Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Quelques données sur la fiscalité et les classes moyennes

 

Réflexion une (29 juillet 2012)
Quelques définitions ...

 

Quelques articles intéressants traitant de cette notion de classes moyennes. Qu'appelle-t-on classe moyenne ? En existe-t-il plusieurs définitions ?

 

Le Monde retient la définition suivante des classes moyennes : les 50% de la population qui se situent entre les 30% les moins riches (les catégories modestes ou populaires) et les 20% les plus aisés (les catégories aisées).

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/07/25/derriere-le-grand-flou-des-classes-moyennes_1738014_823448.html

 

Ainsi, selon Le Monde, «la classe moyenne commence à 1.525 euros nets par mois (40% des salariés gagnent moins) et va jusqu'à 2.510 euros nets mensuels (80% gagnent moins).»

 

«Les plus aisés commencent à partir de 3.317 euros par mois (90% des salariés gagnent moins). A 4.286 euros net de salaire, on se situe dans les 5% de salariés les mieux payés. Et au-dessus de 7.654 euros, on appartient à la tranche des 1% les mieux rémunérés de France.»

 

Se basant toujours sur les chiffres de l'observatoire des inégalités, Le Monde présente également une analyse des classees moyennes en tant que foyer ou famille. «Le salaire par individu n'est en effet pas l'indicateur le plus pertinent, puisqu'il ne tient pas compte des revenus de l'ensemble du foyer, ni des impôts payés, ni du coût des enfants éventuel». L'observatoire des inégalités a donc construit trois types de famille (un célibataire, un couple sans enfants et un couple avec deux enfants) dont «ils ont comparé leurs revenus nets mensuels, une fois déduits impôts et prestations sociales éventuels».

 

«Les foyers de 'classe moyenne' se situent en dessous de 4.068 euros nets par mois pour un couple sans enfants, et au dessous de 5.174 euros pour un couple avec deux enfants. Les foyers aisés gagnent donc plus de 5.121 euros pour un couple sans enfants, et plus de 6.637 euros pour un couple avec deux enfants.»

 

En matière de patrimoine, «on constate que la classe moyenne telle que nous l'avons définie (50% entre 30% plus pauvres et 20% plus riches) possède en moyenne entre 115.000 et 310.000 euros, quand les classes supérieures sont, toujours en moyenne, plutôt dans une fourchette entre 440.000 et 1.200.000 euros environ, avec une différenciation marquée entre les déciles.» 

 
Le centre d'analyse stratégique s'est intéressé à la catégorisation des classes moyennes. Il a publié des extraits de la note de veille (assez ancienne) n°54 du 16/04/2007.
 
Il existe selon lui trois types de critères pouvant être retenus. Le premier critère est purement subjectif et «consiste à prendre au sérieux les perceptions des individus quant à leur propre position sociale. (...) aujourd’hui, d’après certains sondages, entre la moitié et les trois quarts des Français se classent spontanément parmi les classes moyennes». L'importance de ce chiffre «s’explique en partie par la sous-déclaration des individus appartenant aux catégories les moins favorisées, qui préfère l’image valorisante des classes moyennes à celle plus ternie attachée aux classes populaires. Les déclarations des groupes les plus favorisés sont victimes d’un biais symétrique. Inconscients de leur aisance, ceux-ci se considèrent en grande majorité comme faisant partie des classes moyennes».
 
Le deuxième critère retenu par le centre d'analyse stratégique se base sur la profession, les valeurs et les modes de vie. Ainsi, «selon la nomenclature française, (...) les classes moyennes regrouperaient les professions intermédiaires, une partie des cadres supérieurs et également des employés». Concernant les modes de vie et les valeurs, les tendances suivantes sont observées : «Dotées de capitaux économiques, mais aussi scolaires et culturels importants, les couches intermédiaires aspireraient à une mobilité sociale ascendante et à une certaine qualité de vie. Elles développeraient un rapport particulier à l’éducation, l’école étant perçue comme un moyen d’ascension sociale efficace. Des pratiques de consommation spécifiques peuvent être également identifiées – notamment l’importance accordée aux biens culturels. Ces couches intermédiaires auraient par ailleurs un rapport à l’espace public et urbain particulier : des stratégies résidentielles conduiraient, par exemple, à des processus de gentrification – soit à l’occupation par les classes moyennes d’espaces urbains jusque-là populaires».
 
Le troisième critère possible est économique,  selon deux perspectives. «La première définit les classes moyennes comme l’ensemble des individus disposant d’un revenu proche du revenu médian : à partir d’une fourchette de revenu fixée a priori, on définit une classe médiane dont l’ampleur dépend de l’intervalle choisi. (...) La seconde perspective assimile les classes moyennes au groupe d’individus situé au coeur de la: distribution des revenus. Elles rassemblent les individus moins riches que les plus favorisés et plus aisés que les moins favorisés. Dans ce cas, le bénéfice retiré par les classes moyennes des divers transferts financiers, publics ou privés, peut être estimé en calculant par exemple la part de la masse salariale, ou des transferts publics qu’elles reçoivent. Cette perspective tend à alimenter le débat sur les classes moyennes sacrifiées».
 
Les tableaux suivants donnent les limites des classes moyennes (par intervalles de déciles)

Lecture : les déciles D2 à D8, soit les 60% de la population situés au milieu de la répartition des revenus, disposent d’un niveau de vie situé entre 924 et 1.906 € par mois. (Source : Insee 2004, enquêtes revenus fiscaux)

 

Lecture : Les déciles D2 à D8, soit les 60% de la population situés au milieu de la répartition des revenus, disposaient d’un revenu situé entre 849 et 1.117 € par mois dans le cas d’une personne seule, entre 1.554 et 3.238 € par mois pour un couple sans enfant et entre 2.180 et 4.308 € par mois dans le cas d’un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.


«Selon les déciles de revenus choisis, l’étendue de la classe moyenne varie alors très nettement. Certains travaux proposent d’utiliser l’intervalle le plus grand – entre le premier et le neuvième décile : si la population englobée paraît considérable (80 %), cette définition a néanmoins une certaine pertinence en France. Elle rassemble la part de population dont les ressources proviennent essentiellement d’un revenu salarié. Elle exclut d’une part les ménages dont près de 40 % des revenus proviennent des prestations sociales (premier décile) et d’autre part, les ménages dont l’essentiel des revenus provient du patrimoine et pour lesquels le taux d’imposition direct moyen est de 25 % (dernier décile). La plupart des études – notamment internationales – retiennent cependant des intervalles plus restreints, en particulier celui constitué par les quatre déciles situés entre le troisième et le septième qui regroupe 40 % de la population. Cette autre convention renvoie alors davantage à la conception anglo-saxonne des middle classes

 

Parmi ses conclusions, on trouvait notamment l'idée suivant laquelle «les sociétés occidentales présentent dorénavant des stratifications plus complexes : au clivage traditionnel défini par l’appartenance sociale s’ajoutent d’autres variables – par exemple, le sexe, la religion, l’ethnie – qui jouent comme autant de marqueurs d’identités sociales. Dans un tel contexte, parler de classes moyennes tend à affirmer la primauté des inégalités liées à l’appartenance sociale.

 

Cette dégradation de situation est parfois lue comme un effet des politiques publiques, en particulier comme la conséquence de la structure des transferts sociaux et fiscaux. D’un côté, les prestations permettent une redistribution verticale : les moins aisés voient leurs revenus augmenter avec les prestations familiales, de logement et des minima sociaux. De l’autre, la fiscalité bénéficie proportionnellement davantage aux plus aisés par les dispositifs d’allègements fiscaux. Les effets cumulés de ces transferts socio-fiscaux sont parfois représentés par une courbe en U. Cette courbe, discutable, permet de mettre en évidence la situation des ménages moyens : à la base du U, ils bénéficient le moins des prestations et des réductions d’impôts, au contraire des moins lotis et des plus aisés situés sur les branches du U».

 

 

Saucratès



26/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres