Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Vœux pour une nouvelle année 2019

Saint-Denis de La Réunion, le 1er janvier 2019

 

Je suis assis sur ma terrasse, confortablement, un verre de bière à portée de main. Face à une forêt bruissante, avec le soleil qui approche de se coucher/cacher. 2018 est terminée. 2019 commence donc ! Le roi est mort, vive le roi ! Que faut-il souhaiter pour cette nouvelle année ? Que puis-je souhaiter à mes quelques lecteurs ? Evidemment, le bonheur et la santé ! Et une actualité plus tranquille par rapport à cette fin d'année 2018. 

 

Première question, que deviendra le mouvement des gilets jaunes, qui ne semblent pas accepter d'arrêter de se faire entendre, d'arrêter de nous pourrir l'existence, à nous pauvres consommateurs et pauvres automobilistes ? C'est l'une des grandes questions de ce début de nouvelle année, alors que les gilets jaunes promettent une reprise des actions et de la mobilisation. Va-t-on assister à nouveau à des blocages des principaux rond-points et giratoires comme lors des premières semaines du mouvement ? Mais en cette période de vacances scolaires, de voyages en métropole, de départs à la neige d'une grande majorité des travailleurs, salariés, fonctionnaires  et automobilistes de notre département, ce mouvement ne devrait plus gêner autant de monde, autant de gens. À moins que les gilets jaunes eux-mêmes ne soient en vacances, en métropole ... Accessoirement, cela ne cadrerait pas du tout avec le discours misérabiliste sur le coût de la vie, sur les gramounes qui ne peuvent pas offrir un cadeau à leurs petits enfants ... sur les gilets jaunes qui crèvent de faim ... On en saura plus en ce début de semaine. A moins que rien ne reprenne avant la reprise de fin janvier. On en déduira alors que les gilets jaunes misérabilistes s'étaient payé des vacances en métropole ! Bien éloignés de l'image misérabiliste qu'ils affichent !

 

Deuxième question, la survenue ou non d'une crise financière en 2019 ? Cette question n'est pas si inepte que certains voudraient le faire croire. Premièrement, les analystes persuadés de la survenue d'une telle crise remplissent de plus en plus les journaux en ligne, et certainement les publications des blogs des analystes en herbe des marchés financiers comme celui-ci !

https://www.boursorama.com/bourse/actualites/le-debut-d-une-longue-periode-baissiere-pour-les-marches-d7a732de592dd8a24acc4f88a8753707

 

Comment les marchés pourraient-ils combattre un tel pessimisme ambiant croissant ? Il faut une grande capacité de résilience aux marchés pour résister à une telle pensée collective. Accessoirement, j'ai cherché ce week-end à expliciter une possible corrélation, à faire apparaître graphiquement des possibles cycles au niveau des variations des marchés boursiers. 

https://static.blog4ever.com/2010/11/447196/artfichier_447196_8042354_201812281444484.png

Quel est l'intérêt de ce graphique ? De faire apparaître les phases d'expansion (2003-2007) et de récession (2001-2003 et 2007-2009) des marchés boursiers ... dans le cas présent du CAC 40 ... mais également de faire apparaître que depuis 2012, il ne s'agit pas d'une seule période de croissance ininterrompue, mais d'une succession de phases de croissance puis de phases de repli ... Et enfin, qu'il se passe bien quelque chose de bizarre depuis fin 2018, mais si les données de cette période ne sont pas complètes (la moyenne mobile à fin décembre aurait besoin des données du premier semestre 2019 pour être complète). 

 

La grande interrogation concernera en fait l'ampleur du repli commencé en octobre 2018 ? Majeur comme en 2001-2003 ou en 2007-2009 ou bien mineur comme en 2010-2011 ou en 2015-2016 ? C'est cela la Grande interrogation de l'année 2019. Mega crise financière ou bien simple pause ? Et contrairement à ce que l'on pourrait penser rapidement, une crise financière ne touche pas que les grandes fortunes ou les boursicoteurs. Une crise financière ne touche d'abord pas les grandes fortunes, ou si peu. Ils sont tellement protégés et bien conseillés ; leurs pertes éventuelles sont compensées par leurs plus-values sur d'autres produits ! Par contre, les crises financières ont des impacts sur l'activité économique, sur la croissance du PIB, donc sur l'emploi et sur le chômage, et pour cette raison, ces crises ont un énorme impact sur la vie et le devenir de millions de travailleurs, jeunes ou vieux, sur ceux qui garderont leur emploi ou le perdront, ou en retrouveront un ! 

 

2019 restera également marquée par la crise des migrations internationales. La mer Méditerranée est une frontière pour des milliers ou des millions de clandestins qui tentent de la traverser au péril de leur vie sur des embarcations de fortune. Cela a été le cas en 2018 et cela le restera en 2019. Il faudrait sûrement une reponse collective europeenne mais cela s'avère compliqué, avec une cacophonie entre les differents gouvernements européens. Entre l'Espagne socialiste qui semble vouloir accueillir tous les migrants qui sont recueillis en mer ... l'Italie qui ne veut plus entendre parler de recevoir des migrants, l'Italie, la Hongrie et l'Autriche qui developpent une idéologie d'extrême droite, la France et l'Allemagne qui s'opposent en s'affichant socio-démocrates ... Mais tout ceci n'est-il pas uniquement de l'affichage médiatique. La France a une politique affichée de lutte contre l'immigration clandestine et de reconduite à la frontiere. L'Espagne socialiste n'a pas non plus fait tomber les grilles au niveau du détroit de Gibraltar. Et l'Allemagne doit aussi faire face à un durcissement du discours politique face aux étrangers, en liaison avec des agressions voire des chasses aux femmes dues à des étrangers accueillis pourtant à bras ouverts. Et même le Royaume Uni se plaint d'un afflux d'immigrés traversant la Manche sur des embarcations de fortune. Au delà de l'affichage médiatique, tous les pays aplliquent à peu près les mêmes politiques contre l'immigration. Mais les discours changent. Et c'est vraisemblablement cela qui est le plus gênant ; le fait que dans une optique de politique intérieure ou extérieure, des alliés puissent s'opposer sur un tel sujet qui mériterait un discours européen ferme et unanime ! L'Europe ne peut pas accueillir toute la misère du monde, sauf à donner raison aux partisans du grand remplacement du peuple européen.

 

À La Réunion, cela nous touche aussi. Fin décembre 2018, on a découvert qu'un réseau de passeurs faisaient apparemment traverser l'Océan Indien à des Sri-Lankais sur des chalutiers de fortune. Une cinquantaine de Sri-Lankais ont donc débarqué début décembre et fin décembre, et comme en métropole, des fous ou des complices des passeurs, avocats ou militants, se battent pour que ces personnes puissent pouvoir rester sur notre Île, ou en France, et bénéficier du statut de réfugiés politiques ... ou qu'ils puissent disparaître et se cacher, dissimulés par des réseaux de militants associatifs qui doivent certainement se croire investis d'une mission divine. 2019 verra-t-elle une recrudescence de ses arrivées de clandestins traversant apparemment l'Océan Indien dans toute sa longueur ? Et saura-t-on qui est derrière tout ceci ? 

 

De quoi 2019 sera-t-elle encore le nom ? Aura-t-on enfin le plaisir de voir la baudruche de la Macronie se dégonfler comme une outre vide ? À l'image de la vacuité de ses idées, de son absence de réalité, de sa réalité de pure construction médiatique, à l'image de ses élus députés ou de notre président jupitérien baudruchisant ?

 

Le soleil s'est desormais couché. La nuit est presque noire. Bonsoir et bonne année.

 

 

Saucratès 



01/01/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres