Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Sur la politique


L’emballement politico-médiatique en faveur de l’Ukraine tourne à la farce

L’emballement politico-médiatique en faveur de l’Ukraine tourne à la farce

 

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de la Réunion, samedi 11 juin 2022


La guerre en Ukraine continue de révolutionner notre vie. Ruptures en tout genre de denrées alimentaires, les pâtes ou l’huile à La Réunion, le lait infantile aux Etats-Unis … Explosion de l’inflation qui atteint des niveaux inoubliés depuis plusieurs dizaines d’années. On croit rêver. 

 

Bien sûr, tout ceci n’est rien en regard du fracas des bombes et des chars que certains vivent. Il y a bien pire que certaines restrictions et un peu d’inflation !

Ce qui est plus surprenant évidemment, c’est l’emballement en faveur de l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe. La victoire ukrainienne pour l’Eurovision parait absolument anormale, même si l’Eurovision n’est qu’un concours de chanson sans aucun intérêt. Désormais, on ne serait plus étonné si les organisateurs faisaient tout pour que l’Ukraine gagne la coupe d’Europe de football, Roland-Garros ou le tournoi des Six-Nations en rugby. Au fond, n’est-il pas anormal que l’Ukraine ne joue pas le tournoi des Six-Nations ? Pourquoi n’y a-t-il pas déjà une demande d’intégration accélérée au tournoi, du coup, des Sept-Nations ? 

Je ne m’en cacherais pas. Les exagérations autour de cette guerre en Ukraine me font «chier». La victoire si évidente de l’Ukraine au concours de l’Eurovision me fait chier, mais au fond, ce n’est pas pire que la victoire de la drôle de personne barbue et en robe qui avait gagnée ce même concours de chant il y a quelques années. C’est un non-sujet. L’Eurovision n’a pas vraiment de valeur, si jamais il en a eu.

 

Au fond, les interventions de Zelenski, à tout va, me font «chier», même si c’est plutôt l’écho que leur donne les médias qui me font «chier», comme s’il était normal que Zelenski soit reçu en visioconférence par les divers parlements de par le monde. Soyons clair, le fait même que le président ukrainien puisse faire un discours devant les parlementaires français ou européens est un non-sens absolu. Le président de la république ne peut pas se rendre devant le parlement français mais Zelenski le pourrait lui ? N’est-ce pas hallucinant ?

 

Si on suit ce raisonnement, un ukrainien ou une ukrainienne devrait remporter Roland-Garros, ou plutôt Wimbledon parce que le tournoi anglais a choisi d’interdire aux joueurs ou joueuses russes et biélorusses d’y participer. Raté pour Roland-Garros puisque c’est un espagnol, qui l’a gagné pour la quatorzième fois, et une polonaise chez les femmes.

 

https://www.lemonde.fr/sport/article/2022/05/25/a-roland-garros-la-guerre-en-ukraine-divise-le-circuit_6127596_3242.html

 

Parce que la Russie a envahie l’Ukraine, est-il normal que l’on taise à Roland-Garros la nationalité de tous les joueurs et jouesses russes ou biélorusses ? Aurait-il été normal que ces joueurs et joueuses soient interdits de tournoi de Roland-Garros sous prétexte qu’ils sont russes ou biélorusses ? Est-il normal de ne pas être choqué du fait que les joueurs et joueuses ukrainiennes puissent se déclarer offensés par la présence et la participation des joueurs ou joueuses russes ou biélorusses à cette compétition ? 

 

Et le fait que l’on trouve aussi normal que le président ukrainien Zelensky soit intervenu au forum de Davos et puisse y indiquer avoir «besoin du soutien d’une Europe unie». Mais il se prend pour qui celui-ci ? Pourquoi toute cette dramaturgie, tout ce spectacle autour de cette guerre, et non pas avec les précédentes ?  

 

https://www.lemonde.fr/international/live/2022/05/25/guerre-en-ukraine-en-direct-dans-le-donbass-sievierodonetsk-de-nouveau-bombardee-zelensky-regrette-le-manque-d-unite-des-pays-occidentaux_6127578_3210.

 

C’est évidemment parce qu’il s’agit d’un conflit opposant au final les États-Unis d’Amérique et la Russie, parce que c’est la Russie. Et parce qu’il est désormais de bon ton pour les pays occidentaux de choisir son camp, de choisir le camp des américains et de jouer dans la surenchère médiatique pour démontrer aux américains son importance et sa puissance.

 

L’aspect géopolitique de cet affrontement ne doit pas être oublié. Au fond, le but ultime géopolitique n’est-il pas de faire reculer la Chine et lui démontrer la dangerosité potentielle d’une invasion de Taïwan et le coût économique qu’une telle invasion représenterait pour la Chine ?

 

L’hystérie médiatique ambiante dans laquelle nous vivons désormais n’est ainsi qu’un épiphénomène. Au fond, n’est-il pas choquant devoir tous ces événements mediatiques, tous ces journaux et médias qui barrent leur titre de Une de ce slogan stupide : «Solidarité avec le peuple ukraibien» alors que ces mêmes journaux ont été tellement silencieux, muets et n’ont jamais affiché le moindre message de solidarité avec le Peuple des gilets jaunes français !… alors que ceux-ci étaient pourtant gazés, chargés, matraqués, énucléés par ce pouvoir politique macroniste dont ils font aujourd’hui comme hier la propagande !

 

Macron et l’Etat français, comme les européens dans leur ensemble, font aujourd’hui preuve de la même obédience devant les américains que les médias et journaux français font et ont fait preuve d’obédience à Macron et au pouvoir des macronistes ! Et cette absence d’analyse critique de la majeure partie des médias et journaux français sur la politique intérieure française (la crise des gilets jaunes comme l’appui politique à Macron et son parti) tout comme sa politique extérieure est dramatique.

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/05/25/la-commission-europeenne-propose-de-confisquer-les-avoirs-des-oligarques-russes-qui-violent-les-sanctions_6127563_3210.html

 

https://www.lemonde.fr/sport/article/2022/05/25/le-gouvernement-britannique-autorise-la-vente-de-chelsea_6127602_3242.html

 

Il y a évidemment un dernier et ultime problème dans cette guerre russo-ukrainienne et son traitement politico-mediatique. La Commission européenne et les gouvernements européens peuvent ainsi confisquer les biens d’oligarques russes, que l’on estime proche du pouvoir russe, ou vendre unilatéralement les propriétés, les biens, les entreprises de ces oligarques ? Ainsi cette confiscation puis cette vente du club de Chelsea. La société civile fait également assaut d’inventivité et de délation pour traquer les biens, les maisons, les yachts appartenant à ces mêmes oligarques russes ou à Poutine et ses proches, aux militaires russes ou autres.

 

Pour moi, tout ceci est extrêmement dangereux et attentatoires à nos libertés publiques. Aujourd’hui, ce sont les oligarques russes qui sont dans le collimateur ? Mais demain, cela pourra être qui ? Je serais un milliardaire français, européen, américain ou chinois, j’aurais peur. C’est un précédent inquiétant.

 

Je trouve aussi particulièrement surprenant cette chasse aux biens des oligarques russes. On n’a jamais été capable de confisquer les biens et les avoirs des groupes terroristes ou mafieux, des fraudeurs du fisc en France où en Europe, des dictateurs et tyrans en poste ou en fuite, on arrive difficilement à les circonscrire et à les rechercher avec moult difficultés administratives, et là, d’un seul coup, partout dans le monde, on est capable de déterminer que tel yacht ou telle propriété appartient à untel ou untel et à pouvoir les confisquer. 

 

Pourquoi dans ces conditions cela n’a-t-il jamais été fait avant, pourquoi il est si difficile faire fonctionner la coopération fiscale et de saisir et de faire imposer tous ceux qui fraudent, détournent, volent ? Je ne peux m’empêcher à la fois de trouver cela extrêmement dangereux et extrêmement suspect.

 

Seule chose que j’espère dans ce monde fou, c’est que Poutine mettra en œuvre le même processus de confiscation et de spoliation des biens appartenant aux puissants et aux oligarques des États qui l’agressent.

 


Saucratès


11/06/2022
3 Poster un commentaire

Quelle recomposition pour la Gauche ou la Droite à l’issue de cette présidentielle ?

Quelle recomposition pour la Gauche ou la Droite à l’issue de cette présidentielle ?

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de la Réunion, dimanche 10 avril 2022

 

Le Parti socialiste est crédité de moins de 2% des suffrages pour ce premier tour de l’élection présidentielle. Le résultat est presque aussi catastrophique pour Les Républicains, avec un score d’à peine 4,8% des suffrages. La conséquence principale de ces scores microscopiques sera d’abord financière, avec le non-remboursement des frais de campagne par ces deux anciens grands partis de gouvernement. 

 

Ils ont dominé la vie politique français depuis pratiquement les débuts de la cinquième République, ou tout du moins depuis depuis le début des années 1970. Les Républicains faisaient encore 20% des voix en 2017, avec un candidat sur lequel les médias et les juges s’étaient acharnés en vue de l’éliminer, pour permettre l’élection d’Emmanuel Macron. Le Parti socialiste ne représentait déjà qu’un peu plus de 6% des suffrages en 2017, laminé par le quinquennat de François Hollande et sa politique libérale indigne des socialistes.

 

Au fond, que les représentantes politiques de ces deux partis politiques dramatisent l’enjeu du deuxième tour de la présidentielle et appellent à faire barrage à l’extrême droite et à voter pour ´Emmanuel Macron n’a absolument rien de surprenant ! Les hommes et femmes politiques de ces deux partis sont parfaitement compatibles avec l’idéologie ultra-libérale d’Emmanuel Macron, les députés LaREM de la précédente mandature étaient déjà pour les deux tiers composés de transfuges de ces deux partis dits de gouvernement, qui avaient cherché dans ce changement d’étiquettes à préserver leur statut et leur mandat. En d’autres temps, on aurait pu dire que Macron, Pecresse et Hidalgo, c’est «blanc bonnet et bonnet blanc».

 

Comment la Gauche de gouvernement pourrait-elle se reconstituer, se recomposer autour du parti politique de Jean-Luc Melenchon, qui semble changer de nom de parti comme de chaussettes ? Union populaire ? Insoumis ? Les scores de l’extrême-gauche française sont d’ailleurs extrêmement élevés, représentant à peu près un quart des électeurs. Face à la Gauche de gouvernement qui pèse à peine 2% des suffrages, il semblerait bien que la messe soit dite ! Il n’y a plus de place pour le projet de la Gauche ultra-libérale représentée en son temps par François Hollande, Emmanuel Macron et tous ces socialistes transfuges ayant rejoints LaREM.

 

Exit les socialistes cinquante ans après le congrès d’Epinal et le hold-up réussi par François Mitterrand. Je pense que ce sera le seul enseignement de ce premier tour des élections présidentielles de 2022 ! Le PS a eu cinq ans pour comprendre et reconnaître son échec du quinquennat de François Hollande, pour reconnaitre l’infâme trahison des ministres socialistes et des politiques menées pendant ces cinq années. Ils ne l’ont pas fait. Ils ont évité de condamner et de juger François Hollande, les traîtres au projet socialiste. Ils vont simplement désormais disparaître. Il n’y aura pas de recomposition avec eux.

Il reste un dernier sujet autour de cette élection presidentielle 2022. Quel choix faire entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ? J’ai entendu la belle unanimité de la majorité des candidats éliminés appelant à ne pas apporter une voix à Marine Le Pen, de Jean Luc Mélenchon jusqu’au Nouveau Parti Anticapitaliste. Une journaliste sur un plateau télévisé a eu le bon mot : ce sera l’opposition entre la détestation de Macron et la détestation de Marine Le Pen. Il paraît improbable que Marine Le Pen l’emporte. Mais où se trouve le plus grand danger ? La poursuite de la politique de privation de nos libertés publiques déjà à l’œuvre sous une nouvelle présidence macroniste ? Ou bien de nouvelles potentielles privations de libertés publiques dans un programme potentiellement xénophobe et potentiellement aussi ultra-libéral avec Marine Le Pen ? 

Je me prépare pour ma part à une chose. La litanie des appels au sursaut républicain et à faire barrage à l’extrême droite en faveur d’un président honni, détestable, arrogant et qui a déjà conduit le droit du travail dans un cercueil, enrichissant au passage les plus riches d’entre nous, dans une République des experts au bénéfice unique des plus riches et de ses amis. 

 

Saucratès


10/04/2022
0 Poster un commentaire

En quoi l’image castratrice, identitaire, écologiste de La Gauche expliquait-elle ou non sa prochaine disparition ?

En quoi l’image castratrice, identitaire, écologiste de La Gauche expliquait-elle ou non sa prochaine disparition ?

 

Par Saucratès 

 

Saint-Denis de La Reunion, vendredi 11 février 2022


C’est une question qui m’intéresse particulièrement : pourquoi la Gauche a-t-elle pratiquement disparu dans les intentions de vote des français ? Cet article du Monde donne un certain nombre d’éléments d’explications qui me paraissent assez intéressants. 

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/02/11/la-gauche-porterait-deux-combats-lui-donnant-une-image-castratrice-l-ecologie-et-la-question-identitaire_6113255_3232.html

 

Ainsi, selon Le Monde, «la Gauche aurait délaissé la bataille culturelle au profit de la droite au motif que le plaisir serait devenu bourgeois.» Mais au-delà du titre de cet article, c’est l’argumentation qui me semble parfaitement représentative de ce que la Gauche est devenue.

 

«En quelques années, la gauche serait passée du camp des joyeux à celui des tristes, des jouisseurs aux puritains. Elle aurait délaissé cette bataille culturelle au profit de la droite au motif que le plaisir serait devenu bourgeois. Caricatural sans doute, mais dans l’air du temps, moult livres abordant cette question, certains y voyant même le signe d’une déconfiture annoncée.

 

La gauche porterait deux combats lui donnant une image castratrice, donc invendable. L’écologie d’abord, sommant chacun de réduire sa consommation, de chasser le plastique, de manger cinq légumes et fruits par jour, de boire avec modération, d’arrêter la viande, de troquer la voiture pour le vélo, de bannir l’avion. Et puis la question identitaire : être bienveillant avec les minorités, multiplier les précautions dans les gestes et les mots, adopter l’écriture inclusive.»

 

Cette démonstration, cette opinion, est encore plus évidente lorsque le journaliste donne l’exemple de la satie du candidat communiste Fabien Roussel, sur le fait qu’«un bon vin, une bonne viande, un bon fromage, c’est la gastronomie française. Vision excluante, on peut aussi adorer le couscous, a rétorqué la Verte Sandrine Rousseau.»

 

Je pense que tout est dit dans ces quelques mots. Deux visions du monde, deux visions de la vie, deux façons d’envisager la Gauche et le Peuple. Évidemment, on peut préférer ou adorer le couscous, ou le poulet Yassa, ou le cari poulet, tout ceci n’est qu’une question de goût ! Mais il n’est pas nécessaire d’avoir honte d’aimer manger une bonne viande, un bon fromage, de boire un bon vin, ni de se sentir obliger de déclamer que l’on préfère le couscous pour avoir le droit de se dire de Gauche ! Et en aucun cas, il ne s’agit de gastronomie française. Le couscous est de la cuisine marocaine ou algérienne, le cari poulet appartient à la cuisine créole réunionnaise, le poulet Yassa appartient à la cuisine sénégalaise, et en aucun cas à la cuisine ou à la gastronomie française. De la même manière que l’hamburger appartient à la cuisine américaine.


Cet article, cette chronique, met le doigt sur un vrai problème de la pensée de Gauche, de cette gauche triste, puritaine, adepte des bons sentiments, écologiste ou plutôt collapsologiste, bienveillante avec les minorités, précautionneuse dans les gestes et les mots, féministe et inclusive.

 

Mais au fond, cette Gauche qui nous est ici décrit est simplement la Gauche des écologistes, ces quelques pour-cent de la population qui se sont toujours reconnus dans l’idéologie des écologistes. Nul fraction d’un peuple parmi ces adeptes de cette pensée, juste des bourgeois bon chic bon genre, qui idéalise la nature, eux qui vivent dans les villes et dans des immeubles cossus. 

Pour expliquer la disparition du reste de l’électorat gauchiste, il faut trouver une autre explication, comme j’ai déjà cherché à y réfléchir. Comprendre comment un parti de gouvernement pesant entre 25% et 30% des suffrages au temps de François Mitterrand a pu disparaître jusqu’à ne plus dépasser la barre des 6% aux dernières présidentielles. Le dernier grand représentant de la Gauche dite Plurielle, Lionnel Jospin, n’a été éliminé du deuxième tour en 2002 qu’en raison de la dispersion des voix de Gauche, de ces 10% à 15% de voix qui s’étaient émiettées sur les candidatures de Christiane Taubira (déjà) ou d’Arlette Laguillier. 

Pour moi, à côté de ces arguments d’une Gauche austère, triste, castratrice, il faut aussi parler d’un électorat durablement trahi, perdu, qui a cru élire un socialiste en 2012 en la personne de François Hollande, et qui a vu une politique ultra-libérale être mise en œuvre en matière sociale et en matière salariale, et qui a vu à la fois apparaître Emmanuel Macron et des idéologies islamiques à l’école et au collège et LGBTQ+ dans la société. Cet électorat de gauche s’est simplement évaporé selon moi ; cette trahison ne pourra plus jamais être oubliée ni pardonnée. 

 

La grande question est bien sûr de savoir où sont passés ces électeurs. Sont-ils venus grossir la foule des abstentionnistes ? Ou bien ont-ils rejoint les candidats qui assument de représenter le véritable Peuple, les français, même s’ils aiment le vin et la bonne viande ? Je veux évidemment parler des candidats anti-système, l’extrême-droite. Se sentiront-ils une nouvelle fois trahis par les candidats d’extrême-droite, si ceux-ci passent lors des prochaines élections présidentielles et législatives ?

 

Et la France ne sera-t-elle pas encore une fois encore plus déchirée quelque soit le futur vainqueur des prochaines échéances électorales ? Un peu comme ce qui est dit des États-Unis d’Amérique de Joe Biden. 

 

 

Saucratès


11/02/2022
0 Poster un commentaire

L’interdiction des thérapies de conversion, offensive masquée des féministes et des LGBTQ+ contre le patriarcat

L’interdiction des thérapies de conversion, offensive masquée des féministes et des LGBTQ+ contre le patriarcat

Par Saucratès 

 

Pourquoi des députées LREM (et d’autres obédiences comme de partis d’extrême-gauche) veulent-elles interdire et rendre illégales les thérapies de conversion pour les homosexuels ou les homosexuelles ? La lecture de l’article ci-dessous du Monde illustre d’une manière frappante les conséquences, les dessous, de cette volonté politique.

 

Nous avons ainsi une jeune femme qui cherche à se soigner de son homosexualité auprès d’un psychiatre catholique et qui souffre parce ce que celui-ci lui indiquait que l’homosexualité n’existait pas, que cette attirance pour les femmes n’était qu’un passage. Et qui l’a mis sous antidépresseur.

 

«Il ne faut pas croire que ce sont des thérapies spectaculaires avec des électrochocs. Il ne me proposait rien de totalement tordu non plus. Il voulait surtout que j’écrive des lettres à mes parents. Il pensait que j’étais trop proche de ma mère et qu’il fallait retisser un lien avec mon père, pour insister sur l’attrait du corps masculin.»

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/10/03/on-a-vraiment-l-impression-qu-on-va-finir-maudite-en-enfer-stephanie-b-a-subi-une-therapie-de-conversion-pour-guerir-de-son-homosexualite_6096932_4500055.html

 

Ce qui me surprend ici, ce qui me gêne dans cette nouvelle loi visant à interdire les thérapies de conversion, c’est l’extrémisme de ces personnes, l’extrémisme de cette jeune femme citée dans cet article.

 

«Le psychiatre en question a pris sa retraite, heureusement. Sinon j’aurais fait en sorte qu’il ne puisse plus exercer. Même si je ne sais pas vraiment ce que j’aurais pu faire ... Mais je m’inquiète de la façon dont elle sera appliquée. Il y a un flou entre un accompagnement spirituel, toléré, et une pression pour changer de sexualité.

Comme moi, certaines personnes sont volontaires pour ces thérapies, mais elles n’oseront pas porter plainte parce qu’elles ont honte ou qu’elles ne voient pas le problème. J’ai entendu des témoignages encore récemment. Mais ils sont rares, car les gens ont peur de parler. Certains sont vraiment détruits par ces thérapies.»

 
On nage en plein délire ! Donc demain, à toute personne qui viendra voir un psychologue ou un psychiatre au sujet de son homosexualité, que faudra-t-il leur dire ? Non, je ne peux pas vous aider ? Non, vous êtes normal.e ; ce sont les hétérosexuel.les qui sont des anormaux ? Les femmes devraient coucher avec les femmes et les hommes avec des hommes ? Si l’homosexualité n’est pas un problème, un trouble du genre, pourquoi tant de jeunes homosexuel.les se suicident-ils ? À cause du regard de la société, des messages transmis par les médias ? Faudra-t-il cacher ou interdire l’hétérosexualité pour que les jeunes homosexuel.les ne se sentent plus mal dans leur peau ou dans leur sexe ? 
 

N’y a-t-il pas un extrémisme et/ou une insincérité dans ce combat des députées LREM et des groupes de pression LGBTQ+ ? Toutes les formes de sexualité doivent donc être considérées comme normales, acceptables ? Et on ne doit ni être jugé.e, ni tenté.e de s’en faire soigner ?

 

Et pourtant, il existe une forme de sexualité qui se voit ces adeptes être traités de #porcs et de #pervers : les hommes blancs âgés, ceux que l’on considère comme les bénéficiaires du patriarcat. Ces groupes de féministes et de LGBTQ+ ne jugent et ne condamnent qu’un seul groupe, les hommes blancs qui se font traiter de #porcs s’ils draguent des femmes, et de #vieux #pervers s’ils s'intéressent à des filles plus jeunes qu’eux ! Hommes blancs par opposition aux hommes noirs qui eux bénéficient de la protection de l’intersectionnalité («concept visant à révéler la pluralité des discriminations de classe, de sexe et de race»). À partir de quel âge un homme blanc n’a-t-il plus droit à avoir une sexualité, des envies de sexe, à moins d’être gay ? Trente ans ? Quarante ans ? Cinquante ans ? Bizarre que la tolérance prescrite à l’ensemble de la société ne s’applique pas à eux ? Qu’ils doivent devenir invisibles ? Exclus parce que trop vieux. Simplement parce qu’ils sont le patriarcat ? 

 

Encore et toujours, on trouve la même dissimulation ; un sexisme qui ne dit pas son nom. Un sexisme contre les hommes, blancs, contre les #porcs, contre les #pervers. Et il suffit d’être un homme blanc pour avoir droit à ces qualificatifs, à moins de prêter allégeance à leurs idées extrémistes.

 

Je ne me prononcerais pas sur l’idée de savoir si l’homosexualité est un trouble de la personnalité ou bien une attitude normale. Mais comme en toute personnalité, il y a des traits de notre caractère qui nous posent problème. Parfois, ou le plus souvent, on essaie de faire avec, seul, de se contrôler, d’aller de l’avant. Et d’autre fois, On a besoin d’aide. Qu’est-ce qu’une thérapie de conversion ? Dans l’exemple donné ci-dessus, on s’aperçoit que ce qui est nommé ‘violence’ par cette homosexuelle, qui cherchait pourtant à s’en soigner, à être normale, n’est que banale psychiatrie. Si tous les patients mis sous antidépresseurs poursuivaient leurs médecins et cherchaient à les empêcher d’exercer, cela ferait un grand vide dans la profession !!!

 

L’alcoolisme est-il une maladie ? Le tabagisme est-il une maladie ou une dépendance ? Combien de temps pourra-t-on encore se faire soigner de l’alcoolisme, de la dépendance à la drogue, de l’addiction à telle ou telle drogue, avant que ces méthodes de soin, qui pour certaines doivent correspondre à la définition de thérapies de conversion, ne soient également considérées comme des crimes et des délits et ne deviennent interdit ?

 

Pour ma part, je pense que l’homosexualité et tout ce qui correspond aux initiales LGBTQ+ est un trouble de la personnalité ou plutôt du genre, qui se nourrit de nos relations à nos parents, de ce que nous avons vécu dans notre enfance, de ce que nous avons compris de ce qui nous entourait dans notre enfance. Nait-on LGBTQ+ ou le devient-on ? Est-il normal de ne pas se reconnaître dans son sexe de naissance ? Mais au fond, personne n’est normal ! Absolument personne. Nous sommes tous du fait de nos expériences personnelles, accumulées depuis notre plus tendre enfance, dès le ventre de notre mère, des personnes singulières, névrosées voire malades. Et nous avons tous besoin d’aide.

 

Et ce besoin d’interdire certains types de thérapies sous prétexte qu’elles prétendraient que l’homosexualité peut être soignée me semble constituer une violation de ce que doit être la loi française, autre chose qu’une attaque des groupes de pression LGBTQ+ pour sanctuariser leurs propres déviances sexuelles.

 

 

Saucratès


10/10/2021
0 Poster un commentaire

France, pays d’interdictions

France, pays d’interdictions
Par Saucratès 


La France est un pays d’interdictions, ou plutôt d’obligations assorties d’amendes. On est ainsi l’un des rares pays d’Europe et du monde (si on oublie la Chine et les United States of America de Biden) à avoir rendu obligatoire la vaccination contre le Covid 19, à moins d’être totalement exclu de la vie publique. Interdit de cinéma, de restaurant, de bar, d’exposition, même lorsqu’elles se tiennent dans des églises ... interdiction de travailler dans certains métiers de réception du public ou professions de santé, et bientôt interdiction d’apprendre ou de se former ...

 

La France confond allègrement les interdictions, les obligations et le respect de la santé et de la sécurité des personnes. L’obligation du port du masque est une autre obligation sous peine de sanction, merveilleuse trouvaille ressuscitée des années 1919 de grippe espagnole, mais pourquoi est-il si nécessaire d’utiliser la menace de la sanction. Pourquoi le pouvoir a-t-il si peu confiance dans le peuple français qu’il se sente obligé d’imposer l’obligation et la menace de la sanction ?

 

L’exemple de la route et de la circulation automobile est le grand argument de nos amis pro-vaccins quant à la nécessité de limiter nos libertés. Nos amis pro-vaccins adorent si les stops et les limitations de vitesse, nécessaires à notre sécurité selon eux. Mais mon fils Nicolas me demandait ce matin la raison du A d’apprenti que doivent porter a l’arrière de leurs véhicules les jeunes chauffeurs de moins de trois ans. Voilà encore une obligation à la Con ! Si un jeune chauffeur ne porte pas son A au cul, il écopera d’une amende. À quoi sert donc ce A ? Les protègent-ils ? Non. Quand vous voyez un automobiliste qui conduit comme un pied, vous pensez juste qu’il conduit comme un pied. Mais si il a un A au cul, vous envisagez déjà à l’avance qu’il ne sait pas conduire et qu'il faut le dépasser le plus vite possible ! Ou que vous pouvez l’insulter. Mais ce non respect de l’affichage du A vaudra à un jeune conducteur pris en faite sans son A une amende dissuasive.

 

La France est la championne de ces idioties, de ces obligations idiotes et stupides, tout ceci pour la sécurité (malgré eux) des français. Aujourd’hui, depuis les gilets jaunes, on sait qu’il est interdit de manifester en France. On n’est autorisé de manifester que si on prévient les autorités du trajet et des moyens de contrôle de la manifestation pris par les organisateurs ! 

Et nos chères députées LREM ont eu l’extrêmement bonne idée de proposer un nouveau texte interdisant les thérapies de conversion des homosexuels. C’est clair, il manquait encore quelques interdictions en France ! 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/10/05/therapies-de-conversion-des-homosexuels-que-changera-la-creation-d-un-nouveau-delit_6097141_4355770.html

 

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/10/03/on-a-vraiment-l-impression-qu-on-va-finir-maudite-en-enfer-stephanie-b-a-subi-une-therapie-de-conversion-pour-guerir-de-son-homosexualite_6096932_4500055.html


On tombe ici en plein débat philosophique. À l’heure des mouvements de pression LGBTQ+, il est de très mauvais ton de dire que l’homosexualité est un dérèglement de la personnalité. Non, l’homosexualité, qui n’est pas encore devenue la norme sexuelle (mais cela ne saurait tarder), est considérée par les mouvements LGBTQ+ comme une simple remise en cause du genre. Et ce projet de loi vise à criminaliser toute autre opinion de l’homosexualité, ou trouble du genre, et à interdire que des parents, des amis, des homosexuels, puissent chercher à faire guérir, ou à se guérir, de cette forme de souffrance. Dire cela me fait probablement tomber sous le joug de cette loi ou d’une autre. On ne guérit que d’une maladie.

 

Vive la répression. Vive les interdictions. Et le plus triste, c’est que ceux qui pondent ces lois liberticides sont les premiers à se présenter comme libéraux. Et ceux qui pondent ses lois sont aussi ceux qui soit ont écrit en 1968 «il est interdit d’interdire», soit se réclament de ce mouvement de mai 1968. Quelle tristesse ! Tous ces journalistes se taisent, véhiculent justement ces opinions visant à criminaliser toutes les opinions qui ne se sont pas conformes à leur doxa libérale ! N’est interdit que ce qui défend des valeurs contraires à leurs propres normes.

 

 

Saucratès 


09/10/2021
0 Poster un commentaire