Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Pourquoi compare-t-on l’époque actuelle et les années 1940 ?

Saint-Denis de la Réunion, dimanche 25 juillet 2021

 
Nous sommes sensés vivre en démocratie, en France, mais une démocratie ressemble-t-elle à cela ? La France est-elle aujourd’hui encore une démocratie ? Un homme seul, et son gouvernement peuvent-ils décider d’exclure une grande partie des français de la majeure partie de l’espace public sous prétexte que ceux-ci ne sont pas vaccinés, sous prétexte qu’il faut rendre la vie des non-vaccinés le plus compliqué possible, qu’il faut leur pourrir le plus possible leur vie ? Leur interdire les théâtres, les cinémas, les restaurants, les bars et les boites de nuit, les salles de sport, les gymnases et jusqu’aux centres commerciaux ... sans oublier les églises et lieux de culte en dehors des offices religieux ... et j’en oublie certainement ...

 

Où sont les contrepouvoirs au gouvernement et au président de la République ? Le parlement avait quatre jours pour adopter le texte gouvernemental et l’Assemblée nationale a osé prendre 24 heures de plus pour étudier ce texte, déclenchant l’ire, le courroux, du gouvernement. Le Sénat devrait avoir voté le texte dimanche soir ... Adoption au pas de course parce que l’urgence sanitaire le réclame , selon le gouvernement ! Les décrets interdisant l’accès à de multiples  lieux de vie sont d’ailleurs déjà parus, totalement illégaux en l’absence de tout texte de loi pour l’appuyer.

 

Le Conseil d’état s’est quant à lui opposé, dans son avis préalable, à la généralisation du pass-sanitaire aux grands centres commerciaux  - mais il faut imaginer qu’il sera généralisé peu à peu à tous les commerces ... après tout, initialement, ce pass-sanitaire ne devait concerner qu’un nombre microscopique de grands évènements ... on aurait traité de complotiste toute personne qui aurait parier sur sa généralisation à tant de lieux publics de la part du gouvernement il y a quelques semaines. Et pourtant le gouvernement est passé outre cet avis consultatif du Conseil d’Etat. Peut-on imaginer que le Conseil Constitutionnel rejètera ces dispositions liberticides de ce texte de loi si celui-ci lui est transmis ? Je n’en suis même pas sûr ! La France n’est plus vraiment une démocratie, ni veritablement une dictature, mais une dictature médiatique. 

Il suffit de lire le journal Le Monde, celui qui a aidé à faire élire Emmanuel Macron à la présidence de la République française. 

«Dans sa croisade, Emmanuel Macron peut compter sur l’appui d’une majorité silencieuse qui, selon un récent sondage Ipsos, approuve la vaccination obligatoire pour les soignants comme l’extension du passe sanitaire. Les étourdis qui avaient oublié de se faire vacciner ou qui n’en décelaient pas l’urgence se sont précipités ces derniers jours dans les centres de vaccination, ce qui est heureux. Il reste une frange d’irréductibles, nourris au complotisme et à l’extrémisme, qui entendent préparer la résistance. Preuve en a été donnée samedi, à travers les manifestations organisées à l’appel de figures d’extrême droite ou se réclamant de « l’antisystème ». Des participants, venus dénoncer une prétendue « dictature sanitaire », ont osé y arborer l’étoile jaune en pratiquant un scandaleux amalgame avec la Shoah. Ils ont été heureusement désavoués par la très grande majorité des partis politiques.»


https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/07/20/crise-sanitaire-l-engagement-de-tous-enjeu-primordial_6088916_3232.html

 

Ça, c’est tiré d’un éditorial du Monde, celui du 20 juillet 2021. Et le 19 juillet 2021, Le Monde faisait paraître un autre article également sur le port de l’étoile jaune, imposée aux juifs pendant la seconde guerre mondiale. Comme Le Monde l’écrit, il s’agit selon eux d’un «scandaleux amalgame avec la Shoah».

https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/07/19/le-port-de-l-etoile-jaune-lors-des-manifestations-contre-le-passe-sanitaire-suscite-l-indignation_6088738_823448.html

 

Je comprends évidemment parfaitement ces manifestants. Je ne suis pas loin de penser peu ou prou la même chose. Le nazisme et la période d’occupation de la France, et l’Etat de Vichy, se trouve être le mal absolu, pour les français et plus largement, pour les européens et/ou les occidentaux. Il existe un deuxième régime représentant le Mal dans notre mémoire collective, à savoir le régime de l’apartheid, que ce soit en Afrique du Sud ou dans les états du Sud des Etats-Unis.

 

Il existerait une autre période dans notre histoire pouvant symboliser encore mieux le Mal absolu, la dictature, comme par exemple les années de gouvernance de Macron à la tête de la République française, que ce serait symbole qui serait affiché par les contestataires du gouvernement Macron. C’est un simple point Godwin, et face à des mesures dont on ne peut pas nier le caractère liberticide, comme les mesures de couvre-feu et de confinement des années 2020 et 2021, la comparaison avec les pires heures de la France me semble parfaitement compréhensible.

Il y a évidemment un premier point à eclaircir. Le nazisme et l’occupation ne sont compréhensible que pour des occidentaux. La Shoah est un crime, un symbole occidental. Il ne signifie que peu de choses pour un asiatique ou un africain. Pour un vietnamien, le régime de Pol Pot est peut-être le mal absolu bien plus que les nazis qu’ils n’ont jamais vu ni appris. Pour un birman, la junte militaire sous laquelle ils vivent est sûrement plus le mal absolu que le nazisme. Idem pour un chinois qui place peut-être les exactions de Mao au sommet de l’horreur. Ou pour un japonais pour lequel Nagasaki ou Hiroshima sont peut-être véritablement le Mal. Enfin, pour un africain ouun descendant d’africain, le Mal absolu est avant tout la Traite négrière des occidentaux.

 

Ceci étant circonscrit, je cherche donc à comparer, à rechercher des périodes de notre histoire française, où de telles violations des libertés publiques des citoyens français ont pu être commises, par des dictateurs ou par des armées d’occupation. Ou bien dans l’histoire que nous connaissons.

 

Pourquoi le regime d’apartheid que nous avons connu notamment en Afrique du Sud, ne peut pas correspondre à ce que nous vivons ? Parce que même si les noirs, les africains, n’avaient pas les mêmes droits que les blancs, même s’ils ne devaient pas utiliser les mêmes trottoirs que les blancs, qu’ils n’avaient pas accès aux mêmes magasins, aux mêmes transports en commun, aux mêmes restaurants, ils avaient malgré tout le droit d’accéder à leurs restaurants, leurs magasins, leurs bars, leurs trottoirs dans la rue ! Ce qui ne sera même pas autorisé aux non-vaccinés français !

 

Je cherche donc une période récente de l’histoire de France où le peuple français était interdit de se déplacer sans justificatif tamponné par la Commandantur, où le couvre-feu était en vigueur toutes les nuits, de 18h-19h jusqu’à 6h du matin, et je ne vois pas d’autres périodes historiques que l’occupation allemande de la France en 1940-1944.

Je cherche aussi une autre période historique de l’histoire française où des lois ont discriminé une partie des citoyens français, en interdisant à certains, entre 30% et 50% d’entre eux, de se déplacer, d’aller au théâtre, au cinéma, au restaurant, voire de conserver un travail sans être risquer d’être licencié parce que l’on n’appartient pas à la bonne fraction des français. Et je ne vois aucune autre période récente que celle des années 1940 et les lois sur le statut des juifs du régime de Vichy, qui les excluait notamment du statut de fonctionnaires, de l’enseignement.

 

Je peux aussi chercher une période où la fraction des français disposant de tous leurs droits sont incités à s’acharner sur les méchants qui refusent la vaccination contre le Covid, y prennent plaisir, se sentant légitimés à s’acharner sur les égoïstes et les mauvais français. Une période où les délateurs, les concierges d’immeubles faisaient trembler les riches et les bourgeois, où la dénonciation des résistants et des juifs assurait la richesse. Et là aussi, le parallèle avec l’époque de l’occupation allemande est frappant.

 

Alors certes, comparer Macron à Hitler, son gouvernement aux Nazis, et les non-vaccinés aux juifs est excessif, ou plutôt prématuré. Pour ma part, je ne parle pas des nazis mais du régime de Vichy. Evidemment, il reste encore beaucoup de chemin à faire avant d’arriver à la situation de 1940. On ne vous incite pas encore à écrire «non vaccinés» sur les magasins de ceux qui refusent la vaccination. On ne prévoit pas encore l’internement des français non vaccinés. On ne parle pas de solution finale pour les exterminer, mais ole gouvernement cherche juste, pour l’instant, à leur pourrir la vie.

 

Mais je m’inquiète malgré tout. Si le gouvernement en arrivait à cette extrémité pour la santé des vaccinés, si on obligeait les non-vaccinés à porter un signe d’instinctif comme une étoile par exemple ou une marque distinctive quelconque, le jour où on interdira à ces non-vaccinés de posséder des biens, combien de français seront dans la rue pour combattre ce gouvernement. Et combien des zélateurs empressés de ce gouvernement, de l’obligation vaccinale pour les proteger, de tous ceux qui sont sincèrement persuadés que ceux qui s’opposent à la vaccination sont des monstres et des égoïstes, combien de ces personnes seront dans la rue pour combattre le gouvernement, et combien resteront persuadés que nous vivons toujours dans une belle et merveilleuse démocratie ?

 

 

Saucratès


25/07/2021
0 Poster un commentaire

Hystérique débat autour de la vaccination

Vendredi 16 juillet 2021, le lieu n’a aucune importance

 

En ce mois de juillet 2021, il est terrible d’écouter les politiques sur cette question de la vaccination des français. L’épidémie du coronavirus a rendu le monde dingue et il a mis en lumière l’absence totale de représentativité de la presse et des médias, de la même manière que l’élection de Donald Trump comme Président des État-Unis, ou le mouvement des Gilets jaunes, l’avait déjà mis en évidence. Les médias, les journaux, la presse, les journalistes, ne représentent pas l’ensemble de la population française, ou américaine, mais seulement une toute petite partie de ces populations, cette petite sphère libérale (même pas intellectuelle, ce serait leur faire trop d’honneur !) et progressiste, petite élite qui exècre le peuple et ses viles aspirations, ses viles idées réactionnaires.

 

A lire la presse quotidienne ou à écouter, regarder et feuilleter la presse, on découvre l’aberration et l’abomination des commentaires des politiques au pouvoir ou de ceux qui partagent les mêmes opinions. «Les français avaient besoin d’un coup de pression» dixit Castaner, cet éphémère et insipide ministre de l’intérieur de Macron. «Ils n’avaient qu’à se faire vacciner» dixit Castex. «Ils ne cherchent (les non-vaccinés) qu’à creuser le déficit de la Sécurité Sociale», dixit Julien Gray, du Parti Socialiste, si celui-ci existe encore, si Julien Gray, comme tant de socialistes, n’a pas déjà pris sa carte à LAREM. «Les non-vaccinés devront payer leur hospitalisation s’ils doivent partir à l’hôpital», dixit un des quelconques ahuris qui composent la majorité parlementaire d’Emmanuel Macron.

 

Tous les commentaires des politiques et tous les articles du Monde et des autres journaux mainstream sont du même acabit, depuis que Macron a légitimé, a décomplexé, par son discours du 13 juillet 2021, tous les pires penchants haineux et hystérique de cette faction au pouvoir, qui nous gouverne, qui vote des lois et qui se croit au dessus des lois et de la morale. 

Et c’est bien cela qui est en aujourd’hui, dans l’application du discours de Macron, ou bien dans l’opposition à la logique de ce discours. Est-ce moral ? Est-ce conforme à notre constitution ? Est-ce conforme aux lois qui peuvent être votées et promulguées dans une démocratie ? Non, ce discours est immoral, ce discours n’est pas démocratique, il est seulement digne d’une dictature, d’un dictateur, en jupon certes mais d’un dictateur malgré tout. Interdire à tous ceux qui refusent la vaccination, ou simplement ceux qui ne se sont pas encore fait vacciner, de pouvoir avoir une vie publique, d’aller dans des cinémas ou des restaurants, aux spectacles, mais surtout simplement accéder à des supermarchés, voire même de pouvoir continuer à travailler si ces personnes non vaccinées travaillent dans des lieux accueillant le public !

 

Et l’explication donnée à ces mesures aberrantes, atroces, honteuses, abjectes, abominables, c’est que les français ne comprendraient pas qu’ils soient eux obligés de se faire vacciner et que eux, les salariés de ces lieux recevant du public, pourraient ne pas l’être. Il est acquis pour les monstres qui nous dirigent que les français, comme aux pires heures de l’occupation nazie en 1940, sont en guerre les uns contre les autres. Voilà ce que quatre années de macronisme ont fait de la France ; une Nation déchirée, une dictature qui ne dit pas son nom, des élites qui se croient supérieures au reste de sa population, supérieure au peuple auquel elle n’appartient plus, auquel elle n’a jamais appartenu !  

 

Une France coupée en deux, entre anti et pro-vaccin, une France dans laquelle une moitié des français ne disposera plus des mêmes droits que le reste des français.

 

 

 

Saucratès


16/07/2021
1 Poster un commentaire

Passe sanitaire : fin de démocratie en France - Suite et Fin

Saint-Denis de la Réunion, mercredi 14 juillet 2021

 

En ce mercredi 14 juillet 2021, nous sommes sensés fêter la fin de l’autocratie monarchique des Bourbon et nous sommes sensés célébrer l’avènement de la démocratie et de la République en France. Mais ce jour n’est plus une fête, car cette démocratie, car la République, n’existent plus. Macron et son gouvernement l’ont tué, l’ont assassiné, de la même manière que Laval et Pétain avaient assassiné la troisième République en 1940. Mais eux au moins avaient eu la décence de ne pas faire porter cette honte, celle de la collaboration avec l’Allemagne nazie, avec l’envahisseur, celle de la collaboration avec l’entreprise génocidaire nazie, à la République française et en faisant porter le poids de cette honte à ce qu’ils avaient nommé l’Etat français de Vichy. 

Macron, Castex, Véran n’ont même pas cette décence. C’est à la cinquième République, ce régime démocratique mis en place par le Général de Gaulle, qu’ils font adopter des lois scélérates visant à discriminer, à parquer, à violer les droits publics d’une partie des français parce que ceux-ci ne sont pas vaccinés ! Quelle honte ! Quelle abomination !


Avec ces futures lois scélérates, une partie des français devra et pourra montrer patte blanche pour sortir dans des restaurants, des bars, faire des courses en supermarché, se faire soigner tout simplement, partir travailler également, et l’autre partie des français, ces monstres non vaccinés, seront exclus de tous ces endroits, sauf à réaliser et à présenter tous les deux jours des tests de dépistage négatif du Covid ! Test dit de confort qui ne seront plus remboursés par la Sécurité Sociale ...

 

A quand l’obligation de porter un signe distinctif pour les non vaccinés, pour ceux qui refusent la vaccination, à quand des rafles organisées par la police française (on n’osera pas les appeler la milice de sinistre mémoire) pour parquer ces sous-français non vaccinés, ces français de seconde zone ? Macron et son gouvernement pourraient même utiliser la belle expression allemande si conforme à leur idéologie : «Untermenschen».

 

Mais il y a plus triste que ces lois scélérates de Macron ; il y a la rage et la haine des bien-pensants, de tous ceux qui traitent les non-vaccinés d’égoïstes, qui les accusent de chercher à les contaminer, à les empoisonner. Comme si eux courraient le moindre risque ! Comme si le vaccin n’était pas sensé les protéger de toutes les formes graves de Covid ? Comme si la vaccination généralisée allait empêcher la propagation du virus !

 

On nage en plein délire, comme en 1940. Les pires passions sont désormais déchaînées. Nous sommes gouvernés par des déments, nous vivons en dictature et les nouveaux pestiférés de notre époque sont désormais les non vaccinés, qu’il faut menacer d’enfermement, de relégation, de privation de droits publics, d’emploi, pour qu’ils acceptent de se faire vacciner et de possiblement mourir du fait du vaccin, à très court terme ou à moyen terme. 

Comme pour le procès du sang contaminé, comme pour le médiator, comme lors de la Révolution francaise et de la Terreur, pourra-t-on un jour traduire en justice et faire condamner Macron et ses séides, gouvernement et préfectures, pour la promulgation de ces lois scélérates et pour avoir fait empoisonner tous ceux qui seront décédés du fait de la vaccination obligatoire? 

Est-il possible de résister à ces lois scélérates ? De telles lois scélérates sont-elles même simplement conformes à la Constitution française et aux droits de l’homme et du citoyen ? La constitution de 1958, dans son article premier, ne dit-elle pas que «La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.»

 

La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ne dit-elle pas dans son article premier que «Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.»

 

Et dans son article deux, ne dit-elle pas, cette même déclaration, que «Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.»

 

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/allocution-d-emmanuel-macron-le-pass-sanitaire-introduit-une-rupture-fondamentale-dans-notre-contrat-social-20210713


Evidemment, comment résister à ces lois scélérates ? À moins d’une intervention très rapide des plus hautes juridictions françaises, du Conseil Constitutionnel ou du Conseil d’Etat, je serais obligé comme tant d’autres d’accepter de me faire vacciner. Mais je ne voterais plus jamais pour aucun de ceux qui auront participé à cette oppression, à la mise en place et en œuvre de ces lois scélérates. 

 

 

Saucratès

 

 

Article précédent sur le même sujet

Passe-sanitaire : la fin de la démocratie ?


14/07/2021
0 Poster un commentaire

La France et le monde vont de plus en plus mal. Regard pessimiste sur la politique

Saint-Denis de la Réunion, samedi 10 juillet 2021

 

Le monde entier va de plus en plus mal. La France va de plus en plus mal. En matière sanitaire, nous nageons déjà en plein délire. Le gouvernement d’Emmanuel Macron et de Jean Castex envisage, ou plutôt souhaite imposer, la vaccination obligatoire pour tous les personnels soignants. Avec un argument débile, infâme, inacceptable, selon lequel les malades ne souhaitent pas se faire contaminer à l’hôpital ! On ne souhaite pas non plus mourir en se faisant opérer à l’hôpital, mais cela arrive. On ne souhaite pas non plus mourir en se faisant vacciner, mais cela arrive aussi. Et enfin et surtout, le fait qu’une personne soit vaccinée ou non ne l’empêchera pas de tomber malade et de contaminer d’autres personnes !!! Arrêter de prendre les francais pour des cons, Messieurs du gouvernement et Monsieur le Président !

 

Nous nageons en plein délire parce que la vaccination est déjà obligatoire dans l’armée. C’est deux mois de trou pour les soldats, pour les engagés qui refusent de se faire vacciner, ou de se laisser vacciner. Et cela, personne ne le sait ! 

L’obligation de se faire vacciner nous pend au nez, nous attend indubitablement. Nous n’y échapperons pas. La France n’est évidemment plus une démocratie depuis bien longtemps, nous le savions parfaitement.

 

Mais elle devient désormais une dictature sanitaire et une dictature médiatique.  Et on continue dans la lignée du marriage pour tous, de la dissolution de toutes les valeurs les plus sacrées de notre société. On généralise maintenant la PMA pour tous, enfin, surtout pour toutes. La PMA, c’est-à-dire la procréation médicalement assistée, qui permet à des couples de femmes ou à des femmes seules, de procréer sans interférence masculine. Au fond, rappelons quand même qu’il faut encore des donneurs de sperme. Elles n’ont pas encore réussi ce tour de force à s’en passer. Leur rêve ou non ? Après tout, ravaler l’homme à une banque de sperme, n’est-ce pas le rêve de toutes ces féministes acharnées ? Le combat de toutes ces ultra-féministes et de leurs ancêtres ?

La France va mal. Les islamistes et les gauchistes ne se cachent plus et ne cachent plus leur proximité idéologique. Les ultra libéraux du gouvernement et les Macronistes ne cachent plus non plus leur proximité idéologique avec ces islamogauchistes. Tout ce monde ne vise plus que la destruction de tout ce qui est la France profonde, des classes moyennes, du milieu ouvrier, des syndicats, du monde de l’enseignement, des fabriques à élite. Ces dirigeants, ces islamogauchistes visent le même et unique objectif mais pas pour les mêmes raisons : les uns veulent la domination du marché, la paupérisation des masses pour asseoir leur propre pouvoir et leur propre domination, les autres veulent le règne de l’islam et de la charia, également pour établir leur propre pouvoir.

 

N’est-il pas trop tard pour se réveiller ?

 

 

Saucratès


10/07/2021
0 Poster un commentaire

Élections locales et abstention - Entre incompréhension et risque démocratique

Saint-Denis de la Réunion, dimanche 27 juin 2021


Les élections régionales de juin 2021 auront donc été le révélateur que la France a un problème d’abstention. Au premier tour, au niveau national, l’abstention aurait ainsi atteint près de 70%. Au-delà de la déroute électorale subie par la majorité présidentielle, cette abstention serait interprétée comme un désaveu des électeurs vis-à-vis de leurs elus. Un certain nombre d’interventions politiques ou publiques m’ont profondément ennuyé a la suite de ce premier tour et de l’annonce de ces résultats. Marine Le Pen en a ainsi appelé à ces électeurs, estimant qu’ils ne s’étaient pas déplacés pour partir voter. Mais cela signifie qu’elle nie que les sympathisants du Rassemblement National puissent voter différemment aux élections locales et aux élections nationales comme l'élection présidentielle ! C’est un peu comme si elle pensait que ses électeurs lui appartenaient, que leurs votes devaient lui être acquis. 

L’intervention de M. Bardella du Rassemblement National m’a aussi profondément interpelé, notamment lorsqu’il a estimé que l’abstention signifiait que les électeurs ne connaissaient pas les attributions des régions et des départements et que la réponse à apporter à cette méconnaissance était toujours plus de simplification administrative. Quel peut bien être l’intérêt de voter RN si, comme Macron, le RN n’a pour seule idéologie que la simplification administrative, donc la fusion des institutions administratives françaises ? Quel peut bien être l’intérêt de voter RN si on doit voir s’appliquer les mêmes politiques, voir les mêmes idéologies à l’œuvre, avoir des élus qui appliquent les mêmes recettes ?

 

L’intervention de quelques representants ou porte-paroles du gouvernement, et de nombreux commentateurs journalistes de la même sensibilité que le président Macron m’a également encore plus ennuyé. Emmanuel Macron devait intervenir après les élections pour faire des propositions en vue de tirer les enseignements de ces élections regionales et départementales et réconcilier les franacais avec la politique. C’était notamment l’antienne de nombreux et nombreuses journalistes, selon lesquelles l’une des promesses du candidat Emmanuel Macron était de reconcilier les électeurs avec la politique et qu’ils, qu’elles étaient en attente de propositions de sa part. Les partisans de son gouvernement parlaient plus volontiers de la vieille politique et des vieux partis, qui étaient ceux-là même qui s’en tirait plutôt bien dans ces élections. 

Evidemment, pour un partisan comme moi du «c’était mieux avant», ce genre de discours des partisans d’Emmanuel Macron ne pouvait pas passer. Ce type, qui a été élu sur la base d’un extraordinaire coup de chance et d’un extraordinaire casse politique, d’un holdup médiatique et d’un hold up de nos institutions politiques, se pose ainsi en paragon de la nouvelle politique, de la fin des partis traditionnels. Mais il n’est qu’une anicroche dans le fonctionnement normal de nos institutions démocratiques. Un accident de l’histoire.

Est-il nécessaire de réconcilier les français et la politique ? Si c’est pour faire élire des représentants du grand patronat et de la finance, qu’on nous présentera comme le gendre idéal, le fils idéal, Non.

 

Si c’est pour réconcilier avec la politique des personnes qui croient qu’ils ne doivent voter pour des gens que si ces personnes leur ont apporté ou leur ont donné quelque chose, Non plus. 

Si seulement 20% ou 30% du corps électoral comprend que participer au choix de ses représentants, de ses élus est important, sans qu’il ne soit question que ces élus ou ces représentants leur aient apporté quelque chose, c’est que seulement 20% ou 30% des électeurs méritent de voter, que les voix des autres ne servent à rien. Cela peut aussi être le signe que le suffrage universel n’a aucun intérêt et qu’il faut un certain bagage intellectuel pour comprendre l’intérêt du vote (et le niveau de formation n’a absolument aucune espèce d’importance dans cette notion de bagage intellectuel). Au fond, cela peut être un signe que le suffrage censitaire était bien plus indiqué que le suffrage universel. 

Au fond, rendre le Droit de vote obligatoire serait une bonne solution, mais plutôt que d’imposer le paiement d’une amende, mesure idiote et stupide, il vaudrait beaucoup mieux prévoir de supprimer des listes électorales les électeurs abstentionnistes. En prévoyant néanmoins une possibilité de confirmer leurs inscriptions sur les listes électorales pour les électeurs de bonne foi qui auraient réellement oublié ou qui auraient eu de bonnes raisons. En somme, non pas taper au portefeuille une nouvelle fois les abstentionnistes, non pas imposer des excuses légitimes, mais imposer un parcours administratif compliqué aux abstentionnistes afin que le vote devienne un acte véritablement citoyen. Ceux qui auront fait le choix d’arrêter de voter, pour des motifs souvent idiots, seront retirés des listes électorales. Pourquoi les maintenir parmi les inscrits puisqu’ils ont fait profession de ne plus voter !

 

La pire des solutions serait l’option retenue par le gouvernement dans son propre intérêt, dans le seul intérêt de ceux qui nous dirigent aujourd’hui, ces LREM qui ne représentent qu’eux-mêmes, c’est-à-dire des élus de droite et de gauche, des hauts cadres de la fonction publique ou des entreprises, des responsables des ressources humaines et des psychopathes sociaux, cette option de rendre possible le vote par correspondance, le vote électronique, parce que c’est moderne, parce que c’est magique, parce que cela permet, comme pour l’élection de Joe Biden, de tricher et de voler les résultats des élections !

 

Parce que le vote par correspondance a longtemps été refusé par le Parlement français pour de véritables raisons de fraudes potentielles. Et il ne faudrait pas qu’Emmanuel Macron le fasse passer aux forceps  pour lui permettre de remporter les prochaines élections présidentielles sans que l’on puisse prendre en compte les craintes légitimes pour la démocratie !

 

 

Saucratès


27/06/2021
0 Poster un commentaire