Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Développement durable


De l'expérimentation en médecine et en sciences économiques

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 6 octobre 2019

 

Le principe de l'expérimentation en médecine ou en économie pose forcément un problème moral. Mais il n'est pas sûr du tout que ce principe pose également un problème de morale et d'éthique aux expérimentateurs eux-mêmes, aux médecins, ou aux économistes qui y recourent !

 

Quelques puissent être les règles et les méthodologies mises en œuvre par les facultés et par les commissions de déontologue pour entourer ces pratiques, celles-ci continuent forcément d'interpeller moralement. En médecine, même en se reposant sur le hasard (randomisation en double aveugle), le simple fait de donner à une personne un médicament qui pourrait le soigner et une autre personne un placébo qui n'a intrinsèquement aucune capacité de soigner cette personne est éthiquement et moralement indéfendable, selon moi. C'est jouer à Dieu, ou plutôt à l'apprenti-sorcier. C'est évidemment éthiquement encore pire si vous choisissez personnellement les personnes qui recevront le médicament, et ceux qui ne le recevront pas, parce que ce ne sont pas des amis. En médecine, il me semble impossible de nommer un spécialiste de ces expériences, parce que tous les médicaments, toutes les innovations médicamenteuses ou de traitement, toutes les nouvelles molécules brevetées reposent sur ce principe, sur ce système. On propose ainsi, parfois ou le plus souvent, à des personnes dont le pronostic vital est engagé, de participer à un test dans lequel ils ont une chance sur deux d'être bénéficiaires d'un nouveau traitement révolutionnaire, et une chance sur deux de se voir prescrire un peu de sucre comme placébo. Cela a même conduit à inventer de nouvelles théories sur l'effet placébo, dans le cas à un patient s'étant vu prescrire un placébo enregistre les mêmes améliorations de sa santé parce qu'il est persuadé de recevoir le médicament expérimental. Et à l'inverse il existe l'effet nocébo, dans lequel un patient bénéficiant du bon médicament, est tellement persuadé qu'on lui remet le placébo que le médicament ne lui fait aucun effet bénéfique. Et il est évident que si je devais me retrouver dans cette situation, à essayer un nouveau traitement dans un groupe expérimental, je serais moi aussi tellement persuadé avoir le placébo que le traitement ne pourrait me faire aucun effet bénéfique. Cette terreur qui vous envahit au plus profond de la nuit, face à la maladie, et au cours de laquelle vous imaginez les pires choses, les pires peurs, dont celle de bénéficier d'un placébo en lieu et place d'un vrai médicament. Cette angoisse sourde qui vous dévore dans la nuit, qui vous laisse plus réveillé que vous ne l'avez jamais été, plus incapable de trouver le sommeil. Et ces expérimentateurs fous n'en ont absolument rien à faire. 

 

À se demander même pour quelles raisons on continue à pratiquer ce genre d'expérimentation en médecine, malgré l'importance de ces effets placébo et nocébo qui viennent en altérer les résultats et qui ne permettent absolument pas de déterminer si un traitement marche ou non, entre les optimistes qui seront persuadés d'avoir la bonne molécule, et les pessimistes qui seront persuadés du contraire. 

 

https://www.allodocteurs.fr/se-soigner/medicaments/l-effet-nocebo-le-cote-obscur-de-l-effet-placebo_9942.html

 

 

En économie, le principe de l'expérimentation est un peu plus récent et un peu moins développé, de telle sorte que l'on peut plus facilement citer les économistes qui s'essaient, qui sont les spécialistes de l'économie expérimentale. L'économie a longtemps été d'abord une science théorique, molle, avant de devenir une science pure, une science dure, en se reposant sur des modèles mathématiques pour énoncer ses lois. Maintenant, certains veulent faire d'elle une science expérimentale. Selon moi, c'est une idée particulièrement idiote. Une science expérimentale signifie qu'une expérience puisse être répétée et reproduite par n'importe qui et donner les mêmes résultats. C'est improbable s'agissant de l'économie, parce que l'économie repose avant tout, non pas des interactions de molécules ou d'atomes, mais sur des interactions humaines, qui ne sont ni reconductibles, ni reproductibles. Une même personne dans une même situation à deux moments différents pourra prendre deux décisions tellement différentes, qu'il s'agisse de rendre la justice, qu'il s'agisse d'un acte de consommation, ou d'un acte financier. 

 

Les économistes qui à tord veulent démontrer que l'économie est une science expérimentale se trompent et nous trompent. Le Monde et l'économie n'est pas reproductible. Ils ne sont même pas modélisables avec une probabilité suffisante de réalisation. Une crise financière est-elle aujourd'hui en devenir ? Pourra-t-elle être éviter ? En 2007, les économistes nous prédisaient des décennies de croissance ininterrompues, et il y eut la crise financière de 2007 qui mit la planète finance à genoux !  

 

Apres, il me faut mieux spécifier ce que j'entends par économie expérimentale, ce que d'autres appellent «économie expérimentale aléatoire». J'entends par là les principes théoriques définit par les économistes Esther Duflo, Mickael Kremer ou Abhijit Banerje. Des principes qui théorisent et qui ont réussi à imposer le principe de l'expérimentation et de l'évaluation en matière d'économie du développement et de politiques publiques.

 

https://journals.openedition.org/regulation/13148

 

Il n'est pas dans mon objectif de développer une critique de l'economie experimentale d'Esther Duflo. Lire pour cela l'article d'Agnes Labrousse A. (2010), « Nouvelle économie du développement et essais cliniques randomisés : une mise en perspective d’un outil de preuve et de gouvernement ». Revue de la régulation, vol. , no 7, p. 2‑32.

 

https://journals.openedition.org/regulation/7818

 

J'ai entendu parler d'Esther Duflo à l'origine de la création de la chaire d'économie du développement de l'Agence Française de Développement au collège de France, à l'époque où son directeur général en était l'énarque Jean Michel Sévérino. Et dès cette époque, la seule idée de lancer une expérimentation aléatoire en économie me semblait être éthiquement inacceptable. De la même manière qu'en médecine, on mesurait les différences de résultat entre un groupe qui bénéficiait d'une politique publique, d'une politique d'aide, et d'un ou des groupes test qui n'en bénéficiaient pas. Mais toujours la même question : comment peut-on jouer à Dieu. Dans la simple idée de mesurer l'améliorer des conditions de vie et de développement d'une population donnée, on décide qu'un groupe bénéficiera d'une politique d'aide, et qu'un autre groupe n'en bénéficiera pas. Il ne s'agit pas ici d'une génération de souris de laboratoire qui sert de cobayes. Il s'agit d'êtres humains, de véritables êtres humains, pour lesquels les champs de l'expérience représentent plusieurs années de vie, l'enfance de centaines d'enfants ! Comment des économistes peuvent-ils lancer ce genre d'expérience en jouant avec la vie de milliers et de centaines de milliers de personnes, juste pour expérimenter et évaluer l'apport de politiques publiques ?

 

Certaines personnes défendent cette méthodologie en argumentant qu'il faut bien faire avancer la science, que c'est le prix à payer, que l'expérimentation permet de faire avancer la connaissance. A ma connaissance, le même genre d'arguments pourrait permettre de légitimiser les expériences des nazis dans les camps de concentration des années 1941-1945 ! Les savants nazis firent également avancer la médecine avec leurs expériences médicales extrêmes menées sur les hommes et femmes internés juifs ou tziganes sur lesquels ils procédèrent aux pires expériences qu'il a été possible d'imaginer à l'homme (ou presque ... j'ignore les expériences menées par les savants européens sur les peuples africains, ou ceux menés dans les camps de travail communistes ou chinois). Si l'expérimentation à la Duflo semble moralement acceptable aux bonnes âmes occidentales modernes, pour permettre à la science économique de progresser, cela signifie-t-il que ces mêmes bonnes âmes auraient validé les expériences nazies pour permettre la progression de la science médicale ? Les bonnes âmes me diront certainement non ? Mais qu'elle est la différence lorsque l'on joue à Dieu, lorsqu'on décide de qui vit et qui meurt, et de qui vit et de quelle manière ? Il n'y en a aucune selon moi. Il n'y a selon moi aucune différence fondamentale entre l'expérimentation nazie dans les camps de concentration et l'expérimentation à la Duflo en économie !

 

 

Saucratès


06/10/2019
0 Poster un commentaire

De la collapsologie et des collapsologues

Saint-Denis de La Réunion, Samedi 7 septembre 2019

 

En profitant ce matin du calme du début de la journée pendant mon petit déjeuner, en écoutant les oiseaux chanter pour le soleil levant, je me rendais compte qu'une grande majorité des humains ont cessé de célébrer la nature, le soleil levant, l'aurore, le soleil couchant, le crépuscule. Qui n'a pas un jour entendu le raffut des oiseaux dans les bosquets d'arbres chantant au soleil levant ou au soleil couchant, en marchant ou immobile entouré de milliers de pépiements. Une sorte d'ode à la nature, au soleil, à la vie. Ces moments ont quelque chose de magique. Alors que tant d'entre nous passent leur vie enfermés entre quatre murs, au mieux derrière des fenêtres, sans plus voir le soleil, pendant ces longues journées d'hiver où nul ne voit plus le soleil le matin ou le soir, enfermés au travail ou à l'école. Tant de millions ou de milliards d'humains ne pensent plus à célébrer la nature, le soleil, la vie.

 

Mon premier écrit de cette semaine traitera ainsi de la collapsologie. Ou plutôt des collapsologues. C'est un terme particulièrement à la mode. Les médias regorgent de leurs prises de parole, de leurs prises de position, de leurs chaînes YouTube ou de leur file d'actualité pour les plus jeunes. Même sur le site réunionnais ZINFO974, on est envahi par des prédicateurs de la fin du monde en herbe. La collapsologie est donc cette pseudoscience de l'effondrement des sociétés. Elle se réfère au terme médical «collapsus» qui signifie au choix «affaiblissement d'un organe» ou «effondrement des fonctions physiologiques, ou même de la structure d'un organe».

(François Bournérias, Encyclopædia Universalis. http://www.universalis.fr/encyclopedie/collapsus/)

 

Pourquoi les grands prédicateurs de la fin du monde me posent-ils problème ? Pourquoi les chantres de l'effondrement à venir de la société occidentale me fatiguent-ils ? Après tout, ceci n'est pas si nouveau. Autrefois, dès les années 1970, c'était le thème de la décroissance qui était l'un des thèmes en vogue dans les sciences économiques. Aujourd'hui, des grandes prêtresses de la fin des temps (et de l'école buissonnière), des grands gourous de l'apocalypse prolifèrent sur les peurs des consommateurs et sur l'avidité financière des grands groupes médiatiques détenus par des milliardaires souhaitant contrôler des pays ou le monde entier. 

 

Et c'est ce que je reproche aux collapsologues. Il s'agit soit de gourous autoproclamés, des capitalistes du catastrophisme, intéressés par le rendement financier de leurs petites entreprises surfant sur la fin du monde, soit des gourous du retour à la nature, perdus dans leurs montagnes ou campagnes profondes, qui n'en sortent que pour publier leur énième bouquin catastrophe, pour courir les plateaux de télévision afin de vendre plus de bouquins, tout en s'affichant comme les sauveurs de l'humanité. Il y a tous ceux qui rêvent de devenir célèbres, qui doivent trouver plus simple de parler de la fin du monde plutôt que de chanter à la Star Ac ou à The Voice, ou bien qui n'aucun talent. Et puis il y a aussi tous ceux qui sont persuadés d'avoir un message à transmettre, des nouveaux messies de la fin des temps, des nouveaux Moïse ou des nouveaux Mahomet. À d'autres époques, ils auraient créé des Eglises et des religions et aujourd'hui ils surfent sur les médias, désespérant d'attirer l'attention sur leurs petites personnes, leurs si importants combats.

 

Ils ne tiennent nullement compte de l'immense masse des travailleurs qui seraient touché, frappé par leurs propositions d'évolution de nos sociétés, de leurs remèdes de collapsologues. La masse des citoyens de nos pays, de l'humanité (mais l'humanité dans son ensemble ne les lit pas) ne vit pas royalement des sommes gagnées avec la vente de leurs livres, les dons de leurs admirateurs aveuglés. Il est à craindre que derrière chacun de ces prêtres et prêtresses de l'apocalypse, il y a une entreprise dont l'objet est pécunier et financier, des prophètes ou des proches dont l'objectif est de s'enrichir, sous prétexte de sermonner les masses ou d'influencer les puissants. La masse des citoyens de nos pays vivent chichement, difficilement, peinent à finir le mois. La masse des citoyens du monde entier vivent enfermer dans des appartements étriqués, quand ils ont la chance d'avoir un toit à eux, d'un toit qui leur appartient, pour la possession duquel ils ont trimé toute leur vie, et on voudrait le leur enlever ? Les collapsologues veulent les rendre responsables de l'état du monde, de l'état de la planete, les faire payer toujours plus ou au contraire leur interdire de se déplacer. Une nouvelle loi les rend responsable d'habiter dès passoire thermique et leur imposera soit des dépenses somptuaires pour les mettre aux normes, soit leur interdira de pouvoir vendre leur bien, voire bientot de le louer. 

 

La collapsologie oublie les hommes et les femmes, les humains derriere ses grandes théories fumeuses.  Tout ceci est évidemment fait pour les prochaines générations, pour les pauvres des autres pays en développement ... peut-être ... sauf qu'ils sont absolument comme la masse des travailleurs et des exploités de nos pays occidentaux, et que la collapsologie ne pense absolument pas à eux. La collapsologie est juste un courant à la mode, rempli soit de capitalistes qui ont trouvé le filon pour s'enrichir et/ou devenir celebres, soit de prêtresses et de prophetes qui se croient investis d'une mission sacrée. 

 

Pour finir, je reprendrais une citation de Matrix que j'ai revu récemment :

 

Smith à Morphéus : «Je souhaiterais vous faire part d’une révélation surprenante, j’ai longtemps observé les humains, et ce qui m’est apparu quand j’ai tenté de qualifier votre espèce, c’est que vous n’étiez pas réellement des mammifères… Tous les mammifères sur cette planète ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les humains vous êtes différents. Vous vous installez quelque part, et vous vous multipliez, vous vous multipliez, jusqu’à ce que toutes vos ressources naturelles soient épuisées, et votre espoir de réussir à survivre, c’est de vous déplacer jusqu’à un autre endroit… Il y a d’autres organismes sur cette planète qui ont adopté cette méthode, vous savez lesquels ?... Les virus. Les humains sont une maladie contagieuse, le cancer de cette planète, vous êtes la peste ...»

 

J'ai trouvé cela tellement en rapport avec le sujet de ce soir. Suis-je collapsologue ? Non.

 

Ce qui fait la force des collapsologues, c'est que notre monde a déjà vécu des effondrements de sociétés. Celles de peuples du nouveau Monde comme les Incas ou les Mayas. L'effondrement de l'empire romain au cinquième siècle. Ou bien plus tôt dans l'histoire humaine, les multiples 'effondrements' des sociétés mésopotamiennes. Sauf qu'aujourd'hui il ne s'agira plus de se déplacer de quelques centaines de kilomètres et d'abandonner nos villes pour trouver de nouvelles terres sur lesquelles s'installer, ou de nouvelles ressources naturelles à collecter ou à chasser. C'est la force des collapsologues de jouer sur cette peur, de demander à la multitude exploitée de se serrer toujours plus la ceinture, tout en s'enrichissant sur leurs peurs. Tout en sachant qu'ils ne sont que l'autre face de ceux qui s'enrichiront sur les solutions technologiques luttant contre l'effondrement. Mais le monde moderne ne peut tourner que si les élites qui profitent des bienfaits du monde et de la technologie ne sont qu'une poignée et si la masse des exploités ne profitent pas d'un train de vie trop élevé. Ce sont les classes moyennes occidentales qui posent problème aux collapsologues, ces classes moyennes qui osent polluer la planète et dont le style de vie est tellement répréhensible, parce qu'il copie celui des puissants.

 

 

Saucratès


08/09/2019
7 Poster un commentaire

Réchauffement climatique et migrants : sommes-nous manipulés ?

Saint-Denis de La Réunion, dimanche 11 août 2019

 

On nous parle tellement des risques et des méfaits du réchauffement climatique, à longueur de médias, à longueur d'émissions télévisées, à longueur de journaux ! Chaque année, nous sommes matraqués par des informations catastrophiques sur le fait qu'on enregistre à chaque fois les plus fortes températures moyennes sur le globe ! Chaque année, les sommets internationaux sur le climat sont l'occasion de publier les informations les plus sensationnelles, les plus catastrophiques. La puissance des médias leur permet de nous noyer sous ces informations. Chaque année, des pays, des organisations non gouvernementales, des sociétés de financement, profitent des sommets sur le climat pour essayer de se mettre en avant.

 

Pour l'une des dernières COP, qui s'était tenue à Paris, le Président Hollande, la présidente et le directeur général de l'Agence francaise de développement (AFD), leurs équipes de subalternes, avaient pour seule ambition, pour seul objectif, de déboucher sur un accord, contraignant, lors de la COP de Paris. Leur ambition personnelle. L'acmée de leur carrière internationale d'homme d'état, de hauts fonctionnaires. Le simple fait de pouvoir être l'endroit où un accord majeur sur le climat serait signé, le simple de pouvoir participer à la signature d'un tel accord, le simple fait de pouvoir  associer son nom à un tel accord majeur, en tant qu'homme politique, en tant que directeur général d'une société multilatérale de financement, serait considéré comme la consécration suprême. On se rappelle encore du premier sommet sur la Terre de Rio, ou bien de l'accord de Kyoto de 1997. Quel honneur pour ses personnes si elles pouvaient associer leur nom à un tel accord majeur. Mais il n'y eut pas d'accord majeur signé et contraignant à Paris. Il y eut bien sûr un petit accord signé à Paris ; l'honneur de la France et de ces illustres personnages était en jeu ... Leurs équivalents sur l'ensemble du monde font les mêmes calculs ; ils font tous le même calcul politique : arriver à faire signer l'accord du siècle dans leur COP. Et ils font tous le même calcul : ne surtout pas permettre la signautre d'un tel accord chez leurs voisins !

 

Une catastrophe climatique pointe donc si en on croit les médias et les annonciateurs de mauvais augure. Les grandes prêtresses médiatiques du changement climatique veillent particulièrement à ce que nous ne l'oublions pas. Et l'une des premières d'entre elles, Greta Thurnberg, qui se croit la représentante de tous les enfants occidentaux, qui parle d'elle-même à la troisième personne du singulier, va faire des discours dans à peu près tous les lieux les plus importants de la planete, en s'y rendant en train ou en bateau !

 

Les horribles climatosceptiques, les politiques amoraux qui comme Donald Trump, osent ne pas croire en la thèse du réchauffement climatique, sont traînés dans la boue mediatique. Parce qu'il est désormais de bon ton de croire qu'une catastrophe pointe son nez, que le réchauffement climatique est inéluctable, qu'un emballement du réchauffement climatique est imminent, et qu'il sera bientôt trop tard pour y mettre fin, que les océans risquent alors de remonter de plusieurs mètres dans les prochaines decennies, que les espèces animales seront incapables de s'adapter, et que des millions ou des milliards de réfugiés climatiques se jetteront sur les routes de l'exil ! Je ne crois pas avoir oublier quelque chose. Ou plutôt si, forcément, parce que ce qui nous attend est tellement catastrophique que les conséquences en seront démentielles. 

 

J'y ai cru à cette histoire du réchauffement climatique. Mes nombreux anciens écrits dans ce blog sont là pour en témoigner. Il y a certainement un impact de l'activité humaine sur le climat. Evidemment. Ce que je conteste, c'est l'acharnement médiatique actuellement en œuvre, de telle sorte que les opinions divergentes y sont caricaturées, niées, ridiculisées. Les positions de Donald Trump ou des climatosceptiques n'ont pas à être ignorées de cette manière ; elles n'ont peut-être aucun fondement scientifique et ne tiennent pas la route, mais encore faut-il le démontrer ! Au lieu de seulement les ridiculiser !

 

L'intelligence n'a jamais été aussi déniée au public que depuis l'avènement de la toute-puissance des médias. Les grands prêtres et les grandes prêtresses médiatiques, les spécialistes autodéclarés et les hauts fonctionnaires décident désormais de ce que l'on doit croire, faire, dire, penser !

 

Donc reprenons et discutons sans idées préconçues. Les rapports et les conclusions du GIEC sont-ils où sont-elles inattaquables ? Les manières de calculer de déterminer la temperature moyenne globale à l'échelle du globe sont-elles par ailleurs elles-aussi inattaquables, objectives, fiables ? Comment peut-on déclarer que 2019 serait à nouveau une des années les plus chaudes du siècle, ou de ces cent dernières années, alors que des vagues de froid sans précédent, des froids polaires, ont frappés cet hiver les Etats-Unis ? Les Etats-Unis ne sont certes pas le centre du monde, mais comment calcule-t-on la température moyenne à l'échelle globale ? Selon quelle méthodologie ? Un article interessant à lire des décodeurs du Monde, pour une fois interessantes, même s'ils participent à la manipulation médiatique sur de nombreux sujets, sous couvert d'objectivité :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/08/02/dereglement-climatique-les-cinq-critiques-recurrentes-adressees-au-giec_5495740_4355770.html

 

Ma deuxième interpellation portera sur le caractère catastrophique du réchauffement climatique actuel. Il y a douze mille ans débutait la fin de la dernière glaciation (dite de Würm) et le démarrage de la période interglaciaire que nous vivons aujourd'hui (correspondante à la période géologique dite Holocène). Les températures à l'échelle de l'Europe y sont remontées semblerait-il de l'ordre de dix degrés celcius. Les banquises qui recouvraient l'Europe notamment (et certainement ailleurs mais cette histoire m'échappent) ont peu à peu disparu et le niveau des océans est remonté de pres de 100 metres, isolant les îles britanniques du reste de l'Europe. Ces modifications climatiques ont dû s'étaler sur un millier d'années, au pire deux milliers d'années. En comparaison, le rechauffement climatique actuel fait office de petit incident de parcours. Pour quelles raisons le climat, la faune et la flore auraient-elles pu s'adapter à une remontée des températures d'une dizaine de degrés, à une montée des eaux d'une centaine de mètres, mais une hausse des températures de 2 ou 3 degrés et une montée des eaux de 1 à 2 mètres au cours des 80 prochaines annees seraient-elles une catastrophe climatique irréparable et jamais vu ? Cela ne me semble pas logique. Si la faune, la flore, et l'écosystème terrestre ont pu s'adapter à une telle remontée des températures et des océans, pour quelles raisons en serait-il différemment aujourd'hui ? Pour quelles raisons un risque d'emballement climatique de type vénusien est-il aujourd'hui mis en avant par les grands prêtres et les grandes prêtresses du catastrophisme ? L'emballement et le temps tres court ? Une remontée des eaux de 100 mètres en 1.000 ans correspond à une remontée des océans de 10 mètres par siecle, et une remontée des températures de 1 degré par siècle ! Le GIEC ne prévoit un rythme beaucoup plus rapide.

 

Evidemment, le problème des populations humaines est sans commune mesure. Nous sommes aujourd'hui 8 milliards d'humains sur Terre et une bonne partie de cette population vit dans les zones géographiques les plus impactées potentiellement. Il y a entre 11.700 ans et 10.000 ans de cela, la population humaine était vraisemblablement beaucoup plus restreinte. Cette période est peut-être à l'origine de certains de nos mythes, comme le déluge. Mais il était forcément plus simple pour les hommes et les femmes préhistoriques de fuire la montée des océans. Quelques guerres entre clans ont vraisemblablement dû également avoir lieu, entre autochtones et population migrante. Nous sommes juste aujourd'hui beaucoup trop nombreux sur Terre.

 

C'est également un point de manipulation médiatique. Les médias n'insistent pas sur les problèmes de surnatalité et de croissance de la population mondiale. Non, les médias, mais aussi les spécialistes et les experts autoproclamés aiment remettre en cause le mode de vie des occidentaux et de surconsommation. Pourtant, nous serions deux fois moins nombreux sur Terre que nous n'épuiserions pas les ressources terrestres, le jour du dépassement n'existerait pas ...

 

Heureusement que les médias ne devaient pas exister sur Terre il y a 11.700 ans et le millénaire qui a suivi. Sinon, les gros titres des journaux de l'époque aurait été rempli d'articles catastrophistes, d'images des immenses glaciers reculant, des océans montant, des températures montant en flèche et des animaux incapables de s'adapter à un tel réchauffement climatique ! Heureusement pour nous et pour la civilisation humaine ! Aujourd'hui, certains trouvent intelligents de pleurer sur les glaciers qui reculent, sur les derniers glaciers, voire à construire des murs pour protéger les glaciers et les banquises du réchauffement climatique ! Putain, qu'auraient-ils fait, ces bonnes âmes chafouines, il y a de cela 11.700 ans et les siècles suivants ? Ils eussent pleurer sur la banquise européenne qui disparaissait, et sur les mammouths qui mourraient ?

 

Dernier sujet de manipulation ; les migrants et les migrations des peuples africains qui se déversent sur l'Europe. Là aussi, il y a une manipulation des médias, des spécialistes et des experts autoproclamés. Pour quelle raison veut-on nous faire croire que les migrations climatiques sont une raison objective et acceptable de migration ? Que ces peuples doivent être acceptés chez nous, sur nos terres, dans nos États. Mais évidemment, ce sujet ne peut pas être évoqué. Les bonnes âmes européennes se battent donc pour sauver les migrants, les aider à traverser la Méditerranée, les accueillir et leur permettre de devenir citoyens europeens. Et les médias valorisent ces actions courageuses, parce que c'est vendeur, parce que cela donne d'eux une bonne image. Et les opinions adverses, contraires, y sont ridiculisées, comme d'habitude. 

 

 

Saucratès


11/08/2019
0 Poster un commentaire

La collapsologie - manipulation médiatique ?

Saint-Denis de La Réunion, mercredi 24 juillet 2019 

 

Le thème de l’effondrement des sociétés humaines, ou de la collapsologie, est un thème particulièrement ancien. La collapsologie est tiré du mot «collapsus», qui désigne en médecine «tout effondrement des fonctions physiologiques, ou même de la structure d'un organe».

 

—> Un grand nombre d’articles de presse ou d’émissions qui traitent de ce sujet en quelques jours

 

Quelques articles récents du Monde reviennent sur ce sujet, en lien vraisemblablement avec le débat sur l’invitation de la jeune Greta Thunberg à l’Assemblée nationale française à l’initiative d’un groupe de députés et du discours qu’elle devait y prononcer, ou bien avec les mises en discussion au parlement de la ratification des accords signés entre l’Europe et le Canada mais aussi le MERCOSUR.

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/07/22/climat-la-collapsologie-fait-debat-c-est-une-bonne-nouvelle_5492085_3232.html

 

https://www.lemonde.fr/festival/article/2019/07/23/jean-baptiste-fressoz-depuis-la-genese-on-pratique-la-collapsologie-sans-le-savoir_5492314_4415198.html

 

La presse a également la fâcheuse habitude de se faire l’écho, la caisse de résonance des sujets de débat à la demande du gouvernement ou de groupes de pression qui l’instrumentalise, pour (comme je le pense) manipuler l’opinion publique. Lors de l’élection présidentielle de 2012, pour favoriser l’élection de Nicolas Sarkozy, le grand sujet à la mode était ainsi le climat d’insécurité des français. Il fallait faire naître une peur chez les français pour qu’ils soient demandeurs de plus de police, d’un homme à poigne, un sujet de débat public qui avantageait la ligne dure, droitiste, de Nicolas Sarkozy.

 

Autre exemple, aujourd’hui, quiconque a entendu les médias français peut noter que les thèmes des fonctionnaires payés à ne rien faire, permanents syndicaux ou en dispense d’activité, sont le grand sujet à la mode des médias télévisuels. Cela correspond comme par hasard au grand chantier que veut mener Emmanuel Macron de réforme de la fonction publique territoriale, d’état ou hospitalière, et de remise en cause de l’emploi à vie dont les fonctionnaires disposent.

 

La collapsologie est également un thème médiatique à la mode, vraisemblablement parce que le gouvernement veut fragiliser, isoler, délégitimiser la contestation des gilets jaunes en faisant comprendre à ces ‘ploucs’, à ces gilets jaunes que le président méprise tant, qu’ils ont tout faux et que les politiques publiques françaises doivent changer, en leur faisant comprendre que la partie éclairée du peuple français, de la jeunesse française, de l’électorat moderne et urbain de la France et de LaREM veut plus d’écologie et de taxes sur l’essence et sur l’automobile.

 

Donc, on va se voir imposer de plus en plus d’articles, de documentaires, de reportage, traitant des dangers du réchauffement climatique, de la montée des températures, du dérèglement climatique, des catastrophes naturelles qui se produisent évidemment régulièrement dans le monde, et des migrations voulues ou imposées des peuples. Il va falloir que l’on s’y habitue ; ceci, et les reportages sur les salauds de petits fonctionnaires qui se la coulent douce à ne rien foutre, c’est le nouveau mantra des médias pour faire peur aux électeurs français afin qu’ils cessent de s’opposer aux réformes indispensables. Et face à nous, nous aurons l’ensemble des médias, des politiques et des corps constitués qui ont bien compris que le rejet dont ils font l’objet de la part des français, des gilets jaunes, du peuple, ne leur laisse aucun autre échappatoire. Bizarrement, on ne trouvera pas dans la presse et dans les médias d’articles sur les abuseurs de hauts fonctionnaires qui pantouflent dans les grands groupes privés après des passages dans les ministères parisiens où ils ont pu se constituer de beaux carnets d’adresse pour les monnayer ou les utiliser pour leur carrière personnelle, les salaires mirobolants auxquels ces derniers ont droit, les avantages dont ils bénéficient comme la mise à disposition d’appartements haut de gamme du parc social alors qu’ils n’y ont pas droit ... et ainsi de suite.

 

Non les médias ne visent qu’à nous manipuler, dans le sens qui intéresse le gouvernement et leurs riches actionnaires, afin d’obscurcir le jugement de ce peuple de partisans des gilets jaunes qui ont fait tant peur aux puissants, qu’il faut endormir, qu’il faut euthanasier, qu’il faut anesthésier, par tous les moyens. Inviter Greta Thunberg à l’Assemblée nationale est l’un des moyens imaginés par quelques bonnes âmes françaises, quelques députés qui prospèrent sur la vision catastrophisante du réchauffement climatique et de la collapsolgie.

 

—> Face à la remontée des températures et à la hausse des océans survenus il y a 10.000 ans, à la fin du dernier épisode glaciaire de notre histoire, le réchauffement climatique actuel est-il veritablement si alarmant et exceptionnel ?

 

L’histoire ancienne de l’humanité me conduirait à m’approprier, à interpréter de manière différente ce qui est en train de se passer. Qu’auraient dit nos médias manipulateurs, alarmistes, et nos politiques écologistes, collapsologues ou collapsolophes, il y a une dizaine de milliers d’années, s’ils avaient existé et sévi lorsque le niveau des océans et des mers était remonté de 100 mètres après la fin des dernières glaciations ? Heureusement, à cette époque préhistorique, ni les médias, ni les hommes politiques ne devaient exister. J’imagine que des villages de cabanes, des grottes, voire des villes ont dû être englouties au fil des siècles et des millénaires au fur et à mesure de la remontée des eaux et de la fonte des calottes glaciaires. Si l’on avait pu mesurer le recul des glaciers, de la banquise, la remontée des températures, on aurait vraisemblablement aussi entendu parler des disparitions d’espèces (je pense aux mamouths, aux rhinocéros laineux, aux antilopes ...) ou de la mise en danger des coraux. La Terre et l’’humanité s’est adaptée à un réchauffement climatique d’une dizaine de degrés entre la dernière époque glacaire et le début de l’holocène. La Terre et l’humanité s’est adaptée à la remontée des océans et des mers de plus de 100 mètres. Pour quelles raisons ne pourrait-on pas aujourd'hui faire face à une remontée de quelques mètres des océans et des mers du globe et à une augmentation de quelques degrés des températures terrestres ?

 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/07/24/la-quasi-totalite-de-la-planete-vit-sa-periode-la-plus-chaude-depuis-l-an-zero_5493029_3244.html

 

—> Pourquoi n’agit-on pas sur l’emballement démographique de la population humaine ?

 

Le vrai souci pour notre planète et pour l’écosystème terrestre, c’est l’emballement, non pas des températures et des concentrations de carbone, mais de la démographie. Le vrai souci, c’est le fait que la population terrestre soit passé deux milliards et demi d’habitants dans les années 1950 à sept ou huit milliards aujourd’hui qui pose problème, et le fait que cette population pourrait atteindre quatorze milliards d’ici quelques décennies ! Le vrai problème, c'est que la population mondiale croît désormais de plus 400.000 habitants tous les cinq années. 

 

Contrairement à ce que peuvent écrire les auteurs de la tribune publiée dans Le Monde, le problème n'est pas le fait qu'«en appliquant partout les standards de vie européens, la Terre ne pourrait nourrir que 2,2 milliards d'humains, contre 14 milliards avec une gestion sombre», pour reprendre les thèses de la tribune du Monde. Le problème, c'est que l'on puisse envisager de devoir nourrir 14 milliards d'humains sur Terre ; c'est cela le vrai problème. Et que l'on laisse l'humanité croître de près de 100.000 habitants par an, chaque année.

 

Mais comme il est beaucoup plus simple de s'attaquer aux habitants des pays riches, à ses salauds d'occidentaux qui se gavent, en les criminalisant et en les culpabilisant, plutôt que de s'attaquer au problème de la croissance hors de contrôle de la population des pays du tiers monde, des pays en développement, ou de la Chine et de l'Inde. On préfère alors s'attaquer aux habitudes alimentaires ou sociétales des citoyens des pays occidentaux, qui doivent cesser de consommer immodérément, plutôt que de s'attaquer à la croissance de la population mondiale. On se serait attaqué depuis les années 1980 ou 1990 à ce problème de surnatalité et de surpopulation, la population humaine en serait resté autour de 4,5 à 5 milliards d'habitants et on n'aurait pas tous ces débats et ce discours alarmiste sur une surconsommation des ressources de la Terre, sur le jour de dépassement de l'ONG américaine Global Footprint Network, date «à partir de laquelle l'humanité est supposée avoir consommé l'ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an».

 

—> Pourquoi est-on prêt à prendre des mesures extrêmes pour l’écologie, mais pas en matière démographique ? 

 

Evidemment, ce n'est pas le discours prononcé par Mlle Greta Thunberg à l'Assemblée nationale, ni les thèses défendus par les experts du GIEC. A croire que le discours religieux catholique est devenu le mantra de nos experts, dirigeants et gourous autoproclamés : «croissez et multipliez, et remplissez la Terre» tiré de l'Ancien Testament ... «crescite et multiplicamini» en latin ...

 

Pour ma part, je pense qu'il faut changer de discours, et s'attaquer enfin à la surnatalité, mettre fin à la croissance de la population mondiale. Pourquoi serait-il naturel d'imposer la fin de notre mode de vie occidental et aberrant de prôner la stérilisation pendant quelques décennies ou la politique généralisée de l'enfant unique ? Pourquoi l'un est un discours populaire et vendeur médiatiquement ... tandis que le second serait considéré comme criminel et intolérable ? Mon approche est-elle indéfendable et inaudible ? On est près à prendre des mesures extrêmes pour l’écologie, mais pas en matière démographique ? 

 

 

Saucratès


24/07/2019
0 Poster un commentaire

Réchauffement climatique (bis)

Saint-Denis de La Réunion, mardi 4 décembre 2018

Réflexion quarante-cinq


Je reviens sur un sujet qui me porte toujours particulièrement à coeur : le réchauffement climatique et ses conséquences pour l'homme et pour l'économie. Mes derniers écrits sur ce sujet remonteraient ainsi apparemment à décembre 2011, au moment de la COP 17 (Conférence des parties) qui se tenait à Durban.

 

Le terme COP renvoie à «une réunion périodique des États signataires de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), issu du premier sommet de la Terre en juin 1992. 170 pays environ ont signé cette convention, que les États-Unis n'ont pas ratifié».

 

Mes différents écrits sur ce sujet se trouvent dans la liste ci-dessous. 

0.https://saucrates.blog4ever.com/rechauffement-climatique-abecedaire

1.https://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2012175-rechauffement_climatique__1_.html

2.https://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2020927-rechauffement_climatique__2_.html

3.https://saucrates.blog4ever.com/blog/lire-article-447196-2020949-rechauffement_climatique__3_.html

4.https://saucrates.blog4ever.com/rechauffement-climatique-4

5.https://saucrates.blog4ever.com/rechauffement-climatique-5


On en est aujourd'hui à la COP 24, qui doit se tenir jusqu'au 12 décembre 2018 dans la ville de Katowice en Pologne. Pour mémoire, on peut facilement lister les lieux et les dates des dernières COP qui se sont tenues régulièrement ces dernières années :

- COP 18 à Doha (Qatar) du 26 novembre au 7 décembre 2012,

- COP 19 à Varsovie (Pologne) du 11 au 23 novembre 2013,

- COP 20 à Lima (Pérou) du 1er au 14 décembre 2014,

- COP 21 à Paris (France) du 30 novembre au 12 décembre 2015, qui a donné lieu à la signature de l'accord de Paris,

- COP 22 à Marrakech (Maroc) du 7 au 18 novembre 2016,

- COP 23 à Bonn (Allemagne) du 6 au 17 novembre 2017, qui a donné lieu au lancement du dialogue de Talanoa, à l'invitation du Premier ministre fidjien Frank Bainimaram.

 

Dans un de mes précédents écrits, j'avais déjà listé les lieux et dates des précédentes COP, sauf erreur de ma part. J'en redonne la liste en post scriptum à la fin de ce post.

https://saucrates.blog4ever.com/rechauffement-climatique-abecedaire 

 

Le sujet du réchauffement climatique s'invite régulièrement dans les médias français à l'occasion de ces conférences sur le climat, même si cette année, le mouvement des gilets jaunes vient occulter en France ce grand débat. Et évidemment, on n'a jamais autant parlé du réchauffement climatique et de ces effets en France qu'à l'occasion de la COP 21 qui s'était tenue à Paris en décembre 2015, et à l'occasion de laquelle la diplomatie française ou les différentes organisations bilatérales de financement du développement avaient fait assaut d'empressements et de promesses pour obtenir la signature d'un accord de la part des autres grands pays, et en premier lieu des USA d'Obama et de la Chine. C'était même l'objectif principal du président de la République de l'époque, M. François Hollande, sa consécration internationale, la démonstration de son entregent, ainsi que d'un organisme de financement comme l'Agence française de développement.

 

Mais en 2018, cet accord de Paris, certes ambitieux, attend toujours de pouvoir être appliqué. «Les engagements actuels  de l’accord de Paris ne sont pas suffisants pour limiter la hausse globale de la température à moins de 2 degrés C°. C’est pour cette raison que lors de la COP23, le dialogue de Talanoa a été initié. Il permettra de réaliser un premier bilan mondial des efforts collectifs d’atténuation des émissions lors de la COP24. Le dialogue de Talanoa est l’occasion pour 195 États membres des Nations unies de se retrouver pour établir d’ici fin 2018 un bilan global de leurs émissions de gaz à effet de serre». 

https://www.novethic.fr/lexique/detail/dialogue-de-talanoa.html

 

Pour ma part, quelle peut bien être ma position sur ce problème du réchauffement climatique, sur l'incidence de nos décisions individuelles sur le problème global du réchauffement climatique et de la montée des températures du globe, et sur les privations individuelles qui peuvent en résulter pour chacun d'entre nous ? Est-on chacun d'entre nous pris séparément responsables d'une fraction du processus collectif de réchauffement climatique et peut-on faire individuellement quelque chose pour changer ? Disons qu'en l'état, je n'ai pas l'impression que des actions individuelles puissent changer quelque chose. Et qu'il vaut mieux ne rien changer, ne pas se priver inutilement, tant que cela est encore possible et tant que l'on peut continuer à vivre bien sans que cela soit trop coûteux et tant que c'est possible.

 

C'est évidemment une position extrêmement égoïste et individualiste, qui prise collectivement, peut nous amener directement dans le mur, dès lors que tout le monde agirait de la même manière. On peut estimer qu'une telle position n'est tenable que si elle n'est mise en oeuvre que par une petite minorité d'entre nous, par une minorité de passagers clandestins qui continueraient à vivre sans se priver alors que l'ensemble de leurs concitoyens se priveraient et mettraient en oeuvre une politique vertueuse et économe.

 

Mais il n'en est évidemment rien. L'ensemble de la population française et de la population occidentale essaie pour l'instant de vivre de la même manière, en espérant que le progrès technologique leur permettra de continuer à consommer et à utiliser des moyens de locomotion automobile confortable et économe en émission de CO². En somme, on pense tous que c'est aux Etats de mettre en oeuvre des politiques d'économie d'émission de carbone, et aux industriels d'inventer des moyens de locomotion ou de production d'électricité moins polluants ! Mais en même temps, le mouvement des gilets jaunes français met en lumière que ces mêmes politiques étatiques ne doivent pas toucher les consommateurs français au porte-monnaie, sauf à vouloir causer une explosion sociale. Evidemment, les explications ne sont pas aussi simples ? Il y a dans le mouvement des gilets jaunes français une remise en cause plus large d'un excès de taxe qui dépasse la seule fiscalité sur l'essence, et l'évolution de la politique fiscale du gouvernement s'explique par autre chose que la seule volonté de mettre en oeuvre une fiscalité du carbone. Celle-ci n'évolue que parce que le gouvernement a décidé de diminuer une partie des taxes locales des collectivités locales (suppression partielle de la taxe d'habitation que le candidat Macron avait déclamé injuste). La hausse des taxes sur le diesel et sur l'essence est considérée tout autant injuste par les gilets jaunes français, et plus largement par l'opinion publique française. 

 

Se priver d'un moyen individuel de déplacement sous prétexte qu'il émet du dioxyde de carbone, se priver de manger de la viande bovine sous prétexte que les bovins sont de grands émetteurs de gaz à effet de serre, comme se priver de chauffage ou de climatisation sous prétexte qu'ils sont de grand consommateurs d'électricité, de gaz ou de fuel ... On peut tous s'interroger sur les impacts individuels des privations qui nous seront un jour demandé ou imposé par les pouvoirs publics ou par la nature lorsqu'il ne sera plus possible de continuer comme avant à polluer ou à émettre des gaz à effet de serre.

 

En même temps, je comprends aussi le président américain Donald Trump quand il remet en cause ou qu'il conteste les causes anthropiques du  réchauffement climatique (la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique). Malgré l'abondance des analyses sur le réchauffement climatique, il n'est pas si simple de trouver des données historiques fiables. Je vais donc m'attacher dans la fin de cet article d'essayer de donner à la fois une liste de graphiques et de courbes sur le phénomène de croissance des émissions de dioxyde de carbone (même si ce n'est pas le seul gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique à être en croissance rapide au cours des dernières décennies) mais également de fournir des liens et des données chiffrées sur ce sujet. 

Données taux co2 concentration.jpg

Comme il est régulièrement exposé, la concentration atmosphérique en dioxyde de carbone a commencé à progresser à partir du début des années 1800 et elle a commencé à exploser à partir des années 1950. On a atteint les 300 parties par million (ppm) de CO² en 1910 et on dépasse les 400 ppm de CO² à partir de 2015.

 

Il est tout aussi intéressant d'observer la saisonnalité des évolutions des émissions et de la concentration atmosphérique en dioxyde de carbone, avec cette forme de courbe sinusoïdale croissante que l'on peut retracer graphiquement. Toutes ces courbes font bien apparaître une croissance régulière des émissions de carbone atmosphérique. 

https://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/global.html

 

Evidemment, toutes ces mesures et toutes ces données présentent des limites : elles peuvent concerner des estimations globales terrestres, correspondant donc à des moyennes mondiales de nombreuses mesures (c'est le cas des publications récentes) ou bien elles peuvent ne correspondre qu'à des mesures pour un lieu particulier donné (comme par exemple pour la courbe pseudo-sinusoïdale précédente, qui fait apparaître l'incidence des saisons en un lieu de mesure donné).

 

Vous trouverez ci-après les données correspondantes au graphique reproduit ci-dessus, tirées pour partie du site suivant

https://data.giss.nasa.gov/modelforce/ghgases/Fig1A.ext.txt

https://static.blog4ever.com/2010/11/447196/artfichier_447196_7981534_201812051959628.jpg
Il faudrait que des bases de données publiques soient facilement disponibles et facilement contrôlables, vérifiables, recoupables avec les données primaires. Il est en effet trop facile de se réfugier derrière l'inaccessibilité des données afin de remettre en cause l'idée même que l'homme influe directement sur le climat. La position de Trump est néanmoins compréhensible. Le réchauffement climatique est-il forcément un problème pour des pays occidentaux tempérés qui pâtissent encore régulièrement des affres d'hiver rigoureux ? Et le coût financier que représente la lutte contre le réchauffement climatique, les indemnisations que certains pays en développement d'Afrique menacent de réclamer aux États occidentaux pour les aider à accompagner leur transition énergétique, tout cela a-t-il un sens si en fait le réchauffement climatique est vécu comme une aubaine plutôt qu'une catastrophe, ou bien si en fait il est possible de démontrer que ce n'est pas l'impact de l'homme qui influe sur le climat ?

 

La lecture du graphique des mille dernières années donne notamment quelques arguments. Il est habituel de parler de l'optimum climatique de l'an mille, ainsi que du mini âge glaciaire des années 1700. Ces deux périodes s'observent parfaitement à la lecture du graphique des concentrations de CO2 atmosphérique, la concentration ayant commencé à baisser à partir des années 1535-1540. Or, la première période fut considéré comme une période très favorable et la deuxième période comme une période de froid intense, d'hiver glacial et de famines à répétition en Europe médiévale ! Il n´est donc pas si simple d'être certain que le réchauffement climatique soit non pas une bénédiction mais au contraire une mauvaise chose ! 

 

(nota : l'optimum climatique médiéval, parfois appelé réchauffement climatique de l'an mil ou embellie de l'an mil, est une période de climat inhabituellement chaud localisé sur les régions de l'Atlantique nord et ayant duré du Xe siècle jusqu'au XIVe siècle approximativement).

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2015/03/01/climat-quand-la-bretagne-produisait-du-vin-265028.html

3037488691.png

 

Evidemment, des concentrations de 400 parties par million (ppm) de CO2 dans l'atmosphère dépassent de très loin tout ce qui a pu être observé ces derniers millénaires. De telles concentrations n'avaient plus été mesurées depuis au moins un million d'années. Néanmoins, l'étude des climats conserve ses mystères. Pourquoi les niveaux de CO2 étaient-ils si élevés il y a un million d'années ? Pour quelles raisons ont-ils commencé à baisser il y a un million d'années, jusqu'à plonger la Terre dans une période glaciaire ? Et pourquoi ce taux de CO2 a-t-il eu naturellement tendance à fluctuer, alternant entre période glaciaire et période interglaciaire tout au long et à de nombreuses reprises tout au long du dernier million d'années ? Et ceci en l'absence vraisemblable de toute influence humaine ? Ces fluctuations historiques peuvent conduire logiquement des climatologues sceptiques à remettre en cause la pure explication humaine de l'influence sur le climat. Même si évidemment, la progression exponentielle observée de ce taux sur les dernières décennies ne peut pas s'expliquer autrement que par l'action de l'homme, ou par l'enclenchement de boucles de rétroactions dans le climat terrestre, dues bien évidemment à l'action de l'homme. 

 

D'autres types de données existent aussi sur la question du réchauffement climatique et sur les émissions mondiales de gaz à effet de serre et de dioxyde de carbone. On trouve ainsi des données disponibles sur l'évolution historique des émissions de dioxyde de carbone par habitant, pays par pays. Ces données sont éclairantes sur un certain nombre de sujets, sur les efforts collectifs de réduction ou non des émissions de CO², mais également sur les mix énergétiques de chaque pays ; la part importante de production électrique par le biais de barrages hydroélectriques ou de centrales nucléaires explique notamment pour partie les excellents résultats de la France dans ce domaine. Ce qui explique le satisfecit gouvernemental que l'on trouve sur le site du ministère du développement durable :

http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/indicateurs-indices/f/2492/0/evolution-concentration-carbone-latmosphere-niveau-mondial.html

 

«En matière de lutte contre le dérèglement climatique, l'engagement de la France sur la scène internationale se traduit concrètement au niveau national. Entre 1990 et 2013, la France a diminué ses émissions de gaz à effet de serre de plus de 10%, bien au-delà de son objectif dans le cadre du protocole de Kyoto, qui était de ne pas les augmenter. Cela représente une baisse de 21% par habitant. Rapportée à la production intérieure brute (PIB), la diminution des émissions a été de 55%. La France est ainsi l’un des pays industrialisés les moins émetteurs de gaz à effet de serre : elle représente seulement 1,2% des émissions mondiales alors qu’elle contribue à 4,2% du PIB mondial. Pour aller plus loin, la France a depuis 2012 engagé de nombreuses actions en matière de logements, transports, énergie, agriculture, industrie biodiversité, etc. et fait adopter la loi de transition énergétique.»

 

Il s'agit des données que l'on trouve notamment sur le site de la Banque Mondiale. Ces données rejoignent le satisfecit gouvernemental du ministère du développement durable, avec des émissions de CO² qui en 2014 s'élevaient à 4,57 tonnes métriques par habitant, contre 6,42 tonnes métriques en 1990, et 5,79 tonnes métriques en 1960. Les taux de l'Union Européenne sont supérieurs avec 6,379 tonnes métriques en 2014, de même que ceux de la Chine (7,54 tonnes métriques par habitant) et évidemment ceux des Etats-Unis (16,49 tonnes métriques par habitant en 2014 contre 16,0 en 1960).

https://data.worldbank.org/indicator/EN.ATM.CO2E.PC

 

D'une certaine façon, ces chiffres peuvent également interpeller sur la nécessité de la loi de transition énergétique concernant le prix des carburants. Quelle urgence y a-t-il réellement à renforcer la taxation sur l'essence et sur le diesel, en se basant essentiellement sur le respect des objectifs de réduction des gaz à effet de serre et de dioxyde de carbone pour que la France respecte ses engagements internationaux ? Il est terrible que l'absence de toutes données facilement accessibles et de véritables débats démocratiques et médiatiques ne permette pas la tenue d'un débat sain et transparent. La France respecte ses engagements internationaux. La hausse de la fiscalité sur l'essence correspond ainsi soit à une contrainte fiscale interne, soit une idée fixe d'un quelconque obscur haut fonctionnaire d'un ministère quelconque opposé aux automobiles, vivant à Paris et n'étant capable de rien imaginer d'autres que son petit métro et son petit RER. A moins que ce ne soit la marotte de certains de nos chers présidents ultralibéraux du centre ou de la 'gauche' ou de leurs gouvernements !

 

A ma petite mesure, je tenterais donc de mettre à disposition quelques-unes des données disponibles.

 


Saucratès

 

 

Post scriptum :

Liste des précédentes COP (CCNUCC ou UNFCCC en anglais)

- COP 1 à Berlin (Allemagne) en mars-avril 1995, qui donna naissance à la décision connue sous le nom de 'mandat de Berlin', où les parties entamèrent un cycle de negociations en vue de décider d'engagements plus solides et plus détaillés pour les pays industrialisés.

- COP 2 à Genève (Suisse) du 8 au 19 juillet 1996.

- COP 3 à Kyoto (Japon) du 1er au 12 décembre 1997, et qui vit l'adoption du Protocole de Kyoto.

- COP 4 à Bueno Aires (Argentine) du 2 au 14 novembre 1998.

- COP 5 à Bonn (Allemagne) du 25 octobre au 5 novembre 1999.

- COP 6 à La Haye (Pays Bas) du 13 au 24 novembre 2000.

- COP 7 à Marrakech (Maroc) du 29 octobre au 10 novembre 2001, qui débouchera sur la signature des accords dits de Marrakech, qui présentent la traduction juridique des règles de mise en œuvre du Protocole de Kyoto.

- COP 8 à New Delhi (Inde) en novembre 2002.

- COP 9 à Milan (Italie) en novembre 2003.

- COP 10 à Buenos Aires (Argentine) en novembre 2004.

- COP 11 à Montréal (Canada) en novembre 2005, qui donnera naissance au processus de Montréal.

- COP 12 à Nairobi (Kenya) du 6 au 17 novembre 2006.

- COP 13 à Bali (Indonesie) du 3 au 14 décembre 2007.

- COP 14 à Poznan (Pologne) du 1er au 12 décembre 2008.

- COP 15 à Copenhague (Danemak) du 7 au 18 décembre 2009, qui débouchera sur la signature d'un accord non contraignant dit de Copenhague.

- COP 16 à Cancun (Mexique) du 29 novembre au 10 décembre 2010.

- COP 17 à Durban (Afrique du Sud) du 28 novembre au 11 décembre 2011.

- COP 18 à Doha (Qatar) du 26 novembre au 7 décembre 2012.

- COP 19 à Varsovie (Pologne) du 11 au 23 novembre 2013.

- COP 20 à Lima (Pérou) du 1er au 14 décembre 2014.

- COP 21 à Paris (France) du 30 novembre au 12 décembre 2015, qui a donné lieu à la signature de l'accord de Paris.

- COP 22 à Marrakech (Maroc) du 7 au 18 novembre 2016.

- COP 23 à Bonn (Allemagne) du 6 au 17 novembre 2017, qui a donné lieu au lancement du dialogue de Talanoa, à l'invitation du Premier ministre fidjien Frank Bainimaram.

- COP 24 à Katowice (Pologne) du 3 au 14 décembre 2018.


04/12/2018
0 Poster un commentaire