Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Les nouveaux programmes d'enseignement au lycée - Guide et critiques

Saint-Denis de la Réunion - Le 14 décembre 2018

Réflexion une - Quels nouveaux programmes pour la première et la terminale ?

 

On commence à y voir un peu plus clair dans la réforme du baccalaureat et des enseignements au lycée. Les différents enseignements, les programmes et les nombre d'heures sont parus sont enfin parus. Mais c'est la consternation ! La réforme du lycée résistera-t-elle à la fronde qui commence à agiter les lycées français en France métropolitaine, en liaison avec le mouvement de gilets jaunes et la contestation sociale qui commence à s'étendre à d'autres composantes des acteurs de la société française ? Cela me semble presque impossible à prédire. Ou plutôt, il me semble presque impossible que le gouvernement et le ministère de l'éducation nationale recule sur ce sujet, quelque soit la hauteur de la mobilisation des lycéens. On peut aussi se poser la question d'une autre manière : en d'autres termes, la réforme actuelle voulue du baccalauréat et des enseignements au lycée est-elle une bonne ou une mauvaise chose, et l'ensemble de ses objectifs sont-ils bien apparents et surtout connus ?

 

Avant de développer ces arguments, de réfléchir sur ces sujets, il me semble surtout important de pouvoir disposer d'informations claires et accessibles sur ce que sera cette réforme des enseignements du lycée, car tout passe en fait par ces aspects des choses. Qu'est-ce qui est en jeu dans cette réforme des enseignements ? Je vais donc rapidement dessiner la réforme du lycée ci-dessous et donner les liens des différentes matières/enseignements tels/telles qu'ils/qu'elles ont été publiés/publiées dans les publications officielles.

 

Les enseignements en classe de première et de terminale sera désormais articulées, pour les enfants/adolescents qui entreront en première au lycée à partir de l'année prochaine, entre des enseignements de tronc commun, obligatoires, et des enseignements optionnels de spécialité, qui sont les suivants :

 

Le programme du tronc commun de la filière générale en classe de première sera le suivant (pour un total un volume d'heures d'enseignements de 16 heures par semaine) :

- Français : 4h/semaine

- Histoire Géographie : 3h/semaine

- Enseignement moral et civique : 18h/an

- Langue vivante A et langue vivante B : 4h30/semaine

- Éducation physique et sportive : 2h/semaine

- Enseignement scientifique : 2h/semaine

 

Par ailleurs, chaque lycéen de première devra choisir trois enseignements de spécialité dans la liste suivante, de 4 heures d'enseignement par semaine. Sur ces trois enseignements de spécialité, le lycéen ne devra en retenir que deux en terminale (il devra en abandonner une) dont le volume horaire d'enseignement sera de 6 heures par semaine : Arts - Histoire Géographie, Géopolitique et Sciences Politiques - Humanités, Littérature et Philosophie - Langues, littératures et cultures étrangères - Littérature, langues et cultures de l'Antiquité - Mathématiques - Numérique et sciences informatiques - Physique Chimie - Sciences de la Vie et de la Terre - Sciences de l'Ingénieur - Sciences Économiques et Sociales.

 

Le lycéen pourra également choisir une option (deux options supplémentaires en terminale). 

 

La première chose qui ressort de ce nouveau programme des enseignements au lycée est la disparition des mathématiques du tronc commun. Une bonne partie des élèves lycéens vont desormais cesser de se voir enseigner (et de travailler) les mathématiques après la seconde ! C'est une catastrophe pour les futures générations, même si au fond savoir dériver une fonction ou factoriser des expressions mathématiques n'est pas extrêmement utile et n'est pas très souvent utiliser par les gens dans la vie de tous les jours. Ce qui faut neanmoins réagir mon gamin de 14 ans qui est aujourd'hui concerné par cette reforme, c'est que le francais, l'histoire-geographie ou le sport continue d'appartenir au tronc commun des enseignements, mais pas les mathématique ! Le sport est donc considéré comme plus important que les mathématiques ???

 

Cette option d'enseignement de spécialité en mathématiques est par ailleurs réservé aux très forts en maths, avec un programme d'enseignements encore plus compliqué que le programme de la première et de la terminale scientifique (S). De nombreuses notions mathématiques actuellement étudiées en terminale S sont ramenées en première dans cette spécialité mathématiques ! Ce n'est donc pas une option que des élèves  moyens peuvent prendre simplement pour continuer à faire des mathématiques ! Mais un lycéen qui ne choisira pas cette option, cet enseignement, se coupera un très grand nombre d'études, des écoles préparatoires et des écoles d'ingénieurs, jusqu'aux études de sciences économiques ! 

 

La suprématie de la filière scientifique qui est aujourd'hui décriée et combattue par le gouvernement et des enseignants continuera donc d'être le fait de ceux qui sont capables de suivre le programme de l'enseignement de spécialité en mathématiques ! Ceux-là se verront ouvrir la totalité des filières d'enseignement post-bac ; les autres devront se contenter des filières qui n'utilisent pas les mathématiques comme langage ou comme outils ! Simplement, en proposant une dizaine d'autres options toutes plus intéressantes que les autres, on aura donné l'impression aux lycéens et à leurs parents que la sélection par les études scientifiques n'est plus la seule voie possible, ou la voix royale ! Mais en fait ce sera un mensonge. Les mathématiques sont forcément l'alpha et l'oméga de la sélection. Faire semblant qu'il n'en est rien n'y changera rien !!! 

 

Est-ce la seule critique contre ce nouveau programme des enseignements ? Non parce qu'il est aberrant d'ouvrir à un enfant autant de branches d'enseignement differentes, pour au final ne l'autoriser à n'en sélectionner que trois, et à imposer ce choix dès la fin de la classe de seconde ! Je ne pense pas que nombre d'enfants sachent véritablement ce qu'ils veulent faire comme études supérieures en seconde, en sachant en plus que ce choix conditionnera l'ensemble de leur choix futurs. 

 

Pour quelle raison le ministère a-t-il pris cette décision de supprimer les mathématiques du tronc commun, et de sur-sélectionner les jeunes lycéens ? 

 

 

Saucratès 

 

 

 

http://eduscol.education.fr/cid134825/consultation-sur-les-programmes-seconde-premiere.html

https://www.snes.edu/Projets-de-programmes-du-lycee-lever-le-voile.html


15/12/2018
0 Poster un commentaire

Où se trouve l'argent des banques centrales ?

Saint-Denis de La Réunion, le 14 décembre 2018

Réflexion cinquante-trois

Cet article reprend un sujet que j'ai longuement et régulièrement évoqué en matière de politique monétaire il y a quelques années. Mes derniers écrits sur ce sujet remontent cependant à l'année 2011, soit il y a plus de sept ans.

https://saucrates.blog4ever.com/de-la-politique-monetaire-9

https://saucrates.blog4ever.com/de-la-politique-monetaire-8

 

Bizarrement, j'ai cessé d'écrire sur ce thème au moment même où les banques centrales des grands pays développés (la BCE et la Réserve fédérale américaine) mettaient en œuvre de nouveaux outils d'intervention monétaire, à savoir le QE ou Quantitative Easing (assouplissement quantitatif). 

 

Mais j'y reviens aujourd'hui à la demande d'un de mes lecteurs, qui m'a demandé aujourd'hui où étaient passés les centaines de milliards d'euros et de dollars injectés dans les économies européennes et américaines, et comment se faisait-il que malgré ces milliards, les citoyens de nos pays demeuraient toujours aussi pauvres, toujours aussi nombreux. Qui beneficiait donc de ces centaines de milliards d'euros et de dollars que les banques centrales avaient distribués ? Qui en profitait ?

 

Sacrée question vous en conviendrez ! Pour y répondre, nous aurons d'abord besoin de chiffres précis sur ce que le Quantitative Easing a représenté entre les années 2008 et 2018.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Assouplissement_quantitatif

 

Si le Quantitative Easing a été inventé par la BoJ (Banque centrale du Japon) à partir de 2001, ce terme devient réellement connu à partir de 2008 et son utilisation par la Réserve Fédérale Americaine. À partir de 2010, elle developpe son programme d'achat de titres pour le porter à 600 milliards, et en 2017, son bilan a cru jusqu'à 4.000 milliards de dollars. La BCE de son côté a lancé un programme de QE à partir de   2015 à hauteur de 60 milliards d'euros par mois, porté à 80 milliards d'euros par mois en 2016. Il est prévu de mettre fin au programme QE en 2019. Je n´ai pas de données sur le bilan de la BCE, mais cela représente forcément des sommes faramineuses.

 

Le problème du Quantitative Easing, c'est simplement que ces sommes, ces créances, ces reconnaissances de dettes qui se trouvent au bilan des grandes banques centrales ne sont que des titres de dettes, appartenant soit aux différents Etats européens ou américains, soit aux principales très grandes entreprises de nos pays. Cet argent n'a pas été donné réellement à des personnes ou à des entreprises, mais elles ont essentiellement servi à racheter des titres d'emprunts publics ou d'obligations d'entreprises qui étaient déjà détenus précédemment par d'autres banques ou par des prêteurs institutionnels, afin que ceux-ci puissent se défausser de leurs titres, ou bien pour que la valeur de ces titres ne s'effondre pas dans un marché financier où  les prêteurs ne croyaient plus en la valeur des titres et obligations de certains États ou de certaines entreprises et ne trouvaient plus personnes pour racheter leurs titres.

 

Evidemment, on est donc bien d'accord qu'in fine, il y a bien eu des entreprises ou des personnes bénéficiaires de ces centaines de milliards d'euros ou de dollars d'achats de titres. Mais ces sommes se sont juste perdus dans l'immensité des flux financiers des marchés financiers internationaux ; chaque jour, des milliers de milliards de dollars de titres changent en effet de mains et sont cédés, vendus ou prêtés à tout moment. Les sommes créées et investies par les banques centrales sont juste venues se mélanger à tous ces flux financiers, et on peut penser que ces sommes ont servi à rééquilibrer les flux entre vendeurs et acheteurs sur certains titres moins recherchés. Grâce à cette pression sur les vendeurs, les programmes QE ont aussi servi à maintenir le prix des obligations aux niveaux de taux particulièrement bas que l'on a observé depuis desormais presque une décennie (mais on ne parle ici que des taux des obligations françaises, allemandes et américaines). Les taux de l'Italie, de l'Espagne ou d'autres pays considérés comme plus fragiles ont certes à supporter des niveaux de taux plus élevés, mais ils seraient certainement beaucoup plus haut sans les programmes QE. La remontée des taux long US que l'on a pu observer ces derniers temps est ainsi à mettre en relation avec la normalisation de la politique monétaire americaine, avec la fin des programmes de QE et la réduction du bilan de la Réserve Fédérale Américaine. 

 

On a ainsi une partie de la réponse à la question de mon lecteur. Les sommes de programmes QE correspondent à une fraction des endettements des États occidentaux. Ils ont permis de maintenir la valeur de ces titres ou bien de maintenir leur taux à des niveaux extrêmement bas. Permettant aux riches ou aux institutions de retraite ou d'assurance (et donc in fine à nos produits d'assurance-vie) de ne pas perdre des centaines de millions ou de milliards d'euros comme dans le cas d'une crise obligataire ou d'un défaut de paiement.

 

Tout ceci ne sert-il donc à rien ? Non, la stabilité des marchés financiers et des intervenants sur ces marchés (banques, assurances, institutionnels) est une condition sine quanone pour la stabilité de nos économies nationales. Une crise financière comme celle de 2007 a précipité le monde dans une crise majeure et a failli emporter les systèmes bancaires de nombreux pays. Et celle de 1929 a plongé le monde dans une guerre mondiale.

 

Cette présentation répond-elle à la question de mon lecteur ? Il me le dira peut-être ! On peut rajouter qu'il existe une (ou des) position divergente sur les programmes de Quantitative Easing. C'est ce que l'on appelle notamment la «monnaie hélicoptère».

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Hélicoptère_monétaire

 

La Banque Centrale émet de la monnaie directement en direction des citoyens, comme par exemple à l'aide d'un hélicoptère qui distribuerait de manière uniforme/aléatoire les billets nouvellement créés pour créer du pouvoir d'achat et des revenus pour le peuple directement.

 

Comme indiqué dans l'article de Wikipedia :

 

«Pour ses défenseurs, l'hélicoptère monétaire serait plus efficace pour stimuler l'inflation lorsque l'économie est dans une situation de trappe à liquidité et que les banques centrales ont baissé les taux directeurs au plus bas possible.»

 

Dans un autre article Wikipédia, il est aussi indiqué :

 

«En 2012, la Banque d'Angleterre elle-même reconnaissait dans un rapport destiné au parlement que sa politique de rachats d'actifs avait avant tout privilégié les 5 % de citoyens les plus riches, par le gonflement du prix de certains actifs financiers détenus par ces derniers».

 

La monnaie hélicoptère n'a évidemment jamais été mise en application dans aucun pays au monde, et certainement pas en Europe récemment. Même si, d'une certaine façon, les épisodes d'hyperinflation que l'Allemagne a connu dans les années 1920 ou que d'autres pays connaissent aujourd'hui (comme actuellement au Venezuela) ressemblent justement à cette monnaie hélicoptère, où la monnaie émise le matin ne vaut déjà plus rien le soir venu ! Rares sont les personnes qui ont gardé un bon souvenir de tels épisodes hyperinflationnistes.

 

 

Saucratès 

 

 

Autres notes sur le même sujet :
0.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1984891-histoire_de_l_euro.html
1.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985330-de_la_politique_monetaire__1_.html
2.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985338-de_la_politique_monetaire__2_.html
3.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985345-de_la_politique_monetaire__3_.html
4.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985866-de_la_politique_monetaire__4_.html
5.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985877-de_la_politique_monetaire__5_.html
6.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1986316-de_la_politique_monetaire__6_.html
7.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1986819-de_la_politique_monetaire__7_.html

8.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1987618-de_la_politique_monetaire__8_.html

9.https://saucrates.blog4ever.com/de-la-politique-monetaire-9


14/12/2018
0 Poster un commentaire

De la politique monétaire (9)

 

Réflexion cinquante-deux (16 novembre 2011)
Papa, pourquoi a-t-on inventé la monnaie ?


Question infantine que m'a posée hier mon fils âgé de 7 ans, après avoir utilisé toutes les économies données par la petite souris en échange de ses dents de lait pour s'acheter un jeu électronique pour sa console Nintendo. Mais question fondamentale, à laquelle il n'est pas si aisé de répondre.

 

Question fondamentale parce qu'elle éclaire également les problèmes économiques et financiers de notre époque actuelle !

 

Ma réponse a consisté à lui expliquer que l'invention de la monnaie a suivi, est une conséquence de l'invention de la propriété privée. Il y a très très longtemps, les hommes n'avaient pas besoin de monnaie parce qu'ils partageaient tout ce qu'ils trouvaient, cueillaient, fabriquaient ou chassaient. On le sait parce que de tels peuples vivaient encore il y a très peu de temps parmi nous, dans les dernières forêts équatoriales vierges de la planète, notamment le peuple des Guayakis en Amérique du Sud (Paraguay). A partir du moment où un homme a décidé qu'un morceau de la nature lui appartenait, que ce qu'il trouvait sur ce morceau de terre lui appartenait à lui en propre, l'équilibre initial a été rompu.

 

Il est habituel de considérer que l'invention de la monnaie est postérieure à l'existence du troc. Mais selon moi, c'est une idée fausse. Le principe même de la monnaie, de la valeur des choses, est antérieure au troc lui-même. Car pour troquer des choses les unes contre les autres, il faut disposer d'une échelle de valeur, qui est elle même opposée au partage de tout ce que l'on trouve, chasse ou cueille. Le troc est antérieur à la création d'un étalon universel de valeur, que représente la monnaie, l'or ou l'argent. Mais en inventant le troc, l'homme avait ouvert la voie à l'invention de la monnaie, c'est-à-dire à un étalon de valeur. L'homme mettait fin à la mise en commun de tout ce qu'ils possédaient.

 

En inventant la monnaie, l'homme a créé les inégalités, les dfférences de richesse, l'exclusion de certains.

 

Les problèmes économiques et financiers actuels de notre monde trouvent leur explication évidemment dans des problèmes de monnaie. De tout temps, les échanges interntionaux, ou plutôt faudrait-il dire, la colonisation des ressources des différents peuples reposent sur des échelles différentes de valeur. Si tous les peuples accordaient la même valeur à toutes leurs ressources naturelles et à tous leurs biens, il n'y aurait pas selon moi d'échanges internationaux ni de commerce. Le commerce naît de différences de prix, soit entre régions ou marchés différents ou éloignés, soit entre leur valeur actuelle et leur valeur anticipée future. C'était évidemment particulièrement vrai à l'époque du colonialisme. Les européens échangeaient alors des richesses, des métaux précieux, des esclaves contre de la verroterie et des pièces de tissus, fondement de la valeur dans les sociétés qu'ils colonisaient, mais qui ne coûtaient rien à produire pour eux. Si les étalons de valeur de ces peuples (tissus, verroterie, colliers de coquillages ...) étaient devenus les étalons universels de valeur de l'humanité, ces sociétés colonisées seraient peut-être devenues immensément riches ! Mais c'est l'étalon de valeur de l'occident, la monnaie métallique, l'or et l'argent, qui est devenu l'étalon universel de l'humanité, faisant de l'Europe le centre du développement du monde.

 

Aujourd'hui, on demeure dans le même type de problème d'échange et d'étalon universel de valeur. Les divergences économiques et financières actuelles viennent des échanges internationaux, toujours entre l'Occident et le reste du monde, essentiellement composé de la Chine et de l'Inde millénaires, du Brésil, et des états pétroliers. L'Occident échange toujours les biens et les ressources produits dans ces pays éloignés, contre une monnaie basée sur les dettes des états et des économies occidentales. On peut penser que les échanges et la puissance financière et économique ont été inversés par rapport à la colonisation. Que c'est la Chine et plus largement l'Orient qui fabriquent pour pas grand chose des biens qui sont vendus à l'Occident, mais les états occidentaux les payent avec des reconnaissances de dettes ... Sur la base d'un système monétaire occidental ... L'histoire seule nous apprendra ce qu'il adviendra de tout cela, si l'histoire de la colonisation s'inversera ou se répétera ...

 

Pour conclure, ne pas oublier non plus que derrière la notion d'un 'étalon de valeur' ou de 'monnaie', on trouve la notion de 'valeur'. Tous les livres d'économie commençaient et commencent encore par une définition de la 'valeur', que ce soit chez Sraffa, Marx ou chez les économistes néoclassiques modernes ... même si ces derniers se contentent d'indiquer qu'ils utilisent la notion de l'utilité margnale comme source de valeur . A noter un article intéressant du Monde sur une critique de la valeur en économie par André Orléan.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/11/14/l-empire-de-la-valeur-refonder-l-economie-par-andre-orlean_1603277_3232.html

 


Réflexion cinquante-et-une (8 novembre 2011)
Quelques approximations sur la dette publique française ...


Certaines analyses courent sur le net au sujet de la dette publique française et sur son origine. Pour la plupart, elles reposent sur l'idée que les problèmes d'endettement de la France et les nécessités de recourir à des politiques budgétaires d'austérité proviennent de l'interdiction de financement de l'état par la Banque de France et in fine par les intérêts qui doivent être versés aux porteurs de la dette française.

http://youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs&feature=player_embedded

 

Ces analyses posent à la fois de vrais problèmes : la France a à la fois un problème d'endettement, les mécanismes de politique monétaire ne sont pas neutres, et la création monétaire par les banques est un vrai sujet de réflexion et d'interrogation ... mais elles contiennent également des raccourcis invérifiables et sujets à caution.

 

L'argumentation sur la création monétaire et les réserves fractionnaires

 

Je n'ai pas de bonnes réponses à apporter au système de réserves fractionnables développées dans cette analyse monétaire. Les banques commerciales ne sont pas selon moi les seules émettrices de monnaie dans l'économie ; la banque centrale étant toujours émettrice des billets de banque ayant cours légal, que certains ont pu présenter comme un impôt, puisqu'ils sont créés à partir de rien. Lorsqu'un particulier retire de l'argent au guichet d'une banque, la création monétaire est-elle le fait de la banque centrale ou de la banque commerciale ? Une question de point de vue.

 

Par ailleurs La monnaie banque centrale développée dans cette analyse qui est mise en circulation dans l'économie est-elle liée de manière fixe, comme expliqué dans cette analyse (par un rapport de 15% ou 1 à 7), au montant de la monnaie créée par les banques commerciales (ce qui est appelé 'réserves fractionnaires'. La crise actuelle a plutôt montré que la banque centrale pouvait approvisionner de manière fluctuante les banques commerciales en monnaie banque centrale pour empêcher les problèmes de liquidité sur le marché monétaire. En situation normale, lorsque les marchés monétaires fonctionnent convenablement et que les banques n'éprouvent pas de difficultés à se prêter entre elles, elles ont vraisemblablement peu de besoin de se refinancer auprès de la banque centrale. Ce n'est qu'en situation de crise, comme en 2008-2009 ou actuellement, que l'on enregistre une augmentation du besoin en monnaie scripturale banque centrale (qu'il faut içi différencier de l'autre monnaie banque centrale que sont les billets).

 

Pour cette raison, je pense que le système dit de réserves fractionnaires est au maximum une notion théorique, voire une ancienne notion valable en étalon-or et l'opposition historique entre la 'currency school' et la 'banking school' ... et qu'elle n'a plus aucune valeur explicative dans le monde actuel.

 

La comparaison entre le stock de la dette française et la somme des intérêts sur la dette versée aux créanciers

 

Selon les explications qui circulent désormais sur la dette française (reprise dans cette présentation), ce stock s'expliquerait essentiellement par la somme des intérêts sur la dette versée depuis les années 1970. D'où l'explication avancée par les tenants de cette thèse que sans emprunts auprès des banques, mais avec un financement par la banque centrale, la France n'aurait pas de problème de dette publique puisqu'elle ne s'explique que par les intérêts versés sur cette dette. CQFD.

 

Cette approche présente deux erreurs. La première erreur provient de la source de la comparaison. Ces explications reposent sur des intérêts sur la dette ramenés en euros courants valeur 2010 et absolument pas sur le montant des intérêts historiques payés. En expliquant que la somme des intérêts versés depuis 1973 atteint un encours cumulé de 1.300 milliards d'euros, proche de l'encours de la dette publique française, on compare un montant actualisé en euros courants, d'un encours de dette historique. La source suivante remontant à 2006 explicite de manière détaillée ce calcul totalement faux.

http://www.societal.org/docs/interets-dette.htm

 

Pour mémoire, la somme historique des intérêts versés sur la dette entre 1982 et 2010 s'élève à 845 milliards d'euros soit aux allentours de 900 milliards d'euros depuis 1973 (cf. source rapport du Sénat, les intérêts versés sur la dette étant compris entre 37 et 44 milliards d'euros par an depuis 1997).

http://www.senat.fr/rap/l95-077-3-14/l95-077-3-144.html

 

Un peu plus de la moitié de la dette française peut donc être expliquée par les intérêts versés sur la dette, ou bien on peut estimer qu'en valeur actualisée, les intérêts versés depuis les années 1970 recouvreraient l'équivalent de la dette publique française actuelle.

 

La deuxième erreur que je souligne consiste à relever que les intérêts versés sur la dette ne sont qu'une des dépenses publiques qui expliquent les déficits de l'état français. On pourrait tout autant comparer la dette publique aux dépenses actualisées des traitements des fonctionnaires français (98 milliards d'euros en 2010) et des analyses tout aussi sérieuses pourraient démontrer qu'avec un tiers des fonctionnaires en moins depuis les années 1970, il n'y aurait pas non plus de déficit public français, ni de dette publique française, ni de risques sur la notation 'Triple A' de l'état français (qui n'en aurait d'ailleurs pas besoin !). Cette analyse qui plairait aux libéraux ferait tout aussi sérieuse que les analyses citées.

 

Mais on pourrait comparer la dette française aux achats de pain chez les boulangers français, et estimer que les dépenses actualisées de pain aux boulangers depuis les années 1970 correspondent à la dette française ... Et des personnes bien intentionnées pourraient penser que le pain aurait dû être gratuit ce qui aurait certainement résolu le problème de la dette française !!!

 

Autant l'analyse mentionnée ci-dessus donne une explication intéressante pour la partie de la création monétaire, autant elle est irréaliste et partisane pour la partie explicative sur la dette publique. Les banques commerciales ne portent qu'une très faible partie de la dette publique française et ne sont destinataire que d'une très faible fraction des intérêts versés. Ce sont les ménages français qui en sont les principaux bénéficiaires (ceux qui ont de l'épargne), soit directement pour ceux qui détiennent des obligations en portefeuille (les épargnants âgés), soit indirectement pour tous ceux qui détiennent des placements d'assurance-vie (majoritairement placés en obligations françaises) et des retraites par capitalisation. 

 

De sorte que l'idée de faire défaut sur la dette française ou sur les intérêts payés aux créanciers reviendrait à frapper non pas les horribles banques commerciales pourfendues dans cette analyse, mais essentiellement les ménages, ces horribles rentiers capitalistes détenant notamment des placements d'assurance-vie.

 


Saucratès


Autres notes sur le même sujet :
0.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1984891-histoire_de_l_euro.html
1.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985330-de_la_politique_monetaire__1_.html
2.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985338-de_la_politique_monetaire__2_.html
3.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985345-de_la_politique_monetaire__3_.html
4.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985866-de_la_politique_monetaire__4_.html
5.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1985877-de_la_politique_monetaire__5_.html
6.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1986316-de_la_politique_monetaire__6_.html
7.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1986819-de_la_politique_monetaire__7_.html

8.http://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-1987618-de_la_politique_monetaire__8_.html


08/11/2011
8 Poster un commentaire

Où l'on réentend parler de Julien Coupat en marge du mouvement des gilets jaunes

Saint-Denis de La Réunion

Le 11 décembre 2018

 

Les informations télévisuelles s'étaient fait l'écho que les violences des gilets jaunes commises à Paris étaient attribuées par le gouvernement français à des groupuscules d'extrême/ultra droite et d'extrême/ultra gauche. Et lorsqu'on parle de groupes d'ultra-gauche, cela me rappelle immédiatement l'affaire du groupe de Tarnac, et notamment l'un de ses principaux protagonistes, celui qui était présenté comme le diable lui-même, Julien Coupat, ainsi que sa compagne, Yildune Lévy. 

 

Et je découvre aujourd'hui un article publié dans le journal Le Monde qui explique que Julien Coupat a été interpelé à Paris de manière certainement totalement fortuite en marge des manifestations parisiennes du 8 décembre. 

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/12/10/julien-coupat-interpelle-a-paris-ne-fera-finalement-l-objet-que-d-un-rappel-a-loi_5395171_1653578.html

 

Pour ceux qui ne sauraient pas qui est Julien Coupat, il faut revenir au prélude de l'affaire du groupe de Tarnac. En 2008, l'ennemi numéro 1 du gouvernement UMP francais et de la ministre de l'intérieur, Mme Michèle Alliot-Marie, sont déjà les groupuscules d'ultra-gauche, au sein desquels les services secrets européens ont introduit une taupe qui les renseigne régulièrement. Et le groupe de Tarnac, dont le leader semble être un jeune étudiant nommé Julien Coupat, ferait partie des plus dangereux, des plus extrémistes. Il s'agit d'un petit groupe de personnes qui ont décidé de faire revivre une épicerie solidaire, une petite communauté (mais sans anneau de pouvoir) dans une petite ville nommée Tarnac. Les groupes d'ultra-gauche étant la hantise de MAM et de Sarkozy, le groupe de Tarnac fait l'objet d'une surveillance policière régulière. Et en 2008, l'ensemble des personnes composant le groupe sont arrêtés suite a la pose de crochets à béton sur le réseau ferré des TGV. Il n'y a pas d'incidents, on ne sait même pas si un TGV est passé sur ces rails, mais Julien Coupat et sa petite amie Yildune Lévy sont sensés être les dangereux terroristes criminels traqués et arrêtés parles vaillantes forces de police et par le vaillant gouvernement Sarkozy !

 

Il faudra attendre 10 ans pour que la justice se prononce enfin sur cette histoire, et pour que Julien Coupat et Yildune Lévy soient finalement relaxé par le tribunal, en ce début d'année 2018. Ils auront passé de nombreuses années en prison à partir de 2008, ils auront été traînés dans la boue par des nombreux journalistes (qui n'ont pas toujours respecté leur présomption d'innocence ... et encore moins MAM qui les avait déjà condamné et qui les eusse exécuté si elle l'avait pu ...). Mais la surveillance par la DST dont Julien Coupat fait l'objet ne semble pas s'être relachée malgré cela ! Apparemment, il devrait neanmoins échapper à l'exécution capitale dans l'immédiat malgré l'énorme délit commis par Julien Coupat et son camarade : ils possédaient dans leur véhicule «un gilet jaune, des bombes de peinture et un masque de chantier» ! 

 

«Suffisant, selon le parquet de Paris, pour ouvrir une enquête de flagrance pour participation à un groupement formé en vue de la commission de dégradation ou de violence et pour renouveler sa garde à vue après vingt-quatre heures pour la même période. L’intellectuel (...) a vu sa garde à vue levée dimanche soir et devait être présenté, lundi, au parquet aux fins de notification d’un rappel à la loi». Entre parenthèses, tous les francais ont dans leur véhicule automobile un gilet jaune, et même un triangle de signalisation. C'est une obligation ! 

 

Julien Coupat et son avocat, Jérémie Assous, semblent penser, premièrement que Julien Coupat semblait «suivi par les services de renseignement depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois». Deuxièmement, qu'il s'agit d'une vengeance des services de renseignements intérieurs français qui cherchent toujours à le faire tomber pour terrorisme et à se venger du fiasco de l'affaire du groupe de Tarnac, de la filature et du procès où la police française et la DST ont démontré leur carence et leur dangerosité. Troisièmement, que l'ultra-gauche est à nouveau l'ennemi principal du gouvernement ultra libéral Philippe/Macron, comme elle l'était déjà en 2008, du temps du gouvernement Sarkozy. 

 

A nouveau, les ennemis de ce gouvernement sont donc les groupes français d'extrême-droite et d'extrême-gauche, et on n'oublie complètement les dangers de l'islamisme et des groupes terroristes islamistes étrangers ou des jeunes radicalisés issus des cités, qui peuvent préparer des attentats contre des citoyens français sans que cela ne gêne nullement ce gouvernement. 

 

Le plus amusant : on reparle à nouveau du Comité invisible et de son opuscule publié quelques années avant 2008 : «L’Insurrection qui vient» (La Fabrique, 2007), que je m'etais amusé à relire il y a peu. Dans ce petit bouquin, «le Comité invisible a théorisé l’opposition au pouvoir logistique par des blocages de points stratégiques comme les dépôts d’essence et raffineries, l’envahissement des voies ferrées».

 

A lire la revue en ligne «Lundimatin»

https://lundi.am/

 

« Nous ne sommes pas à l’abri que, ce samedi, le dispositif décidé par le ministère de l’intérieur se montre plus insidieux, évitant les conflits frontaux au profit d’interpellations ciblées – à l’allemande, pour ainsi dire – de façon à contenir la tension jusqu’à essoufflement. Et d’appeler à un approfondissement du mouvement, au niveau local : Viser juste, donc, mais aussi durer, avant toute chose. Paris est une émeute, mais Paris, aussi bien, est un leurre. Une vitrine spectaculaire. L’échelle du mouvement est locale. Ce sont surtout les auteurs – Des agents destitués du Parti imaginaire – qui ont pu intéresser les services de renseignement. La signature n’est pas mystérieuse pour les initiés. En effet, Tiqqun, revue philosophique fondée, en 1999, entre autres par Julien Coupat, se revendiquait comme organe conscient du Parti imaginaire ». (citation tirée de l'article du Monde de Simon Pie, et Abel Mestre)

 

 

Saucratès


11/12/2018
1 Poster un commentaire

Gilets jaunes à La Réunion - Populisme, anarchisme ou racisme - Ter

 

Réflexion quatre (lundi 10 décembre 2018)

Le spectre du racisme dans le mouvement des gilets jaunes réunionnais - Ou jusqu'où peut aller la haine des blancs !

 

Je n'ai encore à cette heure aucune idée de l'ampleur du mouvement des gilets jaunes réunionnais en ce lundi 10 décembre 2018. Notre département sort de deux semaines de blocages sur les routes, pris en otage par quelques centaines de représentants du peuple, crevant supposément de faim. L'un des principaux représentants de ces gilets jaunes, l'un de leurs principaux meneurs, l'un des plus actifs sur les réseaux sociaux, celui qui intervient régulièrement au niveau des médias, celui qui se présente comme un représentant des crèves la dalle représentants le peuple, roule en fait dans des véhicules automobiles de luxe (Porsche Macan et BMW X6) même si en fait ce n'est pas lui qui les a payé ! Et qu'il est apparemment apparenté à un homme politique éliminé de la vie politique réunionnaise ... 

 

Il y a d'abord un premier niveau d'interrogation : comment des personnes peuvent-elles se présenter comme le peuple réunionnais ? Au nom de quel principe des quidams lambda peuvent-ils déclarer qu'ils sont le peuple, le peuple qui crève de faim, qui n'ont même pas de quoi offrir un cadeau à leurs petits enfants ? Comment peut-on prendre au sérieux des gens qui avancent de tels arguments, si ce n'est sous la contrainte de la peur, par crainte des exactions de ces mêmes personnes, dont on se sent obliger de se déclarer solidaire de leur combat, parce que sinon ils vous tabasseraient sur des barrages, dans la rue, sur internet ou sur les réseaux sociaux, qu'ils appelleraient à vous lyncher ... J'appartiens au peuple ; c'est une affirmation correcte. Comme de dire que j'appartiens (à tord ou à raison) à la classe moyenne. Mais de dire que je suis (ou nous sommes) le peuple, c'est une nouvelle prise en otage de la multitude des réunionnais par une fraction agissante, agressive, haineuse.

 

Deuxième niveau d'interrogation, comment un tel mouvement peut-il être ouvertement raciste sans réaction de personne, et surtout pas des forces de police, voire des spectateurs réunionnais ? Imagine-t-on des scènes de pogrom dans de le mouvement des gilets jaunes en France métropolitaine à l'encontre de tous ceux qui seraient un peu trop sombres de peau ??? Que dirait-on si les gilets jaunes arrêtaient les noirs (ou bien ceux parlant français avec un accent africain ou antillais) aux barrages, les caillassaient, ou les prenaient à partie, voire appeler à les lyncher ? La Réunion n'est pourtant pas sensée être une île de tolérance et un exemple de savoir vivre-ensemble ?

 

Revenons en donc à ces épisodes qui expliquent le titre de ce post. D'abord ces gilets jaunes du rond point de Gillot qui n'hésitent pas à agresser physiquement les zoreils qui leur tombent sous la main, surtout si le pauvre bougre à la mauvaise idée de vouloir prendre des photos du mouvement. Il a fallu l'intervention des gendarmes mobiles pour éviter que le pauvre bougre ne se fasse lyncher.

 

Deuxièmement, cet épisode dont tant de personnes parlent au sujet d'un métropolitain (ou zoreil) qui a utilisé une bombe insecticide sur un gilet jaune au bord de la route, au rond-point de Saint-Gilles. Une multitude d'internautes réunionnais condamnent son geste et je pense qu'ils auraient aimé pouvoir lyncher ce pauvre bougre, parce que selon eux, la vidéo réalisée de son geste montre que le barrage n'était pas bloquant, qu'il pouvait circuler librement. Une de mes collègues condamnait aussi cette personne. Je pense pour ma part juste que le pauvre bougre était juste super énervé par des semaines de blocage. Ou par les kilomètres ou les centaines de mètres de bouchon qu'il venait de subir. Moi même, j'ai des pensées assassines rien qu'en voyant un pauvre travailleur en gilet jaune au bord d'une route, même si en fait ce n'est même pas un gilet jaune, mais juste un ouvrier en train de travailler. Je comprends donc parfaitement son geste. 

https://www.zinfos974.com/▶%EF%B8%8FSigne-d-une-exasperation-grandissante-Bagarre-au-barrage-de-St-Gilles_a134732.html

 

Mais ce n'est pas là le pire. Le pire se trouve à la fin de cette vidéo. Le meneur du barrage (parce que les barrages des gilets jaunes ont des meneurs autoproclamés) interdit que l'on tabasse l'horrible et criminel 'zoreil'. Mais il l'interroge (entravé et bousculé - un gendarme qui aurait ce genre de méthode d'interrogatoire irait directement en prison) pour savoir si c'est un zoreil, s'il habite sur l'île ou si c'est un vacancier, puis sachant qu'il habite sur l'île, fait faire un gros plan du visage du bougre pour ensuite appeler à lyncher l'horrible zoreil et que les reunionnais lui fassent comprendre qu'il n'a rien à faire à La Réunion! Comme l'écrit le site d'information Zinfos974, ils ne peuvent diffuser la vidéo complète de cet épisode parce qu'ils ne peuvent pas cautionner un appel au lynchage public ! Vu la profession de ce monsieur, serment d'Hypocrate ou non, j'espère que les racistes qui l'ont interpelé, l'ont molesté et ont appelé à le lyncher n'auront pas besoin de cette personne au cours de leur vie !

https://www.zinfos974.com/Les-raisons-pour-lesquelles-nous-avons-censure-la-video-de-la-bagarre-a-St-Gilles_a134735.html

https://www.zinfos974.com/Bagarre-sur-le-barrage-de-St-Gilles-L-automobiliste-a-l-insecticide-et-un-gilet-jaune-juges-en-fevrier-pour-violences_a134810.html

 

Des épisodes à vous dégoûter de cette île admirable, mais dans laquelle des irresponsables et des racistes essaient de pourrir l'atmosphère pour je ne sais quels enjeux politico-politiciens, ou juste pour avoir un peu de pouvoir ou de reconnaissance.

 

 

Saucratès


09/12/2018
0 Poster un commentaire