Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Contestation des retraites - Est-ce aux médias de siffler la fin de la récréation ?

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 19 janvier 2020

 

Écouter et regarder les informations télévisées et les entendre évoquer l'exercice du droit du grève et les enjeux de ces grèves ou l'action des syndicats est extrêmement préoccupant, voire même insupportable. Les médias en continu, mais également les grandes chaînes televisées, ont désormais décidé que les temps des grèves contre la réforme des retraites était terminé ! Qu'au vu des concessions, extraordinaires semblent-ils penser, faites par le gouvernement, il est incompréhensible que des syndicats continuent à appeler à la grève ou continuent à bloquer une partie de l'économie francaise. Les médias télévisés croient décider de la pluie et du beau temps. Ils croient décider de ce qu'il faut faire, de ce que l'on a droit de faire. Et ils ont raison. Ils décident du sort des élections présidentielles ou législatives, comme l'élection d'Emmanuel Macron en 2017 nous le rappelle sans cesse. Ils décident de la légitimité au fond d'un mouvement de grève, de sa médiatisation. Et la grève du 5 décembre 2019 semblait apparemment avoir leur bénédiction. Mais plus aujourd'hui. C'est fini. L'état de grâce des syndicats et de la CGT est terminé. L'idylle entre les médias et la CGT semble terminée. Comment cette organisation syndicale ose-t-elle ne pas arrêter la contestation sociale alors que les médias ont sifflé la fin de la récréation ?

 

Insupportable parce que les supposées avancées du gouvernement sont de la poudre aux yeux. Même si cela semble satisfaire le syndicat CFDT duquel je relève, il est évident que cette avancée du gouvernement n'est qu'une façade, une façon de faire croire que le gouvernement recule pour mieux faire passer son projet de loi. Y a-t-il un sens à vouloir mettre en place un régime par point unique, en y intégrant tous les régimes de retraite dits spéciaux ? Ce n'est en aucun cas l'intérêt des salariés dans cette création d'un régime unique, puisque ce régime unifié entraînera un très fort recul des droits à retraite de toutes ces professions qui disposaient d'un régime particulier. L'ensemble des professions des fonctions publiques vont effectivement perdre des sommes très élevées en matière de retraite future. Dans certaines entreprises, le passage d'un régime proche de la fonction publique, dit à prestations définies (x% de la dernière rémunération ou des six derniers mois ou des cinq dernières années) au régime Général SS-ARRCO-AGIRC s'est accompagné d'une revalorisation des salaires de plus de 12% et de la mise en place d'un régime de retraites supplémentaires à cotisations définies de 8 à 9% (parfois un taux moindre pour les futurs recrutés) ! Et aujourd'hui, le gouvernement entend remplacer un tel régime par le régime général des retraites, le même pour tous les salariés, sans aucune compensation. Et la CFDT cautionne une telle mesure ! Sous prétexte que la mise en place d'un tel régime serait leur revendication depuis de nombreuses années ! Mais quelle honte ! 

 

Le secrétaire général de la CFDT se présentait également comme une pauvre victime sur les chaînes télévisées ! Il serait victime de menaces. Le siège de la CFDT serait régulièrement dégradé. Des insultes le viseraient. Selon lui et selon les médias, il est choquant que le débat public se radicalise et que toutes les personnes qui ne sont pas du même avis que les contestataires soient immédiatement traitées comme des ennemis. Je peux le comprendre. Je l'ai moi-aussi subi dans une entreprise et lorsque l'on en est victime, on ne peut que trouver détestables de telles pratiques, de telles méthodes.

 

Mais dans le cas de cette réforme des retraites, on peut vraisemblablement le déplorer, puisque de telles pratiques sont détestables, mais le fait de prendre des positions de compromission, de collaboration vis-à-vis du pouvoir, d'un gouvernement ultralibéral assumé, a également forcément des conséquences, et les dirigeants de la CFDT devaient bien en avoir conscience. Il faut bien l'assumer ! Il est incompréhensible que la CFDT fasse fi de toute l'injustice d'un tel projet. Ce projet n'est en fait qu'une gigantesque spoliation des droits de millions de fonctionnaires et de millions de salariés, ainsi que le transfert du coût des retraites des fonctionnaires de la part d'un État impécunieux vers la communauté des travailleurs, qui devront couvrir ces dépenses de retraites futures sans en avoir reçu les fonds de réserves en compensation. On ne peut pas cautionner cela !

 

  

Saucratès


19/01/2020
0 Poster un commentaire

Que faut-il donc penser du projet de réforme des retraites des français du gouvernement Macron

Saint-Denis de La Réunion, Dimanche 12 janvier 2020

 

Objet de la réforme des retraites, manifestations, blocages, grèves, reponses ou absence de reponses plutôt des pouvoirs publics et du gouvernement, positions des organisations syndicales, enjeux de cette réforme, enjeux obscurs de ce projet de réforme ... Que faut-il donc penser du projet de réforme des retraites des français par le gouvernement Macron ?

 

S'il y a un premier élément à retenir de cette réforme et de la méthode de travail et de fonctionnement du gouvernement LAREM et de sa majorité parlementaire, ce sont les points qui émergent au sujet des propres concepteurs de cette réforme. Jean-Paul Delevoye, le monsieur retraites du gouvernement Macron, avait caché les liens qui l'unissaient au monde de l'assurance, entre autres choses, dans sa déclaration d'intérêts. Était-ce anecdotique ? J'avais rencontré ce grand monsieur du monde de la Chiraquie il y a à peu près vingt ans alors qu'il était le président de l'Association des maires de France ; c'était un grand monsieur, qui nous avait écouté malgré le fait que nos préoccupations étaient aux antipodes de ses positions ... je n'ai pas compris comment il a pu tomber dans les mailles du filet d'Emmanuel Macron (cf. nota 1).

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/12/18/affaire-delevoye-la-haute-autorite-pour-la-transparence-de-la-vie-publique-a-decide-de-saisir-la-justice_6023348_823448.html

 

Quant au successeur au poste de «monsieur retraites» du gouvernement français, on découvre qu'ils nomment un ancien directeur des ressources humaines d'un grand groupe capitalistique francais (Auchan), qui procéda à de multiples licenciements dans sa carrière et qui fit même jeter en prison une représentante du personnel caissière qui aurait apparemment osé donner une viennoiserie à une personne qui travaillait dans la même galerie commerciale ! Il s'appelle Laurent Pietraszewski. 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/12/18/laurent-pietraszewski-nomme-secretaire-d-etat-en-charge-des-retraites-pour-remplacer-delevoye_6023238_823448.html

 

Voilà le genre de personnes dont Emmanuel Macron s'est entouré et qui constituent sa majorité parlementaire. Voilà le genre de personnes qui pondent les lois de la République francaise ! Voilà le Nouveau Monde de Macron, la nouvelle façon de faire de la politique, la raison pour laquelle nos droits sociaux sont en train d'être rognés, découpés, anéantis. Et pourtant Emmanuel Macron avait appelé les français à rejoindre son mouvement et à postuler pour les Législatives de 2017. Et c'est ce genre de personnes qu'il a retenu ? Tout ceci, toute cette manipulation, fait frémir !

 

Quant à la réponse du gouvernement français aux manifestations et aux grèves, on peut être stupéfait des tentatives de manipulation de l'opinion francaise. Que ce soit au sujet de la trêve de Noël que le gouvernement essaie d'imposer aux syndicats, et que les syndicats réformistes sont les premiers à appeler de leurs vœux (honte suprême pour une organisation syndicale que de s'humilier à quémander servilement une trêve pour démontrer son utilité, son influence au maître que l'on sert) ... Que ce soit en vue de casser un mouvement de grève en tentant de retourner l'opinion publique contre les organisations syndicales et contre les manifestants, ce qui semble pour l'instant cause perdue ...

 

Le gouvernement reculera-t-il, même très légèrement, simplement sur l'âge pivot, dans cette réforme ? Je l'imagine relativement difficilement. Je suis néanmoins assez persuadé que le gouvernement et les quelques syndicats réformistes arriveront à faire croire, que ces derniers prétendront, qu'ils sont arrivés à un accord, permettant aux syndicats réformistes de faire croire qu'ils ont obtenu des garanties sur le maintien de l'âge pivot à 62 ans ... (j'écrivais cela samedi soir et dimanche, la CFDT et le gouvernement annonce le retrait de cette mesure de l'âge pivot ...). Jeu de dupes auquel nous convient Laurent Berger et Édouard Philippe ... comment faire semblant de reculer sans reculer en faisant croire que l'un a fait reculer l'autre ...

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/01/12/retraites-le-retrait-provisoire-de-l-age-pivot-n-est-pas-un-cheque-en-blanc-avertit-laurent-berger_6025591_823448.html

 

Mais sur l'objet même de cette réforme, je ne crois pas que ce gouvernement reculera, je ne crois pas que Macron reculera ; il a été placé à ce poste pour faire passer un certain nombre de réformse ... et de toute façon, la droite à ses côtés serait tout aussi virulente pour faire passer cette réforme. C'est un truc de DRH, de patrons, de milliardaires, de hauts cadres, de hauts fonctionnaires que de faire disparaître les régimes de retraites par répartition, inutiles à leurs intérêts, inutiles aux interets du grand Kapital. 

 

Il reste aussi la question de la légitimité et du caractère ou non indispensable de cette réforme des retraites à discuter. Ne sert-elle que les intérêts de certains, de la multinationale Blackrock, bien à propos médaillé par le gouvernement (mais l'une des hauts cadres condamnés de chez Orange-France Telecom etait également «chevalier de la Légion d'honneur» ... comme si ces gouvernements français successifs n'avaient pour seul intérêt, pour seul objectif, que de décorer les pires crapules et les pires monstres de nos sociétés, dès lors qu'ils ont un peu de pouvoir et quelques connaissances bien placés, et qu'il faut les en récompenser) ... Ou bien les retraites de nos enfants et des jeunes travailleurs dans cette société sont-elles reellement menacées et qu'il s'agit, qu'il faut, d'une manière ou d'une autre, les réformer ? 

 

Personnellement, je pense que si chacun d'entre nous, travailleurs soixantenaires ou cinquantenaires, nous devions partir dès l'âge pivot de 62 ans à la retraite, nos enfants n'auraient plus de possibilités de partir à la retraite dans le futur. Il nous faut majoritairement travailler plus tard, apres l'âge légal de départ à la retraite, pour ceux qui le peuvent, qui ont encore un emploi. Mais je pense aussi qu'il doit s'agir d'un choix personnel, d'un choix individuel. La remontée de l'âge pivot ne peut pas être une décision imposée, obligatoire. Ce doit être une décision personnelle. Faire reculer l'âge pivot, l'imposer à chacun d'entre nous, c'est nier la part de choix personnel, de liberté, de décision personnelle à chacun d'entre nous ... Et tout cela pour quoi ? Pour qui ? Pour l'intérêt de qui ? La question mérite d'être posée !

 

Il reste enfin selon moi un dernier enjeu dans la contestation de ce projet de reforme des retraites. Le fait que l'Etat prévoit de transférer le paiement des retraites des fonctionnaires des trois fonctions publiques sur le nouveau régime, sans transférer les ressources correspondantes. Constitutionnellement, la constitution de la cinquième république prévoit que l'Etat ne peut transférer une charge sans transférer les produits correspondants (c'est notamment le cas vis-à-vis des collectivités locales ... article 72-2). Tous les autres régimes spéciaux de retraites se sont vus imposer de couvrir leurs engagements de retraites futures par des réserves financières correspondantes. C'est pour cela que les régimes spéciaux des avocats et de quelques autres professions voient d'un très mauvais œil la réforme actuell, car ces régimes bénéficient de finances pléthoriques qu'elles vont être obligées de transférer aux régimes généraux de retraites. Mais l'Etat français ne s'est pas astreint à cette obligation. Il ne transmettra pas de réserves financières correspondant aux droits à retraites des fonctionnaires qu'il transfère à la collectivité. Cette réforme du régime des retraites est avant tout un hold up sur les réserves financières des salariés privés pour leur faire prendre en charge le paiement des retraites des fonctionnaires des trois fonctions publiques, sous prétexte d'uniformisation des droits des uns et des autres.

 

 

Saucratès

 

 

(Nota 1) Il y a quelque chose de pourri dans le nouveau monde de la nouvelle politique de l'énarchie et de la Macronie. Un vieil guerrier de la politique comme Jean-Paul Delevoie peut être poursuivi pour avoir cavhé quelques liens et quelques activités avec des organisations du Monde l'assurance ou d'ailleurs, mais par contre, on peut avoir des anciennes et des anciens Directeurs des ressources humaines, comme députés, comme ministre du travail, ou comme Monsieur retraites, sans que cela par contre ne gène personne ? Ces gens-là peuvent faire voter des lois liberticides et détruire notre code du travail, faire passer les mesures dont ils rêvaient lorsqu'ils étaient DRH, permettre à leurs homologues encore en activité de béneficier des lois dont ils rêvaient eux-memes, et nul ne peut les poursuivre ? On peut être millionnaire, ex-tueur à gage aux ordres de patrons de CAC40, ayant licenciés et détruits des milliers d'emplois, et malgré tout avoir légalement le droit d'être élu comme député ou nommé comme ministre pour faire passer des lois liberticides. Il y a quelque chose de pourri en France, et dans le nouveau monde de la Macronie !


12/01/2020
0 Poster un commentaire

Pensées autour de la guerre et de Carlos Ghosn

Saint-Denis de La Réunion, samedi 4 janvier 2020

 

Nous sommes un samedi soir, le premier de la nouvelle année 2020, il est proche de 19 heures alors que je commence à écrire, je suis sous ma terrasse à quelques centimètres des gouttes de pluie qui tombent sans discontinuer depuis le début de cette journée. Le ciel est gris. Le paysage autour de moi est gris, ou vert. Et j'ai ouvert une bouteille du vin préféré de mon ami John, un Léoville Barton de 2008, sur quelques morceaux de fromage découpés. Il est parfait. Neanmoins, ce temps me pose un problème existentielle : comment faire des grillades au feu de bois sous une pluie battante ? Mes entrecôtes de bœuf grillées sont en danger ! Un plan de secours s'impose. 

 

Bon, au moins, je profite de mon délicieux vin et de mon fromage. Autre grande question : Sur quoi vais-je écrire ce samedi soir ? De quoi vais-je vous parler ? Je ne vous parlerai pas de temps, malgré les incendies dantesques et les vagues de chaleur qui frappent l'Australie et qui me conduisent à me sentir moins catégorique quant au fait d'affirmer que le réchauffement climatique est essentiellement une construction médiatique. Ce qui se passe en Australie me semble particulièrement inquiétant et témoigne du futur possible de nombre de nos contrées dans un Monde futur où les temperatures se seraient élevées de plusieurs degrés. Cela risque même de conduire un climato-sceptique comme Donal Trump à se découvrir une âme de défendeur de la planète et du climat ! En même temps, je ne peux m'empêcher de repenser à l'intervention de Macron concernant les incendies en Amazonie. Bizarre que Macron ne se propose pas de venir combattre les incendies en Australie de la même manière qu'il l'avait proposé pour le Brésil et pour l'Amazonie ? Mettre l'Australie sous mandat international, puisqu'ils ne combattent pas efficacement les incendies australiens ? Et pourquoi cette différence de traitement entre les incendies australiens et les incendies en Amazonie ? L'Australie lui paraît moins importante que l'Amazonie ? L'Amazonie serait un bien commun planétaire, le poumon de la planète et une réserve bio-végétale ? Au contraire de l'Australie ? Mais pourtant l'Australie est un écosystème unique, qui s'est separé du reste de l'humanité il y a 50.000 ans. C'est également un trésor bio-végétal. A moins que l'Australie ne soit un État developpé comme la France, un État du G7, et non pas un pays en développement auquel on peut donner sans prise de risque des leçons ?

 

Je ne vous parlerai pas plus des risques de guerre entre les Etats-Unis et l'Iran, suite à l'assassinat par des drones americains d'un Général iranien en plein cœur de l'Irak. Et j'observe avec inquiétude le rapprochement qui semble s'opérer entre l'Irak et l'Iran autour de cet assassinat, de cette frappe américaine. Le problème n'est pas de savoir si cette frappe americaine était légitime ou illégitime. Le problème n'est pas de savoir si les américains sont autorisés à frapper des cibles ennemies un peu partout dans le monde, en fonction de leurs intérêts géostratégiques. Le problème est plutôt de savoir qu'elles en seront les conséquences dans le Moyen-Orient et si les États-Unis ont les moyens de mener une guerre victorieuse au Moyen-Orient. Alors que l'Iran a maté dans le sang et dans un silence assourdissant une révolte populaire, les Etats-Unis ne viennent-ils pas de fournir un ennemi commun à tous les iraniens et à tous les irakiens ? Le renversement du régime iranien n'est-il pas hors de portée des armées américaines et occidentales, près de quarante ans après les événements de l'ambassade américaine en Iran, en 1979 ? 

 

Non, je vous parlerais d'un sujet moins brûlant. L'évasion spectaculaire de Carlos Ghosn du Japon et de sa fuite au Liban, dont il est un ressortissant. Une évasion rocambolesque assurément, mais ce n'est pas ce qui m'interpelle. Ce qui m'interpelle, ce sont les raisons qui l'ont conduit à fuir le Japon. Le fait qu'il estime le systeme judiciaire japonais comme négateur des droits de l'homme. Je pense que c'est une immense bonne nouvelle pour tous les pauvres gens qui sont broyés par le systeme judiciaire français ! Carlos Ghosn, le milliardaire génial dirigeant de l'alliance Renault-Nissan, comprend enfin leur malheur et leur désespoir. Le même Carlos Ghosn qui avait jeté dans les crocs de la justice et de la police certains de ses collaborateurs dans le cadre de l'affaire fabriquée de toute pièces de l'espionnage des voitures électriques de Renault ! Chouette, je suis rassuré ! Entre parenthèses, ce qui arrive à Carlos Ghosn doit certainement réjouir les cadres injustement soupçonnés et jetés en prison dans cette histoire d'espionnage des moteurs électriques des Renault. Les droits de l'homme, l'injustice du système judiciaire français ; Carlos Ghosn n'en avait absolument rien à branler à cette époque-là ! Rappelons-nous que cette histoire d'espionnage industriel s'était révélée comme une gigantesque affaire fabriquée de toute pièce, une affabulation d'un responsable de la securité qui cherchait à se faire mousser aux yeux des dirigeants de l'entreprise. Mais des pauvres gens avaient été traînés dans la boue et salis, et jetés en prison. Et à la différence de Carlos Ghosn, ils étaient totalement innocents.

 

En s'enfuyant de cette manière du Japon, Carlos Ghosn démontre à mes yeux qu'il reconnaît sa culpabilité. Il ne lui sera pas possible de démontrer judiciairement son innocence. Deuxièmement, il donne absolument raison à l'accusation japonaise qui s'opposait à sa remise en liberté conditionnelle. Sa fuite est terrible pour tous ceux qui demain pourraient être tentés de demander une libération conditionnelle. Sa fuite démontre son absence d'honneur. Ses avocats seront-ils obligés de se faire hara-kiri pour expier la faute de l'homme qu'ils ont aidé dans sa fuite ? Par rapport à la justice francaise, la justice japonaise démontre neanmoins qu'ellé ne s'attaque pas seulement aux faibles, auxpauvres, aux sans-grades ou à ceux qui sont lâchés par leurs soutiens. La justice japonaise n'a pas hésité à s'attaquer à un dirigeant au fait de sa puissance comme Carlos Ghosn. Nous savons tous très bien que jamais la justice francaise n'oserait s'attaquer de cette manière à un puissant introduit au cœur du pouvoir. Ou bien ce sera une condamnation à quelques mois de prison comme l'ex PDG de France Telecom, alors que celui-ci n'a jamais dû voir une prison de toute la procédure, et qu'il ne fera jamais une seconde des quelques mois de prison ferme auxquels il a pourtant été condamné. Mais le petit jeune poursuivi pour une agression ou un vol fera lui des mois de prison préventives, et on n'oubliera pas de lui faire faire les quelques mois de prison auxquels il aura finalement été condamné. 

 

MMais bon, il y a de l'espoir, Carlos Ghosn vient de découvrir que la justice est violente, et que les droits de l'homme y sont bafoués. N'importe quel gilet jaune français aurait pu le lui dire et le lui faire comprendre. Avec un peu de chance, lors des prochaines années, ce sera notre tortionnaire à tous, le petit chef qui réforme la France, qui s'en apercevra lui-aussi. Et peut-être lui également appellera au secours et prendra le peuple de France, le peuple des gilets jaunes, à témoin de l'injustice et de la violence du système judiciaire français. 

 

Comme Carlos Ghosn :

 

L’ancien patron dénonce également le système judiciaire japonais, «où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée, et où les droits de l’homme sont bafoués, cela au mépris absolu des lois et traités internationaux, que le Japon a ratifiés et qu’il est tenu de respecter». Et d’ajouter : «Je n’ai pas fui la justice — je me suis libéré de l’injustice et de la persécution politique.»

Le Monde 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/01/02/carlos-ghosn-les-questions-apres-sa-fuite-au-liban_6024599_3234.html

 

Si cette année 2020 ne voit pas le déclenchement d'une nouvelle guerre au Moyen-Orient, ou une troisième guerre mondiale, ce devrait être une très bonne nouvelle année ! Que ces puissants sont bêtes !

 

 

Saucratès


04/01/2020
0 Poster un commentaire

Écrire sur l'homosexualité

Saint-Denis de La Réunion, mercredi 1er janvier 2020

 

Ce sera mon premier article de cette nouvelle année 2020, en ce premier jour de cette nouvelle décennie qui s'ouvre à nous. À tous mes quelques lecteurs, je souhaite une bonne et heureuse année.

 

Mon premier écrit de 2020 portera sur un sujet sensible, l'homosexualité masculine. Drôle de sujet pour un début d'année penserons peut-être certains d'entre vous. L'origine de cette envie d'écrire sur ce sujet est à rechercher dans un article du Monde Diplomatique du mois d'août 2019, intitulé «Difficile affirmation homosexuelle en Algérie».

 

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/08/SCHEMBRI/60160

 

Comme de nombreux papiers du Monde Diplomatique, c'est un article particulièrement intéressant sur un sujet sensible. Bizarrement, je ne suis ni vraiment d'extrême gauche, ni vraiment communiste (voire vraiment pas), ni vraiment favorable aux migrations des populations (voire pas du tout encore une fois), je ne partage pas du tout leur vision sur nombre de sauveurs et grands hommes providentiels qu'ils ont pu encenser par le passé (je pense notamment à Pierre Vergès qu'ils avaient présenté comme un grand homme martyrisé par un pouvoir fachiste). Et pourtant, je suis très souvent en accord avec leurs articles qui alimentent chez moi un sentiment de révolte contre les multiples injustices de la société et de l'histoire !

 

J'en reviens donc à l'homosexualité masculine. Que puis-je en dire ? Pour en revenir à l'article du Monde Diplomatique, selon le journaliste, il est important que l'homosexualité apparaisse dans les séries télévisées (ou tout autre canal) parce qu'il est important qu'un jeune (ou moins jeune) homosexuel puisse s'y référer et comprenne qu'il n'est pas anormal, que l'homosexualité n'est pas anormale, mais bien au contraire que d'autres personnes vivent la même chose que lui. Des personnes publiques ou célèbres auxquelles il pourra se comparer, se référer. Evidemment, l'article du Monde Diplomatique ne traite pas que de ce point, puisqu'il traite de l'Algerie et de la difficile cohabitation entre l'homosexualité et le modèle de la famille algérienne, entre autres choses.

 

Cette histoire permet en quelque sorte de mieux comprendre pourquoi la présence de personnes LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuelle et Transsexuelle) dans le paysage médiatique, dans les séries télévisées, est un tel enjeu pour nombre de défenseurs de la cause LGBT. Leur objectif n'est pas seulement de véhiculer, de faire de la publicité pour leur orientation sexuelle, comme on pourrait le penser, mais surtout de permettre de casser l'isolement des personnes LGBT, et notamment les jeunes adolescents chez lesquels le suicide reste encore une cause de mortalité importante. Cela reste vrai en France. éest encore plus indispensable pour une société comme la société algérienne, beaucoup plus conservatrice en matière de mœurs que la France.

 

Malgré tout, en disant tout ceci, je ne règle pas mon propre problème vis-à-vis de l'homosexualité masculine et son affichage public. L'homosexualité me gêne en effet profondément, sans que je puisse l'expliquer précisément. Penchants homosexuels refoulés, comme dirait ou pense ma femme ? Mon enfance et mon adolescence ont évidemment été marquées par une stigmatisation de tout ce qui pouvait apparaitre féminin dans les comportements et dans les mots de tous, dans le milieu familial, à l'école et au collège. Il n'était pas bon, en France, dans les années 1970-1980, de paraître même très légèrement différent de la norme moyenne. Et je crains que ce ne soit pas différent même aujourd'hui, dans la majeure partie des écoles et des collèges français. Donc effectivement, je pense avoir l'objet d'un formatage hétérosexuel pendant mes années d'enfance et d'adolescence, et on ne s'arrache pas facilement d'un tel formatage !

 

Et je peux comprendre que même si cela ne m'a personnellement posé aucun problème ni regret, un tel formatage peut causer de terribles ravages sur des personnes qui pourront mettre des années à le combattre, si leur orientation sexuelle est différente de la norme ! Meme après des années de mariage hétérosexuel tout à fait normales, avec une femme tout à fait normale. Surtout que, si j'ai fait l'objet d'un tel formatage, comme toute ma génération je le pense, d'autres jeunes avaient un rôle beaucoup plus actif dans ce formatage et dans les brimades, railleries et humiliations qui accompagnaient ce formatage. 

 

La normalité ! Je semble n'avoir que ce seul mot à la bouche, me direz-vous. Comment puis-je écrire et accepter ce que je veux écrire sur l'homosexualité ? Qu'est-ce que la norme ? Et comment la norme est-elle construite ? Les relations hétérosexuelles, entre un homme et une femme, d'un âge comparable, proche, est-elle la norme ? Et comment peut-on qualifier les autres formes d'orientation sexuelle ? Anormalité ? Qu'est-ce qui fait la norme ? Le fait que ce soit la forme la plus répandue dans la société ? Ce qui voudrait dire que si demain l'homosexualité était plus répandue et supplantait l'heterosexualité, des relations sexuelles entre un homme et une femme deviendraient du coup anormales ? Sinon, qu'est-ce que la norme ? La religion ? La conformité à ce qui est écrit dans les principaux textes religieux, comme la bible ou le coran ?

 

Il me reste encore à traiter de mon ressenti face à l'affichage public de l'homosexualité masculine. Effectivement, je suis particulièrement mal à l'aise avec cet affichage, sans que je puisse véritablement l'expliquer. Autant un baiser d'un couple hétérosexuel ne me gêne pas, je le trouve même plutôt romantique, autant un baiser entre des homosexuels me gêne. Et je ne parle même pas d'une scène de sexe entre homosexuels ! Et pourtant, là encore, quoi de plus romantique qu'une scène de sexe entre hétérosexuels, comme dans le film «Top Gun», par exemple. Un baiser entre homosexuels est le meilleur moyen pour me faire abandonner la télévision ou changer de chaînes télévisées. Mais après tout, c'est peut être normal. Mes enfants se sont bien cachés les yeux jusqu'à leurs 13 ans dès qu'un baiser ou une scène de sexe apparaissait dans un film !

 

Je fréquente d'ailleurs peu de couples homosexuels, voire pas du tout. Pourtant, je ne les rejette en aucun cas. Simplement, je n'en fréquente pas. Mais le meilleur ami d'une de mes très bonnes amies est homosexuel (elle est beaucoup plus ouverte que moi !). Au fond, malgré toutes les avancées des dernières décennies en France, entre le PACS, le mariage pour tous, la libéralisation des mœurs et la dépénalisation de l'homosexualité, le carcan social des mœurs continue de façonner notre société et nos relations, et il continue de rendre difficile d'afficher librement et ouvertement une orientation sexuelle différente de la norme reconnue. 

 

Reste un dernier sujet : de quoi l'homosexualité est-elle le résultat ? Forme de maladie mentale comme les anglais l'ont longtemps cru, par exemple ? D'où l'internement de nombre de personnages anglais célèbres, comme Alan Turing. Ou bien s'agit-il du résultat de relations difficiles au père ou à la mère ? Mon épouse vivrait ainsi très difficilement l'éventuelle homosexualité de mes enfants (dans le cas improbable où ils s'en ouvriraient à nous), qu'elle aurait vraisemblablement tendance à se reprocher ... ou à me reprocher peut-être ! Mais l'annonce de l'homosexualité d'un enfant est vraisemblablement une épreuve pour nombre de parents ... comme peut-être après tout l'annonce de son hétérosexualité dans une famille d'homosexuels ? 

 

Je pense que ce n'est rien de tout cela. Autre chose. Contrôle-t-on toujours ses aspirations ou ce que l'on aime ? Non. Et en plus, je crois en la réincarnation, et dans les âmes sœurs ... et comme il est très peu probable qu'une âme se réincarne toujours dans son même sexe, je peux avoir une âme sœur homme dont j'ai pu être très proche dans une autre vie ... Ce serait juste la faute à pas de chance. Mais aussi une chance extraordinaire que toutes mes âmes sœurs soient toutes du sexe opposé ! Bon en écrivant cela (en plus de me couvrir de ridicule), je ne résouds rien du tout. Certains homosexuels ne sont pas juste attirés par une âme sœur du même sexe qu'eux, mais ils ont simplement une autre orientation sexuelle !

 

Voilà ce que je voulais écrire en ce premier jour de 2020. En espérant n'avoir blessé personne par des paroles ou des idées maladroites. En vous souhaitant encore énormément de bonheur et de bons moments pour 2020. Et une bonne santé !

 

 

Saucratès


01/01/2020
0 Poster un commentaire

Quels enseignements peut-on tirer de la condamnation de France Telecom

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 22 décembre 2019

 

Sept anciens dirigeants de France Telecom ont donc été condamnés par la trente-et-unième chambre correctionnelle du tribunal de Paris, ce 20 décembre 2019. De nombreux salariés du groupe France Telecom se sont suicidés ou ont tenté de se suicider entre 2005 et 2010 du fait de leurs agissements. Il ne faut pas oublier le nom de leurs bourreaux ! Nous le leur devons.

 

Ils s'appellent Didier Lombard (ex-Pdg), Louis-Pierre Wenès (ex-DG adjoint), Olivier Barberot (ex-DRH), Nathalie Boulanger-Depommier (ex-directrice des actions territoriales), Jacques Moulin (ex-directeur territorial de l'est de la France), Guy-Patrick Cherouvrier (ex-DRH France), et Brigitte Bravin-Dumont (ex-responsable du programme ACT). Il ne faut pas oublier leurs noms. Même poursuivies, ces personnes ont continué à être protégés par leurs réseaux, par l'establishment. En récompense de leurs bons et loyaux services, des plans sociaux qu'ils ont aidé à mettre en œuvre, nonobstant le nombre de morts qu'ils ont pu causer, ils ont été nommés par la suite à des postes de Direction générale d'autres filiales de France Telecom, devenue Orange, ou dans d'autres entreprises ! Des gens aussi brillants, aussi insensibles aux morts qu'ils peuvent causer, doivent être rares et précieux ! Certains ou certaines ont été décorées de la Légion d'honneur et ils peuvent arborer au revers de leur veste le précieux signe. Mme Brigitte Bravin-Dumont sera-t-elle au moins déchue de cette décoration, de cette légion d'honneur gagnée par le sang de salariés ?

 

Un courrier du syndicat CFE-CGE d'Orange

(...) «La CFE-CGC déplore que Madame Brigitte DUMONT soit toujours Directrice de la Responsabilité Sociale d’Entreprise d’Orange, Présidente du syndicat patronal de la branche des Télécoms (Unetel – RST) et Vice-Présidente d’Opcalia (un des plus gros organismes collecteur pour la formation professionnelle). Il en est de même pour Monsieur Jacques MOULIN à la tête de l’IDATE, think tank sur les télécommunications dont Orange est l’un des principaux soutiens financiers. Leur maintien à ces postes jette le discrédit sur les activités qu’ils supervisent. Les autres prévenus sont en retraite. Didier LOMBARD est resté membre du Conseil de Surveillance de la société Radiall jusqu’en 2017, société familiale dirigée par Pierre GATTAZ, actuel Président du Medef. La responsabilité morale des sept prévenus dans la crise sociale et ses conséquences les plus tragiques, les suicides de nos collègues, est avérée. Il appartient désormais à la justice de se prononcer sur leur responsabilité pénale.»

http://morvillepierre.over-blog.com/2018/06/harcelement-a-orange-accuse-didier-lombard-pourquoi-lui-seulement.html

 

Qui sont ces gens ? Des énarques ? Des polytechniciens ? Vraisemblablement. On n'atteint pas ce genre de postes dans les grandes entreprises françaises si on ne sort pas d'un de ces corps. Je sais ce que je ferais si je devais avoir en face de moi, dans mon entreprise, ces personnes-là. Ces personnes ont été condamnées par la justice pour harcèlement moral institutionnel systématique, pour les trois premiers, ou pour complicité de harcelement moral, pour les quatre autres. Et le pire, c'est que la plupart d'entre eux et d'entre elles ont continué à sévir au sein même du groupe Orange, parfois même au sein de la DRH du groupe Orange ! Cela me semble invraisemblable, inconcevable ! Leurs victimes ne doivent plus rien y comprendre !

 

 

En matière de management et de comportement managérial, que faut-il retenir de cette catastrophe humaine ? Le management intermédiaire de France Telecom à l'époque n'a pas été poursuivi dans ce procès, tous les managers humains mais aussi tous les petits chefs arrivistes qui ont dû relayer et appliquer les ordres inhumains édictés en haut de la hiérarchie. Car j'imagine bien qu'il y a dû y avoir de tout comme type de managers à cette époque. Ceux qui ont dû vouloir se mettre en avant, plus royalistes que le roi. Qui doivent aussi avoir le sang de certains de leurs subordonnés sur les mains. Et d'autres qui ont dû vouloir rester le plus humain possible. Mais comment rester humain lorsque la société dans laquelle on évolue est devenue folle, inhumaine, qu'elle tue ses propres salariés ? 

 

Parce que la situation de France Telecom n'est pas unique. Pratiquement toutes les entreprises et toutes les administrations publiques françaises sont désormais confrontées aux mêmes impératifs que France Telecom en 2005-2010. Il faut réduire le nombre de salariés, il faut réformer le fonctionnement des entreprises, il faut evoluer et changer ou à défaut l'entreprise ou l'administration disparaitre. Il faut s'adapter ! Et gare aux réfractaires ! Evidemment, on ne les isolera plus dans un bureau vide, sans rien à faire et sans devoir bouger d'un pouce. Les méthodes seront désormais plus subtiles, plus sournoises. Mais le résultat sera le même. La même violence institutionnelle pour forcer les salariés à changer, à s'adapter, à partir.

 

Il reste un enjeu nous traité. En tant que manager, comment peut-on réagir à ce genre d'événements, à ce genre de plans stratégiques. Le fait d'anticiper et d'être pro-actif ne fait-il pas de nous un supplétif de ceux qui nous menacent, qui nous détruisent, qui nous tuent ? Ou au contraire, cela peut-il permettre de protéger ceux que nous dirigeons ? Mais à quel coût ? Quel pourcentage de nos subordonnés peut-on sacrifier pour en préserver le plus grand nombre ? À France Telecom, sur 120.000 salariés, ils cherchaient à obtenir 22.000 départs et 10.000 mobilités. Soit un ratio de 1 sur 4. Et Didier Lombard et la majeure partie des autres condamnés et condamnées croient encore qu'ils ont sauvé l'entreprise, que leur condamnation est injuste, politique !

 

 

Saucratès


22/12/2019
0 Poster un commentaire