Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Guerres

 

Réflexion quatre (28 janvier 2010)
«Avatar», un film raciste et justifiant la guerre ?

Je ne parlerais pas souvent d'un film ; surtout d'un film à grand spectacle que je n'ai même pas encore vu ... Mais au vu des critiques qui sont opposées à son metteur en scène, James Cameron, il me semble nécessaire de réagir. «Avatar» serait donc un film raciste, à l'égard des blancs (je suppose), en les présentant comme des colonisateurs foux furieux, n'hésitant pas à annihiler un peuple extraterrestre pour récupérer leur planète (extraterrestre) et leurs richesses ! C'est certes caricatural, mais sauf erreur de ma part, les européens, dont les américains ne sont que les descendants (pour la plupart) et le résultat d'une telle politique, ont déjà par le passé agit de la même manière, en Amérique du Sud et du Nord premièrement, en Afrique ... et ceci à de multiples reprises.

Peut-on donc, sans rire, accuser James Cameron de racisme sous prétexte qu'il donne à voir sous un jour défavorable mais tout à fait conforme à l'histoire un comportement impérialiste, colonialiste et génocidaire de l'espèce humaine et tout particulièrement de ses représentants de race blanche ? Ces accusations sont simplement risibles.

Si l'humanité se lançait demain dans les étoiles, si notamment les Etats-Unis ou les européens étaient concernés, si l'humanité y trouvait une planète habitée par une race extraterrestre moins évoluée, si cette planète présentait un quelconque intérêt, il est absolument à craindre que l'humanité en reviendrait à son tropisme naturel visant à annihiler cette population extraterrestre. L'humanité n'est vraisemblablement pas prête à voyager dans l'espace ... Suffisamment de livres de science-fiction ou de bande-dessinées ont eu à traiter de ce genre de situation, sans être accusés de racisme ... Nous sommes encore dans des pays démocratiques, en l'absence de guerre, où l'invention cinématographique ou littéraire est encore acceptée ... Il semble que le succès planétaire du film «Avatar» suscite des jalousies.

En cas de guerre évidemment, que ce soit une guerre comme celle des Etats-Unis en Afghanistan, en Irak ou en Indochine, ou demain contre un peuple extraterrestre («Avatar»), il faut avoir à l'esprit que les libertés démocratiques ne seraient plus respectées et notamment que l'opposition à de telles guerres n'y serait plus tolérée, même dans nos pays dits démocratiques. Il en va de même dans des pays non démocratiques comme Israël dans sa guerre contre les palestiniens, ou la Russie dans ses guerres en Tchétchénie ou en Georgie ... Les libertés de presse et d'expression n'y sont plus respectées et les incarcérations ou les exécutions parajudiciaires (Russie) y sont alors monnaie courante contre tous ceux qui ne partagent le point de vue officiel (j'aurais pu rajouter la France dans ses guerres colonialistes d'Indochine et d'Algérie ...).

«Avatar» devrait aussi être considéré comme une justification de la guerre et de l'usage des armes. Ce n'est pas tant ce point qui surprend mais les explications avancées par l'auteur de cette critique, un obscur professeur de philosophie d'un obscur collège québecois (Pierre Desjardins). Il y a des auteurs qui ressortent grandis par l'immensité de la notoriété de leurs critiques ... Il y a des critiques qui espèrent, à tord, la reconnaissance médiatique en s'attaquant à des auteurs mondialement reconnus ...
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/27/avatar-rien-d-autre-qu-une-bete-justification-de-la-guerre-par-pierre-desjardins_1297562_3232.html

James Cameron ferait la justification de la guerre américaine contre le terrorisme en Afghanistan dans son film «Avatar», parce qu'il justifierait l'usage de la guerre contre un ennemi qui vient vous attaquer sur votre planète, et qui vient par exemple abattre un arbre immense, que ce professeur de philosophie compare à la chute des tours du World Trade Center ... par des avions de ligne en flammes ?... J'y vois, pour ma part, plutôt une reprise de scènes de bande-dessinées, notamment de Moëbius (Giraud) dans l'«Incal» ...

Donc cet professeur obscur de philosophie a une autre solution à proposer que la guerre dans le cas où une espèce extraterrestre vient vous envahir et menace de vous annihiler ? Sauf erreur de ma part, c'était pourtant la solution retenue dans un autre film où cette fois, c'était la Terre qui était attaquée par des extraterrestres ... méchants ... guerres d'extermination qui se soldait finalement par l'annihilation des extraterrestres pourtant supérieurs technologiquement à l'espèce humaine ... mais c'était sans compter le génie d'un obscur employé du cable terrien et l'utilisation d'un virulent virus informatique ... («Independance Day» avec Will Smith) ...

 

 

Réflexion trois (14 septembre 2008)
Une civilisation de guerres de basse intensité ...

De manière très surprenante, la génération âgée de moins de 50 ans a souvent l'impression en Occident d'avoir vécu une longue période de temps sans guerre, l'une des premières depuis de nombreux siècles ... Mais en même temps, le monde n'a pas cessé d'enregistrer des périodes de guerre, dans lesquelles nos forces armées occidentales étaient souvent impliquées, soit comme forces belligérantes, soit comme forces d'interposition ou de paix ... Une forme d'aberration ?

Nous vivons sans nous rendre en compte à une époque de guerres de basse intensité ... Il y a régulièrement des conflits armés de par le monde, mais ces conflits ont souvent lieu dans des pays relativement éloignés du monde occidental, de telle sorte que les occidentaux se sentent peu concernés par ces divers conflits militaires, par les exactions des unes ou des autres des parties, et par les morts qui s'ensuivent ...

Nos sociétés capitalistes occidentales utilisent-elles ces guerres pour se perpétrer ? Il y a plusieurs raisons de penser que cet état de guerre permanent, mais de faible intensité, est favorable au capitalisme occidental ...

1) Ces guerres permanentes ont pour conséquence la déstabilisation de pays potentiellement riches aux richesses minérales ou fossiles, même s'il est difficile de savoir si ce n'est pas la richesse de ces pays qui explique l'apparition de bandes prédatrices armées rivales pour s'approprier ces richesses. Mais en même temps, il est vraisemblable que certaines parties étrangères aident ou soutiennent certains protagonistes pour se réserver un accès privilégié ultérieur aux richesses de ces pays. Un certain nombre de pays pauvres en terme de richesses minières ou fossiles sont cependant également ravagés par la guerre, même s'il est alors vraisemblable que ces états de guerre s'expliquent par des affrontements de bandes rivales pour contrôler ces pays, même pauvres.

2) Ces états de guerre permanents constituent évidemment des débouchés pour l'industrie d'armement occidentale, américaine, européenne ou russe. Sans guerre, ces industries au poids majeur dans nos économies seraient réduites à néant ... Il n'est pas invraisemblable que l'industrie de l'armement occidentale est un intérêt particulier aux différentes guerres qui se déroulent de par le monde au cours des dernières décennies ... Une possibilité de tester de nouvelles armes, de nouveaux blindages, de nouvelles bombes, de nouvelles stratégies militaires ...

3) Ces guerres sont également indispensables aux mass médias occidentaux ... Elles permettent de relancer l'intérêt des consommateurs médiatiques pour les médias ... Quel intérêt aurait un monde sans guerres, sans catastrophes, sans fait-divers horribles, sans massacres ? Ces évènements exceptionnels sont la drogue des consommateurs médiatiques que nous sommes, la soupape de sécurité de nos sociétés, la raison qui fait que notre société foncièrement inégalitaire réussit à perdurer d'année en année, de décennie en décennie. Sans guerres, sans massacres, sans cette peur des occidentaux de voir les guerres exploser aux portes de leur monde protégé, nos sociétés occidentales ne pourraient pas se perpétuer ...

Sans guerres à nos portes, la guerre serait en nos murs ... Une véritable guerre civile, non pas simplement cette petite guerre qui oppose dans nos sociétés occidentales quelques délinquants aux forces de police ... Mais une véritable guerre civile, une véritable révolution comme celle de 1789 entre la multitude de ceux qui n'ont rien face au petit nombre de ceux qui ont tout ...

Pour s'en protéger, le monde capitaliste occidental a ainsi inventé la peur à destination de la multitude de ceux qui n'ont pas grand chose mais qui ont peur de perdre ce petit quelque chose qu'ils ont réussi à obtenir ... Peur du chômage, peur du retour des guerres, peur de l'insécurité, peur du pouvoir d'achat, de la misère ... Invention de la peur mais également de la drogue du jeu, la drogue de l'espoir de gagner un jour et de devenir riche ... loteries, équitation, bourse ...

Peur et jeu : les deux piliers de la préservation de nos sociétés capitalistes inégalitaires occidentales ... Mais il ne faut pas oublier qu'en fait, ce ne sont même pas réellement leurs inventions, puisque Rome deux millénaires auparavant les avait déjà mis en application ... Il ne s'agit que d'une redécouverte ... vraisemblablement fortuite, sans volonté particulière d'une élite conspiratrice ... le simple résultat de la recherche du profit et de la taxation ... le hasard ...


Réflexion deux (13 septembre 2008)
L'extension du domaine de la guerre ...


Les guerres le plus souvent éloignées du monde occidentale rythment malgré tout régulièrement notre quotidien occidental, relayées par nos médias télévisuels ... Ces images de violence et de mort venant meubler nos soirées relativement banales et tranquilles, nous rappelant qu'ailleurs des gens vivent et meurent, souffrent et se font tuer ... Ces images de guerre et de violence viennent nous réveiller en sursaut dans nos petites vies douillettes, nous faisant une seconde prendre conscience que cela pourrait aussi être notre cas, un jour ... Mais cette crainte ne dure pas ... Et nous nous repaissons de nouveau des images de la misère des autres, pendant que les mêmes mots continuent d'être agités par nos médias : pouvoir d'achat des ménages ... Il y a quelques années, les médias ne parlaient que d'insécurité ... Les modes changent ...

Aujourd'hui une nouvelle guerre en Géorgie impliquant la Russie ... Il y a un peu plus d'un an, on nous parlait d'une guerre au Tchad, face à des rebelles venant du Soudan, et d'une autre guerre au Liban, menée par Israël pour écraser le Hezbollah ... Les guerres menées par les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux continuent en Afghanistan et en Irak ... La Russie continue de mener une guerre voilée en Tchétchénie, une guerre qui semble être une opération d'extermination du peuple tchétchène sous couvert de lutte contre le terrorisme ... Cet état de guerre semble sans fin ... Le monde occidental moderne semble se nourrir de ces guerres ... Par le commerce des armes ... Par le commerce des images et de la peur ... La peur de ceux qui sont anéantis ... La peur de ceux qui regardent ces images et qui ont peur d'être touché un jour ou l'autre, également ...


Réflexion une (12 septembre 2008)
Un anniversaire au goût amer


Jeudi 11 septembre 2008 ... septième anniversaire des attentats de New York contre les tours jumelles ... Cette date fatidique qui a donné naissance aux deux guerres contre le terrorisme dans lesquelles l'Occident est désormais englué. Ces guerres, en Afghanistan et en Irak, que l'Occident et notamment les Etats-Unis ne pourront pas gagner. Des guerres qui laisseront ces pays aux mains des pires extrêmistes, car l'Occident n'est pas la Russie ... Les médias occidentaux ne sont pas les médias russes ... Les opinions publiques occidentales ne sont pas l'opinion publique russe ... Et la démocratie et la liberté de presse et de parole qui existent en Occident ne permettront pas l'endoctrination, le lavage de cerveau et la manipulation politique des masses occidentales qu'une victoire dans ces deux pays de religion majoritairement mulsumane nécessiteraient. L'Occident ne pourra pas mener en Afghanistan et en Irak la forme de guerre d'anéantissement que la Russie mène en Tchétchénie ...

Car une guerre ne peut être gagnée que par des peuples courageux, galvanisés ou bien manipulés et tenus sous le joug de la peur ... Ce n'est plus possible actuellement en Occident, alors que cela l'est probablement toujours en Russie, en Chine, dans les pays musulmans, ou en Israël, avec des opinions publiques persuadées de la justesse des choix de leurs dirigeants ; les contestataires y étant tout simplement réduits au silence ou emprisonnés ... toutes mesures que nous condamnons mais qui sont indispensables pour gagner des guerres ... L'Occident fait donc mener des guerres à ses armées de métier, sans appui de ces opinions publiques prêtes à condamner ces interventions dès les premières morts de ces soldats ou dès les premières condamnations médiatiques venant de soi-disant amis ou ennemis de l'ombre ...

Et pourtant, l'Occident est actuellement encore en guerre ... contre un terrorisme international islamique ... un ennemi que l'on accuse l'Occident lui-même d'avoir fabriqué dans sa lutte contre le communisme, à l'époque de l'aventure afghane des soviétiques ... ennemi qui s'est aujourd'hui retourné contre l'Occident et notamment contre les Etats-Unis ... un ennemi dont l'objectif semble être l'anéantissement de l'Occident lui-même et la mort de ses infidèles chrétiens, que nous sommes tous majoritairement ... de même que l'Union soviétique avait pour seul objectif l'exportation de la révolution bolchevique et la disparition de ses élites bourgeoises ...

Le 11 septembre 2001 a ainsi ouvert une nouvelle période d'instabilité et de guerre pour le monde ... L'Occident pourra-t-il résister et survivre à cette guerre, comme il a survécu au nazisme et au communisme ?


Saucratès



25/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres