la lueur des flammes d’un feu de bois qui brûle doucement au fond de mon jardin, à quelques mètres de ma terrasse. Ses flammes orangées et dansantes viennent éclairer d’une lumière crépusculaire le décor environnant, et dans quelques dizaines de minutes, j’y ferais grillé quelques entrecôtes. Quelques esprits facétieux semblent s’échapper du feu, être crachés par les flammes qui ondulent dans le feu, des sortes de lutins ou des brindilles enflammées. 

On serait tenté de dire que les années se suivent et se ressemblent toutes, et que le temps semble s’écouler de plus en plus vite au fur et à mesure que l’on vieillit. Comme si le temps était un barrage qui s’effondre peu à peu, avec les années qui s’écoulent ... À moins que le temps ne s’écoule reellement de plus en plus vite, pour chacun d’entre nous, qui que nous soyons. Le passage du temps et des heures est en effet une perception extrêmement personnelle, et nul ne peut savoir ce qu’il en est pour les autres. Il n’y a pas véritablement de mesure objective du temps, si ce n’est la mesure atomique dé la seconde sur laquelle la mesure du temps repose. On suppose que le temps s’écoule plus vite lorsque l’on est adulte par rapport au temps où l’on était enfant, mais nul ne peut comparer la durée reelle du temps d’un enfant à une génération d’écart. 

Dans ces conditions, si le temps s’accélérait réellement, la durée d’une année aujourd’hui et un siècle plus tôt, pourrait ne plus rien avoir en commun. Mais cela pourrait alors signifier que la mesure même de l’allongement de la durée de vie ne serait qu’un mythe, une aberration mathématique. On ne vivrait pas plus longtemps, on ne ferait que vivre plus d’années, mais plus courtes. 

2020 aura-t-elle été une mauvaise année ? Certains d’entre nous diront peut-être que 2020 fut une année pourrie. Mais le fait de tomber, d’être touché par des attaques que l’on considère comme injustes, injustifiées, le fait d’apprendre que l’on est malade, le fait de s’effondrer, d’être frappé, tout cela peut aussi nous permettre de mieux rebondir, de mieux nous relever, de renaître plus fort, de remettre les choses et les gens qui nous entourent à leur juste place, de se rendre compte de ce qui compte et de ce qui ne compte pas. Le bonheur, la recherche du bonheur, la poursuite du bonheur, et surtout cette évidence : le bonheur est accessible partout, il ne depend d’un cadre de vie particulier ou de rêve. Le bonheur est en nous, au fond de nous. Il ne nécessite vraisemblablement pas de tout redémarrer, car nos problemes nous suivront immanquablement.

 

Evidemment, il est peut-être plus simple d’être heureux dans un nouveau pays, merveilleux, avec des personnes nouvelles que l’on vient de rencontrer, qui semblent être sous notre charme, avec lesquelles tout est beau, neuf, nouveau ... Plutôt que dans le lieu où l’on vit depuis toujours, avec une conjointe (ou un conjoint) avec laquelle tout n’est qu’habitude, avec des enfants qui ne sont parfois plus que des étrangers absents ... Mais non, il n’en est rien. Au fond, le vrai bonheur est peut-être là, dans ces moments si doux, si tranquilles, si parfaits ... S’il était si simple d'être heureux et qu’il suffisait de tout quitter pour cela, le monde serait rempli de voyageurs heureux et solitaires. Et ils n’auraient plus personne à observer, à regarder.

 

Mon souhait pour 2021 sera-t-il que rien ne change ? La santé et le courage pour mes ami.e.s et ceux que j’aime et qui m’entourent. Pour mon amie A. surtout qui en a tant besoin et à laquelle nous sommes très nombreux à penser. Cette maladie aussi, le coronavirus, pour laquelle on a tant rogner sur nos libertés publiques et civiques, pour laquelle on nous enfermé dans nos domiciles, pour laquelle on nous inventé tant de règles, d’interdictions et d’obligations aberrantes, tout cela supposément pour nous protéger, ou alors pour mieux nous contrôler dans le futur ... Cette maladie dont on aimerait ne plus en entendre parler en cette nouvelle année, ni de ces petits satanés vaccins dont on ignore les potentielles conséquences sur notre santé.

 

2021 commence donc exactement comme 2020 s’était terminée ... Entre espoir et paranoïa ... Entre rêves et fantasmes.

 

 

Saucratès


02/01/2021
3 Poster un commentaire

Convention citoyenne : la grande manipulation

Saint-Denis de la Réunion, dimanche 20 décembre 2020

 

Un des derniers dimanche soir avant la fin de cette année 2020, dans une France oscillant entre confinement et régime du couvre-feu. Evidemment, me direz-vous, cela ne nous concerne pas dans cette France d’Outre-mer où j'habite ... Mais tout ceci, nous le voyons de loin. Ce que nous voyons aussi à distance, via cette distanciation sociale et géographique, c’est le jeu des médias sur les différents sujets qui agitent le Landerneau politique. Article 24 de la loi sur la sécurité globale, qui porterait atteinte aux libertés civiques en France,  confinement et fermeture des musées, théâtres, cinémas et restaurants ... On devine la servilité des médias et des puissants vis-à-vis du gouvernement d’Emmanuel Macron mise à mal par tous ces sujets où leurs intérêts divergent ... 

 

Un ami m’expliquait que les médias ne nous manipulent pas véritablement. Ils ne font que contrôler l’ordre du jour de l’actualité. Rien d’autre. Et cela suffit largement pour nous contrôler à défaut de nous manipuler. Alors évidemment, certains d’entre nous seront manipulés par les informations, par les explications qu’ils donnent des différents points de cet ordre du jour. Mais pour l’immense majorité des gens, des citoyens, il est suffisant pour les médias de décider des points de cet ordre du jour. On sera obligé de se focaliser sur les points qu’ils nous indiquent. Et au final, au fur et à mesure, nombre d’entre nous seront peu à peu gagné par leurs arguments. Les médias gagnent en focalisant le débat sur les points qu’ils ont arrêtés, eux ou ceux qui les contrôlent. Il suffit de se rappeler de la focalisation des médias (et notamment de TF1) sur la délinquance et l’insécurité lors de l’élection de Nicolas Sarkozy lors de la Présidentielle de 2007. Qui lui avait permis d’être élu parce que la lutte contre la délinquance, et le sentiment d’insécurité, était devenue la preoccupation principale de nombre d’électeurs à ce moment-là.

La manière dont un média comme le journal Le Monde rend compte des manifestations contre l’article 24 de la loi sur la Sécurité globale est tout aussi surprenante en regard de la manière dont le même journal rendait compte des manifestations des gilets jaunes. Point de description de forcenés illettrés et de juste riposte des forces de l’ordre comme pour des gilets jaunes déchaînés et asociaux ; les gens qui manifestent contre la loi Sécurité globale sont des journalistes et des gens biens, des journalistes comme eux qui se battent pour leurs libertés civiques et pour le droit d’informer librement.

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/12/05/loi-securite-globale-a-paris-les-revendications-des-manifestants-eclipsees-par-les-violences_6062341_3224.html

 
Et des manifestations réunissant entre 26.000 et 60.000 personnes bénéficient d’un traitement médiatique complaisant et sans commune mesure avec les manifestations des gilets jaunes qui réunissaient des centaines de milliers de manifestants ... Simplement sous prétexte qu’il s’agit de journalistes et de personnes respectables ?

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/12/12/manifestation-sous-tension-a-paris-contre-la-proposition-de-loi-securite-globale_6063178_3224.html

 

Pour ma part, cette loi Sécurité globale ne m’intéresse absolument pas. Cela fait des années que des tours de vis sont portées aux libertés civiques et les journalistes ont le plus souvent joué à permettre de la verbalisation des manifestants sous prétexte d‘informer. Je crains que nombre de français n’aient qu‘indifférence pour un sujet qui ne fera que restreindre la possibilité de certains médias d’utiliser des images de membres des forces de l’ordre.

 

Je m’intéresse actuellement beaucoup plus au coronavirus, au sujet de la vaccination et aux suites de là convention citoyenne sur le climat. Cette convention citoyenne est selon moi une énorme arnaque. Il est risible qu’Emmanuel Macron et le gouvernement qui tentent de nous manipuler soient désormais rattrapés par cette même arnaque de psychologie sociale qu’ils nous ont eux-mêmes servis à l’époque de cette sortie de la crise des gilets jaunes. La convention citoyenne est au mieux une arnaque psycho sociologique, au pire une arnaque veritable, si le choix des citoyens n’a pas été réellement aléatoire, si certains des citoyens supposément choisis aléatoirement ne l’ont pas été.

 
Il n’est que justice qu’Emmanuel Macron soit désormais la proie de ces manipulateurs dont il s’est servi pour nous arnaquer et faire passer un certain nombre de réformes écologiques impopulaires et socialement insupportables. 


https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/12/05/cyril-dion-a-emmanuel-macron-tenir-parole-pour-un-president-de-la-republique-c-est-le-socle-de-nos-democraties_6062321_3232.html

 

https://www.lemonde.fr/climat/article/2020/12/05/la-tension-monte-autour-du-projet-de-loi-convention-citoyenne-pour-le-climat_6062271_1652612.html

 

Étions-nous ainsi informés qu’un écologiste nommé Cyril Dion était l’instigateur, le garant, de la convention citoyenne, et qu’il allait présider à ses travaux ? Je n’en ai aucun souvenir. Je n’imagine même pas d’ailleurs de quelle manière des citoyens ordinaires auraient pu combattre de l’intérieur de la convention citoyenne la main mise de cet individu et des autres experts sur les débats de cette convention ! Cette convention était bien un piège, un traquenard savamment constitué, un mensonge habilement caché.

 
Tout ceci est vraiment justice divine. Les manipulateurs ne l’emportent jamais impunément, ou plutôt, leur imposture éclate toujours aux yeux de tous. 

Ainsi, ce qui a pu être publié par les médias sur cette convention citoyenne n’a absolument rien à voir avec la réalité des conditions de travail et des travaux de cette même commission. 

https://refedd.org/convention-citoyenne-climat-2/

 

Les travaux de la CCC étaient ainsi pilotés par un comité de gouvernance de quinze personnes : «deux coprésident.e.s, trois expert.e.s de la démocratie participative, trois expert.e.s du climat, quatre expert.e.s des questions sociales et économiques, et deux représentant.e.s du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Le tout est complété par un duo tournant tiré au sort parmi les citoyen.ne.s de la CCC. De plus, trois garant.e.s (un élu par le sénat, un par l’Assemblée Nationale et un par le CESE) restent à disposition en cas de besoin.»

 

Une putain d’organisation pour encadrer, contrôler, les travaux des supposés 150 citoyens vraisemblablement tirés au sort. Avec tous ces contrôles et ces contrôleurs, avec le but assené à ces 150 citoyens : «définir les mesures structurantes pour parvenir, dans un esprit de justice sociale, à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici à 2030 par rapport à 1990» ... qui devait servir de rappel à l’ordre chaque fois qu’un citoyen proposait ou s’opposait à une mesure écologiquement parfaite ou au contraire inacceptable.

De même, qui n’a jamais entendu parlé des «Gilets Citoyens» ? Moi pas en tout cas. On connaissait les Gilets Jaunes, mais aucunement ce groupe. «Le collectif des Gilets Citoyens est formé d’acteurs issus des Gilets Jaunes et des marches pour le climat, essayant notamment de mettre en place un cadre méthodologique différent de celui utilisé lors du Grand Débat».

 

Amusant que le gouvernement soit actuellement victime des conséquences de leurs manipulations de l’opinion publique au sortir de la crise des gilets jaunes, et que ceux qui les ont aidés à nous manipuler se soient désormais retournés contre eux ... Même si évidemment, le President de la Republique saura parfaitement se tirer de ce mauvais pas mediatique, en répondant à une partie des attentes de ce petit cent-millième des citoyens français, comme si ces conventionnels mêmes pas elus étaient plus importants que le reste du corps électoral français. 

 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/12/15/emmanuel-macon-veut-reformer-la-constitution-pour-y-integrer-la-preservation-de-l-environnement_6063409_3244.html 

 

Comment certains politiques peuvent-ils s’offusquer lorsque le gouvernement envisage de confier un seul article d’une loi sur la Sécurité globale à une commission d’experts, et ne rien dire lorsqu‘une poignée de citoyens font pression pour que 149 propositions soient directement et sans filtre introduites dans la législation française, et dans la Constitution de la République. Il n’y a rien qui choque personne dans cette aberration ? 

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/11/27/yael-braun-pivet-pas-question-qu-une-commission-se-substitue-au-parlement_6061418_823448.html

 

Comme le citait le journal Le Monde, c’est à croire que cette poignée de citoyens tirés au sort et manipulés croient avoir écrit la Bible ou le Coran ! Que ces propositions soient soumises à référendum pour qu’elles reçoivent le juste traitement qu’elles méritent ... 

 

Mais nous le savons bien. Les élucubrations de 150 citoyens manipulés par Cyril Dion et quelques dizaines d’autres fonctionnaires, députés, sénateurs, personnes ou experts seront intégrés à notre corpus législatif, et nos dirigeants et quelques autres allumés se gausseront, s’enorgueilliront de la réussite de cette convention citoyenne sur le climat, qui servira de base ulterieurement à quelques autres manipulations psychosociologiques dans d’autres pays pour faire passer des politiques socialement inacceptables.

 

 
Saucratès


20/12/2020
2 Poster un commentaire

Pensée pour une amie

Saint-Denis de la Réunion, samedi 5 décembre 2020

 

Un nouveau Samedi soir de plus. La tranquillité de ma vie, de cette soirée, tranche avec ce qui peut se passer ailleurs dans le monde, ailleurs au loin ou tout proche. Des gens souffrent. Des amies très proches souffrent, ont peur. Comment ne pas penser à elles, comment ne pas penser à ce qu’elles traversent, aux nouvelles extrêmement angoissantes qu’elles attendent, qu’elles craignent ou si qui leur sont tombées dessus. Je voudrais lui dire que je pense à elle, que ce qui lui arrive est injuste. Et je n’ose imaginer ce que ses proches vivent en ce moment, si seulement ils savent ce qui lui arrive, même si vraisemblablement ils le savent. La maladie, cette horreur, est souvent quelque chose que l’on vit seul (ou seule), seul ou seule avec nos pensées, dans la nuit noire, lorsque l’on se sent dévorer par la mort, par le risque de mourir, par la peur de disparaître. 

 

Tout ce que l’on n’a pas pu faire, tout ce que l’on aurait aimé pouvoir faire, tous ces endroits où cette amie aurait aimé vivre : Corse, Canada ... Et tout ce que je ne sais pas. 

 

Le pire dans tout cela, c’est que lorsque cette alerte est passée, lorsque la peur de mourir s’éloigne, lorsque la maladie nous fait grâce, tout ce qui nous était apparu si important s’estompe. On reprend notre vie étriquée, on reprend le chemin du travail, on reprend le petit train-train quotidien, on reprend l’obligation de travailler et de gagner sa vie, on retrouve cette obligation de subvenir aux besoins de ses proches, de payer les études de ses enfants. On oublie tout ce qui nous était apparu si important ... On reprend le travail. On ré-oublie nos rêves. On les repousse à plus tard. 

 

Est-ce qu’en vieillissant, est-ce qu’en prenant de l’âge, est-ce que cette peur de mourir, de disparaitre, s’estompe ? Est-ce qu’on cesse d’avoir peur à un moment donné à l’idée de disparaître, de mourir. Ou bien est-ce que, dans nos vieux jours, la maladie dégénérative du cerveau, comme Alzheimer’s, est en fait une bénédiction, la fin des angoisses, la bénédiction d’une mémoire disparue et d’une intelligence éteinte. 

Pensées bien sinistres pour ce samedi-soir me direz-vous ... J’en suis désolé ... Plus qu’une pensée pour une amie, c’est plutôt un rappel sur ce qui m’est arrivé. Et sur cette vie qui est repartie comme si rien ne s’était passé ... Chère A., on pense à toi.

 

 

Saucratès


05/12/2020
0 Poster un commentaire

Samedi soir 28 novembre 2020 - Le monde est de plus en plus fou

Saint-Denis de La Réunion, samedi 28 novembre 2020

 

Nouveau samedi soir sur cette Terre. Le monde est de plus en plus fou, observé du fin fond de l’Ocean Indien, dans cette petite île française de La Réunion. On assiste aux soubressauts de la planète et aux derniers avatars qui frappent la politique partout dans le monde. On est ainsi tenté de croire un ‘bouffon’ comme Donald Trump lorsqu’il affirme que des millions de votes lui ont été volé par un logiciel de vote nommé Dominion, édité par une entreprise canadienne. 

 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/11/20/qu-est-ce-que-dominion-le-logiciel-electoral-attaque-par-donald-trump_6060562_4408996.html

 

Affabulations de sa part, dernier stratagème d’un mauvais perdant comme Le Monde et d’autres journaux progressistes ou libéraux voudraient nous le faire croire ? Ou bien y a-t-il véritablement eu des problèmes sur l’utilisation de ce logiciel. Il serait utile de pouvoir avoir plus d’informations. Dominion n’est-il utilisé que dans les États ou les comtés contrôlés par des Démocrates, ou bien est-il implanté plus aléatoirement partout aux Etats-Unis ? Est-il impossible d’imaginer qu’une fraude massive ait pu se produire aux Etats-Unis ? Au détriment de Donald Trump ? Qu’on ne se trompe pas sur l’usage du terme de ‘bouffon’ en parlant de Donald Trump : c’est l’image que nos médias écrits et télévisuels nous en donnent. Ce n’est point forcément mon opinion. Ces mêmes médias nous avaient également dépeint l’acteur Ronald Reagan comme un clown et un acteur de seconde zone, de même que le fils Bush ; c’est une certaine forme d’anti-américanisme primaire dont semble friand la presse française. Elle n’a d’égale que l’admiration que porte une partie du peuple français aux Etats-Unis, cette partie du peuple qui a connu ou qui a été élevé dans la reconnaissance du sacrifice des soldats américains pendant la seconde guerre mondiale. 

 

La situation en France est tout aussi anormale et ahurissante. Ce n’est pas tant cette nouvelle privation des libertés publiques qui est en cause ; elle est peut-être indispensable pour contenir l’épidémie de coronavirus en raison des politiques de santé publique menées par les élites françaises depuis des décennies;ies, et qui ont conduit à la diminution drastique des capacités en lits d’hospitalisation. Non, ce qui est totalement ahurissant, c’est ce gouvernement qui régente chaque centimètre carré de notre vie, qui décide la liste de ce que l’on a le droit d’acheter en supermarché et ce que l’on n’a pas le droit de trouver ou de pouvoir acheter, ce qui est essentiel et ce qui n’est pas essentiel. Et cela ne semble choquer personne. Ça enchante quelques commerçants qui doivent fermer leurs commerces et qui ne veulent surtout pas que la grande surface autorisée à ouvrir puisse vendre ce même produit ! Totalement ahurissant. On assiste donc à des scènes d’anthologie lorsqu’on voit un premier ministre détailler et décider des listes autorisées de course, un président de la république qui nous explique doctement ce que l’on aura le droit de faire à telle et telle date ... maintenant, vous allez pouvoir sortir à 20 kilomètres et pendant 3 heures ... Mais le pourquoi de ses ordres et contrordres aberrants, on ne le connaîtra jamais.

 

Et toujours cette impression obsédante qu’un certain nombre de milieux patronaux, de groupes de pression, sont toujours informés avant tout le monde ou bien influent sur les décisions des membres de ce que l’on ne peut même plus appeler un gouvernement, mais une mafia, un groupuscule de mafiasos auxquels des électeurs français ont confié le droit de nous gouverner.

 

Et là-dessus, on nous baratine sur les violences policières et sur l’article 24 d’une loi supposément liberticide pour la presse ! Désolé, mais quand cette même violence publique se déchaînait contre des gilets jaunes, cela ne choquait personne. Ce qui choquait ces bonnes âmes, c’était les méchants gilets jaunes qui osaient se défendre, caillasser les biens des nantis ou qui osaient boxer de pauvres et malheureux petits gardes mobiles sur une passerelle à Paris. Et rien à foutre que le pauvre boxeur de la passerelle se soit fait gazer juste auparavant et attaquer par ces mêmes pauvres et gentils gardes mobiles. Et cela donne cette impression malsaine que lorsque l’on est victime de violence policière, il vaut mieux être noir que de porter un gilet jaune. Il y a des comités de soutien contre les violences policières qui se créent, et des marchés de soutien. Et cela oblige le président de la république à se fendre d’un nouveau petit discours. Et évidemment, il vaut mieux aussi avoir une caméra vidéo installée chez soi qui tourne en permanence !

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/09/12/manifestations-de-gilets-jaunes-des-mesures-preventives-et-68-interpellations-a-paris_6051929_3224.html


Ces flics ont déjà été jugés, condamnés, emprisonnés et radiés de la fonction publique. Oublions gaiement la présomption d’innocence. Certes ce sont des brutes, mais ils opèrent depuis presque deux ans dans un climat liberticide et autoritaire, où ils ont tout pouvoir sur nous, humbles citoyens français. Peut-être sont-ils réellement coupables. Mais ils sont aussi certainement à bout, ce gouvernement leur a aussi appris la haine des citoyens que nous sommes, qu’il faut contrôler, fliquer, surveiller, avec un discours de pénalisation à outrance ... mais ce sont des hommes comme les autres. Qui ont craqué. La prochaine fois, ils s’attaqueront à un simple blanc en gilet jaune, et le pouvoir politique et les médias n’y trouveront rien à y redire !

 

J’espère juste que toute cette affaire n’est pas un coup monté, que cette agression a bien eu lieu. Les journalistes sont tellement forts qu’ils réussiront bien à le vérifier. Si cela les intéresse ... Ah oui, c’est vrai, je bascule dans le complotisme en écrivant cela. Mais non, il ne s’agit que d’une possibilité. Le complotisme est une façon tellement commode de disqualifier toute personne qui défend une position alternative de la doxa officielle !

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/27/passage-a-tabac-d-un-producteur-a-paris-les-quatre-policiers-mis-en-cause-places-en-garde-a-vue_6061390_3224.html


Au fond, tout ceci est tellement commode, tellement parfait, tellement inspiré ! Toutes ces vidéos tellement fort à propos ... Juste au moment même où est votée au parlement une loi que les médias contestent ... Complotisme quand tu nous tiens ... Quelle belle publicité en tout cas pour ce nouveau site «Loopsider» ! 

 

 

Saucratès


28/11/2020
0 Poster un commentaire