Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Sur l'économie


Sur l’économie : comment allouer et produire des ressources rares pour atteindre des objectifs sociétaux

Ces quelques articles du Monde permettent d’éclairer mon souhait premier, initial, d’interroger l’économie et le fonctionnement de la société. Comprendre le fonctionnement de l’économie et expliciter les raisons qui font qu’il puisse y avoir des très riches, des riches, des classes moyennes et une majorité de pauvres et de très pauvres, voilà ce qui pourrait être une question idéale pour les sciences économiques. 

 
https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/06/08/l-economie-est-une-science-du-comment-elle-etudie-comment-allouer-et-produire-des-ressources-rares-pour-atteindre-les-objectifs-societaux_6237984_3232.html

 
 
 
https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/06/05/qui-est-riche-en-france-l-observatoire-des-inegalites-repond-et-relance-le-debat_6237508_3234.html
 
Il existe un certain nombre d’économistes français qui sont célèbres en France, adeptes des prises de position politiques dans les médias, qu’ils s’appellent Thomas Piketty, Jean Tirole ou Esther Duflo. Ils sont le plus souvent auréolés du titre pompeux et pécuniairement enrichissant de Prix Nobel d’économie, qui n’est d’ailleurs pas à strictement parler un Prix Nobel dans la réalité, mais un prix de la Banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel. Mais ces derniers s’intéressent-ils vraiment à expliquer les raisons du fonctionnement de nos économies, de nos sociétés ?
 
Le premier article a l’avantage de donner un objectif clair et compréhensible de l’économie, conformément au titre de l’article. Manifestement, le journaliste a mieux compris l’économie que nombre d’économistes.
 

«L’économie est une science du comment : elle étudie comment allouer et produire des ressources rares pour atteindre les objectifs sociétaux – et neutre vis-à-vis des motivations des individus qui la composent – motivations matérielles, sentiments moraux, besoins d’image et d’identité…»

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/06/08/l-economie-est-une-science-du-comment-elle-etudie-comment-allouer-et-produire-des-ressources-rares-pour-atteindre-les-objectifs-societaux_6237984_3232.html

 

C’est devenu évident aujourd’hui pour nous tous ; la finitude de la Terre et des ressources que l’on peut y puiser. Cette Terre qui, jusqu’à peu, il y a à peine un siècle, n’était pas encore totalement découverte et arpentée, aujourd’hui nous comprenons tous que les biens que nous consommons ne sont pas en nombre infini, que les réserves de pétrole, de charbon, de métaux, de terres rares, vont s’épuiser. Et que même la nourriture que l’on y fait pousser ponctionne nos réserves. Autrefois, les famines s’expliquaient par de mauvaises récoltes, par des hivers trop froids ou un climat déréglé. Aujourd’hui, les famines s’expliquent par des dysfonctionnements des marchés. Mais elles s’expliquent aussi déjà par la finitude de la Terre, par le fait que l’on ne peut pas consommer chaque année le contenu de plusieurs Terres, par le fait que la population mondiale croît aussi continuellement. Aujourd’hui 8 milliards d’humains, bientôt 9 milliards. Alors qu’au fond, il y a encore peu de temps, nous n’avions besoin de produire que pour 3 milliards d’humains.

 

Lorsque je parle de la société, je pense à la société capitaliste occidentale. Mais il ne faut pas oublier que nombre de sociétés humaines existent encore parallèlement à la nôtre, même si celles-ci sont peu à peu contaminées, accaparées par notre société occidentale. Les jeunes de ces sociétés sont hypnotisés par les promesses de richesse et de consommation que nos médias et nos émissions véhiculent. Et les productions de ces sociétés éloignées sont également achetées, capturées par notre monde. Mais il doit encore exister des mondes préservés, même si leur planète ne le sera pas. Nous ne sommes pas la seule forme de société. 
 

Il y a bien évidemment les autres sociétés d’économie dirigées, la Russie ou la Chine, où les façons de s’enrichir et de demeurer au sommet de la société doivent différer de notre forme de société. Et c’est évidemment ce que cherchent à promouvoir tous les adeptes de la démocratie, pour que des contraintes militaires ou sécuritaires ne viennent pas perturber la recherche de la richesse et du pouvoir dans ces autres sociétés. 
 

La pensée capitaliste occidentale ne fait reposer l’existence des classes sociales que par la réussite personnelle, les bonnes décisions  prises au bon moment, le résultat du seul mérite individuel, de l’effort et la réussite comme récompense. Les pauvres, les classes moyennes, ne sont en fait que les perdants, les fainéants dans la compétition de la vie. Lorsque certains ne lui donnent pas une raison religieuse et philosophique. Leurs adversaires tiennent d’ailleurs le même discours lorsqu’ils abordent l’intersectionalité, qu’ils font reposer les causes de l’échec sur des discriminations liées au sexe ou à la couleur de peau. 
 

On peut évidemment estimer qu’en faisant cela, l’intersectionalité apporte une réponse à l’inégalité de la société occidentale capitaliste, même si je n’y crois pas. Parce que c’est notre système social lui-même qui repose sur une non-distribution équitable des ressources et des richesses entre les différents membres de la population.

 

L’intersectionalité ne cherche qu’à renverser l’ordre de la société pour que ces derniers en deviennent les prochains maîtres, remplacent les riches, au détriment des autres. Exactement de la même manière que la politique dite ‘affirmative action’ aux Etats-Unis discriminaient en fait ouvertement les étudiants considérés comme d’origine asiatique, dont les résultats scolaires et intellectuels dépassaient ceux des autres. 
 
Il en va de même des tentatives de mesurer la richesse en France. Ce besoin maladif de ces comités d’expert, des médias, des politiques socialistes (ou devrais-je dire hollandais) de pondre un chiffre, une frontière, pour dire que ceux-ci sont riches. Avec toujours à craindre l’irruption d’un «je hais les riches» à la François Hollande. Notre cher gouvernement occidental capitaliste étant toujours à la recherche d’une bonne excuse pour rembourser sa dette, d’un bouc émissaire commode à faire haïr qu’il pourra exhiber devant le peuple pour détourner sa colère. 

«Combien faut-il gagner pour être riche en France ? La somme de 3.860 euros mensuels après impôts pour une personne seule, 5.790 euros pour un couple, 9.650 euros pour une famille avec deux adolescents, répond l’Observatoire des inégalités, dans la troisième édition de son rapport sur les riches, publié mercredi 5 juin.

 

Dès lors, 4,7 millions de Français sont riches, calcule l’Observatoire, en se basant sur les données 2021 de l’Insee. Cela représente 7,4 % de la population. C’est moins qu’en 2011, lorsqu’on recensait 5,5 millions de riches dans le pays, un record sur les vingt dernières années.»

 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/06/05/qui-est-riche-en-france-l-observatoire-des-inegalites-repond-et-relance-le-debat_6237508_3234.html

 

J’ai un peu de peine à me dire qu’avec 3.860 euros par mois, après impôt, on puisse être considéré comme riche ! Lorsqu’il faut le plus souvent payer 1.000 à 1.500 euros de loyer pour se loger. Tout dépend avant tout selon moi de la richesse accumulée, du patrimoine immobilier hérité. Tout ceci est tellement simpliste et orienté politiquement !

 

Comme l’indique l’Observatoire, les riches sont moins nombreux mais ils se sont enrichis plus rapidement. Et si on dissolvait cet Observatoire, cela ferait sûrement quelques riches de moins ! Mais on leur trouverait certainement une autre sinécure grassement rétribuée en terme de renvoi d’ascenseurs.

 
Il reste cette question sur laquelle je devrais avancer mais à laquelle je n’ai pas apporté le moindre commencement de réponse : «Comprendre le fonctionnement de l’économie et expliciter les raisons qui font qu’il puisse y avoir des très riches, des riches, des classes moyennes et une majorité de pauvres et de très pauvres». J’y reviendrais ultérieurement. 
 
 
Saucratès


08/06/2024
0 Poster un commentaire

France-Allemagne - L’euro est-il la raison de l’échec français ou bien est-ce dû à la cupidité de ses élites ?

France-Allemagne - L’euro est-il la raison de l’échec français ou bien est-ce dû à la cupidité de ses élites ?

 

Par Saucratès

 

Saint-Denis de la Reunion, vendredi 7 janvier 2022

 

Je vais revenir à un sujet plus économique et monétaire, traitant des perdants et des gagnants de la mise en place de l’€uro. Il se trouve néanmoins que je serais particulièrement gêné pour apporter des preuves ou démontrer une éventuelle théorie sur ce sujet. Mais d’une certaine manière, c’est aussi le cas de ce journaliste du Monde.

 

On entend ainsi souvent pérorer que la France fait partie des perdants de la mise en place de l’€uro, tandis que l’Allemagne ferait inversement partie des grands gagnants de sa mise en place. C’est cette thèse qui est développée dans cet article récent du Monde.

  

https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/01/02/l-allemagne-grande-gagnante-de-l-euro-a-pris-conscience-de-ses-responsabilites_6107921_3234.html

 

Selon Le Monde comme selon les tenants de cette thèse, la politique de l’€uro fort voulu par les allemands auraient été bénéfique pour l’industrie allemande et désastreuse pour l’industrie française qui aurait eu besoin inversement d’une dégradation de la valeur externe de sa monnaie pour conserver sa compétitivité. C’est une théorie séduisante, mais celle-ci ne permet pas d’expliquer pourquoi une même situation monétaire a été bénéfique pour l’industrie d’un pays mais nocive pour celle de son voisin géographique !

 

Pour les non-économistes de formation, le concept de dévaluation compétitive d’une monnaie doit vraisemblablement paraître un peu compliqué. C’est un concept lié à une époque où les banques centrales maintenaient des valeurs fixes de leur monnaie vis-à-vis des principales devises. Les dernières dévaluations que la France a connu remonte ainsi à 1969, face au dollar, mais plusieurs dévaluations ont aussi eu lieu entre 1981 et 1986 vis-à-vis du Deutschmark dans le cadre du Système monétaire européen.

 

Aujourd’hui, plus de cinquante après la dévaluation de 1969, et près de 35 ans après celles du premier septennat de François Mitterrand, peu d’entre nous comprennent encore ce que ce terme signifie. Aujourd’hui, nous sommes habitués à des marchés des changes qui fluctuent inexorablement, même si cela ne nous impacte pas fortement autrement que sur le prix des produits pétroliers, toujours exprimés en dollars. 
 

La dévaluation était une arme permettant à un État d’abaisser la valeur de sa monnaie afin de rendre ses exportations (et donc son industrie) plus compétitives ou moins chères à la vente. Inversement, au plan interne, les produits de l’étranger devenaient plus chers, ce qui devait permettre d’avantager la consommation des produits fabriqués localement. Évidemment, une dévaluation présentait des inconvénients, à travers le renchérissement des matières premières importées. On parlait ainsi de courbe en J ou en U pour décrire les effets d’une dévaluation compétitive, et ses impacts à court et moyen terme.

 
Néanmoins, il était économiquement convenu que les dévaluations étaient un remède sans espoir, si ce n’est d’enchaîner des dévaluations les unes après les autres. 
 

Dans le débat qui nous intéresse autour des gagnants et des perdants de l’€uro, la comparaison entre la France et l’Allemagne, et la responsabilité attribuée à l’€uro, servent surtout à exonérer les politiques publiques, et les actions de nos hommes politiques, de toute responsabilités dans cette dégradation. Et pourtant, il y a bien une raison pour que l’€uro ait profité à l’Allemagne, et pas à la France !

 

Trente-cinq années de politique libérale toujours plus exacerbée, de libéralisation à tout crin, n’y ont rien changé. Et aujourd’hui, on nous propose toujours les mêmes remèdes, on nous sert les mêmes explications : il faut plus de libéralisation, il faut plus de libéralisme, il faut moins de protectionnisme et de sécurité pour les travailleurs. 
 

L’explication tient en un mot : désindustrialisation. Alors oui effectivement, des hommes politiques comme Arnaud Montebourg ont tenté de s’emparer de ce sujet. Oui, un président Macron a pu déclamer quelques discours dans le cadre de la pandémie de Covid 19, mais on parle de 5 à 7 ans pour rapatrier simplement la production d’Efferalgan en France ! Juste pour des flacons de cachets d’Efferalgan ! Combien faudra-t-il donc de siècles pour y rapatrier l’ensemble des productions que l’on a laissé fuir à l’étranger ces vingt ou trente dernières années ?

 

Comment expliquer donc la perte de compétitivité de la France depuis l’introduction de l’€uro et le départ de la majorité de ces activités productives et industrielles ? Alors que l’Allemagne ou l’Italie dans une moindre mesure ont su conserver une forte présence industrielle ? Simplement la combinaison entre des politiques publiques et réglementaires désastreuses, et un aveuglement et une cupidité sans borne des industriels et des grands patrons d’industrie français. La conjonction de ces deux plaies a conduit à la désindustrialisation presque complète de la France, même si celle-ci avait commencé bien avant cette introduction de l’€uro. Mais vingt années après l’€uro, on en mesure enfin l’impact. 
 

Facile de mettre en cause les politiques publiques et réglementaires. Ces politiques ont par exemple détruit l’industrie automobile française dès les années 1970 avec les réglementations sur la vignette et le développement de moteurs de petite cylindrée, enfermant la production automobile française sur son marché domestique, à la différence de nos voisins allemand, italien ou anglais. La politique du malus rédhibitoire (désormais 30.000 euros pour les moteurs légèrement polluants) plus actuelle aura vraisemblablement un même impact en dehors du marché domestique français. Il faut aussi et surtout parler du prisme des politiques français pour la sacro-sainte concurrence et le sacro-saint libéralisme, qui leur a interdit de sauvegarder des champions français et les a laissé se faire racheter ou disparaître sans se soucier des conséquences en terme d’emplois et de souveraineté industrielle. La prise de contrôle tolérée de Arcelor par le sidérurgiste indien Mittal n’est qu’un de très nombreux exemples de compromission, de sabordage des politiques et des gouvernements français.

 

En lien avec cet aveuglement politique et gouvernementale, en lien avec ces règlementations absconses et stupides, cherchant juste à remplir les caisses de l’Etat, il faut aussi parler de la cupidité sans borne des patrons et des industriels. Loin de réfléchir aux conséquences à long terme de leur recherche effrénée du profit, les patrons et les industriels français ont délocalisé, vendu et transféré à l’étranger des pans entiers de notre industrie, juste pour s’enrichir un tout petit plus. C’est manifestement un autre choix que les patrons allemands ou italiens ont effectué aux mêmes moments, dans les mêmes conditions. Évidemment, la perméabilité entre ce grand patronat et les élites gouvernementales ou technocratiques explique une bonne partie de cette faute, de cette responsabilité. Lorsque les ministres deviennent les patrons de grandes entreprises ou inversement, ou sont choisis pour diriger la Banque de France ou d’autres grandes institutions, comment s’étonner de cette absence de recherche de responsabilité. Un ouvrier aurait fait de telles erreurs dans son entreprise qu’il aurait déjà été licencié. Mais on parle là d’une élite formée à l’Ena ou aux Mines qui se protègent et s’appuient les uns les autres, administrant de manière croisée l’ensemble des grandes entreprises du CAC 40.

 

La gestion des entreprises et des industries en Allemagne repose par contre sur ce que l’on appelle la co-gestion à l’allemande, obligeant les industriels et les patrons allemands à prendre en compte età obtenir l’accord des syndicats et des salariés. Impossible à mettre en œuvre en France ? Surtout, l’ensemble de nos dirigeants, en politique, dans les ministères ou dans les entreprises, sont évidemment totalement opposés à une telle évolution qui les priverait de leur pouvoir, qui les obligerait à rendre compte réellement de leurs décisions, à laisser les salariés et leurs représentants décider également des choix des entreprises. Même à la tête de certains syndicats, on retrouve ces mêmes personnes appartenant à ce même réseau.

 

Appliquer la co-gestion en France, imposer une parité dans les conseils d’administration entre représentants du patronat et salariés, et non pas les limiter à 1, 2 ou 3 administrateurs salariés auxquels on demande de quitter la séance lorsqu‘on aborde des sujets financiers ou stratégiques, que l’on essaie au mieux d’acheter ou au pire que l’on ignore ou qui amuse ? Médias, gouvernement, politiques élus, chefs d’entreprise, syndicalistes vendus au patronat, dénonceront sans vergogne l’utopie d’une telle absurdité si le sujet venait à émerger. Et comment pourrait-il même émerger ? 

 

Mais le résultat industriel et économique est là. Du côté de la France, la prise en compte uniquement des profits à très court terme au bénéfice des seuls possédants, des seuls patrons, a conduit à une désindustrialisation presque totale de notre pays, et un développement massif des services, que l’on peut désormais aussi massivement externaliser, délocaliser, pour gagner encore quelques millions ou milliards d’euros à très court terme, toujours dans le seul intérêt des patrons et parfois pour préserver l’emploi de quelques poignées d’ouvriers que l’on prend en otages, que l’on manipule …

 

Et de l’autre, du côté de l’Allemagne, on trouve un tissu industriel très fourni qui permet à l’Allemagne d’être l’usine de l’Europe, un champion de l’exportation, la grande gagnante de la mise en place de l’€uro. Mais cela n’a rien à voir avec l’€uro ; juste à voir avec une vision industrielle des politiques, des patrons d’entreprise et des syndicats et des salariés qui sont associés à toutes les décisions dans les entreprises.

 

Evidemment, Macron voudra aussi nous faire croire que sa réforme du dialogue social dans les entreprises (les ordonnances Macron) ont apporté une réponse à ce débat. C’est évidemment faux, cette réforme n’ayant visé qu’à détruire la représentation du personnel, à la priver des maigres droits acquis entre 1981 et 1995, au cours des années Mitterand, voire jusqu’aux années 2002. C’est une réforme ultra-libérale du dialogue social, et le fait que la CFDT ait pu être prête à signer le projet d’ANI à l’origine des ordonnances Macron n’est qu’un signe de la compromission de la CFDT avec les élites qui nous gouvernent.

 

Il est évidemment tellement plus simple de mettre la faute sur l’€uro, sur une sorte de fatalité qui veut que les termes de l’échange aient été désavantageux pour la France, sans mettre en cause la responsabilité de ceux qui nous dirigent, qui dirigent la France, qui contrôlent tout.

 

Oui, ceci est un plaidoyer pour la co-gestion à l’allemande, pour ce système qui pourrait être appliqué en France très facilement, même si les salariés et les syndicats mettraient du temps à en prendre la juste mesure, à se voir reconnaitre par les patrons le droit de participer aux décisions, ou justement de ne pas y participer et d’y mettre leur véto, tant que les intérêts légitimes des salariés et de leurs emplois ne seraient pas pris en compte.  

 

 

Saucratès 


06/01/2022
0 Poster un commentaire

Lire la chronique de Thomas Piketty dans le Monde

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 16 février 2020

 

Il faut lire la chronique de Thomas Piketty publiée dans Le Monde du dimanche 9 et lundi 10 février 2020, intitulée «Social-fédéralisme contre national-libéralisme». Il offre une analyse éclairante de la manière d'appréhender les enjeux du Brexit et du Trumpisme. Je dois avouer une chose ; je n'ai toujours pas lu le dernier ouvrage de Thomas Piketty sur les idéologies et je découvre à l'instant que c'est une erreur magistrale. Pourtant, un ami, Pierre B, m'avait adjuré de le lire et de m'ouvrir les yeux. Je découvre mon erreur.  

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/08/thomas-piketty-social-federalisme-contre-national-liberalisme_6028888_3232.html

 

Selon cette tribune très pertinente, éclairante, de Thomas Piketty, il n'est pas neutre que le Brexit soit né en Angleterre et que le Trumpisme soit né aux USA, dans les deux pays qui avaient inventé l'ultra-libéralisme au tout début des années 1980, à savoir le Thatchérisme et le Reaganisme. Toujours selon lui, les électeurs des classes pauvres et moyennes de ces deux pays qui avaient été les précurseurs dans l'ultra libéralisme, ou bien plutôt leurs élites politiques, n'ont pas trouvé d'autres alternatives que le populisme pour tenter de trouver une solution aux difficultés et aux injustices nées de l'ultra libéralisme. 

 

«Ce tournant peut se voir de différentes manières. Il exprime à sa façon l’échec du reaganisme et du thatchérisme. Les classes moyennes et populaires états-uniennes et britanniques n’ont pas connu la prospérité promise par le libéralisme intégral. Au fil du temps, elles se sont senties de plus en plus malmenées par la concurrence internationale et le système économique mondial. Il fallait donc désigner des coupables. Pour Trump, ce furent les travailleurs mexicains, la Chine, et tous les sournois du reste du monde qui auraient volé le dur labeur de l’Amérique blanche. Pour les brexiters, ce furent les Polonais, l’Union européenne et tous ceux qui s’en prennent à la grandeur britannique.»

Thomas Piketty

 

On est tenté de ne voir dans Donald Trump ou dans Boris Johnson que des erreurs démocratiques, des trublions politiques ayant réussi à fracturer les systèmes politiques américains et anglais, à avoir réussi à se faire élire par mégarde à la tête de ses grandes démocraties occidentales, parmi les plus anciennes de la planète. 

 

Mais à lire la chronique de Thomas Piketty, c'est une erreur de perception. C'est le résultat des échecs des politiques ultra-libérales menées dans ces pays-là depuis le tout début des années 1980, et copiées depuis dans tous les autres pays occidentaux, et imposées à la majeure partie du reste des États de notre planète. Ce n'est qu'une forme prise par la tentation identitaire et xénophobie. Selon Thomas Piketty, «il faut d'abord analyser le Brexit pour ce qu'il est : la conséquence d'un échec collectif dans la façon dont on a organisé la mondialisation économique depuis les années 1980, notamment au sein de l'Union Européenne» et qui, selon Thomas Piketty, «fonctionne avant tout au bénéfice des plus riches et des plus mobiles, et lamine les plus défavorisés et les plus fragiles».

 

Les Etats-Unis de Trump et les Brexiters de Johnson veulent ainsi le libéralisme et le nationalisme, c'est-à-dire le «libre-échange des biens, des services et des capitaux (mais Trump combat aussi le libre-échange avec la Chine), tout en conservant le contrôle des flux de personnes et sans contribuer à un budget commun».

 

Il (Thomas Piketty) en appelle à un changement des règles européennes, selon une approche social-fédéraliste. 

 

«Autrement dit, le libre-échange doit être conditionné à l'adoption d'objectifs sociaux contraignants, permettant de mettre à contribution les acteurs économiques les plus riches et les plus mobiles au service d'un modèle de développement durable et équitable. Pour résumer : les nationalistes s'attaquent à la circulation des personnes ; le social-fédéralisme doit s'en prendre à celle des capitaux et à l'impunité fiscale des plus riches.»

 

Cette chronique de Thomas Piketty est intéressante parce qu'elle nous permet d'échapper à la vision purement médiatique de cet événement du Brexit, qui nous enferme dans une interprétation faussée. Une vision partisane de brexiters anglais manipulés et aveuglés par quelques populistes, face à une Europe vigilante et unie prête au conflit et au rétablissement des procédures douanières. Et en même temps, on sent bien dans ce discours autour du Brexit que certaines choses ne tiennent pas la route. Comme par exemple le fait que l'apocalypse envisagé sous la précédente première-ministre anglaise, Thérèsa May, dans laquelle les anglais manqueraient même de PQ au jour du Brexit, ne s'est absolument vérifié. Et aujourd'hui, pas d'apocalypse comme prévu mais quelques mois de plus pour négocier un accord commercial, jusqu'à fin 2020 ou début 2021. Pas de centaines de milliers de camions en attente de contrôles douaniers qui allaient bloquer toute l'Angleterre et le Nord de la France. Nulle apocalypse mais une relative tranquillité. Comme si les journaux français (ce sont les seuls que je lis) avaient besoin de dramatiser à outrance les enjeux à certains moments, pour manipuler l'opinion publique française !

 

Mais la solution proposée par Thomas Piketty pour une évolution de la Construction Européenne est certes intéressante, plaisante, mais elle est inatteignable, irréaliste. Pour quelle raison l'Europe se déciderait-elle à mettre à contribution les plus riches et les plus mobiles, alors que toutes les règles édictées depuis ces dernières décennies visent uniquement à les avantager ? Il n'y a absolument aucune raison pour que l'Europe choisisse d'évoluer sur ces sujets, comme si c'était le Royaume-Uni qui nous bloquait ! 

 

Le hold-up électoral qui a eu lieu aux Etats-Unis et au Royaume-Uni a également eu lieu ailleurs, en France notamment avec l'élection d'Emmanuel Macron ou en Italie ou ailleurs. Ce n'est pas parce que ce ne sont pas des populistes que leur élection n'est pas le fruit d'un hold-up électoral. Il s'agit simplement d'une victoire de l'establishment ultra-libéral sur le reste du peuple, au lieu d'être la victoire d'un trublion populiste comme au Brésil, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. 

 

Il n'en demeure pas moins que lire Thomas Piketty est une saine et bonne pratique. Mais quelle peut être la portée de ses écrits et de ses préconisations ? 

 

 

Saucratès


16/02/2020
0 Poster un commentaire

Collapsologie et économie (suite)

Saint-Denis de La Réunion, samedi 2 novembre 2019

 

C'est une vaste question à laquelle je vais tenter d'apporter quelques interrogations supplémentaires : pourquoi le monde continue-t-il de tourner alors que la collapsologie devrait nous conduire à penser que le Monde va dans le mur et qu'il aurait déjà dû s'effondrer ou qu'il risque de s'effondrer à court ou à moyen terme si rien de drastique n'est fait ?

 

Je ne pense pas déformer l'analyse des collapsologues en écrivant cela. Et pourtant, la collapsologie n'est pas une invention récente. Elle date des années 1960-1970. Les premiers écrits sur la décroissance économique datent de ces mêmes décennies. Je pense notamment aux écrits de Nicholas Georgescu-Roegen parus dans les années 1971-1976. Evidemment, la collapsologie a longtemps été confinée à une poignée d'illuminés, de survivalistes, de fous persuadés que la Terre allait s'effondrer, ou à une marge des partis écologistes européens. Mais aujourd'hui, la situation a changé. Il est devenu de bon ton de s'affirmer comme collapsologue, de défendre la collapsologie. Et la collapsologie prend de plus en plus d'ampleur, d'importance médiatique. Ces tenants sont désormais invités dans les principaux lieux de pouvoir ; Assemblée nationale française, forum économique de Davos, Assemblée générale des Nations Unies ...

 

Pourtant, pour ma part, je ne suis pas du tout un partisan de l'économie capitaliste, du marché, de la concurrence pure et parfaite, du libéralisme ou de l'ultralibéralisme. Bien au contraire. Je suis partisan de la régulation de l'économie par l'Etat, par la loi, par la Communauté internationale, seule à même d'imposer des législations aptes à encadrer la toute-puissance des marchés. Je suis aussi favorable à une réforme de l'économie qui prenne en compte les concepts de la collapsologie, de l'environnement. Par exemple, le concept même d'économie d'échelle propre à l'économie capitaliste et à sa loi fondamentale, la concurrence pure et parfaite, est une aberration : plus vous produisez, moins vous produirez cher, alors que pourtant, les conséquences écologiques, de destruction de l'environnement, de pollution, de votre production vont croissantes. 

 

Et pourtant, je reste circonspect, dubitatif, sur les collapsologues, sur cet effet de mode, sur les personnalités qui se métamorphosent comme grands gourous ou grandes prêtresses de la collapsologie, de la fin du monde. De cette jeunesse qui se découvre à suivre une énième religion à la mode, un énième combat du siècle, une énième grande cause mondiale. De mon temps, en 1983-1984, il s'agissait de récolter des fonds pour le Tiers-Monde, pour l'Ethiopie. Aujourd'hui, ils luttent pour le climat. Nouvelle passade d'adolescents et d'adolescentes en quête de grands combats ? 

 

Le problème des modes en économie et en politique, c'est que souvent, elles deviennent la nouvelle doxa des années futures. Le monétarisme triomphant des années 1980-1990-2000 était une théorie ultra-minoritaire jusque dans les années 1945-1975. Milton Friedman a été un ennemi mineur de John-Maynard Keynes avant de devenir le théoricien de la théorie dominante à partir des années 1980 et jusqu'à aujourd'hui. Il n'y a que la crise financière de 2007-2009 qui a pu laisser penser que le monétarisme et l'ultralibéralisme n'étaient pas les réponses parfaites, uniques et absolues aux problèmes posés à l'économie. Et aujourd'hui en 2019, les leçons de la crise sont déjà oubliées et l'ultralibéralisme est reparti de plus belle. La collapsologie et son intégration dans le champ économique, par exemple le concept de décroissance, peuvent devenir la nouvelle doxa de l'économie lors des prochaines décennies. Ou pas.

 

Je crois donc en l'économie. Je crois dans le principe des prix, des lors qu'ils sont capables d'intégrer les composantes des décisions et des politiques publiques. C'est aux États, à la Communauté internationale, de fixer le prix de la pollution, de l'impact du réchauffement climatique, au niveau mondial pour que nul ne puisse y échapper, s'y soustraire, afin qu'il intègre les échelles de prix et de valeur des consommateurs.

 

Le problème n'est donc pas véritablement l'économie. Une science économique intégrant les principes de l'école de la régulation peut parfaitement intégrer les concepts de cherté et d'impact carbone de l'économie. Le problème est cette branche de l'économie qui refuse l'intervention de l'état en faisant croire que cet interventionnisme est mauvais, que le fonctionnement normal, pur des marchés, permettra de résoudre tous les problèmes. Cette branche de l'économie est l'ultralibéralisme. C'est cependant elle qui guide et reproduit le fonctionnement réel des marchés, puisque les États ne peuvent plus intervenir que de manière marginale dans le fonctionnement des marchés. 

 

Le fonctionnement actuel des marchés ne permet donc pas d'intégrer optimalement les concepts de pollution et d'impact du réchauffement climatique dans les choix des usagers et des consommateurs. Il faudrait une concertation mondiale sur une taxation et sur une imposition générale, qui est aujourd'hui pratiquement inaccessible. Les sociétés internationales, les entreprises essaient de se légitimer en s'appliquant des engagements et des politiques de responsabilité sociale. Mais tout ceci n'est que poudre aux yeux. Il faut une action internationale pour légiférer, pour imposer et taxer les activités émettrices de gaz à effet de serre. La collapsologie peut être un moyen pour permettre une prise de conscience et imposer la nécessité d'une action étatique collective. Sauf que la collapsologie vise au delà d'une action collective mondiale. Elle veut aussi régir nos comportements individuels, criminaliser nos actions individuelles, et en ce sens-là, je m'oppose au fait qu'elle veuille régenter nos vies, nos comportements, ce que nous aurons le droit de faire ou de ne pas faire !

 

 

Saucratès

 

 

Post scriptum : Je pars toujours du principe que la finitude du Monde et l'épuisement des ressources peuvent être traités par l'économie et ne nécessitent pas forcément une privation volontaire par les individus, une privation imposée ex-nihilo par les tenants de la collapsologie. Je sais qu'il s'agit de la critique primordiale de mes principaux contradicteurs de ZINFOS, à savoir B. Bourgeon et Mister À Mon Avis. Le fait que je ne prenne pas en compte cette finitude des ressources, de ce que l'on peut extraire de notre planète Terre.

 

Mais je pense que c'est l'absence de régulation internationale de l'économie qui peut tout à fait permettre le maintien de comportements de consommation, de production et d'usage contraires à un mode de développement économe en ressources. Chaque pays est en effet incité à proposer les conditions fiscales et sociales les plus attractives pour attirer les grandes entreprises, engranger quelques recettes fiscales supplémentaires et accroître l'emploi.

 

L'imposition de normes mondiales et de taxation mondiale permettrait selon moi de réguler le modèle et le fonctionnement de l'économie capitaliste. Evidemment, ces normes et ces taxes auraient plusieurs effets : des renchérissements des prix forcement, puisque ces taxes auraient pour objectif de réguler les modes de consommation néfastes pour l'environnement ou trop consommateur de ressources épuisables. L'essence, le pétrole, la viande animale, les voyages en avion pourraient devenir hors de   prix et devenir réserver à une élite. Autre impact, les bénéfices des multinationales diminueraient forcément puisqu'elles ne pourraient plus jongler entre les pays les moins-disant en matière de taux d'imposition des bénéfices ou de l'activité, ou de normes sociales. Les mécanismes de taxations mondiaux pourraient aussi pour favoriser les échanges commerciaux courts, proches du consommateur, taxer l'activité polluante croissante des multinationales pour en contrebalancer les effets pervers des économies d'échelle.

 

Des réseaux de commercialisation plus courts, des prix plus élevés grâce à un système de taxation permettant la mise en œuvre de politiques et de services publics, tout ceci pourrait conduire à une moindre empreinte carbone de la consommation humaine, à une décroissance des quantités de ressources prélevées dans la biosphère terrestre, sans forcément s'accompagner d'une diminution de la production de richesse. On pourra consommer différemment, mieux, plus économement. L'un n'est pas incompatible avec l'autre !

 

Il y a évidemment un gouffre avec les positions des collapsologues et je le mesure bien. On le lit à travers les interventions de la jeune Greta Thurnberg, invectivant les puissants sur leurs hélicoptères et leurs jets privés. Jamais les callopsologues de cette sorte n'accepteront qu'une élite puisse continuer à utiliser et à consommer des biens potentiellement pollueurs, ou que certains puissent continuer à en profiter épisodiquement en se privant et en se serrant la ceinture. Ce n'est pas d'une régulation que les collapsologues à la Greta Thurnberg veulent, mais d'un régime fascisant réglant et réglementant la vie de tous, décidant pour les autres de ce qui est bon et de ce qui est mauvais. D'où l'opposition de principe entre économie et collapsologie.


02/11/2019
2 Poster un commentaire

Collapsologie et économie

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 13 octobre 2019

 

Avec mon contradicteur, Bruno Bourgeon, nous avons un différend sur la collapsologie et sur les moyens de faire face au changement climatique. Dans un article récent, sur le site ZINFOS974, Bruno Bourgeon avait tenté de démontrer l'importance de la collapsologie et ses liens avec le champ du politique.

https://www.zinfos974.com/La-collapsologie-interroge-le-politique_a144981.html

 

Je tenterais donc de redéfinir la collapsologie et de démontrer en quoi la collapsologie ne peut pas réunir l'ensemble des pistes de solutions, de réflexions, autour de la lutte contre le réchauffement climatique, contrairement à ce que je comprends des arguments de mon contradicteur. 

 

La collapsologie, les collapsologues, partent du principe que le monde tel que nous le connaissons, le monde occidental moderne, va s'effondrer très prochainement si on ne fait rien. Voilà ce que l'on entend par «collapsologie». Et les réponses que l'on peut apporter à un tel diagnostic d'effondrement irrécupérable sont forcément extrémistes. Le principe de la collapsologie, c'est qu'à défaut même de modification de nos comportements, le monde va s'effondrer. Et même si nous modifions drastiquement  nos comportements, le monde risque néanmoins de s'effondrer irrémédiablement. D'où le cri du cœur de Greta Thurnberg vis-à-vis des grands de ce monde. Vous devriez avoir honte de ne rien faire, de n'avoir rien fait.

 

Si on se place du point de vue des collapsologues, elle a totalement raison, ils ont absolument raison. Il faut agir immédiatement. Si on sort de leur point de vue, si on a sort du point de vue de l'effondrement systémique du règne animal et du règne végétal, alors leurs arguments, leurs urgences cessent d'être la seule réponse possible. 

 

Nous nous trouvons face à la confrontation de deux systèmes, de deux mondes incompatibles. D'un côté, le monde des entreprises, de la finance, de l'économie ... et de l'autre, le monde des médias, de l'immédiateté, de la science (mais pas de n'importe quelle science, une science longtemps méprisée et ignorée, la climatologie) ... une science qui aujourd'hui se trouve placée au centre de toute chose, dont tout est sensé dépendre, la survie de l'humanité, la survie du monde tel que nous le connaissons ... une science qui doit démontrer sa supériorité sur les autres sciences, son statut scientifique, inattaquable ... la perfection et la justesse de ces analyses. 

 

L'économie, la finance et le monde des entreprises n'ont rien à voir avec les oukases des grands prêtres et des grandes prêtresses de la fin du monde, de la collapsologie. Le fonctionnement du marché est sensé être capable de réagir, de prévoir, d'intégrer à travers les phénomènes de prix et de rzreté les conséquences du réchauffement climatique. Les prix sont sensés parfaitement refléter, réfléchir les dysfonctionnements, les impacts de l'activité productive ou de consommation, la génération d'effets pervers, d'externalités negatives liées à l'activité humaine.

 

Et je suis un partisan, en tant qu'économiste, de cette façon de voir, de cette approche. Si demain, la population des pays en développement se mettait massivement à consommer de la viande de bœuf, faisant exploser la production de méthane et la consommation d'aliments pour bétail, le prix des aliments et le prix du bœuf grimperait vraisemblablement à des niveaux très élevés, décourageant la consommation pour nombre de consommateurs. En cas d'afflux de la demande, les prix liés à une offre insuffisante conduirait forcément à une hausse des prix et des marges des producteurs, nonobstant certaines imperfections du marché (il n'y aurait pas forcément d'impact immédiatement à La Réunion, du fait de l'impossibilité pour les agriculteurs réunionnais d´exporter leur viande en Inde ou en Chine ... mais les prix se renchériraient forcément parallèlement aux prix mondiaux). 

 

Ceci ci est un exemple simple, mais central dans les analyses des collapsologues. La viande de bœuf étant l'une des viandes animales les plus émettrices de gaz à effet de serre. Les principes de l'économie, de la finance, veulent qu'un marché est capable d'autorégulation, jusqu'à un certain point, et que les mécanismes de constitution des prix sont susceptibles d'integrer, d'internaliser, les conséquences, les effets pervers, le cout des externalités causés par le fonctionnement de l'économie. 

 

Pour la collapsologie, il existe un seuil au-delà duquel le système naturel, le système économique vont s'effondrer. Autant l'approche des économistes, des financiers repose sur un système itératif, autoregulé ... autant l'approche des collapsologues part du principe que le gouffre est proche, tout près de nous engloutir. D'où l'urgence qui dicte leurs actions, leur diagnostic, l'obligation moral de réagir, d'agir, sauf à être coupable d'inaction, de complaisance. 

 

Je ne crois pas en l'infaillibilité de l'économie et de la finance. La crise financière de 2007-2009 est là pour nous rappeler que la finance et l'économie ne savent pas toujours diagnostiquer la relatié de la situation d'une economie, et que les marchés ne sont pas toujours capables de s'autoréguler par eux-mêmes, sans intervention de l'Etat. La crise de 2007-2009 a pu être dépassée, surmontée, en raison des actions concertée des banques centrales et des gouvernements occidentaux ou des pays développés. Les marchés eux-mêmes avaient échoué à empêcher la croissance d'une bulle financière et à conjurer son explosion et les conséquences catastrophiques de cette explosion. 

 

Il ne s'agissait certes que d'une crise financière systémique, pas d'un effondrement complet de notre système économique. Pourtant, le système des prix fonctionne réellement. Ce système peut sous-estimer certains risques, comme il a sous-estimé le risque non-remboursement des crédits subprimes americains en 2007-2009, et comme il peut vraisemblablement sous-estimer les risques d'effondrement de notre économie et les conséquences de cet effondrement. Mais je pense que comme pour la crise financière de 2007-2009, la conjonction des phenomenes de marchés, des législations étatiques des actions concertées des États et des banques centrales seront forcément capables d'intervenir, d'interférer sur les comportements des consommateurs et des agents économiques afin de les conduire à modifier leurs comportements. 

 

Je crois donc qu'il n'est nul besoin de culpabiliser les consommateurs, les utilisateurs et les usagers des biens «interdits» par la morale collapsologieuse. Le marché et les taxes devraient suffire à réguler les comportements des consommateurs dans nos pays et dans le monde entier. La vraie question est de savoir si il est utile d'imposer des taxes insurmontables sur toutes les avtivités que les collapsologues, les grands pretres et les grandes pretresses de l'apocalypse approchant estiment indispensables ?

 

La collapsologie et les grands prêtres et grandes prêtresses (comme Greta Thurnberg) qui s'affichent comme leurs grands défenseurs, présentent un principal tord à mes yeux : l'usage de la condamnation morale, de la condamnation mediatique. Et la volonté d'imposer leurs principes comme normes générales. Mon autre contradicteur AMA a beau contesté leur absence de police pour representer un danger, un risque, ce n'est pas suffisant. À leurs yeux, leurs principes ont valeur de lois. Il suffit de se rappeler Greta Thurnberg s'adressant aux plus riches et leur signifiant que les avions et helicopteres qui avaient servi à les transporter representaient une consommation coupable. Comme elle, ils eussent dû utiliser le train. Les principes de l'économie ont le mérite d'échapper à la condamnation morale facile. La détermination d'un prix permet de déterminer qui peut et qui ne peut pas se payer un billet d'avion. Idem pour l'utilisation d'un hélicoptère. Les prix doivent refléter les coûts d'un tel voyage et intégrer les externalites nées de l'impact sur le réchauffement climatique induit. Il faudra vraisemblablement le vote de lois internationales pour que toutes les compagnies aériennes, toutes les compagnies de transport, tous les fabricants de vehicules, intègrent dans leurs prix l'impact de leurs activités en matière de réchauffement climatique. Mais tout ceci demeure dans le principe de la science économique. 

 

 

Saucratès


13/10/2019
1 Poster un commentaire