Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

La reprise en main de la presse française porte ses fruits

Saint-Denis de La Réunion, mardi 28 août 2019

 

La lecture des principaux journaux de ces derniers jours fait froid dans le dos.

 

Si vous lisez Le Monde, il semble que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, et ceci depuis plusieurs semaines. Et ce n’est pas seulement dans les gros titres, mais aussi dans le corps des articles. Nous avons un président et des ministres fantastiques, tellement bons, attentifs, aux besoins des français, et brillants !

 

« La France résiste mieux que l’Allemagne au ralentissement économique ». Une façon de nous faire croire que la France est le meilleur élève de l’Europe, que même l’Allemagne, pourtant sensée être en meilleure santé économique, va pourtant moins bien que nous. Tout va vraiment pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, grâce à notre extraordinaire président.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/08/28/la-france-resiste-mieux-que-l-allemagne-au-ralentissement-economique_5503535_3234.html

 

 « Rentrée scolaire : le gouvernement joue l’apaisement avec les enseignants ». Dans cet article, on peut y lire que « le monde enseignant bénéficiera-t-il de ce temps de respiration qu’il réclame ». Ou encore, « c’est en ministre des ressources humaines qu’il [Jean-Michel Blanquer] a voulu inaugurer cette année scolaire, réagit-on déjà dans les cercles d’enseignants ». Là aussi, il nous faut décrypter qu’un ministre extraordinaire (l’élève le plus brillant du président Emmanuel Macron) est à l’écoute des enseignants, des syndicats, et que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles à l’école. On a même cessé de nous importuner avec les articles sur les bacheliers sans affectation pour la rentrée scolaire ou avec les contestations ou les ratés du logiciel Parcourssup. C’est tellement contre-productif de parler de ce qui ne va pas !

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/08/27/rentree-scolaire-le-gouvernement-joue-l-apaisement-a-l-adresse-des-enseignants_5503467_3224.html 

 

Sur le G7, on a droit à deux articles : « A Biarritz, Macron réussit un sommet du G7 qui s’annonçait pourtant délicat » et « Après le succès du G7, Emmanuel Marcon bouscule les diplomates ». On peut y lire pêle-mêle, « Emmanuel Macron a gagné son pari pour le premier somment du G7 sous sa présidence. S’annonçant pour le moins difficile, la réunion de Biarritz (...) a été un incontestable succès. » Ou encore « ... ce mot très martial était au cœur, mardi 27 août, du discours long de près de feux heures tenu par Emmanuel Macron devant les ... ». Ou « Après quelques phrases de câlinothérapie félicitant les diplomates pour cette réussite collective (la réussite du sommet du G7), il a commencé à pourfendre les fonctionnaires enfermés dans leurs certitudes » ... Traduction, quel merveilleux dirigeant et fin stratège nous avons la chance d’avoir en France ! Les journaux télévisés ont rivalisé de scènes de promenades vides à Biarritz, où le président marchait entouré de journalistes, promenades dont tous les fâcheux étaient exclus (ouf, pas de risque pour les journalistes de devoir approcher les terribles gilets jaunes), de repas magnifiés entre grands de ce monde, et de promenades des épouses dans les villages avoisinants menées par une merveilleuse première dame française faisant découvrir les charmes du Pays Basque aux autres premières dames, visites que la première dame préparait depuis des mois.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/26/a-biarritz-emmanuel-macron-reussit-son-g7_5503036_3210.html

 

Conclusion de l’article, « si les diplomates ont apprécié sa performances du G7, cette partie de poker gagnée avec seulement un huit en main, selon l’un d’eux, les admonestations du chef de l’Etat ont suscité quelques grincements, même si nul ne doute de la nécessité de changements. Et il a été massivement applaudi. » Je me permets de traduire : on a un président merveilleux, intelligent, fin stratège, mais en plus heureux (ou brillant) au jeu (gagner au poker avec un 8 en main, ce n’est pas facile) ... On se permet quelques critiques contre les vilains diplomates qui grincent des dents, « qui sont enfermés dans leurs certitudes » ; ce sont des énarques et on a compris qu’on avait le droit de les critiquer ... Heureusement on est en démocratie et il faut bien quelques victimes expiatoires à donner au bon peuple ! Mais notre président est tellement brillant que « nul ne doute ». Et en plus, il a finalement « été massivement applaudi » !

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/27/apres-le-succes-du-g7-macron-bouscule-les-diplomates_5503441_3210.html

 

Mais nous avons quand même un article qui donne à voir un autre regard sur ce sommet du G7. « La vanité du G7 ou les rites de l’ancien monde vus par la presse étrangère ». L’article commence par une analyse de la presse française. « Quel bilan tirer du sommet du G7 ? En France, la presse salue globalement une réussite, admirant tour àtour l’activisme, le verbe inépuisable et le pari gagnant d’Emmanuel Macron, loué pour être parvenu à créer les conditions d’une reprise du dialogue entre Washington et Téhéran. » Mais dans le reste de l’article, on peut malgré tout lire les analyses des presses des autres pays, qui manifestement n’ont pas vu la même chose que la presse française.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/27/la-vanite-du-g7-ou-les-rites-de-l-ancien-monde-vus-par-la-presse-etrangere_5503420_3210.html

 

Pour le quotidien britannique The Guardian, « Dans l’ensemble, ce fut un week-end plutôt agréable à Biarritz (...) Certains dirigeants étaient peut-être un peu indifférents, et il est toujours déconcertant de se retrouver face à quelqu’un qui présente un trouble de la personnalité encore plus grand que le vôtre, mais globalement tout le monde s’est bien entendu ». Cette comparaison visait-elle Trump et Johnson ou bien notre président Macron ?

 

Le Financial Times rappelle que le sommet du G7 n’a pas donné lieu à la signature ou l’établissement d’un communiqué final (bizarrement cela a complètement échappé à la presse française). « L’absence de communiqué final était stratégique, rappelle le  Financial Times : il fallait à tout prix éviter de répéter le fiasco du G7 de 2018 au Canada, quand Donald Trump avait retiré son soutien au document. Cette année, le président français a donc eu l’habileté de ne pas publier de communiqué final. Or, s’il n’y avait pas de document, il n’y avait rien à refuser de signer. Rien à refuser de signer, mais, du même coup, aucune obligation ni engagement à tenir non plus. »

 

The Guardian indique aussi que « La réunion n’a ainsi donné lieu [...] qu’à une simple déclaration […] plus mince que la page sur laquelle elle était imprimée. »

 

Je ne cite pas les articles louant son admirable discours sur la réforme des retraites, où il fait montre, selon de nombreux journalistes, d'une telle prudence et d'une telle générosité. Ou des articles conspuant l'horrible président brésilien qui l'aurait si perfidement insulté, ou de la citation des nombreuses personnalités brésiliennes qui s'excusent auprès de la France de ces insultes. Mais aucune remise en question du droit d'un président français de s'occuper des incendies en Amazonie, et pas d'interrogations pour se demander pourquoi Macron n'intervient pas du coup sur les incendies dans l'extrême-nord sibérien ?

 

Au final, on comprend que la reprise en main de la presse française hexagonale par le gouvernement et par les milliardaires actionnaires de ces journaux est une véritable réussite ! Tout faire pour que les français aient l’impression que tout va pour le mieux des mondes possibles, qu’il n’y a aucune raison de manifester contre ce pouvoir et ces hommes si brillants et si merveilleux, dévoués, parfaits ... Au pire, il suffira, dans les prochaines semaines, si des mouvements de grève arrivent malgré tout à démarrer, de les peindre sous le jour d’empêcheurs de tourner en rond, d’irréductibles fonctionnaires contestataires qui se refusent à la moindre concession, voire simplement de les ignorer et de ne même pas parler de ces manifestations.

 

Après tout, comme on le dit souvent, la pire des insultes est l’indifférence !

 

 

Saucratès



28/08/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres