Critiques de notre temps

Critiques de notre temps

Existe-t-il un racisme acceptable ?

Saint-Denis de la Réunion, samedi 10 avril 2021


Nouveau samedi soir du mois d’avril 2021. Nouvelles pensées parasitées par les débats et sujets médiatiques, qui m’empêchent de penser à autre chose que les thèmes de ces dernières semaines. Un ami m’expliquait que la force, la puissance des médias n’est pas de contrôler les informations qui nous arrivent, mais plutôt de contrôler l’ordre du jour, le menu, des informations qui nous arrivent. Ce sont eux qui décident des sujets qui seront évoqués mediatiquement, ce qui nous contraint à nous informer et à nous positionner sur ces mêmes sujets. Ils ne peuvent pas nous contraindre à penser telles et telles choses, mais ils peuvent nous contraindre à parler et à penser à tel et tel sujet.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/04/09/l-avenement-de-la-societe-du-commentaire_6076109_3232.html

 

Je me saisirais donc ce soir du sujet des réunions racialisées et non mixtes du syndicat étudiant UNEF, que la présidente de ce mouvement syndical estudiantin avait été contrainte de reconnaître par la presse lors d’une interview. Il est évident que ce sujet des réunions racialisées et non mixtes organisées par l’UNEF devait être un secret de polichinelles dans le tout Paris, dans le milieu estudiantin, dans le milieu politique et dans le milieu journalistique ! Et bizarrement, à un moment donné, cette information est donc sortie, est donc devenue médiatiquement pertinente et utile. Pour quelle raison ? Ce serait utile de le comprendre pour éclairer le principe de la démocratie et de la liberté supposée de la presse. L’affaire Fillon lors de la campagne électorale présidentielle en 2017 en avait donné un autre exemple particulièrement instructif. Des milliers d’autres députés et maris ou femmes de députés s’étaient trouvés dans la même situation que les époux Fillon, et pourtant, c’est tombé sur eux ! Ruinant les espoirs présidentiels de François Fillon, et ouvrant un boulevard au candidat Emmanuel Macron, totalement inconnu quelques mois plus tôt ! Que s’est-il passé lors de cette élection présidentielle de 2017, autour de l’élimination des candidatures de François Fillon mais aussi de François Hollande ? Nous ne le saurons jamais mais ceci ne peut pas être le fruit du hasard !

  

Pour en revenir à ces réunions non mixtes racialisées de l’UNEF, mais on pourrait dire plus largement du Parti socialiste, puisque certains ténors socialistes (mais pas tous et toutes) ne sont absolument gênées par le principe de telles réunions, trouvant normal de permettre à des groupes de victimes de discriminations de parler entre eux de leurs problèmes, sans intervention des autres, que faut-il en penser ? De telles réunions d’où certains ou certaines sont exclues pour cause de couleur de peau, de sexe ou d’orientation sexuelle sont-elles autorisées ou interdites, souhaitables ou non souhaitables ?


https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/03/31/racise-privilege-blanc-intersectionnalite-le-lexique-pour-comprendre-le-debat-autour-des-reunions-non-mixtes_6075153_4355770.html

 

Ce qui devient une opposition, un conflit idéologique entre Droite, Extrême-droite et Gauche, les uns accusant les autres d’instrumentalisés le débat, revient en fait à un simple alternative. Pourquoi les mêmes personnes qui ne trouvent pas choquant les réunions non mixtes racialisées ouvertes aux seuls hommes de couleur, aux seules femmes de couleur, aux seul.es LGBTQI+ (lesbiennes, gay, bi, trans, queer, intersexe et plus), trouveraient-elles choquantes en sens inverse des réunions réservées aux seuls blancs, d’où les personnes colorées ou métisses seraient interdites d’accès, ou les femmes seraient interdites d’accès ? Peut-on envisager une réunion réservée aux seuls hommes blancs d’où les personnes colorées, noires ou métisses, ou par exemple les femmes quel que soit leur couleur de peau seraient interdites ? Les mêmes défenseurs socialistes, gauchistes, indégénistes et islamo-gauchistes, défendraient-ils également avec autant de vigueur le droit des hommes blancs à se réunir entre eux, seulement entre eux, pour parler de leurs affaires, de leurs difficultés, de leurs problèmes ? Pour quelle raison ces gauchistes, ces féministes, ces syndicalistes, ne s’offusquent-ils que dans un seul sens ? Et si ce n’est pas vrai, si des réunions réservées entre hommes blancs ne gênent pas les gauchistes, féministes et syndicalistes, pourquoi les socialistes ont-ils donc pondu autant de textes législatifs pour imposer la mixité et la diversité dans les conseils d’administration des grandes entreprises, dans les instances représentatives du personnel ? Si cela ne les gêne pas, pourquoi donc toutes ces lois imposant la mixité ?

 

Y a-t-il un racisme acceptable pour les gauchistes, les indigénistes, les féministes, les islamo-gauchistes ? Le racisme et le sexisme dont les blancs et les hommes seraient victimes pourrait-il être considérés comme normal, une juste punition, tandis que le racisme dont seraient victimes les autres, le sexisme dont seraient victimes les femmes, seraient inacceptable, honteux, intolérable, et devrait être combattu ardemment par le biais de la justice et de la Loi, avec obligation faite aux hommes de s’offusquer sous peine d’être considérés comme des racistes et des sexistes ? 

 

Saucratès



13/04/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres