Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Coronavirus, confinement et politique


Ce coronavirus représente une remise en cause drastique de tous les fondements de la vie en société

Ce coronavirus représente une remise en cause drastique de tous les fondements de la vie en société

 

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de la Réunion, mardi 1er mars 2022

 

Cette épidémie de coronavirus qui nous touche tous intimement depuis le premier trimestre 2020 constitue une remise en cause drastique de tous les fondements de notre société et de la vie en société, de tout ce en quoi nous croyons, de toutes nos valeurs, de tout ce qui compte pour nous.

 

Le coronavirus a vraisemblablement mis en lumière le pire en chacun d’entre nous, le pire en la majorité d’entre nous. D’une certaine manière, c’est ce que la seconde guerre mondiale et l’occupation de l’Europe par l’Allemagne nazie avait déjà permis de faire apparaître. Le pire ou le meilleur pour chacun des européens de ces générations-là. Soldats, bourreaux ou victimes, collaborateurs ou résistants. Pleutres ou courageux. C’est le propre des guerres, des massacres, des épidémies mortelles, des pandémies de faire ressortir le pire ou le meilleur chez les personnes qui traversent ces événements.

 

Nous nous sommes d’abord trouvés confrontés à une maladie potentiellement mortelle, extrêmement contagieuse, qui continue encore, deux ans après son apparition, à échapper à tout contrôle et à tout moyen de surveillance et de ‘containment’. L’homme et la femme occidentale n’étaient pas préparés à cette confrontation à la mort et à la maladie. La dernière grande épidémie datait de la grippe espagnole de 1917. Notre monde moderne tellement asseptisé a été percuté de plein fouet par cette irruption de la maladie, de la contagiosité, et de la mort. Et les réactions des personnes face à cette irruption ont été extrêmement diverses.

Et c’est sur ce dernier point que l’on peut parler également d’une remise en cause par cette épidémie de toutes nos valeurs morales, pour chacun d’entre nous. Je parle des valeurs morales permettant de vivre en société, de faire société. Selon nos opinions, selon notre philosophie, selon nos valeurs, cela peut signifier une chose et son contraire. Pour certains, c’est le refus de se faire vacciner, c’est le refus d’être confiné qui a été considéré comme une violation des règles morales, des règles de vie en société. Le pape François lui-même a appelé ses fidèles à se faire vacciner et a donné lui-même l’exemple en se faisant vacciner. Le pape François s’est ainsi désolidarisé de tous les catholiques refusant la vaccination 

 

Inversement, pour d’autres, c’est l’obligation vaccinale, ce sont les privations de libertés publiques qui sont des violations des règles de vivre ensemble.

 

Quand il n’y a plus consensus sur un socle minimal de droits et de devoirs, il n’y a plus de vie en société possible. On en voit la conséquence ultime, le signe qu’un point de retour absolu a été franchi pour le maintien d’une société, lorsque la personne sensée incarnée l’Etat, la collectivité des citoyens, en arrive à exclure du champ de la citoyenneté la minorité de ceux qui s’opposent à lui, voire simplement qui refuse la vaccination. «Les français non vaccinés, j’ai bien envie de les emmerder».

 

Là aussi, on se rapproche de la ligne rouge, du retrait de citoyenneté et de nationalité pour les juifs français ou allemands au cours de cette même seconde guerre mondiale. 

 

Après, on se trouve bien confronté à une double dichotomie, entre ceux qui estiment que se faire vacciner est une obligation morale afin de protéger les autres, et soi-même, et que les non-vaccinés sont des égoïstes qui ne pensent qu’à eux, et de l’autre, ceux qui estiment qu’ils doivent pouvoir rester maître de leur corps, que la vaccination obligatoire est une absurdité face à des vaccins qui sont encore en phase expérimentale et sur lesquels on n’a pas suffisamment de recul (tout juste un an).

 

Déterminer qui a tord ou raison n’est pas si facile à dire. Au fond, le problème moral ne naît pas de ce questionnement, au fond naturel, mais du fait que les vaccinés en font une question morale. De tout temps, des français ont refusé les vaccins, de la même manière que certains adeptes de certaines religions refusent les transfusions sanguines. Ces personnes opposées à la vaccination de leurs enfants doivent juste assumer leur décision en organisant l’enseignement à domicile de leurs enfants. On ne les a jamais accusé de constituer des réservoirs aux virus ou aux microbes et on ne les a jamais menacé de leur retirer la citoyenneté. Ceux qui refusent la ceinture de sécurité (pour reprendre l’argument fétiche des pro-vaccins) doivent éviter la conduite automobile. Qu’il y est un prix à payer, au fond ce n'est pas si choquant … mais quand ce prix à payer, c'est l’exclusion de toute vie sociale, dans le seul et unique but d‘emmerder ces personnes, les priver de toute possibilité de vie en société, je trouve que c’est excessif et inimaginable.

 

Cette crise épidémique, ou pandémique, a aussi vu la mise en œuvre de décisions politiques qui étaient jusque-là inimaginables par temps de paix. Confinement de tous les citoyens français chez eux, avec nécessité de fournir une autorisation pour se déplacer. Le seul exemple historique d’une telle mesure de contrôle des masses remontait aussi à la France occupée, ou les attestations devaient être signées par la Kommandantur. Après, on a eu les couvre-feux et il faut aussi remonter bien loin pour en trouver des traces au niveau de la France entière. Peut-être pendant la guerre d’Algérie, ou à défaut, une fois encore, sous la France occupée. Puis nous avons eu des lois scélérates pour commencer à ségréguer les français non vaccinés. Ce fut la loi sur le pass sanitaire, et maintenant le pass vaccinal. Et là encore, on a vu des organisations sensées représenter tous les français, le peuple français, voter des lois, vérifier la constitutionnalité des lois, vérifier la conformité aux lois des actes administratifs des préfets et des ministres, défendre les droits des français, on a vu ces organisations obéirent aveuglément aux ordres iniques et injustes de ce gouvernement et valider toutes ces entraves et atteintes aux libertés publiques !

 

On nous explique aujourd’hui, dans le cadre de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qu’il faut sanctionner les députés de la Douma russe pour avoir voté une loi reconnaissant l’absorption de portions du territoire ukrainien ! Il nous faudrait donc aussi sanctionner tous les députés français LAREM qui ont voté les lois scélérates et liberticides pondues par le gouvernement Macron. Et sanctionner aussi les membres de ce gouvernement et ce président. 

 
 

Saucratès


01/03/2022
0 Poster un commentaire

La profession la plus détestée de France et le concours mondial pour emmerder le plus possible les non-vaccinés

La profession la plus détestée de France et le concours mondial pour emmerder le plus possible les non-vaccinés

 
Ou les principes de la république bafouée

 

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de la Reunion, lundi 17 janvier 2022

 

Je commencerais par la plainte de l’AFP pour l’agression dont ont été victimes deux de leurs reporters et les deux agents chargés de leur sécurité, pris à partie par des manifestants à Paris, alors que cette équipe couvrait une manifestation des Patriotes contre le Pass Vaccinal.
 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/01/16/apres-l-agression-de-ses-journalistes-l-afp-va-porter-plainte_6109729_3224.html
 
Je ne vais pas rentrer dans le débat de condamner ou de défendre cette agression envers des journalistes faisant leur travail. Je ne suis pas favorable à la violence physique, ou verbale, dans toutes les situations de la vie, et je ne participerais pas à de telles violences. Mais je la comprends, cette violence. Je sais d’où elle vient, cette violence dont ces journalistes ont été les victimes.

Cette France que j’aime a été mise à feu et à sang par des interventions présidentielles médiatiques dommageables, qui dressent l’une contre l’autre deux fractions de la France et deux fractions des français. Cette France a été mise à feu et à sang par une politique gouvernementale insupportable, avilissante, culpabilisante et infantilisante, et celle-ci a créé un sentiment de haine pour tout ce qui ressemble aux éléments du pouvoir macroniste. Et les journalistes en font partie, de ce système. Ces journalistes paient aussi le prix de l’importance prise par la judiciarisation des images des reportages TV depuis les manifestations des gilets jaunes et les multiples mises en examen décidées sur la base d’images journalistiques. Comment ne pas les comprendre, ces gilets jaunes détestant les médias, ces manifestants anti-pass sanitaires en sachant les multiples dérapages de médias cherchant juste à faire de l’audimat, des journalistes cherchant juste à percer dans ce métier et à sortir le scoop du siècle. 

À d’autres époques, dans d’autres pays, les journalistes cherchent à rendre compte des violences subies par les manifestants, par les opposants politiques, par les victimes de juntes militaires. En France, aujourd’hui, les journalistes ne cherchent plus qu’à faire le buzz et à devenir célèbres. Leurs images ne rendra pas compte des violences subies par les manifestants, les flics éborgneurs de manifestants ne seront jamais filmés, par contre, de pauvres boxeurs défendant les faibles seront traqués et les images transmis au pouvoir pour lui permettre de frapper, de punir, d’incarcérer ses opposants. Comme le disait le candidat Eric Zemmour, «les journalistes sont les professionnels les plus détestés de France». Il disait vrai, en parlant de toute cette frange des non-citoyens français, d’extrême-droite, populaires ou populistes, gilets jaunes ou anti-pass sanitaire. 

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/01/10/presidentielle-2022-eric-zemmour-critique-les-journalistes-professionnels-les-plus-detestes-de-france_6108932_823448.html

 

On peut ainsi se demander ce que l’on préfère : Un président de la République qui rend hommage aux journalistes, mais insulte toute une fraction des français non vaccinés, ou le candidat Zemmour qui rappelle que les journalistes sont les personnes les plus détestées de France, mais défend le respect de nos libertés publiques ?

 

Il est amusant dans un deuxième temps de noter qu’il semble y avoir une sorte de concours mondial lancé pour emmerder les non-vaccinés, leur pourrir la vie, les exclure de la société dans de nombreux pays du monde. 

 

- Certains pays européens ont ainsi opté pour l’obligation vaccinale – comme l’Autriche ou l’Italie, et les non-vaccinés y seront passibles d‘amendes de 100 à 300 euros chaque mois ou chaque trimestre !

 

Singapour ne prend plus en charge les frais médicaux des malades du Covid-19 ayant refusé de se faire vacciner.

 

- Au Canada, le gouvernement fédéral étudie la possibilité de priver d’indemnités chômage les Canadiens sans emploi qui refusent de se faire vacciner.

 

- Et au Québec, le gouvernement veut mettre en place une taxe pour les adultes qui refusent d’être vaccinés contre le Covid-19 sans raison médicale, les commerces non essentiels vont aussi être interdits aux non-vaccinés, comme les magasins vendant de l’alcool et du cannabis.

 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/12/covid-19-le-quebec-veut-taxer-les-non-vaccines-qualifies-de-fardeau-pour-le-systeme-de-sante_6109115_3244.html

 

Evidemment, lorsqu’il y a quelques mois, on se mettait à comparer la situation des non-vaccinés avec la situation politique des années 1940, on nous taxait de fous, d’antisémites malades puisqu’il faut être un antisémite notoire pour oser comparer nos belles et merveilleuses démocraties à l’Europe sous la coupe du reich nazi ! Mais encore quelques mois, et on ne sera plus très loin de la situation des années 1940. Déjà, leur droit à la citoyenneté (à quand le retrait de leur nationalité) leur a été retiré verbalement par le Président de la République ! Il restera à les affubler d’un petit signe distinctif, ou les priver d’un passeport indispensable à leur vie sociale (ben ça, c’est déjà fait avec le pass sanitaire puis demain le pass vaccinal). Et enfin, de prévoir de les interner dans quelques camps de non-vaccinés privés de leur citoyenneté. 

 

Une autre conséquence de tout cela, c’est encore une fois la violence des manifestants, dirigée cette fois-ci contre les députés LAREM qui votent et qui défendent ces positions liberticides et ces textes de loi visant à restreindre toujours plus les libertés publiques et les droits des français non-vaccinés (et pour les autres les condamnent à des piqures trimestrielles ad vitam aeternam). 

  

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/01/10/stephane-claireaux-depute-lrm-de-saint-pierre-et-miquelon-va-porter-plainte-apres-son-agression-contre-des-opposants-au-passe-sanitaire_6108854_823448.html

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/01/11/ce-sont-les-principes-de-la-republique-qui-sont-en-cause-les-deputes-denoncent-les-agressions-contre-les-elus_6109033_823448.html

 

https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/violences-contre-les-elus-cela-demontre-la-mauvaise-sante-de-notre-democratie

 

https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-politique/l-edito-politique-12-fevrier-2020

 

Je conclurais aujourd’hui en reprenant ces quelques mots.

 

«Oui, c’est indéniable, la démocratie représentative est en crise. C’est la notion même de représentation qui est mise en cause – on l’a clairement vu avec le mouvement des « gilets jaunes » qui refusait l’existence de représentants. L’idée de la représentation est née de la philosophie libérale du XVIIe siècle et entend séparer les représentants des représentés afin de libérer ces derniers pour qu’ils se consacrent à leurs affaires privées. Mais l’évolution des enjeux économiques, sociaux et politiques a rendu cette barrière abstraite, poussant à demander une intervention directe des citoyens sur l’action publique.»

 

Les principes de la République française ne sont pas bafoués par cette violence envers des élus de la nation. Car les élus de la nation n’existent plus. Il n’existe plus que des personnes minables le plus souvent élues sous une étiquette quelconque, qui ne cherchent même plus à représenter les personnes qui les ont élus. Qui ne cherchent même plus à réfléchir à l’intérêt de la majorité des citoyens de leur nation. Ces gens-là ne croient plus en la grandeur de leur action, mais simplement ils visent juste à être de bons soldats de la majorité présidentielle et à voter ce que leur chef leur dit de voter. Ils ne se drapent dans leur dignité bafouée que pour se protéger du peuple même qui les avait élu.

 

La démocratie représentative est certes en crise, mais uniquement parce qu’une partie du peuple, ceux qui estiment n’avoir plus rien à perdre, en ont marre d’être tondus, pressurés par le système, ignorés et moqués par les élites technocratiques, judiciaires, préfectorales …

 

La démocratie représentative française est en crise parce que le peuple se révolte, refuse de continuer à se faire entuber par des représentants qui servent uniquement leur propre intérêt. Pour moi, la fracture est survenue d’abord avec François Hollande, élu sur un programme socialiste et qui a appliqué un programme économique libéral. Et l’élection et la présidence de Macron a été le coup de grâce, puisque celui-ci a quand même été élu par des électeurs majoritairement socialistes, une nouvelle fois trahis pendant cette présidence. 

 

 

Saucratès


17/01/2022
0 Poster un commentaire

Cherche-t-on à détruire médiatiquement le professeur Raoult - Mais saura-t-on un jour la vérité ?

Cherche-t-on à détruire médiatiquement le professeur Raoult - Mais saura-t-on un jour la vérité ?

 

Par Saucratès 

 

Dimanche 16 janvier 2022

 

Autrefois, Ariane Chemin était une de mes journalistes préférées du Monde, aux côtés de Dominique Le Guilledoux. C’était la grande époque des greves des années 1990-2000 et Le Monde était alors encore à l‘écoute des jeunes, des syndicalistes, des français issus du peuple et de ses combats. Mais c’était Le Monde d’avant, du passé. C’était avant le règne de la pensée unique de Macron et de ses milliardaires actionnaires, de la prise de pouvoir au Monde de la pensée indigéniste, ultra féministe, wokiste. Avant, Ariane Chemin écrivait des articles comme ça :

 

https://www.lemonde.fr/archives/article/1997/02/25/nous-ne-voulons-plus-etre-ce-jouet-sombre-au-carnaval-des-autres_3771101_1819218.html

 

Aujourd’hui, Ariane Chemin a changé de bord, de parti, de peuple. Aujourd’hui, Ariane Chemin participe à la politique d’ostracisation et de manipulation des esprits à laquelle Le Monde collabore. Que le fonds de cet article sur le professeur Didier Raoult ait une part de vérité ou pas, n’est pas ce qui compte ici. Ce qui craint sous la plume d’Ariane Chemin, c’est déjà le titre de cet article à charge du Monde contre un professeur émérite de médecine, un chercheur considéré avant l’explosion de l’épidémie de coronavirus, comme l’un des meilleurs épidémiologistes mondiaux.

 
Les titres des articles varient au fil du temps. Le titre que l’on peut lire aujourd’hui ne parle plus d’une fin de règne tumultueuse comme initialement prévu, mais la phrase choc : «Jusqu’où ira Didier Raoult, l’idole des antivax qui s’accroche à son poste».

 

«S’accrocher à son poste» ! Quelle tristesse de dire une telle chose, comme si celui-ci n’avait pas le droit de rester à son poste à l’institut qu’il a contribué à fonder. 
 

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2022/01/12/la-tumultueuse-fin-de-regne-de-didier-raoult-desavoue-par-sa-fille-medecin-et-inquiete-par-la-justice_6109136_4500055.html

 

Lorsque l’on lit ce genre d’article, on se dit qu’il semble y avoir une chasse aux sorcières en France contre tous ceux qui ont osé avoir une autre analyse que le pouvoir en place de l’épidémie de coronavirus. À la lecture de cet article, je me suis dit que ce pouvoir cherchait à avoir la peau de tous ceux qui ne se rangent pas derrière eux, derrière leurs arguments. Sans que je puisse savoir qui est réellement derrière ce pouvoir en place, qui se cache réellement derrière ses autorités médicales sanctionnant tous ceux qui n’ont pas obéi, le doigt sur la couture du pantalon, aux ordres et aux impératifs du gouvernement en place. Big Pharma, les milliardaires autour de Macron, Macron et les technocrates qui l’entourent ?

 

Mais rien ne semble pouvoir arrêter le professeur Didier Raoult, qui, il y a quelques jours, pointait la responsabilité des vaccins dans le développement et la diffusion des nouveaux variants du coronavirus. 
 

https://www.ledauphine.com/sante/2022/01/13/covid-19-non-le-vaccin-n-accelere-pas-l-epidemie-avec-des-ade-comme-le-pretend-didier-raoult

  

Alors évidemment, tous les journaux et les journalistes vont faire assaut d’articles pour contredire les thèses du professeur Didier Raoult, vont s’acharner sur la stupidité évidente (à leurs yeux) de ses positions, vont parler d’infox. Avec une énorme limite : aucun de ces journalistes n’y connaît rien en médecine, en épidémiologie et en biologie cellulaire. Et pourtant, tous ces journalistes pédants et arrogants ont un avis sur la question, comme si ces derniers s’y connaissaient, étaient des spécialistes de ces matières. 
 

Il est extraordinaire que les procès en sorcellerie intentés contre tout antivax qui remet en question les dires des spécialistes de la question, ou leurs préconisations, comme s’il était impossible aux citoyens lambda (ou plutôt aux non-citoyens si on suit l’opinion de M. Macron) de contester les déclarations des grands spécialistes de la question, il est extraordinaire que ce même genre de procès en sorcellerie, en incompétence, ne soit pas intenté contre les journalistes, les journaleux, les politiques arrogants, qui s’attaquent eux aux méchants spécialistes, à ceux qui n’acceptent pas de se ranger à la doxa communément acclamée. Bizarrement, eux, ces journalistes, ils ont le droit de récuser ce que disent les spécialistes lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec eux, lorsque ces spécialistes s’écartent de la doxa dominante !
 

Comme le dit le professeur Didier Raoult, la vaccination est une nouvelle religion.

 

https://www.midilibre.fr/2022/01/06/le-vaccin-contre-le-covid-est-devenu-une-religion-le-pr-raoult-met-en-garde-contre-les-convictions-10030199.php

 

Alors oui, effectivement, il n’est pas possible par les humbles mortels comme nous, citoyens ou non-citoyens, d’avoir une position éclairée sur ce sujet des vaccins. Faut-il se ranger à l’avis majoritaire, hurler avec les loups, en sachant que les voix discordantes y sont de plus en plus rares, parce que les uns après les autres, ce gouvernement, les autorités médicales ont mis à mort et interdit d’exercer tous ceux qui se mettaient en travers de leur route, en travers de la route du gouvernement, en travers de la route de Big Pharma. On ne saura jamais véritablement si on nous a menti, ou si on nous dit la vérité. Même dans trente ans, on n’en saura rien ! Si ce n’est cette impression à jamais d’avoir été berné, manipulé, trompé !

 

 

Saucratès 


16/01/2022
0 Poster un commentaire

La pandémie et la place du discours scientifique

La pandémie et la place du discours scientifique

Par Saucratès

 

Saint-Denis de la Réunion, jeudi 6 janvier 2022

 


Quelle importance peut-on accorder au discours scientifique et plus largement aux discours des experts ? C‘est une question centrale dans le cadre de la gestion de la pandémie de coronavirus, et c’est surtout une question qui devient de plus en plus brûlante dans de nombreux pays. À qui peut-on faire confiance ? A-t-on même le droit de chercher à se faire sa propre opinion ou faut-il obéir aveuglément aux ordres et aux explications donnés par les savants, par les sachants, par ceux qui sont autorisés à s’exprimer au nom de la science ? 

 

C’est une question brûlante, comme je le disais. Le gouvernement français, la commission européenne, semblent vouloir dire que peu importe ce que vous cherchez à comprendre par vous-mêmes, à partir du moment qu’au final vous nous obéissez et vous vous faites vacciner ! D’une certaine manière, l’absence de droit reconnu par nos gouvernants à nous faire notre propre opinion, ou à avoir une opinion différente de la leur, sans risquer de se voir exclu du droit à la citoyenneté, s’apparente à une gigantesque entreprise de lavage des cerveaux, ou à l’adhésion aveugle que le troisième Reich nazi demandait à la population allemande dans les années trente et quarante.

 

Normalement, il ne viendrait l’idée à personne d’interdire à une personne lambda d’interroger l’affirmation d’un sachant, d’un spécialiste, dans le cadre d’une réparation automobile, d’une réparation de serrurerie, d’un avis médical ou d’un conseil bancaire, en bourse ou en assurance. Avoir plusieurs avis permet de se faire une meilleure opinion, et le droit de ne pas suivre ces avis est normalement reconnu à chacun d’entre nous.

 

Alors pourquoi ce qui est considéré comme sain, normal, voire évident pour certains domaines, pour certains spécialistes, est-il considéré comme un crime lorsqu’il s’agit de se faire une opinion en matière de vaccination, de lutte contre la pandémie, ou de lutte contre le réchauffement climatique ? Devrait-on croire aveuglément les prévisions économiques ou boursières d’un docteur en économie, par exemple pour 2022 ? Ou d’un spécialiste des marchés ? Non évidemment, puisque l’on sait que ce domaine est soumis à des aléas. Et même si des outils scientifiques permettaient de déterminer avec précision les évolutions futures des marchés ou des économies, il ne viendrait normalement l’idée à personne d’imposer à tout le monde de suivre les dires d’un tel spécialiste, même si dans l’absolu, les marchés financiers fonctionnant sur la base des prédictions auto réalisatrices, ces prédictions s’auto-réaliseraient si tout le monde était contraint de les suivre ! (1)

 

Bizarrement, il existe deux domaines dans lesquels il est interdit par les partisans de la pensée unique, par les adorateurs du veau d’or, de se faire sa propre opinion et de remettre en cause, de contester, de nier, d’interroger les affirmations des sachants, des spécialistes, des personnes autorisées à s’exprimer et à penser. Un premier domaine était le domaine du réchauffement climatique. Un groupe d’expert est mondialement connu (le GIEC) et ce qu’ils disent est parole d’évangile. Et comme dans les évangiles, il ne peut et il ne doit y avoir aucun débat scientifique sur ce sujet et il est interdit, on risque la peine de mort digital si on ose contester la bible de ces nouveaux religieux ou adeptes.

 

Le deuxième domaine est donc apparu courant 2020 ou 2021, lorsque les gouvernements ont eu besoin de s’entourer de conseils scientifiques, de service de veille épidémiologique, de commission d’éthique, pour prendre leurs décisions d’enfermement, de flicage et de fichage des populations. Là aussi, il est apparu une religion qu’il était interdit d’interroger, de questionner. Faire aveuglément confiance à nos dirigeants ; voilà ce que nos dirigeants attendent de nous, citoyens français.

 

Cet article de la presse canadienne est intéressant parce qu’il interroge le concept de bonne et de mauvaise science. Cet article parle de la maladie de la désinformation, de l’infodémie, qui ne peut être combattu selon l’auteur que par un bon discours scientifique.  s’ils sont tous positifs d’un avis 

 

https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-06-28/on-ne-peut-pas-lutter-contre-la-desinformation-avec-de-la-mauvaise-science.php

 

«En effet, le fait d’être explicite sur les inconnues et les limites de la connaissance peut en fait renforcer la crédibilité des informations scientifiques, et la confiance et la compréhension du public. Le manque de transparence entraînera inévitablement une confusion et une perte de confiance. 


Enfin, nous devons clarifier que la science est un processus, et non une liste de faits immuables. Elle est en constante évolution et, par conséquent, les recommandations en matière de santé publique évolueront (et devraient évoluer) aussi. 

 

La bonne science est essentielle dans la lutte contre la diffusion de désinformation. Mais elle doit également être présentée au public de manière sensée et respectueuse. Comme l’indique une étude récente, la manière dont nous gérons la diffusion de la science pendant la pandémie aura des répercussions à long terme sur la relation du public avec la science. Il faut réfléchir davantage comment communiquer la confiance et l’honnêteté.»

*Timothy Caulfield est l’auteur de The Science of Celebrity… or Is Gwyneth Paltrow Wrong About Everything ? (Penguin Random House, 2020).

 

Et je terminerai sur cette conclusion extrêmement importante de Thimothy Caulfield selon lequel «la manière dont nous gérons la diffusion de la science pendant la pandémie aura des répercussions à long terme sur la relation du public avec la science». Je suis évidemment totalement en accord avec cette analyse. Les journaux ont démontré pendant cette pandémie qu’ils pouvaient se faire la voix de leur Maître sans aucune question, relayant ou guidant inlassablement la position du gouvernement sur le port ou le non-port du masque, sur le confinement, sur la vaccination …

 

Pour la jeune génération manipulée par les médias pendant cette pandémie, pris en otage pour protéger les plus anciens, ils ne regarderont plus jamais le discours scientifique de la même manière. Et les générations plus anciennes n’auront pas non plus d’autre choix que de continuer à interroger les affirmations et les discours des scientifiques qu’il nous faut entendre inlassablement.

 

 

Cf. l’etude en anglais du «London School of Economics and Political Sciences».
https://www.systemicrisk.ac.uk/sites/default/files/downloads/publications/dp-96_0.pdf

 
Reconnaissons-le dès maintenant, il n’y a aucun espoir d’amélioration de la qualité et du caractère respectueux des publications scientifiques publiées sur les réseaux sociaux et dans les médias. On se prepare des décennies de méfiance et de suspicion, et des conflits politiques et géopolitiques terribles du fait de la subjectivité et du caractère orienté de toutes les publications dans les grands médias, par la faute des gouvernements qui refusent la transparence et cultivent l’arrogance et la suffisance.

 

 

Saucratès

 
 

Nota :

 

(1) Imposer à tout le monde de suivre aveuglément les préconisations, les prédictions d’un groupe d’experts en économie, est d’ailleurs une absurdité économique. Supposons que ces experts puissent considérer qu’il faut acheter telle ou telle valeur et que tous les épargnants et intervenants du marché aient l’obligation de l’acheter, à qui l’achèteraient-ils ?

 

Sur les marchés, il faut des vendeurs et des acheteurs, et il ne peut y avoir l’un sans l’autre. On ne peut acheter un bien ou une valeur que si quelqu’un d’autre le vend, à moins qu’il ne le fabrique ex nihilo. Et même si les entreprises concernées créent de nouvelles actions, il n’y aura jamais d’échanges sur ces actions tant qu’il n’y aura pas de vendeurs.

 

En économie et en finance, on ne peut donc concevoir d’obligations de se conformer aux ordres ou aux conseils d’experts auto-reconnus. Pourquoi donc en irait-il différemment dans le cadre d’autres discours scientifiques, jusqu’à imposer la suppression du libre-arbitre en matière de santé publique, parce que les sachants auraient conseillé une chose, jusqu’à ce qu’ils disent le contraire dans quelques semaines, mois ou années ?


05/01/2022
2 Poster un commentaire

Macron veut-il retirer leur citoyenneté aux non-vaccinés ?

Macron veut-il retirer leur citoyenneté aux non-vaccinés

 

On peut être un sans papier, tuer et assassiner des français, on peut être un terroriste islamique assoiffé de sang, né en France mais rêvant de djihâd en Terre d’Islam, on peut enfin être un tueur et un assassin, voler et vendre de la drogue à des enfants, sans risque de perdre ou de se voir retirer sa citoyenneté française ou son droit de résider en France. Mais pour Macron ou Attal, ces membres de cette élite arrogante et condescendante qui gouverne la France et qui croit nous commander par droit divin, «s’opposer à la vaccination, c’est s’écarter de la citoyenneté», dixit Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement Macron.

 

Et concernant Macron, au-delà de son envie d’emmerder les français non-vaccinés, de leur pourrir la vie, de les empêcher d’avoir toute forme de vie sociale, il a aussi indiqué très adroitement que le fait de ne refuser de se faire vacciner, c’est être irresponsable, et qu’«un irresponsable n’est plus un citoyen».

 

Chaque gouvernement a eu ses adversaires, ses combats, ses terroristes. Pour Macron, pour Castex et pour leurs clones de la majorité présidentielle, les ennemis ce ne sont pas les terroristes ou les assassins. Ce sont les citoyens français qui osent avoir une opinion différente de la leur, qui ne souhaitent pas se faire vacciner avec un ‘poison’ qui ne les protègera même pas complètement de l’épidémie. Ce sont des bons pères et de bonnes mères de famille qui sont leurs ennemis, ceux auxquels ce gouvernement parle de leur retirer leur citoyenneté, ceux pour lesquels ce gouvernement pense qu’ils ne devraient plus être considérés comme des citoyens ! 

  

https://www.mediapart.fr/journal/france/050122/face-aux-non-vaccines-emmanuel-macron-invente-la-decheance-de-citoyennete

 
Parler de faute morale n’est pas suffisant. Selon moi, Macron ne peut plus être considéré comme le président de la République française, il n’en a plus la légitimité ! Et le conseil constitutionnel faisait convenablement son job de défendre la constitution française et les citoyens de ce pays, il devrait interdire le pass vaccinal lorsque le projet de loi lui sera déféré, puisque son but avoué par le président de la République française est d’emmerder la fraction des citoyens français qui ne sont pas vaccinés ! Et trouver une raison pour déclarer inconstitutionnel le maintien de Macron à la présidence de la République. 

 

 

Saucratès 


05/01/2022
0 Poster un commentaire