Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Islam et laïcité

Saint-Denis de La Réunion, samedi 19 octobre 2019

 

Un samedi soir sur la Terre, dans un endroit où le sujet de la laïcité n'est pas tellement important, n'est pas véritablement une préoccupation des habitants. Les réunionnais sont un des peuples les plus tolérants de France, que ce soit par rapport à la religion, par rapport à la couleur de peau, ou par rapport aux différences physiques. Cela m'avait marqué lorsque j'avais debarqué en tant que jeune lycéen et que j'avais découvert un monde différent où les différences ne sont pas synonymes d'agression, de violence, de racket de la part des gosses qui se considèrent comme ´normaux'. Evidemment, il faut nuancer ces propos idylliques. La société réunionnaise est évidemment traversée de tensions liées aux immigrations, récentes comme les bateaux de srilankais qui debarquent régulièrement, ou à l'égard des plus anciennes comme celles venant des Comores ou de métropole. que ce soit les mahorais et les comoriens. Et évidemment aussi, même au plan religieux, La Réunion ne peut pas être totalement protégée, puisque certains des jihadistes comme les frères Clain étaient réunionnais. L'incroyable union entre les differentes religions coexistant dans cette île ne peut pas nous protéger totalement de toutes les atrocités ou du racisme.

 

Néanmoins, ce soir, je voudrais parler de ce sujet de la place de l'islam et de la place de la laïcité au sein de la société francaise. Et plus particulièrement du rapport entre le voile islamique et la laïcité. C'est un sujet d'actualité comme le signale les nombreux sujets ou émissions d'actualité. Et ma position sera certainement très différente de l'éditorial suivant paru dans Le Monde.

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/10/19/vider-l-abces-du-debat-sur-le-voile_6016165_3232.html

 

Je suis pour ma part un catholique peu pratiquant, mais j'apporte une grande importance, une grande valeur à l'éthique catholique. Je crois que nos actes comptent, qu'ils nous seront décomptés dans le Monde de l'au-delà. Je dis cela essentiellement pour nuancer mes propos. Ils émanent d'un catholique convaincu, pour lequel la France est la fille ainée de l'Eglise catholique, et dans lequel il n'y a pas de place pour l'application de la charia ou de la loi islamique, ni de place pour un califat. 

 

La République francaise, la loi francaise ont tellement peur de l'islam, tellement peur de passer pour être intolérantes, qu'elles n'ont jamais voulu se prononcer sur les défis posés par l'islam à la société francaise. Du coup, elles ont préféré se réfugier derrière le principe de laïcité contenu dans la loi de 1905 pour régler les litiges nés de ces défis posés par l'islam. Présence croissante du voile islamique dans les villes françaises, dans les écoles françaises, de telle sorte qu'aujourd'hui, dans certaines villes françaises, les femmes d'origine musulmane sont obligées d'être voilées sauf à passer pour des prostituées et des femmes faciles. Comment cela est-il arrivé ? Comment a-t-on pu laisser s'installer de tels dérapages ? 

 

L'assimilation du combat contre les déviations de l'islam et la laïcité a surtout eu pour conséquence de réduire les droits des catholiques. Sous le pretexte qu'il ne faut privilégier aucune religion, les extrémistes laïques (ou les islamistes embusqués) ont obtenu l'interdiction de tous les signes religieux catholiques, même une simple croix, et l'interdiction de tous les signes liés à la religion, comme l'existence des crèches liées à la naissance de l'enfant Jesus dans l'espace public et dans les administrations.

