Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Les affaires Bayou Quatennens et Coquerel - Disproportion, lynchage médiatique ou règlement de compte politique

Les affaires Bayou Quatennens et Coquerel - Disproportion, lynchage médiatique ou règlement de compte politique

 

Par Saucratès 

 

Rome, mercredi 21 septembre 2022


Est-ce un crime de ne rien voir de choquant dans les affaires Julien Bayou, Adrien Quatennens, Éric Coquerel ou dans le tweet de soutien de Jean-Luc Mélenchon à Adrien Quatennens ? Pour les laudateurs des mouvements #metoo ou #balancetonporc, cela équivaut-il à valider la violence faite aux femmes ? S’agit-il d’une minimisation machiste des faits ? Voire une preuve de mon propre comportement inapproprié vis-à-vis des femmes et de la gente féminine ?

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/09/19/l-affaire-adrien-quatennens-plonge-la-france-insoumise-dans-l-embarras_6142178_823448.html

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/09/20/l-affaire-quatennens-une-premiere-faille-dans-la-domination-de-jean-luc-melenchon-a-lfi_6142375_823448.html

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/09/20/affaire-adrien-quatennens-des-deputees-lfi-assument-de-tatonner-sur-une-question-complexe-elisabeth-borne-juge-la-reaction-de-jean-luc-melenchon-extremement-choquante_6142414_823448.html

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/09/20/sandrine-rousseau-affirme-a-la-television-avoir-recu-une-accusatrice-de-julien-bayou-fabien-roussel-et-clementine-autain-affichent-leurs-doutes-sur-la-methode_6142436_823448.html

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/07/14/affaire-eric-coquerel-la-justice-ouvre-une-enquete_6134828_823448.html

 

Pour ma part, je ne le pense pas. Tous les hommes sont des humains comme les autres, avec des accès de colère ou de rage, que l’on réussit parfois plus ou moins bien à contrôler, et avec parfois aussi des erreurs de comportement ou de pensée, ou des pulsions, que l’on arrive parfois là aussi plus ou moins bien à contrôler. Nous sommes tous des humains, tout comme les femmes.

 

Petit test pour tous ceux et toutes ceux qui en doutent, qui s’imaginent parfaits, qui s’imaginent irréprochables ou qui imaginent que les personnes de sexe féminin, ou homosexuelles, sont absolument irréprochables.

 

Placez-vous devant votre épouse ou votre époux, faites-vous accompagner d’une personne de votre choix, d’un sexe correspondant à votre orientation sexuelle, et indiquez à votre épouse ou à votre époux que vous l’avez trompée avec cette personne qui vous accompagne. Je gage que bien peu d’entre vous échapperont à une claque retentissante.

 

Et pour peu que vous agissiez comme la femme d’Adrien Quatennens, il ne vous restera plus alors qu’à partir déposer une main courante ou une plainte à la gendarmerie contre votre époux ou votre épouse. Pour peu qu’elle soit une femme politique, une personne célèbre ou un fonctionnaire d’état ou de la fonction publique, vous pourrez même obtenir sa mise en retrait de la vie politique ou sa mise à pied conservatoire.

 

Evidemment, je ne dis pas que je réagirais de cette manière, ni que toutes les femmes réagiront de cette manière. Absolument pas. Le contrôle de soi, de sa rage, de sa déception, fait partie de ces choses inégalement réparties entre les personnes. Il y a des personnes non violentes, douces. Non, je pense simplement que plus d’une femme réagirait très mal à une telle annonce, même si elle s’en voudrait peut-être très vite juste après. Mais si vous, en face, êtes une personne de mauvaise foi, cherchez à obtenir un divorce pour faute, aux dépens de votre conjointe, alors ce sera l’occasion rêvée pour instrumentaliser et profiter d’un tel instant de violence, d’un moment d’égarement, d’une erreur. Et au fond, est-ce que répondre à un tel aveu par une phrase du genre : « ça tombe bien, moi aussi je te trompe depuis un an ! », n’est-ce pas également une forme de violence, verbale dans ce cas-là ? Tout ne serait que violence du coup, comme de se retourner et ignorer à jamais cette personne ! Tout n’est-il pas que violence ?

 

C’est maintenant que la parole du Christ prend toute sa valeur : «Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre !» (Évangile de Jésus Christ selon Saint-Jean).

  

Les affaires Julien Bayou, Éric Coquerel ou Adrien Quatennens me semblent totalement disproportionnées, même si politiquement je n’apprécie pas du tout ces personnes-là. On va beaucoup trop loin dans l’intrusion dans la vie personnelle des personnes, surtout dans celles des hommes, comme si le simple fait d’être un homme était déjà un crime en soi. Comme pour la plainte déposée contre Eric Coquerel pour une drague un peu trop appuyée, insistante, lourde en boite, pour des gestes sur des parties inappropriées du corps de cette femme, non nécessaires à la danse. Evitez de danser la chenille avec cette personne-là si vous ne voulez pas être poursuivi pour harcèlement sexuel.

 

Mais on va où de cette manière-là ? Vous ne vous rendez pas compte que vous, les féministes, dans votre combat contre les hommes, dans votre haine du sexe masculin, vous allez beaucoup beaucoup trop loin ? Que c’est totalement disproportionné ? Que vous allez créer une telle haine chez les personnes de sexe masculin que les conséquences en seront gravissimes ? Et si nous aussi, nous nous mettions à instrumentaliser le moindre geste, la moindre parole inappropriés !

 

Il faut savoir raison garder ! Ce qui est dans l’ordre de l’intime, du couple, doit pouvoir rester dans l’intime. Et les journaux, comme Le Monde, Le Canard ou Médiapart doivent cesser de chercher à faire le buzz avec ces picrolinesques petits dérapages. Ou alors que la police traite et intervienne dans toutes les affaires de ce type, même quand celle qui donne une baffe est une femme et la pauvre victime est un homme.

 

Et d’ailleurs que fait-on pour une claque donnée à un enfant … Exclusion et mise en retrait de la vie politique également ? J’espère. Et attention au premier membre de l’illustre compagnie qui minimise la claque donnée par une mère ou un père à son enfant ! Les enfants ont les mêmes droits au respect de leur corps que des adultes ! Et au fait, on remonte sur combien d’années ? Sur combien de décennies ?

 

Je sais, je ne vais pas me faire que des amis avec cet article. Saucratès


21/09/2022
0 Poster un commentaire

Libra, FaceBook, Meta … J’ai quelques questions sur ce que ces termes signifient

Libra, FaceBook, Meta … J’ai quelques questions sur ce que ces termes signifient.

 

Par Saucratès

 

Istanbul, samedi 17 septembre 2022

 

• Quels besoins poussent FaceBook à copier les termes et les codes les plus emblématiques du droit et de la puissance publique ?

• Quels besoins poussent les médias à applaudir frénétiquement, à s’émerveiller devant chaque invention de ce réseau social : le Libra comme monnaie internationale a l’égale du dollar ou de l’euro, la Cour suprême de FaceBook, le metavers …

 

Que l’une des entreprises les plus puissantes du monde occidental en terme de capitalisation boursière puisse être FaceBook, ou Meta, qui ne produit rien, qui ne commercialise rien, si ce n’est du vent, dont la capitalisation boursière ne repose sur rien, si ce n’est des estimations de bénéfices futurs, donc sur du vent une fois encore, est pour moi une immense interrogation, un mystère absolu.

 

De toute façon, c’est à l’image du capitalisme d’aujourd’hui, un capitalisme de bulle spéculative, qui permettait à un constructeur automobile n’ayant jamais produit une seule voiture d’être parmi les premières capitalisations mondiales des constructeurs automobiles (Rivian et maintenant Lucid). Le capitalisme a rejoint notre monde d’aujourd’hui : ce n’est pas ce que vous faites ou ce que vous avez fait qui est important, qui permet de vous juger, de vous donner une valeur, mais ce que la rumeur publique pense de vous, ce que l’on estime être votre potentiel. Une popularité qui peut disparaître aussi vite qu’elle est apparue, ou pas. On est arrivé à l’heure des instagrameuses, des influenceuses et des influenceurs.

 

Justement, je lisais cet article du Monde sur les modifications de l’algorithme d’Instagram et des changements de format, et de ceux (les utilisateurs) qui disparaissent, qui n’évoluent pas suffisamment vite. Déjà, je suis perdu avec la généralisation de cette appellation des Stories, comme si cela était devenu la norme de toute chose sur la Terre : raconter une histoire ! Mais on raconte tous des histoires, à nos enfants, sur des blogs, dans les journaux, dans les chansons. Déjà, les plus belles chansons de l’un des plus grands des chanteurs de notre temps, Jacques Brel, du Grand Jacques, racontent toute la vie d’un personnage en une seule chanson. Comme dans «Zangra» … au fort de Belonzio. «Et l’ennemi est là. Je ne serais pas héros.»

 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2022/09/17/sur-instagram-le-desarroi-des-petits-createurs-deboussoles-par-les-changements-d-algorithme_6142004_4408996.html

 

Tout ceci, les Story, le metavers, la cour suprême, rien n’est nouveau. Tout n’est que buzz. Tout ceci n’est que du vent sur les réseaux sociaux, dans les médias, pour continuer d’exister, pour continuer à faire parler de soi, de FaceBook, de Meta, de Mark Zuckerberg. 

1. Le «Libra», ou quels besoins poussent FaceBook à copier les termes et les codes les plus emblématiques du droit et de la puissance publique ?

 

Après quelques années de développement de FaceBook, Mark Zuckerberg eut l’idée de proposer de créer une nouvelle monnaie de banque centrale, une devise devant devenir l’égale du dollar et de l’euro, une monnaie virtuelle, forte des milliards d’utilisateurs de FaceBook : le «Libra». Nom tiré de «libre», de «liberty», de la «liberté». Et ce fut un gros flop. Au final, qu’est devenu le projet Libra, dont l’association qui devait être à l’origine de son émission se trouvait en Suisse ?

 

https://saucrates.blog4ever.com/blog/libra-la-question-n-est-pas-de-savoir-s-il-va-s-effondrer-mais-quand-il-s-effondrera-suite

 

Au final, que reste-t-il du Libra ? Rien. Aucune nouvelle récente. Un article datant de 2021 sur le Libra, que Facebook avait renommé en Stable Diem, annonce l’enterrement de ce stable coin.

 

https://usbeketrica.com/fr/article/qu-est-devenu-libra-la-cryptomonnaie-de-facebook

 

Certains, dont les auteurs de l’article, de ce site «Usbek et Rica», éditeurs d’une revue papier que je vous invite à lire, indiquait que les regulateurs craignaient «que cette cryptomonnaie ne vienne détrôner les devises traditionnelles». Mais mon opinion personnelle n’est pas celle-là. La crainte des régulateurs vis-à-vis du Libra n’était pas qu’elle les supplante, mais plutôt que cette cryptomonnaie n’entraîne des centaines de millions d’utilisateurs dans la faillite, dans sa chute, dans son effondrement.

 

En cette fin d’année 2022, cela fait bien longtemps que l’on n’a plus entendu parler du Libra ou du Stable Diem, une simple cryptomonnaie à l’égale de toutes les autres. Et pourtant, qu’est-ce que FaceBook ne nous avait pas vendu pour ce Libra, quels rêves Zuckerberg et Facebook ne nous avaient pas fait avaler !

 

2. La Cour Suprême de FaceBook, ou quels besoins poussent les médias à applaudir frénétiquement, à s’émerveiller, devant chaque invention de ce réseau social ?

 

Là encore, Facebook a eu besoin de singer le nom de la plus haute juridiction judiciaire et constitutionnelle américaine pour en affubler une instance d’appel sur ses propres décisions d’exclusion de contenus ou de droit à disposer d’un compte sur FaceBook ! 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/05/06/facebook-reussit-a-reunir-vingt-membres-pour-sa-cour-supreme_6038898_3234.html

 

Et là encore, deux ans et quelques mois plus tard, après cette annonce fracassante, que reste-t-il de la Cour Suprême de FaceBook ? Tout simplement absolument rien du tout. Pratiquement pas d’informations accessibles dans une recherche Google depuis 2021 et la confirmation de l’exclusion à vie de Donald Trump du réseau social. 

https://www.01net.com/actualites/la-cour-supreme-de-facebook-regrette-deja-d-etre-confrontee-a-des-choix-trop-binaires-2036724.html

 

Mais là encore, ce terme trompeur de Cour Suprême est-il une invention stupide des médias ou une exagération de FaceBook et de Mark Zuckerberg ? Parce que le nom actuel ou réel de cette supposée Cour Suprême de FaceBook est le «FaceBook Oversight Board» (FOB). Et il semble encore accessible sur le site de Meta. Certains des membres initiaux semblent d’ailleurs encore en faire partie, comme l’une des anciennes première ministre du Danemark. 

 

https://www.oversightboard.com/meet-the-board/

 

Pourquoi donc affubler du terme de Cour Suprême un simple service de régulation d’une entreprise, aussi puissante soit-elle, ou aussi mégalo-maniaque que puisse être son dirigeant ? En France, certaines entreprises ou banques françaises doivent également avoir un tel service et elles l’appellent un médiateur. Mais évidemment, donner le nom de Cour Suprême à cette entité a vachement plus de gueule, d’impact. Avez-vous déjà vu une ex-première ministre d’un pays européen, même microscopique, se vanter d’être le régulateur d’une banque ou d’une assurance, fusse-t-elle la plus grande des banques ? Non évidemment ! 

 

Tout ceci ne sert qu’à faire vendre du papier pour les journaux ou faire des clicks, faire du buzz pour Meta et FaceBook, ou enfin permettre à d’ex-gloires ou personnages très importants (VIP) de gagner en visibilité et gagner de l’argent. Rien d’autre. 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2022/09/09/meta-demantele-son-equipe-chargee-d-anticiper-les-effets-negatifs-de-ses-services_6140921_4408996.html

 

Alors FaceBook, une méga-entreprise mégalo-maniaque ou bien un objet de buzz pour toute une génération de manipulateurs médiatiques, dans l’objectif de faire croître toujours plus son nombre d’utilisateurs, pour croître toujours plus ? Et sur ce sujet, j’attends les interventions de ce cher CJ, fervent supporter des cryptomonnaies … 

 

 

Saucratès

 

 

Le Libra de Facebook ... ou quel sujet aborder ...

 

Libra - La question n'est pas de savoir s'il va s'effondrer mais quand il s'effondrera

 

 

Libra - La question n'est pas de savoir s'il va s'effondrer mais quand il s'effondrera (suite)


17/09/2022
0 Poster un commentaire

De la démocratie ou du principe de graphè paranomon

De la démocratie ou du principe de graphè paranómōn

 

Par Saucratès 

 

Istanbul, mardi 6 septembre 2022

 

La France est-elle une démocratie ? Et si cette réponse est «oui», est-il possible d’expliquer comment on peut appeler «démocratie» un régime dans lequel le pouvoir est confisqué par une infime minorité de personnes appartenant à une élite économique, financière, administrative ou nobiliaire, et dans lequel le peuple n’a d’autres choix que d’obéir aux lois et voter une fois l’an pour l’un des cinq gugusses qu’on lui présente pour supposément le représenter ? Et tous ceux qui applaudissent frénétiquement au mot «démocratie», qui agressent aveuglément toute critique de la supposée démocratie française (pour faire simple AMA, POLO, Bokapola ou Lesseps) ne sont-ils pas tout simplement les bénéficiaires de ce système ?

 

Démocratie : Du grec ancien, démos, peuple, et kratos, pouvoir. Ou en conséquence, «du pouvoir du peuple». Il s’agit véritablement à la fois d’un mot fourre-tout, qui englobe tout (après tout, les pays de l’Europe de l’Est du Pacte de Varsovie ne se faisaient-ils pas appeler des «démocraties populaires» alors que les États d’Europe occidentale, liés à l’OTAN, ne se faisaient-ils pas appeler «démocratie parlementaire»), mais aussi de la plus grande invention de l’humanité, qui nous vient dans son acceptation première, de la Grèce Antique, et tout particulièrement de la cité antique d’Athènes. C’est la première civilisation à avoir mis en œuvre une organisation démocratique de la vie publique, entre ses membres, à théoriser le droit de chacun des citoyens de la cité, d’Athènes, à participer à la vie collective, à l’élaboration des lois, aux décisions publiques engageant la vie de tous. 

On a parlé de miracle grec en parlant de cette invention de la démocratie et cela énervait Cornelius Costariadis. Lire Cornelius Costariadis est intéressant, comme la lecture de tous les grands philosophes, parce que cela nous permet de nous placer sur les épaules des géants qui nous ont précédé plutôt que de tenter de réinventer stupidement et péniblement ce que d’autres ont déjà écrit ou pensé avant nous. En effet, selon lui, il faudrait alors parler de miracle pour toutes les autres civilisations qui sont apparues sur Terre depuis l’Antiquité.

 

Au fond, la démocratie athénienne n’est qu’une réinterprétation d’un fond immémoriel de l’humanité que l’on trouve dans toutes les sociétés sans État encore existantes, en Australie ou en Amérique amazonienne, et dans les sociétés archaïques passées, disparues ou assimilées comme les tribus germaniques de l’Antiquité ou la Ligue des Iroquois, de son vrai nom «le peuple de la grande maison».

 

Cette légende, cette histoire ont survécu aux siècles et aux millénaires et nous ont été transmis à nous, européens, leurs descendants, leurs représentants, et tous les peuples que nous avons influencés. 

 

Évidemment, on peut tout dire de la démocratie athénienne, qu’elle ne concernait que les citoyens hommes, mais excluait les femmes et les esclaves. Qu’elle avait inventé ce principe invraisemblable d’élection et de nomination de représentants dont la durée du mandat s’étendait de un jour à une année. Qu’elle avait inventé ce droit invraisemblable du peuple à faire la loi, à proposer des textes de loi au vote de l’assemblée, par tout citoyen. Ce même droit que l’on retrouvait aussi dans les structures démocratiques du «peuple de la grande maison», où, là aussi, les lois, les affaires étudiés par le grand conseil de la Fédération  pouvaient être soumises par n’importe quel membre du «peuple de la grande maison».

Mais il y avait une autre disposition contingente à ce droit octroyé à tout citoyen athénien. Il existait une procédure dite ‘graphè paranómōn’ (en grec ancien γραφὴ παρανόμων). «Cette expression grecque signifie poursuite contre des projets de lois illégaux. Il s’agissait d’une action publique, portant sur un acte présumé contraire à l’intérêt général.»

 

Cornelius Costariadis en parlait de la manière suivante :

 

«Ainsi de la graphè paranomôn, institution très importante et sur laquelle nous reviendrons. Elle est bien connu depuis longtemps (Gustave Glotz fut l’un des premiers à insister sur l’importance de la graphè paranomôn, l’action publique pour Motion illégale, comme frein que la démocratie athénienne s’impose à elle même), mais il a fallu attendre que Moses Finley en parle à nouveau dans son livre sur la démocratie grecque pour que l’on voie clairement à quel point c’est une institution fantastique, fondamentale. De quoi s’agit-il ? Tout citoyen athénien peut proposer une loi à l’Assemblée du peuple, et celle-ci peut éventuellement l’approuver ; mais n’importe quel autre citoyen peut ensuite traîner le citoyen auteur de la proposition devant un tribunal et le faire condamner pour avoir poussé le corps souverain, l’ekklèsia, l’assemblée du peuple, à voter une loi up injuste : voilà la graphè paranomôn. Fantastique vaccination, énigme de la démocratie, de la société autonome ! Le fait etait là, mais personne avant Finley n’en avait vu la signification profonde. On pourrait d’ailleurs ajouter d’autres traits à ceux qu’il indique, et notamment que cette procédure renvoie à une conception explicite de la démocratie comme régime sans aucune norme extérieure à lui-même, en tout cas aucune norme politique législative. Il revient donc aux citoyens non seulement de faire la loi mais de répondre à la question : qu’est-ce qu’une loi juste, une bonne loi ? Et cela sans ouvrir aucun livre sacré ni écouter un prophète - il n’y a pas de prophète. Ni non plus, et c’est très étonnant, consulter l’oracle. On consulte l’oracle de Delphes pour savoir quelles sont les actions qu’il faut ou non entreprendre : organiser une expédition, bâtir une cité, choisir où la bâtir, etc. Mais on n’a jamais eu l’idée de lui demander quelle loi établir. Jamais.»

 

Cornelius Costoriadis, «Ce qui fait la Grèce», Séminaire du 17 novembre 1982.

 
L’institution de la graphè paranómōn est une procédure qui possède de nombreuses autres dispositions, comme par exemple d’engager la responsabilité du président de l’ekklésia pendant une année complète, année pendant laquelle toutes les lois qui auront été votées pourront entraîner sa condamnation, sachant que la peine d’atimie pouvait être prononcée apres trois condamnations pour graphè paranómōn.

 

https://www.frwiki.net/wiki/Graphe_paranomon

 
Bizarrement, nos si belles démocraties parlementaires n’ont jamais proposé ni envisagé de mettre en œuvre une procédure tirée ou inspirée de la graphè paranómōn athénienne. Jamais. Il n’existe rien de tel. La possibilité de poursuivre un ministre devant la cour de justice de la République n’est en rien une procédure ressemblant à la graphè paranómōn, au mieux une pâle interprétation. 

Nos parlementaires peuvent ainsi proposer des lois qui les avantagent eux personnellement ou les groupes de pression, les industriels, les membres de l’élite qui en profiteront ensuite. Ainsi, certains peuvent se faire désigner comme PDG du groupe issu du rapprochement des caisses d’épargne et des banques populaires même si ce même personnage en avait été lui-même le promoteur et l’instigateur lorsqu’il était secrétaire général de l’Élysée, sans qué celui-ci puisse être condamné par la suite. Des entreprises et des banques peuvent faire privatiser des établissements où des entreprises publiques sous l’égide dé gouvernements de gauche ou de droite afin de les faire disparaître ou de s’enrichir immodérément. Un président des riches peut faire disparaître l’impôt sur la fortune au bénéfice des milliardaires qui ont organisé ou permis son élection à la présidence de la République, sans qu’aucune action ne puisse être menée contre ces lois iniques ou illégitimes. 

La seule procédure apte à combattre la prise illégale d’intérêts de toutes ces élites qui nous gouvernent, est justement cette institution qui n’a pratiquement jamais été étudiée, n’a jamais été copiée, n’a jamais été envisagée comme moyen de réguler cette démocratie et ces innombrables dérives. À quand la mise en œuvre de la graphè paranómōn dans la démocratie européenne ou la démocratie française ? À quand la possibilité de faire condamner des hommes politiques et ceux qui cherchent à profiter des modifications des lois, et faire annuler les lois iniques votées au cours de ces dernières mandatures ?

 

 
Saucratès

 

Nota : Le terme ‘graphè’ ou ‘graphai’ (en grec ancien γραφὴ ou γραφαί) qui signifie actions publiques se distingue des «dikai» (δίκαι) qui se rapportent aux actions privées civiles, commerciales ou pénales.

 

A noter que dans ces actions judiciaires, que ce soit des actions privées (dikai) ou publiques (graphai), lorsque le demandeur ou le plaideur échouait à démontrer la faute de son adversaire, il devait donner des dommages ou intérêts. En cas de graphai, «les peines étaient afflictives ou pécuniaires au profit du trésor. S’il y avait acquittement, et que l’accusateur n’avait pas obtenu 1/5ème des voix, il devait payer une amende de 1000 drachmes.»

http://philo-lettres.fr/grec-ancien/justice-athenienne/


11/09/2022
2 Poster un commentaire

Espoir en Europe après la demande d’indemnisation polonaise

Espoir en Europe après la demande d’indemnisation polonaise


Ou les allemands et les français vont-ils enfin se rendre compte que l’extension européenne dite UE27 est une aberration historique dont ils doivent au plus vite sortir ?

 

Par Saucratès

 

Istanbul, samedi 3 septembre 2022

 

Il y a de temps à autre de l’espoir dans ce monde, et parfois pas. Parfois, il ne nous reste plus qu’à prier pour que certains groupes, certains partis, n’accèdent jamais au pouvoir et ne disposent jamais d’une majorité parlementaire. Et parfois, on peut penser qu’il y a de l’espoir. 

 

Evidemment, en parlant de ces partis qui ne devaient jamais arriver au pouvoir, je ne pensais pas au Rassemblement National de Marine Le Pen. Ils ne pourront jamais faire pire que les lois iniques votées par la majorité présidentielle de Macron. Je pensais plutôt aux écologistes et à leur idéologie punitive, ségrégationniste, raciste et féministe, telle Sandrine Rousseau et autres féministes, ou aux Insoumis de Jean Luc Mélenchon et autres sbires.

L’intervention de Ségolène Royal sur l’Ukraine fait partie de ces moments d’espoir. Parce qu’il n’y a rien qui m’énerve plus que le temps de parole octroyé au président ukrainien Zelensky par les journaux occidentaux, par les parlements occidentaux. Si les journaux ukrainiens répandaient ses bonnes et vaines paroles, ce serait évidemment normal. Mais les journaux français ? ou anglais ? Les parlements européens ou américains ?

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/09/01/segolene-royal-met-en-doute-les-crimes-de-guerre-commis-en-ukraine-malgre-les-preuves_6139873_823448.html

 

Merci Ségolène d’intervenir sur ce conflit armé dans lequel la France ne devrait pas s’immiscer, pas plus qu’elle ne s’était immiscée dans les conflits d’Europe de l’Est aux temps de la Guerre froide. Que Zelensky disparaisse dans les poubelles de l’histoire ! Mais évidemment, Zelensky joue la partition éculée de la prise d’otage des européens dans son conflit avec la Russie de Poutine, du terrorisme de la peur. L’Ukraine n’était en aucun cas un parangon de vertus avant cette aventure militaire russe. L’Ukraine était liée aux intérêts du clan Biden. L’Ukraine était un havre pour les pirates du cyber espace, et pour le terrorisme informatique. On y trouvait aussi une mafia qui avait des ramifications jusqu’aux Etats-Unis. Et les Etats-Unis ont la fâcheuse habitude d’élire des présidents liés à la mafia qu’ils parent des plus grandes vertus. 

 

Un autre moment d’espoir est né avec la demande d’indemnisation présentée par la Pologne à l’Allemagne. J’y vois la fin de cette aberration intellectuelle et politique que constitue l’UE27, cette Union européenne à 27 Etats qui n’a aujourd’hui plus aucun sens. 

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/09/01/la-pologne-veut-negocier-avec-berlin-des-reparations-pour-les-pertes-liees-a-la-seconde-guerre-mondiale-qu-elle-estime-a-1-300-milliards-d-euros_6139858_3210.html

 

La Pologne veut donc 1.300 milliards d’euros pour l’indemniser des pertes et des morts de la seconde guerre mondiale. La France et l’Allemagne, sous Adenauer et le Général de Gaulle, ont mis en œuvre la construction européenne pour mettre fin aux cycles de guerre, de vengeance et de revanche des européens. La CECA d’abord, la communauté européenne du charbon et de l’acier, qui regroupait initialement 6 pays européens dont la France, l’Italie et l’Allemagne, trois des principaux pays belligérants de la première et de la seconde guerre mondiale, puis la construction européenne elle-même, qui s’est ensuite ouvert à 9 États européens, puis 12, puis 15, puis …

 

Mais la Pologne n’a rien à voir avec cela. Ces pays-là ont choisi d’adhérer à l’Union européenne par opportunisme financier ou économique ; ils n’ont rien à voir avec sa philosophie, rien à foutre de l’Europe, rien à voir avec la sauvegarde de la paix en Europe. L’erreur gravissime a été d’ouvrir l’Europe aux pays d’Europe de l’Est, de l’étendre. Et la grande erreur sera de l’étendre demain à l’Ukraine, comme de l’étendre à la Turquie ou aux pays du Maghreb. Que l’Allemagne vote l’intégration de l’Ukraine dans l’Union Européenne, et dans quelques décennies, elle se verra aussi demander le versement de réparation pour la seconde guerre mondiale. 

 
Il n’y a qu’une réponse à cette demande d’indemnisation polonaise demandée à l’Allemagne. Le départ de l’Allemagne et de la France, et des pays limitrophes, de l’UE27. Cette structure folle qui réglemente la teneur en cacao du chocolat et toutes les choses importantes ou stupides de notre économie et de notre vie. Nous devons l’exemple de l’Angleterre. La France et l’Allemagne n’ont plus rien à faire dans l’UE. Il leur faut reconstituer la CECA des débuts, une véritable construction européenne fédéraliste qui ne devra plus penser à s’étendre aux pays limitrophes étrangers à notre sens de la démocratie, à nos valeurs occidentales. Que l’UE27 qui sortira de cette scission voit si elle peut survivre sans les pays qui l’ont fondée, qui constituaient son cœur. Ils n’auront qu’à récupérer la bureaucratie inutile de l’administration européenne bruxelloise ... s’ils arrivent à les payer …

 

Il y a de l’espoir, si les européens, les allemands ouvrent enfin les yeux sur la stupidité de cette ouverture de l’Europe et de cette construction abracadabrentesque europénao-administrative.

 

 

Saucratès


03/09/2022
0 Poster un commentaire

L’écologie comme idéologie punitive

L’écologie comme idéologie punitive, totalitaire et raciste

 

Par Saucratès 

 

Istanbul, samedi 3 septembre 2022


Les valeurs du parti et du parti Europe Ecologie Les Verts ne sont décidément pas miscibles dans les valeurs de la démocratie et de la République française. Et notamment celles citées dans l’article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 : «Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.»

 

Et l’article quatre de cette même Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 précise : «La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.»

 

De même que l’article dix : «Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.» Ou l’article onze : «La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.»

 

Enfin, on trouve aussi l’article cinq de cette déclaration : «La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.»

 

L’écologie, telle que la pratique le parti EELV et ses députés telle Sandrine Rousseau, ou les Insoumises ou Insoumis telle Clémentine Autain, n’est pas démocratique. C’est une idéologie ! Cette écologie punitive est une idéologie au même titre que le fascisme, le nazisme ou le communisme. Le nazisme comme le communisme étaient construits sur l’adoration d’un homme, Adolf Hitler ou Karl Marx et/ou Lénine. Le nazisme reposait aussi sur la supériorité de la race arienne. L’écologie punitive se base pour sa part sur un certain nombre de diktats politiques concernant la nocivité pour la planète de telles ou telles pratiques ou habitudes, en fonction des us, coutumes, pratiques de quelques dictateurs auto-déclarés. Les hommes hétérosexuels sont des dangers publics et des Cro-Magnon nocifs pour la planète et les femmes. 

 

Et maintenant, ils en arrivent à vouloir réglementer ce que les hommes et les femmes mangent dans leur assiette, ou plutôt ce que les hommes mangent de plus que les femmes. Les hommes de Cro-Magnon sont donc coupables selon la député EELV Sandrine Rousseau de manger de plus gros steaks de boeuf que les femmes, ou bien d’être des spécialistes de la cuisson sur des barbecues (BBQ). À quand une loi pour réglementer la portion de viande de bœuf   (ou d’agneau) que l’on sera autorisé à manger ? Ou bien interdisant pour un homme de manger plus qu’une femme ? A quand l’obligation de changer de sexe pour tous les hommes, afin de devenir des femmes afin de moins manger ?

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/09/01/sandrine-rousseau-et-l-entrecote-symbole-de-virilite-les-faits-derriere-la-polemique_6139857_4355770.html

 

Mais ces gens sont plus que agressifs ! Ces gens sont dangereux ! Ce sont les premiers à critiquer les stéréotypes lorsqu’ils ou elles se sentent concerné.es, mais ce sont aussi les premiers consommateurs et producteurs de ces stéréotypes, qu’ils autorisent et adorent dès lors qu’ils ne les visent pas eux, mais visent les autres, ceux qui ne pensent pas comme EELV. Parce qu’en fait, leurs stéréotypes punitifs visent non seulement les hommes mais aussi les femmes, ravalées au stade d’une certaine de comportement moyen. 

 

https://www.valeursactuelles.com/politique/sandrine-rousseau-il-faut-changer-de-mentalite-pour-que-manger-une-entrecote-cuite-sur-un-barbecue-ne-soit-plus-un-symbole-de-virilite

 

La député Sandrine Rousseau, c’est également la même qui estime qu’en fonction de ta couleur de peau ou ton orientation sexuelle, tu mérites d’être caricaturé ou bien tu ne dois surtout pas être caricaturé (si tu es une personne noire ou une personne LGBT). En clair, seuls les blancs et les blanches hétérosexuels devraient être caricaturés. L’écologie est donc pour conclure une idéologie raciste et racialiste ! Et des français votent pour ces gens-là ?

 

https://www.valeursactuelles.com/politique/video-cest-tres-humiliant-pour-sandrine-rousseau-il-ne-faut-pas-caricaturer-les-personnes-noires-et-lgbt

 
Accessoirement, Europe Ecologie Les Verts, c’est aussi le parti politique qui veut considérer tous les véhicules SUV de plus d’une tonne cinq comme des poids-lourds, avec des vitesses sur autoroutes limitées à 90 kilomètres-heure, en France. Ils pourront donc rouler à des vitesses illimitées en Allemagne, et à 90 kilomètres-heure en France. Vive l’écologie politique punitive et leurs lubies extrémistes !

 

https://www.automobile-propre.com/breves/limiter-les-suv-a-90-km-h-sur-autoroute-letrange-proposition-des-verts/

 

 

Saucratès 


02/09/2022
5 Poster un commentaire