Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Généralités


Écrire sur l'homosexualité

Saint-Denis de La Réunion, mercredi 1er janvier 2020

 

Ce sera mon premier article de cette nouvelle année 2020, en ce premier jour de cette nouvelle décennie qui s'ouvre à nous. À tous mes quelques lecteurs, je souhaite une bonne et heureuse année.

 

Mon premier écrit de 2020 portera sur un sujet sensible, l'homosexualité masculine. Drôle de sujet pour un début d'année penserons peut-être certains d'entre vous. L'origine de cette envie d'écrire sur ce sujet est à rechercher dans un article du Monde Diplomatique du mois d'août 2019, intitulé «Difficile affirmation homosexuelle en Algérie».

 

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/08/SCHEMBRI/60160

 

Comme de nombreux papiers du Monde Diplomatique, c'est un article particulièrement intéressant sur un sujet sensible. Bizarrement, je ne suis ni vraiment d'extrême gauche, ni vraiment communiste (voire vraiment pas), ni vraiment favorable aux migrations des populations (voire pas du tout encore une fois), je ne partage pas du tout leur vision sur nombre de sauveurs et grands hommes providentiels qu'ils ont pu encenser par le passé (je pense notamment à Pierre Vergès qu'ils avaient présenté comme un grand homme martyrisé par un pouvoir fachiste). Et pourtant, je suis très souvent en accord avec leurs articles qui alimentent chez moi un sentiment de révolte contre les multiples injustices de la société et de l'histoire !

 

J'en reviens donc à l'homosexualité masculine. Que puis-je en dire ? Pour en revenir à l'article du Monde Diplomatique, selon le journaliste, il est important que l'homosexualité apparaisse dans les séries télévisées (ou tout autre canal) parce qu'il est important qu'un jeune (ou moins jeune) homosexuel puisse s'y référer et comprenne qu'il n'est pas anormal, que l'homosexualité n'est pas anormale, mais bien au contraire que d'autres personnes vivent la même chose que lui. Des personnes publiques ou célèbres auxquelles il pourra se comparer, se référer. Evidemment, l'article du Monde Diplomatique ne traite pas que de ce point, puisqu'il traite de l'Algerie et de la difficile cohabitation entre l'homosexualité et le modèle de la famille algérienne, entre autres choses.

 

Cette histoire permet en quelque sorte de mieux comprendre pourquoi la présence de personnes LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuelle et Transsexuelle) dans le paysage médiatique, dans les séries télévisées, est un tel enjeu pour nombre de défenseurs de la cause LGBT. Leur objectif n'est pas seulement de véhiculer, de faire de la publicité pour leur orientation sexuelle, comme on pourrait le penser, mais surtout de permettre de casser l'isolement des personnes LGBT, et notamment les jeunes adolescents chez lesquels le suicide reste encore une cause de mortalité importante. Cela reste vrai en France. éest encore plus indispensable pour une société comme la société algérienne, beaucoup plus conservatrice en matière de mœurs que la France.

 

Malgré tout, en disant tout ceci, je ne règle pas mon propre problème vis-à-vis de l'homosexualité masculine et son affichage public. L'homosexualité me gêne en effet profondément, sans que je puisse l'expliquer précisément. Penchants homosexuels refoulés, comme dirait ou pense ma femme ? Mon enfance et mon adolescence ont évidemment été marquées par une stigmatisation de tout ce qui pouvait apparaitre féminin dans les comportements et dans les mots de tous, dans le milieu familial, à l'école et au collège. Il n'était pas bon, en France, dans les années 1970-1980, de paraître même très légèrement différent de la norme moyenne. Et je crains que ce ne soit pas différent même aujourd'hui, dans la majeure partie des écoles et des collèges français. Donc effectivement, je pense avoir l'objet d'un formatage hétérosexuel pendant mes années d'enfance et d'adolescence, et on ne s'arrache pas facilement d'un tel formatage !

 

Et je peux comprendre que même si cela ne m'a personnellement posé aucun problème ni regret, un tel formatage peut causer de terribles ravages sur des personnes qui pourront mettre des années à le combattre, si leur orientation sexuelle est différente de la norme ! Meme après des années de mariage hétérosexuel tout à fait normales, avec une femme tout à fait normale. Surtout que, si j'ai fait l'objet d'un tel formatage, comme toute ma génération je le pense, d'autres jeunes avaient un rôle beaucoup plus actif dans ce formatage et dans les brimades, railleries et humiliations qui accompagnaient ce formatage. 

 

La normalité ! Je semble n'avoir que ce seul mot à la bouche, me direz-vous. Comment puis-je écrire et accepter ce que je veux écrire sur l'homosexualité ? Qu'est-ce que la norme ? Et comment la norme est-elle construite ? Les relations hétérosexuelles, entre un homme et une femme, d'un âge comparable, proche, est-elle la norme ? Et comment peut-on qualifier les autres formes d'orientation sexuelle ? Anormalité ? Qu'est-ce qui fait la norme ? Le fait que ce soit la forme la plus répandue dans la société ? Ce qui voudrait dire que si demain l'homosexualité était plus répandue et supplantait l'heterosexualité, des relations sexuelles entre un homme et une femme deviendraient du coup anormales ? Sinon, qu'est-ce que la norme ? La religion ? La conformité à ce qui est écrit dans les principaux textes religieux, comme la bible ou le coran ?

 

Il me reste encore à traiter de mon ressenti face à l'affichage public de l'homosexualité masculine. Effectivement, je suis particulièrement mal à l'aise avec cet affichage, sans que je puisse véritablement l'expliquer. Autant un baiser d'un couple hétérosexuel ne me gêne pas, je le trouve même plutôt romantique, autant un baiser entre des homosexuels me gêne. Et je ne parle même pas d'une scène de sexe entre homosexuels ! Et pourtant, là encore, quoi de plus romantique qu'une scène de sexe entre hétérosexuels, comme dans le film «Top Gun», par exemple. Un baiser entre homosexuels est le meilleur moyen pour me faire abandonner la télévision ou changer de chaînes télévisées. Mais après tout, c'est peut être normal. Mes enfants se sont bien cachés les yeux jusqu'à leurs 13 ans dès qu'un baiser ou une scène de sexe apparaissait dans un film !

 

Je fréquente d'ailleurs peu de couples homosexuels, voire pas du tout. Pourtant, je ne les rejette en aucun cas. Simplement, je n'en fréquente pas. Mais le meilleur ami d'une de mes très bonnes amies est homosexuel (elle est beaucoup plus ouverte que moi !). Au fond, malgré toutes les avancées des dernières décennies en France, entre le PACS, le mariage pour tous, la libéralisation des mœurs et la dépénalisation de l'homosexualité, le carcan social des mœurs continue de façonner notre société et nos relations, et il continue de rendre difficile d'afficher librement et ouvertement une orientation sexuelle différente de la norme reconnue. 

 

Reste un dernier sujet : de quoi l'homosexualité est-elle le résultat ? Forme de maladie mentale comme les anglais l'ont longtemps cru, par exemple ? D'où l'internement de nombre de personnages anglais célèbres, comme Alan Turing. Ou bien s'agit-il du résultat de relations difficiles au père ou à la mère ? Mon épouse vivrait ainsi très difficilement l'éventuelle homosexualité de mes enfants (dans le cas improbable où ils s'en ouvriraient à nous), qu'elle aurait vraisemblablement tendance à se reprocher ... ou à me reprocher peut-être ! Mais l'annonce de l'homosexualité d'un enfant est vraisemblablement une épreuve pour nombre de parents ... comme peut-être après tout l'annonce de son hétérosexualité dans une famille d'homosexuels ? 

 

Je pense que ce n'est rien de tout cela. Autre chose. Contrôle-t-on toujours ses aspirations ou ce que l'on aime ? Non. Et en plus, je crois en la réincarnation, et dans les âmes sœurs ... et comme il est très peu probable qu'une âme se réincarne toujours dans son même sexe, je peux avoir une âme sœur homme dont j'ai pu être très proche dans une autre vie ... Ce serait juste la faute à pas de chance. Mais aussi une chance extraordinaire que toutes mes âmes sœurs soient toutes du sexe opposé ! Bon en écrivant cela (en plus de me couvrir de ridicule), je ne résouds rien du tout. Certains homosexuels ne sont pas juste attirés par une âme sœur du même sexe qu'eux, mais ils ont simplement une autre orientation sexuelle !

 

Voilà ce que je voulais écrire en ce premier jour de 2020. En espérant n'avoir blessé personne par des paroles ou des idées maladroites. En vous souhaitant encore énormément de bonheur et de bons moments pour 2020. Et une bonne santé !

 

 

Saucratès


01/01/2020
0 Poster un commentaire

Islam et laïcité

Saint-Denis de La Réunion, samedi 19 octobre 2019

 

Un samedi soir sur la Terre, dans un endroit où le sujet de la laïcité n'est pas tellement important, n'est pas véritablement une préoccupation des habitants. Les réunionnais sont un des peuples les plus tolérants de France, que ce soit par rapport à la religion, par rapport à la couleur de peau, ou par rapport aux différences physiques. Cela m'avait marqué lorsque j'avais debarqué en tant que jeune lycéen et que j'avais découvert un monde différent où les différences ne sont pas synonymes d'agression, de violence, de racket de la part des gosses qui se considèrent comme ´normaux'. Evidemment, il faut nuancer ces propos idylliques. La société réunionnaise est évidemment traversée de tensions liées aux immigrations, récentes comme les bateaux de srilankais qui debarquent régulièrement, ou à l'égard des plus anciennes comme celles venant des Comores ou de métropole. que ce soit les mahorais et les comoriens. Et évidemment aussi, même au plan religieux, La Réunion ne peut pas être totalement protégée, puisque certains des jihadistes comme les frères Clain étaient réunionnais. L'incroyable union entre les differentes religions coexistant dans cette île ne peut pas nous protéger totalement de toutes les atrocités ou du racisme.

 

Néanmoins, ce soir, je voudrais parler de ce sujet de la place de l'islam et de la place de la laïcité au sein de la société francaise. Et plus particulièrement du rapport entre le voile islamique et la laïcité. C'est un sujet d'actualité comme le signale les nombreux sujets ou émissions d'actualité. Et ma position sera certainement très différente de l'éditorial suivant paru dans Le Monde.

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/10/19/vider-l-abces-du-debat-sur-le-voile_6016165_3232.html

 

Je suis pour ma part un catholique peu pratiquant, mais j'apporte une grande importance, une grande valeur à l'éthique catholique. Je crois que nos actes comptent, qu'ils nous seront décomptés dans le Monde de l'au-delà. Je dis cela essentiellement pour nuancer mes propos. Ils émanent d'un catholique convaincu, pour lequel la France est la fille ainée de l'Eglise catholique, et dans lequel il n'y a pas de place pour l'application de la charia ou de la loi islamique, ni de place pour un califat. 

 

La République francaise, la loi francaise ont tellement peur de l'islam, tellement peur de passer pour être intolérantes, qu'elles n'ont jamais voulu se prononcer sur les défis posés par l'islam à la société francaise. Du coup, elles ont préféré se réfugier derrière le principe de laïcité contenu dans la loi de 1905 pour régler les litiges nés de ces défis posés par l'islam. Présence croissante du voile islamique dans les villes françaises, dans les écoles françaises, de telle sorte qu'aujourd'hui, dans certaines villes françaises, les femmes d'origine musulmane sont obligées d'être voilées sauf à passer pour des prostituées et des femmes faciles. Comment cela est-il arrivé ? Comment a-t-on pu laisser s'installer de tels dérapages ? 

 

L'assimilation du combat contre les déviations de l'islam et la laïcité a surtout eu pour conséquence de réduire les droits des catholiques. Sous le pretexte qu'il ne faut privilégier aucune religion, les extrémistes laïques (ou les islamistes embusqués) ont obtenu l'interdiction de tous les signes religieux catholiques, même une simple croix, et l'interdiction de tous les signes liés à la religion, comme l'existence des crèches liées à la naissance de l'enfant Jesus dans l'espace public et dans les administrations.

 

En assimilant combat contre l'islamisme et ses signes, et laïcité, on s'est trompé de combat et on s'est trompé d'armes, car chaque volonté d'encadrer ou de protéger un peu plus les gens des dérives islamistes entraine également une surenchère contre la religion catholique ! La religion catholique était certainement un danger dans les années 1850-1900, un peu à l'image de ce qu'aujourd'hui se trouve être l'islam. Être un libre penseur à l'époque, ne pas se rendre à l'église, ne pas se faire baptiser, présentait le même risque d'exclusion, de rejet, que ce que l'on observe aujourd'hui dans le cas de l'islam. Il suffit de lire le «Cheval d'orgueil» de Pierre-Jakez Helias pour se faire une petite idée. Evidemment, cela se passait dans le Finistère Sud à la pointe bretonne, mais cette province était à peine plus catholique que le reste de la France. Aujourd'hui, le même défi à la société francaise, à une société francaise modernisée, laïque, est posée par l'islam et par la place que les musulmans veulent et peuvent y occuper.  Le problème n'est plus le catholicisme et les prêches des prêtres et des prélats, ce n'est plus les écoles catholiques dans lesquelles on va apprendre aux enfants les bases du catéchisme, ou la religion en general pour les non-croyants et les enfants d'autres religions. Le problème, ce sont les valeurs de l'islam dès lors aue celle-ci veut véhiculer des valeurs étrangères à la France ou veut empiéter sur le domaine public. Le port du voile n'est pas une valeur francaise, ou plutôt faudrait-il dire, n'est plus une valeur francaise. Autrefois, et ceci très tardivement, les femmes et les hommes ne rentraient pas dans les églises habillés n'importe comment. Les femmes devaient voiler leurs cheveux. Les jambes ne devaient pas être découvertes. Et celles qui contrevenaient à ses règles, à ses usages, étaient elles-aussi comme des femmes petites vertus. Mais ceci a disparu. Ces habitudes désuètes se sont heureusement perdues et une femme peut rentrer tête nue dans une eglise et un homme peut y rentrer en bermuda. Le short ou la mini-jupe y seront certainement encore diversement appréciés. 

 

Ce n'est pas sous l'angle de la laïcité qu'il faut s'opposer au port du voile dans l'espace public, à l'école ou dans la rue. Il faut que la France est le courage de dire que ces pratiques, des lors qu'elles sont imposées, ou qu'elles risquent de se généraliser et d'être imposées à toutes et à tous, doivent être interdites, doivent être combattue ! Je ne partage ainsi absolument pas cette foule qui conteste les propos d'un élu de la République qui a osé demander à une femme voilée de quitter un hémicycle, alors qu'elle accompagnait par ailleurs une sortie scolaire. Il n'y a pas eu selon moi d'agression. Ou si agression il y avait, l'agression vient de cette femme voilée qui estime qu'elle doit avoir le droit de porter son voile dans des sorties scolaires ou dans l'hémicycle d'un conseil régional.

 

Je ressens d'ailleurs la même surprise, la même rage, lorsque je vois des types rentrant dans des commerces avec un casque de moto. Les vieux messieurs bien éduqués retirent leur chapeau lorsqu'ils parlent à des femmes ou à d'autres personnes pour montrer leur respect, et des motards jeunes ou moins jeunes, n'acceptent même pas de retirer leur casque de moto ?

 

Dernière aberration tout aussi navrante ; ces parents de jeunes islamistes partis combattre pour le compte de l'Etat Islamique en Syrie, partis tuer et assassiner les juifs et les chretiens, qui attaquent le gouvernement français, ou certains ministres, pour les forcer à faire rapatrier leurs enfants assassins ou enfants d'assassins et de meurtriers, de jihadistes ! Ces jeunes ou ces moins jeunes ont voulu quitter la France parce que les principes de l'Etat Islamique leur plaisaient ! Ce n'est pas la France ou des ministres aujourd'hui qui mettent la vie de ces gosses, de ces jeunes ou moins jeunes, en danger. Ce sont ces jeunes eux-mêmes, et leurs parents qui les ont laissé faire, qui ont mis eux-mêmes leurs vies en danger. Ils étaient potentiellement morts des lors qu'ils ont mis le pied dans le califat de l'Etat Islamique. Ils doivent être traités comme des ennemis de la liberté, et jugés et condamnés pour les crimes qu'ils ont commis, non pas en France mais dans les pays où ils ont commis leurs crimes, et y purger leur peine. 

 

 

Saucratès


19/10/2019
2 Poster un commentaire

L'hystérie médiatique autour du cas d'Eric Zemmour

Saint-Denis de La Réunion, mercredi 2 octobre 2019

 

Le cas Eric Zemmour devient un sujet d’hystérie médiatique collective. Un journaliste et polémiste connu a donc prononcé un discours à une convention politique organisée par un membre de la famille Le Pen dans lequel il aurait tenu des propos controversés sur l’islam, dans un pays dans lequel tenir de tels propos est un crime, et vaudra à cette personne, et certainement à la méchante organisatrice de cette convention des poursuites pour injures publiques et provocation à la haine et de lourdes condamnations pénales. Cerise sur le gâteau, les contempteurs d’Eric Zemmour et de Marion Maréchal-Le Pen ne se satisferont pas avant qu’Eric Zemmour soit licencié par le journal qui l’emploie et interdit de présenter une émission télévisée ou de travailler pour un média. Je fais confiance pour cela à tous les indignés et protestataires offensés par Eric Zemmour et ses idées qui les hérissent !

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/10/01/une-enquete-ouverte-contre-eric-zemmour-pour-injures-publiques-et-provocation-a-la-haine_6013780_3224.html

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/10/01/zemmour-et-la-haine-televisee_6013769_3232.html

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/10/02/tal-bruttmann-chez-zemmour-la-lutte-des-races-tient-lieu-de-programme-politique_6013838_3232.html

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/10/02/affaire-zemmour-l-incitation-a-la-haine-raciale-doit-etre-combattue-pas-debattue_6013866_3232.html

 

Premièrement, je n’ai pas vu l’émission controversée de LCI dont il est ici question et notamment le discours qui a été retransmis. Certes, j’eusse peut-être été gêné ou choqué par les termes de son discours ; je n’en sais absolument rien. Mais même si j’eusse été gêné par ce discours ; j’aurais zappé cette émission et je serais passé sur une autre chaîne télévisuelle. Rien ne m’oblige en effet à écouter des absurdités si j’estime que ce sont des absurdités et des horreurs !

 

Quant à moi, ce qui me gêne dans cette histoire, c’est justement que tous ces indignés, ces pisses-froid, ces sectaires adeptes de la pensée unique, donnent absolument raison à Eric Zemmour et à ceux qui pensent comme lui. Il y a une caste de bons-penseurs-droits-de-l-hommistes qui exècrent tous ceux qui ne pensent pas comme eux, qui les assimilent aux auteurs nazis et racistes du début et du milieu du vingtième siècle et qui souhaitent les faire interdire, les faire emprisonner, les faire embastiller, les faire disparaître de la sphère publique, voire les brûler, eux et leurs écrits ou discours !

 

Il n’y a plus de démocratie, de dialogue possible. Et les deux camps utilisent d’ailleurs la même phraséologie. Eric Zemmour rapproche les musulmans et les nazis, et les idéologues droits-de-l-hommistes avec les traitres-clercs, les munichois de la première moitié du vingtième siècle. Et l’immense majorité des intellectuels qui le condamnent le rapproche des écrivains d’extrême-droite de la même première moitié du vingtième siècle, Maurras, de Maistre, Drieu La Rochelle. Et comme il y a un tel déséquilibre entre d’un côté Eric Zemmour, presque seul, et de l’autre côté, l’ensemble de la classe politique et médiatique, le combat est évidemment perdu d’avance. Une immense meute de loups hurle à la mort du pauvre polémiste réfugié dans un arbre, alors que sur des kilomètres carrés aux alentours, tous les loups rassemblés ne rêvent aujourd’hui que de le bouffer. Certes, ils pourraient changer de proie, puisque par exemple le Président élu des Etats Unis d’Amérique, Donal Trump, tient un discours au fond pas si différent. Mais non, il est tellement plus simple de s’attaquer et de bouffer Eric Zemmour plutôt que de s’attaquer en meute à Donald Trump et au peuple américain !

 

Que le discours d’Eric Zemmour soit exagéré, même si je ne l’ai pas entendu, je n’en disconviens vraisemblablement pas. Il doit y avoir des exagérations. Mais cela n’interdit en aucun cas l’existence de son discours, et cela n’autorise en aucun cas les appels au lynchage médiatique dont la presse médiatique est désormais remplie. Qu’il considère que l’islam et les musulmans sont le vrai danger, et non pas les seuls islamistes et les seuls terroristes comme il est de bon ton de le dire, comme il est uniquement toléré qu’on le dise et qu’on l’écrive, c’est pour moi son strict droit. C’est une opinion autorisée et le fait de l’énoncer dans un discours dans un programme politique ne me semble pas inacceptable. Après tout, tous les terroristes islamistes qui ont tué des innocents, qui ont massacré des civils ou des militaires, étaient à un moment ou un autre des simples musulmans, et ils ont basculé, ils se sont radicalisés, parfois très rapidement, dans l’islamisme avant de perpétrer des attaques, des attentats ou de se partir faire le djihad en Syrie !

 

Interdire ce discours, ces idées, ne les fera pas disparaître du cerveau des citoyens de notre pays, des citoyens des autres pays européens, qui voient dans l’afflux de musulmans un danger, un risque pour la démocratie française ou européennes. Ce n’est pas en interdisant à ses voix de s’exprimer qu’on fera disparaître ces idées. Des citoyens français continueront de le penser, même si nul parmi les intellectuels médiatiques n’évoquent ce sujet. Simplement, ces citoyens auront juste l’impression de ne pas pouvoir être représenté dans le champ médiatique.

 

Interdire ce discours, c’est considérer que le roman «Soumission» de Michel Houellebecq, paru en janvier 2015, développe des idées et une narration interdite, criminelle. Car, même si l’histoire est romanesque, le roman raconte comment l’ensemble de la classe politique et l’ensemble des penseurs peuvent basculer dans l’islamisme par intérêt et par soumission. Comment les musulmans pourraient prendre à brève échéance le pouvoir en France (2022), avec l’aide de tous les démocrates français pour empêcher l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen ... Comment le président musulman élu mettrait immédiatement en œuvre l’application de la charia en France, et comment l’ensemble des intellectuels bien-pensants se convertiraient très rapidement à l’islam pour intégrer les cercles du pouvoir et bénéficier des avantages de la polygamie, avec de jeunes et belles promises !

 

Interdire ce discours, c’est aussi interdire tous les livres de science-fiction qui traitent des risques des réfugiés climatiques. Cette scène particulièrement horrible où un enfant disparait dans un camp de réfugiés dans le nord de l’Europe, dans un pays scandinave, et où l’enfant y est rôti tel un cochon pour nourrir les réfugiés ! Et le père à la recherche de son fils qui voit de loin le barbecue et n’imagine pas que c’est son fils que les réfugiés climatiques rôtissent pour s’en empiffrer. Horrible. Abject. C’est aussi comme l’histoire de ce jeune africain qui avait poignardé la personne qui l’hébergeait pour le compte d’une association caritative d’aide aux réfugiés et qui avait caché son corps sous un meuble et qui continuait à vivre chez son hébergeur, et à y inviter des personnes !

 

Je suis opposé viscéralement à la chasse à l’homme et à la chasse aux sorcières déclenchée par tous les intellectuels biens-penseurs et droits-de-l-hommistes qui s’acharnent sur Eric Zemmour et sur ceux qui ne pensent pas comme eux, qui n’obéissent pas aux injonctions médiatiques de modération et de bien-pensance. A moins que le processus de soumission décrit par Michel Houellebecq soit déjà terminé en France et que l’ensemble de ces médias, l’ensemble des intellectuels français, aient déjà abdiqué toute forme de résistance à l’islamisme.

 

Mais il y a une chose que le roman de Houellebecq ne traite pas. C’est la confrontation entre cet islamisme politique et le féminisme. Comment deux idéologies aussi diamétralement opposées, aussi frontalement opposées, pourraient-elles coexister ? Car il n’y avait nulle place pour le féminisme, pour l’égalité entre les hommes et les femmes, dans le livre écrit par Michel Houellebecq. La société française soumise à la loi islamique, à la charia, n’accordait plus grande place à la féminisation de la société ! Seuls les couples étaient féminisés en permettant aux mâles d’avoir plusieurs jeunes, belles, soumises et voilées épouses ! 

 

Risque-je d'être moi aussi poursuivi pour incitation à la haine raciale et pour injure publique ? Mettons fin aux chasses aux sorcières et appliquons réellement la démocratie et la liberté d'opinion et de parole que les biens-pensants théorisent seulement lorsque cela les avantage, lorsque cela les intéresse. 

 

En paraphrasant la citation apocryphe de Voltaire : « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrais jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ». Ou comme l'écrivait la journaliste russe Svetlana Prokopieva : « Ils ont décidé qu’exprimer une opinion était un crime. Mon affaire criminelle, c’est le meurtre de la liberté d’expression. »

 

 

Saucratès


02/10/2019
0 Poster un commentaire

Le projet de loi sur la bioéthique est inacceptable

Saint-Denis de La Réunion, mercredi 25 septembre 2019

 

Plusieurs articles du Monde traitent de la loi de bio-éthique actuellement en cours d’adoption au Parlement et tout particulièrement de la mesure la plus controversée de ce texte, à savoir la procréation médicale assistée (PMA) pour les toutes les femmes. Cette mesure fait notamment l’objet d’un éditorial de ce journal. On pourrait également citer d’autres articles publiés par Le Monde, dont notamment celui traitant des réserves exprimées par l’Académie des Sciences.

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/09/24/la-pma-pour-toutes-serait-une-avancee-societale-majeure_6012840_3232.html

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/09/25/bioethique-les-deputes-jettent-les-bases-du-debat_6012919_3224.html

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/09/22/pma-pour-toutes-les-femmes-l-academie-de-medecine-exprime-des-reserves_6012591_3224.html

 

La première chose qui en ressort, c’est la position extrêmement favorable du journal quotidien sur ce sujet. Et la deuxième chose, c’est que toute position contraire y est niée, contestée, et les arguments opposés y sont tournés soit en ridicule, soit considérés comme «datés». Que Le Monde obéisse au doigt et à l’œil aux injonctions du gouvernement français, ou aux ordres de ses actionnaires milliardaires, ce n’est pas véritablement nouveau ! Que le gouvernement et la majorité politique actuellement au pouvoir tente de nier toute forme d’opposition, toute forme de critique, en vidant les débats médiatiques grâce à sa main mise sur les médias et sur la majorité parlementaire via des amis milliardaires ou un réseau de féministes patentées, situées dans tout le spectre de l’éventail politique, de LFI jusqu’à LRM, n’est au fond pas non plus très nouveau ! Cela fait des années que cette dénaturation, que ce contrôle de la pensée est à l’œuvre. Sous le quinquennat de François Hollande et les premiers mois du quinquennat d’Emmanuel Macron, cette mise au pas de la société française, des médias français, était une évidence. Seul le mouvement et l’organisation des gilets jaunes a pu traverser et faire croire à une possible remise en cause de cette main mise, de cet étouffement de la pression médiatique. Mais les milliardaires autour du président Macron ont su apparemment reprendre en main leurs journaux pour empêcher qu’ils ne participent à l’information de la société française.

 

Sur la loi de bioéthique comme sur tant d’autres choses, nous n’aurons donc comme information que les resucées validées par le gouvernement et par les usines médiatiques des milliardaires au pouvoir en France.

 

Non, l’ouverture de la PMA à toutes les femmes n’est pas une avancée sociétale majeure. Non, les députés et députées n’ont pas à débattre dans le calme et dans le respect des positions des uns et des autres. Le respect et autres conneries de ce genre sont des inventions maladives de ceux qui veulent vider de sens les débats ! Le fait d’éviter les agressions verbales contre les rapporteurs ou plutôt les rapporteuses de ce genre de texte, soi-disant pour « privilégier les débats sur le fond » ne constitue pas une tentative pour contribuer « à redorer le blason de la démocratie parlementaire, qui en a aujourd’hui grandement besoin » ! Ceci est une dictature de la pensée. On sait que le débat parlementaire est biaisé du fait de la majorité parlementaire de La République en Marche, qui adoptera au final ce texte comme un seul homme, ou plutôt une seule femme ... Et c’est la seule raison pour laquelle ce texte sera au final approuvé. Toute cette loi sur la bioéthique repose sur une imbécilité. La façon normale de concevoir des enfants et des bébés passe par une insémination naturelle impliquant un homme et une femme. La PMA a un sens pour des couples d’hommes et de femmes qui ne peuvent pas avoir naturellement des enfants, pour lesquels des raisons médicales font que ce n’est pas possible naturellement. Alors certes, des femmes ne peuvent naturellement avoir de gosses sans hommes, sauf à avoir des gênes d’escargots ou de limaces hermaphrodites, mais la raison n’en est pas médicale, mais physique. Jusqu’à présent, une femme ou des femmes ne peuvent pas encore produire des gamètes masculines et féconder un ovule féminin en l’absence de gamètes masculines n’est pas encore possible.

 

Autre aberration médiatique, visant à nier l’adoption par une majorité LaREM d’une loi biaisée, clivante, dégradante et discriminatoire, c’est cette idée que les français sont gagnés à ces évolutions « sociétales ». Ainsi selon l’écrit Le Monde, « le flegme avec lequel la société française a accueilli ces évolutions majeures du droit qui bousculent la représentation du couple et de la famille tranche avec la violence des débats qui avaient eu lieu dans l’hémicycle du Parlement ». Mais ceci est complètement faux. Le mariage pour tous est une violence politique pour toutes les personnes qui y sont opposées philosophiquement, éthiquement, religieusement. Le mariage ne doit intervenir qu’entre un homme et une femme, l’acte de conception ne doit être possible, et n’est techniquement possible qu’entre un homme et une femme, et proclamer le contraire ne résoudra pas, ne fera pas disparaître de tout ceux que cette conception de la loi et de l’éthique hérissent, insupportent.

 

Certes, la loi l’emporte sur les individus, les médias peuvent servir à masquer, à cacher les opinions adverses, les opinions opposées, tout ceci sous couvert de sondages grossièrement manipulés. Mais d’autres lois avec l’appui des mêmes médias contrôlés et verrouillés par quelques personnages, quelques milliardaires, pourraient tout autant décider que la loi islamique, la charia, doit désormais unilatéralement s’appliquer en France, que la religion catholique y est interdite, que la terre de France toute entière est une terre sacrée de l’Islam ! Ce qu’une loi fait, une autre loi pourrait le défaire ou faire tout à fait autre chose. Il n’en demeure pas moins que chacun en son âme et conscience peut s’y opposer, peut y être opposé, même si cette opposition est masquée, niée, écrasée, manipulée afin de faire croire qu’elle est minoritaire, inexistante, inaudible. Nous sommes aujourd’hui victimes de terroristes de la pensée, d’extrémistes de la bien-pensance, des droits des femmes, d’une dictature de la pensée, tout autant que des terroristes islamistes et des extrémistes musulmans. Alors certes, nous ne gagnerons pas au final.

 

Il est également rageant que toute pensée opposée soit ridiculisée, niée, moquée. Lorsque l’Académie des sciences évoque que « la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure » et n’est « pas sans risques » pour son « développement psychologique » et son « épanouissement », il est inacceptable que le gouvernement parle d’un avis « daté ». Comme si le fait de ne pas aller dans le sens du gouvernement, des extrémistes féministes et homicides n’était pas acceptable, pas accepté. Le Monde dans un article indiquait (pour mieux pouvoir descendre cette position par la suite), que : « L’Académie reconnaît la légitimité du désir de maternité chez toute femme quelle que soit sa situation, mais juge qu’il faut aussi au titre de la même égalité des droits tenir compte du droit de tout enfant à avoir un père et une mère dans la mesure du possible. » Le Monde citait une phrase du rapport de l’Académie : « L’argument régulièrement avancé pour rejeter le risque pour l’enfant se fonde sur certaines évaluations, essentiellement dans quelques pays anglo-saxons et européens, faisant état de l’absence d’impact avéré sur le devenir de l’enfant. [Elle] ne juge pas très convaincantes ces données au plan méthodologique, en nombre de cas et en durée d’observation sur des enfants n’ayant pas toujours atteint l’âge des questions existentielles. »

 

Nous avons donc un débat tronqué et une négation de toute opposition à un texte absolument inacceptable et intolérable. Une chape médiatique que les médias contrôlés par le gouvernement font peser sur l’opinion publique. Il n’y a pas de droit à un désir de maternité de toutes les femmes, pas plus qu’il ne doit y avoir pour le droit au désir de paternité ou de maternité des hommes. Il n’y a pas de droit à avoir un enfant. On fera dire tout ce que l’on veut à la Loi, au droit. On fera dire tout ce que l’on veut aux études sur le devenir et l’équilibre psychique des enfants. On fera autant d’enfants souffrants que de déséquilibrés mentaux dans le futur, comme des générations de parents violents et non aimants ont pu faire des générations d’enfants et d’adultes déséquilibrés, violents, haineux. Le siècle prochain et les décennies à venir seront peut-être et sûrement un siècle de haines et de guerres comme le fut le vingtième siècle, et cette génération de mères porteuses, seules ou en couples, cette génération de couples d’homosexuels et d’homosexuelles qui veulent avoir le droit d’avoir, de faire, d’éduquer des enfants quelque puisse en être le prix à payer, sans homme ou sans femme, seront peut-être à l’origine de ces évènements. Au fond, le monde est plein de personnes qui ne devraient pas avoir le droit de se reproduire, qui ne devraient pas se reproduire. Et les couples homosexuels ou les femmes seules qui en bénéficieront ne sont au fond qu’un infime rajout à de telles incohérences !

 

Après tout, tant pis, le monde et la société française est déjà perdue. Un peu plus ou un peu moins, qu’est-ce que cela peut bien changer, alors que la loi islamisme et la charia nous guette un peu plus chaque jour !

 

 

Saucratès


25/09/2019
0 Poster un commentaire

Le féminisme ou l'art de ramener les hommes au stade d'animal, de porc. Ou qu'en est-il du respect de la présomption d'innocence.

Saint-Denis de La Réunion, mardi 16 juillet 2019

 

Un sujet de discussion de comptoir de ce matin : les hommes sont-ils des porcs ? Sujet annexe non évoqué : la présomption d'innocence vaut pour les meurtriers et les meurtrières, les assassins et les voleurs, ou les hommes politiques corrompus ... Par contre la présomption d'innocence n'est pas reconnue pour ceux que les femmes, les féministes, les ultra-féministes, les haineux et les haineuses nomment les porcs ! Ces hommes que les femmes accusent de les avoir violées, agressées ou importunées.

 

La discussion dérape le plus souvent lorsque l'on évoque le cas de Dominique Strauss-Kahn. Sauf erreur de ma part, Dominique Strauss-Kahn n'a pas été condamné pour l'incident du Sofitel. Mais bizarrement, sa culpabilité ne fait aucun doute aux yeux de toutes les femmes, féministes de tout poil (ou tout sexe) et autres aigries ou aigris : ce serait un pervers, un porc, qui aurait agressé une pauvre femme de ménage, Nafissatou Diallo, dans une chambre d'hôtel du Sofitel de Manhattan, au sortir d'une douche, le 14 mai 2011. Le fait que l'accusation américaine ait abandonné les poursuites pénales en raison du manque de crédibilité de la plaignante, Nafissatou Diallo, qui ne permettait pas de donner de crédit à sa version des faits, n'a apparemment aucun impact sur leur jugement définitif. Il faut dire que Dominique Strauss-Kahn avait été arrêté comme un grand criminel devant le tout New-York et devant les médias du monde entier.

 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Dominique_Strauss-Kahn

 

Mais aux Etats-Unis, l'abandon des poursuites pénales n'empêche pas le lancement d'une procédure civile. Apparemment, le 10 décembre 2012, la procédure au civil a été abandonnée par la conclusion d'une transaction financière avec Nafissatou Diallo (montant indéterminé). Une audience était prévue une semaine plus tard devant le juge de la cour suprême du Bronx, au cours de laquelle Dominique Strauss-Kahn risquait d'être confronté aux témoignages d'autres femmes.

 

Nous pouvons donc imaginer que Mme Diallo coule désormais des jours heureux dans la richesse et l'opulence grâce à cette histoire d'agression sexuelle au Sofitel de Manhattan !

 

https://www.20minutes.fr/monde/1530851-20150202-affaire-sofitel-nafissatou-diallo-nouvelle-vie-restaurant

 

Je me rappelle d'ailleurs qu'à cette époque, les réseaux féministes (ou politiques, ou bien les trolls) s'acharnant sur Dominique Strauss-Kahn, faisaient circuler des photos d'une Nafissatou Diallo apparemment, visuellement mineure, pour tenter de décrédibiliser encore plus son supposé agresseur. Il s'agissait vraisemblablement de photos de la fille de la plaignante. 

 

Dans les discussions de café de commerce, mes contempteurs (ou bien ceux de Dominique Strauss-Kahn et de tous les porcs qu'ils ou elles exècrent) aiment également rappeler l'affaire du Carlton de Lille et de son ami Dodo La Saumure. Effectivement, Dominique Strauss-Kahn fit bien l'objet d'un procès en février 2015 au tribunal correctionnel de Lille pour «proxénétisme aggravé en réunion», alors que le parquet de Lille avait requis un non-lieu total dans le cadre de cette affaire. Mais les féministes et ultra-feministes de tout poil oublient néanmoins, accessoirement, que Dominique Strauss-Kahn a été relaxé le 12 juin 2015 !

 

Donc, la présomption d'innocence et l'autorité de la chose jugée ne vaut pas pour les hommes que les femmes et les féministes ont déjà condamné dans leur for intérieur. Ces gens-là, de même que tous les hommes plus généralement, sont donc forcement coupables, affublés du doux surnom (ou étiquette) de porc. Il n'est pas nécessaire qu'il y ait de jugement. Ils sont coupables ! Forcément coupables !

 

https://www.elle.fr/Societe/Interviews/Affaire-DSK-pour-Clementine-Autain-la-decence-ce-serait-d-avoir-au-moins-un-mot-pour-cette-femme-1583462

 

Cette conversation de bar me rappelle une autre chose : cela ne choque pas des femmes de ramener des hommes à une dimension d'animalité, privant ces personnes, ces individus, ces hommes, de leur humanité ! Tout comme les féministes qui créent et utilisent un site internet dénommé «balancetonporc.org», on ramène des hommes au stade, au niveau d'un animal ... et pas n'importe lequel : le plus vil, le plus dégradant des animaux de ferme qui existe, celui sur lequel existe les plus forts tabous si on se réfère à l'islam ou la religion juive : le porc !

 

Les mêmes personnes féminines qui hurlent en meute parce que les hommes les ramèneraient supposément à une dimension d'objet, de chose, de pot de fleur ou de potiche ; ces mêmes personnes ramènent donc les hommes au stade de l'animal, et le plus infamant de tous les animaux ? Bizarrement, je ne comprends pas tout ceci. Ou plutôt, je pense qu'il ne s'agit de rien d'autre que d'une guerre des sexes dans laquelle des femmes ont décidé de détruire les hommes, en général. Et ceux-ci ont la connerie de se laisser faire, de tenter de les satisfaire ?

 

Personnellement, je pense que désormais, les hommes ne regarderont plus jamais les femmes de ménage qui rentrent dans leurs chambres d'hôtel de la même manière depuis cette histoire supposément arrivée au Sofitel de Manhattan. Et pourtant, elles ont toujours le chic pour rentrer dans les chambres alors qu'on s'y trouve encore !

 

 

Saucratès


16/07/2019
0 Poster un commentaire