Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Coronavirus, confinement et politique


Passe-sanitaire : la fin de la démocratie ?

Saint-Denis de la Réunion, vendredi 30 avril 2021

 

Drôle d’article publié dans le journal Le Monde. Selon ces journalistes, le principe du passe-sanitaire se serait imposé dans l’opinion publique française. Ouaouah !!! Est-ce vrai ? Les gens, les citoyens français, seraient-ils stupides à ce point-là ?

 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/28/covid-19-le-passe-sanitaire-s-est-impose-dans-l-opinion-et-au-gouvernement-mais-son-usage-fait-encore-debat_6078310_3244.html

 

Que ce principe de passe-sanitaire se soit imposé au sein du gouvernement, je n’en disconviens pas. Très vraisemblablement, cette décision était prise dès l’origine, dès la sortie des premiers vaccins, même lorsque le gouvernement certifiait que le vaccin ne serait jamais rendu jamais obligatoire, que le principe du passe-sanitaire était une hérésie, un non-sens ! Je suis persuadé que, foin de grandes déclarations, ce gouvernement avait déjà réfléchi, pensé à un tel moyen de rendre obligatoire la vaccination de tous les français.

Mais nous faire croire que ce passe-sanitaire se serait imposé dans l'opinion publique, cela me semble une affirmation particulièrement excessive et cavalière. Qu’est-ce que le passe-sanitaire ? Au-delà des résultats des tests PCR qui seraient centralisés dans ce passe-port, on y trouve essentiellement le fait d’être vacciné. Et à moins de se faire tester tous les trois jours ad vitam eternum, il n’existera qu’un seul et unique moyen pour avoir un passe-sanitaire perpétuellement valide : accepter la vaccination !

 

Passer sous les fourches caudines de Big Pharma, accepter de jouer au jeu de la roulette russe, accepter de se faire piquer en espérant à la fois de ne pas développer les formes graves de réaction au vaccin, et que des effets indésirables ou des complications ne surgiront pas des mois et des années plus tard. Et tant pis pour la logique si les vaccinés demeurent toujours aussi contagieux que les personnes non-vaccinées ; ce seront des français de première zone.

 

Evidemment, on nous certifie maintenant que le passe-sanitaire n’est sera jamais imposé pour aller au restaurant, au théâtre ou au cinéma, mais ne servira que pour des concerts et des rassemblements de plus de mille personnes. Mais dans une semaine, dans un mois, qu’est-ce qu’ils vont nous pondre comme decision, lorsque les journalistes leur auront démontré que l’opinion publique a évolué sur la question et qu’elle est désormais très favorable au fait de rendre obligatoire le vaccin et d’imposer le passe-sanitaire pour sortir dans la rue !

 

Apres avoir ressuscité le confinement en temps de paix et l’attestation obligatoire pour sortir de chez soi (à peine s’il ne fallait pas la faire remplir à la commandantur), de sorte qu’un résistant ou un collabo tombé dans le coma dans les années 1942-1944 qui se serait réveillé en 2020 aurait pu penser que les nazis avaient gagné la seconde guerre mondiale et occupaient toujours la France, quatre-vingt plus tard, Macron et ses sbires vont-ils ressusciter également l’étoile jaune de David pour la faire porter par les réfractaires au vaccin ?

 

A quand une loi de la République, ou de l’Etat français, pour imposer le port de l’étoile de David à ceux qui n’acceptent pas la vaccination ? Tellement plus simple que l’attestation téléchargeable sur l’application du gouvernement. Au moins, les immondes réfractaires seront immédiatement reconnaissables, on pourra facilement les refouler des hôtels, des restaurants, des cinémas, des théâtres, des rassemblements ! Et puis, pourquoi pas, ce bon gouvernement et ce bon président décideront peut-être de ressusciter les raffles et les camps de concentration pour y déporter ces horribles anti-vaccins et complotistes de tout poil !

 
https://www.lemonde.fr/blog/antiracisme/2019/11/11/letoile-jaune-de-la-fantaisie-a-limposture/

 

Nous assistons avec Macron et avec cette épidémie au crépuscule de notre démocratie française, et le pire, c’est que le spectre des chemises brunes est justement agité par ces mêmes personnes, par ce même gouvernement, dès lors que quelques militaires en appellent à la défense de la patrie et du patriotisme. Dès lors que le Rassemblement National représentera une menace crédible pour la réélection de Macron. Sanctions et révocations disent-ils ! Dissolution d’un parti politique pour non respect des règles démocratiques diront-ils ! Quelle honte ! Quelle tristesse ! La démocratie est une chose trop fragile pour la laisser aux mains de milliers de dictateurs en herbe.

 

https://www.liberation.fr/politique/tribune-des-militaires-les-signataires-vont-etre-sanctionnes-20210429_26YM2ECKBJESXIJWR6CJ7RIQVU/

 

 

Saucratès


30/04/2021
2 Poster un commentaire

Abécédaire du Coronavirus - vaccin, caillots sanguins et passeport sanitaire

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 14 mars 2021


L’épidémie de coronavirus a télescopé toute notre existence depuis désormais plus d’un an, et elle télescope même ma production d’écrits sur ce blog. Mais comment résister au besoin de s’exprimer sur les diverses décisions rocambolesques, invraisemblables, insupportables de nos dirigeants et de tous ceux qui ont une miette de pouvoir ou d’influence dans ce monde ? 

 

Le premier sujet que je ne peux m’empêcher d’évoquer concerne la suspension du vaccin Astra-Zeneca dans plusieurs pays européens, mais pas en France, et ailleurs dans le monde. Une quarantaine de cas d‘embolies pulmonaires et de formations de caillots sanguins ont été observés dans quelques pays européens, quelques jours après une injonction de vaccin Astra-Zeneca mais selon le fabriquant, selon les autorités sanitaires européennes, aucun lien de cause à effet n’a pu être démontré dans ces différents cas !

 

C’est cela qui est extraordinaire dans cette période actuelle, le fait qu‘aucun lien de cause à effet ne peut jamais être demontré dès lors que la contestation est contraire aux intérêts des puissants et des gouvernements. On nous injecte un produit sur lequel jamais aucun réel test n’a pu être réellement réalisé, ou plutôt, il s’agit d’un produit pour lequel jamais des tests n’avaient été réalisés aussi rapidement et jamais une autorisation de mise sur le marché n’avait été aussi rapidement donnée. Mais évidemment, les anglais dans cette période post-Brexit, et les américains sous l’ère de leur nouveau Président Joe Biden, avaient pris cette décision d’autorisation de mise sur le marché encore plus rapidement. Quel choix avaient les autorités sanitaires européennes, pouvaient-elles simplement repousser la mise sur le marché de ce vaccin ou bien vérifier sérieusement les tests effectués par les laboratoires pharmaceutiques ?

 

Et si demain, la liste des morts s'allonge en raison du vaccin, nous sera-t-il possible de poursuivre quelqu’un parmi tous ceux qui nous auront poussé et incité à nous faire vacciner, avec toutes ces menaces de ne pas pouvoir se déplacer ou partir en vacances, voire même ne plus être autorisé à partir au restaurant, au cinéma, au théâtre ou dans les musées.  Qui sera responsable de nous avoir empoisonné ? Macron et sa clique, et les dirigeants de tous les pays européens ? Mais ils nous assureront qu’ils ne savaient pas, la main sur le cœur ! Comme pour l’affaire du sang contaminé ! Seront-ce les responsables des agences de santé nationales et européennes ? Mais elles subissaient la pression des politiques qui voulaient commencer au plus vite leur campagne de vaccination ! Seront-ce alors les dirigeant de Pfizer ou d’Astra-Zeneca qui seront considérés comme coupables, ou bien quelques directeurs de recherche ou laborantins de ces laboratoires que l’on accusera d’avoir travesti les résultats et qui serviront de boucs-émissaires bien commodes et faciles ?

 

Evidemment, tout le monde se découvre des competences en médecine dans le cadre de cette épidémie, tout particulièrement pour ceux qui cherchent à débusquer les horribles complotistes qui se cachent un peu partout sur internet. Donc, à ces spécialistes autoproclamés en médecine, je les interroge sur le nombre de milliers de cas de formation de caillot sanguin sans aucune raison particulière, qui doivent se produire chaque année dans chacun de nos pays européens ? Il doit y en avoir des milliers chaque année, voire des dizaines de milliers dans chacun de nos pays. Sinon, comment les autorités sanitaires européennes peuvent-elles assurer que la quarantaine de cas observés n’est pas statistiquement différente des cas attendus en matière de thromboses mortelles entraînant la mort ?

Que ferons-nous si l’un de nos proches meurt demain après l’injection de ce vaccin ? On se dira qu’il aurait aussi pu mourir du covid-19 et que c’est la faute à pas de chance. Mais les personnes qui se font vacciner ne le font pas pour risquer de mourir ou d’avoir dans quelques années de nouvelles complications de santé !

 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/14/covid-19-l-australie-veut-etablir-une-bulle-de-voyage-avec-singapour_6073066_3244.html

 

Le deuxième sujet que je ne peux m’empêcher d’aborder est évidemment ce satané passeport sanitaire qu’ils veulent nous imposer, de façon à rendre indispensable la vaccination pour se déplacer, voyager, prendre l’avion. Je ne peux que renvoyer sur le tres bon papier diffusé par un collectif de médecins sur ZINFOS sur le caractère attentatoire aux libertés de cette initiative, qu’il faut refuser d’utiliser. Mais aura-t-on le choix ? Je ne peux rien écrire qu’ils n’aient eux-mêmes parfaitement dit.

 

https://www.zinfos974.com/Le-QR-Code-de-l-exclusion_a167082.html

 
Je conclurais sur une dernière chose. Tous les politiques, les journalistes, glosent à l’infini sur la supposée envie d’un monde d’après différent de celui que l’on connaissait avant, mais je suis presque sûr que comme moi, la majorité des gens n’attendent que de retrouver leur monde d’avant, agrémenté de quelques innovations comme le télétravail ou un nouvel habitat à la campagne, au cas où nos politiques s’amusent à nous reconfiner à nouveau lors d’une éventuelle prochaine épidémie.

 
 

Saucratès


14/03/2021
2 Poster un commentaire

Libertés publiques vs vaccination obligatoire

Saint-Denis de La Réunion, samedi 6 mars 2021


La violation et le recul des libertés publiques individuelles va devenir le marqueur de la présidence Macron et des années Coronavirus. Cet empiètement régulier, soudain, sournois, de l’espace de nos vies, de nos libertés, de nos intimités, par la police des mœurs, par la force brute des forces policières, par l’intrusion de la censure. Et ce pouvoir schizophrène veut en plus nous faire croire qu’il n’y est pour rien, qu’il n’en est pas responsable, que c’est pour notre bien, pour la préservation de notre santé, de la santé de tous, qu’il n’a aucune responsabilité, que ce recul des libertés publiques est mondial, et que les vilains, les méchants, les dangereux populistes, les ennemis, sont justement ceux qui respectent les libertés publiques de leurs concitoyens.

 

La présidence Macron et ses deux gouvernements, sous Philippe à la barbe blanche, et sous Castex le chauve, auront donc d’abord été marqués par les pires manifestations populaires depuis des décennies et le boulangisme. Face à un mouvement des gilets jaunes qui a réussi à prendre l’Arc de Triomphe et la place de l’Etoile à Paris, à quelques centaines de mètres du palais de l’Elysée, face à la peur d’un président et d’un gouvernement dont la légitimité était fortement contestée, si ce n’est sujette à caution, tout à fait à raison selon moi, la réponse macroniste a été ultra-répressive. Le peuple des gilets jaunes aurait dû marcher ce jour-là sur le palais de l’Elysée et emprisonner et juger Macron. Mais il n’en a rien été. Le peuple de France avait loupé sa chance, et la répression policière et militaire s’étend désormais sur l’ensemble de notre pays, sur l’ensemble de notre vie, entame l’ensemble de nos libertés !

 

https://www.nouvelobs.com/justice/20181204.OBS6578/gilets-jaunes-au-tribunal-l-arc-de-triomphe-etait-une-prise-une-prise-de-guerre-civile.html

 

C’est un peu comme si le 14 juillet 1789, le peuple de France avait bien pris et libéré la Bastille mais que la monarchie n’était pas tombée et que le parlement et le gouvernement du roi Louis XVI s’était contenté d’éliminer le peuple et les contestataires. Et je pense que c’est cela la différence entre le 14 juillet 1789 et le 1er décembre 2018, une réaction parlementaire différente. En 1789, le parlement se place aux côtés du peuple, tandis qu’en 2018, le parlement a peur de ce peuple des gilets jaunes.

 

On croit qu’aujourd’hui, en 2018 (ou en 2021), nous sommes dans une démocratie, et qu’en 1789, les français de l’époque vivait dans une tyrannie. Mais c’est aujourd’hui que nous vivons dans une tyrannie, ou plutôt dans une absence totale de démocratie. Nous avons évidemment la croyance de vivre en démocratie, cette croyance qu’il y a bien pire plus loin, en Russie, en Chine, en Birmanie. Nous avons tous les attributs d’une démocratie, un parlement à deux chambres, des élections apparemment ouvertes à tous, mais tout ceci est factice. La répression policière menée depuis 2018 jusqu’à ce jour par un gouvernement aux abois, par un président qui veut nous faire croire qu’il n’est ni derrière cette épidémie, ni derrière les mesures liberticides qu’il a pris et qu’il continuera à prendre pour la combattre, qu’il n’est ni derrière les attaques pénales et médiatiques contre l’ancien premier minustre François Fillon et sa femme Pénélope, ni contre l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, ni contre Marine Le Pen, comme si la justice ne poursuivait pas et ne s’acharnait pas contre ses principaux concurrents sans son aval ou sans l’aval du groupe qui le soutient et qu’il représente.

 

Tout ce cinéma est à mourir de rire. À mourir de rire à force de le voir lui, ou son premier ministre, passer à longueur de jours, à longueur de semaines à la télévision, à voir cette meute de journalistes des journaux télévisés ânonner stupidement les mesures que le gouvernement pourrait prendre, qu’il serait bien que le gouvernement prenne, à nous expliquer et à défendre les mesures prises par ce gouvernement et par ce bon president, si brillant, si intelligent, si visionnaire, comme pour mieux nous démontrer que tout ce petit monde fait partie d’un seul et même monde, d’un seul et même groupe, ce même groupe qui fut totalement épouvanté par le mouvement des gilets jaunes et par la prise symbolique de l’Arc de triomphe le 1er décembre 2018, et qui sont tout autant épouvanté en comprenant, en découvrant que ce peuple de France était majoritairement du côté des manifestants du 1er décembre 2018, et que nous sommes des millions citoyens qui eussions été en extase si ce peuple des gilets jaunes en avait profité pour prendre d’assaut le palais de l’Elysée et l’avait occupé.

 

Le 1er décembre 2018 aurait pu devenir aussi célèbre que le 14 juillet 1789 ! Cela aurait pu devenir une deuxième révolution francaise. On aurait pu tenter de corriger une nouvelle fois toutes ces choses qui ne tournent plus rond, toute cette démocratie qui ne fonctionne plus, tous ces élus qui ne songent qu’à leurs intérêts, qu’aux intérêts de ceux qui les ont fait élire, de ces partis politiques qui les nomment. Le 1er décembre 2018 et les jours suivants, les députés de La République en Marche et les députés de tous les autres partis ont échoué dans la mission qui est la leur, dans leur véritable mission. Ils ne sont pas là pour défendre un homme, fut-il président de la république, ils sont là pour défendre la démocratie, et ils ont lamentablement échoué ; ils ont trahi le peuple français !

 

Tout ce qui suit depuis le 2 décembre 2018 n’est que la démonstration de cette faute, de l’échec de nos députés. La répression policière et judiciaire visant le peuple des gilets jaunes, les interdictions de manifester et de venir à Paris, les peines de prison prnoncées, les amendes grevant encore plus leurs budgets si serrés, les mesures de confinement sanitaire et de couvre-feu que nul d’entre nous n’avait plus connu depuis l’occupation nazie de la France pendant la seconde guerre mondiale, cette toute-puissance des forces de l’ordre, cette vengeance/revanche et ce retour du temps des délateurs et des concierges d’immeubles, autorisés à dénoncer tous ceux qui ne respectent pas les règles, tous ceux qui leur ont manqué un jour de respect, tous ceux qui ne portent pas le masque ou qui ne respectent pas les gestes barrières ... Tout cela est de leur responsabilité, de n’avoir pas osé, de n’avoir pas choisi de défendre le peuple de France plutôt que les intérêts de Macron et de ses séides.

 

On nous parle donc désormais aujourd’hui de vaccination obligatoire, de nécessité de protéger les autres, d’évolution des mentalités qui pourront désormais accepter de nouvelles mesures liberticides, d’obligation de vacciner les soignants pour éviter les maladies nosocomiales lors des hospitalisations, à cause des soignants, d’opinions publiques ouvertes à la mise en œuvre de mesures plus contraignantes, à la nécessité de mettre en place un passeport sanitaire permettant de rouvrir musées, restaurants, cinemas, même si, actuellement, seuls les plus de 50 ans, voire les plus de 65 ans, avec comorbidités, peuvent seulement être vaccinés. Les voyages aériens aussi seront très rapidement conditionnés à la présentation de ce sesame sanitaire. Et pourtant, ce vaccin ne fait que protéger des formes les plus graves de coronavirus. Il ne signifie absolument pas que ces personnes vaccinées ne peuvent pas être malades ou contagieuses. Le passeport sanitaire est ainsi non seulement une mesure liberticide, mais aussi et surtout un contre-sens absolu, un mensonge d’Etat. Ce n’est qu’un artifice bureaucratique pour inciter l’immense majorité des peuples à se faire vacciner, à faire tourner les laboratoires pharmaceutiques derrière ces vaccins.

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/03/03/le-debat-sur-le-passeport-vaccinal-en-six-questions_6071847_4355770.html

 

La présidence Macron a commencé par un mensonge, par une manipulation médiatique de l’opinion publique, et cette présidence se poursuit aujourd’hui par un enchaînement de mesures liberticides, mesures dont il est évidemment totalement innocent, absolument pas responsable. Le peuple de France peut-il aujourd’hui se révolter, peut-il rejouer et refaire le 1er décembre 2018, rejouer les événements du 14 juillet 1789 ou des 20 et 21 juin 1791 ?

 

Saucratès


06/03/2021
0 Poster un commentaire

Tyran, tyrannie sanitaire, mensonges par temps de coronavirus

Saint-Denis de la Réunion, jeudi 25 février 2021


Nous sommes à la fin du mois de février 2021 et nous sommes toujours sous la menace du coronavirus. Cette crise ne nous aura servi à rien je le crains, nous n’aurons rien appris de cette crise, mais cette crise nous aura permis de découvrir l’envers de nombre du décor, des buts de nos institutions et des organismes qui sont sensés nous protéger.

 

Il y a à peu près un an de cela, pour combattre une «petite grippette»,(dans la réalité une saloperie de grippe), l’ensemble des gouvernements européens, et La France en premier lieu, ressuscitaient des mesures d’exception tels que le confinement, l’interdiction de sortir de chez soi sans attestation délivrée par la commandantoure (lol, non, par soi-même, mais le principe demeure le même), le couvre-feu, le fichage généralisé via des applications Stop Covid, et bientôt le certificat de vaccination pour vous permettre de voyager ou se déplacer librement. On croyait qu’une bonne partie de ces mesures appartenaient à un passé révolu, à un passé de guerre et d’occupation nazie. Mais non, des hommes politiques à la légitimité politique douteuse, des hommes politiques placés et intronisés par leurs pairs, énarques et grands capitalistes, se comportaient en occupants ennemis de la Nation et du peuple pour imposer pour le bien hypothétique d’un peuple qu’ils abominaient, des mesures liberticides et assassines. 

Après plus d’une année d’une crise des gilets jaunes qui avait failli l’emporter, le président et son gouvernement réussissaient, avec l’aide de médias et de journalistes serviles, à bâillonner et à étouffer toute forme de contestation, toute forme de résistance. C’était à une gigantesque opération de contrôle des populations que nous avons assisté. Un contrôle des populations sous le couvert de la protection de la santé de nos aînés, de nos proches, de nos vies. 

Que ce soit pour la crise des gilets jaunes ou pour l’épidémie de coronavirus, il faudra bien un jour qu’on analyse et on dissèque le comportement des médias et des journalistes pendant ces périodes troublées et que les condamnations pleuvent, afin que ces dérives et ces dérapages nous servent de leçons, à nous, à nos gouvernants et aux médias, dans le cadre de difficultés futures. Mais évidemment, il existe une telle connivence entre les gouvernements libéraux, liberticides, d’énarques et de nantis, et les journalistes et les propriétaires des médias, qu’aucune enquête parlementaire n’aura évidemment lieu tant que ce groupe sera au pouvoir, tant que ces gens auront tous les pouvoirs.

 

Au fond, toute cette histoire, toutes ces décisions politiques abracadabrantesques et totalement délirantes nous plongent dans un abime de perplexité et d'énervement, voire de rage et de colère pour les plus jeunes que moi. Les pires décisions nous tombent dessus, les mêmes décisions que l’on nous disait inacceptables et inenvisageables il y a quelques mois de cela. On pense ainsi au reconfinement auquel le bon président Macron s’était opposé il y a quelques semaines, du passeport vaccinal qui était, il y a encore quelques mois, inacceptable en France, et que le bon président Macron envisage désormais de mettre en oeuvre pour aller au théâtre ou au restaurant, ou pour permettre de reprendre l’avion et de se déplacer. Tout ceci pour combattre les français anti-vaccins et forcer les gens à accepter la vaccination. Tout ceci pour vivre avec le Covid ! Tout ceci pour enfin rejeter la politique de l’enfermement et du confinement qu’on nous a vendu, présenté comme indispensable il y a exactement un an.

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/02/25/mis-sous-pression-par-les-variants-emmanuel-macron-reflechit-a-la-maniere-de-vivre-avec-le-covid-19_6071123_823448.html 

 

Je suis enragé. Enervé. Anti-gouvernement. Combien d’entre nous préférent comme moi couper la télévision pour échapper aux absurdités et aux manipulations des journaux télévisés ? Aux annonces liberticides et à ces pseudos journalistes qui encensent à qui mieux mieux ce gouvernement et leurs dirigeants ?

 

Est-il même possible de savoir si la politique de vaccination généralisée fonctionne ? Évidemment que oui, nous diront les aficionados des vaccins et les incurables optimistes. «Non, tu n’es quand même pas opposé aux vaccins», nous disent certains de ces aficionados ! Mais ce même Israël qui claironne sur sa politique massive de vaccination, ce même Israël qui veut mettre en place un passeport vaccinal, ce même Israël affiche-t-il réellement une amélioration de sa situation sanitaire comparativement à ses pays voisins limitrophes ? Et qu’en est-il des décès de plusieurs centenaires français survenus juste après l’injection du vaccin ? Circulez, y a rien à voir ?

 

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/vaccin-en-israel-des-chiffres-troublants

 

Mais il est très dangereux de s’opposer à ce gouvernement et aux puissants et d’être célèbre dans cette lutte, comme le démontre le traitement policier et judiciaire réservé à Francis Lalanne. Et c’est ce même gouvernement, c’est le même Conseil européen des droits de l’homme, qui combat ce genre de mesures en Russie contre des opposants politiques, et qui se taisent opportunément lorsque ce même genre de mesures, de poursuites policières et judiciaires, sont mises en œuvre en France !

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/02/22/francis-lalanne-au-c-ur-d-une-enquete-pour-provocation-a-la-commission-d-atteintes-aux-interets-fondamentaux-de-la-nation_6070838_3224.html

 

Tout ceci parce qu’il a appelé à «mettre l’Etat hors d’état de nuire au peuple français», qu’il a osé appeler à la «destitution du chef de l’Etat, Emmanuel Macron», et qu’il a appelé «les plus hauts dignitaires de l’armée française à venir au secours du peuple et à faire cesser le trouble social et politique dont souffre depuis trop longtemps la nation». «La criminalisation permanente des individus que nous sommes, par les structures de l’Etat et les médias, est constitutive de tyrannie». 

Mais plus de la moitié des français appellent de leurs vœux la destitution de ce bon président Macron et de son gouvernement fantoche. Nous sommes des millions à penser cela, et la peur, la répression, le confinement, le couvre-feu, ne suffiront pas à l’empêcher. Ni les condamnations de gilets jaunes comme Francis Lalanne, Priscillia Ludosky, Maxime Nicolle ou Eric Drouet ... ou leur énucléation ... 
 

Ci-dessous la tribune intitulée «J’appelle» de Francis Lalanne publiée dans le média France-Soir.

 

https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/francis-lalanne-appel

 

 

Saucratès


25/02/2021
0 Poster un commentaire

Confiance, coronavirus et vaccination

Saint-Denis de la Réunion, mercredi 27 janvier 2021

  

Une pure question de confiance ... mais la confiance se presume-t-elle ?

 

La partie est forcément truquée lorsque l’on parle de santé, et à plus forte raison dans la situation actuelle de politique mondiale de lutte contre le Covid et de politique nationale de vaccination. Et face à des enjeux qui nous dépassent, les citoyens ordinaires qui essaient d’y comprendre quelque chose ou qui essaient de ne pas prendre des risques inconsidérés sont perdus et déboussolés. 

C’est beaucoup plus frappant qu’en matière d’assurance ou de banque, voire de mécanique automobile ou de plomberie, où le différentiel entre les sachants et les simples utilisateurs ou consommateurs est bien moindre. Et c’est sûrement pour cette raison que les médecins doivent respecter le serment d’Hypocrate alors qu’en banque, en assurance ou en plomberie, au mieux, il y a un code de déontologie à respecter.

 

Dans la situation pandémique actuelle, ces citoyens ordinaires ne peuvent être que désabusés, énervés, devant les rares explications que les politiques, les professionnels de santé, et les médias consentent à leur donner.

 

C’est désormais une simple question de confiance, confiance aveugle que l’épidémie (ou la pandémie) nous demande vis-à-vis des sachants, vis-à-vis de ceux qui décident ou qui connaissent ... et comme en matière de toute confiance, elle doit être donnée aveuglement sans que l’on ne puisse avoir aucune certitude que ces sachants et ces décideurs savent ou connaissent véritablement, en priant pour qu’ils n’agissent pas eux-mêmes sans aucune visibilité, ou sur la base de calculs de probabilité qui impliqueraient des victimes collatérales.

 

Ce débat est encore plus compliqué par le fait que la majorité de tous ceux qui s’expriment sur ce vaccin et sur la vaccination ne sont pas prioritaires dans le programme de vaccination. Il est tellement simple de conseiller ou d’imposer le fait de se faire vacciner lorsque l’on n’est pas immédiatement concerné, que notre tour viendra dans plusieurs mois et que l’on espérera alors avoir suffisamment de recul sur les effets indésirables du vaccin ! Il est alors tellement facile de lever les yeux au ciel en découvrant que la personne qui vous fait face n’est pas favorable à cette vaccination. Il en va de même pour les hommes politiques et les journalistes qui relaient en boucle l’obligation vaccinale.

 

Prenons les cas de décès survenus juste après la vaccination. Une trentaine de cas en Norvège, une vingtaine de cas aux Etats-Unis, neuf cas en France, et aucun cas supposément en Angleterre, en Israël, ou en Allemagne, pays très avancés dans la politique de vaccination. Tous les articles dans les médias qui traitent de ces décès survenus quelques jours après l’administration du vaccin disent la même chose : « aucun lien ne peut être établi entre les décès et la vaccination ».

 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/01/24/vaccin-contre-le-covid-19-a-ce-jour-aucun-exces-d-effets-secondaires-n-a-ete-identifie_6067413_4355770.html

 

Ce qui est, au fond, particulièrement rageant. Dans le cas du décompte des morts du Coronavirus, tous les décès où il y a une supposition ou une suspicion de contamination par le coronavirus sont décomptées par l’administration, mais lorsque l’on parle de la campagne de vaccination, il leur faut un lien immédiat de cause à effet !

 

La confiance ne se présume pas ... elle se gagne ...

 

Aujourd’hui, c’est un peu comme si les médias tentaient de faire naître, de faire croire à un sentiment de confiance croissant des citoyens français vis-à-vis du corps scientifique français et du gouvernement français.

 

Oublié les à peu près, les oukases et les impératifs contradictoires gouvernementaux des premiers mois de la lutte contre le coronavirus, les médias français, journaux télévisés, grands titres de la presse écrite, semblent tous véhiculer les mêmes messages, tous sur la même ligne éditoriale, tous au garde à vous, sans une tête qui dépasse. 

 

Comme si face à une opinion publique française que l’on dit rétive, face à une fraction de cette opinion publique anti-vaccination, le gouvernement et les médias avaient compris qu’ils ne gagneraient pas le combat de la confiance et qu’ils préfèrent alors submerger cette opinion publique d’informations favorables au Vaccin pour noyer cette fraction contestataire de l’opinion publique française, et surtout l’empêcher d’être visible, l’empêcher de pouvoir se compter.

 

Comme une membre du corps scientifique l’exprimait il y a peu, la politique gouvernementale a donné trop d’importance à la fraction de l’opinion publique anti-vaccin. Désormais, le gouvernement et les médias semblent vouloir faire comme si cette opposition n’existe pas, comme si les opposants au vaccin ne sont rien, invisibles. Et médiatiser le manque de disponibilité du vaccin permet de rendre désirable ce vaccin ... comme si c’était un luxe inaccessible ...

 

Pour conclure temporairement sur cette question, on peut noter que cet épisode d’épidémie de coronavirus a remis en lumière certaines techniques scientifiques propres à l'expérimentation notamment en médecine, et le décalage existant avec le ressenti que peuvent en avoir les citoyens lambda. Et observer que ces divergences d’appréciation peuvent également survenir au sein même du corps des spécialistes en médecine hospitalière, comme par exemple autour des traitements à base d’hydroxycloroquine. Mais ce sera l’objet de mon prochain post.

Saucratès


27/01/2021
0 Poster un commentaire