 

En assimilant combat contre l'islamisme et ses signes, et laïcité, on s'est trompé de combat et on s'est trompé d'armes, car chaque volonté d'encadrer ou de protéger un peu plus les gens des dérives islamistes entraine également une surenchère contre la religion catholique ! La religion catholique était certainement un danger dans les années 1850-1900, un peu à l'image de ce qu'aujourd'hui se trouve être l'islam. Être un libre penseur à l'époque, ne pas se rendre à l'église, ne pas se faire baptiser, présentait le même risque d'exclusion, de rejet, que ce que l'on observe aujourd'hui dans le cas de l'islam. Il suffit de lire le «Cheval d'orgueil» de Pierre-Jakez Helias pour se faire une petite idée. Evidemment, cela se passait dans le Finistère Sud à la pointe bretonne, mais cette province était à peine plus catholique que le reste de la France. Aujourd'hui, le même défi à la société francaise, à une société francaise modernisée, laïque, est posée par l'islam et par la place que les musulmans veulent et peuvent y occuper.  Le problème n'est plus le catholicisme et les prêches des prêtres et des prélats, ce n'est plus les écoles catholiques dans lesquelles on va apprendre aux enfants les bases du catéchisme, ou la religion en general pour les non-croyants et les enfants d'autres religions. Le problème, ce sont les valeurs de l'islam dès lors aue celle-ci veut véhiculer des valeurs étrangères à la France ou veut empiéter sur le domaine public. Le port du voile n'est pas une valeur francaise, ou plutôt faudrait-il dire, n'est plus une valeur francaise. Autrefois, et ceci très tardivement, les femmes et les hommes ne rentraient pas dans les églises habillés n'importe comment. Les femmes devaient voiler leurs cheveux. Les jambes ne devaient pas être découvertes. Et celles qui contrevenaient à ses règles, à ses usages, étaient elles-aussi comme des femmes petites vertus. Mais ceci a disparu. Ces habitudes désuètes se sont heureusement perdues et une femme peut rentrer tête nue dans une eglise et un homme peut y rentrer en bermuda. Le short ou la mini-jupe y seront certainement encore diversement appréciés. 

 

Ce n'est pas sous l'angle de la laïcité qu'il faut s'opposer au port du voile dans l'espace public, à l'école ou dans la rue. Il faut que la France est le courage de dire que ces pratiques, des lors qu'elles sont imposées, ou qu'elles risquent de se généraliser et d'être imposées à toutes et à tous, doivent être interdites, doivent être combattue ! Je ne partage ainsi absolument pas cette foule qui conteste les propos d'un élu de la République qui a osé demander à une femme voilée de quitter un hémicycle, alors qu'elle accompagnait par ailleurs une sortie scolaire. Il n'y a pas eu selon moi d'agression. Ou si agression il y avait, l'agression vient de cette femme voilée qui estime qu'elle doit avoir le droit de porter son voile dans des sorties scolaires ou dans l'hémicycle d'un conseil régional.

 

Je ressens d'ailleurs la même surprise, la même rage, lorsque je vois des types rentrant dans des commerces avec un casque de moto. Les vieux messieurs bien éduqués retirent leur chapeau lorsqu'ils parlent à des femmes ou à d'autres personnes pour montrer leur respect, et des motards jeunes ou moins jeunes, n'acceptent même pas de retirer leur casque de moto ?

 

Dernière aberration tout aussi navrante ; ces parents de jeunes islamistes partis combattre pour le compte de l'Etat Islamique en Syrie, partis tuer et assassiner les juifs et les chretiens, qui attaquent le gouvernement français, ou certains ministres, pour les forcer à faire rapatrier leurs enfants assassins ou enfants d'assassins et de meurtriers, de jihadistes ! Ces jeunes ou ces moins jeunes ont voulu quitter la France parce que les principes de l'Etat Islamique leur plaisaient ! Ce n'est pas la France ou des ministres aujourd'hui qui mettent la vie de ces gosses, de ces jeunes ou moins jeunes, en danger. Ce sont ces jeunes eux-mêmes, et leurs parents qui les ont laissé faire, qui ont mis eux-mêmes leurs vies en danger. Ils étaient potentiellement morts des lors qu'ils ont mis le pied dans le califat de l'Etat Islamique. Ils doivent être traités comme des ennemis de la liberté, et jugés et condamnés pour les crimes qu'ils ont commis, non pas en France mais dans les pays où ils ont commis leurs crimes, et y purger leur peine. 

 

 

Saucratès



19/10/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres