Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Les motards !

 

Réflexion quatre (8 mars 2012)
Les motards et l'incivilité !

 

Sur le sujet des motards, il y a forcément des points de vue extrêmement opposés, entre d'un côté ceux qui les défendent, et ceux qu'ils énervent ! Et il me semble extrêmement difficile d'avoir un avis acceptable par les deux parties, ou plutôt un avis objectif, sur la question de l'incivilité (ou non) des motards.

 

1. L'incivilité

 

Je vais aborder cette question par deux biais. Une première réflexion portera sur le principe même de l'incivilité, dans le cadre de la conduite naturelle des motards, dans les remontées de file, sur la route, sur les autoroutes et dans les files d'arrêt aux feux tricolores ou aux panneaux de stop. Les remontées de file à quelques dizaines de centimètres des véhicules, moteurs pétaradants ou grondants, représentent-elles un comportement respectueux des autres usagers ? Et l'habitude des motards de venir se placer devant les premiers véhicules attendant aux feux tricolores, ou sur les côtés, en se rabattant sur votre trajectoire dès leur démarrage pour gêner intentionnellement, sont-ils des gestes de civilité ?

 

Je ne le pense pas. Il s'agit de comportements absolument sans aucune forme de respect pour les autres usagers, comme si les motocyclettes étaient prioritaires dans le code de la route. Et les deux arguments présentés par les motards et leurs défendeurs ne tiennent pas la route, à savoir leur rapidité au démarrage, qui ne s'applique pas aux scooters et autres cinquante centimètres-cube qui ont pourtant le même comportement d'incivilité, et leur fragilité dans la circulation, qui est d'ailleurs accentuée par leur comportement à risque.

 

Je prendrais deux exemples. Le premier concerne leur comportement entre eux dans les remontées de file, où ils se respectent entre eux, évitant notamment de se dépasser même lorsqu'un des motards roule beaucoup plus rapidement que l'autre. Ils sont donc capables de respecter les autres et de ne pas dépasser dès qu'ils en ont la possibilité, même si ce respect et cette forme de civilité, ils ne la réservent qu'aux autres motards et en aucun cas aux automobilistes. Vis-à-vis des automobilistes, il s'agit donc bien d'une absence de respect de l'autre ; le motard étant considéré comme une race à part, au-dessus de la piétaille des automobilistes !

 

Le deuxième exemple que je prendrais pour démontrer que le comportement des motards est de l'incivilité reposera sur l'observation des enfants. Imaginons un enfant qui dans une file à la boulangerie ou dans un supermarché, dépasserait tout le monde pour passer en premier à la caisse, pour acheter une baguette de pain ou des bonbons, en brûlant la politesse à tous ceux qui attendent civilement leur tour ! Il me semble qu'un tel comportement serait considéré par ceux qui attendent, et par la caissière, comme une absence de politesse, de savoir-vivre en société, comme un manque total d'éducation, comme de l'incivilité ! Pourtant, on peut imaginer que cet enfant serait petit et pourrait plus facilement se frayer un chemin dans la foule que des adultes.

 

Il me semble vraiment que le comportement des motards sur la route s'apparente à l'exemple de ces gamins qui tenteraient de passer devant tout le monde dans une file d'attente, sans un pardon, sans un mot d'excuse, sans une bonne raison, simplement par incivilité, par manque de respect vis-à-vis des vioques qui feraient la queue comme des cons au lieu de s'en foutre comme eux des autres !

 

2. La théorie des jeux

 

En mathématiques, une branche s'intéresse à la théorie des jeux, encore appelé le dilemne du prisonnier. Et cette théorie s'applique particulièrement à la circulation automobile, donc également aux relations entre automobilistes et motards.

 

La théorie mathématique du dilemne du prisonnier étudie les possibilités de comportement de deux « joueurs qui auraient intérêt à coopérer, mais où les incitations à trahir l'autre sont si fortes que la coopération n'est jamais sélectionnée par un joueur rationnel lorsque le jeu n'est joué qu'une fois. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dilemme_du_prisonnier

 

« La forme habituelle de ce dilemme est celle de deux prisonniers (complices d'un délit) retenus dans des cellules séparées et qui ne peuvent communiquer. Si un des deux prisonniers dénonce l'autre, il est remis en liberté alors que le second obtient la peine maximale (10 ans). Si les deux se dénoncent entre eux, ils seront condamnés à une peine plus légère (5 ans). Si les deux refusent de dénoncer, la peine sera minimale (6 mois), faute d'éléments au dossier. Malheureusement pour les prisonniers, chacun est incité à tricher après avoir fait la promesse de coopérer. C'est le cœur du dilemme.

 

Dans un jeu du dilemme du prisonnier répété, chaque joueur a l'opportunité de punir l'autre joueur pour sa précédente non-coopération. La coopération peut donc survenir dans cette configuration. L'incitation à tricher est inférieure à la menace de punition, ce qui introduit la possibilité de coopérer. »

 

Chaque joueur a ainsi plusieurs possibilités : « la tentation (je le dénonce, il se tait), la coopération (on se tait tous les deux), la punition pour égoïsme (je le dénonce, il me dénonce) et la duperie (je me tais, il me dénonce). » 

 

Dans les relations motards/automobilistes, on peut ainsi appliquer la théorie du prisonnier non répétée ; la probabilité pour un motard de se retrouver face au même automobiliste étant extrêmement réduite ; par contre, celui-ci pouvant être tenté de ne pas appliquer le même comportement avec les motards suivants. L'automobiliste se trouve ainsi réduit au rôle de 'dupe' permanent et répété, tandis que le motard a intérêt à se positionner comme 'non-coopérateur' ('tricheur') permanent.

 

 

Réflexion trois (2 décembre 2011)
De pauvres victimes !

 

J'ai un problème de compréhension. D'un côté, on nous explique que les motards ne représentent que 2% des usagers de la route (sans prendre en compte les piétons qui sont ultra-majoritaires) mais qu'ils sont impliqués dans 48% des accidents mortels, ce qui ne me paraît pas devoir être remis en cause.

 

Mais de l'autre, on va leur permettre de conduire encore plus mal, encore plus dangereusement, en légiférant sur les remontées de file de véhicules, afin évidemment d'autoriser ce qui est fait quotidiennement par tous les motards !

 

Je ne comprends pas. Depuis que les remontées de file de circulation sont en test, j'ai noté un comportement encore plus dangereux des motards. Ils remontent des files partout, ils le faisaient déjà énormément, mais c'est encore plus dangereux : dépassements par la droite, par la gauche, au milieu, quelque soit la vitesse du trafic, à 110 kilomètres/heures ou à 70 kilomètres/heures ... Evidemment, plus rien ne leur est interdit puisque toute circulation peut être considérée comme une file de véhicules !

 

Va-t-on faire reculer le nombre d'accidents impliquant des motards en autorisant les remontées de files ? Cela me paraît peu vraisemblable.

 

Selon moi, il faudrait leur imposer les mêmes règles du code de la route, ce qui était pourtant le cas en théorie, et surtout les faire appliquer, plutôt que de les autoriser à violer toutes les règles élémentaires de partage de la route.

  1. Leur interdire les dépassements de véhicules les précédant dès lors que la distance nécessaire au dépassement n'est pas suffisante, afin que les deux véhicules disposent de distance de sécurité suffisante après dépassement ... ce que les motards ne respectent jamais, forçant les automobilistes à se pousser sur le bas côté et à freiner pour les laisser s'insérer devant eux !
  2. Leur interdire les dépassements par la droite ou en troisième file par la gauche, comme c'est la règle pour les autres véhicules ...
  3. Leur interdire de venir se placer devant tout le monde aux feux tricolores, comme s'ils étaient prioritaires. Envisagerait-on de faire de même en voiture et venir se placer en quinquonce devant tout le monde ou devant des motards afin simplement d'être le premier à démarrer aux feux ? Non, question de savoir-vivre ! Alors pourquoi cela serait-il différent pour les motards ?
  4. Leur interdire les dépassements à très grande vitesse ; les limitations sont les mêmes en France pour tous les véhicules. Même si j'ai une Porsche, une BMW ou une Ferrari, je ne suis pourtant pas autorisé à rouler à très grande vitesse, même sur une très faible distance ... Pourquoi cela sera-t-il différent pour les motards ...
  5. Les forcer à respecter les piétons notamment en s'arrêtant aux passages piétons lorsqu'un piéton est engagé ... (évidemment, il faudrait également que cette règle soit rappelée aux automobilistes qui l'ont totalement oubliée).
  6. Et je ne parle pas de l'interdiction de brûler des feux rouges ou autres règles de bon-sens.

Et cetera, et cetera. Enfin, noter que l'exemple avec les pays scandinaves qui ont autorisé les remontées de file de véhicules ne peut même pas être comparé au cas de la France et des motards français. Les motards scandinaves, comme tous les automobilistes, ont un comportement aux antipodes de la France. Les limitations de vitesse sont beaucoup plus basses, même sur autoroutes, et surtout elles sont strictement respectées par tous les usagers, motards compris. Des quatre-voies où ils circulent à 50 kilomètres/heure n'ont rien d'aberration, et tout le monde y respecte scrupuleusement cette limitation ... Alors effectivement, y autoriser les remontées de file de véhicule n'a rien de choquant. En France, même en agglomération, où la vitesse est limitée à 50 kilomètres/heure, les motards y circulent à grande vitesse dès qu'ils en ont l'occasion.

 

Motards, si vous voulez remonter des files, partez dans les pays scandinaves, mais je ne suis pas si sûr que vous y prendrez plaisir, obligés de respecter des limitations contre lesquelles je suis sûr que vous pesterez, arguant qu'en France les dépassements (de vitesse) sont largement autorisés !

 

 

Réflexion deux (28 novembre 2011)
Les motards !

 

Voilà que le gouvernement va autoriser (ou mettre à l'essai) les remontées de files pour les motards, ce que d'ailleurs les motards ont toujours fait sans que la maréechaussée n'intervienne ! Mais le comportement des motards a déjà changé dans la circulation. Ils sont devenus encore plus intolérants, agressifs, sûrs de leur bon droit, de leur suprématie sur le reste des usagers de la route (si cela est possible !). Gare désormais à celui qui ose ne pas leur laisser un espace suffisant pour insérer à toute vitesse leur bolide entre les files, à celui qui ne se range pas assez vite !

 

La conduite automobile est bien assez dangereuse, nécessiteuse d'une attention de tous les instants, sans qu'il faille en plus passer son temps le regard braqué sur ses rétroviseurs extérieurs pour s'assurer que quelque motard fou ne fonde pas sur vous au milieu de la circulation, entre les files de véhicules, pour passer le premier, comme si ces motards fous faisaient une course permanente (contre qui, contre quoi, contre la mort ?) pour être devant ... 

 

Les motards sont de grands malades ; cette grande majorité des usagers de grosses ou de petites cylindrées qui estiment être les rois de la route et être autorisés à violer toutes les règles du code de la route. Plutôt que de légiférer sur les remontées de files pour les autoriser, le gouvernement ferait mieux de renforcer les contrôles contre ces fous agressifs, en prenant des mesures pour verbaliser leurs dépassements permanents des limitations de vitesse, en leur imposant des plaques minéralogiques à l'avant de leurs bolides, en contrôlant et en verbalisant leurs plaques minéralogiques arrières qu'ils modifient pour qu'elles deviennent illisibles à grande vitesse (plaques dévisées qui se relèvent avec le vent ou montées sur vérin).

 

Les utilisateurs les plus fragiles du code de la route doivent effectivement être protégés, notamment contre les fous agressifs ; je pense notamment aux piétons et aux cyclistes. Combien de motards respectent les passages piétons et s'arrêtent pour laisser traverser des piétons ? Certains motards ne respectent d'ailleurs même pas les feux rouges, ne parlons pas des piétons ! Mais cette protection ne vaut que si elle s'accompagne du respect des règles de savoir vivre ensemble par tout un chacun, par les piétons, les cyclistes, les automobilistes, les poids lourds, les bus et les motards ... Pour les motards, partager la route, c'est la partager au sens littéral : à eux le centre de la route, aux autres les bords des chaussées, en n'empiétant surtout pas sur leur(s) milieu(x).

 

Il faut essayer de rouler sur le périphérique parisien par exemple pour en avoir une idée ... Une file ininterrompue de motards qui foncent au milieu de la circulation, avec près de 100 kilomètres-heure d'écart de vitesse, interdisant de fait tout changement de voie pour les automobilistes des deux dernières files ... Malheur aux automobilistes qui se trouvent sur la dernière voie de circulation, ils risquent de devoir quelques tours du périphérique pour s'en extirper ... Et le gouvernement, la maréechaussée trouvent cela normal ?

 

Ces quelques mots sous forme d'ode aux connards de motards qui me gonflent chaque jour sur la route ... A côté de cela, il y en a parfois aussi quelques uns de sympas ... très rarement ... à peu près normaux ...

 

 

Réflexion une (9 septembre 2011)
Ce qui m'énerve


... Ce qui m'énerve, ce sont ces connards de motards et leur mauvaise foi innommable (désolé pour les quelques motards qui me liraient et qui ne se reconnaîtraient pas dans ces mots ... signe que je ne suis pas seul à penser cela : http://carfree.free.fr/index.php/2009/01/16/les-motards-sont-des-cons/) ... Leur opposition prétendue au gilet jaune pour masquer le fait que la seule chose qui les agace, les énerve dans ces nouvelles mesures, ce sont les modifications apportées à leur plaque d'immatriculation qui les rendront plus facilement repérables et contrôlables, et qui les empêcheront de maquiller leurs motos (plaque minéralogique trafiquée qui se relève à grande vitesse pour les empêcher d'être flashés) ... Ce qui m'énerve, c'est également leur comportement sur la route, aux intersections et aux feus tricolores, dépasser partout pour être toujours devant tout le monde, leurs idées que les règles du code de la route ne s'appliquent pas eux, qu'ils sont les rois de la route, et que les automobilistes doivent se pousser, se ranger sur le bord pour les laisser passer ... D'une certaine façon, c'est leur manque total de respect des autres, d'éducation, de morale, qui m'insupporte ... Ce rejet de ce principe fondamental de la vie en société qui veut que l'on ne fasse pas aux autres ce que l'on aimerait qu'ils nous fassent ... Principe que les motards n'appliquent aucunement et en aucune façon ...

 

 

Saucratès



02/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres